2722 – « L’humiliation de Macron par Merkel ! » & « L’euro a déjà éclaté. La Banque de France détient 20 % de la dette française !!! » Par Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Notre sympathique président (béni soit son saint nom, et, voulant conserver mon modeste gagne-pain, je ne peux pas avoir de mots négatifs au sujet de notre sainteté du Palais ni de notre reine mère) vient tout de même de se faire doublement ratatiner par ses collègues du G8.

Le G8, c’est là où siègent tous nos mamamouchis.

Sa « saigneurie » M² – oui, rien n’est trop flatteur pour notre président de la République, donc pour être un bon fayot (vous avez remarqué tous les fayots qu’il peut y avoir ces derniers temps), j’ai décidé de fayoter au carré. À la puissance deux pour ceux qui ont des souvenirs des cours de math.

Alors M² c’est Manu Macron… M² quoi.

Bon, bref, M² vient de se faire recadrer par Trump qui a dit, après l’attaque sur la Syrie, qu’il n’avait pas besoin de M² pour savoir quoi faire.

Mais ce n’est pas tout.

La Merkel, la mamamouchette allemande, vient aussi de lui planter un poignard dans le dos, que dis-je, vu la taille, c’est carrément une machette….

FRANCE ALLEMAGNE macron-merkel-800x600

Angela Merkel rejette le projet de réforme du fonds monétaire européen

« Angela Merkel a soutenu la ligne dure de son parti à propos de la création d’un fonds monétaire européen, rejetant le projet soutenu par Emmanuel Macron avant le déplacement du président français à Berlin cette semaine en vue d’injecter un nouvel élan dans les efforts de réforme de la zone euro.

Dans un discours au groupe parlementaire de son bloc CDU / CSU, Angela Merkel a néanmoins approuvé l’idée de transformer le mécanisme européen de stabilité, le fonds de sauvetage financier de la zone euro, en une version régionale du FMI.

Mais elle a affirmé que ce projet devait voir le jour via une modification de traité, un processus qui, selon les critiques, pourrait prendre beaucoup trop de temps.

La chancelière a émis des réserves quant à une proposition de la Commission européenne de créer le fonds en invoquant l’article 352 du traité de l’Union européenne, une sorte de clause activable en cas d’urgence qui l’amènerait sous la direction de la commission plutôt que des gouvernements de la zone euro. La FME, selon Mme Merkel, doit rester une institution « intergouvernementale », comme l’ESM. »

ALLEMAGNE MERKEL Da_HRNPXcAAfxqX

Traduction ? M² pas touche grisbi teuton !

Notre sympathique Angela, qui n’en a strictement rien à faire de la construction européenne, vu que son pays, l’Allemagne domine sans partage l’Europe, pourquoi voulez-vous qu’elle tire une balle dans le pied de son pays ?

Il n’y a qu’en France ou presque que nos élites vendent consciencieusement notre pays petit bout par petit bout, miette à miette.

Alors que M² a d’immenses « ambitions européennes », la Merkel vient à son tour de lui rabattre son caquet européiste (ce qui me va bien) et l’Allemagne a déjà fait savoir qu’elle ne souhaitait pas créer un poste de ministre du Budget et des Finances de la zone euro, du moins pas à court terme….

Pas de ministre de Budget, pas de budget européen au-delà de ce qui est déjà fait, pas de FME ou de fonds monétaire européen fondamentalement différent de ce qui existe déjà, c’est-à-dire rien, puisque comme nous l’avons vu hier, dans l’article consacré à l’euro qui a déjà éclaté(article suivant), c’est chaque banque centrale nationale qui prend les dettes de son propre pays dans son propre bilan…

Vous assistez donc, sous l’amicale pression de nos amis Allemands, à un phénomène d’anticonstruction européenne, et à un échec français patent.

Hollande n’est arrivé à rien.

Macron ne fera guère mieux.

Réinstaurer un rapport de force avec l’Allemagne.

Il faut avoir les moyens de nos ambitions.

Notre modèle économique ne doit pas avoir pour seule ambition d’aller faire les poches aux Allemands comme un enfant irait quémander dans le porte-monnaie de maman.

Pour avoir les moyens de nos ambitions, il ne faut pas se leurrer : il faudra soit d’énormes efforts collectifs pour redresser la barre de nos finances, et je peux vous dire que les Français sont très loin d’avoir compris ce que signifiait dans les faits redresser les finances publiques, ou alors il conviendra de changer de cadre en retrouvant notre souveraineté monétaire pour rendre les choses plus supportables.

L’Allemagne sait très bien qu’elle ne pourra sauver ni la France ni l’Italie, et quand bien même, elle ne le souhaite pas.

L’Allemagne tentera de préserver l’euro le plus longtemps possible car c’est une prison pour les autres pays européens et un outil de domination pour l’Allemagne.

Quand ce ne sera plus tenable, l’euro éclatera. Un pays comme la France connaîtra une crise profonde. Nous mettrons au moins 10 ans à nous en remettre.

L’Allemagne, elle, poursuivra sa course en tête.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin


source/https://insolentiae.com/lhumiliation-de-macron-par-merkel-ledito-de-charles-sannat/


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Hier, dans mon article « L’épargne est devenue totalement inutile », je vous parlais du rôle économique ancestral de l’épargne des uns finançant les besoins des autres !

Je vous ai démontré que si les taux étaient négatifs c’était parce que l’épargne ne servait plus à rien tellement elle était devenue abondante en raison de l’impression monétaire de nos banques centrales, à commencer par la BCE, la Banque centrale européenne.

Je vous avais également dit à plusieurs reprises que quand on dit que c’est la BCE qui achète des « actifs » (dans la sémantique actuelle on considère une reconnaissance de dette comme un actif), c’est-à-dire une obligation souveraine, ou plus précisément une dette d’un pays européen, c’est techniquement chaque banque centrale nationale qui rachète les dettes de son propre pays !

L’euro a déjà éclaté !

Ce n’est pas moi qui le dis.
Je ne dis d’ailleurs jamais rien.
Je n’invente jamais rien.

Un jour, l’un de mes profs qui m’a le plus marqué m’a expliqué : « Charles, 95 % des informations sont dans le domaine publique et font partie de ce que l’on appelle des sources ouvertes. Charles, lis, encore, et encore, et analyse ! » C’était avant Internet, et pour les sources ouvertes, il fallait lire les journaux et se déplacer physiquement dans les lieux abritant les « sources » d’information.

Je ne vous affirme donc pas gratuitement que l’euro a déjà éclaté, et c’est une excellente nouvelle pour le souverainiste que je suis et qui, à 17 ans, n’a pas pu voter lors du référendum de Maastricht.

Si l’euro a déjà éclaté, c’est parce que chaque pays via sa banque centrale nationale rachète sa propre dette, ce qui veut dire que dans les faits, tout est organisé pour tenir des comptes bien clairs… les bons comptes faisant les bons amis.

En clair, la dette française n’est pas chez les Allemands, ni la dette italienne, ni aucune autre d’ailleurs.

Alors Macron pourra raconter ce qu’il veut avec la Merkel en nous expliquant qu’ils font des trucs super géniaux pour l’Europe… La réalité c’est…

Chacun sa dette, « chacun sa merde » !

Pour ceux qui en doutaient encore, voici cet article des Échos, un journal pas franchement subversif, plutôt bien sous tous rapports et que l’on peut encore citer sans passer pour un horrible fasciste europhobe et qui est une « source ouverte ».

« La Banque de France achète la dette française dans le cadre du «Quantitative easing» de la BCE

La part de dette publique détenue par les étrangers est au plus bas depuis dix ans. La Banque de France achète de la dette pour le compte de la BCE.

C’est le vœu de certains dirigeants politiques : renationaliser la dette française.

Quelques-uns souhaiteraient même que la Banque de France puisse directement acheter les titres émis par l’État, une pratique strictement interdite dans la zone euro. Or, d’après les dernières statistiques de l’institution monétaire, celle-ci est probablement le plus gros créancier de l’État et son poids s’est encore accru. La Banque de France détient un peu moins de 20 % de la dette négociable de l’État, qui s’élève à 1 700 milliards d’euros. Pour mémoire, sa part était inférieure à 5 % à la fin 2014 ». …

Hahahahahahaha !

En 2014, il y a 4 ans, la Banque de France détenait moins de 5 % de la dette nationale. Nous en sommes à 20 !

Maintenant, c’est 20 %…

Mes amis, c’est la Banque de France qui assure péniblement la liquidité de votre contrat d’assurance vie en fonds euros contenant de la bonne dette d’États en faillite virtuelle.

Je ne sais pas combien de temps durera encore toute cette mascarade, mais je vous invite à investir dans du tangible et dans du productif !! Fuyez le papier, il finira brûlé et vous, ruinés.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com. »


source/ https://insolentiae.com/leuro-a-deja-eclate-la-banque-de-france-detient-20-de-la-dette-francaise-ledito-de-charles-sannat/