3205 – Le pape François, le dernier vrai diplomate … 3 articles

Pape François la-pape-francois-est-arrive-le-15-septembre-2018-dans-la-ville-sicilienne-de-piazza-armerina_6106664

1/ Le PAPE, Dernier Vrai Diplomate?

Guillaume Berlat.18 Février 2019 – Proche et Moyen-Orient.ch

2/ Le pape François, le dernier vrai diplomate

Christian Makarian, Le Pape François, le vrai dernier diplomate ?, http://www.lexpress.fr , 4 février 2019.

3/ Le PAPE Combien de Divisions ?

2 Juillet 2018  Guillaume Berlat – Proche et Moyen-Orient.ch


Pape François papefrancois_4

1/ Le PAPE, Dernier Vrai Diplomate?

 Guillaume Berlat – Proche et Moyen-Orient.ch 18 Février 2019

Dans un monde sans repère, sans vision, il est toujours réconfortant d’entendre une voix singulière, y compris lorsque celle-ci prêche dans le désert, au sens propre et, parfois, figuré. C’est ainsi que nous pourrions qualifier la visite du Pape François aux Émirats arabes unis (EAU)1 du 3 au 5 févier 2018.
Éclipsé par
  • l’actualité nationale (grand débat national, suites de l’affaire Benalla, incendie de la rue Erlanger…)
  • et internationale (crise au Venezuela, bras de fer numérique entre la Chine et les États-Unis autour de la 5G, confirmation de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un au Vietnam les 27 et 28 février 2019…),
ce premier déplacement de trois jours dans la Péninsule arabique est particulièrement important sur la scène internationale.

Pape François ob_0e5e3e_pape-francois

Notons que le Pape est reçu comme un roi par le Prince Mohamed Ben Zayed al-Nathyan tout en restant, pour sa part, attaché à son vœu de pauvreté (Cf. le contraste impressionnant entre le ballet des limousines blanches et petite auto de marque Kia, modèle Soul.

Ce déplacement mérite notre attention à plus d’un titre tant il comporte au moins trois dimensions essentielles.

A — Une Dimension Spirituelle … Le Dialogue des Religions

Cette visite constitue une première en termes spirituels, constituant un premier pas du Souverain Pontife dans la Péninsule arabique, terre pas spécialement connue pour sa tolérance religieuse2.
Le Pape François y est bien accueilli, y célèbre plusieurs offices en présence des représentants d’autres religions, mettant ainsi en pratique son projet de dialogue des religions. Dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le Pape François se situe dans la cohérence et dans la continuité.
En présence de 400 personnalités prononce une allocution de haute tenue, d’une rare intensité, « l’appel d’Abu Dhabi » dans lequel il lance un vibrant appel à la fraternité.
Il signe un document « sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune ».
Avant ce temps fort de cette visite, il a visité la « neuvième plus grande mosquée du monde avec ses 40 000 places » et s’est entretenu avec le Conseil des Sages, organisation internationale de hauts responsables religieux musulmans.
Pour conclure son message fort, le Pape François réclame « la liberté religieuse » et pas la « seule liberté de culte », notamment pour les « chrétiens de la bien-aimée et névralgique région moyen-orientale ». Il faut que des sociétés ou des personnes de diverses religions aient «le même droit de citoyenneté » et non « le droit à la seule violence sous toutes ses formes »3.
De fait, il stigmatise les apôtres de la tolérance à géométrie variable4.

On ne saurait être plus clair !

Sur un plan interne, le contexte de cette visite constitue le meilleur exemple de la volonté du Pape argentin de faire toute la lumière sur les dérives internes à l’église catholique. Après la pédophilie, il veut s’attaquer courageusement et sans tabou aux abus de religieuses par des prêtres5.

Mais, cette symbolique visite sur le plan religieux comporte des aspects plus vastes embrassant la géopolitique.

Pape François le-pape-francois-va-rencontrer-des-victimes-dun-pretre-chilien-pedophile-1284800

B — Une Dimension Géopolitique … La Recherche de la Paix

Le Pape François en a appelé les religions à agir avec

« courage et audace, sans artifice, pour aider la famille humaine à mûrir la capacité de réconciliation et les itinéraires concrets de paix… Comme jamais dans le passé, et dans cette situation historique délicate, on ne peut reporter cette tâche qui incombe aux religions : contribuer activement à démilitariser le cœur de l’homme ».

Poussant son raisonnement géopolitique, le Souverain Pontife déclare, que pour parvenir à cet objectif, il faut refuser ce corollaire :

« La course aux armements, l’extension des propres zones d’influence, les politiques agressives au détriment des autres ».

Il force le trait. Tout cela il faut l’arrêter :

« La guerre ne sait pas créer autre chose que la misère, les armes rien d’autre que la mort ». Il poursuit « la vrai religiosité ne peut pas juger les autres en ennemis et adversaires et doit dépasser le clivage entre amis et ennemis ».

Fixant son hôte, il a dénoncé la duplicité :

« On ne peut proclamer la fraternité et ensuite agir en sens contraire ».

Il en appelle au

« courage de l’altérité » et à « ne pas abdiquer sa propre identité pour plaire à l’autre ».

À cette occasion, il a plaidé contre la guerre au Yémen à laquelle contribuent les EAU en appui de l’Arabie saoudite. Pour cela, il en appelle au dialogue et à la paix.

De manière plus générale, il démonte les ressorts de l’âme humaine pour expliquer le chaos actuel sévissant dans les relations internationales. C’est un véritable discours de la méthode géopolitique que présente le Pape François.

Quel excellent exercice de réflexion courageux et sans complexe autour de la problématique de la guerre et paix chère à Tolstoï, de paix et guerre entre les nations développée par Raymond Aron dont il est fortement question en ce moment.

Les plumes de Jupiter Pinocchio pourraient en prendre de la graine en lieu et place de nous servir d’infâmes brouets sans consistance et sans saveur géopolitique.

Après (avec) la stratégie vient le temps de la tactique, de la leçon de diplomatie pontificale appliquée au monde et au Moyen-Orient.

Pape François pape_francois_audience_saint-pierre_avortement_rome_0

C — Une Dimension Diplomatique … La Forece du Compromis

Si Staline s’interrogeait au siècle dernier sur la puissance réelle du Saint-Siège à travers sa célèbre formule « Le Pape combien de divisions ? » (en réponse à Pierre Laval qui lui demandait de respecter les libertés religieuses en URSS en 1935), nous pouvons affirmer que le Pape François possède une authentique force de frappe diplomatique6.

Plus que la quantité, il y a la qualité intrinsèque de sa diplomatie qui pense dans la discrétion et qui agit dans l’ombre. On en mesure les résultats concrets avec cette visite aux EAU. Ses actes (forts en direction d’un islam de tolérance) et ses mots (son très long discours) constituent une excellente illustration.

Cette visite constitue une illustration de la dimension diplomatique de l’activité du Pape François. Deux questions méritent d’être soulignées. Yémen et Venezuela sur lesquelles il adresse des messages forts.

S’agissant du Yémen, le message est on ne peut plus clair : la paix par la négociation et non par la force.

Il applique à la lettre la célèbre maxime du cardinal de Richelieu :

« Il faut toujours négocier de près comme de loin ».

Dans cette perspective, la patience doit être un des grands principes de l’art de négocier. Car,

« la diplomatie se propose de composer plus que d’opposer, sans composer au point de décomposer »

comme le souligne le Comte de Saint-Aulaire.

golfe Persique, épicentre d’un triple conflitStrait_of_hormuz-Bases-Militaires-source-LeFigaro.fr

 

C’est donc a priori le pays idéal pour le « message de paix » que le souverain pontife est venu porter dans le golfe Persique, épicentre d’un triple conflit

  • entre Arabes sunnites et Iraniens chiites,
  • entre sunnites de la péninsule arabique et rebelles chiites du Yémen,
  • entre tenants d’une société traditionnelle où la religion est aux mains des émirs et partisans d’un Islam transformé en doctrine politique (autrement nommé Islamisme).

Fidèle à sa ligne, le pape se rend au cœur des conflits, il ne reste pas à distance, comme il l’a fait avec les migrants en Méditerranée, ou avec les Rohingya en Asie. 

Pour dénoncer les crimes dont la population yéménite est massivement victime, mieux vaut s’adresser au principal allié de l’Arabie saoudite (les E.A.U.) que d’exprimer sa désapprobation aux autorités de Ryad, particulièrement fermées au dialogue sur ce sujet. François ne se fait certainement pas d’illusions, mais accomplit son ambition de faiseur de paix

(« Fais de moi l’instrument de ta paix », selon la phrase de son modèle absolu, Saint François d’Assises).

North and South America map

Pour ce qui est de l’Amérique latine que le Pape connait parfaitement, Le Vatican est prêt à effectuer une médiation au Venezuela si les parties en conflit le demandent mais des mesures doivent être prises au préalable pour rapprocher les deux camps, a déclaré mardi le pape François, de retour de son voyage aux Émirats arabes unis.

Le chef de l’Église catholique, qui s’est confié aux journalistes à bord de son avion, a confirmé avoir reçu une lettre du président vénézuélien Nicolas Maduro, qu’il a dit cependant ne pas avoir encore lue.
Interrogé par la chaîne italienne Sky TG24, Nicolas Maduro a annoncé lundi qu’il avait envoyé une lettre au pape dans l’espoir que ce dernier « aide à faciliter et renforcer le dialogue » au Venezuela.
« Je vais lire cette lettre et voir ce qu’il est possible de faire mais la première condition est que les deux parties le demandent. Nous sommes prêts », a déclaré le pape.
Une médiation formelle constituerait la dernière étape d’un processus de rapprochement, qui passerait d’abord par une reprise du dialogue, a ajouté le souverain pontife.

Plusieurs tentatives de pourparlers entre pro et anti-Maduro ont déjà capoté, dont l’une sous l’égide du Vatican, et l’opposition se méfie des offres de dialogue du chef de l’État vénézuélien, estimant qu’il cherche avant tout à gagner du temps.

Nicolas Maduro, qui a entamé en janvier son second mandat, est défié par l’opposant Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale, qui rejette la légitimité de son élection et s’est proclamé la semaine passée président par intérim du pays, avec le soutien de nombreux pays dont les États-Unis.

Souvenons-nous que le rétablissement des relations diplomatiques entre le Cuba et les États-Unis est le résultat d’une longue et discrète médiation du Saint-Siège ! Une solution diplomatique est préférable à une approche coercitive7.

Derrière le caractère inédit, spectaculaire, historique de la visite (la vingt-septième de son pontificat) qu’effectue François aux Émirats arabes unis, se dissimule une stratégie profonde, qui vise à la fois à désenclaver le christianisme et à favoriser l’évolution de la religion musulmane vers la modernité.
Les rapports subtils entretenus par l’actuel chef de l’Église catholique avec l’Islam se lisent en effet à deux niveaux ; l’un se déroule en pleine lumière, l’autre se situe dans l’ombre. 

Ce déplacement du Pape François, en terre d’islam, riche conceptuellement parlant, tranche, par effet de miroir, avec la pauvreté intellectuelle ambiante.

Quelle densité, quelle épaisseur comparée à la salade servie par notre VRP Macron en Égypte8, une semaine plus tôt !9

C’est que le Saint-Père n’est pas dans la vulgaire com’10. Il évolue dans la profondeur stratégique, dans le débat d’idées :

« il n’y a pas d’autre alternative, ou bien nous construisons ensemble l’avenir, ou bien il n’y aura pas de futur » déclare-t-il aux EAU.

Comme le souligne, l’ambassadeur, Yves Aubin de la Messuzière :

« Pour faire simple, il ne peut y avoir de bonne diplomatie sans diplomates ‘ingénieurs de la paix’ »11.

En cela, le Saint-Père maîtrise parfaitement tous les leviers de la diplomatie, contrairement à nombre de chefs d’État et de gouvernement qui se croient les Talleyrand du monde nouveau. Il travaille pour la confiance et donc pour la paix.

Pape François _105462443_mediaitem105462442

En ce sens, on peut dire que le Pape François est le dernier vrai diplomate12.


1 Etienne de Montety, Un dernier mot, Emirat, Le Figaro, 6 février 2019, p. 38.
2 Cécile Chambraud, Le « pas en avant » du Pape vers l’islam, Le Monde, 7 février 2019, p. 3.
3 Jean-Marie Guénois, Aux Émirats, le Pape défend la liberté religieuse, Le Figaro, 5 février 2019, p. 10.
4 Benjamin Barthe, Les Émirats arabes unis, apôtres d’une tolérance à géométrie très variable, Le Monde, 6 février 2019, p. 4.
5 Jean-Marie Guénois, Le Pape face à d’autres scandales sexuels, Le Figaro, 6 février 2019, p. 10.
6 Guillaume Berlat, Le Pape, combien de divisions ?, www.prochetmoyen-orient.ch , 2 juillet 2018.
7 Collectif, S’engager pour une solution diplomatique, Le Monde, 8 février 2019, p. 21.
8 Elise Barthet, Le commerce extérieur français s’est encore dégradé en 2018, Le Monde, Économie & Entreprise, 8 février 2019.
9 Guillaume Berlat, Pinocchio à la peine chez Pharaon…, www.prochetmoyen-orient.ch , 4 février 2019.
10 Macron n’est pas en campagne, mais c’est tout com’ !, Le Canard enchaîné, 6 février 2019, p. 1.
11 Yves Aubin de la Messuzière, Profession diplomate. Un ambassadeur dans la tourmente, Plon, janvier 2019, p. 396.
12 Christian Makarian, Le Pape François, le vrai dernier diplomate ?, http://www.lexpress.fr , 4 février 2019.


PAPE le-pape-francois-g-accueilli-par-le-prince-heritier-d-abou-dhabi-cheikh-mohammed-ben-zayed-al-nahyane-a-son-arrivee-a-l-aeroport-le-3-fevrier-2019_6149758

Le pape François (G) accueilli par le prince héritier d’Abou Dhabi cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane à son arrivée à l’aéroport le 3 février 2019

afp.com/Andrew Medichini

2/ Le pape François, le dernier vrai diplomate

Christian Makarian, Le Pape François, le vrai dernier diplomate ?, http://www.lexpress.fr , 4 février 2019.

 — En visite aux Émirats arabes unis, le chef de l’Église catholique poursuit le pari du dialogue. Risqué et courageux.

Derrière le caractère inédit, spectaculaire, historique de la visite (la vingt-septième de son pontificat) qu’effectue François aux Émirats arabes unis (du 3 au 5 février 2019 ), se dissimule une stratégie profonde, qui vise à la fois à désenclaver le christianisme et à favoriser l’évolution de la religion musulmane vers la modernité. Les rapports subtils entretenus par l’actuel chef de l’Église catholique avec l’Islam se lisent en effet à deux niveaux ; l’un se déroule en pleine lumière, l’autre se situe dans l’ombre.

– L’ambition d’un faiseur de paix

abu-dhabi-united-arab-emirates-aerial-view  Abou Dhabi

Le choix d’Abou Dhabi [1]est loin de relever du hasard : la capitale des Émirats est aussi celle de l’État le plus proche du royaume wahhabite d’Arabie saoudite, tant par la géographie que par son alliance avec Ryad. On a même pris l’habitude de rapprocher les destins parallèles de Mohammed Ben Salman (MBS)[2], le bouillant et brouillon prince héritier saoudien, et Mohammed Ben Zayed (MBZ), prince héritier et ministre de la Défense d’Abou Dhabi (le plus riche des sept E.A.U.), tout aussi pressé de mener son pays au XXIe siècle au moyen de la centralisation de tous les pouvoirs.
Autant dire qu’exercer une influence, ou tout simplement exprimer une présence à Abou Dhabi, revient à provoquer un écho direct en Arabie, pays qui règne sur les deux principaux lieux saints de tout l’islam. Or, à l’inverse du royaume wahhabite, le petit et richissime émirat tolère la construction d’églises (on y compte neuf édifices religieux catholiques sur 76 édifices chrétiens au total), laisse les catholiques libres de leur pratique pourvu qu’elle reste confinée à leurs lieux de culte (environ un million de fidèles, principalement des immigrés philippins ou indiens) et se montre bien plus dur envers les Frères musulmans qu’envers les Frères des écoles chrétiennes.
C’est donc a priori le pays idéal pour le « message de paix » que le souverain pontife est venu porter dans le golfe Persique, épicentre d’un triple conflit
  • entre Arabes sunnites et Iraniens chiites,
  • entre sunnites de la péninsule arabique et rebelles chiites du Yémen,
  • entre tenants d’une société traditionnelle où la religion est aux mains des émirs et partisans d’un Islam transformé en doctrine politique (autrement nommé Islamisme).

PAPE FRANCOIS ARABIE SAOUDITE 2019 manar-02658650015495486165 Mufti d’Égypte et pape François à Abu Dhabi

Fidèle à sa ligne, le pape se rend au cœur des conflits, il ne reste pas à distance, comme il l’a fait avec les migrants en Méditerranée, ou avec les Rohingya[3] en Asie.

À ce titre, pour dénoncer les crimes dont la population yéménite est massivement victime, mieux vaut s’adresser au principal allié de l’Arabie saoudite (les E.A.U.) que d’exprimer sa désapprobation aux autorités de Riyad, particulièrement fermées au dialogue sur ce sujet. François ne se fait certainement pas d’illusions, mais accomplit son ambition de faiseur de paix (« Fais de moi l’instrument de ta paix », selon la phrase de son modèle absolu, Saint François d’Assises).

Une sorte de partenariat stratégique

L’autre versant de son action est plus discret, mais pas moins important. Celui que ses plus farouches adversaires nomment méchamment le « pape islamisé »[4] suit en effet une ligne très délicate – et controversée – qui l’a déjà conduit en Égypte, en Azerbaïdjan (surtout pour « équilibrer » le voyage qu’il avait effectué préalablement en Arménie), au Bangladesh (où il a soutenu la cause des réfugiés musulmans Rohingya, persécutés par les extrémistes bouddhistes) et en Turquie.
Le pape veut être un diplomate au contact direct : il resitue le christianisme dans une action en faveur de l’humain, terrain que les grandes puissances occidentales ont abandonné depuis longtemps (les États-Unis apportent un soutien presque sans faille à l’Arabie saoudite dans son action militaire désastreuse au Yémen).

Ahmed el Tayeb, directeur de l'université islamique d'al-Azhar, Le Caire, Egypte.bn  Ahmed el Tayeb, directeur de l’université islamique d’al-Azhar, Le Caire, Egypte.

C’est pour assister à la « Conférence mondiale sur la fraternité humaine », organisée par le Conseil musulman des Sages que François s’est rendu aux Émirats. Et il l’a fait à l’invitation de celui avec lequel il a bâti depuis quelques années une sorte partenariat stratégique, à savoir le cheikh Ahmed Al Tayeb, recteur de l’université Al-Azhar du Caire ; ce sera la cinquième rencontre entre les deux hommes.
Vu sous cet angle, le déplacement de l’évêque de Rome aux bordures de la zone la plus conflictuelle du monde prend les allures d’une mission audacieuse, qui soulève beaucoup d’objections au sein du monde catholique identitaire et qui, bien entendu, est conçue pour combler le fossé creusé par les islamistes.

François a fait un pari, celui de franchir les barrières par le dialogue et la poignée de main : il est peut-être un des derniers vrais diplomates du monde actuel.

Le-pape-Francois-recoit-imam-Al-Azhar-Vatican-23-2016_0_730_475  Rencontre en 2016


SOURCE/ https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/le-pape-francois-le-dernier-vrai-diplomate_2060756.html

Pape François pape-franc3a7ois-abu-dhabi

3/ Le PAPE Combien de Divisions ?

2 Juillet 2018  Guillaume Berlat – Proche et Moyen-Orient.ch

« Il faut, comme Dumersais l’observe après plusieurs écrivains, distinguer avec soin la cour de Rome, le pape et le Saint-siège » (Jean Le Rond d’Alembert). Il est vrai qu’il est difficile, parfois impossible pour le béotien de distinguer des concepts qui lui apparaissent voisins mais en réalité ne sont pas si proches qu’il n’y paraît à première vue. D’où vraisemblablement, la difficulté qui existe à porter un jugement objectif sur le bilan de l’action d’un pape. La tâche est d’autant plus ardue que le descendant de Saint Pierre est une personnalité aussi atypique et non conformiste que l’est celle du pape François, Jorge Mario Bergoglio né en 1936 à Buenos Aires (Argentine).
  • Cinq ans après son élection (13 mars 2013) par le conclave, quels sont les premiers enseignements que l’on peut tirer du pontificat du 266e pape de l’Église catholique dans un monde aussi complexe qu’imprévisible ?

Rarement en manque d’imagination, nos perroquets à carte de presse ne font pas dans la mesure, sombrant dans l’excès alors que la prudence s’impose pour juger de son action à l’intérieur et à l’extérieur de la Cité dont il est le chef d’État.
  • Comment juger sérieusement l’action d’un souverain pontife sur la base de sondages d’opinion (volatils par nature) alors que son action se place dans le temps long de l’intemporel (celui de l’éternité) et dans la dimension spirituelle (celle de la religion catholique) ?1

Ne dit-on pas dans les couloirs feutrés du Vatican que « le diplomate séduit, le gestionnaire déçoit » !

Pape François 16153293651426_0_1399_933

A — Volonté Affirmée et Assumée de Réforme en Profondeur

La critique est aisée, l’art est difficile, y compris lorsque l’on sait que les voies du Seigneur sont impénétrables. Après une longue période de papamania, les critiques se font jour à l’intérieur et à l’extérieur du Vatican.
  • Qu’en est-il des projets de réforme du pape François tant en ce qui concerne les structures que les esprits ?
  • Que dire de la sévérité des médias ?

Une réforme des structures par les mentalités : le plaidoyer pour la « dignité humaine »

Si l’on en croit les sondages des cœurs et des âmes, les Chrétiens plébiscitent « en même temps » sa volonté de secouer le conservatisme de la Curie romaine2, voire ses excès d’apparat, en un mot son progressisme tout en critiquant sa gestion du scandale de la pédophilie

(Cf. les réactions hostiles lors de son dernier déplacement en Amérique latine et, plus particulièrement, en Argentine)3.

St_Peter's_Square,_Vatican_City_-_April_2007.jpg

Les experts du Vatican considèrent que s’est ouverte, avec ce voyage en pays de connaissance, la crise la plus violente de son pontificat, cinq ans après son élection, le 13 mars 2013.

Ce que l’on découvre au fil des ans est que le pape François met constamment l’accent sur la défense des faibles, des démunis, des méprisés face aux forts et aux puissants.

  • De Lampedusa, où il fulmine contre la « mondialisation de l’indifférence » qui laisse périr les migrants en mer,
  • au discours de Santa Cruz (Bolivie) qui enrôle l’Église aux côtés des « mouvements populaires »,
  • des prisons qu’il ne cesse de visiter aux « esclaves sexuels » dont il prend la défense,
  • le pape argentin tonne comme le « Dieu argent », les trafiquants d’êtres humains et les fabricants d’armes.
  • N’est-il pas tenté de donner de plus crédit à la parole d’un hiérarque chilien qu’à de simples fidèles ?
  • Ne prête-t-il pas le flanc à l’accusation de cléricalisme ?

Voilà pour les critiques actuelles ! Même si les choses ont évolué dans le bon sens.

Mais, notre jugement ne peut être que balancé tant il saisit l’occasion de chacune de ses rencontres annuelles avec la Curie romaine pour critiquer administration dysfonctionnelle minée par les conflits internes.

Il est le premier pape à s’exprimer avec vigueur contre les forteresses du conservatisme au Vatican.

Vatican18137437lpw-18143804-article-jpg_5980127_660x281

Entre la parole et l’action, il existe toujours un grand pas à franchir. Cinq ans, c’est long mais c’est court. La France est bien placée pour le savoir. Le dossier noir, qui est mis à son débit, porte sur la lutte contre la pédophilie qu’il qualifie la « plus grande des désolations que l’Église est en train de subir ». Ceci le conduit à reconnaître ses « graves erreurs d’appréciation » sur le dossier des scandales de la pédophilie touchant des ecclésiastiques au Chili4 et à prendre les mesures qui s’imposent5. Ceci mérite d’être relevé et médité par nos dirigeants politiques bonimenteurs.

Une réforme des esprits par les pratiques : la querelle des anciens et des modernes

Ouvrant le pré-synode des jeunes, en présence de 285 représentants de la jeunesse du monde entier au Vatican le 19 mars 2018, le pape François, qui vient de publier un ouvrage sur la jeunesse6, affiche un ton incisif en les encourageant à parler « sans gêne » ni peur d’énoncer des « vérités crues ». Il leur rappelle que l’éducation doit permettre de conserver une « capacité d’étonnement » et « d’ouverture au mystère de l’autre ». Il ajoute que « pour avoir une éducation complète, il faut les trois langages : celui de la tête, pour bien penser, celui du cœur pour bien sentir, et celui des mains pour bien faire »7. Lors de son message pascal (1er avril 2018), le pape François fait des jeunes sa priorité (les écouter), axe d’action structurelle pour l’Église mais aussi pour le souverain pontifical.

201478182555_9538-1024x683

Ne souhaitant pas s’attaquer frontalement au dogme et à son intangibilité, le souverain pontife préfère faire évoluer les pratiques en poussant le Vatican à abandonner l’entre-soi et en s’ouvrant vers l’extérieur, vers l’avenir et la jeunesse.

Pour lui, il faut que les jeunes s’engagent dans « la marche de l’Église »8. Ceci relève d’une habile stratégie de contournement. À ses yeux, le prochain synode sera le temps d’un appel lancé à l’Église pour qu’elle « retrouve un dynamisme jeune et renouvelé » et cela contre « la routine » et « on a toujours fait comme ça ». L’Église doit rester en « mode créatif » dans « l’authentique tradition chrétienne », ce qui « comporte des risques ».

Une intransigeance des médias à l’égard du pape : le manque de charité chrétienne

Les médias ne laissent rien passer. Chaque erreur est stigmatisée comme l’affaire du floutage des remarques acides du pape émérite, Benoît XVI qui conduit à la démission au puissant « ministre » de la communication du Vatican, Monseigneur Dario Vigano9.
Face à la polémique qui grossissait, le Vatican a été contraint de publier tout le document accompagné d’une note qui récuse toute « manipulation »10. Il est vrai que ces mêmes médias font preuve d’une bienveillance particulière lorsqu’il s’agit des bobards, des mensonges, des contre-vérités que nous servent, à longueur de journée, nos dirigeants de droite, de gauche comme de la République en marche arrière.
C’est que le pape François dérange par ses saillies régulières contre « la pétrification mentale », contre la « mondanité spirituelle ». « Faire des réformes à Rome, c’est comme nettoyer le Sphinx d’Égypte avec une brosse à dent » s’exclame-t-il ! Il agace par la tendance à faire la morale à ses troupes et même à terroriser ses collaborateurs.
  • À quand, quelques plaintes pour « burn out » pontifical ?

En un mot, il dérange par son non conformisme dans un environnement conformiste, parfois traditionnaliste.

Il est difficile d’être fort à l’extérieur avec des fragilités à l’intérieur. Ce sont ces deux voies parallèles que suit le pape François depuis plus de cinq ans. Surtout dans la mesure où « le pape est le premier dont le pontificat se déroule à l’échelle du monde »11.

B — Voix Singulière et Forte sur la Scène Internationale

vatican-pop-francis_wide-8563ffec8d32645f20e0c2dfd5edb000b59bdfb2-s800-c85

Il y aurait beaucoup à dire de la diplomatie vaticane tant elle est complexe, souvent entourée d’un halo de mystère, les voies du Seigneur étant par nature impénétrables12. Essayons de replacer l’action du Saint-Siège dans sa dimension absolue et dans sa dimension relative !

La diplomatie vaticane dans l’absolu : une action en dehors et au-dessus des Nations

Une diplomatie ancienne.

La diplomatie vaticane est bel et bien adossée à un héritage multiséculaire, mais elle doit constamment faire face à l’inattendu. Usant du réseau planétaire de ses nonciatures, la diplomatie vaticane entend œuvrer discrètement mais utilement dans le champ du temporel. Dans son discours devant l’ONU, le 4 octobre 1965, Paul VI renonce à jouer la compétition entre les États souverains. Il ne se dit
« investi que d’une minuscule et quasi symbolique souveraineté temporelle : le minimum nécessaire pour être libre d’exercer sa mission spirituelle et assurer ceux qui traitent avec lui qu’il est indépendant de toute souveraineté dans ce monde ».
Le Saint-Siège est présent dans les grandes agences et enceintes internationales. Personne ne remet en question cette présence sur la scène mondiale, ni ne conteste le fait que le Saint-Siège est un acteur incontournable des relations internationales. Après l’ouverture de relations diplomatiques avec la Russie en 2009 (Cf. visite de Vladimir Poutine au Pape le 25 novembre 2013), le Vatican a des relations avec 174 Etats, soit plus du double de ce qui existe au début du pontificat de Jean-Paul II.

Une diplomatie de l’efficacité.

Pour mener sa mission, le micro-État (44 hectares) qu’est le Vatican possède un appareil doté d’une solide expérience. À la manœuvre, le cardinal Pietro Parolin décrit par un vaticaniste comme
« un diplomate courtois, à l’écoute, qui joue un rôle essentiel sur les grands dossiers internationaux, notamment dans la négociation avec les FARC, la rencontre avec Kirill, le réchauffement Cuba/États-Unis »13.
Même si la structure dirigée par Richard Gallagher, prélat britannique est modeste (l’équivalent d’une direction du Quai d’Orsay), elle tire sa force de la quasi-universalité de son réseau (ses nonciatures) que l’on retrouve dans 195 États dans le monde.
Seuls une dizaine n’entretient pas n’entretiennent pas de relations avec le Saint-Siège, les trois plus importants étant l’Arabie saoudite, la Chine et le Vietnam. Avec son statut d’observateur, le Vatican peut faire entendre sa voix au Conseil de l’Europe (Strasbourg), à l’OSCE et à l’AIEA (Vienne) et à l’ONU (New-York). Constant sur le sujet du désarmement, il est le premier État à avoir signé le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) en juillet 2017.

Une diplomatie des marges.

La diplomatie du Vatican est astucieuse dans la mesure où elle échappe aux critères courants. Par sa nature même, le dirigeant du plus petit État au monde ne peut jouer dans la Cour des grands, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et détenteurs de l’arme nucléaire. Sa diplomatie, pour être efficace, se doit d’être une diplomatie des marges fondée sur une parole prophétique, sur un regard distancié. La diplomatie du Vatican excelle dans la discrétion et dans l’ombre, ce qui la rend d’autant plus efficace. Elle sait effectuer une distinction entre les conflits sur lesquels elle a prise et sur les autres, en ne dispersant pas inutilement. Elle essaie de faire preuve de clairvoyance dans le diagnostic des nombreux maux du XXIe siècle. Clairvoyance qui fait sérieusement défaut à nos dirigeants l’œil rivé sur le très court terme et sur le buzz.

pape-francois-onu_article_large

Une diplomatie engagée.

Ne redoutant pas de quelconques représailles sur le plan économique et commercial, la diplomatie du Vatican se réclame d’une diplomatie des valeurs.
L’environnement14, les migrants… sont ses chevaux de bataille. Certains lui font parfois le reproche d’être un dirigeant d’ONG humanitaire, rompant avec certaines conceptions archaïques du message pontifical. Peu importe, en ces temps tourmentés, le pape François n’hésite pas à choisir ses combats à l’occasion des fêtes de Pâques 2018, en appelant à la fin de « l’extermination en cours » en Syrie ou à « la réconciliation en Terre sainte ». Il stigmatise le « génocide arménien ».
Pour l’instant, il reste silencieux sur la question kurde. Pourquoi ? Jusqu’à quand ?
Le pape François, c’est
  • la force de la parole contre les dérives de notre époque,
  • la force et la simplicité du message,
  • la parole singulière
qui appelle à revenir à l’essentiel qui fustige « la globalisation de l’indifférence ».

En un mot, sans faire de mauvais jeu de mots, un « homme qui a choisi de faire de sa parole une arme contre les défis de notre temps »15. Une approche originale qui sied parfaitement à une autorité spirituelle.

La diplomatie vaticane dans le relatif : la médiation entre États16

La qualité de l’information.

La force principale de la diplomatie du Saint-Siège tient à la qualité des informations qu’elle recueille aux quatre coins de la planète.
Elle est informée en temps réel par son réseau irremplaçable d’informateurs discrets mais attentifs que sont les évêques, les cardinaux, les prêtres, les religieux, les missionnaires qui sont les témoins oculaires de ce qui passe partout, y compris dans les zones de crise et de guerre. Leurs rapports n’ont rien à envier à certains des télégrammes diplomatiques façon Norpois du Quai d’Orsay.

Un véritable réseau d’espions en soutane, maugréent certains !

La diplomatie vaticane se déploie tous azimuts. Information à la source que le pape François tient des nombreuses visites que les chefs d’État et de gouvernement lui rendent régulièrement à Rome (Cf. celle d’Emmanuel Macron du 26 juin 2018). « Le défilé ne cesse jamais, le rythme est très soutenu », constate un diplomate européen. Certains vont jusqu’à dire que « le pape est l’aumônier les chefs d’État et de gouvernement » tant certains d’entre eux sont des visiteurs réguliers.

pape à l'ONU 2015 7e87d4487802bedaad5c228372b150035ae81bda

La spécificité du message.

Délaissant le « centre », ce pape des « périphéries » est à Lampedusa, à Lesbos, en Albanie, en Géorgie, en Azerbaïdjan… Il se veut la conscience du monde. Le souverain pontife se place résolument du côté des humbles, des discriminés. Il incite les catholiques à aider les plus pauvres et accueillir les migrants (il met un bémol ces dernières semaines) tout en les appelant à faire chaque jour leur examen de conscience17.
Son activité internationale est volontairement ciblée sur une quinzaine de dossiers et sur des endroits précis. Une action internationale articulée avec sa vision du monde. Autre axe de son pontificat, « l’écologie intégrale » qu’il défend dans son encyclique « Laudato Si’ » (2015). Comme le souligne Hubert Védrine : « cette encyclique, même si elle présente des côtés trop systématiques, a un impact profond. Elle conforte un mouvement ‘d’écologisation’, avenir de l’humanité et de l’économie ; c’est une contribution extraordinaire, tranquille, sans tapage, à une évolution des mentalités ».
Le pape souhaite s’en tenir à la « sagesse du peuple ; le salut ne vient pas des experts qui cogitent dans leurs bureaux ». D’où sa critique marquée des élites. Il sait communiquer à la perfection. Une parole relayée chaque jour jusqu’aux confins de la planète par les 350 personnes de Radio Vatican, rebaptisée Vatican News depuis le 1er janvier 2018, sur tous les supports en 40 langues. Ce qui permet de « porter le pape au cœur du monde ». Un journaliste va même jusqu’à dire que Vatican News se situe dans « une logique de promotion de la marque pape François ».

La pertinence et l’actualité de son action.

Le premier mouvement du Pape François sur le terrain géopolitique est la dénonciation de l’éventuelle intervention militaire en Syrie. Le grand mérite de François est d’avoir repris le flambeau du pape diplomate, que ce soit pour resserrer les liens avec l’orthodoxie, pour défendre la cause des chrétiens d’Orient, particulièrement menacés en Syrie, ou pour inviter Israéliens et Palestiniens à prier pour la paix au Vatican. Son voyage en Jordanie, Israël et Palestine (24-26 mai 2014) signe le retour de la diplomatie vaticane.
Deux thématiques dominent son action :
  1. l’attention portée aux crises immédiates (Syrie, conflit israélo-palestinien, RCA)
  2. et un intérêt accru pour les questions sociétales (climat, environnement, économie, social, immigration avec sa visite à Lampedusa).
Il porte à la une de l’actualité la cause des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie.

En Afrique, il joue les intercesseurs pour la paix au Mozambique, en Centrafrique et en RDC et projette de se rendre au Soudan du sud, ce que lui déconseille son entourage pour des raisons de sécurité.

Avec en toile de fonds, la volonté d’être une « conscience dans la mondialisation ». Il stigmatise les marchés financiers, décrits comme des machines à enrichir un tout petit nombre au détriment de tous les autres, dans un document, qu’il n’a pas écrit, mais qu’il a approuvé : Oeconomica et pecuniariae quaequestiones18. Sa voix comme cette voie sont prises au sérieux.

Sans être un diplomate de formation, il se révèle fin géopoliticien.

A la diplomatie normative des traités, il préfère la diplomatie des mains jointes : « la prière possède une force politique à exploiter ». À la diplomatie de l’exclusion, particulièrement en vogue chez les dirigeants occidentaux, il préfère la diplomatie inclusive, jouant d’une grande habileté pour ménager tout le monde.

le-pape-demande-lonu

La déclaration d’amour de Jupiter à l’église catholique.

De manière surprenante, alors qu’on l’attendait sur le thème de la laïcité, Jupiter se rend au Collège des Bernardins, le 9 avril 2018, pour y discourir (plus d’une heure comme à l’accoutumée) sur la relation entre l’État et l’église dont il veut réparer le lien19.
Il rencontre le pape François à Rome le 26 juin 2018. Cette première visite se déroule sous de meilleurs auspices que celle de son prédécesseur qui fut lamentable et qui se déroula dans un contexte de polémique sur la personnalité de l’ambassadeur désigné pour représenter la France auprès du Saint-Siège20. Après un an de vaines polémiques, François Hollande retirera cette candidature inopportune. Le plus fort n’est pas celui que l’on croit.

« Le véritable doute consiste à douter de tout, y compris du bienfondé de ce doute » nous rappelle Descartes.

Le défi, que doit relever le pape François, se situe aussi bien en interne qu’externe avec des évènements qui viennent de loin et les « sombres temps » (Hannah Arendt) d’un monde aux repères brouillés.

Il veut en finir avec le temps des hypocrisies, des fausses pensées, de la bienpensance, du dogme mortifère et d’une liturgie désuète tout cela embrumé de langue de bois.

Tout en ne récusant pas de traiter les problèmes du court terme, il place son action dans une vision à long terme. Il se méfie de l’impuissance du pouvoir. Pendant ce temps, la colère des peuples gronde. Le pape François cherche à regarder le réel en face. Son message prophétique est parfois dérangeant à l’instar des lanceurs d’alerte21. Comme le rappelle Marivaux « il faut avoir du jugement pour sentir que nous n’en avons point ».

Alors que les cartes de la géopolitique sont rebattues et que les régimes autoritaires se multiplient, la force de la diplomatie du pape François tient à sa vertu, ne cherchant à vendre ni armes, ni à conquérir des marchés ou à gagner de l’influence par la force si ce n’est celle de ses idées.

Ce qui lui procure une liberté de manœuvre indéniable et réelle bien que l’on puisse toujours dire, comme aurait dit Staline à Pierre Laval en 1935, le pape, combien de divisions ?

Pope Francis during a general audience in Vatican City in January 20191089276950.jpg.0

Guillaume Berlat
2 juillet 2018

1 Jean-Marie Guénois, La popularité du pape François faiblit chez les catholiques, Le Figaro, 13 mars 2018, pp. 1-2-3.
2 Cécile Chambraud, Les embarras du C9, le cénacle chargé de transformer la curie, Le Monde, 11-12 mars 2019, pp. 2-3.
3 Cécile Chambraud, La réforme du pape à l’épreuve de la pédophilie, dans Les cinq ans de François au Vatican, Le Monde, 11-12 mars 2018, pp. 1-2-3.
4 Cécile Chambraud, Le pape confesse ses « erreurs » sur la pédophilie au Chili, Le Monde, 13 avril 2018, p. 5.
5 Cécile Chambraud, Le pape accable l’église du Chili à propos de la pédophilie. Le Monde, 20-21-22 mai 2018, pp. 1-2.
6 Pape François, Dieu est jeune, Robert Laffont, 2018.
7 Marie Malzac, Le pape exhorte les jeunes au « courage » de parler sans fard, La Croix, 20 mars 2018, p. 18.
8 Jean-Marie Guénois, Le pape engage les jeunes dans la marche de l’Église, Le Figaro, 2 avril 2018, pp. 1-2-3.
9 Cécile Chambraud, Quand le Vatican « floute » les remarques acides de Benoît XVI, Le Monde, 23 mars 2018, p. 5.
10 Jean-Marie Guénois, Comment le Vatican a tronqué une lettre de Benoît XVI, Le Figaro, 19 mars 2018, p. 13.
11 Dominique Wolton rencontre avec le pape François (un dialogue inédit), Politique et société, éditions de l’Observatoire, 2017.
12 Constance Colonna Cesari, Dans les secrets de la diplomatie vaticane, Seuil, 2016.
13 Jérôme Cordellier, À quoi joue le pape François ? Géopolitique, Le Point, 5 avril 2018, pp. 44-45-46-47.
14 Pape François, Le souci de la Maison commune. Lettre encyclique Laudato Si’, Collège des Bernardins, 2015.
15 Céline Rouden, Wim Wenders, le pape et la force de la parole, La Croix, 14 mai 2018, p. 20.
16 Guillaume Berlat, François, un pape diplomate. Le passé recomposé, www.association-desinternationalistes.org , 15 septembre 2014.
17 Jean-Marie Guénois, L’appel du pape François pour tendre vers « la sainteté », Le Figaro, 10 avril 2018, p. 10.
18 Habemus pas d’âme, Le Canard enchaîné, 23 mai 2018, p. 8.
19 Cécile Chambraud, Macron veut réparer le lien » entre Eglise catholique et Etat, Le Monde, 11 avril 2018, p. 10.
20 François Hollande, Au Saint-Siège dans Les leçons du pouvoir, Stock, 2018, pp. 93-94.
21 Étienne de Montety, Lanceur d’alerte, Le Figaro, 13 mars 2018, p. 1.


source/ https://prochetmoyen-orient.ch/le-pape-combien-de-divisions/

2 réflexions au sujet de « 3205 – Le pape François, le dernier vrai diplomate … 3 articles »

Les commentaires sont fermés.