1503 – « Le Kremlin doit maintenir un dialogue étroit avec les musulmans de Russie »

1- « Le Kremlin doit maintenir un dialogue étroit avec les musulmans de Russie »

2- Vidéos des conférences passées  à regarder & écouter à loisir

Alexandre Liebeskind, directeur régional du centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire à Nairobi, donnera le 24 janvier, dans le cadre des Mardis, une conférence sur le thème « De la révolution russe à la révolution islamiste ». Rencontre.

mosquée Makhatchkala russie
Un homme prie dans la Grande mosquée de Makhatchkala, dans le Caucase, en Russie. Crédits : Thomas Gras/LCDR

Le Courrier de Russie : Qu’est-ce que l’ « islam politique » ?

Alexandre Liebeskind : L’islam politique définit ce magma de mouvements qui militent pour l’adoption de la charia, le droit coranique, comme loi suprême. Mais cela recouvre des réalités très différentes allant

  • des internationalistes, comme Al-Qaïda ou Daesh,
  • aux nationalistes, tels les Talibans ou les Frères musulmans.

Ces mouvements expriment avant tout un rejet de l’universalité des valeurs occidentales (laïcité, égalité des sexes) et un repli identitaire face à la globalisation. Comme les mouvements populistes occidentaux, ils promettent un monde plus juste et un retour aux sources salvateur.

LCDR : Quels sont les principaux facteurs conduisant à la radicalisation et au djihadisme ?

A.L. : La radicalisation est avant tout une démarche religieuse, pouvant être motivée par une quête spirituelle ou identitaire et répondant à un désir de retour aux sources, de purification et d’élévation morale. Ce n’est pas un phénomène différent de celui qui anime, par exemple, les évangélistes chrétiens aux États-Unis.

Les écoles coraniques, financées par les pétromonarchies, constituent aussi un facteur majeur de radicalisation, car elles offrent des perspectives d’élévation sociale aux plus pauvres.

Enfin, si l’immense majorité des musulmans radicalisés rejette les groupes armés djihadistes et en contestent la légitimité, ces derniers exercent une forte attraction sur une jeunesse en mal d’identité, marginalisée et sans avenir, qui a soif de vengeance et d’aventure. Qu’on le veuille ou non, c’est la seule idéologie révolutionnaire disponible sur le marché.

LCDR : Vous établissez un parallèle entre la montée de l’islamisme et l’avènement du communisme. Quelles sont leurs caractéristiques communes ?

A.L. : En premier lieu, la promesse d’un monde nouveau nécessitant une révolution radicale, mais aussi la puissance du marketing politique et la nature globale de ces mouvements. Il y a ensuite l’exploitation de la misère, des inégalités et de la corruption des élites – phénomènes aussi aigus aujourd’hui qu’en 1917.

Qu’on le veuille ou non, c’est la seule idéologie révolutionnaire disponible sur le marché.

LCDR : Pensez-vous qu’une révolution islamique peut se produire en Russie, notamment dans les régions à forte majorité musulmane ?

A.L. : Je doute que la révolution ait lieu, mais l’islam politique est certainement en marche au sein des communautés musulmanes de Russie. Après tout, leur identité religieuse a été gommée pendant les années soviétiques, et ces personnes assistent avec le reste du monde à la guerre en Syrie.[1] Par conséquent, il est important que le Kremlin maintienne un dialogue étroit avec les musulmans de Russie, avant que d’autres ne s’en chargent.

Alexandre LiebeskindAlexandre Liebeskind est directeur régional du centre Henry Dunant pour le dialogue humanitaire à Nairobi depuis 2014. Au cours de ses diverses missions de médiation au sein du centre, et autrefois pour le Comité international de la Croix-Rouge, Alexandre Liebeskind a travaillé en Israël et Palestine, République démocratique du Congo, Colombie, au Liberia, Népal, en Irak, au Soudan, en Somalie, au Mali, Sénégal et Burundi. Il est également vice-président du centre opérationnel de Médecins sans frontières à Bruxelles.

La conférence d’Alexandre Liebeskind s’inscrit dans le cadre des Mardis. Un mardi par mois, Le Courrier de Russie organise une conférence avec des spécialistes abordant des thèmes aussi variés que les crises politiques, l’histoire, l’art ou la littérature.

Le programme complet des Mardis est à retrouver ici.

La conférence, qui se tiendra en langue française dans les locaux du journal, sera suivie d’une séance de questions-réponses et d’un verre.

Pour toute information complémentaire, contactez-nous à l’adresse conferences.lcdr@gmail.com.

Un événement organisé en partenariat avec l’agence de voyages Tsar Voyages.

Lieu : Le Courrier de Russie – Moscou, rue Milioutinski 10/1 (métro Loubianka ou Tchistye Proudy).

Rejoignez l’événement Facebook ici.

[1] http://www.lecourrierderussie.com/international/2016/10/jean-marc-ayrault-serguei-lavrov-moscou-france-syrie/


source/ http://www.lecourrierderussie.com/societe/2017/01/alexandre-liebeskind-kremlin-musulmans/


Vidéos des conférences passées :

Anne Mondoloni, directrice du Samu social Moscou sur le thème « L’exclusion sociale dans le monde en général et en Russie en particulier »

Rencontre avec les 11 photographes Laure Debrosse, Marie de La Ville Baugé, Pascal Dumont, Olivier Marchesi, Ilya Pitalev, Lilit Matevosyan, Vasily Ilyinsky, Sakhab Shamilov, Denis Demkov, Alexei MyakichevTodd Prince – et les 6 auteurs du livre – Jean-Félix de La Ville Baugé, Rusina Shikhatova, Manon Masset, Julia Breen, Anton Ramov, Anne Coldefy-Faucard – pour la sortie de leur livre « Centre de gravité/ Сила притяжения » aux Éditions du Courrier de Russie. En vente ici.

Matthieu Buge, essayiste, sur le thème : « Peut-on parler en bien de la Russie ? » à l’occasion de la sortie son livre Le Cauchemar russe, abécédaire de clichés et fantasmes occidentaux sur la Russie aux Éditions de L’inventaire en France et aux Éditions du Courrier de Russie en Russie. Le livre est en vente en ligne ici.

Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe, sur le thème : « Tour d’horizon de l’actualité russe »

Igor Delanoe, directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe, sur le thème : « La Russie en Syrie : passé, présent, avenir »

Arthur Dethomas, avocat aux barreaux de Paris et maître de conférences à Sciences-Po Paris, sur « L’abominable Arthur Raffalovitch, le diplomate russe qui achetait les journalistes français »

Yann Rousseau, correspondant du quotidien français Les Échos à Tokyo, sur « Vieille dispute des Kouriles vs. Nouvelles amours de Poutine et Abe »

Alain Boinet,  fondateur de l’ONG humanitaire Solidarités International : « Afghanistan, Ukraine, Syrie… : les idéaux humanitaires à l’épreuve des balles »

Michel Crépu, écrivain et rédacteur en chef de la NRF (Nouvelle Revue Française) : « Histoire d’un amour – Michel Crépu et la littérature russe »

Christian de Boisredon, entrepreneur social, conférencier et fondateur de Sparknews : « L’information négative dans les médias est-elle une fatalité ? »

Karim Beylouni, avocat au Barreau de Paris, sur : « Histoire d’un transfuge – Kravtchenko devant le tribunal de la pensée française »

Charles Ficat, auteur et éditeur aux éditions Bartillat, sur : « Edouard Limonov, un héros de notre temps »

Anne Coldefy-Faucard, traductrice, éditrice et professeur de littérature russe à la Sorbonne, sur : « La fin de nos civilisations vue par Houellebecq et Sorokine »

Jean-Michel Cosnuau, écrivain, pour la sortie de son livre « Froid devant ! » aux Editions Robert Laffont

Arnaud Dubien, chercheur, sur le thème : « Tour d’horizon de l’actualité russe »

Jean-Maurice Ripert, ambassadeur de France en Russie, sur le thème : « Actualités des relations franco-russes »

François-Xavier Bellamy sur le thème : « Vivons-nous la fin de notre civilisation ? »

Philippe Veyron sur le thème : « Géopolitique du conflit israélo-palestinien »

Emmanuel Pierrat sur le thème : « Une histoire du marché de l’art en général et du marché de l’art russe en particulier »

Pierre Kopp sur le thème : « Une histoire des sanctions de la Mésopotamie à nos jours »

Patricia Chichmanov sur le thème : « Le train Moscou-Yakoutsk : un rêve français qui aura mis plus de cent ans à se réaliser »

Alain Blum sur le thème : « Déportés d’Ukraine, de Lituanie et d’ailleurs en URSS (1939-1953) – passé et actualité de leur histoire »

Arnaud Dubien sur le thème : « Du Mistral à l’Ukraine en passant par l’impact des sanctions et les résultats des élections du 14 septembre : un tour d’horizon de la Russie en 2014 »

Jean-Pierre Arrignon sur le thème : « La Russie et l’Ukraine de Byzance à nos jours : Permanence et rupture » 

Le photojournaliste James Hill a présenté son dernier livre Somewhere Between War and Peace

Marc Masson a donné une conférence intitulée : « Anna Karénine : une lecture psychiatrique du roman »

Les Mardis se déroulent en partenariat avec l’agence de voyages Tsar Voyages dans les locaux du Courrier de Russie (rue Milioutinski 10/1, métro Loubianka ou Tchistye Proudy) à 19h00.

NB : Les conférences se déroulent en français.

Pour toute question, vous pouvez vous adresser à conferences.lcdr@gmail.com


source/ http://www.lecourrierderussie.com/annonces-franco-russes/2016/09/programme-mardis-courrier-russie/