1456 – Mort de François Chérèque

2017-01-02-francois-chere

1- les facettes méconnues de l’ancien patron de la CFDT (revue Capital)

2 – François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT, est mort (Usine Nouvelle)

3 – En mars 2012, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT se prêtait au questionnaire de Proust de L’Usine Nouvelle. Alors que son décès a été annoncé le lundi 2 janvier 2017, nous republions ses réponses.(Usine Nouvelle)

4 – Mort de François Chérèque: réactions politiques (journal La Croix)

%%%%%%%

1- les facettes méconnues de l’ancien patron de la CFDT (revue Capital)

L’ex-secrétaire général de la CFDT François Chérèque est décédé lundi à l’âge de 60 ans, des suites d’une longue maladie. Aux commandes de la centrale syndicale de 2002 à 2012, il avait ensuite présidé l’Agence du service civique à partir de 2014, avant de quitter ses fonctions en juin dernier pour raisons de santé.

Il y a quelques années, Capital avait révélé des facettes insoupçonnées de ce fan de rugby, à l’humour acidulé, capable de pousser des coups de gueule dantesques. Morceaux choisis.

 

Son enfance virile

Dans la fratrie Chérèque, François était le quatrième de cinq garçons. A Pompey (Meurthe-et-Moselle), où la tribu a grandi, le père, Jacques Chérèque, métallo à bacchantes et futur numéro 2 de la CFDT, n’était pas souvent à la maison. C’est donc la mère, Elisabeth, qui a élevé les cinq enfants nés en l’espace de six ans.

Sa passion de la mêlée

Il a 12 ans quand la famille emménage à Sarcelles (Val d’Oise), dans un HLM du quartier des Flanades. A la table de madame «Rèque-Ché», comme la surnomment les copains familiers du verlan, tout le monde a son rond de serviette : les amis du lycée Jean- Jacques-Rousseau, mais surtout ceux du rugby. Car les cinq frères s’adonnent désormais aux joies du plaquage. François joue seconde ligne, la place des malabars. L’ancien secrétaire général de la CFDT, qui avait raccroché les crampons en 2002, se flattait de n’avoir été expulsé qu’une seule fois en presque trente ans de pratique.

Son patronyme encombrant

Pas facile d’être «fils de»… Durant ses études d’éducateur spécialisé en région parisienne, Chérèque s’était fait retoquer trois fois avant d’obtenir sa carte de la CFDT. Les militants d’extrême gauche, qui tenaient la section locale, n’appréciaient guère les tendances réformistes de son père, alors patron des cheminots cédétistes et proche de Michel Rocard, dont il deviendra ministre. Le jeune homme finit par obtenir son sésame syndical en 1978. Deux ans plus tard, il part vivre à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), où il travaillera près de dix ans auprès d’enfants autistes.

Ses talents de VRP

Au début des années 1990, l’ambitieux Chérèque monte à Paris, sur ordre du syndicat. Sa mission ? Relancer la Fédération de la santé, en perte de vitesse. Pour encarter de nouvelles recrues, notre pompier volant monte une équipe de «développeurs», des militants spécialement formés pour prospecter dans les cliniques et les hôpitaux. Durant les dix années qu’il a passé à la Fédé de la santé, dont quatre comme secrétaire général, le nombre d’adhérents a plus que doublé, jusqu’à devenir la «filiale» la plus importante de la CFDT. Une performance qui a compté dans son accession à la tête de la centrale.

Son plus beau coup de bluff

Rue de Grenelle, le 15 mai 2003, 4 h 30 du matin : le successeur de Nicole Notat sort d’une ultime négociation sur les retraites avec le ministre du Travail, François Fillon. La CFDT a obtenu la dernière mesure à laquelle elle conditionnait son accord, le départ anticipé pour les carrières longues. Pourtant, quelques heures plus tard, reçu sur Europe 1 par Jean-Pierre Elkabbach, Chérèque martèle, furieux, que le compte n’y est pas. Panique de Jean-Pierre Raffarin qui l’appelle sur le portable d’Elkabbach. « Il savait que je me gardais sous le coude cette concession sur les carrières longues, avait expliqué à Capital, plusieurs années plus tard, l’ancien Premier ministre. L’ayant obtenue plus rapidement que prévu, il a décidé de faire monter les enchères. C’était habile. » De fait, le jour même, Matignon faisait une nouvelle avancée.

Son entraînement anti-zozotement

Comme beaucoup de leaders politiques et syndicaux, François Chérèque prenait des cours de «média training» pour être meilleur en interviews. Plus discrètement, il suivait aussi des séances d’orthophonie afin de lutter contre un léger défaut d’élocution, dont se moquait gentiment Nicolas Canteloup. Un de ses proches avait confié à Capital que ces imitations zozotantes de l’humoriste le faisaient plutôt sourire. Par contre, il était blessé quand un militant s’appuyait sur ce handicap pour dénoncer son manque de charisme.

Ses meetings très physiques

Au lendemain de l’accord sur les retraites, négocié mi-2003 avec François Fillon, Chérèque doit faire face à la fronde de nombreux militants, qui lui reprochent d’avoir signé un texte jugé contraire aux intérêts des salariés. Certains l’insultent dans le métro, d’autres le surnomment «François Félon». Affecté par cette violence, il improvise un tour de France des sections locales où il affronte des salles remontées à bloc. A Marvejols (Lozère), un adhérent le traite de salopard. «Est-ce que tes camarades t’insultent de la sorte quand tu signes un texte avec le patron ?», rétorque Chérèque. Ils seront tout de même des milliers à claquer la porte pour aller grossir les rangs de SUD et de la CGT.

Son humour acidulé

Grégory Martin avait bien fait les choses. Il y a deux ans, pour accueillir le chef à un meeting, ce jeune responsable de la CFDT avait lancé à fond le générique de «Sacrée Soirée». Sitôt sur scène, François Chérèque s’était exclamé : «Eh bien, Grégory, maintenant je vois à quoi je te paie. Et cher en plus !» L’intéressé s’en est remis : «François, il chambre beaucoup, mais c’est plutôt affectueux.», avait-il expliqué à Capital.

Ses coups de gueule du lundi

L’ancien boss de la CFDT avait des débuts de semaine ronchons. Dommage pour son équipe, c’est justement le lundi que se tenait la réunion de direction. Comme le chef détestait passer son week-end à lire des notes sans fin, ses collaborateurs étaient priés d’être synthétiques. Les plus prolixes feintaient parfois en choisissant des caractères riquiqui ou en multipliant les annexes. Le moyen sûr de s’attirer un coup de gueule dantesque.


source/ http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/mort-de-francois-chereque-les-facettes-meconnues-de-l-ancien-patron-de-la-cfdt-1196770


2017-01-02-chereque-francois-chereque-c-laurent-cerino-rea-large

2 – François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT, est mort (Usine Nouvelle)

François Chérèque, 60 ans, ancien secrétaire général de la CFDT de 2002 à 2012, est mort a-t-on appris ce lundi matin. Il souffrait d’une leucémie

Par Cécile Maillard

Ses colères étaient mémorables, portées par un engagement sans faille pour des causes qui lui tenaient à cœur. François Chérèque, ancien dirigeant de la CFDT, est mort à 60 ans, a-t-on appris ce lundi 2 janvier au matin.

Il avait annoncé en septembre 2015 se mettre en retrait de ses fonctions à la tête de l’Agence du service civique pour suivre une chimiothérapie. Il avait officiellement quitté cette agence en juin dernier, ainsi que ses fonctions de haut-commissaire à l’engagement civique.

Secrétaire général de la CFDT de 2002 à 2012, il avait passé la main à Laurent Berger en novembre 2012, lors d’une succession apaisée et préparée de longue date. Parmi ses colères, celle contre les journalistes qui, lors de la première conférence sociale de 2012, lui demandaient si oui ou non il partait pour Emmaüs… Un poste qu’il n’avait finalement pas occupé, nommé, en janvier 2013, inspecteur général des affaires sociales (IGAS).

Réforme des retraites de 2003

Fils de Jacques Chérèque, ancien ministre de Michel Rocard, cet ancien éducateur spécialisé dans les Alpes-de-Haute-Provence était arrivé à la tête de la CFDT en pleine réforme des retraites.

Sa décision de 2003 de soutenir le texte alors contesté dans la rue avait provoqué des milliers de départs des rangs de la CFDT. Il n’a jamais regretté cette position, qui a permis à la CFDT d’obtenir une grande cohérence interne et d’éviter les nombreuses crises qu’a connues la CGT.

Il a plusieurs fois brisé un tabou dans le monde syndical en estimant que le coût du travail était un obstacle pour l’emploi.[1] Laurent Berger, en bon héritier, continue de défendre bec et ongles la culture de la négociation[2] et le pragmatisme mis en place par son prédécesseur.


[1] http://www.usinenouvelle.com/article/francois-chereque-se-lache-et-se-fache.N181168

[2] http://www.usinenouvelle.com/article/securisation-de-l-emploi-la-cfdt-veut-eviter-un-echec-historique.N183130


source/ http://www.usinenouvelle.com/article/francois-chereque-ancien-secretaire-general-de-la-cfdt-est-mort.N482519


3 – En mars 2012, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT se prêtait au questionnaire de Proust de L’Usine Nouvelle. Alors que son décès a été annoncé le lundi 2 janvier 2017, nous republions ses réponses.

L’Usine Nouvelle – Votre dernière visite d’usine ?

François Chérèque – Celle de Bosch à Vénissieux. Un bon exemple de dialogue social constructif, avec un accord compétitivité-emploi et une reconversion industrielle.

Votre premier geste, le matin, en arrivant au bureau ?
Lire la presse.

Dans votre journée de travail, la tâche la plus agréable?
Le brief du matin avec mon équipe rapprochée, autour d’un café. Un moment studieux et de détente.

Votre concurrent le plus estimable ?
Avec 92 % de salariés non syndiqués, on n’a pas de concurrent. Le « marché » est trop grand. Il y a de la place pour tout le monde !

Votre qualité numéro un ?
L’écoute. C’est ce qui me reste de mon expérience professionnelle d’éducateur spécialisé.

Celle que vous recherchez chez les autres ?
La précision et la ponctualité. La concision aussi. J’aime que l’on aille vite aux faits.

Votre pire cauchemar professionnel ?
Un épisode d’une violence extrême avec un adolescent en crise, lorsque je travaillais en pédopsychiatrie à l’hôpital.

Votre meilleur souvenir ?
Un jour, j’ai croisé une ancienne patiente de l’hôpital psychiatrique, mariée, avec des enfants. Une telle réussite est rare.

La technologie qui vous fascine ?
Ma tablette iPad. Je ne suis pas tellement accroché aux technologies, mais là, je suis bluffé !

Celle que vous détestez ?
Ma tablette iPad. Elle me suit partout, même le week-end ! Tous ces outils empêchent de se couper du travail.

L’autre métier que vous auriez aimé exercer ?
Pédopsychiatre. J’ai une véritable frustration professionnelle. Mais j’avais une vraie aversion pour les longues études.

Un inventeur, un patron ou un scientifique pour illustrer un nouveau billet de banque ?
Plutôt un syndicaliste, Eugène Descamps, le premier secrétaire général de la CFDT en 1964.

Le dernier livre que vous avez lu ?
« Les nouvelles classes moyennes », de Dominique Goux et Éric Maurin. Les auteurs cassent le discours convenu sur le déclassement des classes moyennes, qui est à relativiser.

Pour votre pot de départ, la phrase que vous aimeriez entendre ?
« Merci ». Mais aussi : « T’inquiète pas, on assumera sans toi ».


source/ http://www.usinenouvelle.com/article/le-questionnaire-de-proust-de-francois-chereque.N169845


2017-01-02-francois-chereque-arrivee-elysee-10-2010-paris_0_600_399

4 – Mort de François Chérèque: réactions politiques

François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle:

« J’apprends avec tristesse le décès brutal de François Chérèque qui était un homme de grande qualité, courageux, exigeant et humaniste. Entre 2002 et 2004, alors ministre des Affaires sociales et du Travail, j’avais noué avec le secrétaire général de la CFDT des relations d’estime et de confiance (..)Avec François Chérèque, le dialogue était franc mais toujours constructif. (…) Chez lui, le sens de l’intérêt général primait sur les postures. François Chérèque fut l’un des acteurs décisifs de la CFDT. Je salue la mémoire d’un homme de combat et de coeur ». (communiqué)

Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale:

« François Chérèque incarnait une certaine idée du réformisme : toujours partir du terrain et des situations existantes pour instaurer un dialogue avec l’ensemble des acteurs du monde syndical, politique, social et économique. » (communiqué)

– Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères:

« Hommage à François Chérèque, grand syndicaliste, homme du dialogue social avec qui j’ai eu le plaisir de partager les valeurs de la gauche ». (Twitter)

– Sylvia Pinel, présidente du Parti radical et candidate à la primaire organisée par le PS:

« Grande figure du syndicalisme, François Chérèque a fait de sa vie un engagement. Son parcours a été celui d’un homme de gauche, empreint d’humanité et du sens de la justice sociale. Jusqu’au soir de sa vie, il n’a eu de cesse de lutter pour l’égalité, la justice et contre la pauvreté. Il sera regretté ». (communiqué)

– Yannick Jadot, candidat écologiste à la présidentielle:

« Triste disparition de François Chérèque, infatigable militant d’une protection sociale adaptée aux enjeux du 21ème siècle #cfdt » (Twitter)

– Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre LR:

« J’apprends le décès de François Chérèque avec une profonde tristesse. C’était un homme bien, un leader de parole et de conviction. Mémoire de 2003 et de la réforme des retraites menée par le gouvernement Raffarin » (Twitter)

– Martine Aubry, ancienne ministre du Travail PS:

« Il était un militant acharné, un syndicaliste authentique, et profondément sincère dans ses combats et ses engagements pour la défense des conditions de vie et de travail des salariés. Combats qu’il a menés pendant une décennie à la CFDT » (communiqué)

– Manuel Valls, ex-Premier ministre, candidat à la primaire organisée par le PS:

« Avec François Chérèque s’éteint un grand syndicaliste, un homme de progrès, un ami. Mes pensées vont à sa famille, aux militants de la CFDT » (Twitter)

– Benoît Hamon, ancien ministre et candidat à la primaire organisée par le PS:

« Beaucoup d’émotion à l’annonce du décès de François Chérèque, grand syndicaliste, homme intelligent et généreux. Pensées pour les siens » (Twitter)

Vincent Peillon, ancien ministre et candidat à la primaire organisée par le PS:

« Grande émotion en apprenant le décès de François Chérèque. Un homme d’exception, d’idées, de combats pour faire avancer notre société » (Twitter)

Emmanuel Macron, ancien ministre, candidat à l’élection présidentielle:

« Ému de la disparition de François Chérèque, qui a consacré sa vie à transformer la réalité dans le sens de l’intérêt général. J’ai une pensée pour sa famille, ses proches, notamment à la CFDT, et pour tous ceux à qui, comme moi, il manquera ». (Twitter)

– François Bayrou, président du MoDem:

« François Chérèque, haute figure d’un syndicalisme du concret et de l’action, et préoccupation morale: la vérité, c’est aussi le combat » (Twitter)

– Myriam El Khomri, ministre PS du Travail:

« L’exigence et l’éthique au service des salariés. Mes pensées à ses proches et à ses camarades de la CFDT » (Twitter)

– François Rebsamen, maire PS de Dijon, ancien ministre du Travail:

« La France perd un grand syndicaliste qui, toute sa vie, s’est battu pour le progrès social. François Chérèque a su s’inspirer de la vertu du compromis pour faire avancer les droits des salariés » (Twitter)

– Christian Estrosi, président LR de la région PACA:

« Triste d’apprendre le décès de François Chérèque. Malgré nos désaccords j’avais pour lui, pour son engagement, le plus grand respect » (Twitter)

afp

%d blogueurs aiment cette page :