4683 – Russie – Rencontre avec le directeur adjoint du Centre Gamaleya Denis Logunov – 21 novembre 2021 -19h45

Vladimir Poutine a été revacciné contre le coronavirus avec Spoutnik Light. Par la suite, le président a rencontré le directeur adjoint du Centre national d’épidémiologie et de microbiologie de Gamaleya – Denis Logunov.

21 novembre 2021 -19h45 – Novo-Ogaryovo, Région de Moscou

Président de la Russie Vladimir Poutine : Monsieur Logunov, tout d’abord, merci d’être venu. Aujourd’hui, sur votre recommandation et celle de vos collègues, j’ai reçu un autre jab, cette fois avec Spoutnik Light. C’est ce qu’on appelle maintenant la revaccination. Et à ce propos – vous et moi ne nous rencontrons pas très souvent, mais régulièrement, mais en fait j’ai des conférences régulières avec la direction de l’institut – nous avons aujourd’hui l’occasion de discuter de tous ces sujets qui préoccupent notre peuple, nos concitoyens.

Vous pouvez partager votre vision de la situation, savoir si la vaccination et la revaccination sont nécessaires, et parler des résultats de l’utilisation de Spoutnik Light en Russie et à l’étranger. Mais tout de même, commençons par la première et principale question :

pourquoi et quand il est nécessaire de vacciner et sur quelle base la décision de revacciner doit être prise.?

Directeur adjoint du Centre national d’épidémiologie et de microbiologie de Gamaleya Denis Logunov : Oui, Monsieur le Président, c’est vraiment la question la plus importante, et, bien sûr, elle n’est pas sortie de nulle part. Le fait est qu’il existe des registres électroniques en Russie, exactement comme les registres d’enregistrement des taux d’infection à l’étranger. Je fais référence à des pays leaders comme les États-Unis, l’Europe et Israël. On peut voir dans ces registres que les taux sont en baisse, aussi bien en Russie qu’à l’étranger. Il ne s’agit pas d’une baisse spectaculaire, mais d’une diminution de l’efficacité des vaccinations six à huit mois après la première injection. Et, naturellement, la première impulsion de tout chercheur et de tout médecin serait de recommander une revaccination avec une autre dose. Il ne s’agit pas d’une innovation nouvelle : cette voie a été utilisée à maintes reprises lors des campagnes de vaccination.

Je peux dire avec certitude que selon nos données et celles étrangères, ainsi que la pratique internationale, nous pouvons voir que l’introduction d’une troisième dose, l’introduction de la revaccination dans la pratique médicale, ramène l’efficacité à son niveau initial, et même plus élevé, parfois : 1,6 ou deux fois plus élevé qu’après la première dose. Je parle du taux d’efficacité. Nous pouvons le voir à partir de l’indice de morbidité. Donc,à la vue de cette approche, la revaccination, fonctionne. et Il a prouvé son efficacité, donc, bien sûr, il a trouvé sa place dans les recommandations des principaux régulateurs mondiaux, ainsi que dans le ministère russe de la Santé.

Vladimir Poutine : Voulez-vous dire que la revaccination est obligatoire après un certain temps après la vaccination, six mois en moyenne ?

Denis Logunov : Oui, c’est exact, six mois et, selon notre pratique recommandée, je pense que la revaccination devrait avoir lieu après six mois dans des conditions épidémiologiques défavorables.

Les conditions défavorables sont déterminées par le Service fédéral de surveillance de la protection et du bien-être des consommateurs et le médecin hygiéniste en chef. Dans des conditions où l’on ne voit plus de pandémie ou de pic épidémique, la vaccination est possible et sera recommandée une fois par an.

Vladimir Poutine : Vous voulez dire maintenant ou plus tard ?

Denis Logunov : Naturellement, cela arrivera plus tard. En ce moment, nous vivons une période défavorable, donc en ce moment nous parlons de six mois.

Vladimir Poutine : Alors la question suivante est – je sais que vous développez également un vaccin par pulvérisation nasale.

Denis Logunov : C’est vrai.

Je voudrais dire que ce n’est pas une nouvelle façon non plus. Nous avons une vaste expérience dans le développement de vaccins, principalement dans notre pays, et en particulier, nous connaissons des exemples tels que le vaccin contre la polio. Nous savons également que les vaccins administrés par voie parentérale, ou injection intramusculaire, sont efficaces, mais ils ont une capacité limitée à induire une immunité contre ce que l’on appelle l’infection percée et la maladie symptomatique. Nous devons administrer l’agent à travers les muqueuses pour induire une immunité barrière.

Lorsqu’il s’agit de COVID-19, l’immunité barrière fait référence à nos organes immunitaires situés dans le nez et le pharynx. Pour induire une immunité barrière, nous avons dû créer un vaccin administré par voie nasale. Par conséquent, nous avons en fait développé un tel agent nasal et nous prévoyons de commencer à l’utiliser dans un proche avenir. Il a juste besoin d’un peu de finalisation, puis il passera aux tests cliniques, et après cela, nous prévoyons certainement de commencer le déploiement du nouveau vaccin.

Ce sera un obstacle supplémentaire. Premièrement, il est pratique pour la vaccination, il est indolore, avec un minimum absolu d’effets secondaires. En plus de cela, nous atteindrons la chose la plus importante – d’abord, la vaccination parentérale primaire induira une immunité systémique, puis l’immunisation intranasale créera une barrière supplémentaire, l’immunité muqueuse dans les voies respiratoires supérieures.

Vladimir Poutine : En parlant d’indolore, on m’a fait une piqûre il y a à peine deux heures, et je ne ressens rien, je me sens normal, tout va bien.

Quant à cet agent nasal, testez-vous toujours son efficacité ? Ou sur quoi travailles-tu exactement ?

Denis Logunov : Monsieur le Président, je dois avouer que c’est une administration hors AMM au fond, comme d’habitude, nous la testons sur nos salariés.

Vladimir Poutine : Ce n’est donc qu’une expérience.

Denis Logunov : Oui.

Vladimir Poutine : Puis-je participer à cette expérience ?

Denis Logunov : Bien sûr, Monsieur le Président.

Vladimir Poutine : D’accord, nous allons discuter des détails…

Denis Logunov : Si vous signez un consentement éclairé, vous pouvez participer.

Vladimir Poutine : D’accord, je vais certainement le signer. Nous pouvons le faire aujourd’hui.

Les gens sont toujours préoccupés par l’efficacité de notre vaccin. Vous avez en fait dirigé le groupe de chercheurs qui a créé Spoutnik V. En fait, vous et vos collègues êtes les créateurs de ce médicament. Plus de 50 millions de personnes ont été vaccinées avec ce vaccin en Russie et bien d’autres, plus de 100 millions ou plus, environ 120 millions de personnes, l’ont reçu dans le monde, dans les pays qui l’ont reconnu et qui l’utilisent. Cela représente des données considérables pour l’analyse. Quels sont ses résultats ?

Denis Logunov : Monsieur le Président, vous avez tout à fait raison, c’est exactement le nombre de doses qui ont été utilisées, tout d’abord grâce aux efforts du Fonds russe d’investissement direct. C’est grâce au RDIF que 71 pays ont enregistré les vaccins Spoutnik V et Spoutnik Light.

À l’heure actuelle, les informations les plus importantes proviennent d’Argentine et nous avons également reçu des données indépendantes de Saint-Marin. Avec l’aide de nos confrères argentins, nous avons établi que l’efficacité de Spoutnik Light y est de 78%, mais la souche Delta n’a pas encore atteint le pays.

On peut donc jauger l’efficacité du vaccin contre la souche Delta sur l’exemple de Saint-Marin, où elle est d’environ 80 %, voire 78 % selon l’ensemble d’analyses, mais on peut affirmer avec confiance qu’elle est d’environ 80 %, et c’est pas l’effet immédiat mais l’efficacité cinq mois plus tard.

Nous pouvons tirer la même conclusion sur la base d’études russes. Nous avons mené principalement des études de cohorte sur la souche Delta parmi le personnel militaire déployé à Moscou et dans la région de Moscou. L’efficacité contre cette souche est de 83%.

Qu’est-ce que ça veut dire? Oui, nous pouvons constater une baisse de 92 à 95 % – le chiffre atteignait 98 % à Bahreïn – mais le vaccin reste néanmoins efficace, et son efficacité est bien supérieure au seuil de 50 % fixé pour les vaccins COVID-19 par le QUI.

Dans le même temps, Monsieur le Président, je voudrais souligner que nous continuons à nous tenir au courant des développements, comme nous en avons discuté avec vous la première fois, et que nous ne sommes pas satisfaits des chiffres et des réalisations, car le virus change en effet, et ce n’est donc pas le moment de devenir complaisant.

Bien sûr, nous avons travaillé sur tous les soi-disant COV, les variantes préoccupantes, telles que traduites de l’anglais. Nous avons examiné toutes les souches vaccinales requises, y compris la souche Delta. De plus, nous avons terminé le développement et même produit un petit lot des deux composants : le premier est basé sur l’Adenovirus Serotype 26, et le second repose sur l’Adenovirus Serotype 5. C’est-à-dire qu’en cas de besoin, si nous découvrons que le vaccin devient, du coup, beaucoup moins efficace, on pourrait bien utiliser ce produit dans le cadre d’essais cliniques sur le vaccin intranasal.

Vladimir Poutine : M. Logunov, quel est le composant que j’ai reçu aujourd’hui ? Était-ce Sputnik Light ou simplement le premier composant ?

Denis Logunov : Vous avez reçu Spoutnik Light. En fait, c’est le premier composant. Laissez-moi expliquer. Dans nos études et observations, nous avons constaté que dans plus de 80% des cas, une seule injection était suffisante pour renforcer l’immunité, rendant le deuxième composant inutile dans la plupart des cas. Certaines personnes ont une réponse immunitaire supprimée, et il existe toutes sortes de conditions qui minent le système immunitaire, et dans ces cas, les personnes doivent recevoir le vaccin Spoutnik V complet. Cependant, s’il n’y a pas de raisons médicales de ce genre, Spoutnik Light est suffisant comme injection de rappel.

Vladimir Poutine : Le jab que j’ai reçu aujourd’hui est-il le même que le premier volet en termes de volume ?

Denis Logunov : Oui, exactement la même chose.

Vladimir Poutine : Monsieur Logunov, la vaccination des enfants est un sujet de préoccupation pour de nombreuses personnes, ce qui est naturel. Avez-vous travaillé sur ce problème ? Si nous recevons un vaccin de ce type, quand cela arrivera-t-il ?

Denis Logunov : Bien sûr, nous y travaillons.

Nous avons terminé les deux premières étapes des essais cliniques, qui ont démontré un haut niveau de tolérance. Tout d’abord, nous avons déterminé la dose qui serait sans danger pour les enfants. Nous avons également découvert que la puissance immunologique moyenne est beaucoup plus élevée chez les enfants que chez les adultes. En tant que tel, nous avons toutes les raisons de croire…

Vladimir Poutine : Qu’entendez-vous par puissance immunologique ? Pouvez-vous expliquer en langage clair ?

Denis Logunov : Je fais référence au nombre d’anticorps dans les échantillons de sang après avoir reçu le jab. Les enfants ont un nombre beaucoup plus élevé que les adultes, tandis que le dosage est plus faible. De plus, les enfants semblent très bien tolérer le vaccin.

Nous avons signalé cela non seulement au ministère de la Santé, mais également au Conseil de surveillance de la sécurité des données, et nous avons un avis d’expert indépendant sur la sécurité de ce vaccin. Pour cette raison, nous attendons…

Vladimir Poutine : Désolé de vous interrompre, mais avez-vous changé quelque chose par rapport à Spoutnik V ou s’agit-il d’une dose plus faible du même vaccin, ajustée pour un poids corporel plus petit ?

Denis Logunov : Vous avez raison. La dose a été ajustée en fonction du poids du patient, en tenant également compte des caractéristiques immunitaires spécifiques à l’âge.

Vladimir Poutine : Donc en gros, vous avez utilisé la même formule ?

Denis Logunov : Absolument la même chose, oui, Monsieur le Président. Rien d’autre n’a changé.

Vladimir Poutine : Donc, en principe, après l’avoir utilisé sur 120, voire 170 millions de personnes, cela suggère que, ajustée au poids du patient, la même formule peut être utilisée sur les enfants.

Denis Logunov : Oui, certainement.

Vladimir Poutine : Je vois. Donc, vous comptez principalement sur la pratique, n’est-ce pas ?

Denis Logunov : Absolument. Nous avons maintenant une vaste expérience et pouvons démontrer la sécurité sur la base non seulement de l’expérience de la Fédération de Russie, mais nous avons également l’opinion d’experts indépendants de médecins argentins et de médecins européens. Ceci, je pense, est très important.

Vladimir Poutine : Oui, c’est vraiment très, très important. Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’une drogue domestique obscure, mais que des experts indépendants des pays qui l’utilisent ont fourni des informations objectives sur son fonctionnement.

Denis Logunov : Plus que cela, ils l’ont publié dans des revues scientifiques indépendantes, sans aucun commentaire ni critique du Centre Gamaleya ou de quiconque de la Fédération de Russie. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une évaluation véritablement indépendante.

Vladimir Poutine : Une autre question importante concerne bien sûr les médicaments potentiels pour le traitement de l’infection à coronavirus.

Denis Logunov : En effet, Monsieur le Président, c’est aussi une question très importante. Parce que nous pouvons garder l’infection sous contrôle, déclarer qu’elle est gérable, seulement si nous n’avons pas seulement les programmes de traitement préventif, mais avons également une option pour les cas où un patient a réellement l’infection – qu’il ait ou non reçu une chimiothérapie , ou avoir une immunodéficience primaire due à certains facteurs génétiques – pour cette partie de la population, nous devons certainement avoir des médicaments, car les vaccins ne pourront pas les protéger suffisamment.

Le Centre Gamaleya travaille sur au moins deux stratégies.

Le premier est celui des anticorps monoclonaux. C’est le même type de médicament qui a été utilisé pour traiter Donald Trump, et son développement est presque terminé. Tout d’abord, nous avons réussi à démontrer lors d’expérimentations sur des animaux transgéniques qu’il peut apporter une protection totale. Les essais cliniques commenceront très prochainement. J’espère que nous obtiendrons l’autorisation en janvier. Et j’espère que dans les trois à cinq prochains mois, le médicament sera approuvé. Le centre Gamaleya n’est que partiellement sous contrôle car cela dépend de la rapidité avec laquelle nous pourrons trouver des volontaires pour l’essai. Néanmoins, dans un avenir prévisible, nous pourrons faire enregistrer ce traitement, conformément au règlement gouvernemental 441 qui traite spécifiquement des médicaments COVID-19.

Un autre domaine de recherche est bien sûr la chimiothérapie utilisant des substances chimiques. Ici, nous en sommes aux premiers stades car le programme de financement est devenu disponible et, essentiellement, la possibilité réelle de découvrir une certaine classe de substances est apparue relativement récemment. Nous avons effectué un premier criblage et identifié les « résultats » parmi les composés (désolé pour le jargon du laboratoire), les principaux composés qui seront améliorés et testés dans d’autres expériences sur les animaux.

Cela demandera plus de temps et je pense que d’ici fin 2022, nous pourrons faire enregistrer ce médicament – ​​à condition évidemment que les tests sur les animaux et les essais cliniques soient concluants.

Vladimir Poutine : Lorsque j’ai reçu mon vaccin il y a environ six mois, ils m’ont dit que je devais m’abstenir de recevoir un autre vaccin (un vaccin contre la grippe, par exemple) car le nombre de vaccins COVID-19 et les données sur leur efficacité étaient encore insuffisants. Donc, on m’a dit d’attendre au moins un mois avant de recevoir un vaccin contre la grippe – ou vice versa, d’abord un vaccin contre la grippe puis, après un mois, un vaccin COVID-19.

Vous avez analysé comment un si grand nombre de personnes – 170 millions en Russie et dans le monde – ont réagi à votre vaccin, Spoutnik V. Pensez-vous, compte tenu de la saison grippale actuelle et de l’incidence élevée des ARVI, que les gens peuvent se faire piquer avec un vaccin après l’autre ou vaut-il mieux attendre un peu ? Après tout, le système immunitaire doit d’abord s’adapter à un seul médicament, n’est-ce pas ?

Denis Logunov : Monsieur le Président, en fait, c’est la question la plus difficile, car elle a de nombreux aspects.

Premièrement, en parlant d’efficacité, nous avons fait des tests et mené des expériences spéciales. Nous administrions deux vaccins – contre le COVID-19 et contre la grippe – simultanément. Dans ce cas, il n’y a que deux scénarios provisoires. Soit les vaccins se bloquent mutuellement à cause de leurs antigènes concurrents, c’est-à-dire qu’ils réduisent réciproquement leur efficacité, soit – et il y a aussi des raisons scientifiques à cela – ils peuvent tous les deux devenir plus efficaces grâce à la décussation et au coup de pouce que le segment auxiliaire de l’immunité donne à chacun pendant la vaccination. Nous avons montré que le vaccin contre la grippe devient beaucoup plus efficace s’il est administré avec le vaccin contre le COVID-19, Spoutnik V. Donc, en ce sens, il n’y a pas de restrictions d’utilisation.

Mais il y a aussi un aspect formel lié à la sécurité. Pour déterminer le degré de sécurité, toutes ces combinaisons doivent être essayées et testées dans des conditions cliniques. Jusqu’à présent, cela n’a pas été fait, car le temps manque toujours pour tester toutes les combinaisons pour tous les vaccins. Mais en ce moment, il suffit d’attendre deux semaines, car, à mon avis, c’est la période pendant laquelle il y a des réactions inflammatoires primaires, qui sont entièrement terminées en deux semaines. Après deux semaines, nous sommes donc garantis contre toute complication et cela ne peut être considéré comme une utilisation concomitante.

D’un autre côté, cependant, nous sommes clairement conscients qu’un vaccin ne fera pas de mal à un autre.

Vladimir Poutine : Mais quand même, quelle est la séquence ? D’abord, vous vous faites piquer contre la grippe et deux semaines plus tard – contre COVID-19. Ou vice versa. Est-ce correct?

Denis Logunov : Tout à fait !

Vladimir Poutine : Merci beaucoup.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/67157

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s