1246 – Des maires américains mettent en garde contre les risques de guerre croissants

Colonial Revival City Hall Alexandria Virginia American Flag Fou

hd. La «US-Conference of Mayors» (USCM) est l’organisation officielle et non partisane des villes avec plus de 30 000 habitants. A l’heure actuelle, il existe 1407 villes aux États-Unis qui remplissent ce critère. Chaque ville est représentée dans la conférence par son chef administratif élu, le maire. La conférence défend les intérêts des villes et promeut le développement d’une politique urbaine efficace, assure et renforce les liens entre les villes et l’administration fédérale pour que la politique à Washington prenne en compte les besoins de celles-ci. La conférence a lieu chaque janvier à Washington D.C. à l’occasion de sa réunion d’hiver et en juin à l’occasion de la réunion annuelle dans une autre ville des États-Unis.
En 2016, la réunion annuelle a eu lieu du 24 au 27 juin à Indianapolis. La conférence se termina pour la onzième fois de suite par l’adoption d’une résolution pour le soutien des «maires en faveur de la paix» (cf. encadré). Elle demande également une meilleure répartition des moyens financiers étatiques – abandon de l’armement nucléaire pour favoriser le renouvellement et la remise en état des infrastructures délabrées – au profit des citoyens des villes représentées.

La Résolution adoptée en 2016 …

… demande instamment au prochain président des États-Unis de poursuivre la voie diplomatique avec les autres États dotés de l’arme nucléaire; de participer à des négociations pour l’abolition des armes nucléaires; de baisser les dépenses pour l’armement nucléaire et de rediriger les fonds pour les besoins des villes.

  • Considérant que le largage des bombes atomiques américaines sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945 brula à mort des dizaines de milliers de personnes et tua jusqu’à fin 1945 plus de 210 000 personnes – en grande majorité des civils – et que les hibakusha survivants, leurs enfants et petits-enfants souffrent encore et toujours des effets physiques, psychiques et sociaux qui en découlent; et
  • considérant que la United States Conference of Mayors (USCM) salue l’action du Président Obama d’avoir visité Hiroshima le 27 mai 2016 et d’avoir rencontré des hibakusha comme nous le lui avons demandé en 2015, et d’y avoir déclaré: «Dans ces nations, comme la mienne, qui possèdent des arsenaux nucléaires, nous devons avoir le courage d’échapper à la logique de la peur et d’aspirer à un monde sans eux. Nous ne sommes pas tenus de par un code génétique d’effectuer les mêmes erreurs que dans le passé»; et
  • considérant que l’USCM salue l’aboutissement des négociations diplomatiques avec l’Iran sur un accord nucléaire complet, comme elle le lui avait demandé en 2015; et
  • considérant que, ayant dit cela, l’administration Obama a moins réduit l’arsenal nucléaire que n’importe quelle présidence d’après-guerre-froide et a posé les bases pour que les États-Unis dépensent un billion de dollars durant les trois prochaines décennies pour le maintien et la modernisation des bombes et ogives nucléaires, pour les installations de production et leurs vecteurs, les structures de commandement et de contrôle, et que d’autres nations nucléaires suivent le mouvement; et
  • considérant que des pays équipés de l’arme nucléaire se dirigent toujours davantage vers la confrontation directe dans de nombreuses zones de conflit dans le monde, et que les plus importants jeux de guerre de l’OTAN depuis des décennies, impliquant 14 000 soldats américains et l’activation de systèmes de défense antimissile américains en Europe de l’Est, font grandir des tensions entre les géants nucléaires, et selon l’ancien secrétaire de la défense William Perry: «La probabilité d’une catastrophe nucléaire est, à mon avis, plus haute aujourd’hui que du temps de la guerre-froide»; et
  • considérant que plus de 15 000 armes nucléaires – la plupart étant beaucoup plus puissantes que les bombes de Hiroshima et Nagasaki, 94% en possession des États-Unis et de la Russie – continuent de poser une menace intolérable aux villes et à l’humanité; et
  • considérant que les États-Unis et d’autres pays équipés de l’arme nucléaire refusent de participer aux travaux du «Groupe de travail des Nations Unies pour la promotion des négociations sur le désarmement nucléaire multilatéral» (Open-Ended Working Group Taking Forward Multilateral Nuclear Disarmament Negotiations) se réunissant chaque année à Genève; et
  • considérant que des infrastructures se détériorant mettent en danger la sécurité publique et la qualité de vie, et l’augmentation de l’inégalité des richesses oblige les citoyens de quitter les villes américaines, et des fonds fédéraux sont impérativement nécessaires dans nos communautés pour construire des logements à prix abordables, créer des emplois payés de manières décente pour vivre, améliorer les transports en commun et développer des sources d’énergies durables; et
  • considérant que l’USCM salue et félicite la maire de Cambridge Denise Simmons et le Cambridge City Council [exécutif municipal] pour leur démonstration courageuse de leadership, le 2 avril 2016, dans la prise de décision unanime visant à exclure de la caisse de pension de la ville d’un milliard de dollars toutes les entreprises participant à la fabrication de systèmes d’armements nucléaires ainsi que les institutions investissant dans de telles entreprises; et
  • considérant que les «Maires pour la Paix» continuent d’aspirer à l’élimination globale des armes nucléaires pour 2020 et que leur nombre de membres s’élève à 7063 villes dans 161 pays dont 207 membres aux États-Unis; et
  • considérant que l’USCM félicite Des Moines [capitale de l’État fédéral du Iowa] et son maire T. M. Franklin Cownie pour la nomination de Des Moines à la présidence de la section américaine des «Maires pour la Paix»;
  • il est par conséquent décidé que l’USCM demande instamment au prochain président des États-Unis de poursuivre de toute urgence de nouvelles initiatives diplomatiques pour réduire les tensions avec la Russie et la Chine et pour diminuer massivement les stocks d’armes nucléaires américains et russes;
  • il est par ailleurs décidé, que l’USCM demande instamment au prochain président des Etats-Unis de participer à ou d’initier de bonne foi des négociations multilatérales pour l’élimination des armes nucléaires comme prévue dans le Traité de Non-Prolifération de 1970, par exemple en réunissant un Sommet pour le désarmement nucléaire;
  • il est par ailleurs décidé que l’USCM demande instamment au prochain président du Congrès des Etats-Unis de réduire les dépenses pour les armes nucléaires au minimum nécessaire pour assurer la protection et la sécurité des armes existantes en attendant leur désactivation et démontage et de rediriger ces fonds vers les besoins urgents des villes et de reconstruire les infrastructures de notre pays se trouvant en très mauvais état;
  • il est par ailleurs décidé que l’USCM appelle instamment toutes les villes de prendre des mesures au niveau communal pour avertir l’opinion publique de l’impact humanitaire et des coûts financiers que représentent les armes nucléaires, des dangers grandissants de guerres entre pays possédant l’arme nucléaire et l’urgente nécessité de la participation des Etats-Unis, sur la base de la bonne foi, aux négociations pour l’abolition globale des armes nucléaires, en planifiant, par exemple, la plantation de jeunes plants d’arbres détruits par des bombes atomiques, en organisant des expositions de posters au sujet de ces bombes et des projections de films, en partageant des témoignages de hibakusha par skype, en promouvant des cours sur les études de paix Hiroshima-Nagasaki et en invitant leurs maires à parler durant des cérémonies locales sur Hiroshima et Nagasaki;
  • il est par ailleurs décidé que l’USCM réaffirme son soutien pour les «Maires pour la Paix» et exhorte d’autre villes américaines à se joindre à leur campagne afin d’atteindre 10 000 villes membres jusqu’en 2020.     •

© Copyright 2016. The United States Conference of Mayors. All rights reserved.
The United States Conference of Mayors. 1620 Eye St. NW, 4th Floor – Washington D.C. 20006, –
Phone: +202 293 - 7330 Fax: +202 293 - 2352
E-Mail: info(at)usmayors.org

(Traduction Horizons et débats)

Qui sont les «Maires pour la Paix»?

En août 1945, les villes de Hiroshima et de Nagasaki furent subitement réduites en cendres par des bombes atomiques, anéantissant des centaines de milliers de vies précieuses. Encore aujourd’hui, plus de 70 ans après la guerre, des milliers de citoyens souffrent des effets secondaires des radiations et de douleurs émotionnelles indicibles. Afin d’éviter toute répétition de cette tragédie nucléaire, les villes d’Hiroshima et de Nagasaki ont continuellement tenté d’informer le monde sur la cruauté inhumaine des armes nucléaires en exigeant qu’elles soient abolies.
Le 24 juin 1982, le maire de Hiroshima d’alors, Takeshi Araki, a proposé – lors de la 2e Session extraordinaire de l’ONU consacrée au désarmement et tenue au siège principal de New York – un nouveau programme pour promouvoir la solidarité des villes pour l’abolition totale des armes nucléaires. Cette proposition a offert aux villes un moyen de travailler ensemble au-delà des frontières nationales pour l’abolition des armes nucléaires. Par la suite, les maires d’Hiroshima et de Nagasaki se sont adressés aux maires du monde entier pour les inviter à soutenir ce programme.
Les «Maires pour la Paix» se composent de villes de toutes les régions du monde, ayant officiellement manifesté leur soutien au programme du maire Araki de 1982. Le 1er octobre 2016, l’organisation comptait 7146 membres dans 162 pays et régions. Depuis mai 1991, les «Maires pour la Paix» sont enregistrés comme ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC).

2016-10-19-zf_20161011_23_mayors-for-peace

Source: www.mayorsforpeace.org/english/outlines/index.html

(Traduction Horizons et débats)

source/http://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2016/nr-23-10-oktober-2016/us-buergermeister-warnen-vor-zunehmender-kriegsgefahr.html