2837 – Une journée historique entre Trump et Kim

1- Poignée de main, accord signé… Le fil d’une journée historique entre Trump et Kim

2- Un sommet Trump-Kim salué dans le monde entier

3- Sommet Trump-Kim…  «La guerre de Corée a-t-elle pris fin?», s’interroge la presse internationale

 

TOPSHOTS
TOPSHOT – US President Donald Trump makes a statement before saying goodbye to North Korea leader Kim Jong Un (L) after their meetings at the Capella resort on Sentosa Island in Singapore on June 12, 2018. Donald Trump and Kim Jong Un became on June 12, the first sitting US and North Korean leaders to meet, shake hands and negotiate to end a decades-old nuclear stand-off. / AFP / POOL / Susan Walsh

 

1- Poignée de main, accord signé… Le fil d’une journée historique entre Trump et Kim

U.S. President Donald Trump and North Korea's leader Kim Jong Un shake hands after signing documents during a summit at the Capella Hotel on the resort island of Sentosa, Singapore

VIDÉOS – Donald Trump et Kim Jong-un ont affiché leur entente pour «tourner la page du passé» mardi lors d’un sommet historique qui a abouti à la signature d’un document commun dans lequel le dirigeant nord-coréen s’engage pour une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne».

Un sommet historique. Après plusieurs semaines d’incertitudes, Donald Trump et Kim Jong-un se sont enfin rencontrés à Singapour ce mardi. Rendez-vous a été donné sur l’île de Sentosa, dans un hôtel de luxe, implanté sur le site d’une ancienne base britannique. Leur rencontre aura duré un peu plus de cinq heures. Le Figaro retrace le fil de cette journée.

• 9H00 (heure de Singapour)/ 3H00 (heure française): une poignée de main historique

C’était sans doute un des moments les plus attendus. Peu de temps après leur arrivée à l’hôtel Capella sur l’île Sentosa, Donald Trump et Kim Jong-un se sont serré la main devant une grande rangée de drapeaux des deux pays ennemis. La poignée de main a duré une dizaine de secondes, puis les deux hommes ont posé côte à côte pendant quelques instants, sous le crépitement incessant des appareils photos. Durant ce bref instant, le président américain a glissé ses premiers mots à son homologue nord-coréen, tout en lui passant la main sur le bras à plusieurs reprises. Kim Jong-un était un peu plus stoïque et distant.

SINGAPORE-US-NKOREA-DIPLOMACY-SUMMIT

Figée, la poignée de main, moment tant redouté des hommes politiques rencontrant Donald Trump, a duré un peu plus de dix secondes. – Crédits photo : SAUL LOEB/AFP

• 9H05/3H05: les deux dirigeants font leurs premières déclarations

Assis chacun dans un fauteuil, Donald Trump et Kim Jong-un ont ensuite fait de courtes déclarations devant les journalistes. «C’est un grand honneur», a brièvement déclaré le président américain, promettant une «relation formidable» avec le leader nord-coréen. De son côté, Kim Jong-un, l’air plus détendu, s’est dit «ravi» de rencontrer Donald Trump. «Le chemin pour en arriver là n’a pas été facile», a-t-il déclaré. «Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d’obstacles, mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd’hui.»

U.S. President Donald Trump sits next to North Korea's leader Kim Jong Un at the Capella Hotel in Singapore

Les deux dirigeants ont fait une courte déclaration avant de s’entretenir en privé. – Crédits photo : JONATHAN ERNST/REUTERS

• 9H10/3H10: un tête-à-tête loin des caméras

Les deux hommes se sont ensuite retirés pour un échange en privé pendant environ 45 minutes. À l’issue de ce dernier, les deux hommes sont revenus sous les arcades du premier étage de l’hôtel de luxe. Interpellé par un journaliste en contrebas qui voulait savoir comment se passait la rencontre, Donald Trump a répondu: «Très bien, très, très bien. Nous avons une excellente relation, merci». L’un et l’autre affichaient un sourire.

U.S. President Donald Trump talks with North Korean leader Kim Jong Un at the Capella Hotel on Sentosa island in Singapore

À l’issue de leur tête-à-tête d’environ 45 minutes, le président américain a fait part de son optimisme sur les discussions en cours, assurant qu’elles se passaient «très, très bien». – Crédits photo : JONATHAN ERNST/REUTERS

• 10H00/4h00: réunion de travail avec les conseillers

Puis les deux hommes ont été rejoints par leur délégation respective pour des discussions élargies consacrées à la dénucléarisation de la Corée du Nord et à la fin des hostilités entre les deux Corées. «C’est un grand honneur d’être avec vous et je sais que nous allons réussir ensemble et résoudre ce grand problème», a déclaré Donald Trump avant de serrer, une nouvelle fois, la main de son homologue nord-coréen.

U.S. President Donald Trump shakes hands with North Korea's leader Kim Jong Un before their expanded bilateral meeting in Singapore

Les deux hommes, accompagnés de leur délégation respective, se sont réunis pour discuter d’un accord portant notamment sur la dénucléarisation de la Corée du nord. – Crédits photo : JONATHAN ERNST/REUTERS

D’un côté de la table, Kim Jong-un était encadré de ses conseillers, dont Kim Yong Chol, l’ancien patron des services secrets et Ri Su Yong, qui travailla à l’ambassade à Berne, lorsqu’il y faisait ses études. Sa très influente sœur Kim Yo-jong était aussi présente. En face, Donald Trump était accompagné lui aussi de ses conseillers et de sa traductrice. Étaient présents John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale, Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine et John Kelly, secrétaire général de la Maison-Blanche.

• 12H00/6h00: un déjeuner de travail assez bref

La rencontre s’est poursuivie par un déjeuner autour d’une longue table dressée pour l’occasion. Donald Trump a invité Kim Jong-un à s’asseoir avant de plaisanter en demandant aux photographes de prendre des photographies qui les fassent apparaître «sympathiques, beaux et minces». Le menu mêlait des plats aux accents asiatiques – déclinaison de porc croustillant aigre-doux et riz frit du Yangzhou et sa sauce épicée maison – et des mets d’inspiration française avec notamment la tarte tropézienne en dessert. Le repas aurait duré quelque 45 minutes.

corée nord USA XVM00d7d31e-6e10-11e8-9dc3-e33fd227be33-805x453

Au menu, savant mélange de mets occidentaux et asiatiques: cocktail de crevettes, porc croustillant sauce aigre-douce et tarte tropézienne. – Crédits photo : capture ecran

• 12H45/6H45: promenade au vert

Donald Trump et Kim Jong-un ont ensuite fait une brève promenade dans les jardins de l’hôtel Capella. S’approchant des caméras, le président américain a de nouveau évoqué une «rencontre fantastique» qui s’est déroulée «mieux que quiconque aurait pu imaginer». Durant leur petite marche, Donald Trump a fait un détour pour montrer à Kim Jong-un sa limousine «Cadillac One», surnommée «The Beast» (la bête en anglais, nldr).

Donald Trump, Kim Jong Un

«C’était vraiment une rencontre fantastique» qui s’est déroulée «mieux que quiconque aurait pu imaginer», a lancé Donald Trump à la presse à l’issue d’un déjeuner de travail avec le dirigeant nord-coréen. – Crédits photo : Evan Vucci/AP

• 13H45/7H45: les deux hommes signent un accord

Donald Trump et Kim Jong-un ont signé un accord commun.

«Nous signons un document très important (…) nous en sommes tous les deux très honorés»,

a déclaré en préambule le président américain.

«Nous avons eu une rencontre historique. Le monde verra un changement majeur. Je voudrais exprimer ma gratitude à Donald Trump pour avoir permis cette rencontre»,

a quant à lui lancé Kim Jong-un.

«Merci beaucoup, c’est fantastique. Nous avons développé une relation très spéciale»,

a renchérit Donald Trump. En début de matinée, heure française, on ignorait encore le contenu exact du document. Le président américain s’est contenté d’annoncer que la dénucléarisation de la Corée du nord allait commencer «très rapidement» et qu’ils allaient, avec Kim Jong-un, se rencontraient «souvent», y compris à la Maison-Blanche à Washington.

Donald Trump, Kim Jong Un

Alors que les deux stylos prévus pour la signature de l’accord avaient été désinfectés à plusieurs reprises, le dirigeant nord-coréen a préféré signé, par précaution, avec son propre stylo. – Crédits photo : Evan Vucci/AP

• 14H15/8H15: dernière poignée de main

Accord sous le bras, Donald Trump et Kim Jong-un se sont serré la main une dernière fois avant que l’homme fort de Pyongyang ne quitte le sommet.

Singapore Trump Kim Summit

Durant la rencontre, les deux hommes se sont plusieurs fois serré la main et se sont montrés plutôt tactiles, l’un n’hésitant pas à passer sa main sur le bras ou dans le dos de l’autre. – Crédits photo : Host Broadcaster Mediacorp Pte Ltd Pool/AP

• 10H00/16H00: Trump fait le bilan de cette rencontre, face à la presse

Dans la foulée, le président américain a donné une conférence de presse, qui a duré plus d’une heure. Interrogé sur le fait de savoir si Washington avait fait des concessions sur la dénucléarisation, Donald Trump a répondu par la négative, sans être particulièrement clair.

Les États-Unis défendaient l’idée d’une dénucléarisation «complète, vérifiable, irréversible». Or, l’accord ne mentionne pas les deux derniers termes. Donald Trump assure pourtant que le processus de dénucléarisation sera vérifié. «Ce n’est pas un retour en arrière», assure-t-il. «On vérifiera. C’est une complète dénucléarisation. La vérification sera à la fois américaine et internationale».

Il s’est par ailleurs engagé à «fournir des garanties de sécurité» à la Corée du Nord. Lors de sa conférence de presse, il a cependant déclaré que les sanctions contre Pyongyang resteraient en place jusqu’à ce que la dénucléarisation soit effective. Il a aussi souligné que s’il n’envisageait pas pour l’instant de réduction de la présence militaire américaine en Corée du Sud, il mettrait fin aux exercices militaires conjoints avec Séoul.

SINGAPORE-US-NKOREA-DIPLOMACY-SUMMIT
Pendant plus d’une heure, le président des États-Unis a répondu aux questions des journalistes. – Crédits photo : SAUL LOEB/AFP

source/http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/12/01016-20180612ARTFIG00069-poignee-de-main-accord-signe-le-fil-d-une-journee-historique-entre-trump-et-kim.php


2- Poignée de main, accord signé… Le fil d’une journée historique entre Trump et Kim

Trump Kim Summit Day in Photos

RÉACTIONS – Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord coréen Kim Jong-un ont signé un accord commun historique ce mardi 12 juin, à l’issue de leur rencontre à Singapour. Un sommet salué avec élan par la communauté internationale.

Le monde avait les yeux rivés sur Singapour ce mardi. Le sommet inédit entre Donald Trump et son homologue coréen Kim Jong-un s’est soldée d’une poignée de main historique et d’un accord commun de dénucléarisation de la péninsule coréenne, que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a invité à soutenir.

«La mise en œuvre de cet accord et des accords passés, conformément aux résolutions afférentes du Conseil de sécurité, demandera de la patience et le soutien de la communauté internationale»,

a déclaré son porte-parole Stephane Dujarric dans un communiqué.

«Un événement historique qui met fin à la Guerre froide»

La rencontre entre les deux dirigeants a amplement été saluée en Asie, en particulier par la Corée du Sud, elle aussi engagée dans un processus de paix avec sa voisine du Nord.

«L’accord de Sentosa du 12 juin restera dans l’Histoire mondiale comme un événement ayant mis fin à la Guerre froide»

s’est enthousiasmé le président sud-coréen Moon Jae-in, en référence à l’île de Sentosa à Singapour où a eu lieu la rencontre.

Principale alliée de Pyongyang, la Chine s’est félicitée de cette rencontre «d’égal à égal» entre Donald Trump et Kim Jong-un, constituant

«le début d’une nouvelle ère». «La Chine s’en félicite et apporte son soutien. Il s’agit d’un objectif que nous avons espéré et pour lequel nous avons travaillé», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

Partisane d’une dénucléarisation totale, la Chine préconise aussi la réconciliation entre les deux Corées «afin de résoudre les préoccupations de la Corée du Nord en matière de sécurité», a précisé le ministre, tout en rappelant le «rôle important et unique» de la Chine.

«Je soutiens ce premier pas vers une résolution d’ensemble des questions concernant la Corée du Nord», a déclaré le premier ministre japonais, Shinzo Abe, satisfait de voir la «dénucléarisation de la péninsule coréenne» consignée par écrit.

De son côté, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov considère dans un communiqué la rencontre comme un «événement positif». Tout comme la Chine, la Russie préconise un dialogue avec la Corée du Nord.

Après les paroles, les actes sont attendus

La France a de son côté salué «une première étape» après la conclusion d’une déclaration commune entre la Corée du Nord et les États-Unis. La rencontre doit permettre «des progrès dans la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne et notamment doit permettre de travailler à l’instauration d’une paix durable», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, lors du compte rendu du conseil des ministres à l’Élysée. «On est au début d’un processus et évidemment la France souhaite y participer», a-t-il souligné.

Paris a toutefois appelé Pyongyang à respecter ses obligations internationales concernant ses programmes nucléaires et balistiques. «C’est une première étape, la Corée du Nord doit se conformer à ses obligations internationales et procéder au démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes nucléaires et balistiques. C’est là-dessus que la vigilance de la communauté internationale doit se concentrer», a conclu Benjamin Griveaux.

L’Union européenne a considéré le sommet de Singapour comme «une étape capitale et nécessaire» vers une dénucléarisation. «L’objectif ultime (…) demeure la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule coréenne», objectif qui «peut être atteint», selon la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a salué le document commun signé par Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour et s’est dite prête à mener des opérations de vérification sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. «L’AIEA se tient prête à entreprendre toutes les opérations de vérification en RPDC (Corée du Nord) qui pourrait lui être demandé de conduire par les pays concernés, soumises à autorisation du conseil des gouverneurs de l’AIEA», a déclaré son directeur général Yukiya Amano dans un communiqué.

Le Royaume-Uni a aussi salué l’engagement de la Corée du Nord vers de la dénucléarisation. «Le sommet entre le président Trump et Kim Jong-un a été constructif, c’est une étape importante en direction de la stabilisation d’une région vitale pour la croissance économique mondiale», a dit le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, dans un communiqué lu par la première ministre Theresa May. «Il reste beaucoup de travail à accomplir et nous espérons que Kim poursuivra les négociations en vue d’une dénucléarisation vérifiable et irréversible», poursuit le message.

Bien moins enthousiaste, la Pologne s’est montrée inquiète quant aux réels effets de cette rencontre entre le président américain et «un dictateur cruel». «Historiquement, de tels accords avec des dictateurs se sont souvent mal terminés. Il s’est avéré que le dictateur poursuivait d’autres objectifs que la partie démocratique recherchant la paix. Ce fut le cas avec Hitler, avec Staline, lors de tentatives de s’entendre avec d’autres dictateurs» (…) J’espère que cette fois ce sera différent», a observé Jacek Sasin, chef du comité permanent du Conseil des ministres polonais.

La Norvège a estimé que les discussions entre la Corée du Nord et les États-Unis étaient positives, tout en rappelant que le plus gros du travail pour parvenir à la dénucléarisation restait à venir. «C’est maintenant qu’une très grande partie du travail commence», a estimé la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide, selon qui «beaucoup reste à faire».


source/http://premium.lefigaro.fr/international/2018/06/12/01003-20180612ARTFIG00228-un-sommet-trump-kim-salue-dans-le-monde-entier.php

3- Sommet Trump-Kim… «La guerre de Corée a-t-elle pris fin?», s’interroge la presse internationale

SINGAPORE-US-NKOREA-DIPLOMACY-SUMMIT

REVUE DE PRESSE – La rencontre «historique» entre Donald Trump et Kim Jong-un a été scrutée partout sur la planète. Mais les médias européens, américains et asiatiques n’ont pas choisi de traiter le sujet de la même manière.

«Rocket Man» est mort, longue vie à «mon ami Kim». Lors du sommet de Singapour, le président américain Donald Trump a chanté les louanges de son homologue nord-coréen Kim Jong-un, contre lequel il n’avait pourtant pas de mots assez durs il y a quelques mois. Le dirigeant de la Corée du Nord ne s’étant pas exprimé, impossible de savoir s’il pense toujours que Donald Trump – qui fêtera ses 72 ans jeudi – est un «dotard» («gâteux»). Mais la presse internationale, évidemment au rendez-vous de cette rencontre historique avec 5000 journalistes présents à Singapour, n’a pas manqué de relever et de s’amuser de ce changement radical.


Sur la plupart des sites d’actualité européens, américains et asiatiques, le sommet de Singapour occupe sans surprise la première place.

Outre-Atlantique, plusieurs médias ouvrent leur site sur des déclarations de Trump. «Les États-Unis et la Corée du Nord sont prêts à écrire un nouveau chapitre» pour le Washington Post , «J’ai confiance en Kim» pour CNN... Le site du magazine Time et celui de la chaîne Fox News prennent le contre-pied en plaçant en Une la même citation de Kim Jong-un, «un changement majeur». Le New York Times préfère quant à lui titrer sur «le chemin partagé» qui attend désormais les deux dirigeants.

 

«Kim a réalisé ses rêves»

De leur côté, les médias sud-coréens ne parlent quasiment que de la rencontre entre le président américain et le leader nord-coréen. Plusieurs ont ajouté des bannières spécialement créées pour l’événement sur leur site, et la plupart ont choisi de rester très factuels: «Kim et Trump se retrouvent à Singapour pour un sommet historique», souligne le Chosun Ilbo , «Trump et Kim se serrent la main avant le sommet historique», écrit le Hankyoreh, «Trump et Kim concluent le sommet en signant un accord», met encore en avant le Korea JoongAng Daily . The Korea Herald se distingue en mettant en lumière l’espoir d’une fin prochaine de la guerre de Corée.

En France, Le Monde choisit d’ailleurs de titrer sur une déclaration du président sud-coréen Moon Jae-in, qui estime que l’accord met «fin à la guerre froide». Le Corriere della Serra italien s’interroge lui aussi: «La guerre de Corée a-t-elle pris fin?». De son côté, le Süddeutsche Zeitung allemand met en Une une analyse du journaliste Christoph Neidhart, basé à Tokyo, qui estime que «Kim a réalisé ses rêves» et que «le bluff nord-coréen sur le nucléaire a fonctionné»… En Espagne, en revanche, le sommet est presque éclipsé par une actualité locale brûlante: la condamnation en appel du beau-frère du roi Felipe VI à plus de cinq ans de prison pour corruption.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s