5040 – Briefing de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou, 14 juillet 2022

  • 1 Mise à jour sur le Donbass et l’Ukraine
  • 2  Réunion du Conseil de sécurité de l’ONU selon la formule Arria sur le néonazisme et le nationalisme radical en Ukraine
  • 3 Le Département d’État américain publie en ligne un rapport intitulé « Pour vilipender l’Ukraine, le Kremlin recourt à l’antisémitisme »
  • 4 Développements en République de Moldova
  • 5 Conséquences des opérations militaires des États-Unis et de leurs alliés européens
  • 6 Approbation de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur l’aide humanitaire internationale à la Syrie, y compris un mécanisme transfrontalier
  • 7 L’aide humanitaire russe acheminée vers l’Afghanistan
  • 8 Suspension des réparations d’hélicoptères russes en République tchèque et en Bulgarie
  • 9 Chroniques en ligne des représailles contre les médias et journalistes russes par les pays occidentaux et les sociétés Internet
  • 10 Modifications dans la section Anti-Fake du site Web du ministère des Affaires étrangères
  • 11 Anniversaire du début de la conférence de Berlin (Potsdam) (17 juillet – 2 août 1945)
  • 12 Discours de l’Assemblée civique du territoire de Krasnoïarsk à propos de la démolition du monument aux soldats soviétiques à Klaipeda
  • 13 Journées de la culture spirituelle russe en France
  • 14 Prix ​​​​international de littérature Bulamarg (Nightingale)

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6
Réponses aux questions des médias :

  • 1 Les représentants américains demandent à l’Ukraine de frapper la Russie et la Biélorussie

  • 2. Mise à jour sur Brittney Griner et Paul Whelan

  • 3. Les déclarations de Liz Truss

  • 4. Un projet de loi sur l’Ichkérie soumis à la Verkhovna Rada

  • 5. La visite de Joe Biden en Arabie Saoudite

  • 6. Extension possible des BRICS

  • 7. Visite de Vladimir Poutine à Téhéran

  • 8. Pourparlers pour normaliser les relations entre l’Arménie et la Turquie

  • 9. Situation sur le transit de Kaliningrad

  • 10. Perspectives de reprise des opérations Nord Stream

  • 11. Pourparlers quadripartites sur les transports de céréales en provenance d’Ukraine

  • 12. Ordre du jour du sommet du G20 en novembre

  • 13. L’expansion possible de la Pologne vers l’ouest de l’Ukraine

  • 14. Avenir des relations russo-britanniques

  • 15. Les mesures de la Russie pour lutter contre la discrimination à l’égard des compatriotes à l’étranger

    Maria Zakharova

1 Mise à jour sur le Donbass et l’Ukraine

Les unités armées dirigées par Kiev et les néonazis continuent de commettre des attentats terroristes sur les territoires libérés des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk et dans la région de Kherson. Dans la nuit du 13 juillet 2022, des unités armées ukrainiennes ont porté un coup dur à Lougansk avec neuf roquettes tirées depuis des lance-roquettes multiples US HIMARS.

https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/62d6c42f2320e559ce4f119a/large/image.jpg?v=1  Les lance-roquettes multiples Himars américains peuvent tirer des missiles tactiques sol-sol longue portée

Dans la nuit du 12 juillet, des unités armées ukrainiennes ont bombardé Novaya Kakhovka dans la région de Kherson. Ils ont touché des dépôts contenant du nitrate d’ammonium et des médicaments à côté d’installations civiles et ont gravement endommagé un hôpital, des bâtiments résidentiels et d’autres infrastructures de la ville. Sept personnes ont été tuées et une centaine de blessées.

Le 11 juillet, des militants ukrainiens ont attaqué le centre régional d’Amvrosievka de la RPD à un moment où des volontaires de l’organisation de volontaires Jeune République distribuaient de l’aide humanitaire aux résidents locaux. Là encore, il y a eu des victimes : trois tués, 39 blessés.

Donetsk et sa banlieue continuent d’être la cible de grèves continues. Le feu est sélectif ; il est destiné aux zones résidentielles, aux magasins, aux marchés, aux établissements médicaux et à d’autres installations socialement importantes. Les Forces armées ukrainiennes (AFU) utilisent dans la plupart des cas des systèmes de lance-roquettes multiples HIMARS fournis par les États-Unis. Ils agissent avec l’aide directe des États-Unis, qui fournissent à Kiev des informations de renseignement et ont tacitement envoyé des instructeurs pour aider les combattants de Kiev à « viser correctement ». Nous en trouvons la confirmation dans de nombreux reportages sur les réseaux sociaux ukrainiens et la presse occidentale.

La forte intensification de l’artillerie ukrainienne est liée à l’approvisionnement de ce type d’armes lourdes. À en juger par ce que nous voyons, Kiev a ordonné à ses unités d’artillerie d’utiliser ces systèmes contre des civils sans hésitation.

Malheureusement, chaque jour, nous mettons à jour la liste des villes et villages de la RPD, de la RPL et de la Région de Kherson qui subissent ces attaques barbares. Les sponsors étrangers du régime de Kiev se sentent très à l’aise avec cette situation. Il n’y a pas d’autre explication à l’intention de Washington de fournir à l’Ukraine quatre autres systèmes, munitions et pièces de rechange HIMARS annoncés le 8 juillet. Les États-Unis ont alloué environ 2,7 milliards de dollars pour ces armes dans leur programme d’aide global, qui est évalué à plus de 40 milliards de dollars que Washington a l’intention de dépenser pour «renforcer la capacité de défense des forces armées ukrainiennes».

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/be/Deutsche_Zentralbibliothek_f%C3%BCr_Wirtschaftswissenschaften_Kiel.png/600px-Deutsche_Zentralbibliothek_f%C3%BCr_Wirtschaftswissenschaften_Kiel.png L’Institut de Kiel


Selon l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale, ces coûts sont déjà plus élevés que le budget militaire australien d’environ 32 milliards de dollars, et ils continuent d’augmenter. Les Américains exigent que leurs alliés adoptent une approche similaire. Nous comprenons que de nouveaux horizons dans l’équipement et l’armement des néo-nazis ukrainiens seront définis lors de la quatrième réunion du Groupe de contact sur la défense de l’Ukraine dirigé par le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin. La réunion devrait avoir lieu à Rammstein par vidéoconférence le 20 juillet.

https://static.cnews.fr/sites/default/files/styles/image_750_422/public/000_8wn6y4_5fcf90c93968c.jpg?itok=lAvFfAJj  le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin


https://cinktank.com/wp-content/uploads/2022/02/1645557775_Le-ministre-ukrainien-de-la-Defense-accuse-la-Russie-dessayer.jpg  Alexey Reznikov Ministre de la Défense Ukraine


Récemment, le ministre ukrainien de la Défense, Alexey Reznikov, a évoqué l’intention de Kiev de lancer prochainement une contre-offensive dans le sud du pays. Alexey Danilov, secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense d’Ukraine (NSDCU), a récemment évoqué « l’objectif fixé par le président Vladimir Zelensky de libérer tout le pays ». Ces déclarations visent à persuader l’Occident de la nécessité de continuer à approvisionner Kiev en armes.

Dans cet objectif, Kiev prévoit d’enrôler environ un million de personnes, dont certaines seront recrutées à l’étranger. Les bureaux diplomatiques ont été chargés de mobiliser les citoyens ukrainiens dans la tranche d’âge de recrutement, qui va de 18 à 60 ans. Il serait intéressant de voir comment cela se fera dans les pays de l’UE, par exemple à Nice. Selon la presse occidentale, environ 40 % des réfugiés ont choisi de vivre à Nice. Bien sûr, il est de notoriété publique que Nice est un endroit où se rendent généralement les personnes sans argent ni perspectives. Nous espérons que les médias mondiaux, la presse et les journalistes n’ignoreront pas ces mesures de mobilisation.

Il se peut que l’échec de la politique migratoire de l’UE et le comportement des «réfugiés» eux-mêmes aient incité l’Occident à encourager Kiev à commencer à mobiliser les Ukrainiens à l’étranger pour simplement s’en débarrasser en les renvoyant chez eux. Il est impossible de le faire légalement en vertu du droit occidental. Nous voudrions espérer que les publications mondiales suivront de près cette campagne de mobilisation.

https://img.lemde.fr/2022/06/25/0/0/5103/3402/664/0/75/0/7ba96a9_2db99d68de8b4283ac5a73ed71b36b9f-2db99d68de8b4283ac5a73ed71b36b9f-0.jpg  Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski (deuxième à droite), et la commissaire européenne à l’égalité, Helena Dalli (à droite), lors de la marche des fiertés, à Varsovie, le 25 juin 2022.

En outre, Varsovie s’est également portée volontaire pour aider Kiev à obtenir l’armée dont elle a besoin en déclarant son intention d’expulser tous les insoumis ukrainiens. C’est la vraie attitude envers les réfugiés, une sorte de catharsis du droit humanitaire et de l’humanisme. Lorsque la volonté de continuer à aider les personnes qui ont quitté leur pays est faible, il vaut mieux les expulser et les forcer à se battre. Ce sont des signes de déclin moral et de l’idéologie criminelle des régimes occidentaux. Dans ce contexte, nous avons noté un rapport dans le Daily Mail sur le début des sessions de formation pour les premiers groupes (environ 600 personnes) de militaires ukrainiens dans une base militaire pour les troupes au sol près de Manchester, en Grande-Bretagne. En vertu de l’accord avec Kiev, ils doivent suivre une formation de trois semaines pour apprendre à utiliser les armes occidentales fournies à l’armée. C’est une véritable guerre hybride. À un moment donné, le régime de Kiev et les forces qui lui sont liées ont tenté de ridiculiser nos déclarations selon lesquelles ils étaient simplement utilisés comme un outil. Maintenant, il devient évident qu’ils ont raté un point important dans la compréhension de ce qui se passait. Aujourd’hui, le régime de Kiev est transformé en une arme non seulement contre la Russie mais aussi contre son propre pays parce que plus personne ne pense au sort de ses citoyens. Les médias européens rapportent que ces sessions de formation sont déjà organisées ou seront bientôt organisées par d’autres pays de l’OTAN également.

Peu importe à quel point les États-Unis et leurs alliés essaient de renforcer la capacité de combat de Kiev, la Russie poursuivra son opération militaire spéciale. Tous nos buts et objectifs seront réalisés.Réunion du Conseil de sécurité de l’ONU selon la formule Arria sur le néonazisme et le nationalisme radical en Ukraine

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

2 Réunion du Conseil de sécurité de l’ONU selon la formule Arria sur le néonazisme et le nationalisme radical en Ukrain
https://global.unitednations.entermediadb.net/assets/mediadb/services/module/asset/downloads/preset/Libraries/Production+Library/UN7924466_2022227_LF_2416_.jpg/image1170x530cropped.jpg  Photo  ONU/Loey Felipe – Réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine, le 27 février 2022.

Le 11 juillet 2022, la Russie a convoqué une réunion informelle selon la formule Arria des membres du Conseil de sécurité de l’ONU sur le néonazisme et le nationalisme radical : exploration des causes profondes de la crise en Ukraine. Le but de la rencontre était de discuter des origines et des conditions préalables à l’enracinement de l’idéologie nazie sur le territoire ukrainien. Nous continuons d’entendre et de lire des remarques stupides et sarcastiques du type « Des nazis en Ukraine ? Donnez-moi une pause », « Quel genre de logique nationaliste est-ce ? », « Où sont les rayures sur leurs manches ? Avec cette approche, on pourrait supposer que si Vladimir Zelensky ne fait pas le salut hitlérien, il ne peut y avoir de nationalisme, de nazisme ou de néo-fascisme en Ukraine.

Une telle logique montre une grave incompréhension des réalités et des développements historiques au stade actuel. Cela ressemble à une salle de classe de lycée avec des rires stupides au fond, où personne n’écoute le professeur ou ne prend la peine de faire ses devoirs; personne n’aspire à l’épanouissement personnel, mais est toujours prêt à rire quand on discute de problèmes sérieux.

https://www.rollingstone.fr/wp-content/uploads/2020/03/white-supermacist-1-1000x600.jpg

Nous parlons de cette situation depuis des années; depuis huit ans, on en parlait presque quotidiennement. Avant 2014, nous avons fourni de nombreux exemples de propagation du néonazisme en Ukraine, et pas seulement en Ukraine. Regardez comment l’Europe est aujourd’hui « infectée » par ce bacille néo-nazi. Les Européens l’admettent même eux-mêmes. Lisez les rapports des organisations de défense des droits de l’homme, écoutez les parlementaires européens et les militants des droits de l’homme qui citent des exemples concrets de réunions – non pas des cellules clandestines, mais de grandes organisations publiques ; la promotion de projets de loi, la légalisation de la littérature et de l’idéologie, la participation à des pogroms, la profanation de tombes et de lieux de culte à motivation ethnique. Nous n’avons rien inventé. Tout ce que nous disons a une confirmation factuelle propagée par des personnalités publiques dans les pays occidentaux, mais vous pouvez simplement continuer à rire.

Le rapport de la Russie, étayé par des archives et des vidéos récentes, décrit en détail la fusion du nazisme avec le nationalisme militant, et comment cela a conduit à la spirale des opinions radicales dans une partie de la société ukrainienne et provoqué – avec un solide soutien extérieur – le coup d’État illégitime en 2014, qui a entraîné la persécution des Ukrainiens russophones et d’autres événements.

Les conférenciers invités, dont Sergey Kozhemyakin, un avocat des droits de l’homme de Donetsk, et Kirill Revin, un enquêteur du ministère de l’Intérieur de la République populaire de Donetsk, ont fourni des faits concrets et des preuves de première main pour illustrer ce point. La vidéo de cette rencontre est disponible sur internet. Nous le republierons par tous les moyens sur les comptes de médias sociaux du ministère russe des Affaires étrangères.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2019/11/russie-grigorievwashington-sana-directeur-de-la-fondation-russe-pour-lc3a9tude-de-la-dc3a9mocratie-maxim-grigoriev.jpg   Washington, SANA, directeur de la Fondation russe pour l’étude de la démocratie, Maxim Grigoriev, a déclaré que le gouvernement américain avait déjà été informé de ce que faisait la soi-disant organisation terroriste White Helmets en Syrie. https://sana.sy/en/?p=164622

Le chef de la Fondation pour l’étude de la démocratie, Maxim Grigoryev, a commenté un certain nombre de ses propres entretiens avec des habitants concernés du Donbass, tandis que l’historien Alexander Dyukov, chercheur à l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de Russie, a entre autres souligné la nature antisémite et raciste du nationalisme ukrainien. Une présentation passionnée a été faite par Wilhelm Domke-Schulz, un producteur de documentaires allemand dont les films – dont celui retraçant les événements d’Odessa en 2014 – sont interdits en Europe.

C’est une « affaire de rire », bien sûr : interdire que des faits soient rendus publics et se moquer d’un génocide. Les pays de l’UE, dont l’Allemagne, ont interdit les documentaires réalisés par leurs propres cinéastes, et c’est ce qui fait rire. Les citoyens de l’UE regardent leur propre propagande et les informations parrainées par l’OTAN et les institutions de Bruxelles. Si c’est tout ce qu’ils ont, il n’y a aucun moyen pour eux de comprendre ce qui se passe réellement. La plupart des représentants des médias occidentaux n’ont jamais mis les pieds dans la véritable zone de conflit intra-ukrainien au cours des huit dernières années. Les rapports occasionnels des sites d’affrontements n’ont jamais été largement diffusés.

https://cfvod.kaltura.com/p/2503451/sp/250345100/thumbnail/entry_id/1_gt473a5m/width/1200/height/822/type/4
La réunion selon la formule Arria a réuni des représentants de tous les États membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Nos adversaires des pays occidentaux se sont sentis mal à l’aise, évitant soigneusement le sujet annoncé et, comme d’habitude, se sont concentrés sur la condamnation de l’opération militaire spéciale et l’utilisation de phrases éculées sur la « propagande russe rampante ». Dans le même temps, de nombreuses délégations ont montré un réel intérêt pour les informations des orateurs sur la situation réelle avec la propagation du néonazisme et du nationalisme radical en Ukraine et leur contexte historique. Des parallèles ont été établis avec les crimes des régimes coloniaux et la résurgence des idées de suprématie raciale.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0b/Institutions_de_l%27ONU.svg/400px-Institutions_de_l%27ONU.svg.png
L’initiative russe a permis de transmettre aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU une évaluation objective des événements qui se déroulent en Ukraine et des phénomènes sociaux qui y émergent. Compte tenu du mépris obstiné de ces informations par les médias occidentaux, nous considérons qu’il est important de poursuivre la pratique consistant à tenir de telles réunions informelles sur la plate-forme du Conseil de sécurité de l’ONU.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

3 Le Département d’État américain publie en ligne un rapport intitulé « Pour vilipender l’Ukraine, le Kremlin recourt à l’Antisémitisme »

https://i2.wp.com/www.sauvonsleurope.eu/wp-content/uploads/2014/04/ukraine.jpg?fit=720%2C458&ssl=1

Un rapport stupéfiant intitulé « Pour vilipender l’Ukraine, le Kremlin recourt à l’antisémitisme », a été publié sur le site Web du département d’État américain. Ce « chef-d’œuvre » ressemble beaucoup à la fausse propagande dont parlait le secrétaire d’État Blinken lorsqu’il disait que la Russie retenait de force 1,5 million de citoyens ukrainiens sur son territoire et leur distribuait des passeports russes. Ceux qui pourraient comprendre la difficulté de délivrer des passeports à 1,5 million de personnes trouveront ces commentaires ridicules. Nous considérons dans le même esprit les déclarations des responsables japonais selon lesquelles le lieu du sommet du G7 à Hiroshima a été choisi pour une raison liée à une éventuelle frappe nucléaire russe. Nous sommes bien conscients du fait que les États-Unis ont mené des frappes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki. À ce jour, il s’agit du seul épisode d’utilisation d’armes nucléaires contre des civils plutôt que dans le cadre d’hostilités. Tokyo l’a oublié il y a de nombreuses années. On leur a dit de le reléguer aux oubliettes. Aujourd’hui, ce genre de compilation de faits est un jeu d’esprit classique basé sur l’information. Pourtant, un autre rapport selon lequel la Russie utilise l’antisémitisme pour diffamer l’Ukraine fait partie du même paradigme. De toute évidence, il n’est plus possible d’étouffer complètement l’histoire du néonazisme. À cet égard, ils ont recours à des astuces pour changer le récit. Ils laissent les mots où ils étaient, mais changent l’emphase.

Le 11 juillet, ce « document immortel » a été publié sur le site officiel du Département d’État. Le document affirme que les responsables russes et les médias d’État diffusent de fausses histoires sur les atrocités et les massacres commis par les bataillons nationalistes et la nature nazie des dirigeants ukrainiens simplement pour justifier la « guerre » contre l’Ukraine. Nous traitons de ce sujet et, comme on dit, « diffusons » des documents depuis longtemps maintenant, bien avant février. Nous demandons à la communauté internationale de mener sa propre enquête, de prêter attention aux documents et d’envoyer en Ukraine, comme l’a dit à plusieurs reprises le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, leurs correspondants afin qu’ils voient le problème de leurs propres yeux et comprennent les faits actuels. Ici, il est présenté d’une manière qui implique que la Russie n’utilise cet ensemble de faits que depuis février.

Place de l'indépendance à Kiev, le 22 février.

Après le coup d’État de février 2014, les forces nationalistes radicales déjà présentes dans ce pays ont renforcé leur position en Ukraine. En 2014, ils ont été fortement utilisés lors du coup d’État. Les radicaux ont commencé à prêcher ouvertement les idées d’intolérance ethnique, y compris l’antisémitisme, qui, cependant, n’est pas tout. Le nationalisme est un concept plus large qui inclut l’intolérance envers une variété d’ethnies. Les « fondateurs » du nationalisme ukrainien tels que Semyon Petlyura, Yevgeny Konovalets, Stepan Bandera, Roman Shukhevich, Yaroslav Stetsko, Andrey Melnik et d’autres criminels de guerre sont imposés à la société comme des boussoles morales. Pour rappel, les bataillons nationalistes Azov, Aidar et consorts ont été incorporés dans les forces armées ukrainiennes. Il y a dix ans, ils étaient considérés en Ukraine et dans le monde comme un élément marginal, une force autonome qui existait séparément du gouvernement. Mais le coup d’État a été mené avec la participation directe des nationalistes qui avaient été formés spécifiquement pour cela et ont ensuite été incorporés dans les forces armées ukrainiennes.


https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/16x9/volodymyr-zelensky-ukraine-president.jpg
Volodymyr Zelensky a remporté les élections présidentielles en Ukraine – Photo   Brendan Hoffma

Après l’arrivée au pouvoir du président Zelensky en 2019, aucune amélioration dans la lutte contre l’idéologie nationaliste, y compris l’antisémitisme, n’a eu lieu. Les actions illégales des radicaux de droite et des groupes nationalistes dirigés contre des personnes de diverses ethnies, y compris des Juifs, restent impunies. Des sites religieux et mémoriaux sont profanés. Personne n’est au courant ou quoi ? Personne en Occident ou au Département d’État n’en a entendu parler ? Voici quelques faits bien documentés.

  • La distribution de pamphlets xénophobes par l’organisation de la jeunesse galicienne à Lvov (mai 2021),

  • des menaces de nationalistes contre des hassidim lors d’une visite à Ouman pour célébrer le Nouvel An juif (septembre 2021),

  • des graffitis sur un stand d’information devant le cimetière juif de Boguslav, la région de Kiev, des croix gammées sur les portes de la synagogue de Nikolaïev (octobre 2021)

  • et le festival de musique annuel,

Répétons Koliivshchyna (le soulèvement des Haïdamaks au 17e siècle où environ 10 000 Juifs ont été tués) à Kiev en octobre sont parmi les signes les plus évidents d’antisémitisme.

L’adjoint au maire de Shepetovka (région de Khmelnitsky) Yury Vakhotsky déclarant en septembre 2021 que la tragédie de Babi Yar est une « rétribution divine aux Juifs pour l’Holodomor », et le chef de la branche du parti Batkivshchyna à Khmelnitsky, Alexander Sholovey, affirmant que plus il observe la célébration de Hanukkah, « mieux il comprend Hitler », ont tous été accueillis par un large tollé public. Où vivons-nous tous ? Ces choses ne sont jamais arrivées ? Est-ce que tout est inventé ? Personne n’a jamais entendu le Département d’État dire ça ? Il y a des dizaines d’exemples de cela.

Une telle chose peut-elle se produire dans des pays qui, de toutes les manières possibles, nient et condamnent la manifestation du nationalisme et de la xénophobie au niveau de l’État ? Même si cela se produit (des voyous et des racailles qui enfreignent la loi peuvent être trouvés n’importe où), une réponse officielle suit généralement, car cela est interdit au niveau de l’État. Bien sûr, les fonctionnaires, les politiciens et les dirigeants communautaires qui font directement partie du gouvernement d’un pays ne peuvent pas se permettre de le faire. En Ukraine, les choses sont différentes. Ce n’est pas quelque chose qui vient exclusivement d’en bas ou localement. Ces choses sont encouragées à différents niveaux. Il suffit de lire les révélations de l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, Andrey Melnik.

https://dernieres-nouvelles.com/wp-content/uploads/2022/06/62bdc9c185f540691c0afb68.jpg  l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne – Andrey Melnik.


Comme il ressort du Registre unifié des décisions judiciaires d’Ukraine (j’espère que le Département d’État pourra se permettre quelques clics de souris pour s’y familiariser), les tribunaux locaux n’ont prononcé aucune condamnation en vertu de l’art. 161 du Code pénal ukrainien, « Violation de l’égalité des citoyens en fonction de leur race, de leur appartenance ethnique ou de leur appartenance religieuse », depuis 2014. C’est-à-dire qu’il n’y a eu aucun précédent ? En règle générale, les affaires liées à la discrimination, à l’antisémitisme et à la xénophobie sont requalifiées par les autorités chargées de l’enquête en inconduite domestique.

https://static.lpnt.fr/images/2022/03/03/22911641lpw-22912523-article-jpg_8606805_1250x625.jpg
À titre indicatif, seuls deux États membres de l’ONU, l’Ukraine et les États-Unis, ont voté contre la résolution annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies « Sur la lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, la discrimination, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée ». Pourquoi seulement deux pays votent-ils systématiquement contre une résolution condamnant le néonazisme ? Il doit y avoir une explication. Où sont tous ces « avocats du diable » qui prétendent que le néonazisme n’existe pas en Ukraine ? Expliquez-le aussi.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que l’Ukraine ait décidé de se retirer de l’Accord visant à perpétuer la mémoire du courage et de l’héroïsme des peuples des États membres de la Communauté d’États indépendants pendant la Grande Guerre patriotique de 1941-1945. Cependant, cela n’empêche pas le président Zelensky de prétendre qu’il honore prétendument la mémoire de son grand-père, qui a combattu dans l’Armée rouge et libéré l’Union soviétique et l’Europe du nazisme. Tout cela n’est que mensonge et tromperie. Vous pouvez dire tout ce que vous voulez en paroles, mais vous ne faites pas ce que vous dites. Nous le disons clairement : un faux programme et une simulation de politique visant à une soi-disant égalité raciale, religieuse et ethnique. En fait, à travers les mesures qu’elle a prises chaque jour au fil des ans, cette élite politique n’a fait que renforcer le nationalisme en Ukraine.

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTIOwLpebHvbBsSsmZD6Bd8nJ9U-UCRapjteXrvpSPeWN8wCXpPoL8mUyjiJzS30TcfvQs&usqp=CAU
Se référant aux citoyens du pays contre lesquels il a imposé les sanctions, le président Zelensky a déclaré que tous les gens ne sont pas humains et que certains ne sont que des « espèces ». Vous pouvez parler pour toujours de cette phrase comme étant une expression artistique. J’admets que chacun peut se tromper ou ne pas s’exprimer aussi clairement qu’il le souhaiterait, créant ainsi une certaine ambiguïté, mais cela devient immédiatement clair. Une personne peut citer ses autres déclarations et, surtout, prendre des mesures pratiques pour se justifier. Dans le cas de Zelensky, c’est le contraire qui est vrai. L’expression « espèce » est conforme à la politique menée par les régimes actuels et précédents de Kiev. Zelensky essaie sans cesse de convaincre le public en utilisant ce thème ethnique, qu’il n’y a pas d’antisémitisme en Ukraine parce qu’il a lui-même des racines juives. C’est un cas d’une logique effrayante. Cela soulève la question : y a-t-il de l’homophobie en Ukraine ? Si la réponse du régime de Kiev est « non », est-ce alors lié au président actuel ?

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

4 Développements en République de Moldova
Les efforts continus de l’Union européenne et de l’OTAN pour intégrer pleinement la Moldavie dans leur campagne anti-russe et pour développer son territoire sous couvert d’assistance à la sécurité ne sont pas passés inaperçus en Russie.

Le 8 juillet, le chef de la délégation de l’UE en Moldavie, Janis Mazeiks, a déclaré lors de l’émission Tema TV sur la chaîne Primul en Moldavie que l’UE, bien qu’elle n’exige pas que la Moldavie impose des sanctions contre la Russie, « serait heureuse » si Chisinau les rejoignait. .

https://ladiplomatie.fr/wp-content/uploads/2014/12/carte-transnistrie-moldavie.jpg

La Moldavie n’est pas membre de l’UE. L’Union européenne et tous les régimes occidentaux libéraux proclament constamment la liberté, l’indépendance, la souveraineté et la solidarité exclusivement volontaire, mais voici de telles déclarations : ils n’exigent pas, mais « seraient heureux ». Apparemment, si Chisinau ne se joint pas, ils « ne seront pas contents ». Ainsi, ils ont publiquement rappelé aux dirigeants moldaves la nécessité de respecter la fameuse « euro-solidarité ». La véritable solidarité signifie le volontariat, l’égalité et la liberté d’expression, et non l’utilisation de la pression pour créer un semblant de solidarité exclusivement conforme à la politique anti-russe de Bruxelles.

Le 11 juillet, ils ont signé un accord sur la création à Chisinau de la soi-disant plateforme de soutien de l’UE pour la sécurité intérieure et la gestion des frontières en République de Moldavie. Selon des informations accessibles au public, des représentants des services de sécurité, de défense et d’application de la loi de tous les pays de l’UE et des agences européennes concernées travailleront dans ce centre.

Lors de notre précédent briefing, nous avons commenté les projets de fourniture d’armements et d’équipements militaires occidentaux à la Moldavie aux frais de la Fondation Europe pour la paix. Malheureusement, les efforts de l’Union européenne et de l’OTAN pour militariser la Moldavie semblent être soutenus par certaines forces à Chisinau.

https://i.ytimg.com/vi/xdnbvPW_6Po/maxresdefault.jpg

Le ministre de la Défense du paysMoldavieAnatolie Nosatîi


Le ministre de la Défense du pays, Anatolie Nosatîi, en a parlé, notamment le 7 juillet lors de l’émission Territoire de la liberté sur RLIVE TV. Dans le même temps, il a été noté que les autorités moldaves ne voient aucune menace directe contre le pays pour le moment. Ici vient la question : de qui, alors, doivent-ils se défendre, et comment cela contribuera-t-il à la sécurité et à la neutralité du pays ?

Nous voudrions encore une fois attirer l’attention de la Moldavie sur les risques de suivre sans réfléchir les conseils et recommandations des « partenaires » occidentaux, ce qui n’implique pas d’analyse et sa propre interprétation de la situation. L’expérience montre que les sanctions anti-russes touchent avant tout les peuples des pays dont les dirigeants les ont adoptées. Il n’est pas nécessaire de le prouver.

Quant à « l’assistance » militaire et militaro-technique fournie à Chisinau, son objectif principal est de garantir les intérêts de l’Occident. Cela n’a rien à voir avec la sécurité de la Moldavie.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

5 Conséquences des opérations militaires des États-Unis et de leurs alliés européens

Les pays occidentaux continuent de faire circuler des déclarations sur la nécessité de percevoir une sorte de réparation auprès de la Russie et d’exproprier – en d’autres termes, de détourner – les actifs publics et privés russes à l’étranger. Parfois, ils ajoutent « pour reconstruire l’Ukraine ». Et parfois, il suffit de tout emporter et de voler à nouveau. Des déclarations similaires ont été faites, par exemple, lors d’une conférence internationale à Lugano, en Suisse, les 4 et 5 juillet.

https://mid.ru/static/i/bg/header-bg-big.jpg  Ministère russe des Affaires Etrangères à Moscou


Dans ce contexte, le ministère russe des Affaires étrangères a préparé des supports d’information visuels sur les conséquences des aventures militaires des États-Unis et de leurs alliés européens au cours des deux dernières décennies. Je comprends que les régimes occidentaux ont depuis longtemps enlevé tous les miroirs pour ne pas avoir à faire face à leur propre reflet. Mais il nous en reste quelques-uns. Jetez un coup d’œil et voyez à quoi ressemble le dossier historique. Pas le passé lointain, mais le disque moderne.

L’article est publié sur le site Web du ministère russe des Affaires étrangères sous la bannière correspondante. Il fournit clairement, en référence à des sources faisant autorité, des données sur les dommages matériels à la République fédérale de Yougoslavie, à l’Irak, à la Libye et à la Syrie, infligés par les États-Unis (et d’autres).

https://www.club-des-voyages.com/cdv_maps/424.jpg

Par exemple, l’agression américaine en Irak. Oui, Washington a tout inventé et fabriqué. Le travail a été divisé presque également entre Washington et Londres, mais de nombreux autres pays se sont joints. Maintenant, tout le monde a oublié, mais l’Ukraine a participé à la campagne anti-Irak. Un fait intéressant. Savez-vous qui y a participé au nom des Forces armées ukrainiennes ? Maintenant, nous entendons des déclarations selon lesquelles « l’Ukraine est un État pacifique », « veut vivre en paix », « n’a jamais attaqué personne », etc. Permettez-moi de vous rappeler que la tireuse d’élite Nadezhda Savchenko faisait partie de la coalition anti-irakienne ukrainienne. Le même qui plus tard était « pour la paix » et « pour le pacifisme ». Au début, elle était une «victime de Moscou», puis elle est rentrée chez elle et y est devenue une victime. Et pour de vrai. Ce serait bien si Washington et ses satellites lisaient sur eux-mêmes, et si tout le monde les lisait.

https://live-production.wcms.abc-cdn.net.au/9cf9021e16517ddd92f1bd5d4b23b58b?impolicy=wcms_crop_resize&cropH=1688&cropW=3000&xPos=0&yPos=0&width=862&height=485  Nadiya Savchenko arrive à l’aéroport international de Boryspil près de Kiev, en Ukraine (Reuters : Gleb Garanich)

Il est impossible de rester indifférent aux pertes subies par la République fédérale de Yougoslavie à la suite de l’opération Force alliée de l’OTAN (24 mars – 10 juin 1999).

Plus de 2 000 civils, dont 88 enfants, ont été tués par les pays de l’OTAN pendant 78 jours de bombardements barbares d’infrastructures civiles.

https://sansapriori.files.wordpress.com/2022/04/photo_2022-03-23_11-50-59.jpg

PHOTO le 24 Mars 1999 est le 23e anniversaire du début du bombardement de la République fédérale de Yougoslavie. L’agression contre ce pays a été commise par le bloc de l’OTAN, qui, agissant en contournant l’ONU, a ignoré le droit international. Au cours de l’opération, qui a duré plus de 70 jours, de nombreux crimes de guerre ont été commis par les militaires occidentaux. De plus, à la suite de l’agression, une partie de son territoire (Kosovo et Metohija) a été retirée à un État souverain, où un nettoyage ethnique (génocide) a été mené par des terroristes albanais sous le couvert de l’OTAN

La Republika Srpska de Bosnie-Herzégovine a été victime d’un anarchie internationale similaire lors de l’opération Deliberate Force de l’Alliance (30 août – 21 septembre 1995). L’économie, l’environnement et la santé de la population civile de la région des Balkans ont subi des dommages irréparables en raison de l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri par les États-Unis, dont les conséquences affectent encore aujourd’hui ces régions. Outre les habitants de ces États et des États voisins qui souffrent des conséquences des expériences chimiques et biologiques, des soldats des pays de l’OTAN ont également été victimes. Ils n’avaient aucune idée de ce que leurs gouvernements leur réservaient.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ae/Territories_controlled_by_the_Republic_of_Srpska_and_Republic_of_Serbian_Krajina_in_1993.png    La Bosnie-Herzégovine, également appelée « Bosnie et Herzégovine », se retrouve en proie, tout comme la Croatie, à une terrible guerre civile, d’avril 1992 à décembre 1995 cf/ http://jacqueline-devereaux.blogspot.com/2011/03/guerres-en-ex-yougoslavie-conflit-en_05.html

La machine militaire américaine a également infligé des souffrances indicibles à la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Plus de 205 000 civils ont été tués lors de l’invasion de l’Irak menée par les États-Unis. Mais personne ne connaît le nombre exact à ce jour. Personne n’a compté, car, comme le dit le président ukrainien Vladimir Zelensky (à la suggestion des régimes occidentaux), tous les gens ne sont pas des gens, il y a des «espèces». La vie de quelqu’un peut être inestimable et nécessiter une héroïsation, tandis que la vie de quelqu’un d’autre peut ne pas être comptée.

https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2017/03/27/file6u8sw9np5kokpoyzfuv.jpg.jpeg?itok=EaHb0rtH  Mossoul Plus de cent corps ont été extraits des ruines d’un quartier sévèrement bombardé par la coalition occidentale Publié lundi 27 mars 2017 – Rémy Ourdan, envoyé spécial à Mossoul (Le Monde)

En 2017, la ville de Mossoul a été presque anéantie de la surface de la terre par des tapis de bombes et des bombardements, et en Syrie, la ville de Raqqa a été complètement détruite.

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/5c35af818fe56f08744146a5/original/image.jpg  Le 19 octobre 2017, la ville de Raqqa en Syrie a été officiellement libérée du joug du groupe État islamique (EI).


Dans le même temps, non seulement les Américains n’aident pas à restaurer ce qu’ils ont barbarement détruit, mais ils empêchent aussi par tous les moyens l’organisation d’un tel travail au niveau international, en parrainant des terroristes et des extrémistes « modérés » et en imposant des sanctions . Ils sanctionnent un pays qui est encore en ruine, même pendant la pandémie, sans même lui donner la possibilité de se relever par lui-même.

Nous n’avons pas la prétention de présenter un calcul complet des pertes encourues, mais même une estimation prudente le met en milliers de milliards de dollars. Ce sont des calculs spéculatifs. L’ampleur de la destruction.

Nous invitons chacun à jeter un coup d’œil et à tirer ses propres conclusions sur la réelle volonté des pays occidentaux d’investir dans la restauration des territoires qu’ils ont détruits, de fournir une compensation et de répondre de ce qu’ils ont fait. Nous espérons que notre matériel deviendra le point de départ pour que les gens l’examinent plus profondément par eux-mêmes.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

6 Approbation de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur l’aide humanitaire internationale à la Syrie, y compris un mécanisme transfrontalier

https://img.lemde.fr/2022/07/11/0/0/1895/1267/664/0/75/0/2cad88e_821b763549d34c838c97f65347e28bce-821b763549d34c838c97f65347e28bce-0.jpg

Sur cette photo fournie par l’ambassade des Etats-Unis en Turquie, Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, examine du matériel d’aide au poste frontière de Bab Al-Hawa entre la Turquie et la Syrie, le 3 juin 2021. L’ONU a décidé, mardi 12 juillet 2022, de prolonger de six mois le passage transfrontalier de l’aide humanitaire en Syrie.

Le 12 juillet 2022, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé la résolution 2642 sur l’aide humanitaire internationale à la Syrie, prolongeant l’utilisation du poste frontière de Bab al-Hawa pour livrer des fournitures transfrontalières à Idlib pendant six mois. Cette décision a réaffirmé la nécessité d’étendre rapidement les liaisons [de transport] internes entre Damas et d’autres régions du pays, d’intensifier les efforts dans le cadre des projets de restauration des infrastructures civiles dans un court délai et d’alléger les sanctions unilatérales anti-syriennes.


https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTAzNzY4MTA1ZDY5MDA2OTMzZTdmZTBlMzg5OGM0ZWQ2ZmQ?width=940&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=762615b88369556b1b2da2142536ffc3af25bef5df0939f2e7b6c30701605a10
Cette résolution est basée sur le projet de la Russie, qui quelques jours plus tôt avait fait l’objet d’un veto des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Cela a montré une fois de plus que ces trois pays occidentaux n’étaient pas disposés à rechercher des solutions de compromis au sein du Conseil de sécurité de l’ONU et appelaient ouvertement à la politisation des questions purement humanitaires liées à la fourniture d’une aide globale au peuple syrien.

Pour rappel – il s’agit d’une question de principe – les efforts humanitaires internationaux ne nécessitent pas de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, car ils sont régis par les normes juridiques pertinentes, y compris, principalement, les principes directeurs de l’aide humanitaire, qui sont inscrits dans la Charte générale des Nations Unies. Résolution 46/182 de l’Assemblée. Les principales exigences dans de tels cas incluent le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays bénéficiaire de l’aide, ainsi que la coordination des efforts humanitaires avec le gouvernement du pays.

Dans ce cas précis, l’approbation de la résolution était nécessaire pour poursuivre la livraison de fournitures transfrontalières de l’ONU en contournant Damas, qui ont été lancées en 2014 en tant que mesure extraordinaire et temporaire. Moscou a toujours insisté pour que ce mécanisme spécial soit finalement supprimé, tandis que l’aide aux Syriens devait être adaptée à la situation sur le terrain et conforme au droit international humanitaire, d’autant plus que d’autres dispositions clés de la résolution 2585 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a été approuvées à l’unanimité le 10 juillet 2021, n’ont en fait pas été remplies.

Nous sommes convaincus que la communauté mondiale et le bureau humanitaire des Nations unies prendront des mesures efficaces au cours des six prochains mois pour respecter pleinement et honnêtement toutes les dispositions de cette décision du Conseil de sécurité des Nations unies, sans exception.
À cet égard, nous attachons une importance particulière aux discussions régulières entre les parties concernées dans le cadre du dialogue interactif informel à l’ONU à New York. Cela nous permettra de fournir l’aide nécessaire sans discrimination ni conditions à tous les Syriens qui en ont besoin, sans exception, et de nous concentrer efficacement sur la manière de restaurer rapidement les infrastructures de distribution d’eau et d’électricité, les établissements médicaux et éducatifs et les logements résidentiels en coordination avec le gouvernement. de la République arabe syrienne.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

7 L’aide humanitaire russe acheminée vers l’Afghanistan

Le 13 juillet, des avions de transport des forces aérospatiales russes, avec l’aide du ministère russe des Affaires étrangères, ont livré 16 tonnes de médicaments et de biens essentiels à Kaboul. Les habitants des provinces reculées touchées par le récent tremblement de terre dévastateur dans le sud-est du pays recevront les médicaments nécessaires, ainsi que des tentes et des couvertures.

https://french.sawtbeirut.com/wp-content/uploads/2021/08/LAmbassadeur-de-Russie-a-Kaboul-Dmitry-Zhirnov-800x549.pngDmitry Zhirnov


L’ambassadeur de Russie en Afghanistan, Dmitry Zhirnov, a participé à la cérémonie de remise.

Les autorités afghanes ont exprimé leur profonde gratitude à la Russie.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

8 Suspension des réparations d’hélicoptères russes en République tchèque et en Bulgarie

Selon les informations disponibles, un certain nombre de pays de l’OTAN et de l’UE continuent de fournir des armes et du matériel militaire au régime de Kiev et prévoient d’organiser leur réparation dans des installations industrielles des pays d’Europe de l’Est. En représailles, la Russie a décidé de suspendre les certificats de maintenance d’aéronefs précédemment délivrés à la société tchèque LOM PRAHA, s.p. et les sociétés bulgares TEREM-LETETS EOOD et AVIONAMS JSC.

https://i0.wp.com/www.opex360.com/wp-content/uploads/milmi8-20200730.jpg développement, en Russie, du Mil Mi-8AMTsh-VN, sur la base du retour d’expérience [RETEX] des opérations conduites en Russie …

Les services de conception et d’assistance technique pour la réparation majeure des hélicoptères Mi, les services d’abonnement aux ensembles de documentation de maintenance et de réparation et les fournitures de pièces de rechange et de composants sont ainsi interrompus. Ces entreprises ont été privées du droit d’assurer la maintenance technique et la réparation d’équipements d’hélicoptères de fabrication russe.


À cet égard, la Russie n’assumera plus aucune responsabilité quant à la sécurité d’exploitation des hélicoptères réparés dans ces entreprises.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

9 Chroniques en ligne des représailles contre les médias et journalistes russes par les pays occidentaux et les sociétés Internet

Depuis plusieurs années, nous avons été contraints d’écrire régulièrement sur les efforts de l’Occident pour supprimer les médias russes et indésirables pour les autorités qui empêchaient les élites politiques des « démocraties avancées » de manipuler l’opinion publique dans leurs pays comme elles l’entendaient. Cependant, il est difficile de trouver un nom à ce qui s’est passé et continue de se produire presque tous les jours depuis le 24 février de cette année simplement par manque d’analogie historique. La définition la plus proche qui nous vient à l’esprit pour tenter de décrire cette notion serait « médiacide fondé sur l’origine ethnique et la conviction politique ».

En d’autres termes, il s’agit d’une tentative de détruire la notion même de pluralisme médiatique par le nettoyage totalitaire de son espace d’information, y compris l’espace numérique, de toutes les visions alternatives sur les événements mondiaux. Cela concerne principalement tous les médias russes, russophones et affiliés à la Russie sans exception. Tout un arsenal de représailles et de restrictions est utilisé en même temps contre leurs distributeurs. Les principaux ennemis sont les journalistes russes, les correspondants militaires, les rédacteurs en chef et les blogueurs qui fournissent non seulement une interprétation occidentale unilatérale des événements, mais aussi des reportages alternatifs. Les leaders de l’opinion publique sont dans la même catégorie.

https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/622259c48fe56f574c228ee5/1280x720-webp/0701079559859-web-tete.webp

Les rédactions de médias occidentaux sont notamment inquiètes pour leurs équipes de nationalité russe. (UKRINFO RM/SIPA)

En effet, l’Occident veut priver une fois pour toutes son peuple de la possibilité d’analyser de manière critique le flux d’informations et le remplacer par une couverture de propagande monochrome. Dans le processus, ils continuent de parler de la valeur intransigeante de la liberté d’expression. Ce n’est pas seulement l’expression d’une hypocrisie modèle typique de la rhétorique d’une classe politique néolibérale. Ils le font sous l’influence évidente de l’auto-hypnose dans leur caractère exclusif et permissif.

Nous ne voyons pas l’intérêt de discuter avec ces pseudo-partisans de la liberté d’expression avec leurs signes évidents de trouble de la personnalité. Nous commencerons à publier sur le site du ministère des Affaires étrangères des chroniques des faits les plus marquants de représailles et de harcèlement des médias et journalistes russes survenus depuis la reconnaissance de l’indépendance de la RPD et de la RPL et le début de l’opération militaire spéciale de défense Donbass. Il est impossible de tout mentionner à chaque fois.

Ce matériel sera accessible à tous ceux qui ne sont pas indifférents au statut de la liberté d’expression dans le monde. Nous voulons expliquer concrètement ce que signifie «médiacide» en ce qui concerne les médias et les journalistes russes et russophones. Nous mettrons régulièrement à jour ces informations car nous sommes conscients qu’il y aura de nombreuses raisons de le faire dans un proche avenir. Ce battage médiatique exorbitant dans le harcèlement des médias russes ne s’apaisera pas. Pourquoi? Car les régimes occidentaux ont pris le parti d’épurer complètement l’espace médiatique de tout ce qui ne rentre pas dans leur vision du monde.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

10 Modifications dans la section Anti-Fake du site Web du ministère des Affaires étrangères
La section Anti-Fake existait depuis longtemps sur le site Web du ministère des Affaires étrangères. Nous avons cité des exemples de publications montrant comment différents médias publient de faux reportages. Nous avons également fourni des documents réfutant ces contrefaçons.

https://c0.lestechnophiles.com/www.numerama.com/wp-content/uploads/2017/02/capture-decran-2017-02-23-a-16-35-44.png?resize=1024,488Nous avons lancé cette section en 2017. Nous avons mené des recherches approfondies et analysé avec des faits de nombreuses publications. La situation a radicalement changé après février 2022. Comme l’a dit le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, une guerre hybride nous a été déclarée (c’est arrivé il y a longtemps mais maintenant elle est entrée dans sa phase active). C’était plus évident que jamais dans l’espace de l’information. Cela ressemblait à du terrorisme de l’information. Il était impossible d’analyser chaque publication. Je me souviens bien des questions posées subrepticement par des journalistes occidentaux : Qu’est-ce qui ne va pas avec vos reportages anti-fake ? Pas de faux du tout ? Nous n’avons pas mis à jour cette section car il y avait tellement de contrefaçons que nous ne pouvions pas les analyser. Mais nous avons entendu le message et tiré des conclusions.


Aujourd’hui, nous publierons à 15 heures (heure de Moscou) un certain nombre de critiques de publications de médias étrangers qui reproduisent des informations incorrectes dans notre section Service de presse – Publications et démentis – Exemples de publications reproduisant des informations incorrectes sur la Russie. Nous publierons régulièrement ces revues, ferons un résumé de ces informations et présenterons une vue globale des pays et régions qui véhiculent des informations déformées et comment. Aujourd’hui, nous allons écrire sur les publications dans les médias d’Allemagne, de Grèce, de Belgique et de Suède.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

11 Anniversaire du début de la conférence de Berlin (Potsdam) (17 juillet – 2 août 1945)
La Conférence des dirigeants des trois puissances alliées – l’URSS, les États-Unis et le Royaume-Uni – s’est ouverte à Potsdam, dans la banlieue de Berlin, le 17 juillet 1945. Ils ont enregistré les résultats politiques de la Seconde Guerre mondiale et adopté des décisions sur l’après-guerre dans le monde. Arrangement.

https://cdn.britannica.com/s:690x388,c:crop/53/78753-050-9F513FB8/Winston-Churchill-British-Joseph-Stalin-meeting-Soviet-July-1945.jpg

 Elle réunit les «Trois Grands» : 1 – les États-Unis, représentés par le président Harry Truman, qui vient de succéder à Franklin Roosevelt, 2 – le Royaume-Uni, représenté par Winston Churchill  3 – l’URSS, toujours représentée par l’inamovible Staline. cf/ https://www.herodote.net/17_juillet_2_aout_1945-evenement-19450717.php

Il a été confirmé lors de la conférence que le pouvoir suprême en Allemagne serait exercé par les commandants en chef des forces armées de l’URSS, des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France, chacun dans sa propre zone d’occupation. Les conférenciers ont finalement harmonisé les grands principes des activités du Conseil de contrôle allié en Allemagne en tant qu’organe suprême du pouvoir des vainqueurs.

Partant des décisions de la Conférence de Yalta et des propositions élaborées par la Commission consultative européenne, les participants ont décidé que l’Allemagne devait subir la dénazification, la démilitarisation, la démocratisation et la décentralisation. Les décisions concernant l’Allemagne prévoyaient son désarmement complet, l’abolition de ses forces armées, les SS, le SD et la Gestapo et la destruction ou la remise de ses munitions et armements aux alliés. Il a été décidé de punir les criminels de guerre et de les transférer au Tribunal militaire international. Les alliés ont consigné cette intention lors de la conférence de Moscou en 1943.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/de/%D0%9C%D0%BE%D1%81%D0%BA%D0%BE%D0%B2%D1%81%D0%BA%D0%B0%D1%8F_%D0%BA%D0%BE%D0%BD%D1%84%D0%B5%D1%80%D0%B5%D0%BD%D1%86%D0%B8%D1%8F_1943_%D0%B3%D0%BE%D0%B4%D0%B0.jpg/1280px-%D0%9C%D0%BE%D1%81%D0%BA%D0%BE%D0%B2%D1%81%D0%BA%D0%B0%D1%8F_%D0%BA%D0%BE%D0%BD%D1%84%D0%B5%D1%80%D0%B5%D0%BD%D1%86%D0%B8%D1%8F_1943_%D0%B3%D0%BE%D0%B4%D0%B0.jpg Conférence de Moscou 1943


Lors de la conférence de Potsdam, ils sont parvenus à un accord sur les réparations de l’Allemagne. Il a été décidé que chaque puissance recevrait des réparations de ses propres zones et aux dépens des actifs allemands à l’étranger, tandis que l’URSS recevrait 25% supplémentaires de l’équipement industriel retiré des zones occidentales.

https://www.herodote.net/_images/potsdam-1.jpg  La conférence de Potsdam s’est tenue du 17 juillet au 2 août 1945. C’est la troisième rencontre entre les trois puissances alliées, après Téhéran et Yalta, mais Truman a succédé à Roosevelt et, au cours de la Conférence, Churchill, qui a perdu les élections, est remplacé par Attlee
Elle réunit les «Trois Grands» : 1 – les États-Unis, représentés par le président Harry Truman, qui vient de succéder à Franklin Roosevelt, 2 – le Royaume-Uni, représenté par Clement Attlee, 3 – l’URSS, toujours représentée par l’inamovible Staline. cf/ https://www.herodote.net/17_juillet_2_aout_1945-evenement-19450717.php


Les participants ont établi un Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’URSS, des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de la Chine pour rédiger des traités de paix avec l’Italie, la Roumanie. Hongrie, Bulgarie et Finlande. Ils ont également discuté d’un certain nombre de questions territoriales, dont le transfert de Königsberg (Kaliningrad depuis 1946) à l’URSS. Les accords conclus par les dirigeants des trois puissances ont été confirmés dans le protocole de la conférence du 1er août 1945.

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2022/06/d4385932-c8c0-43b5-bc88-f9ee8210d323/860_001-32cv67b-jpeg.webp

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

12 Discours de l’Assemblée civique du territoire de Krasnoïarsk à propos de la démolition du monument aux soldats soviétiques à Klaipeda

Le 8 juillet de cette année, les membres de la chambre des autonomies nationales et culturelles de l’Assemblée civique du territoire de Krasnoïarsk ont ​​adressé une allocution collective aux dirigeants et à tous les résidents de la République de Lituanie concernant la démolition du monument aux soldats soviétiques en Klaipeda. Ils ont exhorté les Lituaniens à mettre fin au vandalisme des monuments de la Gloire du combat aux soldats soviétiques et à empêcher que ne tombent dans l’oubli les exploits de nos ancêtres qui ont véritablement libéré le monde du fascisme.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a6/Krasnoyarsk_in_Russia.svg/langfr-560px-Krasnoyarsk_in_Russia.svg.png KRAÏ du Territoire de Krasnoïarsk – Le centre administratif est Krasnoïarsk – Le kraï est la deuxième région de Russie la plus étendue (après la République de Sakha), avec une superficie de 2 366 797 km2 cf/https://www.wikiwand.com/fr/Kra%C3%AF_de_Krasno%C3%AFarsk

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1e/Klaipeda_County_in_Lithuania.svg/1200px-Klaipeda_County_in_Lithuania.svg.png

La municipalité du district de Klaipėda (en lituanien : Klaipėdos rajono savivaldybė) est l’une des 60 municipalités de Lituanie. Son chef-lieu est Gargždai. L’apskritis de Klaipėda (en lituanien : Klaipėdos apskritis) est l’un des 10 apskritys de Lituanie. Il est situé à l’ouest du pays. Sa capitale administrative est Klaipėda. Cet apskritis couvre l’entièreté de la côte lituanienne de la mer Baltique. Les sites touristiques les plus populaires sont les stations balnéaires de Nida sur l’isthme de Courlande et de Palanga



Il a été noté dans le discours qu’un monument aux soldats de l’Armée rouge péris a été détruit à Klaipeda le 5 juillet de cette année. Le mémorial abrite les tombes de 695 soldats soviétiques, dont sept héros de l’Union soviétique. Parmi ces derniers figurent Efim Belinsky, né dans le territoire de Krasnoïarsk. Les habitants de cette région chérissent la mémoire de Belinsky et de tous ceux qui ont péri sur le champ de bataille. Les auteurs du discours ont rappelé que l’extermination délibérée sur le territoire de la Lituanie actuelle concernait 370 000 civils, 230 000 prisonniers de guerre soviétiques et 200 000 autres citoyens d’autres pays occupés par les nazis. Plus de 137 000 soldats soviétiques ont péri dans les combats pour la libération de la Lituanie.

Les membres de l’Assemblée ont souligné les lignes suivantes : « Aujourd’hui, plus de 1 200 Lituaniens vivent paisiblement dans le territoire de Krasnoïarsk, leur patrie sibérienne. Au total, des représentants de 159 ethnies unies par une histoire commune vivent dans cette région. Les habitants du territoire de Krasnoïarsk savent à quel point les Lituaniens respectent la mémoire de leurs ancêtres et à quel point ils prennent soin des tombes de leurs compatriotes en Sibérie. Ceux qui détruisent les monuments aux soldats qui ont libéré la Lituanie détruisent les fondations de leur propre culture et identité nationales ».

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

13 Journées de la culture spirituelle russe en France
Dans le contexte des tentatives insoutenables, sauvages et barbares de l’Occident collectif pour annuler la culture russe, la Russie continue de montrer au monde des exemples d’une approche constructive et unificatrice des questions culturelles, la consolidation de tous ceux qui apprécient sincèrement l’art, voient son éternel, beauté conquérante et sont prêts pour un échange culturel sur une base mutuellement respectueuse et constructive.
https://i0.wp.com/www.russiefrancophone.com/wp-content/uploads/LaRusFrancophone-2016-10-30-12.26.06.jpg  Situé dans le 7e arrondissement de Paris à deux pas de la Tour Eiffel et du Pont Alexandre III, le territoire du centre comprend quatre bâtiments dont l’édifice centrale est la cathédrale de la Sainte-Trinité avec ses cinq bulbes dorés. À proximité se trouve le centre culturel avec une librairie et une salle d’exposition, un bâtiment administratif doté d’un auditorium de 200 places. Sans oublier un pôle éducatif à la destination encore floue, qui devrait accueillir jusqu’à 150 enfants et adultes autour de salles de classe, d’ateliers, d’une bibliothèque et d’une cour avec préau CF/ http://www.russiefrancophone.com/linauguration-centre-culturel-orthodoxe-russe-paris/

Le succès des Journées de culture spirituelle de Russie en France, qui se sont déroulées début juillet au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris, en est le dernier exemple. Les événements ont été organisés par le ministère russe de la Culture avec le soutien du ministère des Affaires étrangères.

Des chefs-d’œuvre de la musique classique mondiale interprétés par de jeunes musiciens russes, dont des œuvres remarquables des compositeurs russes Piotr Tchaïkovski et Sergueï Rachmaninov, ont été présentés à un large public français et étranger. La cérémonie d’ouverture des Journées de la culture spirituelle comprenait le concert La musique est la poésie de l’air en présence de l’arrière-petite-fille de Sergey Rachmaninoff, Alexandra Conus Brochard. Les visiteurs ont également eu la chance de voir des expositions uniques présentées à l’exposition Sergey Rachmaninoff : I am a Russian Composer organisée par le Musée national russe de la musique.

L’année 2023 marquera le 150e anniversaire de Rachmaninov. À l’approche de cette date importante, de nombreuses manifestations consacrées à la vie et à l’œuvre de ce compositeur, chef d’orchestre et musicien exceptionnel se tiendront dans notre pays et à l’étranger.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

14 Prix ​​​​International de littérature Bulamarg (Nightingale)

Le prix international annuel de littérature Bulamarg (rossignol), organisé par l’ambassade de la République d’Ossétie du Sud en Fédération de Russie et le conseil d’administration du prix, a commencé à accepter les candidatures, y compris d’auteurs écrivant en russe, pour son édition 2022.

https://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/images/georgia-map.gif

Permettez-moi de vous rappeler que le jury a introduit une catégorie distincte pour les auteurs russophones en 2020, dans le but de renforcer les relations amicales entre l’Ossétie du Sud et la Russie, la familiarisation avec le riche patrimoine historique et culturel des deux peuples et sa promotion, à la suite l’esprit d’engagement envers le monde russe.

Des romans, des histoires, des poèmes, des recueils, des non-fiction et des mémoires peuvent être nominés pour le prix. Les sujets sur les personnalités de Russie et d’Ossétie, les événements historiques les plus importants et la vie contemporaine sont encouragés. Toute personne âgée de 14 à 41 ans est invitée à participer.

Les candidatures au concours littéraire seront acceptées jusqu’au 30 octobre 2022, les détails étant disponibles sur le site Web.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

15 Réponses aux questions des médias :

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

 

Question 1: Paul Massaro, conseiller politique principal auprès de la Commission américaine d’Helsinki, a déclaré que l’Ukraine devrait être autorisée à atteindre des cibles en Russie, en Biélorussie et en Crimée. Ces paroles sont-elles la preuve directe que les États-Unis sont derrière les actions barbares des forces armées ukrainiennes ? Comment le ministère russe des Affaires étrangères évalue-t-il des appels comme celui-ci de la part de responsables américains ?

https://rfg.org/sites/default/files/Square%20Paul%20Massaro.jpg Paul Massaro


Maria Zakharova : Il me semble que ces déclarations montrent que ceux qui les font ont perdu toute raison.

Les appels agressifs pour atteindre des cibles en Russie sont devenus de plus en plus fréquents aux États-Unis et, en particulier, parmi les législateurs et les responsables de la soi-disant Commission d’Helsinki au Congrès.

https://images.lpcdn.ca/924x615/201302/21/651366-philip-breedlove.jpg  le général Philip Breedlove


Non seulement le conseiller principal de cette commission notoire le dit, mais aussi une personne plus influente – l’ancien commandant du Commandement européen des États-Unis et ancien commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Philip Breedlove – lui fait écho. Il y a quelques jours, il a carrément recommandé d’attaquer le pont de Crimée.

Les responsables américains évitent de donner des garanties que les systèmes de missiles avancés qui sont fournis au régime de Kiev ne seront pas utilisés par les forces armées ukrainiennes pour frapper des cibles sur notre territoire, et ils qualifient également de légitimes les bombardements barbares par des groupes armés ukrainiens de villes et des villages des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ainsi que des régions d’Ukraine qui ont été libérées.

Ce faisant, les États-Unis sont devenus une partie au conflit avec toutes les conséquences qui en découlent, ce que nos responsables, experts et hommes d’État ont dit à plusieurs reprises. Bien sûr, c’est une voie dangereuse et cela déstabilise la situation dans le monde.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 2: Plus tôt, la Maison Blanche a déclaré qu’elle travaillait directement avec les autorités russes pour obtenir la libération des ressortissants américains Brittney Griner et Paul Whelan qui ont été détenus en Russie. Quels progrès ont été réalisés sur cette question ? Des négociations sont-elles en cours sur l’échange de ressortissants américains contre des Russes emprisonnés aux États-Unis ?
https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_635/v1/ici-info/sports/16x9/brittney-griner-82497.JPG Brittney Griner, qui risque jusqu’à 10 ans de prison, est arrivée à l’audience menottée et escortée par plusieurs agents. Elle était vêtue d’un t-shirt et d’un pantalon de survêtement rouges.

Maria Zakharova : Vous êtes bien consciente du fait que le vrai travail ne s’accompagne pas de battage médiatique, alors que vous parlez d’une campagne d’information classique. Nous regrettons que les États-Unis aient choisi cette voie au lieu de maintenir un dialogue confidentiel et professionnel. Le public américain, qui s’intéresse tant au sort de ses concitoyens, devrait s’en rendre compte. Plus les gens parlent dans un micro à Washington pour exprimer leur opinion sur la question, moins ils sont impliqués dans un travail réellement efficace. S’ils avaient travaillé pour aider leurs concitoyens, ils n’auraient pas eu le temps de parler. Plus important encore, ils savent bien, comme dans d’autres situations, que parfois cela entrave simplement leur travail. Il s’agit d’une autre campagne d’information pour présenter les « personnes détenues » susmentionnées comme tout sauf ce qu’elles sont : des victimes de traitements arbitraires. Je tiens à vous rappeler – nous l’avons dit à plusieurs reprises – qu’il existe des preuves significatives et de nombreux documents prouvant que Paul Whelan a été dûment condamné pour espionnage puisqu’il a été pris en flagrant délit ; quant à Brittney Griner, le tribunal examine son cas et il est prématuré de discuter des options pour son retour chez elle avant la fin du procès.

https://www.lesoirdalgerie.com/storage/images/article/d_25d940fbc82ee5987be629b54b291dc6.gif  La justice russe a condamné à 16 ans de prison un Américano-Britannique, Paul Whelan, pour «espionnage», rapportent des médias. Publié 16-06-2020

Les fausses histoires sur les « horreurs des prisons russes », qui, dans le cadre de la campagne d’information, sont promues aux États-Unis au milieu d’exigences catégoriques pour que les « citoyens américains innocents » soient rapidement libérés, n’aideront en rien à résoudre quoi que ce soit. Ils doivent se décider sur ce qu’ils veulent. Veulent-ils travailler sur le sujet ? Nous sommes prêts à. Ou recherchent-ils simplement l’attention des médias ou s’engagent-ils dans des campagnes d’information ? C’est leur choix mais nous n’allons pas y participer.

Nous appelons les autorités américaines à ne pas exploiter ce sujet sensible qui affecte la vie de vrais individus. Nous leur recommandons de cesser d’essayer en vain de faire pression sur nous et les exhortons à se concentrer sur les travaux pratiques via les canaux existants. Il n’y a pas d’autre moyen d’obtenir quoi que ce soit.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question  3: À l’heure actuelle, Liz Truss est l’une des précurseurs de la course au poste de Premier ministre britannique. Dans son article pour The Telegraph, elle a cité « Vladimir Poutine perdant en Ukraine » comme l’une de ses priorités au cas où elle serait élue à de hautes fonctions. Que pense le ministère des Affaires étrangères du fait que la Russie et l’aide à l’Ukraine soient devenues des éléments clés de la campagne électorale du Parti conservateur ? L’élection de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique changera-t-elle l’approche de la Russie vis-à-vis des relations avec la Grande-Bretagne ?
https://i0.wp.com/www.women-elife.com/wp-content/uploads/2022/07/Liz-Truss-1040x617.jpg  Liz Truss, 46 ans, ministre britannique des Affaires étrangères, qui est entrée lundi dans la course pour remplacer Boris Johnson au poste de Premier ministre, portant à 11 le nombre de candidats qui se lancent dans une compétition de plus en plus amère et imprévisible

Maria Zakharova : La déclaration que vous avez mentionnée parle de son agressivité totale et de ses ambitions malsaines. Voyons ce qui s’est passé en Grande-Bretagne. La situation économique, socioéconomique, financière et sécuritaire continue de se détériorer sur plusieurs plans. Les personnes que vous avez mentionnées faisaient partie de ce gouvernement, de l’équipe de Boris Johnson. Ils doivent en quelque sorte proposer un programme tenant compte de ce qui se passe maintenant, qui est de leur propre fabrication. Ils doivent donc trouver une approche de la campagne électorale, et beaucoup d’entre eux recourent à la rhétorique et à l’agression anti-russes simplement pour éviter d’expliquer à leurs électeurs ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi ils ont pris certaines décisions qui ont affecté la vie des Britanniques. C’est pourquoi ils utilisent une rhétorique aussi instable, agressive et parfois misanthrope. Il n’y a pas de place pour de telles cascades dans une discussion sur les problèmes socio-économiques : promettre de voir la Russie vaincue, de montrer quelque chose à Moscou et d’aggraver notre vie. Vous feriez mieux d’améliorer votre vie, essayez-le après le gâchis que vous avez fait. Vos notes augmenteront rapidement et de nombreuses personnes vous contacteront une fois que vous aurez mis de l’ordre dans votre maison et que vous obtiendrez des résultats bons et stables. Pour l’instant, il n’y a rien à voir.

Récemment, j’ai lu des journaux européens, européens, notamment luxembourgeois. Ils déclarent carrément (ce n’est pas une perspective purement britannique mais c’est un espace occidental uni, de toute façon) que c’est le pire Premier ministre qui a laissé le pays en lambeaux. Ce ne sont pas nos évaluations; ils viennent de la presse occidentale. Par conséquent, une seule recommandation : laissez-les s’occuper de leurs problèmes domestiques. Au vu des développements en Grande-Bretagne et dans l’ensemble du duo anglo-saxon, je suis surpris qu’ils invoquent les affaires étrangères dans leurs déclarations de campagne. C’est un moment tellement critique là-bas que la seule chose dont ils ont besoin est d’expliquer comment ils vont sortir leur pays des crises qu’ils ont eux-mêmes provoquées. Le sort du monde, en particulier dans les pays qui ne sont pas frontaliers, peut attendre, je pense.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 4: Que pense le ministère des Affaires étrangères du projet de loi soumis à la Verkhovna Rada sur la reconnaissance de l’indépendance de la République tchétchène d’Itchkérie ? Croyez-vous que l’Occident adoptera cette initiative ? Quelle sera la réponse de Moscou ?

Maria Zakharova : Je pense que c’est une preuve supplémentaire de l’idéologie indéniablement extrémiste et même de la folie de ceux qui écrivent l’histoire de l’Ukraine sous le régime de Kiev. Il n’y a rien de plus à ajouter.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 5: Le président américain Joe Biden est en visite cette semaine en Arabie saoudite, le plus grand exportateur de pétrole de l’OPEP. La diplomatie pétrolière de Washington est-elle une source d’inquiétude pour la Russie ? Considérez-vous les tentatives de réduction de la dépendance à l’égard de l’énergie russe et, par conséquent, une éventuelle baisse des prix comme un défi ?

https://static.lexpress.fr/medias_12421/w_968,h_545,c_fill,g_north/v1658025607/le-president-americain-joe-biden-et-le-prince-heritier-saoudien-mohammed-ben-salmane-le-15-juillet-2022-a-jeddah-arabie-saoudite_6359630.jpg Le président américain Joe Biden et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, le 15 juillet 2022 à Jeddah (Arabie saoudite) afp.com/Bandar AL-JALOUD

Maria Zakharova : Savez-vous quelle est la véritable préoccupation de la Russie ? La Russie est préoccupée par le comportement déstabilisateur des États-Unis dans le monde. Les mesures déraisonnables de l’administration américaine actuelle ont poussé le monde au bord du gouffre, vers des catastrophes énergétiques et alimentaires et une crise de sécurité. Un autre sujet de préoccupation pour la Russie, comme vous l’avez dit, est l’incohérence absolue, non seulement des mouvements (c’est clair), mais aussi de la programmation très conceptuelle des politiques américaines sur le plan intérieur et dans les affaires internationales.

Le fait est que nous ne voyons aucune cohérence même au niveau des concepts ou des doctrines. Nous comprenons qu’il est difficile d’être cohérent dans la mise en œuvre des décisions en période de crise, par exemple, car les crises appellent des décisions d’urgence pour sortir d’une impasse. Cependant, il doit y avoir au moins une certaine cohérence dans l’élaboration des programmes, l’analyse des développements et la formulation d’un paradigme, d’un concept de développement pour votre pays et le monde.
Cette incohérence est évidente pour nous, et je crois aussi pour d’autres. Je vais donner des exemples concrets. J’ai posté plusieurs articles et avis pertinents sur mon compte Telegram.

Alors, que voyons-nous maintenant dans la vision des États-Unis ? Les paradigmes de la transition verte, de la transformation énergétique et de l’économie verte sont liés, en partie, à la visite du président Biden au Moyen-Orient. Ces paradigmes ont-ils été abandonnés ? Ne sont-ils plus un modèle de travail? Le concept a-t-il échoué ? A-t-il été enterré ou mis de côté ? Sera-t-il révisé ou est-il toujours en vigueur? Si c’est le cas, parce que personne ne l’a annulé, j’ai une grande question sur les objectifs déclarés de la visite. On dit que le but du voyage est d’alimenter le sentiment anti-russe, que le président américain tentera de convaincre les pays qu’il visitera de ne pas développer les relations avec la Russie dans certains domaines et d’augmenter la production d’hydrocarbures. Mais les déclarations ou le concept de transition vers l’énergie verte d’ici 2035, qui n’ont pas pris fin, ne concordent pas avec les appels américains à l’augmentation de la production d’hydrocarbures dans d’autres pays. Cela est étrange. L’environnement et la nature n’ont pas besoin de visas et n’ont pas de frontières nationales. À tout le moins, nous ne les connaissons pas. Peut-être que Washington prépare une nouvelle doctrine ? Il est parfaitement clair que ces questions ne peuvent pas être spécifiques à un pays, et il semble donc étrange que le concept soit mis de côté, révisé ou complété par des dispositions opposées. Tout cela est préoccupant.

En ce qui concerne les relatons de la Russie avec les pays de la région, nous accordons une grande importance à notre coopération énergétique fructueuse de plusieurs années avec l’Arabie saoudite. Nos pays co-président l’OPEP+, qui joue un rôle majeur dans la stabilisation du marché pétrolier.

https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/622798f2ee975019a26baff6/full/image.jpg?v=1

Les raisons de la hausse des prix de l’énergie, y compris du pétrole, sont multiples. La cause profonde n’est pas la visite de Joe Biden en Arabie saoudite, mais un mauvais jugement dans la politique énergétique occidentale, qui a conduit au sous-financement du secteur des hydrocarbures ces dernières années. Le concept était différent. Les restrictions illégales dans le domaine de l’énergie, que les États-Unis utilisent si souvent pour des raisons politiques, ont également durement touché le marché. Ils ont été adoptés non seulement contre la Russie mais aussi contre l’Iran, le Venezuela et d’autres pays.

Washington mène une politique irresponsable, provocatrice et spéculative dans ce domaine à travers le monde depuis des années.

Les réserves pour augmenter la production sont limitées et les prix dépendront donc du marché. Les prix pourraient encore augmenter si le G7 tente de mettre en œuvre son plan imprudent de plafonnement des prix du pétrole. Les économistes l’ont souligné. Ce plan est anti-marché, imprudent et irrationnel.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 6: Que pense la Russie du désir de l’Iran de rejoindre les BRICS ? Les voisins de l’Iran pourraient-ils également rejoindre le groupe ?

https://www.breizh-info.com/wp-content/uploads/2022/06/BRICS-2022.jpeg.webp


Maria Zakharova : Le 14e sommet des BRICS s’est tenu avec succès les 23 et 24 juin. Il s’est tenu au format BRICS+ dans le cadre du Dialogue de haut niveau sur le développement mondial. Les pays aux marchés émergents ont manifesté leur ferme intention de renforcer leur coopération avec les BRICS. Tous les participants, y compris la Russie, ont apprécié la présence du président iranien à cette réunion

La déclaration finale a défini la politique de renforcement de la coopération des cinq pays avec les pays en développement dans les formats de sensibilisation et BRICS+.

Les discussions sur l’élargissement du groupe se sont intensifiées à l’initiative de la présidence chinoise. Nous soutenons cette idée, comme nous l’avons souligné à de nombreuses reprises. Les BRICS devront maintenant déterminer les modalités du processus, c’est-à-dire coordonner ses principes, critères, normes et procédures pertinentes. Après cela, les cinq pays devront se mettre d’accord sur l’élargissement du groupe, après quoi ils pourront commencer à discuter des candidats potentiels dans le monde en développement.

Quoi qu’il en soit, nous sommes conscients de l’intérêt croissant pour le groupe et ses capacités.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

 

Question 7: Le président américain Joe Biden a entamé une tournée au Moyen-Orient. Le Washington Post avait précédemment écrit que le dirigeant américain prévoyait de profiter de son voyage pour tenter d’élargir le groupe de pays qui soutiendront l’Amérique dans sa confrontation avec la Russie et l’aideront à gagner la compétition avec la Chine. Comment Moscou envisage-t-elle de contrecarrer de tels plans nourris par Washington ?
Le Kremlin a annoncé la visite du président Vladimir Poutine à Téhéran. Peut-on dire que la Russie et l’Iran tentent de former une coalition au Moyen-Orient pour s’opposer à l’Occident ?
https://atalayar.com/sites/default/files/styles/foto_/public/opinion/joe-biden-visita-arabia-saud%C3%AD-oriente-medio.jpg?itok=HW65bhvA La tournée de Joe Biden au Moyen Orient cf/ https://atalayar.com/fr/blog/biden-au-moyen-orient

Maria Zakharova : Nous avons répété à plusieurs reprises que, contrairement à l’Occident, nous ne professons pas l’idéologie « d’être amis contre quelqu’un d’autre ». Nous poursuivons des relations amicales, des partenariats, des alliances basées sur l’égalité et le respect mutuel et servant les intérêts des pays, des peuples et des entreprises participants. Je ne connais aucun exemple où la Russie moderne chercherait l’amitié et l’union avec un pays contre un autre.

Nous nous intéressons à la réalisation des intérêts du peuple. C’est ce que nous faisons. S’il existe un potentiel de coopération économique, pour une plus grande sécurité, pour de meilleurs moyens de contrer les nouveaux défis et menaces, ceux-ci peuvent également être des raisons de se connecter. Mais nous ne cherchons pas à nous rallier à un pays ou à contrarier qui que ce soit. Nous assistons aujourd’hui à un exemple étonnant d’une telle association qui se mobilise contre certains pays. C’est la logique d’un monde centré sur l’OTAN : être amis et faire preuve de solidarité contre quelque chose – pas pour quelque chose. Cette logique n’est pas une réponse naturelle au développement, ni à des projets communs, mais inconsciemment prédéterminée pour s’unir contre quelqu’un d’autre. Nous ne nous sommes jamais intéressés à cette approche. Nous ne l’avons jamais utilisé.

Quant à la tournée du président américain dans la région, je l’ai partiellement commentée. Ce n’est pas encore fini. Nous commenterons par la suite, si nous avons une raison. En ce qui concerne leur confrontation avec la Russie et la Chine, les États-Unis ont également discuté de cette question en dehors du Moyen-Orient. Ils l’ont déclarée comme leur politique mondiale et tendent la main à tout le monde. De plus, ils ont des raisons différentes, mais la méthodologie est la même. Je fais référence à leurs raisons de s’opposer à la Russie et à la Chine ; leurs méthodes et leur boîte à outils sont les mêmes.

Je dirais que le monde, la communauté internationale a clairement montré sa véritable attitude à cet égard au cours des derniers mois. Ce ralliement contre les autres, l’Occident annule la culture et l’intimidation, la concurrence déloyale et l’incapacité à poursuivre des relations normales en raison de la faiblesse de leurs propres systèmes (d’où l’utilisation des méthodes ci-dessus) n’est pas le choix de la plupart des pays de notre planète. Cette opinion a été diffusée sans équivoque dans diverses régions du monde.

La réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 vient d’avoir lieu. L’écrasante majorité des pays étaient en faveur de discuter des problèmes actuels, d’aborder les questions à l’ordre du jour, plutôt que de conclure des accords à huis clos contre quelqu’un simplement parce que les pays qui glorifient cette idéologie ne peuvent pas poursuivre des relations normales, ont oublié la diplomatie (peut-être n’ont-ils pas ont été bons ces dernières années) et ne résistent pas à la concurrence dont eux-mêmes ont tant parlé.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 8:Nous assistons actuellement à un rapprochement substantiel entre Ankara et Erevan. Cette semaine, les dirigeants des deux pays se sont même parlé par téléphone pour la première fois. La partie turque a également suggéré de tenir une réunion régulière à Ankara ou à Erevan pour normaliser les relations avec l’Arménie, abandonnant ainsi les lieux de négociation à Moscou et à Vienne.Que pense la partie russe de ces pourparlers et des efforts des parties pour maintenir des contacts directs ?
https://www.courrier.am/sites/default/files/styles/1700x700/public/1082292.jpg?itok=NEalFbL1  La troisième réunion des représentants spéciaux pour le processus de normalisation entre l’Arménie et la Turquie a eu lieu à Vienne le 3 mai entre le vice-président de l’Assemblée nationale arménienne, Ruben Rubinyan, et l’ambassadeur Serdar Kilic, rapporte le ministère arménien des Affaires étrangères. cf/ https://www.courrier.am/fr/actualite/les-envoyes-speciaux-de-larmenie-et-de-la-turquie-reaffirment-leur-volonte-de-parvenir-une

Maria Zakharova : Pour être franche, nous ne devrions pas nous laisser guider par le concept occidental selon lequel l’histoire n’a commencé que ce matin. L’histoire est quelque chose d’unique parce qu’elle traite du passé. En effet, nous devons le respecter.

Je voudrais rappeler que la Russie soutient invariablement le processus de normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie, lancé à Moscou le 14 janvier 2022, à ce stade et avec la médiation russe. Nous sommes prêts à continuer à soutenir le dialogue arméno-turc et à lui apporter toute l’assistance possible. Nous partons du principe que cela répond aux intérêts de la stabilité régionale et de la prospérité économique.

Je voudrais souligner une fois de plus que la Russie n’a pas facilité la normalisation des relations entre les deux pays pas seulement qu’en  2022

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 9: La Commission européenne a publié ses explications sur les sanctions concernant Kaliningrad. Il a été noté que seul le transport par route de marchandises russes sanctionnées était interdit et que les transits ferroviaires étaient possibles, sous réserve d’un contrôle approprié. Comment vont-ils mettre en œuvre ces mesures ? On pense que les États-Unis déterminent en grande partie la position de Vilnius et exercent une certaine pression sur elle. Nous aimerions entendre votre commentaire : comment la partie russe réagira-t-elle à l’avenir aux actions lituaniennes ?

https://focus.courrierinternational.com/2022/07/04/0/0/1076/827/1280/0/60/0/0047c16_1656945164158-ci-web-kaliningrad.jpg

Maria Zakharova : Nous avons fourni un premier commentaire, publié sur notre site Web. Les experts travaillent maintenant. Si nécessaire, nous commenterons davantage cette question.

Concernant la pression américaine sur la position de Vilnius, il n’a pas fallu attendre l’aggravation actuelle de nos relations avec l’Union européenne sous la forme du transit de Kaliningrad. Cette situation perdure depuis de nombreuses années. En effet, les États-Unis et le Royaume-Uni entretiennent des relations privilégiées avec les pays baltes et la Pologne. Ces pays mettent largement en œuvre la politique, qui leur est imposée par le duo anglo-saxon, plutôt que la leur

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 10: Le gazoduc Nord Stream a été fermé pour maintenance de routine. Auparavant, l’Allemagne craignait que Moscou ne réactive le gazoduc Nord Stream suite aux opérations techniques. Pouvez-vous commenter les perspectives de reprise de l’exploitation du pipeline ? Le pipeline pourra-t-il fonctionner dans son mode habituel, comme avant ?
https://www.usinenouvelle.com/mediatheque/2/3/8/001367832_896x598_c.jpg  L’Arrivée du gazoduc Nord Stream 1 à Lubmin, au nord-est de l’Allemagne, le 20 juillet 2022.CF/https://www.usinenouvelle.com/article/sa-maintenance-achevee-le-gazoduc-nord-stream-1-reprend-du-service-repit-de-courte-duree-pour-l-europe.N2028577

Maria Zakharova : Comme vous l’avez noté, il s’agit d’une maintenance de routine, prévue du 11 au 21 juillet. Je voudrais encore une fois attirer votre attention sur le fait que cette situation n’a pas commencé aujourd’hui ni même au début de 2022. Il s’agit d’une procédure d’entretien annuel de routine pour garantir que le pipeline fonctionne de manière efficace, sûre et fiable. Je précise que le calendrier de ces travaux a été coordonné à l’avance avec les partenaires impliqués dans le transport et les livraisons de gaz. À cet égard, nous considérons que toute spéculation à ce sujet est inappropriée. Nous avons cité les faits pertinents à cette fin.

En ce qui concerne les opérations futures du gazoduc, beaucoup dépendra de nos partenaires, y compris leur demande de gaz et les efforts pour atténuer l’impact négatif des mesures restrictives illégitimes et des sanctions unilatérales sur le fonctionnement du gazoduc. Ce qui s’est passé avec la réparation d’une turbine Siemens au Canada en est un bon exemple.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 11: Les délégations de la Russie, de la Turquie, de l’Ukraine et de l’ONU se sont réunies à Istanbul le 13 juillet pour discuter d’une solution au soi-disant problème des céréales. Que pensez-vous de cette réunion, de son résultat et de la promesse de signer le document final la semaine prochaine ?
https://img.zonebourse.com/reuters/2022-07/2022-07-22T143837Z_1_LYNXMPEI6L0NV_RTROPTP_3_UKRAINE-CRISIS-GRAIN-TURKEY.JPG La Russie et l’Ukraine ont signé vendredi un accord visant à rouvrir les exportations de céréales depuis les ports ukrainiens de la mer Noire, un accord qui, selon le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le président turc Tayyip Erdogan, contribuerait à atténuer la crise alimentaire mondiale.

Maria Zakharova : Une discussion détaillée sur cette question a effectivement eu lieu lors de la réunion quadripartite que vous avez mentionnée. Les parties ont coordonné certains éléments d’accords possibles, dont leurs départements de la défense discutent actuellement dans les capitales de la Russie, de l’Ukraine et de la Turquie. Après cela, les contacts doivent continuer dans un format similaire.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 12: L’Indonésie a accueilli une réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 et, en tant que pays hôte, elle a dû fermer les yeux sur les démarches des pays du G7 envers la délégation russe. Vous faisiez partie de la délégation. Comment cela vous a-t-il semblé? Quelles sont les perspectives du sommet du G20 en novembre ?
https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/AAZkMjH.img?w=534&h=356&m=6 L’Indonésie, pays hôte de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 qui se tient à Bali, a appelé vendredi à redoubler d’efforts pour mettre fin à la guerre en Ukraine.

 

Maria Zakharova : Nous l’avons dit à plusieurs reprises, et je voudrais répéter maintenant que nous sommes reconnaissants à l’Indonésie, en tant que pays hôte, pour l’excellente organisation de l’événement qui s’est tenu au plus haut niveau pour discuter des problèmes mondiaux actuels, de tout ce que le monde est désormais confrontée à la faute des régimes occidentaux.

Nous avons une vision positive des résultats de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 qui s’est tenue les 7 et 8 juillet sous la présidence de l’Indonésie. Les histoires sur le prétendu boycott de la Russie, publiées dans les médias occidentaux, surtout avant l’événement, étaient un mensonge total. Il y avait de tels plans, et les lignes directrices et les points de message ont probablement été envoyés aux médias à l’avance, mais quelque chose a mal tourné. En fait, tout s’est mal passé. La majorité des participants ont refusé de boycotter la Russie et en ont assez des mots boycott, isolement et mesures unilatérales, et pas seulement théoriquement. Le monde est confronté à de nombreuses tâches pratiques, y compris les pays du G20. Le monde doit-il refuser de les voir pour entretenir le sentiment malsain de supériorité d’un certain pays ?

https://www.francetvinfo.fr/pictures/MVJHYOTqxigjki4ZbrWdWvVFiGU/0x68:1023x645/944x531/filters:format(webp)/2022/07/08/php3LWaN9.jpg  Sergueï Lavrov et Retno Marsudi à Bali (Indonésie), le 8 juillet 2022. (DITA ALANGKARA / POOL / AFP)

Les tentatives de présenter la Russie comme un paria responsable de tous les problèmes mondiaux ont échoué, faisant paniquer leurs partisans.

J’ai vu des journalistes occidentaux courir çà et là, essayant de formuler l’idée que, puisque le boycott de la Russie avait échoué, c’était la Russie qui boycottait quelqu’un. Ils ont plus ou moins utilisé un chronomètre pour enregistrer l’heure à laquelle Sergueï Lavrov a quitté la salle, quels entretiens il a tenus et avec qui. Dans le même temps, les journalistes occidentaux ne semblaient pas remarquer que d’autres délégués quittaient également la salle pour tenir des pourparlers en marge de la réunion du G20. Ça avait l’air ridicule et je dirais même grotesque.

Et puis ils ont utilisé les «gros canons»: plusieurs conférences de presse ont eu lieu, notamment par les Américains et Annalena Baerbock, qui ont tenté de revitaliser ce sujet mais n’ont fait que se confondre encore plus sur qui boycottait qui.

https://allnewspress.com/wp-content/uploads/2022/04/Annalena-Baerbock-The-Foreign-Minister-and-her-words-in-the-980x400.jpeg  Annalena Baerbock 2022


Tout s’est passé comme il se doit. Deux jours après l’événement, les médias occidentaux ont dû admettre que la réunion du G20 a prouvé qu’un front anti-russe uni sur la scène internationale n’était pas une réalité objective mais une fantaisie malsaine de l’Occident. Il n’a aucun lien avec la vie, la pratique et la routine quotidienne. Ce n’est qu’une autre tentative des grands médias occidentaux de maintenir un mythe vivant. Ils font de leur mieux pour atteindre cet objectif, forçant en fait les pays et les politiciens à adopter un programme anti-russe et à s’aligner sur leurs décisions. De nombreux pays ont déclaré ouvertement qu’ils subissaient une pression sans précédent. Pendant ce temps, les régimes occidentaux se décrivent comme libéraux et démocratiques et prétendent respecter le droit international. Ils ont essayé d’isoler la Russie et utilisent la force pour poursuivre leur programme. Et ils sont encore plus en colère et paniquent lorsqu’ils ne parviennent pas à atteindre leur objectif.

La contribution active et substantielle de la délégation russe aux discussions et les entretiens bilatéraux très intensifs que Sergueï Lavrov a menés en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 ont prouvé de manière convaincante que l’isolement de Moscou a échoué. C’était un plan ridicule. Pas un seul défi mondial ne peut être relevé efficacement sans la Russie, y compris les questions de stabilité stratégique, de sécurité alimentaire et énergétique. Ce dont nous devons parler maintenant, ce n’est pas seulement de la manière de traiter ces problèmes et de surmonter ces crises, mais aussi de savoir qui les a créées en premier lieu. Les régimes occidentaux ont essayé de faire croire au monde que la Russie était responsable de tout. Mais les capacités mondiales des médias et de la communication ne laissent pas ces fausses nouvelles durer. J’ai lu de nombreuses déclarations de dirigeants étrangers exhortant les régimes occidentaux à mettre fin à cette rhétorique et à de telles actions, qui se multiplient, multipliant les crises qu’ils ont eux-mêmes maintes fois créées.

https://i0.wp.com/yintabstrategyconsults.com/wp-content/uploads/2021/08/download-2.jpg Jeffrey Sachs devrait diriger une coalition de connaissances pour renforcer le pouvoir de réduire, voire d’arrêter, l’exploitation de l’Afrique.CF/ http://yintabstrategyconsults.com/plutot-quun-siege-au-a-un-g-21-jeffrey-sachs-devrait-diriger-une-coalition-de-connaissances-pour-renforcer-le-pouvoir-de-reduire-voire-darreter-lexploitation-de-lafrique/

La position de la Russie a été acceptée et soutenue par les pays à économie émergente. Comme la Russie, nos partenaires de ces pays (selon une simple arithmétique, ils forment la majorité : G20 moins G7 égal 13) ont fourni une évaluation réaliste et équilibrée de la transformation géopolitique en cours et ont ouvertement pointé du doigt le rôle de l’Occident et son échec tenir ses propres promesses, ce qui a accru les turbulences mondiales et les crises dans de nombreux domaines. Les principaux analystes occidentaux ont fait des déclarations impressionnantes à Bali. Par exemple, l’économiste américain et prix Nobel Jeffrey Sachs, qui a été invité à s’adresser aux ministres, a noté que c’était l’Occident collectif qui poursuivait une politique de confrontation basée sur les principes de la guerre froide et créait de nouveaux foyers de tension, c’est-à-dire cause de tous les autres problèmes de l’économie mondiale.

https://www.arabnews.fr/sites/default/files/styles/670x395/public/2022-03/000_32348Z3.jpg?h=0a365b51&itok=aC3O70bT

Nous tenons à souligner le caractère équilibré et étayé de la présidence indonésienne du G20. C’est en grande partie grâce aux efforts de Jakarta que la réunion des 7 et 8 juillet à Bali s’est concentrée sur le traitement des problèmes mondiaux par le biais de mécanismes multilatéraux, avec le G20 comme partie intégrante, malgré les efforts effrénés de nos collègues occidentaux pour utiliser l’Ukraine pour dresser le groupe contre Russie. Nous espérons que la politique sage et équilibrée de la présidence indonésienne permettra au sommet du G20, qui se tiendra les 15 et 16 novembre, de confirmer la nécessité d’agir concrètement dans ce format afin de restaurer la stabilité de l’économie, du commerce et de la finance mondiale . Je suis sûr que les intrigues occidentales continueront. Une approche basée sur des actions concrètes et multilatérales est nécessaire pour satisfaire les besoins fondamentaux de milliards de personnes dans les pays en développement, qui n’ont aucun lien avec les jeux géopolitiques de l’Occident et ne veulent que vivre et survivre.

Pour notre part, nous poursuivrons nos efforts ciblés actifs dans le cadre du G20 visant à encourager une réponse collective aux défis socio-économiques mondiaux.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 13: Selon le service de renseignement extérieur, la Pologne prépare une expansion vers l’ouest de l’Ukraine pour créer un quasi-État sur les terres qu’ils appellent les régions frontalières orientales. Existe-t-il un risque que la Roumanie entame également une expansion ouverte en Moldavie ? Dans un tel cas, la Transnistrie serait inévitablement impliquée. La Russie est-elle prête à relever de tels défis ?

Maria Zakharova : Vous avez commencé par citer la déclaration du service de renseignement extérieur. Il serait bon de travailler avec leurs évaluations dans ce domaine également. Nous les suivrons également avec intérêt.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 14: Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré dans une interview que grâce à Boris Johnson, le Royaume-Uni est désormais au second plan de la politique européenne. Les actions du Premier ministre britannique sortant se sont concentrées sur les relations publiques et l’incitation à la confrontation entre la Russie et l’Europe. Le ministère des Affaires étrangères s’attend-il à ce qu’avec un nouveau Premier ministre, les relations entre la Russie et l’Angleterre s’améliorent et que l’absence du, pour ainsi dire, « bagarreur » Johnson facilite le dialogue entre l’UE, le Royaume-Uni et la Russie ?

Maria Zakharova : Vous attendez-vous à ce que dans un avenir proche, il y ait des relations non pas entre la Russie et le Royaume-Uni, mais entre la Russie et l’Angleterre ? Vous avez un point de vue intéressant. Votre analyse est impressionnante. Vous voyez, les journalistes russes disent que tout est possible. Et ce n’est pas un lapsus.

Il est impossible de nommer une époque où les relations entre le Royaume-Uni et la Russie étaient faciles. Ils traversent actuellement une crise profonde pour des raisons évidentes. L’idéologie du monde anglo-saxon qui se concentre sur sa propre domination, dictant son point de vue et ses valeurs, ainsi que l’approche néocoloniale et les manifestations de l’hégémonie et de l’impérialisme rendent impossible un dialogue normal. Cette approche – à partir d’un centre de pouvoir – n’inclut pas de dialogue. Le monde moderne est construit sur les principes du dialogue, de l’égalité et du respect mutuel des intérêts de chacun.

Une élection aura lieu et le système politique britannique sera réinitialisé. C’est leur problème, leur pays. L’ordre du jour inclura (et c’est une réalité) la semi-désintégration, étant donné les déclarations de nature clairement désintégratrice, plutôt qu’intégrative, qui ont été exprimées et qui sont à l’ordre du jour des régions britanniques depuis de nombreuses années.

Londres fait tout pour conserver une jolie façade. Mais il y a aussi la partie significative de cette histoire. Il est pour le moins absurde de parler de la domination du Royaume-Uni dans le monde étant donné que leurs régions annoncent des référendums d’indépendance ici et là.

Je pense qu’ils devraient décider eux-mêmes de leur cap, avec leurs politiques et voir sur quoi miser à l’avenir, soit la logique agressive d’expansion néo-coloniale (ou pseudo-domination), c’est-à-dire une totale dissociation de la réalité, ou une approche réaliste et pragmatique. C’est à eux de décider.

Nous avons toujours dit ce que nous voulons et sommes prêts à développer des relations normales avec tous les pays dans l’intérêt des peuples. Ce n’est pas à nous de savoir quand Londres comprendra la beauté d’une approche pragmatique.

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

Question 15: Sergueï Lavrov a déclaré lors d’une récente réunion hors site de la Commission du Conseil général du Parti Russie unie sur la coopération internationale et le soutien aux compatriotes à l’étranger à Minsk que « des efforts globaux et à l’échelle du système pour neutraliser et réprimer » des tendances aussi dangereuses que « la propagande d’un nouveau forme de racisme – la russophobie – et autres idées xénophobes » sont particulièrement d’actualité aujourd’hui.
Quelles mesures et étapes concrètes seront prises pour atteindre cet objectif? Quel rôle les organisations de compatriotes joueront-elles dans la lutte contre la xénophobie et la discrimination contre les citoyens russes à l’étranger ?

 

https://image.shutterstock.com/image-illustration/russophobia-word-cloud-260nw-1306621651.jpg

Maria Zakharova : Aujourd’hui, dans le contexte de la montée barbare et sans précédent de la xénophobie, y compris la russophobie, les attaques et menaces agressives, la discrimination à l’encontre des citoyens et compatriotes russes à l’étranger en raison de leur nationalité, de leur langue, de leur citoyenneté et de leurs opinions, des efforts globaux et à l’échelle du système pour protéger leurs droits et leurs intérêts légitimes sont en effet très pertinents. Le ministère russe des Affaires étrangères et les missions étrangères russes sont à l’avant-garde de cet effort. Nous avons considérablement intensifié la coopération avec le Bureau du Commissaire aux droits de l’homme de la Fédération de Russie, la Chambre civique de la Fédération de Russie, Rossotrudnichestvo, et la Fondation pour le soutien et la protection des droits des compatriotes vivant à l’étranger. Nous renforçons la coopération avec les organisations des droits de l’homme et les organisations publiques, en particulier avec l’Association des avocats de Russie et l’Association internationale des avocats russophones.

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/293912749_148574947770490_5471139933398728877_n.jpg?stp=dst-jpg_p180x540&_nc_cat=109&ccb=1-7&_nc_sid=8bfeb9&_nc_ohc=qeDrXTEavuwAX8WoWJt&_nc_ht=scontent-cdt1-1.xx&oh=00_AT_DN7VEkKKnT-vldfqG8Tg2C8whfg7XDQI6o6Vwco9dVQ&oe=62E16DBE

Les missions russes à l’étranger disposent de canaux de communication spéciaux avec les diasporas et les citoyens russes pour pouvoir répondre rapidement à leurs préoccupations. Toutes les informations entrantes sont accumulées et systématisées, et les services de conseil nécessaires sont fournis. Les rapports de discrimination sont envoyés aux organismes internationaux compétents pour qu’ils prennent des mesures, ainsi qu’aux services répressifs russes.

Le bureau du Commissaire aux droits de l’homme, à la démocratie et à l’État de droit du ministère russe des Affaires étrangères publie chaque année des rapports pertinents sur les violations des droits des citoyens et compatriotes russes à l’étranger (le dernier publié le 14 juin 2022) et sur la situation avec la glorification du nazisme, la propagation du néonazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée (22 octobre 2021). En ce moment, une version mise à jour du rapport sur la situation de la glorification du nazisme est en préparation, qui reflétera ces problèmes.

Nous avons noté que nos compatriotes et leurs organes de coordination sont devenus plus actifs à cet égard. Ils sont passés des appels à la bonne volonté à la défense active de leurs propres droits. Ils créent des centres d’aide et de conseil juridiques, des pages juridiques dans les médias et en ligne, et offrent une assistance juridique et pratique à nos concitoyens. La conjugaison des efforts contribuera sans aucun doute à mieux défendre les intérêts et les droits de la communauté russophone. Une diaspora consolidée puissante peut faire beaucoup. Naturellement, nous soutenons de telles initiatives de toutes les manières possibles et fournissons une assistance aux communautés russes. Le fait que les communautés russes abhorrent toute discrimination (par rapport aux Russes ou non) est attesté par les décisions du Conseil mondial de coordination des compatriotes russes qui s’est réuni à Moscou les 16 et 17 juin 2022.

Les participants ont adopté à l’unanimité une déclaration concernant la montée subite de la russophobie et des sentiments anti-russes dans un certain nombre de pays occidentaux, et des attaques agressives contre les droits et les libertés fondamentales de la population russophone.

https://geoconfluences.ens-lyon.fr/images/articles/img-orcier-ukraine/13-europe-vue-de-moscou.jpg

https://us.123rf.com/450wm/butenkow/butenkow1905/butenkow190500119/122595312-drapeau-de-la-russie-illustration-vectorielle-sur-fond-blanc-.jpg?ver=6

https://mid.ru/en/press_service/spokesman/briefings/1822079/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s