536- « Qu’allez-vous devenir ? Tous ces métiers qui vont disparaître en 2020!»

m

je suis au chomage
L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Non mes amis, il n’y aura aucune inversion de la courbe du chômage. Non seulement elle ne va pas se retourner la courbe, mais au contraire, sa pente va s’aggraver dans les prochaines années et le phénomène a déjà commencé.

Hollande, le mamamouchi tout à sa réélection, va masquer la sombre réalité pendant quelques mois avec 500 000 stages et formations qui lui permettront de dire “regardez, sur l’année, le chômage s’est enfin inversé”. Le peuple, gentil et aimable, croyant à ce concept de démocratie et à l’idée que des “gens sont morts pour notre droit de vote”, ira se prêter aux simagrées présidentielles de rigueur, puis une fois élu, l’ennemi de la finance, qui aura bien servi son maître, oubliera bien vite ses promesses et ses engagements. Après tout, le programme est le même pour tous. Plus de libéralisation, moins de droits, moins de social et un ajustement vers le bas dans le cadre de la mondialisation… Alors pourquoi pas moi, se dit-il, autant profiter de la place, la soupe y est bonne !

Il n’a pas tort. Pourquoi pas lui, car avec ou sans lui, le chômage montera inexorablement, dramatiquement.

La pensée ligne Maginot

Toujours en retard d’une ou deux guerres. Maintenant c’est au moins 3 !

Je vous ai toujours dit que le combat des taxis contre Uber était digne de la pensée ligne Maginot car si à court terme les taxis sont menacés par les VTC (par égard et délicatesse à l’égard des taxis, je ne leur ferai pas l’outrecuidance de leur raconter mon dernier voyage en taxi à Paris il y 3 semaines… pitoyable), à très moyen terme (d’ici 5 ans) ils disparaîtront tout simplement, eux, les taxis, mais aussi leur concurrent VTC, les “Ubers”, qu’ils se rassurent. C’est Pôle emploi qui les réconciliera… Enfin, ce n’est même pas sûr car taxis comme Ubers sont des indépendants non salariés qui n’ont même pas droit aux allocations chômage.

Si je suis taxi aujourd’hui, je revends ma plaque, je prends ma perte et je passe à autre chose !! Car tout cela semble bien condamné à tendre vers zéro !

Combat d’arrière-garde perdu d’avance !

Uber aurait commandé 100 000 Classe-S automatiques !

Oui vous avez bien lu, 100 000 Classe-S mais pas avec chauffeur qu’il faut payer et qui doit même parfois dormir la moitié de la journée… Non, des Classe-S automatiques, sans pilote, sans chauffeur, des Google Cars mais version grand luxe !

Si l’accord n’a pas encore été scellé définitivement, le principe en serait acquis au plus haut de l’état-major de Daimler et de Uber entre les deux grands patrons Dieter Zetsche et Travis Kalanick.
Cet accord ne portera donc pas sur la génération actuelle de Classe-S mais sur la prochaine, tout en sachant que les constructeurs sont à la manœuvre pour faire autoriser les véhicules automatiques et sans pilote sur la route. C’est une nouvelle révolution industrielle qui arrive et cela va balayer des professions entières !

Des professions entières balayées par cette nouvelle révolution !

Plus besoin de taxis.

Plus besoin d’Ubériens.

Plus besoins d’auto-école ni de permis de conduire.

Plus besoin d’inspecteurs du permis de conduire.

Plus besoin d’assurance ou beaucoup moins puisqu’il y aura peu d’accidents !

Plus besoin de dépanneurs.

Plus besoin de garagistes et de carrossiers ou… beaucoup moins !

Bref, vous voyez à quel point la voiture qui se conduit toute seule va bouleverser les équilibres économiques, vos placements, votre vie, votre niveau de vie même !!

Alors qu’allez-vous devenir ?

Vous devez mettre la réflexion autour de votre employabilité au cœur de vos préoccupations et actions patrimoniales.

C’est simple : massivement, les gens vont devenir précaires et pseudo-indépendants parce qu’il sera plus facile de trouver des clients pour vous payer vaguement à la tâche que des employeurs à plein temps.

C’est là la grande tendance de fond, et actuellement, aux USA, 80 % des nouveaux jobs sont en réalité des postes sous le statut d’auto-entrepreneur.

Vous devez tous comprendre et progressivement intégrer que vous vivez, NOUS vivons la fin d’un modèle et cela n’a rien à voir avec la fin du monde ; en revanche, cela peut être pour beaucoup l’effondrement de leur monde et de leurs certitudes pour ne pas parler de leur naïveté !!

Dans ma lettre STRATÉGIES http://insolentiae.com/2016/03/23/quallez-vous-devenir-tous-ces-metiers-qui-vont-disparaitre-en-2020-ledito-de-charles-sannat/(voir ci-dessous), j’aborde depuis plusieurs mois les manières d’être résilient et autonome pour résister à ces bouleversements bien réels.

Dans le numéro de STRATÉGIES du mois de mars qui va sortir dans les prochains jours mais qui est déjà terminé, je vous explique longuement comment organiser votre vie autour d’une “relocalisation” – c’est le “L” de mon triptyque PEL (Patrimoine, Emploi, Localisation) qui sont les paramètres de votre liberté personnelle mais aussi et surtout les éléments de choix que vous avez à votre disposition.

Force est de constater que peu de personnes prennent de réelles décisions sur leur Patrimoine, Emploi, Localisation. Généralement, on subit les mutations sans jamais prendre le risque de les anticiper. On se condamne, vous vous condamnez à faire de mauvais choix ou plus souvent des non-choix, ce qui revient à l’arrivée à un mauvais choix.

Lorsque l’accumulation de mauvais choix est trop importante, il devient difficile de redresser la barre.

Alors évidemment, pour se préparer à cette révolution qui sera bien plus vaste que l’arrivée uniquement de la voiture autonome, il faut anticiper et réagencer son patrimoine ainsi que sa manière de vivre AVANT tout le monde et avant le gros du troupeau ! C’est ce que je vous aide à faire dans STRATÉGIES. Les solutions pour s’en sortir existent. Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus, je vous donne rendez-vous ici. L’idée c’est de vous inspirer la bonne réflexion pour que vous puissiez faire face à ce qui arrive.

Pour tous les autres, mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

“Insolentiae” signifie “impertinence” en latin


 

source/http://insolentiae.com/2016/03/23/quallez-vous-devenir-tous-ces-metiers-qui-vont-disparaitre-en-2020-ledito-de-charles-sannat/


 

STRATÉGIES

Mes solutions pour vous en sortir malgré la crise

Il est urgent d’essayer une nouvelle manière de vivre avec des stratégies capables de fonctionner dans le monde chaotique de demain au lieu de continuer à appliquer les règles du passé qui mènent presque tout droit à l’échec !

C’EST QUOI LE PROBLÈME ? VOUS LE CONNAISSEZ TOUS LE SOUCI !…

AVANT, oui, avant entre 1950 jusqu’à l’an 2000, les salariés français ont vécu des jours heureux. Il fallait presque être fou pour devenir entrepreneur individuel compte tenu des risques, des ennuis et des impôts. L’emploi CDI en face offrait protection, droits, retraite, prestations sociales, santé. C’était imbattable !

AUJOURD’HUI, le monde a muté. Le modèle social français n’y a pas résisté. L’emploi est devenu la variable d’ajustement à la place de la monnaie. Précarité, stress, pression, compétition, absence de perspectives et de stabilité, violences émotionnelles, abus de pouvoir, perte de sens avec des jobs sans aucune âme…

⇒ Le salarié est devenu un intermittent du spectacle capitaliste !

COMMENT S’EN SORTIR A TITRE PERSONNEL ?

Beaucoup ne s’en sortent pas finalement et finissent aigris, résignés, renoncent à leur liberté, ne choisissent plus, abandonnent leurs rêves, ne croient plus en eux, sont obligés de se mentir, de se trahir, en se levant chaque matin dans un immense compromis qui tue à petit feu…

J’ai beaucoup réfléchi et expérimenté pour échapper à ce piège. Je voulais des solutions pour ma propre vie qui marchent !

La plupart des propositions actuelles NE MARCHENT PAS !

  • 1

    Tout miser sur l’argent, le travail, la carrière, la fiscalité

    Travailler comme un fou en gérant tout avec comme priorité l’argent, la carrière et ne pas payer d’impôt n’est pas la solution ! Avec ce modèle, on se réveille un beau matin en pleine crise existentielle en ayant le sentiment d’avoir perdu un précieux temps. L’argent est essentiel mais c’est un piège de tout miser dessus ou au contraire de le rejeter dogmatiquement.

  • 2

    Faire confiance à l’Etat français

    L’Etat ne nous veut pas du bien. Il veut notre argent à travers les impôts. On ne peut pas lui faire confiance ! C’est rassurant de se laisser porter par les grands plans nationaux, mais c’est une fausse bonne solution que de jouer cette carte. La France ne délivrera pas ses promesses sociales. La croissance économique n’est plus possible à cause des équilibres démographiques, de la compétition mondiale, des nouvelles techno comme l’impression 3D et la robotisation.
    Difficile de ne pas s’interroger à horizon 10 ans sur le drame qui s’annonce ! Le chômage toutes catégories confondues est déjà passé de 3 à 6 millions de personnes en seulement 7 ans ! Et une écrasante majorité de français gagne entre 600€ et 1800€ par mois. Quand on connaît les seuls prix des loyers dans les grands centres urbains… il y a de quoi s’interroger sur la pertinence du choix…

  • 3

    Faire confiance aux banques

    C’est rassurant de croire que son argent est en sécurité à la banque ou que les placements proposés vont nous rapporter. C’est faux. Nous faisons gagner de l’argent à la banque et non l’inverse.

  • 4

    Faire confiance aux employeurs

    Faire confiance aux employeurs est tout aussi vain. Quels que soient les efforts qu’on ait pu faire, si une entreprise n’a plus besoin de vous, alors elle vous jettera, parfois très rapidement ! Les employeurs veulent notre énergie vitale et notre force de travail. Il y a une abondance d’offre pour ces caractéristiques, donc leur valeur est en chute libre. Ce qu’ont peut donner pendant 40 ans, semaines après semaines, ne vaut presque plus rien en contrepartie financière ! Ce n’est donc pas une solution que de vendre notre force de travail au temps qui passe.

L’histoire de mon arrière grand père m’a marqué ! Il a misé sur les fausses bonnes solutions lui aussi et il a été ruiné !

UN TRES GROS PATRIMOINE… PRESQUE INTEGRALEMENT FINANCIER…

Mon arrière grand père était riche… en actions et obligations… quand la Seconde Guerre Mondiale a éclaté. En 1939, tout allait très bien pour lui. Mais il avait fait le choix de gérer normalement dans un monde normal… l’histoire l’a frappé et au final, en 1945, il avait presque tout perdu (notamment, avec la nationalisation des usines Renault).

Que lui est il resté au final ? Quelques biens tangibles dont une ferme en Auvergne qui n’avait pas été bombardée…

Je ne suis pas là pour vous faire pleurer mais pour rappeler que dans les périodes charnières d’ajustement historique, la manière de gérer doit changer. Il faut être capable d’anticiper que l’improbable peut devenir réalité.

Quelle est la solution ?

IL FAUT TOUT REPENSER INTÉGRALEMENT, RÉINVENTER UNE NOUVELLE ARTICULATION DE SON PATRIMOINE, DE SA LOCALISATION, DE SON EMPLOI

 

Par moment, dans l’histoire, il faut apprendre à GAGNER de l’argent. Et par moment, savoir NE PAS PERDRE est aussi une manière de GAGNER.

Aujourd’hui, celui qui pense son emploi comme une entreprise individuelle a de l’avenir. Celui qui pense que son image personnelle remplace son CV a de l’avenir.

 

Des solutions avec trois leviers