2315 – Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Moscou, 9 novembre 2017

9 novembre 201716:18

1

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce extérieur de la République de Maurice Seetanah Lutchmeenaraidoo

2

Sur la visite de travail du Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï à Moscou

3

Sur l’entretien de Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre argentin des Affaires étrangères et du Culte Jorge Faurie à Moscou

4

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre des Affaires étrangères des États-Unis mexicains Luis Videgaray Caso à Moscou

5

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec les participants au programme scientifique et éducatif « Dialogue d’avenir » du Fonds de soutien de la diplomatie publique Gortchakov

6

Sur l’évolution de la situation en Syrie

7

Sur l’examen du 7e rapport du Mécanisme d’enquête conjoint  au Conseil de sécurité des Nations unies

8

Sur le recueil de biomatériaux russes par le Pentagone

9

Sur l’ouverture par la CPI d’une enquête officielle sur la situation en Afghanistan

10

Sur la cessation de l’activité du Tribunal international pour l’ex-Yougoslavie

11

1Sur les récents événements en Ukraine 0

12

Sur l’anniversaire de la victoire du Président moldave Igor Dodon aux élections

13

Sur les plans lettons d’attribuer le statut de « participant à la Seconde Guerre mondiale » aux personnes qui ont combattu des deux côtés du front

14

Sur les déclarations du Premier ministre macédonien Zoran Zaev à la radio monténégrine Antenna M

15

Sur l’inauguration en République serbe (Bosnie-Herzégovine) du signe commémoratif en hommage à Vitali Tchourkine
Note Sans a priori :
  • le point 7 sur les enquêtes des Nations Unis interpelle,
  • le point 8 sur des « travaux par le Pentagone sur des BIOMATERIAUX RUSSES » est problématique à tous niveaux,
  • le point 9 sur les enquêtes de la CPI qui « ennui » les Américains sont « éclairant » sur la façon dont ils voient le monde … le reste en découle

1

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce extérieur de la République de Maurice Seetanah Lutchmeenaraidoo

 

Le Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce extérieur de la République de Maurice Seetanah Lutchmeenaraidoo se rendra à Moscou en visite de travail du 12 au 14 novembre. Le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’entretiendra avec son homologue le 14 novembre.

 

Maurice Seetanah Lutchmeenaraidoo ministre Ile Maurice mauri-fm

Maurice Seetanah Lutchmeenaraidoo

Les deux chefs de diplomatie évoqueront les question d’actualité relatives au développement des liens entre la Russie et l’île Maurice dans le domaine politique, commercial, économique et social, ainsi que la promotion d’un partenariat mutuellement bénéfique dans le domaine des transports, de la pêche, du tourisme et de la formation de cadres.

Un échange d’avis sur les principaux aspects de l’agenda régional et international est également prévu, et mettra l’accent sur la prévention et le règlement des situations de crise sur le continent africain et au Moyen-Orient, la lutte contre le terrorisme international et la lutte contre la piraterie dans le nord-ouest de l’océan Indien.

 

2

Sur la visite de travail du Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï à Moscou

 

Le Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï se rendra à Moscou en visite de travail du 14 au 15 novembre à l’invitation du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Le Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï 3 www.belta_.by__34

Le Ministre biélorusse des Affaires étrangères Vladimir Makeï

Les deux chefs de diplomatie évoqueront un large éventail de questions relatives à la coopération bilatérale, le calendrier des contacts politiques à venir, et ils compareront leurs positions sur les problèmes régionaux et internationaux d’actualité.

Une attention particulière sera accordée aux perspectives de coopération dans le cadre des organisations d’intégration, dont l’Union économique eurasiatique (UEE), la CEI et l’OTSC compte tenu de la présidence biélorusse de cette Organisation cette année. Les deux interlocuteurs mettront un accent sur la coopération au sein des organisations internationales, y compris l’Onu et l’OSCE.

Parmi les principaux thèmes de l’ordre du jour bilatéral, les deux ministres aborderont la préparation du projet d’accord intergouvernemental russo-biélorusse sur la reconnaissance réciproque des visas et sur d’autres questions relatives à l’entrée de citoyens étrangers et de personnes sans citoyenneté sur le territoire des États membres du Traité sur la création de l’État de l’Union afin de créer une base juridique pour le franchissement de la frontière russo-biélorusse par les citoyens de pays tiers.

A l’issue de l’entretien on prévoit de signer le Programme d’actions convenues dans le domaine de la politique extérieure des États membres du Traité sur la création de l’Etat de l’Union pour 2018-2019, ainsi que le Plan de consultations entre les ministres des Affaires étrangères de la Russie et du Belarus pour 2018.

 

3

Sur l’entretien de Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre argentin des Affaires étrangères et du Culte Jorge Faurie à Moscou

 

Jeudi 16 novembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’entretiendra à Moscou avec le Ministre argentin des Affaires étrangères et du Culte Jorge Faurie.

jorgefaurie macri-en-estados-unidos-2565635w620

Jorge Faurie

Nous accordons une importance particulière à cette visite, que nous considérons comme une bonne occasion de poursuivre le dialogue visant à renforcer le partenariat stratégique global. Les deux ministres évoqueront les questions prioritaires de l’agenda bilatéral, ainsi que plusieurs problèmes régionaux et internationaux, tout en examinant le calendrier des contacts à venir à haut niveau et au sommet.

L’Argentine est un partenaire de longue date et fiable de la Russie. Nous tenons en grande estime la ligne active du pays dans les affaires internationales, sa position ferme au profit du respect rigoureux des principes du droit international. Une attention particulière sera accordée à l’intensification de la coopération sur les plate-formes multilatérales, notamment dans le cadre de l’Onu, de l’OMC et du G20 que l’Argentine présidera l’an prochain.

La coopération économique et commerciale représente une composante importante des relations russo-argentines, qui se caractérisent par une hausse progressive des échanges bilatéraux. La condition nécessaire pour le développement progressif de ce secteur est la réussite de projets d’investissement communs dans les domaines prometteurs comme l’énergie, y compris nucléaire, l’exploration et l’usage pacifique de l’espace, ainsi que la création de l’infrastructure logistique de transport.

Nous comptons sur l’élargissement des projets socioculturels avec l’Argentine, sur l’intensification de la coopération médiatique et de la présence médiatique réciproque. Un accent particulier est mis sur les projets culturels que j’ai mentionnés et dont nous avons récemment parlé, durant les premières consultations entre nos ministères des Affaires étrangères au niveau des services de presse. Il n’y a pas seulement des sujets à aborder, mais également des propositions concrètes des deux côtés.

Nous attendons la venue dans notre pays de l’équipe d’Argentine pour la Coupe du Monde 2018. Un match amical entre les équipes de Russie et d’Argentine est prévu samedi 11 novembre.

 

4

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec le Ministre des Affaires étrangères des États-Unis mexicains Luis Videgaray Caso à Moscou

 

Vendredi 17 novembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’entretiendra à Moscou avec le Ministre des Affaires étrangères des États-Unis mexicains Luis Videgaray Caso.

Luis Videgaray Caso Mexique videgaray 2017

Luis Videgaray Caso.

La rencontre des deux chefs de diplomatie résulte du développement progressif du dialogue politique bilatéral de confiance, auquel une impulsion supplémentaire a été apportée par la conversation du Président russe Vladimir Poutine avec le Président mexicain Enrique Pena Nieto en marge du sommet des Brics à Xiamen (Chine) du 3 au 5 septembre 2017.

Le Mexique est un partenaire important de la Russie. Sur la scène internationale, nos pays prônent continuellement la formation d’un ordre mondial juste et démocratique basé sur les principes d’égalité et de respect réciproque, le renforcement du rôle central de l’Onu dans les relations internationales, de la paix et de la sécurité internationale. Les deux pays coopèrent de manière constructive dans différents formats multilatéraux – à l’Onu, au G20 ou encore au sein de l’APEC.

Les ministres évoqueront un large éventail de questions de l’agenda bilatéral, y compris les possibilités d’accroître et de diversifier les liens commerciaux et économiques, ainsi que d’approfondir la coopération socioculturelle. Un échange de points de vue sur les sujets régionaux et internationaux d’actualité est prévu.

Nous espérons que les pourparlers russo-mexicains donneront une dynamique supplémentaire à l’ensemble de la coopération bilatérale, y compris le dialogue politique et la coopération diversifiée dans les secteurs pratiques, et qu’ils contribueront au renforcement de la coordination de nos pays sur la scène internationale.

 

5

Sur l’entretien du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec les participants au programme scientifique et éducatif « Dialogue d’avenir » du Fonds de soutien de la diplomatie publique Gortchakov

 

 

Vendredi 17 novembre se déroulera la rencontre annuelle du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec les participants au programme scientifique et éducatif « Dialogue d’avenir » du Fonds de soutien de la diplomatie publique Gortchakov. Ce projet, destiné aux jeunes experts russes et étrangers dans le domaine des relations internationales, est mené depuis 2011.

2017.08.14 1030155907-1728x800_c

Nous accordons beaucoup d’importance au dialogue avec les représentants de la communauté d’experts scientifiques adoptant un large spectre de positions et de visions sur la politique internationale. Nous partons du fait qu’un débat ouvert et libre dans ce format permet aux chercheurs de mieux se familiariser avec les approches russes du règlement des problèmes internationaux d’actualité, contribue à la démystification des mythes sur notre pays qui sont imposés par les opposants dans l’espace médiatique.

Pendant cet événement, le Ministre partagera ses appréciations de la situation internationale, évoquera les axes prioritaires du travail du Ministère des Affaires étrangères et répondra aux questions des participants au programme du fonds Gortchakov.

 

6

Sur l’évolution de la situation en Syrie

 

Avec le soutien de l’aviation russe, les forces armées syriennes finissent de supprimer le foyer de terrorisme international sur le sol syrien. La Fédération de Russie continue d’apporter à la Syrie tout le soutien nécessaire afin de normaliser au plus vite la situation et de créer les conditions favorables pour surmonter les conséquences de la longue crise destructrice et du conflit armé.

ARMEE AVION RUSSEsu34-20151130

La Russie travaille activement, notamment dans ses contacts avec l’Onu et différents partenaires internationaux, pour préparer le déroulement du Congrès du dialogue national syrien. Nous espérons que ce Congrès marquera une étape importante sur la voie du rétablissement de l’unité de toute la diversité ethno-confessionnelle de la société syrienne, de l’affirmation des principes de réconciliation nationale et de la construction politique et étatique.

Des médias ont rapporté aujourd’hui la chute du dernier grand bastion de Daech en Syrie: la ville d’Abou Kamel. La veille s’étaient rencontrés à proximité les soldats de l’armée syrienne et ceux de l’armée irakienne qui avaient nettoyé de Daech la ville d’al-Qaim du côté irakien de la frontière.

SYRIE NOV 2017 165_mJM4B_syrie-deir-ezzor-liberee-de-daech_x240-iNcLa ville de Deir ez-Zor a été entièrement libérée. La vie s’y normalise progressivement, les autorités syriennes font tout pour commencer les travaux de rétablissement de l’infrastructure socioéconomique et la mise en place des conditions pour le retour des civils dans leur foyer.

 

Néanmoins, le niveau de menace terroriste reste élevé. Les troupes disparates de Daech poursuivent les provocations et les attentats. L’explosion d’une roquette guidée samedi 4 novembre à Deir ez-Zor a blessé des journalistes russes et les militaires qui effectuaient le déminage. Dans la nuit du 4 au 5 novembre, un kamikaze au volant d’une voiture piégée s’est introduit sur le territoire d’un grand camp de réfugiés au nord-ouest de Deir ez-Zor et s’est fait exploser: plus de 100 personnes ont été tuées et blessées, essentiellement des femmes, des enfants et des personnes âgées.

Nous notons une augmentation notable des fournitures d’aide humanitaire de l’Onu dans les zones de désescalade. Les militaires du Centre russe pour la réconciliation des belligérants aident activement le passage de convois de l’Onu. Dans le même temps, les militaires russes mènent régulièrement leurs propres actions humanitaires dans différentes régions du pays, ils apportent aux Syriens dans le besoin de la nourriture et des produits de première nécessité et aident à reconstruire les écoles et les hôpitaux détruits par les terroristes.

La Russie poursuit son travail visant à renforcer le cessez-le-feu sur tout le territoire syrien. La vie des citoyens ordinaires s’améliore progressivement devient pacifique dans une grande partie du pays. Les terroristes du Front al-Nosra et des groupes affiliés tentent activement de l’empêcher. Mardi 7 novembre, les terroristes ont organisé une grande provocation dans la zone de désescalade de la Ghouta orientale en bombardant massivement les quartiers centraux de Damas. Plusieurs obus ont atterri dans le quartier où se situe l’Ambassade de Russie. En novembre, les terroristes ont attaqué à nouveau plusieurs banlieues et quartiers de Damas à partir des quartiers de la Ghouta orientale.

Nous nous adressons à nouveau aux acteurs régionaux et internationaux pour les appeler, en actions et non en paroles, à apporter un soutien actif au peuple syrien dans la recherche de solutions au conflit, ainsi qu’à envoyer une aide humanitaire dans les régions les plus touchées de la Syrie sans associer cette question à des conditions préalables avancées au gouvernement syrien.

 

7

Sur l’examen du 7e rapport du Mécanisme d’enquête conjoint  au Conseil de sécurité des Nations unies

 

Mardi 7 novembre, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni pour examiner le 7e rapport du Mécanisme d’enquête conjoint OIAC-Onu (MEC) sur l’usage de l’arme chimique en Syrie et les perspectives de prolongation du mandat de cette structure.

Vous avez pu prendre connaissance de la position russe à ce sujet: elle est disponible en accès ouvert. Nous avons noté le discours du chef du MEC Edmond Mulet qui a fait l’éloge de la méthodologie utilisée par le MEC et a présenté son travail comme professionnel et impartial. Il n’a pourtant répondu à aucune de nos questions concrètes concernant la non-conformité des conclusions du rapport du MEC avec une approche scientifique stricte.

MULET edmondMulet1

Chef du MEC Edmond Mulet

Nous restons extrêmement confus par l’insistance d’Edmond Mulet, inconsistante du point de vue de la science théorique et de la logique, avec laquelle il continue d’affirmer que le sarin utilisé à Khan Cheikhoun serait « d’origine syrienne ». Il donne une explication très simple: la composition chimique des échantillons de Khan Cheikhoun coïnciderait avec les caractéristiques des précurseurs du sarin DF inscrit par la Syrie dans son annonce initiale dans le cadre de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. Il est étrange qu’en parallèle, aucune autre version n’ait même été prise en compte.

Cette logique est d’autant plus étonnante qu’après la transmission par la Syrie à l’OIAC de l’information sur les méthodes de synthèse du sarin binaire et la présence dans cette Organisation des échantillons recueillis sur les anciennes réserves syriennes, sa recette n’est plus un secret depuis longtemps.

Rappelons également que c’est précisément le précurseur DF qui a été détruit sur le navire américain spécialisé Cape Ray où étaient également prélevés ces échantillons.

De plus, il est utile de rappeler que selon les experts russes qui se sont exprimés le 2 novembre dernier pendant la conférence de presse au Ministère russe des Affaires étrangères, le sarin produit selon la recette indiquée peut être obtenu non seulement de manière industrielle, mais également artisanale.

HALEY NikkiHaleyAIPAC-e14906539509281

Nikki Haley

En ce qui concerne les interventions de Nikki Haley pendant la réunion: rien de nouveau, Les accusations sans preuves visant Damas qui aurait prétendument utilisé l’arme chimique et les allusions déplacées à l’égard de la Russie ne font pas honneur à l’Ambassadrice des USA à l’Onu ni en termes d’éthique diplomatique ni de bon sens.

Du point de vue du bon sens, selon nous, il convient de rappeler et d’analyser comment la diplomatie américaine, y compris à l’Onu et au Conseil de sécurité, a imposé ses décisions sur l’Irak en accusant cet État de détenir et d’accroître un prétendu potentiel d’armes de destruction massive.

Vous vous souvenez parfaitement de la même polémique insistante – sans règles ni éthique diplomatique – à l’Onu à l’époque concernant le « régime criminel de Saddam Hussein » qui élaborait soi-disant l’arme de destruction massive, avait des projets de « domination mondiale » et « collaborait avec les terroristes ».

Voici quelques extraits, y compris spécialement pour l’Ambassadrice actuelle des USA à l’Onu. Or nous savons que les collègues américains qui arrivent et sont nommés entre autres à ces postes diplomatiques n’ont aucune idée de ce que leurs prédécesseurs déclaraient il y a quelques décennies et même dernièrement.

Voici quelques déclarations de responsables américains faites au Conseil de sécurité des Nations unies en 2002-2003.

negroponte john 150419124730-fast-facts-john-negroponte-exlarge-169

John Negroponte

Par exemple, l’Ambassadeur des USA à l’Onu de l’époque, John Nergroponte, avait déclaré que le régime de Saddam Hussein avait utilisé l’arme chimique contre ses voisins et ses propres citoyens; il mentait concernant l’élaboration de l’arme de destruction massive; il a signé le Traité de non-prolifération des armes nucléaires puis a lancé un programme très poussé de développement de l’arme nucléaire.

Photos Of The Decade Powell Iraq

Le Secrétaire d’État américain Colin Powell notait qu’ils savaient que Saddam Hussein était fermement disposé à préserver l’arme de destruction massive en sa possession et à la produire en grande quantité. « Saddam Hussein dispose de l’arme chimique. Il a utilisé cette arme. Et Saddam Hussein n’aura pas de remords quand il décidera de l’utiliser à nouveau contre ses voisins et son propre peuple. Des sources nous indiquent qu’il a récemment donné l’ordre à ses généraux de l’utiliser. Il n’aurait pas donné de tels ordres s’il ne possédait pas une telle arme. »

Vous pouvez trouver tous les discours d’archives des ambassadeurs de tous les pays pendant les réunions du Conseil de sécurité des Nations unies sur le site de l’Onu. Faites un effort et faites ce travail. Cela ne vous rappelle rien? Moi, si.

On aurait pu expliquer tout cela par une simple erreur factuelle, l’ignorance ou les informations incorrectes au lieu d’une tentative d’induire sciemment en erreur les membres du Conseil de sécurité des Nations unies.

Gordon Brown Delivers A Speech On Business And The Car Industry

Gordon Brown

Mais nous avons pu lire les mémoires de l’ex-Premier ministre britannique Gordon Brown parus récemment contenant des révélations concernant l’incertitude des raisons du début de la campagne militaire contre l’Irak en 2003-2011. Comme l’a reconnu l’ancien chef du gouvernement britannique, les USA ont sciemment induit en erreur les Britanniques en leur cachant le rapport ultrasecret préparé dès 2002 par le renseignement militaire dans lequel la présence de l’arme de destruction massive à Bagdad était sérieusement remise en question.

Autrement dit, les USA ont caché même à leurs partenaires et alliés les plus proches les informations à leur disposition à l’époque

(bien sûr, il y avait également des diplomates américains parmi eux).

Selon Gordon Brown, ce document (dont il n’a appris l’existence que l’an dernier, selon lui) stipulait que les militaires américains « n’avaient pas réussi à découvrir en Irak des sites où serait fabriquée, testée ou stockée l’arme biologique » ni à prouver les capacités de Bagdad à assurer une production stable de substances chimiques toxiques.

Le rapport indiquait que les USA ne disposaient pas non plus d’informations valables concernant le programme nucléaire des Irakiens (90% de l’analyse en la matière était en fait basée sur des renseignements inexacts). De plus, la capacité de Bagdad à fabriquer des missiles à longue portée était elle aussi remise en question.

L’insistance et parfois la grossièreté avec laquelle la diplomatie américaine, y compris au Conseil de sécurité des Nations unies, parle de l’utilisation, selon eux, de l’arme chimique par le gouvernement syrien rappelle sérieusement leur tactique du début des années 2000.

Mais ce n’était pas des erreurs! C’est une action linéaire et programmée pour imposer ses propres intérêts géopolitiques.

Voici une très bonne question:

ces intérêts étaient-ils géostratégiques ou géopolitiques, ou étaient-ils ceux de certains milieux politiques et de représentants de l’establishment politique des USA à l’époque?

Honnêtement, on a envie de demander si cette fois aussi il existe un certain rapport secret des renseignements américains dont nous apprendrons l’existence par la suite. Mais aujourd’hui « tous les moyens sont bons » pour atteindre l’objectif fixé et accuser Damas de ce qu’il n’a pas commis.

Malheureusement, tout cela arrive dans les meilleures traditions de certains représentants de l’establishment politique américain. Après tout, il faut se poser des questions sur les méthodes de travail de nos partenaires américains.

 

8

Sur le recueil de biomatériaux russes par le Pentagone

 

De nombreux médias nous ont demandé un commentaire concernant le recueil par le Pentagone de biomatériaux de citoyens russes. D’abord, de nombreux articles satiriques et sarcastiques, de répliques et de réactions sont parus sur internet à ce sujet. Puis ont suivi les commentaires des structures de force des USA, et ce n’était plus du tout drôle. Nous avons reçu la demande de commenter ce qui se passe en réalité.

usa labo guerre biologique BSL4_2-slyder

Le gouvernement américain possède trois laboratoires BSL-4 (Bio Safety Lab niveau 4). Un en Guinée, un au Libéria, un en Sierra Leone, au cœur de l’épidémie en Afrique de l’Ouest.

Nous sommes préoccupés par l’information sur l’organisation, par le département militaire des USA, de recherches basées sur les biomatériaux de Russes recueillis sur le territoire de notre pays.

Il est précisément question du département militaire – c’est un point important sur lequel je voudrais attirer l’attention de ceux qui trouvaient ça drôle.

  • Ce n’est pas une coopération, par exemple, entre les ministères de la Santé des deux pays,
  • ce n’est pas un échange de données entre les communautés scientifiques.

Le Ministère russe de la Santé a déclaré notamment que les collègues américains ne s’étaient pas adressés à lui et qu’il n’y avait aucune coopération à leur niveau.

Les explications officielles du Pentagone à cet égard ne paraissent pas convaincantes et ne suscitent que des questions supplémentaires – qui seront posées.

Nous pensons que le ministère de la Défense des USA doit présenter des preuves convaincantes montrant que les recherches menées par l’armée de l’air américaine dans le cadre de ce contrat n’enfreignent pas les normes du droit international.

Cette transparence est nécessaire compte tenu de la réputation du Pentagone dans le domaine biologique.

Les exemples sont nombreux. Vous pouvez les trouver vous-mêmes. Si besoin, nous ferons un commentaire supplémentaire à ce sujet. Il suffit de rappeler la récente histoire de l’envoi par le laboratoire Salomon (polygone d’essai de Dugway de l’armée de terre US, Utah) de spores vivantes d’anthrax à travers le monde, y compris vers les sites militaires étrangers des USA pour organiser des expériences d’aérosol.

L’absence de transparence dans l’activité médico-biologique du Pentagone et son attention à cet égard pour la Russie et les États voisins soulèvent la question de la nécessité de durcir les règles de sécurité biologique.

 

9

Sur l’ouverture par la CPI d’une enquête officielle sur la situation en Afghanistan

 

Nous avons remarqué les communiqués concernant la requête du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) d’ouvrir une enquête sur la situation en Afghanistan.

CPI USA maxresdefault

 

La Russie exige continuellement de traduire en justice les personnes responsables de la mort de civils, de tortures, de traitements violents et d’attaques contre les sites d’infrastructure civile.

Dans le même temps, nous ne sommes pas convaincus que la CPI, qui n’a pas réussi à faire ses preuves comme un organe universel réellement indépendant de la justice pénale internationale, pourra mener une enquête objective et impartiale sur la situation en Afghanistan. Rappelons que le procureur a eu besoin de plus de dix ans pour se décider à envoyer une requête sur le début d’une enquête.

 

10

Sur la cessation de l’activité du Tribunal international pour l’ex-Yougoslavie

Le Tribunal international pour l’ex-Yougoslavie cessera son activité le 31 décembre 2017 conformément à la Résolution 2329 du Conseil de sécurité des Nations unies (2016).

tribunal-pénal-international-pour-l-ex-yougoslavie-35007254

Download Tribunal Pénal International Pour L’ex-Yougoslavie Image stock éditorial – Image:

La Russie a noté plusieurs fois la politisation et la partialité substantielle du TPY dans l’examen des affaires dont il était chargé. La guerre civile en ex-Yougoslavie dans les années 1990 restera une page tragique de l’histoire mondiale. Le Tribunal tente de donner une interprétation unilatérale antiserbe à ces événements.

Les tentatives entreprises par le TPY de rejeter tacitement la faute de différents crimes sur les peuples, les gouvernements et les États provoquent dans l’ensemble une tension et une méfiance réciproque dans l’espace de l’ex-Yougoslavie, réaniment d’anciens problèmes et les différends interethniques dans la région.

L’omission des droits fondamentaux des accusés par le Tribunal est également préoccupante.

Les exemples sont nombreux. On peut citer notamment le récent refus du TPY de libérer temporairement l’ancien commandant des forces armées de la République serbe Ratko Mladic pour qu’il reçoive des soins en Russie, en dépit de la détérioration de son état de santé et de la fourniture des garanties au Tribunal par la Russie.

Le Tribunal n’est pas non plus devenu un outil de justice pénale internationale efficace.

Tribunal ad hoc, il est une institution temporaire. Le TPY a tout de même existé plus de 20 ans et dépensé des milliards pour son activité. La Russie a exprimé plusieurs fois son inquiétude quant à la prolongation du mandat du TPY par le Conseil de sécurité des Nations unies.

A cet égard, nous attendons la fin imminente de l’activité du TPY et le transfert sans délais de toutes les questions  irrésolues par le Tribunal au Mécanisme résiduel. Nous partons du fait que ce dernier est une structure provisoire et nous insistons sur son efficacité maximale du point de vue du respect des normes juridiques, y compris les délais de procédure légale.

11

Sur les récents événements en Ukraine

 

Nous avons reçu de nombreuses demandes de commenter la situation en Ukraine. Il y a eu de nombreuses publications. Je me permettrai d’en faire la synthèse pour donner une réponse complète.

Sergueï Lavrov a mentionné avant-hier l’acte blasphématoire des nationalistes ukrainiens qui ont profané à Kiev le Mémorial de la gloire militaire en coulant du ciment sur la Flamme éternelle.

Le lendemain a été rapportée une nouvelle action perfide de vandales qui ont endommagé à Melitopol le monument aux soldats automobilistes tués pendant la Grande Guerre patriotique.

Dans ce contexte, on est surpris par le cynisme et l’inaction totale des autorités ukrainiennes qui permettent aux extrémistes de profaner criminellement la mémoire de ceux qui ont donné leur vie à la lutte contre le nazisme. Nous espérons que ces crimes feront l’objet d’une enquête appropriée et que les responsables seront traduits en justice.

Nous ne pouvons pas ne pas réagir à d’autres nouvelles en provenance d’Ukraine où, de toute évidence, un nouveau cycle d’hystérie antirusse prend de l’ampleur. On a l’impression que chaque personne impliquée dans les institutions publiques ukrainiennes considère comme son « devoir » de se distinguer en ce sens.

POROCHENKO UKRAINE le-president-ukrainien-petro-porochenko-lors-d-une-conference-de-presse-a-tokyo-le-6-avril-2016_5577603

Le ton est donné par le Président ukrainien Petro Porochenko en personne, qui a récemment signé la loi sur les tournées artistiques en Ukraine conformément à laquelle les personnalités culturelles russes ne pourront se produire dans ce pays que sur l’autorisation des « connaisseurs en art » du Service de  sécurité ukrainien. De cette manière l’Ukraine instaure le régime de censure totale de la part des structures de force ukrainiennes actuelles, des fameux « uniformes bleus » auxquels avait dit adieu avec emphase Petro Porochenko en se précipitant vers l’Europe sans visas. A sa place, je lirais même un poème.

Le cabinet ukrainien ne reste pas à l’écart.

Mercredi 8 novembre, devant les caméras, il a publiquement décidé de sortir de l’Accord entre la Russie et l’Ukraine sur l’ordre des fournitures réciproques d’armement et de matériel militaire, de composants et de pièces, l’organisation de la maintenance et les services militaires signé le 8 février 1995.

A en juger par le brouhaha qui a accompagné cet événement, les autorités ukrainiennes ne savent plus comment attirer l’attention sur leur position antirusse « sans appel ».

C’est une évolution parfaitement logique de la situation. Nous en parlions depuis longtemps. Par sa politique, le régime se pousse depuis longtemps au pied du mur parce que les éléments nationalistes donneront de plus en plus de consignes telles que celles que le Maïdan sanglant avait données au nouveau pouvoir, et c’est ce qui se produit.

Une place à part dans ce « défilé »  d’idées insensées est occupée par la nouvelle initiative tirée de l' »arsenal » du Maïdan sur la rupture des relations diplomatiques avec la Russie.

Ce thème n’est pas nouveau, il est réanimé de temps à autre en Ukraine, précisément au moment où il faut détourner l’attention du public des problèmes grandissants. Il y a une interdépendance très nette. Il est possible de suivre clairement le lien entre les questions de rupture des relations diplomatiques et d’instauration de visas avec la Russie – proposées par l’establishment ukrainien – et les tentatives de détourner d’une manière quelconque l’attention de sa propre population des nouveaux problèmes qu’elle éprouve.

Sachant qu’aucun politicien ukrainien ne songe aux conséquences d’une telle démarche, notamment pour les millions de citoyens ukrainiens, y compris ceux qui travaillent en Russie.

Nous continuons de suivre les événements en Ukraine. On espère que le bon sens prendra tout de même le dessus, mais il s’estompe.

 

12

Sur l’anniversaire de la victoire du Président moldave Igor Dodon aux élections

 

DODON PRESIDENT MOLDAVE Igor Dodon ad6937e9-c481-4586-a4eb-b6559267910d

Igor Dodon

A la veille de cette conférence de presse, nous avons également reçu une question de la chaîne moldave Accent TV. La question a été posée ainsi:

« Le 13 novembre marque le premier anniversaire de l’élection du président qui prône l’amélioration des relations avec la Russie. Durant cette période les relations ont traversé différentes phases: d’un côté, les échanges ont augmenté et les citoyens moldaves sont reconnaissants pour l’amnistie commerciale. D’un autre, des diplomates russes ont été expulsés, des experts et des journalistes ont été renvoyés. Que pensez-vous de cet anniversaire du point de vue du développement des relations russo-moldaves? En quoi consiste aujourd’hui la politique de la Russie vis-à-vis du pays où il existe de facto une dualité du pouvoir dans la direction de la politique étrangère? »

Nous sommes prêts à répondre à cette question. Le 13 novembre marque le premier anniversaire de l’élection d’Igor Dodon au poste de Président de la République moldave.

Ce dernier a depuis entrepris plusieurs démarches concrètes pour instaurer une coopération entre la Moldavie et la Russie, l’UEE, ainsi que dans le cadre de la CEI.

Cette année, le Président russe Vladimir Poutine et Igor Dodon se sont rencontrés six fois.

Un dialogue stable a été instauré sur un large éventail de questions permettant de chercher des solutions aux problèmes les plus pertinents de l’agenda bilatéral.

Les accords conclus à l’issue des entretiens des deux chefs d’État ont permis d’intensifier la coopération commerciale et économique entre les deux pays. Les exportations de marchandises moldaves sur le marché russe ont significativement augmenté, plusieurs problèmes des migrants du travail moldaves en Russie ont pu être réglés.

En mars, Igor Dodon a déposé une demande pour attribuer à la Moldavie le statut d’observateur à l’UEE, et en avril le Président moldave et le Président du Collège de la Commission économique eurasiatique Tigran Sarkissian ont signé le Mémorandum de coopération entre la Moldavie et la Commission.

Une note positive peut être attribuée aux efforts visant à promouvoir le dialogue avec les autorités de la Transnistrie. Igor Dodon a rencontré deux fois le dirigeant transnistrien Vadim Krasnosselski.

Un certain progrès est prévu dans le règlement de plusieurs questions pratiques relatives au processus de paix transnistrien.

krasnoselskiy-696x497Vadim Krasnosselski.

Vadim Krasnosselski.

Malheureusement, la confrontation politique entre deux branches du pouvoir actuellement en Moldavie ne permet pas de mettre en œuvre à part entière les initiatives du Président de la République et de réaliser plus largement le potentiel de la coopération russo-moldave.

De plus, le gouvernement et la majorité parlementaire de la Moldavie ont dernièrement entrepris plusieurs démarches pour limiter les pouvoirs du Président.

Des actions franchement antirusses ont lieu. Néanmoins, la Russie est disposée à un développement à long terme et amical des relations de partenariat avec la Moldavie neutre s’appuyant sur les liens historiques de longue date entre nos peuples. Nous espérons que l’étape actuelle difficile pour le développement de ce pays sera surmontée.

Nous souhaitons de la réussite au Président Igor Dodon dans son activité pour le bien du peuple moldave, le renforcement de la coopération russo-moldave, ainsi qu’à tout le peuple moldave ami.

 

13

Sur les plans lettons d’attribuer le statut de « participant à la Seconde Guerre mondiale » aux personnes qui ont combattu des deux côtés du front

 

Jeudi 2 novembre, le Parlement letton a approuvé en seconde lecture le projet de loi sur l’attribution du statut de « participant à la Seconde Guerre mondiale » aux personnes qui ont combattu des deux côtés du front.

L’objectif proclamé de ce projet de loi est la « reconnaissance des mérites » des citoyens lettons ayant participé à la Seconde Guerre mondiale.

Sachant que pour les auteurs du document, le côté duquel ces citoyens combattaient – de l’Allemagne nazie ou de la coalition antihitlérienne – n’a pas d’importance. Ainsi, les autorités lettones font un nouveau pas pour blanchir les criminels nazis et assimilent les soldats de la Légion lettone SS aux vétérans de l’Armée rouge qui ont libéré le monde du fascisme.

C’est avec indignation que nous avons appris cette information.

C’est loin d’être le premier cas de glorification ouverte de criminels fascistes par Riga, couplé aux persécutions de vétérans de l’Armée soviétique. Mais à chaque fois les autorités lettones franchissent une nouvelle limite.

Nous trouvons absolument inadmissible l’aspiration à réécrire l’histoire, à remettre en question le bilan de la Seconde Guerre mondiale et le verdict du procès de Nuremberg qui a reconnu la SS comme une organisation criminelle. Le projet de loi sur le statut de participant à la Seconde Guerre mondiale approuvé en seconde lecture confirme clairement que le processus de substitution des notions devient de plus en plus hideux. Le caractère blasphématoire de cette initiative est flagrant. Nous espérons entendre une note appropriée à ce sujet de la part des structures internationales compétentes, des partenaires de la Lettonie de l’UE et des organisations de vétérans.

 

14

Sur les déclarations du Premier ministre macédonien Zoran Zaev à la radio monténégrine Antenna M

 

 

Nous avons lu les déclarations du Premier ministre macédonien Zoran Zaev concernant de prétendus plans visant à sa suppression « selon le scénario monténégrin » faites dans une interview à la radio monténégrine Antenna M le 5 novembre dernier.

MACEDOINE 6a00e553a95ba488330163021cc886970d-800wi

Nous pensons que de tels propos ne sont pas seulement des insinuations infondées et des constructions maniaques: ils ressemblent à une contribution à sa propre campagne le plaçant dans le rôle de la victime. Surtout, ces déclarations nuisent aux relations russo-macédoniennes et font contraste avec la disposition annoncée de Skopje d’établir une coopération constructive avec notre pays.

Les « horreurs » annoncées sous cette forme servent simplement de couverture à une intégration accélérée à l’Otan des États des Balkans qui restent encore en dehors des structures otaniennes. C’est en grande partie pour cette raison que la récente crise politique a été provoquée dans l’État macédonien. La Russie n’a jamais recouru à l’ingérence dans les affaires intérieures de la République macédonienne.

 

15

Sur l’inauguration en République serbe (Bosnie-Herzégovine) du signe commémoratif en hommage à Vitali Tchourkine

 

Lundi 6 novembre dans la ville d’Istočno Sarajevo (République serbe, Bosnie-Herzégovine), s’est déroulée la cérémonie d’inauguration du mémorial en hommage à l’ancien Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l’Onu à New York Vitali Tchourkine. Elle s’est tenue en présence des représentants du gouvernement de la République serbe et de l’Ambassade de Russie en Bosnie-Herzégovine, d’ONG et d’associations.

Nous remercions l’association de citoyens « Alternative orientale », les autorités de la République serbe et d’Istočno Sarajevo pour la mise en œuvre de cette initiative.

,TCHOURKINE Vitali Tchourkine 2017-02-20t172312z_1910211329_lr1ed2k1cacbs_rtrmadp_3_russia-un-churkin_0

Je voudrais rappeler qu’aux moments les plus difficiles de la crise en Bosnie-Herzégovine et pendant la période difficile du règlement post-conflit, Vitali Tchourkine s’était efforcé d’apporter une contribution constructive pour faire cesser l’effusion de sang, protéger la paix et la sécurité en Europe du Sud-Est.

Le traitement respectueux de son héritage dans les Balkans renforce notre conviction selon laquelle les peuples de cette région, qui ont subi les épreuves les plus difficiles, avanceront progressivement sur la voie de la coopération mutuellement bénéfique, de la coexistence interethnique et interconfessionnelle et du respect des principes fondamentaux du droit international.

 

à suivre

ZARAKHOVA Брифинг М.Захаровой 9.11

SOURCE/ http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2943560

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s