2509 – Le Monde selon Zuckerberg

26 Janvier 2018 – Romaine Jean* – Bilan.ch –

FACEBOOK le monde selon zuckerberg 4358839_6_54db_exposition-de-portraits-de-mark-zuckerberg-de_00d40a4940cc0447724755df1747ae9e

Personne ne semble vouloir arrêter Mark Zuckerberg, l’éternel adolescent à la cool, devenu en quinze ans le plus grand éditeur de la planète avec 1,6 milliards de lecteurs. Une influence grandeur mondiale. Une capitalisation boursière vertigineuse. C’est donc dans la passivité quasi générale que l’Américain a lancé, en ce début d’année, quelques bombes à fragmentation.

Facebook annonce vouloir désormais favoriser les échanges entre amis au détriment des contenus médias. Les éditeurs traditionnels, qui ont tous adopté le langage du clic et adapté leurs formats, savent désormais qu’ils sont à la merci des exigences du Maître. Payés parfois pour l’alimenter, avant d’être éventuellement reconduits.

Mais il y a plus. Mark Zuckerberg entend aussi lutter contre les nouvelles bidon, les « fake news », mot marqueur de l’ère Trump. Les algorithmes, qui composent le flux d’information, vont jouer des ciseaux, favorisant les « publications sérieuses » au détriment des autres.

  • Sur la base de quels critères ?
  • Publiés ou pas ?

On en sait rien. La religion de l’information, selon Saint Mark !  Le grand retour de la crédibilité … dans la plus stricte opacité.

  • Les révélations de Snowden sur la surveillance massive exercée par la NSA, sous l’ère Obama, auraient-elles passé le cap de la censure ?
  • Où sont les vérités. Où sont les manipulations ?
  • Qui décide ?
  • Les officines du Kremlin, bouc émissaire idéal, seraient-elles les seules à diffuser des trolls ?
  • N’a-t-on pas déclenché une guerre en Irak, pour de supposées armes qui n’existaient que dans l’esprit des souffleurs de Bush ?

Le site Facebook s’affiche désormais ouvertement pour ce qu’il est : une plateforme d’information, format planétaire, qui sélectionne les contenus. Non content de monétiser ce qui est produit par d’autres, Mark Zuckerberg s’engage dans un engrenage extrêmement dangereux. Sans que personne ne lève le doigt.

Facebook façonnera les esprits, le monde aura la couleur de la Silicon Valley et chacun nagera bientôt dans le même marais.

Alors que Davos célèbre les puissants, la course des GAFA semble inarrêtable. L’an dernier, 85 % de la publicité en ligne aux États-Unis a été happée par Google et Facebook.

Leur toute-puissance pose cependant un problème politique et ouvre une époque de réflexion passionnante.

  • Quelle société voulons-nous ?
  • Quelle démocratie, sachant qu’elle dépend d’une information pluraliste et indépendante ?

On s’en éloigne de plus en plus.

 

On ne cessera de le dire : Tout se joue aujourd’hui et il n’est pas trop tard. Il faut une révolution dans la manière de penser et surtout de financer les médias. Une révolution à la mesure des bouleversements de la société numérique d’information. Aide à la presse, directe ou indirecte, Fondation, redevance élargie. Des modèles existent.

Romaine Jean*

est présidente de la Fondation Hirondelle, productrice à la RTS et a été rédactrice en chef des magazines, cheffe de la rubrique politique et présentatrice du 19.30. Elle a lancé notamment les émissions « Infrarouge », « Coulisses de l’évènement » et « Toute une vie » et présenté l’émission « forum des Européens », sur Arte. Elle est licenciée en sciences politiques.

source/ http://www.bilan.ch/romaine-jean/monde-selon-zuckerberg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s