2536 – Afghanistan … le corridor du Wakhan, isolé … accès pour la Chine … et une « Paix » possible ?

1 – Dans un coin perdu d’Afghanistan, un peuple isolé des guerres et des talibans

2 – La Chine installe une base militaire en Afghanistan

1 – Dans un coin perdu d’Afghanistan, un peuple isolé des guerres et des talibans

Sultan Belgium, une nomade de la communauté wakhi, dans le corridor du Wakhan, en Afghanistan, le 10 octobre 2017 / © AFP / Gohar ABBAS

« Les talibans, c’est quoi ? »,

interroge timidement Sultan Begium du fond sa maison glacée dans le corridor de Wakhan, un coin d’Afghanistan si isolé que ses habitants ignorent presque tout des guerres qui ravagent leur pays depuis des décennies.

AFGHANISTAN LE CORRIDOR DE WAKHAN 3e997a005c62e2358be8133be84dd246fc3155fa

Cette frêle grand-mère au visage marqué par l’âpreté de la vie à haute altitude fait partie de la communauté wakhi. Comme elle, quelque 12.000 nomades résident dans cette étroite bande de territoire au climat hostile, coincée entre le Tadjikistan, la Chine et le Pakistan à l’extrême nord-est de l’Afghanistan.

AFGHANISTAN Au bout de la vallée de Wakhan, il y avait Langar feature_P9040360_-langar

L’accès en est très difficile, ce qui a préservé Wakhan des turbulences de 38 années de conflits en Afghanistan.

« La guerre, quelle guerre ? Il n’y a jamais eu de guerre »,

ajoute Sultan Begium en attisant son feu de bouse de yak. La vieille femme admet toutefois avoir entendu parler de soldats russes offrant des cigarettes à l’autre bout du corridor.

Seul ce genre d’anecdotes est parvenu aux oreilles des habitants de Wakhan, tandis que le pays subissait bouleversement après bouleversement dans la foulée de l’invasion soviétique en 1979 et que les talibans y montaient en puissance.

La série quasi ininterrompue de conflits qui s’est ensuivi a fait des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés et continue à ce jour.

AFGHANISTAN CORRIDOR ... f6003060796d9abae36c88a9ebd344241cba6bcc

Mais pour ces Wakhi, qui sont pourtant nominalement des citoyens afghans, il s’agit d’un monde résolument lointain et mystérieux.

« Les talibans sont de très mauvaises gens, venus d’un autre pays et qui violent les moutons et massacrent les humains », croit savoir Askar Shah, le fils aîné de Mme Begium, qui l’a entendu de la bouche de marchands pakistanais.

– Invasion américaine ? –

Dépourvus d’électricité, les habitants n’ont accès ni à internet ni à la téléphonie mobile. Seuls quelques-uns possèdent des postes de radio sur lesquels ils peuvent parfois capter les actualités russes ou afghanes ou écouter de la musique iranienne. Les communications d’un hameau local à l’autre se font par talkie-walkie.

Les nomades ne savent presque rien non plus de l’invasion américaine de 2001 et des récentes vagues d’attentats insurgés (talibans et Etat islamique) qui déstabilisent le pays et ont fait de Kaboul l’un des lieux les plus dangereux du pays pour les civils.

« Des étrangers ont envahi notre pays ? », demande Askar Shah, incrédule. « Non, ils ne peuvent pas faire ça. Ce sont des gens bien », ajoute-t-il, perplexe.

AFGANISTAN 2211-Carte-Wakhan-430

Créé au XIXe siècle, le corridor de Wakhan se trouve à la confluence de trois massifs de très haute montagne à la pointe occidentale de l’Himalaya: l’Hindou Kouch, le Karakoram et le Pamir.

Il est l’un des aboutissements du « Grand jeu », qui vit les empires russe et britannique rivaliser d’influence en Asie centrale à coups de conflits locaux, de manœuvres diplomatiques et d’épisodes d’espionnage rocambolesques. Il était destiné à servir de « zone tampon » entre les deux nations rivales.

– Burqa inconnue –

Long de 350 km pour une largeur maximale de 60 km, s’étirant à plus de 3.000 mètres d’altitude et balayé par les vents, le corridor a largement échappé à l’autorité des gouvernements successifs.

L’accès dans le « nœud du Pamir », le point où convergent trois des plus hautes chaînes de montagnes du monde, y est possible depuis les pays voisins mais seulement par des routes très difficiles et dangereuses à dos de cheval, de yak ou à pied.

Les « Pamiris », comme sont surnommés les habitants de Wakhan dans le reste de l’Afghanistan, y cohabitent avec un petit groupe de Kirghizes, estimé à environ 1.100 personnes et qui s’est établi à l’extrémité nord du corridor.

AFGHANISTAN Un troupeau appartenant à la communauté wakhi, en Afghanistan, le 7 octobre 20175a7d5738479a455a7d8b465e

Ils sont de confession musulmane ismaélienne, fidèles de l’Aga Khan. La burqa, symbole omniprésent d’oppression des femmes dans une grande partie du pays, leur est inconnue.

Leur vie nomade évolue autour de leurs yaks et autre bétail, qu’ils troquent contre du blé, du riz et des vêtements avec des marchands ayant fait le périple depuis des régions voisines.

– Opium –

AFGHANISTAN des-hommes-de-la-tribu-wakhi-fument-de-l-opium-dans-le-corridor-de-wakhan-en

Mais la vie est très dure dans cette contrée où le thermomètre reste bloqué en dessous de 0°C plus de 300 jours par an.

La moindre grippe peut être fatale et les morts en couches y sont fréquentes. Le seul remède disponible à volonté est l’opium.

La drogue extraite des fleurs de pavot « est notre seule identité afghane », plaisante Nazar, un Wakhi, alors qu’il broie de l’opium avec du paracétamol pour en renforcer l’effet.

« L’ensemble de la population en est dépendante », souligne-t-il.

Mais l’avenir pourrait être porteur de changements: le gouvernement afghan envisage de construire une route reliant Wakhan au reste de la province de Badakhshan et effectue des relevés aériens pour sélectionner la meilleure trajectoire, a indiqué à l’AFP un porte-parole du gouvernement afghan, Mehdi Rohani.

La Chine est également en discussions avec Kaboul au sujet de la construction d’une base militaire dans la partie nord du corridor, selon des responsables afghans.

Si ces projets aboutissent, ils pourraient se traduire par davantage de commerce, de tourisme et d’infrastructures médicales dans la zone.

Mais ils pourraient également signifier la fin de l’immunité de Wakhan à la guerre.

(©AFP / 09 février 2018 09h06)


SOURCE/https://www.romandie.com/news/ZOOM-Dans-un-coin-perdu-d-Afghanistan-un-peuple-isole-des-guerres-et-des-talibans/888909.rom

AFGHANISTAN CHINE carte_afghanistan

2 – La Chine installe une base militaire en Afghanistan

CHINE ARMEE or-40257


Par Peter Korzun – Le 30 janvier 2018 – Source Strategic Culture

La province afghane du Badakhshan est limitrophe de la région autonome chinoise ouïgour, le Xinjiang. Elle faisait autrefois partie d’une voie commerciale reliant l’Orient et l’Occident, connue sous le nom d’ancienne route de la soie [1]. Aujourd’hui, cette route est relancée dans le cadre de l’initiative chinoise One Belt, One Road (OBOR)[2], qui prévoit la construction d’importantes infrastructures en Afghanistan et en Asie centrale, dans le but de stimuler l’intérêt[3] de Beijing pour la province.

L’Afghanistan abrite d’importants gisements de matières premières que la Chine pourrait importer.

AFGHANISTAN CHINE INVESTISSEMENTS 1408444-induswater-1494616404-355-640x480

Pékin est en train d’investir 55 milliards [4] de dollars au Pakistan et prévoit de construire un corridor économique s’étendant  jusqu’à la mer d’Arabie.

L’OBOR dynamisera l’économie mondiale et profitera également à l’Afghanistan.

AFGHANISTAN CHINE President Xi Jinping, right, with Afghan President Ashraf Ghani 800x-1  President Xi Jinping, right, with Afghan President Ashraf Ghani

La Chine est le principal investisseur[5] et partenaire commercial de l’Afghanistan. La stabilité en Afghanistan est dans l’intérêt de la Chine, mais il y a peu d’espoir que les États-Unis puissent la fournir.

Après tout, Washington n’a rien réalisé de substantiel allant dans ce sens depuis 2001. Il y a eu des attaques et des replis soudains, des changements de tactiques et de stratégies, et de nombreuses études sur la façon de renverser la tendance de cette guerre, mais les talibans sont toujours forts et l’économie afghane en ruine – le trafic de drogue étant le seul type d’entreprise qui y prospère.

Jusqu’à présent, l’administration Trump n’a pas encore présenté sa stratégie tant attendue pour l’Afghanistan, même s’il y a au moins 8 400 soldats américains basés dans le pays.

Et leur nombre va bientôt augmenter.

Les relations entre les États-Unis et les autres acteurs concernés, comme le Pakistan, sont très tendues. Washington a récemment suspendu son aide militaire à ce pays.

L’instabilité en Afghanistan menace le corridor économique sino-pakistanais, un élément important de l’OBOR.

La Chine agit en tant que médiateur, essayant de concilier les différences entre les acteurs régionaux. Les relations afghanes et pakistanaises se sont détériorées en 2017 lorsqu’elles se sont accusé l’une et l’autre de fournir un soutien aux djihadistes opérant dans les zones frontalières.

Pékin travaille d’arrache-pied[6] pour améliorer ces relations bilatérales. Elle a mis en place une réunion tripartite [7] entre tous les ministres des Affaires étrangères en 2017. L’un des résultats de ces discussions a été la création de groupes de travail pour promouvoir la coopération dans divers domaines d’activité. Une autre réunion devrait avoir lieu [8] cette année à Kaboul.

CHINE Chinese Foreign Minister Wang Yi (C), Afghan Foreign Minister Salahuddin Rabbani (L) and Pakistani Foreign Minister Khawaja Muhammad Asif, 136853473_15142963856741n

Le Mouvement islamique du Turkménistan oriental, un mouvement nationaliste et islamique ouïgour du Xinjiang, est actif en Afghanistan.

Les militants acquièrent de l’expérience de combat en combattant côte à côte avec les talibans et d’autres groupes militants. Pékin ne veut pas que ces guerriers chevronnés reviennent et se livrent à des activités terroristes sur son territoire.

La Russie et la Chine ont intensifié leur aide militaire aux États d’Asie centrale.

Elles estiment que l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) peut contribuer de manière substantielle à un règlement pacifique. Ces deux pays tentent de construire un réseau d’États régionaux. Moscou et Pékin sont motivées par leurs intérêts nationaux. Conscientes de leurs responsabilités en tant que grandes puissances, elles travaillent ensemble pour promouvoir la sécurité en Afghanistan et en Asie centrale.

Ceci dit, la Chine pourrait penser que ses intérêts dans la région sont suffisamment forts pour justifier un engagement militaire à l’extérieur de ses frontières.

Des représentants du gouvernement afghan ont indiqué que la Chine envisage de construire une base militaire au Badakhshan [9].

AFGHANISTAN ET REGION BADAKHSHAN 06fb92a463e7c2ebaab67b08cfb729153fe3b85f

Les discussions sur les détails techniques vont bientôt commencer[10]. Les armes et le matériel seront chinois, mais l’installation sera dirigée par du personnel afghan. Les véhicules et le matériel seront acheminés par le Tadjikistan. Il ne fait aucun doute que des instructeurs militaires chinois et autres experts viendront également former et assister les missions.

CHINE AFGHANISTAN 1039767859

Gen. Dawlat Waziri, a spokesman for the Afghan Defense Ministry, told the Fergana News Agency (FNA) that China is funding the base somewhere in the northeastern province of Badakhshan

Le vice-président de la Commission militaire centrale chinoise, Xu Qiliang, affirme [11]que la construction de cette base devrait être achevée en 2018.

Grâce à quelques offensives puissantes menées en 2017, les talibans ont capturé temporairement [12] les districts d’Ishkashim et Zebak et celui du Badakhshan. Le gouvernement afghan n’a pas réussi à assurer une présence militaire suffisante pour assurer la sécurité.

Un accord avait été conclu avec les commandants locaux sur le terrain, qui leur avait donné une part de la production de lapis-lazuli [13]là-bas, en échange d’une cessation des hostilités. Mais les chamailleries internes ont sapé la paix fragile entre les groupes locaux, et les talibans ont saisi l’occasion pour intervenir.

La présence d’État islamique dans la province est particulièrement préoccupante. La sécurité des frontières est donc une question d’une importance primordiale pour Pékin.

La question est : jusqu’où la Chine est-elle prête à aller ?

Jusqu’à présent, elle a limité ses activités militaires à des équipes commandos patrouillant dans le corridor de Wakhan.

Une base militaire au Badakhshan constituerait une étape importante démontrant que Pékin est prête à étendre sa présence dans le pays et remplacer les États-Unis.

La Chine a un atout dont les États-Unis manquent – ses bonnes relations avec la Russie et le Pakistan.

Pékin représente l’OCS, une grande organisation internationale qui comprend des acteurs tels que la Turquie, l’Iran, l’Inde, le Pakistan et les pays d’Asie centrale.

OCS 2017

L’année dernière, le président russe Vladimir Poutine a pris l’initiative de relancer les travaux du Groupe de contact de l’OCS sur l’Afghanistan[14]. Ces activités avaient été suspendues en 2009.

La Russie préconise [15] d’ouvrir dès que possible des pourparlers directs entre le gouvernement afghan et les talibans. Pékin soutient également cette idée. Les deux nations sont dans le même bateau. Moscou a déclaré qu’elle était prête à accueillir une conférence sur l’Afghanistan.

L’OCS peut transformer le processus de paix en un véritable effort multilatéral. Cela affaiblira le poids des États-Unis dans la région, mais renforcera les chances de trouver un règlement au conflit. La coopération et la diplomatie pourraient ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de l’Afghanistan.

Peter Korzun

LIENS

  1. https://www.c3sindia.org/geopolitics-strategy/chinas-interests-in-afghanistan-by-adithya-krishna/
  2. https://en.wikipedia.org/wiki/One_Belt_One_Road_Initiative
  3. https://www.pajhwok.com/en/2017/09/07/china-supports-peace-stability-afghanistan-envoy
  4. https://tribune.com.pk/story/1408444/mega-deal-china-invest-50b-develop-indus-river-cascade/
  5. https://www.bloomberg.com/news/articles/2016-09-11/china-lays-new-brick-in-silk-road-with-first-afghan-rail-freight
  6. https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-12-26/china-holds-meeting-to-broker-peace-in-afghan-pakistan-conflict
  7. http://www.xinhuanet.com/english/2017-12/26/c_136853473.htm
  8. https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-12-26/china-holds-meeting-to-broker-peace-in-afghan-pakistan-conflict
  9. https://thediplomat.com/2018/01/afghan-chinese-ministers-of-defense-meet-in-beijing/
  10. https://thediplomat.com/2018/01/chinas-military-base-in-afghanistan/
  11. https://sputniknews.com/asia/201801111060663393-china-afghanistan-base-funding-border/
  12. https://www.tolonews.com/afghanistan/provincial/security-forces-clear-zebak-and-ishkashim-insurgents
  13. https://en.wikipedia.org/wiki/Lapis_lazuli
  14. http://www.mid.ru/en/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2898520
  15. http://www.mid.ru/press_service/video/-/asset_publisher/i6t41cq3VWP6/content/id/3026028

source/https://www.strategic-culture.org/news/2018/01/30/china-builds-military-base-in-afghanistan.html

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.

 

sourcetraduction /http://lesakerfrancophone.fr/la-chine-installe-une-base-militaire-en-afghanistan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s