3183 – Pénurie de cartes grises à venir ?

C’est la triste histoire d’une usine qui ferme et qui met sur le carreau ses 200 salariés dans un petit coin de France qui sera encore plus « Gilets jaunes ».
C’est la triste histoire d’un pillage économique qui n’a aucun sens, car cette usine a un marché captif, celui de nos cartes grises, des cartes grises que chaque automobiliste paie au prix fort. Il n’y a pas vraiment de concurrence dans la fabrication du papier sécurisé pour carte grise, et de vous à moi, si une fois tous les 5 ans je dois payer le papier de ma carte grise 1 euro de plus pour assurer à 200 familles des gamelles pleines, cela ne me dérange pas vraiment, vu le budget automobile que l’État nous force à avoir entre les radars et autres amendes…
C’est la triste histoire de la liquidation judiciaire d’Arjowiggins qui a reçu des subventions publiques par millions, qui a vu sa trésorerie pillée par ses nouveaux actionnaires suite à un rachat, et maintenant une situation financière exsangue alors que les carnets de commandes sont pleins.

Alors depuis une semaine, les salariés de l’usine menacée brûlent des bobines de papier sécurisé…

Une violence qui sera sans doute intolérable à nos aimables foulards rouges qui se roulent dans le pognon et un confort pas forcément très mérité.
Comme le rapporte Le Parisien,
« ce dimanche, déjà sept bobines de 200 kg ont brûlé. Il y en aurait une centaine en tout, soit «l’équivalent d’un an de commandes». Selon le représentant syndical, «l’État a un besoin urgent de ce papier, car nous sommes les seuls en France à en produire. D’ici deux mois, il y aura une pénurie de cartes grises» ».
C’est un fonds d’investissement qui a racheté cette entreprise en avril 2018 pour la liquider quelques mois seulement après.

Lorsque le vol de notre pays devient tellement systématique et tellement flagrant, il ne faut pas s’étonner que cela pose quelques menus problèmes.

Le problème c’est que maintenant, « ils » ne se cachent même plus pour nous voler !

Charles SANNAT

Source Le Parisien ici

Jouy-sur-Morin … les salariés de l’entreprise en liquidation brûlent leur papier sécurisé

papier usine 7997574_12084744-219e-11e9-b445-de27b54aa18d-1_1000x625  Jouy-sur-Morin. Les 220 salariés ont appris par accident qu’ils allaient être licenciés. Ils ont décidé de bloquer l’usine. LP/Sébastien Roselé

La liquidation judiciaire de Arjowiggins Security , cette société spécialisée dans la fabrication de papier pour billets de banque et cartes grises a été prononcée mi-janvier.

Les salariés de l’usine Arjowiggins Security du hameau de Crèvecoeur, à Jouy-sur-Morin, ont commencé à brûler leur stock de papier sécurisé pour cartes grises « cette semaine » afin d’alerter l’État.

La société de 220 salariés, spécialisée dans la fabrication de papier pour billets de banque et cartes grises, est sur le point de fermer. Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé sa liquidation judiciaire à la mi-janvier.

Depuis les salariés se relaient 24 heures sur 24 pour garder leur usine. Ils étaient une trentaine à midi, selon la compagnie de gendarmerie de Coulommiers. Ils ont déjà détruit plusieurs bobines.

«Toutes les douze heures, il y a une bobine qui part au feu »,

a déclaré ce samedi à l’AFP Patrice Schaafs, délégué syndicat CGT et secrétaire du comité central d’entreprise.

Le papier sécurisé est «leur monnaie d’échange », selon le responsable syndical. Toujours selon lui, ils seraient les seuls à en produire en France et cela pourrait engendrer « une pénurie ».

Les 220 salariés réclament des conditions de licenciement « décentes ». Le fonds d’investissement suisse Blue motion technologies holding a racheté en avril 2018 Arjowiggins Security au groupe papetier français Sequana.


SOURCE/ http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/jouy-sur-morin-les-salaries-del-entreprise-en-liquidation-brulent-leur-papier-securise-26-01-2019-7997574.php


En Seine-et-Marne, cette entreprise produit du papier sécurisé, qui sert notamment pour les cartes grises. Pour alerter les pouvoirs publics sur leur situation, les 200 salariés ont déjà brûlé une partie de leur stock.

« La carte grise de votre voiture sort de l’usine Arjowiggins de Crèvecœur[1] »
préviennent les salariés de ce fabricant de papier sécurisé en liquidation judiciaire, à Jouy-sur-Morin (Seine-et-Marne). Ils utilisent désormais cet argument comme « monnaie d’échange » afin d’obtenir un geste des pouvoirs publics.
papier usine 7932300_74ca90ea-dd0f-11e8-88da-2b114c30bab1-1_1000x625  Jouy-sur-Morin, ce mercredi. Jean-Pierre Floris (troisième en partant de la gauche), le « Monsieur industrie » du gouvernement, a visité l’usine de Crèvecœur de l’entreprise Arjowiggins Security, reprise en avril dernier par un fonds d’investissement suisse. « C’est un dossier particulièrement sensible, qui concerne un gros employeur local », souligne-t-il. LP/A.A.

Le tribunal de commerce de Nanterre a en effet prononcé la liquidation judiciaire d’Arjowiggins le 16 janvier dernier. En tout, 240 personnes vont perdre leur emploi. Depuis, les 200 salariés du site seine-et-marnais occupent leur usine 24 heures sur 24. Mardi dernier, ils ont brûlé une première bobine de papier.

« Nous avions donné 48 heures à Bercy pour réagir. Nous avons mis une seconde bobine au feu[2] à l’issue de ce délai. Depuis, deux bobines par jour y passent »,

annonce Patrice Schaafs, délégué syndicat CGT et secrétaire du comité central d’entreprise.

Le site d’Arjowiggins est le seul de France à produire le papier sécurisé qui sert aux cartes grises, mais aussi aux billets et aux chèques de banque, aux passeports français et à d’autres documents fiduciaires.

« D’ici deux mois, il y aura une pénurie »

Ce dimanche, déjà sept bobines de 200 kg ont brûlé. Il y en aurait une centaine en tout, soit « l’équivalent d’un an de commandes ».

Selon le représentant syndical, « l’État a un besoin urgent de ce papier car nous sommes les seuls en France à en produire. D’ici deux mois, il y aura une pénurie de cartes grises ».

L’information n’a pour l’heure pas été démentie. « Notre chance, c’est que les bobines nous appartiennent car la commande n’a pas encore été payée », fait remarquer Paul (le prénom a été changé), un autre salarié. Lui et ses collègues envisagent aussi de déverser du produit colorant sur le stock si la situation devait dégénérer.

La production s’est arrêtée le 16 janvier. Les employés ont sécurisé eux-mêmes leur usine. Il y a encore des produits chimiques dans les canalisations, la chaudière tourne toujours ainsi que la station d’épuration pour éviter de polluer le Grand Morin, le cours d’eau situé à proximité.

Scandale financier

« Même si l’État trouve un autre papetier, cela demande un savoir-faire et des matériaux particuliers. Dans la pire situation, on ira à l’étranger pour faire des cartes grises françaises ! », poursuit le représentant syndical.

Certaines familles travaillent chez Arjowiggins depuis quatre générations. La solidarité se créée dans la vallée, le long de la D934, pour accompagner les employés dans leur siège. Ils reçoivent aussi le soutien des Gilets jaunes du département.

Outre « des conditions de licenciement indécentes », les salariés dénoncent un « scandale financier ». Selon eux, 250 millions d’euros auraient été versés par l’État à l’ancien propriétaire Sequana pour la reconversion du site. La société a ensuite été rachetée par le fonds d’investissement suisse Blue Motion Technologies Holding en avril 2018.

« Paradoxalement, on ferme une usine qui est blindée de commandes. Mais nous n’avons plus d’argent pour acheter les matières premières car les caisses ont été vidées », ajoute Paul.

Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne, et Laura Reynaud, la sous-préfète de Provins, rendront visite aux salariés une nouvelle fois en ce début de semaine.


Liens

  1. http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/jouy-sur-morin-l-inquietude-grandit-autour-des-220-emplois-d-arjowiggins-31-10-2018-7932300.php
  2. http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/jouy-sur-morin-les-salaries-del-entreprise-en-liquidation-brulent-leur-papier-securise-26-01-2019-7997574.php

 

http://www.leparisien.fr/economie/liquidation-judiciaire-d-arjowiggins-vers-une-penurie-de-cartes-grises-en-france-28-01-2019-7998327.php


https://insolentiae.com/penurie-de-cartes-grises-a-venir/