1876 – L’Initiative des Trois Mers – renforcer la coopération en Europe centrale et orientale

2017.05.19 pays de l'est UE dwnld1197225652-740x431

Par Olivier Bault. 13 mai 2017

Pologne, Helenów

  • Pressés entre la pression énergétique et militaire de Moscou à l’est
  • et la pression économique et idéologique de Bruxelles, Berlin et Paris à l’ouest,

douze pays d’Europe centrale et orientale prennent part à l’Initiative des Trois Mers (mer Baltique, mer Adriatique et mer Noire) visant à renforcer la coopération et les infrastructures régionales dans le domaine

  • du transport,
  • des télécommunications,
  • de l’énergie
  • de l’environnement.

Le 4 mai dernier, le chef du Cabinet du président polonais Andrzej Duda rencontrait près de Varsovie les conseillers pour les Affaires étrangères des présidents des pays des Trois Mers :

  • les pays du Groupe de Visegrád (V4 : Pologne, Tchéquie, Slovaquie et Hongrie),
  • les Pays baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie),
  • aussi l’Autriche, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovénie et la Croatie.

Il s’agissait de préparer le sommet que tiendront ces pays à Wrocław, dans le sud-ouest de la Pologne, en juillet prochain, après le sommet de Dubrovnik, en Croatie, l’année dernière.(article suivant)

Le message que veulent lancer les pays participants, selon le chef du Cabinet d’Andrzej Duda, va toutefois dans le sens de l’intégration et la solidarité de l’Union européenne dans son ensemble.

  • En ce qui concerne les infrastructures, il s’agit notamment de renforcer les liaisons nord-sud jusqu’ici négligées au bénéfice des liaisons ouest-est.

L’Initiative des Trois Mers est au centre de la politique étrangère polonaise depuis l’arrivée au pouvoir à Varsovie des conservateurs (PiS).

  • Déjà entre les deux guerres mondiales, la Pologne avait rêvé d’une grande Fédération « entre mers » (Międzymorze) des pays d’Europe centrale et orientale pour résister ensemble à la suprématie de la Russie soviétique et de l’Allemagne.
  • Si ce projet puisait son inspiration dans l’histoire de la République des Deux nations, union du Royaume de Pologne et du Grand-Duché de Lituanie qui s’étendait à son apogée (vers 1600) de la Baltique à la mer Noire, les conditions géopolitiques des années 20 et 30 n’ont pas permis de le concrétiser.
  • C’est une fois élu en 2015 que le président polonais Andrzej Duda a relancé l’idée, cette fois dans le cadre d’une coopération renforcée au sein de l’Union européenne, avec la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic.

On ne sait pas encore si le président américain Donald Trump assistera au sommet de Wrocław mais il y a été invité


source/ https://visegradpost.com/fr/2017/05/13/linitiative-des-trois-mers-renforcer-la-cooperation-en-europe-centrale-et-orientale/


L’Initiative des Trois Mers : l’Europe centrale et orientale se prend en main

2017.05.19 pays de l'est de l'UE 2 H20160825000559-740x422

28 août 2016 – Dubrovnik, Croatie Un forum de deux jours a réuni en Croatie des chefs d’État et des représentants officiels de douze pays d’Europe centrale et orientale et membres de l’Union européenne en vue de discuter des défis communs pour renforcer économiquement et politiquement la zone comprise entre les trois mers – Adriatique, Baltique, Mer Noire. Retour sur l’Initiative des Trois Mers.

La zone comprise entre l’Adriatique, la Baltique et la Mer Noire est la pierre angulaire de l’Europe”, a déclaré l’hôte du forum, la présidente croate Grabar-Kitarović. Jeudi 25 août, une table ronde réunissait à Dubrovnik, au bord de la mer Adriatique, les présidents de Croatie, de Hongrie, de Pologne, de Bulgarie, de Lituanie et de Slovénie, ainsi que des ministres et vice-ministres d’Autriche, de Tchéquie, d’Estonie, de Lettonie, de Roumanie et de Slovaquie.

photo_verybig_176032

La région (BABS : Baltic – Adriatic – Black Sea)

  • compte pour 28% du territoire de l’UE,
  • 22% de sa population
  • mais seulement 10% de son PIB.

Les discussions à propos de l’économie ont porté sur la nécessité d’améliorer les infrastructures de toute la région et en particulier la coopération énergétique, notamment pour favoriser la pluralité des sources d’énergie et diminuer la dépendance énergétique envers qui que ce soit.

  • Selon la présidente croate, 50 milliards d’euros sont nécessaires pour palier aux manques actuels. Toutefois, elle a aussi attiré l’attention sur les grands défis de la région, à savoir la baisse démographique et l’émigration.

Le président polonais Duda a pour sa part souligné que la coopération devait s’étendre à d’autres domaines pour être suffisamment forte : la culture et la science ainsi que les échanges universitaires doivent venir renforcer cette coopération. Mais le cœur de cette coopération repose sur la création d’un véritable axe nord-sud européen, pour le président polonais. En conclusion de son intervention, Andrzej Duda a annoncé que le prochain sommet aurait lieu en Pologne à Wroclaw, en juin 2017.

Des intervenants de Chine et des États-Unis étaient également présents. Liu Haixing, assistant ministériel chinois aux affaires étrangères en charge de la région d’Europe centrale et orientale a rappelé que la Chine était très intéressée par le développement de la région, qu’elle voit d’un bon œil dans l’optique de son projet de nouvelle Route de la Soie.

Le général étasunien James L. Jones, président de Jones Group International et ancien conseiller à la sécurité nationale du président Obama a déclaré que le développement de l’Initiative des Trois Mers doit être un élément non seulement de développement européen mais aussi de sécurité. Le général Jones a insisté sur l’emploi par la Russie de sa position de fournisseur d’énergie pour augmenter son influence économique et renforcer ses objectifs géopolitiques.

crop_700x400_d6_dsc_6391

Après la table ronde du jeudi, les discussions ont continué vendredi autour de sujets divers tels que la crise migratoire, la menace terroriste ainsi que l’instabilité à la frontière est de l’Union européenne. Autant de défis sur lesquels les participants ont dit vouloir une réponse commune au niveau européen, et entendent peser de leur poids pour pousser l’Union européenne vers les solutions qu’ils soutiennent.

Les participants au forum ont au final adopté une déclaration appelée “l’Initiative des Trois Mers”, (2016) établissant une plateforme informelle visant à renforcer les liens politiques et faciliter la collaboration transfrontalière dans la région ainsi que la mise en place de projets macro-régionaux.

source/ https://visegradpost.com/fr/2016/08/28/l-initiative-des-trois-mers-l-europe-centrale-et-orientale-se-prend-en-main/