1210 – Syrie : l’ultimatum passif de la Russie aux US, à un cheveu de la guerre


La Russie prévient les États-Unis que toute attaque de leur part contre la Syrie signifiera la guerre. Pour les néo-conservateurs acharnés à vouloir celle-ci, voici l’occasion – vidéo 2:40


RI Le 7 octobre 2016 – Russia Insider

Le ministère russe de la Défense a mis en garde la coalition menée par les États-Unis contre la tentation de mener des frappes aériennes sur les positions de l’armée syrienne, ajoutant qu’il existe en Syrie de nombreux systèmes de défense aérienne S-300 et S-400 installés et en service.

Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger les force russes présentes sur le territoire syrien des « erreurs » américaines

La Russie dispose actuellement de systèmes de défense aérienne S-300 et S-400 déployés pour protéger ses troupes stationnées à la base navale de Tartous et à la base aérienne de Khmeimim.

  • Le rayon d’action de ces armes risque d’être «une surprise» pour tous les objets volants non identifiés, a ajouté le porte-parole du ministère de la Défense, le général Igor Konashenkov.

Selon le ministère de la Défense russe, toute frappe aérienne à partir d’avions ou de missiles en territoire contrôlé par le gouvernement syrien mettrait le personnel russe en danger.

Le responsable de la défense a déclaré que des membres du Centre de réconciliation russe en Syrie travaillent «sur le terrain» pour fournir de l’aide et communiquer avec un grand nombre de communautés en Syrie.

«Par conséquent, toutes les frappes de missiles ou d’avions sur le territoire contrôlé par le gouvernement syrien vont créer une menace claire pour les militaires russes.
Les servants des système de défense aérienne ont peu de chances d’avoir le temps de déterminer ‘en temps réel’ l’origine exacte de la trajectoire des missiles, puis l’auteur du tir. Et toutes les illusions d’amateurs au sujet de l’existence d’avions ‘invisibles’ se trouveront face à une réalité décevante»
, a ajouté Konachenkov.

Il a également noté que la Syrie elle-même a des S-200, ainsi que des systèmes BUK, et leurs capacités techniques ont été mises à jour au cours de l’année écoulée.

La déclaration du porte-parole du ministère de la Défense russe est venue en réponse à ce qu’il a appelé des «fuites» dans les médias occidentaux affirmant que Washington envisage de lancer des frappes aériennes contre les forces gouvernementales syriennes.

«Il est particulièrement préoccupant d’entendre que les initiateurs de ces provocations sont des représentants de la CIA et du Pentagone, qui, en septembre, ont rapporté au Président [US] que les combattants de l’opposition syrienne pouvaient être contrôlés, mais font aujourd’hui pression pour des scénarios ‘cinétiques’ [des frappes] en Syrie», a-t-il dit.

Il a mis en garde Washington, lui demandant de procéder à un «calcul approfondi des conséquences possibles de ces plans».

Des avions de la coalition sous commandement américain ont bombardé les positions des forces gouvernementales syriennes le 17 septembre, entraînant la mort de 83 militaires. Washington a déclaré que le raid aérien était une erreur, mais, selon Damas, l’incident était une «agression flagrante».

La relocalisation du système S-300 afin de protéger les navires russes et la base navale en Syrie a été confirmée, le 4 octobre, par des responsables russes de la défense. Le général Konachenkov a assuré que le S-300 est un «système purement défensif et ne pose aucune menace». La Russie a aussi des systèmes S-400 de défense antimissile à la base Khmeimim qui ont été mis en place après que la Turquie ai abattu un avion russe SU-24 en novembre 2015.

Article original paru sur Russia Today

Traduit et édité par jj pour le Saker Francophone