1753 – Corée du Nord – L’angoisse d’un conflit imminent et la réalité des risques – L’avertissement de Pékin à Pyongyang sur un 6ème test nucléaire

Corée du Nord : l’angoisse d’un conflit imminent et la réalité des risques

2017.04.15 Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d'une conférence de presse à Pékin le 14 avril 2017. Crédits - AFP PHOTO- Fred DUFOUR chine-wang-yi-1280x853

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d’une conférence de presse à Pékin le 14 avril 2017. (Crédits : AFP PHOTO / Fred DUFOUR)
Par Sarah Suong Mazelier – 14/04/2017
Facile comme un Tweet. « Le problème de la Corée du Nord sera résolu », a assuré un Donald Trump à double face ces derniers jours : à la fois bombant le torse et reconnaissant que la situation sur la péninsule coréenne est plus « compliquée » qu’il ne l’imaginait. Une légèreté qui ne rassure pas les Chinois pour qui « un conflit peut éclater à tout moment ». En effet, les navires de guerre envoyés ce week-end par les Américains sont positionnés pour frapper la Corée du Nord, qui se prépare à un 6ème essai nucléaire ce samedi 15 avril.

Mais sera-t-il aussi facile à Washington d’assumer les conséquences de frappes comme en Syrie ou en Afghanistan ? Pas sûr.

« Après avoir écouté pendant 10 minutes, je me suis rendu compte que ce n’est pas si simple. » Ainsi parlait benoîtement Donald Trump dans une interview au  Wall Street Journal [1] ce mercredi 12 avril. 10 minutes, c’est le temps que le président américain a écouté son homologue chinois Xi Jinping lui expliquer l’histoire des relations entre la Chine et la Corée du Nord[2], lors de leur rencontre à Mar-a-Lago le week-end dernier. Une fois n’est pas coutume, Trump a témoigné d’une soudaine humilité en prenant conscience que le problème du nucléaire nord-coréen ne pourrait pas être résolu sans Pékin, mais que Xi Jinping ne tenait pas non plus Kim Jong-un dans sa main comme une marionnette. Une attitude plus compréhensive, qui illustre le revirement du président américain à l’égard de la Chine.

Mais cette volte-face ne parvient pas à dissiper l’inquiétude grandissante dans toute l’Asie du Nord-Est.

Pour Pékin, il est urgent de tirer la sonnette d’alarme : « Un conflit peut éclater à tout moment », a déclaré ce vendredi 14 avril Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, cité par le  Straits Times [3] « Si une guerre a lieu, il en résultera une situation où tout le monde perdra », a soutenu Wang Yi lors d’une conférence de presse à Pékin avec son homologue français Jean-Marc Ayrault. Quel que soit le pays agresseur, a renchéri le chef de la diplomatie chinoise, « il devra en assumer la responsabilité historique et en payer le prix. » A Pyongyang, le gouvernement fait déjà porter la responsabilité de la situation à Donald Trump. Les Américains ont plongé la péninsule dans un « cercle vicieux », a dénoncé Han Song-ryol, le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères dans une interview à l’agence Associated Press, rapportée par le Korea Times. [4]« Nous procèderons à des essais nucléaires chaque fois que le pouvoir suprême le jugera bon », a martelé le haut diplomate.
2017.04.15 Han Song Ryol, center, North Korea's vice minister of foreign affairs, speaks during an interview with The Associated Press on Friday in Pyongyang, North Korea. Y2017041404000
Han Song Ryol, center, North Korea’s vice minister of foreign affairs, speaks during an interview with The Associated Press on Friday in Pyongyang, North Korea.
Comment jauger la situation ? Certes, Le déploiement militaire américain autour de la péninsule coréenne se précise. Après l’envoi du porte-avion USS Carl Vinson ce samedi 8 avril, Washington a placé deux destroyers à moins de 300 mètres des centrales nucléaires nord-coréennes, et des bombardiers sont postés près de l’île de Guam « en vue d’une provocation de Pyongyang », selon un haut responsable du Pentagone cité par le Korea Times [5]    Objectif : pouvoir lancer des attaques préemptives (preemptive strikes), qui se distingue des frappes préventives, parce qu’elles répondent à un danger imminent.
Côté nord-coréen, des « activités intenses » se poursuivent pour préparer un 6ème essai nucléaire ce samedi, pour le 105ème anniversaire de Kim Il-sung. L’information issue d’images satellites émane du think tank américain CSIS, dont un rapport prédit « à 58 % » l’imminence d’un test dans les deux semaines à venir [6].
Cependant, malgré les grandes approximations de Trump, ses conseillers à la Maison-Blanche savent qu’il ne sera pas aussi évident de frapper la Corée du Nord que la Syrie ou l’Afghanistan avec « la mère des bombes »[7].

Dans le cas de représailles militaires américaines à un essai nucléaire nord-coréen, le régime de Kim Jong-un riposterait en visant directement la Corée du Sud et le Japon.

Dès lors, Washington verraient ses alliés en Asie demander une protection immédiate. « À l’exception de l’Indonésie, les États-Unis ont une obligation conventionnelle de venir défendre tous ces pays », rappelle le Korea Herald [8]
Le régime de Pyongyang est déjà freiné par des sanctions onusiennes, une résolution diplomatique et économique serait plus efficace, selon le quotidien sud-coréen.
Par Sarah Suong Mazelier 14/04/2017

liens[]
  1. https://www.wsj.com/articles/trump-says-he-offered-china-better-trade-terms-in-exchange-for-help-on-north-korea-1492027556
  2. http://www.scmp.com/news/china/diplomacy-defence/article/2087518/10-minutes-xi-jinping-changed-donald-trumps-mind-north
  3. http://www.straitstimes.com/asia/east-asia/conflict-could-break-out-at-any-moment-over-n-korea-china
  4. http://www.koreatimes.co.kr/www/nation/2017/04/103_227557.html
  5. http://www.koreatimes.co.kr/www/nation/2017/04/103_227551.html
  6. http://www.koreatimes.co.kr/www/nation/2017/04/103_227549.html
  7. https://www.nytimes.com/2017/04/14/world/asia/mother-of-all-bombs-afghanistan-us-moab.html?_r=1
  8. http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20170414000480

source/https://asialyst.com/fr/2017/04/14/coree-du-nord-angoisse-conflt-imminent-realite-risquessur/

Corée du Nord – l’avertissement de Pékin à Pyongyang sur un 6ème test nucléaire

 

Par Antoine Richard 12/04/2017
2017.04.15 Le président chinois Xi Jinping à Pékin le 10 avril 2017. Crédits - AFP PHOTO- Fred DUFOUR- chine-xi-jinping-1280x853
Le président chinois Xi Jinping à Pékin le 10 avril 2017. (Crédits : AFP PHOTO / Fred DUFOUR)
La Chine s’active dans un sens inhabituel face à la montée des tensions dans la péninsule coréenne.
Après sa rencontre à Mar-a-lago, Xi Jinping, une fois n’est pas coutume, a décroché son téléphone pour appeler Donald Trump à l’apaisement afin d’éviter un engrenage des représailles en cas d’essai nucléaire de la Corée du Nord. Mais par ailleurs, la Chine exhorte Pyongyang à s’abstenir d’un tel test sous peine de graves conséquences.
Le très nationaliste The Global Times [1] ne mâche pas ses mots. Après avoir rappelé que le mois d’avril est traditionnellement une « période à haut risque » du fait de la célébration le 15 avril de la naissance de l’ancien leader Kim Il-sung, le quotidien chinois prévient que le gouvernement de Pékin « réagira fortement » en cas de nouvel essai nucléaire nord-coréen, le 6ème. « La Chine ne restera pas indifférente aux violations nord-coréennes répétées de la résolution du conseil de sécurité des Nations Unies », promet le quotidien officiel.

 

Le gouvernement chinois n’est pas seul dans cette affaire, avance le Global Times, car de « plus en plus de citoyens chinois encourage leur gouvernement à renforcer les sanctions » contre Pyongyang. Et de conclure que « le programme d’armement nucléaire nord-coréen est destiné à assurer le régime, mais qu’il vient d’atteindre son point de basculement ».

La menace est donc à peine voilée : la Chine fera tout non seulement pour éviter une escalade des tensions dans la région, mais aussi pour soutenir une résolution du conflit via une nouvelle réunion à 6 – soit des pourparlers entre la Corée du Nord, les États-Unis, la Corée du Sud, le Japon, la Chine et la Russie.

 

Cette volonté de faire revenir chacun à la table des négociations, c’est ce qu’a soutenu Xi Jinping lors son coup de téléphone à Donald Trump ce mercredi 12 avril, nous apprend le South China Morning Post[2]. En effet, le président chinois a appelé son homologue américain – « à son invitation » selon le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères – pour insister « sur une dénucléarisation pacifique de la péninsule afin de protéger fermement la paix et la stabilité de la région ». La multiplication inhabituelle des échanges ces derniers jours entre les deux dirigeants indique, selon des spécialistes cités par le quotidien hongkongais, que la tension est à son plus haut point dans la péninsule.
Or la Chine « semble disposer de peu d’options » depuis que le tout dernier tweet de Trump : « La Corée du Nord cherche des problèmes. Si la Chine décide d’aider, ce serait génial. Sinon, nous allons résoudre le problème sans eux ! ».
Ainsi, entre les tweets rageurs du président américain et l’impossibilité de savoir exactement ce qui se trame au plus haut niveau des institutions dans le royaume ermite, la tension dans la péninsule coréenne ne semble pas prête de retomber.
D’autant que, comme l’annonce le Straits Times,[3] le gouvernement japonais semble prêt lui aussi à entrer dans la danse. En effet, ce matin, Shinzo Abe a annoncé que la marine japonaise allait effectuer des « exercices conjoints avec la marine américaine », notamment avec le porte-avion américain USS Carl Vinson et sa suite, envoyés dans ce région samedi 8 avril depuis Singapour. Ce dernier est attendu dans la péninsule coréenne aux alentours du 25 avril.
D’ici là, tout peut donc encore arriver, d’autant que le « Jour du Soleil », jour de l’anniversaire de Kim Il-sung, a lieu ce samedi 15 avril.
Par Antoine Richard

liens[]
  1. http://www.globaltimes.cn/content/1041998.shtml
  2. http://www.scmp.com/news/china/diplomacy-defence/article/2086993/xi-jinping-tells-trump-china-wants-peaceful-means
  3. http://www.straitstimes.com/asia/east-asia/japan-plans-joint-drills-with-us-carrier-headed-to-korean-peninsula-sources

source/https://asialyst.com/fr/2017/04/12/coree-du-nord-avertissement-pekin-pyongyang-6-test-nucleaire/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s