5055 – Briefing du directeur adjoint du Département de l’information et de la presse du ministère des Affaires étrangères -Ivan Nechayev Moscou – 27 juillet 2022


Ivan Nechayev – Directeur Adjoint du Département de l’information et de la presse du ministère des Affaires étrangères


Table des matières

1-Le programme de Sergueï Lavrov
2-Prochaine participation de Sergueï Lavrov à la réunion du Conseil ministériel de l’OCS
3-Sergueï Lavrov assistera aux réunions des ministres des Affaires étrangères aux formats Russie-ASEAN, EAS et ARF
4-Mise à jour sur le Donbass et l’Ukraine
5-Événements pour marquer le jour du souvenir des enfants victimes de la guerre dans le Donbass
6-Néo-nazis danois
7-La Fondation mondiale russe et le Fonds de diplomatie publique Alexander Gorchakov inscrits sur la liste des sanctions de l’UE
8-Rapport de la Commission européenne sur l’état de droit
9-Convocation du chargé d’affaires letton en Russie au ministère des Affaires étrangères en raison d’actions provocatrices de la Lettonie contre des citoyens russes
10-Résultats de la Conférence internationale de Tachkent sur l’Afghanistan
11-Projet du PNUD financé par la Russie pour aider le Kenya à se remettre de la pandémie
12-Sergueï Lavrov assistera aux réunions des ministres des Affaires étrangères aux formats Russie-ASEAN, EAS et ARF
13-L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) célèbre son 65e anniversaire
14-L’anniversaire de la signature de l’Acte final d’Helsinki de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe
15-Tenue des 11e Journées hanséatiques russes

Réponses aux questions des médias :

1-La Lituanie lève l’interdiction de transit vers la région de Kaliningrad
2-Situation politique en Arménie
3-Plans américains pour les exportations de céréales ukrainiennes
4-Les résultats de la tournée africaine de Sergueï Lavrov
5-Rejet des eaux usées de Fukushima dans l’océan
6-Influence occidentale dans le Caucase du Sud
7-Relations Russie-Allemagne
8-La mise en œuvre des accords ukrainiens d’exportation de céréales
9-Les perspectives des relations russo-finlandaises
10-Le paiement des pensions aux citoyens russes à l’étranger
https://mid.ru/static/i/bg/header-bg-big.jpg

1-Le programme de Sergueï Lavrov

Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov vient de terminer son voyage dans les pays africains et se dirige maintenant vers l’Ouzbékistan.

2-Prochaine participation de Sergueï Lavrov à la réunion

du Conseil ministériel de l’OCS

https://french.news.cn/20220730/949a9c9913e443a385474e3d2bb73392/20220730949a9c9913e443a385474e3d2bb73392_7fb7c3ec-4bac-40ba-a1ce-3a1fd07075f0.png  TACHKENT, 29 juillet 2022


Comme vous le savez, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera à la réunion du Conseil ministériel de l’OCS à Tachkent les 28 et 29 juillet.
Le participant se concentrera sur le contenu de la prochaine réunion du Conseil des chefs d’État de l’OCS à Samarcande les 15 et 16 septembre 2022, ainsi que sur les questions urgentes à l’ordre du jour international et régional.
Le ministre des Affaires étrangères tiendra un certain nombre de réunions bilatérales en marge de la réunion du Conseil ministériel.

3-Sergueï Lavrov assistera aux réunions des ministres des Affaires étrangères

aux formats Russie-ASEAN, EAS et ARF

Comme annoncé précédemment, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera aux réunions ministérielles aux formats Russie-ASEAN, EAS et ARF à Phnom Penh les 4 et 5 août.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2019/02/asean-01_0_cle02623b.jpg?w=584

L’ASEAN est l’un de nos partenaires stratégiques les plus importants. Nous attachons traditionnellement une grande importance aux événements organisés par le G10. Lors de la rencontre de Sergueï Lavrov avec les ministres des affaires étrangères des pays de l’ASEAN, l’ensemble du partenariat de dialogue sera discuté à la lumière des décisions adoptées lors du sommet Russie-ASEAN de l’année dernière, en mettant l’accent sur des mesures spécifiques et mutuellement bénéfiques en matière de sécurité et de commerce, ainsi que dans les domaines économique, socioculturel et humanitaire et sur la poursuite de l’élargissement des liens de l’ANASE avec l’Union économique eurasienne et l’Organisation de coopération de Shanghai.

L’ordre du jour de la réunion de l’EAS comprendra les préparatifs et le contenu du 17e Sommet de l’Asie de l’Est à Phnom Penh en novembre, y compris l’adoption d’une feuille de route pour l’EAS en 2023-2027. Nous prévoyons également d’attirer l’attention sur les risques d’exacerbation de la situation militaro-politique dans la région Asie-Pacifique et sur les plans de l’OTAN visant à prendre pied dans la région asiatique sur la base des entités étroites créées par les États-Unis et leurs alliés.

La tâche principale de la session du Forum régional de l’ASEAN sur la sécurité est de préserver le forum en tant que plate-forme de coopération constructive et non politisée sur les questions qui concernent la communauté régionale. Nous espérons que le programme de travail de l’ARF pour l’année à venir et d’importantes déclarations thématiques seront adoptés. La lutte contre les nouvelles menaces et les nouveaux défis fait partie des priorités de la Russie au sein de l’ARF. Il s’agit notamment d’assurer la sécurité des TIC, un objectif pour lequel notre pays a mis en place un certain nombre d’initiatives pratiques, comme vous vous en souviendrez peut-être.

4-Mise à jour sur le Donbass et l’Ukraine

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMjA3NjBlZGRjNzA4ZTViM2M0MTZlM2QyMWNlMDFmN2VhY2E?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=919b713784bacfd28af1e26fa5a11019935d6d0dba081531fc56c066729a4640le dimanche 31 juillet 2022. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE


Au cours de l’opération militaire spéciale en cours en Ukraine, l’ensemble du territoire de la République populaire de Lougansk et une grande partie de la République populaire de Donetsk ont ​​été libérés, tandis que la région de Kherson et de vastes zones des régions de Kharkov et de Zaporozhye ont été démilitarisées.

La vie dans les zones libérées des néo-nazis revient à la normale, y compris la reprise de l’industrie et de l’agriculture locales, la restauration des infrastructures et la construction de nouveaux bâtiments résidentiels ; cela signifie également que les usines ont repris la production, les écoles, les jardins d’enfants, les cliniques externes et les hôpitaux ouvrent, et les services ferroviaires de fret et de passagers ont repris entre la Crimée et Melitopol. Les ports maritimes de Marioupol et de Berdiansk sont à nouveau occupés.

Pendant l’opération, les forces armées russes continuent de frapper uniquement des cibles militaires et uniquement avec des armes de haute précision. Des couloirs humanitaires sont créés pour évacuer les civils des zones dangereuses. Depuis le début de l’opération, environ 3 millions de personnes, dont plus de 450 000 enfants, ont fui vers la Russie.

Malheureusement, Kiev, qui suit les instructions de ses conservateurs occidentaux, n’a pas arrêté l’agression contre son peuple. Les forces armées ukrainiennes utilisent des systèmes d’artillerie de gros calibre et à longue portée fournis par les pays de l’OTAN pour bombarder des villes et des villages, qui n’ont pas d’installations militaires, dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que dans les régions de Kherson, Zaporozhye et Kharkov. Dans la première quinzaine de juillet, ils ont lancé des grèves massives sur Donetsk et ses environs, Novaya Kakhovka, Lugansk, Stakhanov et d’autres villes et villages, utilisant des systèmes de fusée américains HIMARS.

https://www.sciencesetavenir.fr/assets/afp/2022/03/04/569f1795050104106b3de51dabe8790cba4c4df8.jpg

Les forces armées ukrainiennes bombardent la centrale nucléaire de Zaporozhye, la plus grande d’Europe, avec une obstination fanatique, se souciant peu de sa sécurité et violant les résolutions et décisions pertinentes de la Conférence générale de l’AIEA. Personne à Kiev ne semble gêné par la pratique du bombardement des installations nucléaires. De toute évidence, l’Ukraine se dirige délibérément vers une catastrophe industrielle à grande échelle.


On voit que cela convient parfaitement aux États-Unis et à leurs alliés européens.  Cela est confirmé par la décision de la Maison Blanche d’allouer 270 millions de dollars supplémentaires d’aide militaire à l’Ukraine, un chiffre qui a déjà dépassé 8,2 milliards de dollars depuis l’entrée en fonction du président Joe Biden.

Himars  Système de fusée HIMARS américain


En outre, il a été décidé de fournir quatre autres systèmes de fusées HIMARS à l’Ukraine, portant le nombre total de ces systèmes à 16. Washington apporte une assistance directe aux néonazis ukrainiens en leur fournissant des renseignements et en les aidant à se concentrer sur leurs cibles. . Cette aide cynique de l’Occident à l’Ukraine pèse de plus en plus lourd sur les civils et constitue un soutien direct à la politique inhumaine menée par le régime de Kiev à l’égard des ressortissants russes dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et dans les régions en Ukraine qui ont été libérés.

Il est honteux que les organisations internationales compétentes appelées à protéger la démocratie et les droits de l’homme ferment les yeux sur les crimes commis par les nazis ukrainiens – torture et traitement cruel et humiliant des citoyens de Russie, d’Ukraine, de la RPD et de la RPL.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2022/06/droit-de-lhomme-3-sur-3-rencontre-avec-la-commissaire-aux-droits-de-lhomme-tatyana-moskalkova-6-juin-2022-11h00.jpg   Tatyana Moskalkova


La Haut-Commissaire aux droits de l’homme en Russie, Tatyana Moskalkova, s’est adressée à plusieurs reprises au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, au Comité international de la Croix-Rouge, au BIDDH de l’OSCE et au Comité européen pour la prévention de la torture et des traitements ou traitements inhumains ou dégradants. Châtiment. Elle les a exhortés à influencer le régime de Kiev et à mettre fin à la violation généralisée des droits de l’homme, mais ses appels sont restés sans réponse jusqu’à présent. Kiev continue de violer les principes et normes universellement reconnus du droit international.

Il semble que l’Occident reste attaché à une approche exprimée par le président américain Franklin D. Roosevelt sur le dictateur nicaraguayen : « Somoza est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute ».

Confiants dans leur impunité, les nationalistes ukrainiens ne reculent devant rien. Ils harcèlent systématiquement, par téléphone, les épouses et les parents des militaires russes détenus, les insultant et leur faisant des offres provocatrices pour venir chercher le cadavre de leur proche. Des citoyens russes, qui se trouvaient en Ukraine, sont détenus comme otages. Nous avons reçu de nombreux appels de camionneurs, de marins et d’employés de l’entreprise. Les vidéos en ligne de meurtres et de tortures de militaires russes ont créé un tollé. La cruauté monstrueuse contre les personnes sans défense est horrifiante.

Ces crimes commis par le régime de Vladimir Zelensky ne peuvent rester impunis. Dans ce contexte, nous saluons le travail du Tribunal public international créé le 1er mars de cette année à l’initiative de défenseurs des droits de l’homme et de journalistes russes et étrangers de plus de 20 pays. Le tribunal opère sur les territoires libérés de l’Ukraine, en RPD et en RPL. Depuis lors, ses membres ont déjà interrogé plus de 400 victimes et témoins des crimes de guerre commis par les forces armées ukrainiennes (VSU) et les nationalistes ukrainiens. Ces crimes comprennent le meurtre de civils, l’utilisation de personnes comme boucliers vivants et les attaques contre des hôpitaux, des installations civiles et des zones résidentielles.

La commission d’enquête de Russie enquête également sur les crimes commis par des unités armées ukrainiennes en coopération avec les agences compétentes de la RPD et de la RPL. Il a identifié plus de 220 personnes impliquées dans le bombardement du Donbass, dont des représentants du haut commandement du VSU. De ce nombre, 92 commandants et leurs subordonnés ont été inculpés.

https://i0.wp.com/then24.com/wp-content/uploads/2022/06/Bastrykin-instructed-to-open-a-case-against-the-head-of.jpg?fit=827%2C465&ssl=1

Le président du comité d’enquête  Alexander Bastrykin


Le président du comité d’enquête, Alexander Bastrykin, a organisé une initiative opportune – établir un tribunal international pour les criminels ukrainiens en coopération avec les partenaires de la Russie dans la CEI, l’OTSC, les BRICS et l’OCS. Malheureusement, une partie de la communauté internationale s’est tellement discréditée dans son parrainage ouvert du nationalisme ukrainien et dans l’exécution des instructions des États-Unis, qu’il est devenu pratiquement impossible d’établir le tribunal proposé sous l’égide de l’ONU. Il est possible de n’impliquer dans les travaux du tribunal que les pays qui ont préservé leur souveraineté politique et leur capacité à juger l’évolution mondiale sans parti pris.

https://baoquocte.vn/stores/news_dataimages/hovan/042022/10/17/phao-kich-gia-tang-ukraine-nhat-tri-mo-9-hanh-lang-nhan-dao-tu-mien-dong.jpg?rt=20220410173628 Irina Vereshchuk


Il n’y a aucun bon sens dans le désir de Kiev de punir les résidents de l’Ukraine pour avoir choisi la citoyenneté russe. La vice-première ministre (d’Ukraine) Irina Vereshchuk a annoncé cette mesure l’autre jour. Si l’Ukraine introduit réellement la responsabilité pénale (jusqu’à 15 ans de prison) pour avoir un passeport russe, cela ne fera que confirmer que les autorités ukrainiennes sont loin de respecter les droits de l’homme et les principes fondamentaux de la démocratie.

Malheureusement, les récentes décisions et actions de Kiev ne laissent aucun doute sur le fait que le régime de Zelensky poursuivra ses activités criminelles. C’est une preuve supplémentaire de la justesse et de l’opportunité de l’opération militaire spéciale et de la nécessité de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine et d’éliminer, dès que possible, les menaces qui pèsent sur ses citoyens, les républiques du Donbass et la Russie. Tous ces objectifs seront atteints.

5-Événements pour marquer le jour du souvenir

des enfants victimes de la guerre dans le Donbass

https://topwar.ru/uploads/posts/2022-07/1658833355_4.jpg  Aujourd’hui, 27 juillet, la triste date « Journée du souvenir des enfants victimes de la guerre dans le Donbass » est célébrée dans la République populaire de Donetsk. La journée de deuil a été instaurée par décret du chef de la république, Denis Pouchiline, afin de perpétuer la mémoire des petits habitants de la RPD morts sous le feu des forces paramilitaires ukrainiennes – cf/ https://fr.topwar.ru/199545-den-pamjati-detej-zhertv-vojny-v-donbasse.html

Une vidéoconférence se tient aujourd’hui pour marquer la Journée du souvenir des enfants victimes de la guerre dans le Donbass célébrée dans la République populaire de Donetsk. Des représentants de Biélorussie, d’Italie, des législateurs russes, des régions, des commissaires aux droits de l’enfant, aux droits de l’homme et d’autres organisations publiques sont invités à l’événement. En outre, nous avons aidé à envoyer une invitation à la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, Virginia Gamba, qui n’a pas pu y assister en raison d’engagements précédemment prévus, comme cela a été rapporté.

Un rassemblement pour commémorer les enfants décédés du Donbass a également eu lieu sur la place de la République populaire de Donetsk à Moscou, auquel ont assisté des représentants de l’ambassade de la RPD, des responsables russes et le public.

6-Néo-nazis danois

Une fois de plus, nous avons reçu la preuve du caractère néonazi du régime de Kiev, cette fois du Danemark.

https://bt.bmcdn.dk/media/cache/resolve/image_1240/image/185/1855020/24118894-morten.jpg  Le député Morten Messerschmidt a été élu à la tête du Parti du peuple danois (Danske Folkeparti, DF), un parti d’extrême droite, le dimanche 23 janvier 2022


La semaine dernière, le criminel et ouvertement néo-nazi Jesper Sorensen a accordé une interview à la radio danoise, où il a parlé de l’implication des nazis locaux dans les hostilités en Ukraine. Son organisation, le Front national danois d’extrême droite, a publié un message correspondant sur Facebook. Les déclarations de Sorensen étaient extrêmement précises : on ne peut pas parler de prisonniers. Et, en fait, il a promis de commettre des crimes de guerre en Ukraine à l’avenir.

Dans le même temps, ses camarades du Front national danois organisent des « événements de solidarité » avec l’Ukraine. Il est significatif que ce soient les représentants des cercles néo-nazis marginaux qui cherchent à s’aligner sur le régime actuel de Kiev, avec l’administration toujours en fonction de Vladimir Zelensky.

La soif de sang des nazis danois (dont font partie les Ukrainiens) effraie même les autorités locales qui déconseillent aux réfugiés ukrainiens de participer aux actions du Front national danois.

7-La Fondation mondiale russe et le Fonds de diplomatie publique

Alexander Gorchakov inscrits sur la liste des sanctions de l’UE

https://static.dw.com/image/44205948_303.jpg  Alexandre Gorchakov



Nous sommes surpris par la décision de l’UE, adoptée le 21 juillet, d’étendre les sanctions aux particuliers et aux entreprises russes, aux professionnels de la création et aux organisations impliquées dans la coopération culturelle et humanitaire et la diplomatie publique, y compris la Fondation mondiale russe et le Fonds de diplomatie publique Alexander Gorchakov. .

Pour rappel, la Russian World Foundation promeut la langue russe, atout national de la Russie et élément important de la culture mondiale. Le Fonds de diplomatie publique Alexander Gorchakov facilite le développement de la diplomatie publique.

Nous sommes perplexes face aux efforts maniaques des politiciens européens pour « annuler » le monde russe qui unit nos compatriotes de l’étranger proche et lointain, tous ceux qui s’intéressent sincèrement à la Russie et ceux qui s’inquiètent de son avenir et de son action humanitaire de longue date. liens des ONG russes.

Nous tenons à souligner à nouveau que de telles mesures de l’Occident visent à compliquer, autant que possible, la communication directe entre les représentants de la société civile de nos pays, qui sont intéressés par un échange de vues impartial et honnête sur les questions les plus urgentes.

Nous sommes convaincus que toute tentative visant à diviser cette communauté est vouée à l’échec.

8-Rapport de la Commission européenne sur l’état de droit

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTz0HgMIYp-EOG0tx74hL-Pjptwjf3WeRXolQ&usqp=CAU

Lire le rapport sur…  https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/IP_22_4467


Nous avons pris note du rapport annuel sur l’état de droit publié par la Commission européenne il y a quelques jours.

Comme beaucoup d’autres documents de l’UE, ce rapport est loin d’être impartial ou autocritique. La politique, l’idéologie et les doubles standards prévalent dans ce rapport. Les pays de l’UE tentent d’attribuer de nombreux problèmes d’État de droit à la prétendue menace extérieure russe. Dans le même temps, je voudrais rappeler que le Conseil de l’UE a décidé d’interdire les émissions de Russia Today, du site d’information Sputnik, et des chaînes russes RTR Planeta, Rossiya 24 et TV Center International. Les médias sont censurés à grande échelle dans l’UE sous prétexte de contrer des agents étrangers hostiles mythiques qui auraient recours à la désinformation et aux cyberattaques. En réalité, les Européens sont privés non seulement du droit de connaître la vérité, mais aussi du droit à un autre point de vue et à l’information en tant que telle. Apparemment, c’est l’une des composantes de «l’ordre international fondé sur des règles» promu par l’Occident.

Se déclarant « une union des valeurs démocratiques, des droits de l’homme et de la suprématie du droit », l’UE continue d’utiliser ouvertement ces principes fondamentaux pour imposer son supposé modèle néolibéral universel aux pays tiers. Ce faisant, il essaie de cacher les violations flagrantes et systématiques des droits des minorités nationales et de la liberté des médias dans son pays.

https://s.yimg.com/hd/cp-video-transcode/production/8992b51a-134f-3511-864c-c93d9d32e9a0/2022-07-13/17-24-43/e9a01f3e-d43a-56c8-8cbb-be64ad8431b1/stream_1920x1080x0_v2_3_0.jpg  Sur l’état de droit par la Commission européenne


Ce rapport présente la situation des droits de l’homme et de l’État de droit dans les pays baltes presque comme un modèle à suivre. Il indique que ces États disposent de toutes les conditions nécessaires au fonctionnement sûr et libre des journalistes.

  • Mais qu’en est-il de la persécution criminelle des journalistes coopérant avec Spoutnik Lettonie par les autorités lettones ?

  • Qu’en est-il des violations des principes fondamentaux de la liberté des médias qui sont devenues monnaie courante dans les pays baltes, et de l’accès limité du public aux sources d’information alternatives ?

  • Qu’en est-il des affaires à motivation politique contre des militants et des journalistes défendant les droits des russophones ?

Ces pays n’ont pas encore renoncé au déni honteux de la citoyenneté ou à la lutte contre la langue russe.

Le rapport ne dit pas un mot sur les violations flagrantes des droits des migrants par les gardes-frontières lituaniens et polonais lors de la crise migratoire à la frontière de l’UE avec la Biélorussie.
Le rapport présente, comme une grande réussite, la présence d’une section consultative pour la première fois. Il est destiné à aider les pays membres à corriger leurs lacunes en matière d’État de droit. Cependant, il ne contient aucune recommandation pour remédier à la situation de violation scandaleuse des droits des minorités nationales ou de la liberté des médias dans les pays baltes.

Nous sommes prêts à aider nos collègues de l’UE sur cette question. D’une part, nous leur suggérons de lire attentivement le rapport du ministère des Affaires étrangères sur les violations des droits des citoyens et concitoyens russes dans les pays étrangers. Nous pensons que cela aiderait les experts de la Commission européenne à élargir considérablement leurs recommandations sur le respect de l’État de droit par les États membres de l’UE.

9-Convocation du chargé d’affaires letton en Russie au ministère des Affaires étrangères en raison d’actions provocatrices de la Lettonie contre des citoyens russes

https://www.freeworldmaps.net/fr/lettonie/ou-est-lettonie-hd.jpg
Le 27 juillet, Dace Rutka, chargé d’affaires de la République de Lettonie en Fédération de Russie, a été convoqué au ministère des Affaires étrangères. Elle a reçu une vive protestation et une note correspondante concernant les actions provocatrices des forces de l’ordre lettones, qui exercent une pression grossière sur les citoyens russes entrant sur le territoire letton, les obligeant à signer une déclaration toute faite désavouant la politique de la Fédération de Russie. En cas de refus, l’entrée en Lettonie est interdite.

Cette pratique devient systématique. Des dizaines d’incidents de ce type ont déjà été signalés, y compris avec des transporteurs routiers russes et même lors d’occasions humanitaires, comme le retrait d’une urne avec des cendres pour l’enterrement.

https://www.infox.ru/photo/beb/5a0/beb5a0e71812d0513ab3b8d814360ea5asdasdasd5af128a1b57ad2.45691922-650x433-beb5a0e71812d0513ab3b8d814360ea5.jpg Igor Yurgens


Un autre incident scandaleux s’est produit le 22 juillet avec le président de l’Union russe des assureurs Igor Yurgens, qui s’est vu refuser l’entrée en Lettonie pour la raison absurde qu’il représente une « menace pour l’ordre public, la sécurité intérieure, la santé publique ou les relations extérieures d’un ou plus de pays membres de l’Union européenne.

Nous condamnons fermement les actions hostiles de Riga, qui démontrent une fois de plus à quel point la « démocratie » à la lettone est déformée.

 

10-Résultats de la Conférence internationale

de Tachkent sur l’Afghanistan

https://azertag.az/files/2018/1/1200x630/152213298663341765_1200x630.jpg

https://i0.wp.com/www.taghribnews.com/images/docs/000559/n00559092-b.jpg

Les 25 et 26 juillet, la Conférence internationale de Tachkent sur l’Afghanistan : sécurité et développement économique s’est tenue en Ouzbékistan.

https://vid.alarabiya.net/images/2021/08/16/b17bcc7e-dfc2-4f4b-beae-d61255040009/b17bcc7e-dfc2-4f4b-beae-d61255040009.jpg?crop=4:3&width=1200

Zamir Kabulov


La délégation russe était conduite par Zamir Kabulov, représentant spécial du président pour l’Afghanistan, directeur du deuxième département asiatique du ministère des Affaires étrangères. Le ministre des Affaires étrangères par intérim de l’Afghanistan, Amir Khan Muttaqi, a également participé à la conférence à l’invitation de l’Ouzbékistan.

L’événement a été l’occasion de discuter des développements actuels dans le pays ainsi que de l’aide au redressement socio-économique de l’Afghanistan. De notre côté, nous avons de nouveau attiré l’attention sur la nécessité de « dégeler » les avoirs nationaux de Kaboul, détenus illégalement par Washington et ses satellites européens, ce qui entrave les efforts de la communauté internationale pour stabiliser la situation en Afghanistan après 20 ans d’occupation américaine. .

Demain, 28 juillet, à 11 heures, Zamir Kabulov tiendra un briefing sur les résultats de la conférence internationale au centre de presse Rossiya Segodnya.

11-Projet du PNUD financé par la Russie

pour aider le Kenya à se remettre de la pandémie

La Fédération de Russie agit en tant que donateur dans le cadre du projet Strengthening COVID-19 Response for Kenya: Preparedness, Response and Recovery du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui vise à renforcer la capacité du secteur de la santé kényan à répondre à l’impact de la pandémie de coronavirus. . Le projet a été lancé fin 2020, a commencé à être mis en œuvre en 2021, et le lot principal d’équipements et de biens médicaux a été transféré en juillet 2022.

https://www.undp.org/sites/g/files/zskgke326/files/migration/ke/UNDP_KE_Russia_CovidResponse.jpg  cf/ https://www.undp.org/kenya/projects/strengthening-covid-19-response-kenya-preparedness-response-and-recovery

Le projet, doté d’un budget total de 1 million de dollars, cible trois districts kenyans : Kisumu, Busia et Migori. Les partenaires de mise en œuvre sont le ministère de la Santé du Kenya et le bureau de pays du PNUD.

https://wikiimg.tojsiabtv.com/wikipedia/commons/thumb/1/17/Kisumu_town_hall.jpg/1280px-Kisumu_town_hall.jpg Hopital de Kisumu – Kisumu est la troisième plus grande ville du Kenya après la capitale Nairobi et la ville côtière de Mombasa

Grâce à cette initiative, les institutions médicales de ces districts ont reçu un important lot de fournitures médicales. À l’hôpital de Kisumu, construit avec le soutien de l’Union soviétique, une nouvelle cafétéria est en cours de construction. Plus de 200 jeunes femmes qui vivent dans ces quartiers et sont employées dans de petites entreprises suivent des cours de perfectionnement de six mois.

Du côté russe, le Représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès des organisations internationales à Nairobi a participé au lancement du projet.

La partie hôte, représentée par la direction de l’hôpital de Kisumu, a exprimé sa profonde gratitude à la Russie pour sa contribution au développement du secteur de la santé au Kenya.

La mise en œuvre de ce projet aidera le Kenya à progresser vers la réalisation des objectifs de développement durable.

12-Trente ans depuis le début de l’opération de maintien de la paix

dans la région du fleuve Dniestr avec la participation de la Russie

Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov prévoit de saluer les Casques bleus de Russie, de Moldavie et de Transnistrie à l’occasion du 30e anniversaire de leur mission sur le Dniestr.

https://www.francetvinfo.fr/pictures/Gmj6Qgbgn6MlUEKKnUvxK0Aav_0/fit-in/720x/2022/03/18/php22sixw.jpg

Le 29 juillet, cela fera 30 ans que les Casques bleus russes sont déployés en Transnistrie, mettant fin à la « phase chaude » du conflit transnistrien et initiant la création d’une opération trilatérale de maintien de la paix, qui jusqu’à présent a préservé la paix et la stabilité le long le Dniestr.

Créée en 1992 et éprouvée par le temps, la Force conjointe de maintien de la paix s’est avérée efficace et vraiment unique. Outre des casques bleus de la Fédération de Russie, il comprend des militaires de Chisinau et de Tiraspol, qui sont parties au conflit.

Aujourd’hui, certaines personnes en Moldavie et en Occident disent que le format actuel de l’opération de maintien de la paix est devenu obsolète et a atteint ses objectifs. Nous ne pourrions être plus en désaccord avec ce point de vue. Cette mission a été et demeure une base fiable pour poursuivre le dialogue politique entre les parties et élaborer une solution viable et globale au problème de la Transnistrie. Les provocations armées, qui sont essentiellement des actes terroristes, qui ont eu lieu en Transnistrie en avril et mai derniers, ont montré que des risques sécuritaires subsistent dans la région.

La position de la Russie est invariable et suggère que les Casques bleus poursuivent leur mission alors que la question d’une nouvelle configuration de l’opération et du changement de son statut ne devrait être évoquée que lorsqu’une formule aura été trouvée pour le règlement politique de la situation autour de la Transnistrie . Malheureusement, nous aurons encore beaucoup de chemin à faire avant d’y parvenir.

13-L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) célèbre son 65e anniversaire

https://www.iaea.org/sites/default/files/styles/2016_landing_page_banner_1140x300/public/iaea-landing-page-banner-2018.jpg?itok=li8ZTqWc&timestamp=1542301126

Le 29 juillet, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fêtera ses 65 ans depuis sa création.

L’agence est une institution internationale indépendante à l’ONU. Selon sa Charte, l’Agence « cherchera à accélérer et à élargir la contribution de l’énergie atomique à la paix, à la santé et à la prospérité dans le monde ». Les activités de l’agence pendant six décennies et demie ont montré son importance et son efficacité.

L’URSS a été parmi les initiateurs de la création de l’Agence et parmi les premiers pays à ratifier sa Charte, et elle a apporté un soutien politique, scientifique, technique et financier à l’Agence. Aujourd’hui, la Fédération de Russie perpétue cette tradition.

Nous apprécions hautement les efforts de l’Agence pour aider tous les pays à garantir l’accès aux avantages des utilisations pacifiques de l’atome, y compris l’énergie et la technologie nucléaire utilisées dans la médecine, l’agriculture, l’industrie et d’autres domaines.

Nous notons les efforts de l’AIEA pour promouvoir la coopération internationale en matière de sécurité nucléaire et de sécurité physique des installations nucléaires. L’Agence est la seule organisation internationale autorisée en vertu de sa Charte et disposant du potentiel d’expertise nécessaire pour superviser le caractère exclusivement pacifique des programmes nucléaires nationaux.

Nous sommes convaincus que l’AIEA continuera d’apporter une contribution importante à la coopération internationale dans l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ainsi qu’à l’instauration de la confiance et à la garantie de la sécurité sur la planète.

https://www.uarga.org/images/Nucleaire_orga_internat/immeuble_aiea_sigle_400x244.jpg

14-L’anniversaire de la signature de l’Acte final d’Helsinki de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe

https://www.herodote.net/_images/helsinki.jpg

Trente-trois États européens ainsi que les États-Unis et le Canada signent le 1er août 1975 à Helsinki (Finlande) l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE).


Le 1er août marque l’anniversaire de la signature de l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, également connu sous le nom d’Acte final d’Helsinki. En 1975, les participants à la conférence se sont réunis dans la capitale finlandaise et ont inauguré de nouvelles bases de coexistence plus civilisées et plus sûres entre les États euro-atlantiques, divisés en deux blocs militaro-politiques opposés, ainsi que des pays neutres à la recherche de divers moyens de promouvoir la stabilité. sur le continent. Cette étape s’est également avérée cruciale pour l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui a été créée sur la base de la CSCE.

Pour être honnête, l’ambiance dans la situation géopolitique actuelle est loin d’être festive. Les pères fondateurs de l’OSCE ont conçu le lieu de Vienne comme un forum de négociation et de délibération sur les questions de coopération et de renforcement des relations pacifiques. Ces dernières années, les efforts de certains États ont fait de ce lieu un lieu d’affrontement. Aujourd’hui, cela ressemble à un spectacle de cirque et n’a plus grand-chose à voir avec le travail diplomatique normal. Les efforts de « l’Occident collectif » pour imposer des diktats idéologiques effrontés et monopoliser l’OSCE et l’utiliser contre ceux qui refusent de suivre la ligne occidentale ont inévitablement conduit à la profonde crise actuelle de l’organisation. On ne sait pas s’il survivra ou non. Beaucoup dépend de la volonté politique des États membres et de leur volonté de corriger les lacunes structurelles de l’OSCE et de revenir à l’esprit d’Helsinki.

15-Tenue des 11e Journées hanséatiques russes

https://thumbs.dreamstime.com/b/r%C3%A9gion-veliky-russie-de-vologda-d-ustyug-le-janvier-maison-r%C3%A9sidence-ded-moroz-gel-ou-premi%C3%A8re-g%C3%A9n%C3%A9ration-santa-russe-207214174.jpg Région veliky Russie de vologda d’ustyug le 6 janvier 2021 – Maison de résidence ded moroz gel ou de première génération Santa russe. Tourisme de vacances de Noël du nouvel an d’hiver

Du 22 au 24 juillet 2022, Veliky Ustyug, région de Vologda, a accueilli des célébrations organisées dans le cadre des 11e Journées hanséatiques russes. Les participants ont assisté à un panel Hansa russe dans les conditions modernes : transformation des liens économiques et socio-politiques entre les villes.

Malgré les actions hostiles de la direction de la Nouvelle Ligue hanséatique sur la suspension de l’adhésion des villes russes à cette organisation, des représentants des milieux d’affaires d’Autriche, d’Azerbaïdjan, de Chine, du Kazakhstan et de Mongolie ont assisté à cet événement.

Les dernières Journées hanséatiques russes ont réaffirmé que la Russie reste ouverte à un dialogue constructif avec ses partenaires et qu’elle est prête à élargir les frontières géographiques de la coopération commerciale et économique.

Les parties ont adopté un certain nombre de décisions importantes pour soutenir et développer ce projet.

Les participants ont également convenu de mettre en œuvre le projet Voyage du Nouvel An du père Frost, originaire de Veliky Ustyug dans les pays de la CEI, notamment l’Arménie, la Biélorussie et le Kazakhstan.

Réponses aux questions des médias :

Question 1 : Le 22 juillet 2022, les chemins de fer lituaniens ont repris le transit des marchandises dites sanctionnées de la Russie vers la région de Kaliningrad. Que pense le ministère des Affaires étrangères de la reprise du transit vers Kaliningrad, et la Russie est-elle satisfaite des conditions de transit ?

Ivan Nechayev : Les autorités lituaniennes ont décidé d’autoriser à nouveau la circulation des trains de transit vers Kaliningrad sur la base des explications fournies par la Commission européenne. Nous pensons qu’il serait prématuré de proposer une évaluation de cette décision. Ce qui importe le plus ici, c’est comment cela fonctionne dans la pratique.

Question 2: Au cours des derniers mois, les forces de l’ordre arméniennes ont arrêté à deux reprises le militant arménien Mikael Badalyan. Il est connu pour sa position pro-russe. Il a passé tellement de temps en détention qu’il est tombé malade et a même dû être hospitalisé d’urgence. Armen Grigoryan, un autre éminent militant de la société civile qui soutient Moscou, est décédé il y a à peine deux semaines dans un tribunal d’Erevan. Se pourrait-il, à votre avis, que le gouvernement arménien fasse pression sur des militants qui n’ont pas peur de parler ouvertement de leurs opinions pro-russes et de les promouvoir ?

https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/images/armenie-Ht-Karabagh.gif

Ivan Nechayev : Nous suivons de près les développements en Arménie. C’est un pays allié, et nous sommes sincèrement intéressés par son développement stable et prévisible dans une atmosphère de paix et d’entente nationale. Toutes les questions de politique intérieure ne peuvent être résolues que dans le cadre légal et constitutionnel, en suivant les procédures démocratiques correspondantes et, bien sûr, sans violence.

Nous nous félicitons des appels lancés par plusieurs militants de la société civile et dirigeants politiques de notre Arménie fraternelle, dont bien sûr Mikael Badalyan, pour faire du développement et du renforcement des relations avec la Russie une priorité. Nous continuerons à surveiller ce qui lui arrive, ainsi qu’à maintenir des liens avec toutes les forces politiques responsables de cette république amie.

La consolidation de la société arménienne qui prend en considération les intérêts de tous les groupes servirait nos intérêts. Nous attachons une grande importance à l’approfondissement des relations alliées de Moscou avec Erevan dans tous les domaines, conformément à la déclaration conjointe adoptée par les dirigeants de la Russie et de l’Arménie le 19 avril 2022. À la demande d’Erevan, nous sommes prêts à aider la république à atteindre les objectifs. auxquels elle est confrontée, notamment en offrant notre soutien expert dans la réforme de son système d’administration publique.

Question 3: Que pense Moscou des déclarations de l’administratrice de l’USAID Samantha Power, qui a déclaré que les États-Unis travaillaient sur un plan B pour exporter des céréales d’Ukraine parce qu’ils ne pensaient pas que Moscou respecterait l’accord d’Istanbul ?

https://media.npr.org/assets/img/2021/01/13/gettyimages-454549834_wide-8b1bdcb0ef5b65aec63268a8c5961c30be900881.jpg?s=1400 Samantha Power


Ivan Nechayev : Permettez-moi de vous rappeler que deux documents ont été signés à Istanbul le 22 juillet 2022 : le mémorandum de coopération entre la Russie et les Nations unies sur l’aide à l’approvisionnement des marchés mondiaux en produits agricoles et en engrais russes et l’initiative établissant un mécanisme de transport en toute sécurité des céréales et des denrées alimentaires connexes depuis les ports ukrainiens.

Il est trop tôt pour discuter de la mise en œuvre du mémorandum et de l’initiative, puisqu’ils ont été signés il y a quelques jours à peine. Les parties mettent actuellement en place tous les mécanismes nécessaires pour atteindre les objectifs énoncés.

La Russie respecte ses obligations et s’engage à mettre en œuvre efficacement les accords d’Istanbul. Les efforts constructifs d’autres pays, y compris les efforts de facilitation de bonne foi de l’ONU et une approche de bonne foi de la communauté internationale, principalement des pays occidentaux, auront un rôle très important.

Quant au plan B proposé par les représentants américains et ukrainiens, il fait référence aux itinéraires alternatifs existants pour l’exportation de céréales ukrainiennes par voie ferroviaire et fluviale. Selon les informations disponibles, l’Ukraine a déjà exporté 2,7 millions de tonnes de céréales de cette manière. Cependant, ces routes ont une capacité limitée, donc exporter la nouvelle récolte de cette façon pourrait être un problème.

Ces nouvelles déclarations négatives des responsables américains ne nous ont pas surpris. Il est assez révélateur que ce soient les Américains qui aient bloqué la rédaction d’un document du Conseil de sécurité de l’ONU saluant la signature des accords d’Istanbul. Cela parle de lui-même, comme dit le proverbe.

Question 4 : Le Ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov achève une tournée de quatre jours en Afrique. Quels sont les résultats de son voyage ? La tournée de Sergueï Lavrov coïncide pratiquement avec un voyage de l’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique Mike Hammer sur le continent. Peut-on appeler cela une simple coïncidence ? Lors de sa conférence de presse conjointe avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a noté qu’il ne convenait pas aux États-Unis de dissuader les États africains de coopérer avec la Russie. Que pensez-vous des actions de la partie américaine ?

Ivan Nechayev : Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a terminé son voyage dans les pays africains et il est maintenant en route pour l’Ouzbékistan. Nous pensons que ce voyage a produit des résultats positifs, et ils montrent que les efforts de « l’Occident collectif » pour isoler la Russie ont échoué. L’Afrique considère la Russie comme un bon ami et un partenaire fiable. Les dirigeants des pays africains sont prêts à mener un dialogue avec Moscou, y compris au plus haut niveau. Le 2e sommet Russie-Afrique, prévu en 2023, devrait promouvoir encore davantage ce dialogue.

À notre tour, nous nous engageons à poursuivre l’expansion globale des relations avec les pays du continent et avec les organisations régionales, principalement l’Union africaine. Dans un effort pour faciliter des liens commerciaux et économiques plus efficaces, nous travaillons activement à peaufiner notre système de commerce extérieur.

De toute évidence, les États-Unis et leurs satellites s’opposent fermement aux positions plus fortes de la Russie en Afrique. Ils perçoivent la région comme une sphère de leur influence traditionnelle, et ils croient à tort que cette influence est inébranlable et éternelle. Washington est incapable de changer ses habitudes coloniales, et il essaie de discréditer le partenariat russo-africain qui repose sur les principes fondamentaux d’égalité et de respect mutuel, dans toute la mesure du possible. Comme d’habitude, ils recourent à des méthodes de propagande sans scrupules, notamment la publication de fausses informations anti-russes via des médias contrôlés par les États-Unis et la large diffusion de fausses publications en ligne sur mesure. Les diplomates américains travaillant en Afrique n’hésitent pas à faire du chantage direct dans leurs contacts avec les dirigeants des pays africains, et ils exigent catégoriquement que ces pays renoncent à coopérer avec la Russie. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a noté avec justesse et succinctement que leurs actions étaient inappropriées. On peut ajouter que les tentatives intrusives américaines d’entraver le développement des relations russo-africaines rencontrent de moins en moins de compréhension et de soutien de la part des Africains.

https://www.imedias.net/wp-content/uploads/2022/07/IMG-20181223-WA0011.jpg Mike Hammer


En ce qui concerne le voyage de l’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique Mike Hammer sur le continent en même temps que le ministre russe des affaires étrangères, peu importe qu’il s’agisse d’une simple coïncidence ou non.

Question 5 : L’organisme de réglementation japonais a approuvé le rejet dans l’océan des eaux usées de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Selon les médias, il s’agit de la méthode d’élimination des eaux usées la moins chère au Japon. Le gouvernement sud-coréen a tenu une réunion d’urgence immédiatement après la décision du Japon, et le ministère chinois des Affaires étrangères a protesté contre les risques environnementaux de la décision. Quelle est la réaction de la Russie au plan japonais ?

https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_1250/v1/ici-info/16x9/fukushima-eau-radioactive-decontaminee-energie-centreale-nucleaire-ocean-pacifique-japon-45676.JPG  La centrale nucléaire de Fukushima a été le théâtre d’un accident en 2011. Elle doit maintenant être démantelée.

Ivan Nechayev : Selon les informations disponibles par les canaux officiels, les plans de la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) ne créeront pas de risques significatifs pour l’environnement. Par conséquent, nous n’avons émis aucune protestation contre les projets de Tokyo de rejeter les eaux usées de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. En revanche, certains aspects demandent à être clarifiés. À cet égard, la Russie et la Chine ont compilé une liste détaillée de questions et l’ont transmise au Japon et à l’AIEA. Nous avons reçu la réponse du Japon la semaine dernière. Il sera analysé en profondeur par les experts russes compétents.

Nous espérons que le Japon agira de manière transparente et donnera aux États concernés un accès complet aux informations qui les intéressent concernant le rejet d’eau prévu, jusqu’à et y compris l’échantillonnage environnemental dans la zone de rejet d’eau.

Question 6: Il a été rapporté que la Commission européenne allouera environ 8 millions d’euros pour la mise en œuvre de l’accord de partenariat global et renforcé (CEPA) UE-Arménie. Nos collègues de l’UE et des États-Unis sont récemment devenus plus actifs dans la région, et les médias rapportent de plus en plus les plans occidentaux pour prendre la place de la Russie dans le processus de médiation entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Comment Moscou va-t-elle contrer l’influence occidentale dans le Caucase du Sud ?

https://i0.wp.com/radarmedia.info/images/EU-Armenia_flag_0_2.jpg.png

Ivan Nechayev : La Russie appelle à la transformation du Caucase du Sud en une zone de paix et de prospérité. Nous préconisons un programme complètement créatif dans la région, et nous n’avons pas l’intention de rivaliser avec qui que ce soit là-bas. Nous avons des objectifs constructifs.

Quant à la normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, nous avons souligné à de nombreuses reprises que ces efforts devraient être basés sur les déclarations trilatérales faites par les dirigeants de la Russie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie le 9 novembre 2020 et les 11 janvier et 26 novembre 2021. Nous ne sommes pas contre l’implication d’acteurs non régionaux, à condition qu’ils agissent dans le cadre des accords précités et contribuent à leur mise en œuvre.

L’essentiel est d’éviter les chevauchements et les intrigues pour affaiblir n’importe quel parti ou mettre des bâtons dans les roues. Malheureusement, nous avons vu ces joueurs utiliser ces méthodes à plusieurs reprises.

Question 7: Le chancelier allemand Olaf Scholz a récemment déclaré que la Russie n’était plus considérée comme un fournisseur de gaz fiable. La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a décrit une photo prise lors du récent sommet entre la Russie, l’Iran et la Turquie à Téhéran comme « un défi à l’OTAN ». Quelle est votre opinion sur l’avenir des relations de la Russie avec le gouvernement de coalition dirigé par Olaf Scholz ?

https://lvdneng.rosselcdn.net/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2022/03/07/node_1149145/55087394/public/2022/03/07/B9730182268Z.1_20220307014955_000%2BG8FK1PBGH.1-0.jpg?itok=AbA02eEa1646630315  La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock


Ivan Nechayev : Malheureusement, nous ne sommes pas surpris car la coalition allemande au pouvoir fait chaque jour des affirmations absurdes et des accusations sans fondement. Ils ont oublié que c’est l’Allemagne elle-même et ses alliés de l’UE qui ont constamment et délibérément érodé les fondements de leur coopération énergétique avec la Russie. Nos antagonistes de longue date du Parti vert ont été particulièrement actifs.

https://resize-europe1.lanmedia.fr/r/940,,forcex/img/var/europe1/storage/images/media/images/olaf-scholz-a-berlin-jeudi/57950396-1-fre-FR/Olaf-Scholz-a-Berlin-jeudi.jpg  Le chancelier allemand Olaf Scholz


De plus, le gouvernement Scholz ne limite pas son activité à la rhétorique anti-russe. Berlin continue de fournir directement à l’Ukraine des armes létales de fabrication allemande et soviétique et dans le cadre de programmes d’échanges multilatéraux impliquant ses alliés de l’UE et de l’OTAN. Les néonazis ukrainiens utilisent ces armes pour bombarder des quartiers résidentiels et des installations civiles dans la zone de l’opération militaire spéciale et sur le territoire de la Russie. Le gouvernement allemand fait partie de ceux qui ont initié et promeuvent activement l’adoption, le strict respect et l’intensification continue des sanctions illégales contre la Russie par l’UE et le G7. Nous considérons cela comme des actions hostiles visant directement la Fédération de Russie et visant à lui causer le plus de dégâts possible. Berlin ne s’en cache pas et a même ouvertement appelé à vaincre la Russie dans toutes les sphères du conflit entre la Russie et « l’Occident collectif ».

Nous pensons que ce comportement de la coalition allemande au pouvoir est la preuve du refus de Berlin de mener un dialogue de fond avec Moscou. Nous voudrions rappeler à tous que dans les premiers jours qui ont suivi le début de l’opération militaire spéciale, le gouvernement allemand dirigé par Olaf Scholz, jouant au nom de ses intérêts géopolitiques et de la solidarité transatlantique, a fait exploser en miettes les politiques, commerciales, économiques, scientifiques, relations éducatives, culturelles et humanitaires avec la Russie, qui ont mis des décennies à se développer dans la période d’après-guerre. L’un des résultats de cette politique a été l’exode des entreprises allemandes de Russie, y compris du secteur de l’énergie, où la coopération était d’une importance vitale pour l’Allemagne. C’est à l’initiative de l’Allemagne que les contacts régionaux et municipaux ont été suspendus, que la coopération entre nos sociétés civiles a été réduite, que le fonctionnement de toutes les plateformes de dialogue et absolument tous les formats interministériels a été arrêté.

Néanmoins, nous restons ouverts aux contacts avec l’Allemagne. Nous voudrions espérer que le bon sens finira par l’emporter à Berlin, car nos nations ont toujours été et resteront de proches voisins en Europe, et pas seulement géographiquement, quels que soient les changements [politiques] actuels et futurs. Le gage en est notre histoire millénaire, qui n’a pas du tout été simple et qui a connu des hauts et des bas.

Question 8: L’administratrice de l’USAID, Samantha Power, a déclaré à CNN que les États-Unis travaillaient sur un plan B pour faire sortir les exportations de céréales de l’Ukraine par la route, le rail et les voies fluviales. Lors d’une conférence de presse avec le ministre des Affaires étrangères de la République du Congo, Sergueï Lavrov a déclaré que le terminal céréalier du port d’Odessa était situé loin de la section militaire et qu’il n’y avait aucun obstacle à la mise en œuvre des accords d’Istanbul. Quelle est la situation actuelle des exportations de céréales? Que pouvez-vous dire des dispositions des accords concernant l’exportation de céréales russes ?

https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/uBmhABApjO57ijARDStQbw--~B/aD01NzY7dz0xMDI0O2FwcGlkPXl0YWNoeW9u/https://media.zenfs.com/fr/rfi_475/b282215199ff926f776c2bf528e5022d

Ivan Nechayev : Concernant le plan B que vous avez mentionné, j’ai déjà commenté en détail ce sujet à vos collègues.

Je ne peux qu’ajouter que les accords conclus à Istanbul le 22 juillet 2022, à savoir le protocole d’accord et l’initiative que nous avons évoqués, sont des documents « paquet » complexes. Nous tenons à le souligner à nouveau. Cela signifie que les questions des exportations de céréales ukrainiennes et de la normalisation des exportations de céréales russes doivent être traitées comme un tout. C’est pourquoi les deux documents ont été signés simultanément à Istanbul.

Je tiens à répéter que nous honorons nos engagements et entendons mettre en œuvre efficacement les accords d’Istanbul.

Question 9: Les principaux partis parlementaires finlandais ont l’intention de soutenir une proposition visant à cesser de délivrer des visas touristiques Schengen aux citoyens russes. Les Russes qui entrent en Finlande ne peuvent apporter qu’un montant limité d’euros et ils ne peuvent pas avoir plus de 300 euros de marchandises avec eux à la sortie ou acheter des téléphones portables ou d’autres équipements. Le représentant commercial russe a signalé que 800 wagons de fret ont été saisis en Finlande. Enfin, un arbitrage international est en cours sur la résiliation par la Finlande d’un contrat avec Rosatom pour la construction d’une centrale nucléaire. La question ne concerne donc pas seulement la réponse de la Russie mais ses relations avec la Finlande. Ont-ils un avenir ?

https://finland.fi/wp-content/uploads/2015/05/3803-img_7016-640px-jpg.JPG Parlement Finlandais


Ivan Nechayev : Je voudrais souligner que la politique dure de confrontation adoptée à Helsinki après le début de l’opération militaire spéciale pour protéger les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk a gravement nui à la coopération russo-finlandaise.

La Finlande a soutenu les restrictions de l’UE contre la Russie, a décidé d’envoyer des armes au régime de Kiev et a pratiquement interrompu notre dialogue politique. Les autorités finlandaises, agissant contrairement à leurs propres intérêts, ont restreint ou suspendu les relations commerciales, économiques, énergétiques, de transport, environnementales, scientifiques, techniques, culturelles, humanitaires et sportives avec la Russie. À la suite des actions délibérées des pays de l’OTAN, principalement les États-Unis, la Finlande a déposé une demande d’adhésion au bloc.

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMjA1NDAxYTY2MzliOGNiYmYxNjYxZjM1MTcxM2UzY2Q1Yzc?width=630&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=de75b5e40a8c3bea1b5a223e485ddf2b66d906e3225317c67b9ba453ea47c86f

Comme on pouvait s’y attendre, nous avons répondu à ces actions. Le 5 mars 2022, la Finlande a été ajoutée à la liste des pays hostiles. En d’autres termes, les mesures préparées par le gouvernement russe pour les pays hostiles, y compris les restrictions sur les transactions commerciales extérieures et les transferts financiers, affecteront également la Finlande.

Bien sûr, il est profondément regrettable que nos relations avec la Finlande, qui ont mis des décennies à se développer, aient été détruites et que la Finlande devienne un pays mineur de l’OTAN, avec tout ce que cela implique. Mais les perspectives de normalisation de nos relations maintenant qu’Helsinki a choisi de suivre aveuglément la politique actuelle de l’Occident collectif sont négatives.

En même temps, nous pensons que notre proximité géographique et notre expérience unique de relations de bon voisinage ne peuvent être effacées de la mémoire publique. Nous devrons chercher ensemble des solutions aux problèmes qui se posent dans les relations bilatérales. Dans ce contexte, nous avons pris note de l’intention déclarée des autorités finlandaises d’éviter l’aggravation des tensions à la frontière russo-finlandaise et de régler les questions pratiques. Nous verrons comment ces déclarations sont mises en œuvre.

Question 10: Recevoir des pensions est désormais difficile pour nos compatriotes qui vivent à l’étranger, en raison des sanctions anti-russes. Le problème est particulièrement aigu en Israël, où vivent plusieurs milliers de ces personnes. Ils sont particulièrement préoccupés par le partenariat stratégique naissant avec l’Iran, qui pourrait compliquer les relations avec Israël. Que conseilleriez-vous à nos compatriotes retraités vivant à l’étranger, et quelles sont les perspectives de résolution de la question des retraites ?

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6c/Carte_Qibya.svg/800px-Carte_Qibya.svg.png

 

Ivan Nechayev : Malgré les restrictions économiques imposées à la Russie par plusieurs États étrangers, les travaux sur le transfert transfrontalier des pensions et autres paiements se poursuivent. Le fonds de pension russe effectue leurs transferts à temps.

Dans le même temps, veuillez prendre note de la résolution gouvernementale n° 757 du 26 avril 2022.

Cette résolution réglemente les questions liées au paiement des pensions et autres prestations établies en vertu de la législation de la Fédération de Russie et des accords internationaux mis en œuvre par le Fonds de pension russe par le biais de transferts à l’étranger, s’il n’est pas possible d’effectuer les transferts en devises étrangères pour des raisons indépendantes de la volonté contrôle de la Fédération de Russie.
S’il est impossible de transférer les pensions et autres paiements aux personnes vivant à l’étranger en raison des mesures économiques restrictives à l’encontre de la Russie, ces citoyens seront informés qu’ils peuvent déposer une demande pour que les paiements correspondants soient effectués en roubles sur le territoire de la Fédération de Russie
Les informations correspondantes peuvent être trouvées sur les sites Web des missions diplomatiques et des consulats russes.

Pour des éclaircissements supplémentaires sur les questions de retraite et de sécurité sociale, veuillez contacter les fonds non budgétaires de l’État (en particulier, la Caisse de retraite de Russie), ou appeler le Centre de contact unifié pour l’interaction avec les citoyens au 8 800 600 0000.

Parlons maintenant de la perception de pensions par des compatriotes vivant en Israël. Le problème est vraiment très aigu. La raison de ces difficultés réside dans les actions des banques correspondantes américaines qui retiennent illégalement les fonds envoyés par le fonds de pension russe aux bénéficiaires.

Dans ce contexte, les représentants des agences spécialisées russes et israéliennes ont intensifié leur recherche de moyens de résoudre ce problème. Le 27 juillet, des consultations bilatérales ont eu lieu par vidéoconférence, où une discussion approfondie a eu lieu sur les moyens possibles de régler cette question sensible qui affecte les intérêts de dizaines de milliers de Russes. Nous avons convenu de poursuivre notre travail commun.

Notre coopération avec l’Iran n’est pas dirigée contre des États tiers. Dans ce contexte, nos compatriotes vivant en Israël n’ont rien à craindre.


https://mid.ru/en/foreign_policy/news/1824155/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s