2419 – France – Santé en danger … un pharmacien témoigne

 

« Que penser de la tolérance, voire de l’encouragement du tourisme sanitaire, alors que les comptes de la Sécurité sociale sont au rouge ? »

Entretien avec Pierre Hamel, auteur des livres Les Carnets d’un apothicaire et Les Blouses Blanches sur le pavé (Carnets d’un apothicaire II) (éditions Dualpha)

Les Carnets d’un apothicaire. Les Blouses Blanches sur le pavé.

Dans ces deux ouvrages, vous semblez vouloir faire découvrir votre profession comme si elle était inconnue à vos concitoyens… Pourtant, tout le monde fréquente un pharmacien…

Oui, le pharmacien est disponible à tous les coins de rue. Il a parfois encore l’image d’un nanti, ou même, d’un rentier. C’est oublier qu’une pharmacie disparaît en France tous les trois jours, que ce soit en raison d’une liquidation judiciaire, d’un regroupement ou parce que personne ne souhaite prendre la suite. Un journaliste présenta Les Carnets d’un apothicaire en paraphrasant le titre d’un film célèbre : « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le monde de votre pharmacien »… Ces deux livres s’adressent en effet à toute personne curieuse des choses de la santé.

Les Carnets d’un apothicaire.

Votre métier d’apothicaire a évolué… En bien ou en mal ?

Je suis un praticien de la pharmacie d’officine depuis plus de 40 ans. À 67 ans, j’ai encore, si j’ose dire, la tête dans le guidon ; je travaille au comptoir et j’ai pu effectivement discerner de nombreux changements, parfois à 180°. L’ordinateur apporte des avantages, mais également des inconvénients. La Sécurité sociale se décharge de son travail et nous impose des travaux de secrétariat supplémentaires. Je ne place qu’une confiance réduite dans ce qu’on appelle le progrès. Depuis 40 ans, les conditions d’exercice sont infiniment moins bonnes pour le pharmacien ; le service rendu au client n’a pu qu’en pâtir. Les 35 heures ont saboté le travail. Elles ont démotivé beaucoup de travailleurs indépendants.

Au cours des décennies, le pharmacien a continué à investir, notamment dans l’informatique. Peut-être même croyait-il réaliser des économies sur les salaires. Et puis, la suppression de la vignette est arrivée. Elle a correspondu avec des dégringolades de prix jamais vues. Beaucoup de pharmaciens se sont retrouvés ensevelis sous les décombres de la fermeture de leurs officines. Quant aux autres, bagne jusqu’à perpète pour les plus petits avec leurs fonds invendables.

À force d’avoir suivi pendant des décennies la loi du moins mauvais, on est arrivé direct au plus mauvais, sans compter le boulet plombé des nouvelles missions. Maintenant, pour le pharmacien, c’est parfois apocalypse K.-O., version Zola.

Que pensez-vous de la « mode bio » qui submerge tout : les rayons des magasins comme les espaces de discussion ?

Une plante, qu’elle se présente sous forme de tisane, de gélule de poudre ou d’extrait liquide peut porter le label bio et être totalement inefficace. Ce qui détermine son activité est la teneur en ses principes actifs.

Les plantes commercialisées par de véritables laboratoires pharmaceutiques sont soumises à des contrôles microbiologiques et physico-chimiques poussés qui fournissent des renseignements très précis. Le label bio est un plus, si le produit est bien dosé. Enfin, il y a plusieurs labels.

Les hypermarchés vendent aussi du bio industriel à prix cassé. Certains distributeurs d’aliments bio ont été rachetés par les géants de l’agroalimentaire.

Dans votre choix de photos, pourquoi avoir retenu une pancarte évoquant l’AME (Aide Médicale d’État) ?

Aborder le domaine de la gestion de la santé ne peut se faire qu’avec une profonde humilité. Il convient de garder le cœur, mais aussi les yeux, ouverts. J’ai relevé, au cours d’une manifestation en 2014, une pancarte sur laquelle était inscrit : « Carte Vitale + carte mutuelle, CMU, AME = rien à régler. Qui est le moins cher ? »

J’ai des patients de toutes origines et bien évidemment j’essaie de faire mon travail au mieux vis-à-vis de chacun. Cette pancarte m’a interpellé. Son concepteur a vraisemblablement cru bien faire. Son but est de montrer que le circuit de la pharmacie d’officine est plus performant pour les médicaments qu’un éventuel circuit de distribution en grandes surfaces. Cela me semble tout à fait vrai. Cependant, mettre en avant le fait que les pharmaciens délivrent gratuitement les médicaments sur ordonnance aux clandestins et en tirer un argument pour dire qu’ils sont les plus performants sur le plan commercial, là, j’émets des réserves. Que penser de la tolérance, voire de l’encouragement du tourisme sanitaire, alors que les comptes de la Sécurité sociale sont au rouge ? D’ailleurs, dans un contexte plus global, je ne pense pas que les Hongrois, les Polonais ou les Japonais, par exemple, aient moins d’humanité que les Français.

pharmacie

%%%%%%%%%%%%%%%

Les Carnets d’un apothicaire

Préface de Charles Le Quintrec.

… Ce premier tome, ainsi que l’écrivait un grossiste en pharmacie, est drôle, léger, surprenant, comme le sont parfois les rencontres avec les clients, les discussions avec les représentants des laboratoires, pratique et sérieux, comme pourraient l’être un manuel de gestion et un bréviaire pour éviter au pharmacien les tracas quotidiens.

Le style, agréable, rend cet insolite lexique, émaillé de nombreuses anecdotes trouvant leur source dans le vécu, accessible à tous : pharmaciens, préparateurs, professionnels de santé, représentants, mais aussi toute personne curieuse des choses de la santé.

  • Savez-vous que tout le monde parle des pépins de pomme, mais qu’il faudrait dire des amandes ?
  • que la feuille (attenante à la tige) des tisanes d’artichaut n’est pas la bractée (que l’on retrouve dans nos assiettes) ?
  • que les teintures mères homéopathiques ne sont ni des teintures mères ni homéopathiques ?
  • Connaissez-vous le sens de balsamyrrhé, expressiste, glorifieur, courriéleur, faire pousser de la fonte, pianoter sur le Game Boy, encaisser au cul du camion, coupure de visite, ou encore faire le switch ?

Les Carnets d’un apothicaire – II.

L’auteur a participé à de manifestations de professionnels de la santé à Paris, de 1991 à 2015. Certaines pancartes ressortent de l’humour paillard et faluchard. La plaisanterie évite l’invective brutale. Les jeux de mots à caractère sexuel sont un inépuisable réservoir de l’humour carabin. Ainsi sont traités de façon légère des sujets graves, ce qui n’enlève rien à la validité de la révolte. Mesures de maîtrise comptable, de modernisation, autant d’euphémismes pour blouser les Blouses Blanches.

Les assurances complémentaires responsables, de plus en plus chères, remboursent de moins en moins bien.

Le médecin de famille a laissé la place au médecin référent, puis traitant. Le patient doit évoluer dans le parcours de soins coordonnés, et donc avoir obligatoirement déclaré un médecin traitant. Dans un contexte de désert médical, cette contrainte, sous peine de pénalisation financière, ne fait qu’ajouter à la difficulté de se faire soigner.

Ubériser les soignants n’est pas la solution.

La santé n’est pas un commerce.

Avons-nous les moyens de notre charité mondialiste ?

Pour avoir une chance de s’en sortir, peut-être faudrait-il déjà commencer par respecter réellement le travail et par se dégager de l’électoralisme ! Peut-être pourrait-on alors remettre le train sur les rails pour que, accessoirement, les classes moyennes ne soient pas complètement laminées et condamnées à perpète à payer des impôts pour rembourser la dette souveraine. Il faudrait non plus fêtailler, mais ferrailler.

Lauréat de l’Académie française et de la Société des Gens de Lettres, des facultés de pharmacie de Paris V et de Paris XI, pharmacien titulaire d’officine et écrivain depuis plus de trente-cinq ans, passionné de photo, Pierre Hamel donne ici le deuxième volume de ses Carnets d’un apothicaire.

Docteur en pharmacie, auteur d’une quinzaine de livres, titulaire d’officine depuis trente-sept ans, Pierre Hamel a publié de multiples articles dans la presse professionnelle. Diplômé de la faculté des sciences ainsi qu’en analyse appliquée au contrôle des médicaments, en phytothérapie, licencié de philosophie, certifié en gestion (IAE), en orthopédie, formé au Centre d’Études et de Recherche sur l’Appareillage des Handicapés, c’est cinquante ans d’expérience que ce praticien a distillé dans son dictionnaire.

%%%%%%%%%%%%%%%%%
Les Blouses Blanches sur le pavé (les Carnets d’un apothicaire II), dictionnaire.

Les Carnets d’un apothicaire  (270 pages, 29 euros) etLes Blouses Blanches sur le pavé  (214 pages, 25 euros)), Pierre Hamel, Éditions Dualpha, Préface de Charles Le Quintrec, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa.

Pour commander : Les Carnets d’un apothicaire, cliquez ici ; Les Blouses Blanches sur le pavé, cliquez ici.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !
Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !
EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.
Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.
Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.
EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.
Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.
Quatre solutions pour nous soutenir :
1 : Faire un don par virement bancaire
Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP
2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)
Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 
3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés
à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France
4 : Faire un don par carte bancaire
Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

source/ http://eurolibertes.com/societe/sante-danger-pharmacien-temoigne/

pharmacie france 1752245_7_d807_les-alertes-sur-les-effets-indesirables-d-un_12324f7514c035fafbe79d72e3f92391

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s