4610 – Chine – Conférences de presse des 8, 11, 12 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 8 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/10/08

Le Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État Li Keqiang participera, le 14 octobre à Guangzhou, à la cérémonie d’ouverture de la 130esession de la Foire d’importation et d’exportation de Chine et du Forum international commercial de la rivière des Perles et y prononcera un discours.

1/36

CCTV: Pourriez-vous fournir des informations sur l’éventuelle réunion entre les Chefs d’État chinois et américain ?

Photo Il s’agit du premier face-à-face entre M. Jake Sullivan (à droite) et M. Yang Jiechi depuis leurs échanges acrimonieux en Alaska en mars. PHOTOS : AFP


Zhao Lijian : Selon l’esprit de l’entretien téléphonique entre les deux Chefs d’État du 10 septembre, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, a rencontré le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan à Zurich, en Suisse. Les deux parties ont eu un échange de vues ample, franc et approfondi sur les relations sino-américaines et des questions internationales et régionales d’intérêt commun.

Lors de leur entretien téléphonique du 10 septembre, les deux Chefs d’État sont convenus de maintenir des contacts réguliers par divers moyens. Pour mettre en œuvre leur consensus, le Directeur Yang Jiechi et le Conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan ont discuté, lors de leur rencontre, d’une visio-conférence entre les deux Chefs d’État avant la fin de l’année.

2

RCI : Quels sont les commentaires de la Chine sur la récente rencontre entre le Directeur Yang Jiechi et le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan ? Comment la Chine envisage-t-elle les relations sino-américaines après la rencontre ?

https://www.chinadailyhk.com/attachments/image/8/52/81/85550_82423/85550_82423_600_338_jpg.jpg le Directeur Yang Jiechi


Zhao Lijian : Cette réunion sino-américaine de haut niveau a été constructive et propice à l’amélioration de la compréhension mutuelle.

Le Directeur Yang Jiechi a indiqué que la bonne gestion ou non par la Chine et les États-Unis de leurs relations mettait en jeu les intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples ainsi que l’avenir et le destin du monde. Une coopération entre la Chine et les États-Unis profitera aux deux pays et au monde, tandis qu’une confrontation entre eux nuira gravement aux deux pays et au monde. La partie américaine doit avoir une compréhension profonde de la nature mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant des relations entre les deux pays, et une compréhension correcte des politiques intérieures et étrangères de la Chine ainsi que de ses intentions stratégiques. La Chine s’oppose à la définition des relations sino-américaines comme étant « concurrentielles ».

La Chine attache de l’importance aux remarques positives récemment faites par le Président Joe Biden sur les relations sino-américaines, et a noté que la partie américaine, comme elle l’avait déclaré, n’avait pas l’intention de contenir le développement de la Chine et ne cherchait pas à engager une « nouvelle guerre froide ».

La partie chinoise espère que la partie américaine adoptera une politique rationnelle et pragmatique à l’égard de la Chine, et suivra ensemble avec la partie chinoise, tout en respectant les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d’autre, la voie du respect mutuel, de la coexistence pacifique et de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et les États-Unis.

Le Directeur Yang Jiechi a présenté la position solennelle de la Chine sur les questions liées à Taiwan, à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet et aux droits de l’homme, ainsi que sur les questions maritimes, demandant aux États-Unis de respecter scrupuleusement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine, et de cesser d’utiliser ces questions pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine.

Les deux parties sont convenues de prendre des actions pour mettre en œuvre l’esprit de l’entretien téléphonique entre les deux Chefs d’État du 10 septembre, de renforcer les échanges stratégiques, de gérer adéquatement les divergences, d’éviter la confrontation et les conflits, de rechercher des avantages mutuels et des résultats gagnant-gagnant, et de travailler ensemble pour remettre les relations sino-américaines sur la bonne voie du développement sain et régulier.

3

AFP : Premièrement, un responsable du Pentagone a déclaré que les forces spéciales américaines entraînaient discrètement des troupes à Taiwan depuis des mois. Quelle est votre réponse à cela ? Deuxièmement, l’Agence centrale du Renseignement (CIA) des États-Unis a annoncé la création d’une unité axée sur la Chine en vue de faire face aux prétendues menaces sécuritaires venant de Beijing. Quelle est votre réponse à cela ?

https://resize-lejdd.lanmedia.fr/f/webp/r/620,310,forcex,center-middle/img/var/europe1/storage/images/lejdd/international/asie/quelle-est-lorigine-des-tensions-entre-taiwan-et-la-chine-4000141/56181064-1-fre-FR/Quelle-est-l-origine-des-tensions-entre-Taiwan-et-la-Chine.jpg

Zhao Lijian : Pour votre première question, le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines. La Chine et les États-Unis ont établi leurs relations diplomatiques sur la base des trois principes, à savoir

  • la rupture des prétendues relations diplomatiques avec Taiwan,
  • l’abolition du traité de défense mutuelle avec Taiwan,
  • et le retrait des forces militaires américaines de Taiwan.

Dans le Communiqué conjoint sur l’établissement des relations diplomatiques Chine-États-Unis, la partie américaine s’est clairement engagée à maintenir des relations culturelles, commerciales et d’autres relations non officielles avec Taiwan. Les États-Unis doivent reconnaître pleinement la nature hautement sensible de la question liée à Taiwan et le caractère sévèrement préjudiciable des questions y relatives, respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, et mettre fin aux ventes d’armes à Taiwan ainsi qu’aux liens militaires avec Taiwan, afin d’éviter de nuire gravement aux relations sino-américaines ainsi qu’à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Concernant votre deuxième question, il s’agit d’un symptôme typique de la mentalité de la guerre froide. L’agence américaine concernée doit traiter le développement de la Chine et les relations sino-américaines de manière objective et raisonnable, et cesser de faire des choses préjudiciables à la confiance mutuelle et à la coopération entre les deux pays ainsi qu’à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement de la Chine.

4

TASS : Selon un communiqué publié par la Marine des États-Unis, son sous-marin à propulsion nucléaire USS Connecticut a été endommagé le 2 octobre après avoir heurté un objet inconnu alors qu’il naviguait en immersion dans les eaux de la région Indo-Pacifique. Selon des médias, l’incident s’est produit dans les eaux de la Mer de Chine méridionale. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

https://s.france24.com/media/display/3d510f5a-199c-11ec-b160-005056a90284/w:1280/p:16x9/000_Hkg10210202.webp

Zhao Lijian : La Chine exprime ses graves préoccupations à l’égard de cet incident. En tant que partie impliquée, les États-Unis doivent clarifier en détail ce qui s’est passé, notamment le lieu exact de l’incident, l’intention de la navigation des États-Unis, les détails de l’incident, l’objet exact que le sous-marin a heurté, et si la collision a provoqué une fuite nucléaire ou endommagé l’environnement marin local.

Je voudrais également souligner trois autres points concernant cet incident.

Premièrement, les États-Unis sèment le trouble en Mer de Chine méridionale depuis longtemps au nom de la « liberté de navigation ». Voilà la cause profonde de cet incident et cela constitue une menace grave et des risques majeurs pour la paix et la stabilité régionales.

Deuxièmement, les États-Unis ont délibérément retardé la publication et procédé à la dissimulation des détails de l’incident. Ils manquent de transparence et de sens des responsabilités. La Chine et les autres pays riverains de la Mer de Chine méridionale ne peuvent s’empêcher de mettre en doute la vérité de l’incident et les intentions des États-Unis.

Troisièmement, cet incident montre également que la récente décision des États-Unis et du Royaume-Uni de mener une coopération en matière de sous-marins à propulsion nucléaire avec l’Australie, État non doté d’armes nucléaires, et de faire proliférer de manière flagrante des sous-marins nucléaires dans la région Asie-Pacifique, conduira inévitablement à créer des risques de prolifération nucléaire, à déclencher une course aux armements, à saper la construction d’une zone dénucléarisée en Asie du Sud-Est et à augmenter considérablement les risques d’un accident nucléaire.

Les États-Unis doivent rejeter leur mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle ainsi que leurs concepts géopolitiques étroits, et mettre un terme à ces pratiques erronées qui compromettent la paix, la stabilité et le développement de la région.

5

Shenzhen TV : Récemment, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les États-Unis, en proposant la « stratégie Indo-Pacifique » et en créant le mécanisme Quad entre les États-Unis, le Japon, l’Inde et l’Australie et le partenariat trilatéral en matière de sécurité entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie (AUKUS), avaient pour but d’affaiblir le modèle de coopération centré sur l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) daté d’il y a des décennies dans la région Asie-Pacifique. Une telle stratégie de traitement de la politique régionale vise ouvertement à contenir la Chine et à saper le système existant. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Le Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a bien raison ! Ses remarques reflètent la préoccupation commune de la grande majorité des pays de la région Asie-Pacifique. Qu’il s’agisse de la « stratégie Indo-Pacifique » des États-Unis, de l’AUKUS ou du Quad, ce sont tous de petits cercles fermés et exclusifs, nettement marqués par la mentalité de la guerre froide et du jeu à somme nulle, qui ont de fortes connotations de sécurité militaire. Ils inciteront à la course aux armements dans la région, aggraveront les tensions et saperont la solidarité et la coopération régionales. De telles pratiques des États-Unis consistant à créer des clans et à cibler une partie tierce vont à l’encontre de l’aspiration générale des pays de la région, celle au développement tiré par le dialogue et la coopération et à la promotion de l’intégration régionale. Elles sont impopulaires et n’aboutiront qu’à une impasse. De nombreux pays de la région ont exprimé, à des degrés divers, leurs doutes et leur opposition à ce sujet.

https://thumbs.dreamstime.com/z/association-de-l-asean-drapeaux-la-communaut%C3%A9-%C3%A9conomique-aec-vectoriel-des-nations-et-adh%C3%A9sion-asie-du-sud-est-collections-168371920.jpg

La structure de coopération régionale centrée sur l’ASEAN est conforme aux besoins traditionnels et réels de l’Asie de l’Est et revêt une grande importance pour la promotion de la solidarité, de la coopération et du développement commun entre les pays de la région. Elle doit être chérie et consolidée. Les pays de la région doivent être très vigilants face à toute tentative de paralyser et d’affaiblir le rôle central de l’ASEAN, et résister ensemble à toute pratique erronée qui viole l’équité et la justice internationales, crée des divisions et provoque la confrontation dans la région.

6

CCTV : Hier, lors de la réunion de la Première Commission chargée des questions de désarmement et de sécurité internationale de l’Assemblée générale des Nations Unies, la Chine et la Russie ont publié une déclaration conjointe des Ministres des Affaires étrangères des deux pays sur le renforcement de la Convention sur les armes biologiques (CABT). Pourriez-vous nous donner plus d’informations sur cette déclaration et sur la position de la Chine ?

https://newsfr.cgtn.com/n/BfJEA-CIA-CAA/BaFDfEA.jpg

Zhao Lijian : Le 7 octobre, lors du débat général de la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies, la partie chinoise a lu, au nom de la Chine et de la Russie, la déclaration conjointe du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sur le renforcement de la CABT.

C’est la première fois que la Chine et la Russie publient une déclaration commune sur cette question. Elle démontre le haut niveau de la coordination stratégique globale Chine-Russie pour une nouvelle ère, ainsi que la forte détermination et l’attitude responsable des deux pays pour sauvegarder la biosécurité mondiale et défendre le multilatéralisme.

La déclaration conjointe réaffirme principalement que la CABT est essentielle en tant que pilier de la paix et de la sécurité internationales et qu’elle doit être pleinement et efficacement mise en œuvre. Des mécanismes multilatéraux de surveillance et de vérification en la matière doivent être établis dès que possible. Elle signale également que les activités biologiques militaires menées par les États-Unis sur et en dehors de leur territoire posent de graves risques pour la sécurité de la Chine, de la Russie ainsi que d’autres pays et régions. Depuis 20 ans, les États-Unis sont le seul pays à s’opposer à l’établissement d’un mécanisme de vérification, ce qui a suscité des doutes croissants au sein de la communauté internationale. La déclaration exhorte les États-Unis à clarifier leurs activités biologiques militaires sur leur territoire et à l’étranger et à cesser de faire obstacle à l’établissement d’un mécanisme de vérification.

Je tiens à souligner que cette position de la Chine et de la Russie témoigne également du large consensus de la communauté internationale. Lors de la réunion récente sur la CABT, plus de 100 pays ont appelé à la reprise des négociations sur un protocole de vérification afin d’établir rapidement un mécanisme de vérification. Cependant, seuls les États-Unis ont continué à y résister en s’opposant obstinément à l’ensemble de la communauté internationale. Cela a suscité un plus grand doute et une plus grave inquiétude de toutes les parties.

https://slideplayer.fr/slide/1300650/3/images/5/4.+La+Convention+sur+les+armes+biologiques+ou+%C3%A0+toxines.jpg

La Convention sur l’interdiction des armes biologiques (CABT), officiellement Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction …/…

La CABT a été ouverte à la signature le 10 avril 1972 et est entrée en vigueur le 26 mars 1975 après que 22 États ont déposé leur instrument de ratification. Elle compte actuellement 180 États parties qui se sont engagés à ne pas développer, produire, stocker ou utiliser des armes biologiques. Cependant, l’efficacité de la Convention reste limitée étant donné qu’elle ne prévoit aucun régime de vérification du respect de ses dispositions, en raison de l’opposition des États-Unis. Cf/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_sur_l%27interdiction_des_armes_biologiques

https://les-yeux-du-monde.fr/wp-content/uploads/2017/05/etats-unis-armes-biologiques-les-yeux-du-monde-768x510.jpeg

La Chine et la Russie continueront à œuvrer avec la communauté internationale pour renforcer le mécanisme de la CABT, obtenir des résultats concrets au cours de la conférence d’examen de la CABT l’année prochaine et améliorer constamment le système de gouvernance de la biosécurité mondiale. La partie américaine doit adopter une attitude responsable et répondre sérieusement aux préoccupations de la communauté internationale afin que la communauté internationale ait confiance dans le respect des obligations de la CABT par les États-Unis en tant qu’État partie.

7

Associated Press du Pakistan : Le 7 octobre, au moins 20 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées dans un puissant tremblement de terre dans la province du Baloutchistan, au Pakistan. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a suivi de près la situation à la suite du tremblement de terre au Pakistan. Nous pleurons les victimes, présentons nos condoléances aux familles endeuillées et exprimons notre sympathie aux blessés. La Chine et le Pakistan ont une belle tradition de soutien mutuel. Nous sommes prêts à fournir une assistance opportune au mieux de nos capacités au Pakistan en fonction de ses besoins.

8

China Daily : Selon des reportages, le 4 octobre, le nouveau parlement éthiopien a tenu sa première réunion, au cours de laquelle le Premier Ministre sortant Abiy Ahmed a été investi pour un nouveau mandat. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

photo le Premier Ministre sortant Abiy Ahmed a été investi pour un nouveau mandat.

Zhao Lijian : La Chine adresse ses félicitations au Premier Ministre Abiy Ahmed pour sa réélection. Nous sommes convaincus que sous la direction du Premier Ministre Abiy Ahmed, l’Éthiopie continuera d’accomplir de nouvelles réalisations dans tous les aspects de l’édification nationale.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/dd/Ethiopia_%28Africa_orthographic_projection%29.svg/1200px-Ethiopia_%28Africa_orthographic_projection%29.svg.png

L’Éthiopie est un partenaire de coopération stratégique global de la Chine en Afrique et un participant important dans la coopération entre la Chine et l’Afrique dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route ». Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’Éthiopie il y a plus de 50 ans, les deux pays ont vu leurs relations maintenir un développement sain, leur confiance politique mutuelle s’approfondir sans cesse et leur coopération dans divers domaines enregistrer des résultats fructueux. La Chine souhaite travailler ensemble avec le nouveau gouvernement éthiopien pour porter les relations bilatérales à de nouveaux niveaux.

9

Beijing Media Network : Récemment, à l’initiative de la Chine et des pays africains, 78 pays ont fait des interventions lors du débat général de la Troisième Commission de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, appelant à accélérer la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Durban (DDPA) et à combattre toutes formes de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : Cette année marque le 20e anniversaire de l’adoption de la DDPA. En raison de l’absence et de l’échec de performance de quelques pays dont les États-Unis, la communauté internationale a encore un long chemin à parcourir pour combattre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée.

Anthony Fauci

Anthony Fauci, le 30 juin 2020. Al Drago / Pool / Reuters


Aux États-Unis où l’on croit que « tous les hommes sont créés égaux », le racisme et la suprématie blanche se propagent toujours aujourd’hui. L’épidémie de COVID-19 a davantage mis en évidence la discrimination raciale systémique contre les minorités ethniques telles que les personnes d’origines africaine, latino-américaine et asiatique aux États-Unis. Le Directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses Anthony Fauci a déclaré en toute franchise que l’inégalité de l’état de santé entre les différents groupes ethniques était un échec de la société américaine dans son ensemble.

Par ailleurs, les brutalités policières et les crimes de haine à l’encontre des minorités ethniques continuent d’être signalés aux États-Unis, et les inégalités sociales auxquelles sont confrontés les groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants et les personnes âgées y sont profondément ancrées. Cela a mis à nu une fois de plus la réalité cachée des soi-disant « égalité » et « liberté » aux États-Unis.

Une poignée de pays, dont les États-Unis, qui sont touchés depuis longtemps par le problème persistant de discrimination raciale systémique, ont tout de même boycotté la Réunion consacrée à la commémoration du 20e anniversaire de l’adoption de la DDPA, et s’en sont absentés.
Tel est un acte irresponsable. Si les États-Unis se soucient vraiment des droits de l’homme et s’engagent à réaliser l’égalité raciale, ils devront remédier à leur propre bilan déplorable en matière de droits de l’homme, et éliminer la discrimination raciale croissante chez eux, plutôt que de rester les bras croisés et de laisser des idées extrémistes telles que la suprématie blanche et la haine contre les minorités ethniques provoquer de nouvelles tragédies.

10

Bloomberg : Selon des reportages, la Représentante américaine au Commerce Katherine Tai s’entretiendra bientôt avec le Vice-Premier Ministre Liu He. Elle devrait souligner les insuffisances de la Chine dans la mise en pratique de l’accord commercial conclu entre l’ancien Président Donald Trump et la Chine. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères sur les efforts de la Chine et des États-Unis dans la reprise des contacts en matière de commerce ? Katherine Tai a également mentionné le « recouplage » économique entre les États-Unis et la Chine. Quels sont votre compréhension et vos points de vue sur ce « recouplage » ?
La représentante américaine au commerce Katherine Tai veut une réforme large du système de règlement de disputes pour mettre un terme à la crise institutionnelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève.

Zhao Lijian : Veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes sur les détails des relations économiques et commerciales sino-américaines. En principe, je voudrais souligner que les relations économiques et commerciales sino-américaines sont par nature mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant, et que personne ne sortira gagnant d’une guerre commerciale. Les problèmes survenus dans les relations économiques et commerciales entre les deux pays doivent être résolus adéquatement dans un esprit de respect mutuel et de consultation sur un pied d’égalité. Nous espérons que la partie américaine travaillera avec la Chine pour promouvoir le développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines.

La formation et le développement des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales sont un résultat de l’effet conjoint des lois du marché et des choix des entreprises. La promotion artificielle de la « délocalisation » et du « découplage » industriels va à l’encontre des lois économiques et de la réalité objective, ne contribuera pas à la résolution des problèmes auxquels les pays sont confrontés eux-mêmes et portera gravement atteinte à la stabilité et à la sécurité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Contrairement au découplage et à la confrontation, la coopération et le dialogue entre la Chine et les États-Unis constituent une forte aspiration de tous les milieux en Chine et aux États-Unis, y compris le secteur d’affaires. Les États-Unis doivent écouter attentivement ces voix et faire davantage de choses favorables au développement sain et régulier des relations économiques et commerciales sino-américaines.

11

AFP : Un sénateur français visitant Taipei a appelé Taiwan un « pays ». Quels sont les commentaires de la Chine sur la visite à Taiwan par la délégation française ?

Photo

le-senateur-alain-richard-a-taipei-le-8-octobre-2021


Zhao Lijian : Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Appeler Taiwan un « pays » viole ouvertement le consensus général de la communauté internationale, dont la France. Les gens comme Alain Richard, soit manquent de respect et de perception les plus fondamentaux à l’égard des normes régissant les relations internationales, soit font du chantage des relations interétatiques motivés par leurs intérêts égoïstes. La Chine exprime sa condamnation énergique et son opposition ferme à cet égard. La partie française doit respecter effectivement et scrupuleusement le principe d’une seule Chine et s’abstenir d’envoyer tout signal erroné aux forces prônant l’« indépendance de Taiwan ».

12

CCTV : Le 7 octobre, les Talibans afghans ont publié une déclaration marquant le 20e anniversaire de l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis. Les Talibans ont déclaré que l’invasion américaine dans l’Afghanistan depuis 20 ans n’avait donné rien d’autre que des victimes et d’innombrables pertes économiques. Ils ont exprimé l’espoir que l’ONU, les pays les plus riches du monde et diverses autres organisations donneraient un coup de main au peuple afghan, mais ne transformeraient pas leur aide en un instrument de pression politique. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://www.rts.ch/2021/05/04/17/16/12174104.image?&w=800&h=450

Zhao Lijian : Il y a 20 ans, les Américains ont envoyé des troupes en Afghanistan au nom de la lutte contre le terrorisme, commençant 20 ans d’intervention et d’occupation militaires de l’Afghanistan, ce qui a sapé la souveraineté et l’indépendance de l’Afghanistan, nui à son développement économique et social, et provoqué une catastrophe humanitaire en Afghanistan. Selon l’évaluation d’universitaires, la guerre de l’Afghanistan a coûté la vie à 250 personnes en moyenne par jour. D’après un rapport du Bureau de l’inspecteur général spécial américain pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar), la guerre de l’Afghanistan a jusqu’à présent fait plus de 100 000 victimes civiles afghanes sous les coups de fusil des troupes américaines, avec des centaines de milliers de blessés et plus de dix millions de réfugiés.

Comme l’Histoire et les faits l’ont prouvé, ce que les États-Unis ont fait en Afghanistan est motivé par leurs intérêts égoïstes, que ce soit le déclenchement de la guerre, le stationnement de leurs troupes et le refus de partir, ainsi que le retrait de leurs troupes d’aujourd’hui malgré tout. Actuellement, alors que le peuple afghan accueille une nouvelle opportunité pour la paix et la reconstruction de son pays, la communauté internationale doit soutenir le peuple afghan pour qu’il prenne en main son propre destin et aider l’Afghanistan à maintenir la stabilité, à prévenir le chaos et à se mettre sur la voie d’un bon développement tout en respectant la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan.

En tant qu’auteur de la question afghane, les États-Unis ont une responsabilité irréfutable dans la paix et la reconstruction de l’Afghanistan, et ils doivent être tenus responsables de ce qu’ils ont fait au cours des 20 dernières années, plutôt que de s’en aller sans se soucier de rien et de rejeter sur la communauté internationale la responsabilité d’aider l’Afghanistan à se reconstruire. Et plus important encore, les États-Unis doivent corriger leurs défauts chroniques qui consistent à s’ingérer militairement et arbitrairement dans d’autres pays et à imposer leur volonté à d’autres pays, afin de ne plus répéter la tragédie des morts et blessés.

13

RIA Novosti : Le Représentant spécial du Président russe pour l’Afghanistan Zamir Kabulov a déclaré que la Russie envisageait d’organiser une réunion internationale sur la question afghane le 20 octobre. La Chine a-t-elle reçu l’invitation ? Et qui sera envoyé pour y participer ?

Représentant spécial du Président russe pour l’Afghanistan Zamir Kabulov

Zhao Lijian : La Chine soutient tous les efforts internationaux qui sont favorables à la promotion de la paix et de la stabilité en Afghanistan et à l’établissement d’un consensus entre toutes les parties. La partie chinoise a déjà reçu l’invitation de la partie russe et est prête à maintenir les échanges et la coordination avec toutes les parties concernées, dont la Russie.

14

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le 6 octobre, le Président de transition de la Guinée Mamady Doumbouya a nommé Mohamed Béavogui comme Premier Ministre de transition. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Mohamed Béavogui,

Map showing Burundi and surrounding countries with international borders, the national capital Bujumbura, major cities, main roads, and airports.

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les progrès importants récemment réalisés par les différentes parties en Guinée pour faire avancer le processus de transition politique nationale. La Chine espère que les parties concernées en Guinée continueront d’adhérer au dialogue et à la consultation et s’efforceront de maintenir l’intérêt général de la stabilité et du développement du pays avec le soutien des organisations régionales et internationales. La Chine et la Guinée entretiennent une amitié traditionnelle. La Chine est disposée à travailler avec la Guinée pour promouvoir le développement continu des relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.

15

Phoenix TV : Le Président américain Joe Biden a déclaré il y a quelques jours qu’il avait évoqué la question de Taiwan lors de l’entretien téléphonique avec le Président Xi Jinping, et que les deux parties avaient convenu de respecter les accords pertinents liés à la question de Taiwan. La Chine peut-elle confirmer si cela faisait partie de l’entretien téléphonique entre les deux parties ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question de Taiwan est constante et claire. Le principe d’une seule Chine est le fondement politique des relations sino-américaines. Sur la question de Taiwan, les États-Unis ont pris des engagements clairs envers la Chine. Lors de son entretien téléphonique avec le Président Xi Jinping, le Président Joe Biden a clairement indiqué que les États-Unis n’avaient jamais eu l’intention de changer la politique d’une seule Chine.

Nous exhortons les États-Unis à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à traduire les engagements concernés en actions concrètes, à traiter prudemment et adéquatement les questions liées à Taiwan et à s’abstenir d’envoyer tout signal erroné aux forces sécessionnistes prônant l’« indépendance de Taiwan » afin d’éviter de graves dommages aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Le 6 octobre, lors de sa rencontre avec le Conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan à Zurich en Suisse, le Directeur Yang Jiechi a une fois de plus présenté la position solennelle de la Chine sur les questions liées à Taiwan, demandant à la partie américaine de respecter effectivement la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine, de se conformer scrupuleusement au principe d’une seule Chine et aux dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains et de cesser d’utiliser les questions liées à Taiwan pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine. La partie américaine a exprimé son adhésion à la politique d’une seule Chine.

16

NHK : Première question, le 10 octobre, les autorités de Tsai Ing-wen vont organiser un exercice militaire. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? Deuxième question, ce mois-ci, des avions militaires de la partie continentale de la Chine sont entrés de manière intensive dans la soi-disant « zone d’identification de défense aérienne » des autorités taiwanaises. Quel est le but de cela ?

Zhao Lijian : Aucune de vos questions ne relève des affaires étrangères. Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

17

Kyodo News : Le Premier Ministre japonais Fumio Kishida a prononcé son premier discours politique le 8 octobre, déclarant que la construction des relations stables entre le Japon et la Chine est importante, que le Japon exhorte vivement la Chine à prendre des mesures responsables, et que le Japon est prêt à maintenir le dialogue avec la Chine et à travailler avec elle pour répondre aux problèmes communs. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Premier Ministre japonais Fumio Kishida

Zhao Lijian : La Chine et le Japon sont des voisins proches et des partenaires importants. En tant que pays importants de la région, ils partagent de larges intérêts communs et un grand potentiel de coopération. Nous espérons que la partie japonaise ira dans le même sens que la Chine, respectera scrupuleusement les principes énoncés dans les quatre documents politiques entre la Chine et le Japon, suivra l’esprit dit « créer un bel avenir en s’inspirant de l’histoire », intensifiera le dialogue et les échanges et renforcera la confiance mutuelle et la coopération, afin de promouvoir conjointement un développement sain et régulier des relations sino-japonaises dans la bonne direction.

18

Bloomberg : Concernant l’éventuel sommet entre le Président Joe Biden et le Président Xi Jinping, vous venez de dire qu’il pourra avoir lieu avant la fin de l’année. Avez-vous plus de détails sur ce sommet à fournir, notamment la date précise, le format et les thèmes de discussion ?

Zhao Lijian : Je viens de présenter très clairement la position de la Chine, et je n’ai pas d’autres informations à vous fournir pour le moment.

19

Reuters : Le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a dit espérer que la Chine prendra des mesures responsables pour faire face à l’impact potentiel de la crise du groupe chinois Evergrande. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai remarqué les reportages concernés. Sur la question spécifique que vous avez mentionnée, veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes. Je tiens à souligner que la Chine adopte toujours une politique macro-économique responsable et s’engage à promouvoir un développement de haute qualité. Ces dernières années, l’économie chinoise est devenue un stabilisateur et un moteur important de la croissance économique mondiale, et son taux de contribution à la croissance économique mondiale s’est élevé autour de 30 % depuis des années consécutives.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1913637.shtml

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 11 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/10/11

Premièrement, l’Italie, pays qui assume la présidence du G20, prévoit de tenir un sommet extraordinaire du G20 sur la question de l’Afghanistan par liaison vidéo le 12 octobre. Le Représentant spécial du Président Xi Jinping, Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y participera.

Deuxièmement, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera par liaison vidéo, le 12 octobre depuis Beijing, à la sixième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA).

La réunion est placée sous le thème «Sécurité et développement durable en Asie dans l’ère post-COVID-19 ».

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et les chefs de délégation de toutes les parties participantes y échangeront leurs points de vue de manière approfondie sur des questions telles que la situation internationale et régionale actuelle, la coopération pour faire face aux divers menaces et défis sécuritaires, le développement économique dans l’ère post-COVID-19 et la coopération de la CICA dans divers domaines.

20

CCTV : Le 8 octobre, la 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté la résolution sur « les effets négatifs de l’héritage du colonialisme sur l’exercice effectif des droits de l’homme » soumise par la Chine. Pourriez-vous présenter les informations concernées ?

Photo la 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies


Zhao Lijian : Le 8 octobre, la 48e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté la résolution sur « les effets négatifs de l’héritage du colonialisme sur l’exercice effectif des droits de l’homme » soumise par la Chine. Selon la résolution, l’héritage du colonialisme, dans toutes ses manifestations, telles que l’exploitation économique, les inégalités au sein des États et entre eux, le racisme systémique, les violations des droits des peuples autochtones, les formes contemporaines d’esclavage et les atteintes au patrimoine cultuel, a des effets négatifs sur les droits de l’homme.

La résolution souligne l’importance d’éliminer toute forme de colonialisme et de s’attaquer aux effets négatifs de l’héritage du colonialisme sur les droits de l’homme.

Les représentants de la Russie, du Pakistan, des Philippines, de l’Érythrée, du Venezuela, de Cuba, de la Bolivie et d’autres pays ont salué le projet de résolution soumis par la Chine dans leurs déclarations, indiquant que le colonialisme nie les droits de l’homme fondamentaux, viole la Charte des Nations Unies, et entrave la paix et le développement du monde, et que le Conseil des droits de l’homme devrait travailler sur l’héritage du colonialisme.

À l’heure actuelle, l’héritage du colonialisme sous diverses formes affecte toujours la paix et le développement du monde, et a des impacts négatifs graves sur l’exercice des droits de l’homme.

Le Conseil des droits de l’homme, en tant qu’organe de l’ONU chargé de promouvoir et de protéger les droits de l’homme, doit prêter une attention à cette question et en discuter. Et les pays concernés doivent mettre en œuvre effectivement les exigences de la résolution, prendre des mesures pour éliminer les effets négatifs de l’héritage du colonialisme, promouvoir et protéger les droits de l’homme dans leurs propres pays et favoriser le développement sain de la cause internationale des droits de l’homme

.

22

Global Times : Nous avons appris que la partie principale de la 76e session de la Cinquième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies s’était ouverte récemment. L’Ambassadeur Zhang Jun, Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, a dit lors de la réunion que la Chine s’était acquittée entièrement de sa quote-part pour les missions de maintien de la paix des Nations Unies. Pourriez-vous présenter les informations concernées ?

L’Ambassadeur Zhang Jun

Zhao Lijian : Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies. La conviction de la Chine de défendre le système international centré sur les Nations Unies et de soutenir le rôle important joué par les Nations Unies dans les affaires internationales reste inchangée.

Le mois dernier, le Président Xi Jinping a participé par liaison vidéo au débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies et a prononcé un discours important, ce qui a envoyé un signal clair du soutien chinois aux Nations Unies dans leur rôle central dans les affaires internationales et a pleinement démontré l’attention et le soutien accordés par la Chine au travail des Nations Unies.

En tant que plus grand pays en développement, membre permanent du Conseil de Sécurité et deuxième contributeur au budget ordinaire des Nations Unies et au budget de leurs opérations de maintien de la paix, la Chine, avec un fort sens des responsabilités, a payé en temps opportun sa part du budget des Nations Unies et ses quotes-parts, et a sérieusement rempli ses obligations financières envers les Nations Unies. Récemment, la Chine a payé entièrement ses contributions pour les opérations de maintien de la paix mandatées par le Conseil de Sécurité jusqu’à la fin de l’année. Nos actions concrètes pour pratiquer le multi-latéralisme ont témoigné de notre soutien aux Nations Unies.

Sauvegarder le rôle des Nations Unies exige que tous les États membres fassent preuve de sens des responsabilités et remplissent leurs obligations. Les grands pays doivent particulièrement montrer l’exemple à ces égards.

La finance est la base et un pilier important pour la gouvernance des Nations Unies. L’une des raisons principales de la situation financière préoccupante des Nations Unies à l’heure actuelle est les contributions arriérées de certains membres pour le budget et les quotes-parts des opérations de maintien de la paix.

Le multilatéralisme se réalise par des actions concrètes, mais pas par des mots. Les pays concernés doivent payer leurs contributions entièrement, à temps et sans conditions pour que les Nations Unies puissent mener à bien leur travail. Cela constitue une action concrète pour honorer leur engagement en faveur du multilatéralisme.

23

Macao Monthly : Selon des reportages, l’ancien Premier Ministre australien Tony Abbott a récemment effectué une visite à Taiwan, lors de laquelle il a fait des remarques inappropriées sur la Chine à plusieurs reprises. Quels sont les commentaires de la Chine ?

PHOTO l’ancien Premier Ministre australien Tony Abbott


Zhao Lijian : Adhérer au principe d’une seule Chine est une norme universellement reconnue régissant les relations internationales, et aussi une condition préalable et un fondement politique pour la Chine de développer des relations d’amitié avec les autres pays. Les actes concernés du politicien australien ont gravement violé le principe d’une seule Chine et ont envoyé un signal gravement erroné à l’extérieur. La Chine s’y oppose fermement et a fait des représentations solennelles auprès de la partie australienne.

Les remarques du politicien australien sont extrêmement absurdes et ont totalement confondu le blanc et le noir. De telles remarques, motivées par des intérêts politiques égoïstes et visant à inciter à la confrontation et à faire du tapage autour de la « théorie de la menace chinoise », s’ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine et calomnient arbitrairement la Chine. Elles sont hautement immorales et irresponsables et n’ont point de soutien populaire.

Nous exhortons certains individus de la partie australienne à renoncer à la mentalité de la guerre froide et aux préjugés idéologiques, à respecter les faits fondamentaux, à traiter la Chine et le développement de la Chine de façon objective et rationnelle et à cesser de faire des remarques irresponsables.

24

Beijing Media Network : Le 8 octobre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les États-Unis ne se cachaient pas lorsqu’il s’agissait de semer la discorde entre l’Europe et la Russie sur la question du gaz, et qu’il fallait éviter de politiser l’approvisionnement en gaz, sinon la Russie et l’Europe en pâtiraient toutes les deux. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Il est bien connu de tous que le projet du gazoduc Nord Stream 2 témoigne de la complémentarité énergétique entre la Russie et l’Europe, et contribue à résoudre la crise énergétique en Europe.

Pour servir leurs propres intérêts géopolitiques, les États-Unis monopolisent le marché européen de l’énergie et utilisent divers moyens pour perturber et entraver les projets concernés, sapant ainsi les intérêts de la Russie et de l’Europe ainsi que leur coopération. Cela est totalement impopulaire. Les États-Unis ont l’habitude de politiser toutes sortes de questions afin de satisfaire leurs intérêts égoïstes, et ils sont prêts à faire du mal aux autres sans discernement, y compris leurs alliés et partenaires.

Cela nous fait penser à ce qu’il y a peu, les États-Unis se sont associés au Royaume-Uni et à l’Australie pour former un soi-disant partenariat trilatéral en matière de sécurité, et ont incité l’Australie à abandonner son projet de coopération en matière de sous-marins avec la France qui avait déjà commencé.
Cela a été décrit comme « un coup de poignard dans le dos » par la partie européenne. Nous sommes convaincus que davantage de pays dessilleront les yeux et travailleront ensemble pour résister à l’approche hégémonique des États-Unis caractérisée par la politisation, la suprématie et la poursuite d’intérêts personnels au détriment des autres.

25

Phoenix TV : Selon des reportages, les États-Unis ont récemment déclaré avoir fourni plus de vaccins dans le monde que tous les autres pays réunis, et que, contrairement à la Chine, à la Russie et à d’autres pays, ils ne demandaient rien en retour. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/original/public/media/2021/03/24/file7f1x8vnhvm11gs0n7fji.jpg?itok=iJEP5ZOc

Zhao Lijian : La Chine est toujours d’avis que le vaccin, en tant qu’arme puissante pour vaincre le virus, doit profiter au plus grand nombre de personnes possible dans le monde en tant que bien public mondial. C’est ce que nous avons dit et ce que nous avons fait. Jusqu’à présent, la Chine a fourni plus de 1,4 milliard de doses de vaccins à plus de 100 pays et organisations internationales, et intensifiera ses efforts pour fournir un total de 2 milliards de doses de vaccins au monde cette année. En plus du don de 100 millions de dollars américains à la Facilité COVAX, la Chine fera don de 100 millions de doses de vaccins à des pays en développement au cours de l’année.

https://www.euractiv.fr/wp-content/uploads/sites/3/2021/02/FR-Les-Capitales-Header-8-800x450.png

Dans le même temps, nous pensons que la lutte contre la pandémie est une responsabilité partagée de tous les pays. Les grands pays en termes de recherche, de développement et de production de vaccins, en particulier les pays développés concernés, doivent prendre des actions concrètes pour honorer leurs engagements d’aide en matière de vaccins, afin d’améliorer l’accessibilité et l’abordabilité des vaccins contre la COVID-19 dans les pays en développement. Il s’agit là d’une manifestation importante de leur sens des responsabilités en tant que grands pays.

Quant aux remarques concernées de la partie américaine, je veux juste dire que les vaccins, qui sont utilisés pour prévenir et enrayer la pandémie et sauver des vies, ne doivent pas être transformés en outil de propagande politique ou être utilisés comme un outil pour rechercher des gains politiques égoïstes. Nous espérons que les États-Unis pourront tenir leur promesse d’aide en matière de vaccins dans les meilleurs délais, au lieu de continuer d’offrir « un festin de Barmécide » aux pays en développement.

26

China News Service : Quelles sont les attentes de la Chine pour la sixième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la CICA qui se tiendra demain ?

la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA)

Le 12 octobre 2021, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a participé par liaison vidéo à la sixième réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA) et y a prononcé un discours intitulé Faire valoir les avantages de la coopération de la CICA et construire une communauté d’avenir partagé de l’Asie.

https://i.ytimg.com/vi/J79Igj6JBw8/mqdefault.jpg

Zhao Lijian : La CICA est un mécanisme important de dialogue et de coopération en matière de sécurité régionale. Depuis sa création il y a 29 ans, la CICA a suivi le courant de l’époque marqué par la paix et le développement et s’est engagée à renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre les différents pays, apportant une contribution agissante à la promotion de la paix et du développement en Asie.

Dans le contexte de changements et d’une épidémie jamais vus depuis un siècle, les pays de la région sont généralement confrontés à la tâche urgente de maintenir la sécurité et la stabilité et de promouvoir la reprise économique.

Pour cette réunion des Ministres des Affaires étrangères de la CICA, la Chine espère que toutes les parties

  • mettront pleinement en valeur la plateforme qu’est la CICA,
  • renforceront le dialogue et les échanges,
  • continueront de pratiquer le concept de sécurité commune, globale, coopérative et durable,
  • travailleront ensemble pour relever diverses sortes de risques et de défis,
  • pratiqueront le véritable multilatéralisme,
  • promouvront la relance économique et sociale de tous les pays,
  • dégageront davantage de consensus sur le maintien de la sécurité régionale et la promotion du développement commun,
  • et apporteront une nouvelle contribution à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

27

AFP : Concernant le 13e cycle des pourparlers au niveau des commandants de corps d’armée entre la Chine et l’Inde, la partie chinoise a déclaré que la partie indienne insistait sur des demandes déraisonnables. Quelles sont les demandes indiennes spécifiques que la Chine considère comme déraisonnables ?

Zhao Lijian : Le porte-parole du Commandement du Théâtre Ouest de l’Armée populaire de Libération (APL) de la Chine a déjà fait une déclaration sur le 13e cycle des pourparlers au niveau des commandants de corps d’armée entre la Chine et l’Inde. Si vous avez des questions spécifiques, veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

28

Prasar Bharati : Sur le 13e cycle des pourparlers au niveau des commandants de corps d’armée entre la Chine et l’Inde, selon une déclaration publiée par l’armée indienne, la partie indienne a proposé une solution aux problèmes résiduels, mais la partie chinoise n’était pas d’accord et ne pouvait fournir aucune proposition pour l’avenir. Quelle est la réponse du Ministère des Affaires étrangères à cet égard ? La partie indienne a déclaré que la partie chinoise avait tenté de violer l’accord bilatéral et de changer unilatéralement la situation établie depuis l’année dernière, d’où est née la nouvelle situation actuelle. L’intention de la partie chinoise est-elle de maintenir cette situation actuelle ?

india-china-border-dipute-13-round.


Zhao Lijian : Comme je l’ai dit tout à l’heure, le porte-parole du Commandement du Théâtre Ouest de l’APL a déjà fait une déclaration à ce sujet, clarifiant les faits concernés et la position de la Chine. La déclaration concernée de la partie indienne n’a aucun fondement factuel. Lors du 13e cycle des pourparlers Chine-Inde au niveau des commandants de corps d’armée, en prenant en compte le maintien de l’intérêt général des relations entre les deux pays et les deux armées, la partie chinoise a déployé d’énormes efforts pour promouvoir l’assouplissement et l’apaisement des tensions frontalières et a pleinement fait preuve de sincérité.

Mais la partie indienne s’est obstinée dans ses demandes déraisonnables et irréalistes, rendant les pourparlers plus difficiles.

La détermination et la volonté de la Chine de sauvegarder sa souveraineté sont fermes et inébranlables. Nous espérerons que la partie indienne ne fera pas d’appréciation erronée des circonstances, chérira la situation actuelle durement acquise dans les zones frontalières sino-indiennes, respectera scrupuleusement les accords et les consensus concernés entre les deux pays et les deux armées, montrera effectivement sa sincérité et prendra des actions pour maintenir, ensemble avec la Chine, la paix et la tranquillité dans les zones frontalières.

29

The Paper : Récemment, l’expert militaire russe Ivan Konovalov a fait des commentaires sur laccident de collision d’un sous-marin nucléaire américain du 2 octobre, déclarant que les navires et sous-marins déployés par les États-Unis dans la région Asie-Pacifique sont fréquemment entrés en collision avec divers objets et navires civils et ont fait des morts et blessés, et que leur professionnalisme fait l’objet de critiques répétées. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://www.agasm.fr/wp-content/uploads/2020/12/2020-12-02-16_02_11-US-Navy-Ohio-Class-Submarine-Cutaway-1-770x410.jpg.webp-Image-WEBP-770-%C3%97-410-p.jpg

Zhao Lijian : Nous avons pris note des préoccupations exprimées par la personnalité de la partie russe. Auparavant, la Chine a également exprimé sa grave préoccupation à l’égard de cet accident de collision.

Après cet incident, il a fallu cinq jours aux États-Unis pour publier une vague déclaration. Une telle attitude irresponsable, dilatoire et obscure a amené davantage la communauté internationale à mettre en cause les intentions des États-Unis et les détails de l’accident. Il incombe aux États-Unis d’expliquer les détails de l’accident et d’expliquer clairement les questions suivantes :
  • Premièrement, où s’est produit exactement l’accident du sous-marin nucléaire américain ?

  • Deuxièmement, l’accident a-t-il provoqué une fuite nucléaire et endommagé l’environnement marin ?

  • Troisièmement, l’accident affectera-t-il la sécurité de la navigation et des opérations de pêche dans la zone maritime où il s’est produit ?

Les États-Unis doivent adopter une attitude responsable et faire un compte rendu détaillé de l’accident sans tarder, afin de donner une explication satisfaisante à la communauté internationale et aux pays de la région.

30

Bloomberg : Selon le compte de réseaux sociaux géré par Beijing Daily, un fonctionnaire de la ville de Bijie, dans la province du Guizhou, a été mis à l’honneur par les responsables de la sécurité nationale pour avoir signalé des « interviews illégales » faites par un média étranger. Le Ministère des Affaires étrangères pourrait-il donner plus de détails concernés ?

Zhao Lijian : Je ne suis pas au courant de la situation que vous avez mentionnée, veuillez vous renseigner auprès des départements compétents. En fait, nous nous renseignons également sur cette situation auprès des départements compétents.

Je tiens à souligner que la Chine s’engage toujours à faciliter et à aider les journalistes étrangers dans leur travail en Chine conformément à la loi et aux règlements, mais s’oppose fermement aux préjugés idéologiques contre la Chine, aux actes violant la déontologie et la moralité du journalisme professionnel, et à la fabrication de fausses nouvelles et de fausses informations au nom de la soi-disant liberté de la presse pour calomnier et attaquer la Chine.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1914149.shtml

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458

Conférence de presse du 12 octobre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021/10/12

31

CCTV : Le Président Xi Jinping vient de participer, par liaison vidéo, au sommet des dirigeants de la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique (CDB), et y a prononcé un discours important, dans lequel il a appelé la communauté internationale à renforcer la coopération et à bâtir un avenir partagé pour toutes les vies sur la Terre. Pourriez-vous présenter davantage d’informations ?

Zhao Lijian : Cet après-midi, le Président Xi Jinping a participé, par liaison vidéo, au sommet des dirigeants de la COP15, tenu à Kunming, dans la province du Yunnan, et y a prononcé un discours important, démontrant l’attitude et le sens des responsabilités de la Chine en tant que pays hôte et grand pays. Il a fixé le cap et les objectifs pour la gouvernance mondiale de la biodiversité à l’avenir. Son discours a été hautement apprécié et a eu des répercussions chaleureuses au sein de la communauté internationale.

Actuellement, l’extinction des espèces ne cesse de s’accélérer dans le monde entier. La perte de la biodiversité et la dégradation des écosystèmes représentent un risque majeur pour l’existence et le développement de l’humanité. Dans le contexte de la propagation continue de la pandémie de COVID-19, comment parvenir à une relance verte et à un développement durable est une question majeure pour tous les pays.

Lors du sommet, le Président Xi Jinping a expliqué avec une grande largeur de vue quel type d’avenir partagé pour toutes les vies sur la Terre nous devrons construire, question marquant notre époque. Il a proposé la construction de la Terre, le foyer commun, caractérisée par la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, le progrès coordonné de l’économie et de l’environnement et le développement commun de tous les pays, et a fixé un objectif ambitieux pour la préservation de la biodiversité mondiale à l’avenir.

Le Président Xi Jinping a également donné sa réponse à la question de savoir comment bâtir un avenir partagé pour toutes les vies sur la Terre. Il a appelé à prendre le développement de la civilisation écologique comme guide pour coordonner la relation entre l’homme et la nature, à prendre la transition verte comme moteur pour faciliter le développement durable mondial, à concentrer les efforts sur l’amélioration du bien-être des peuples pour promouvoir l’équité et la justice sociales, et à prendre le droit international comme base pour défendre un système de gouvernance mondiale juste et raisonnable. Toutes ces initiatives ont tracé la voie à suivre et ont apporté la sagesse et la solution de la Chine pour la gouvernance mondiale de la biodiversité.

https://i1.wp.com/french.beijingreview.com.cn/Chine/202110/W020211012700451928254.jpg

Comme le dit le Président Xi Jinping, tant que nous poursuivrons avec persévérance, un avenir radieux nous attendra. La Chine est prête à travailler avec toutes les parties pour prendre la COP15 à Kunming comme un nouveau point de départ, adopter des actions concrètes et bâtir ensemble un avenir partagé pour toutes les vies sur la Terre.

32

Global Times : Récemment, des réseaux sociaux étrangers ont révélé ce qui semblait être les frais et les proportions de partage pour les « témoins » du soi-disant « Tribunal ouïgour ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://img.over-blog-kiwi.com/1/44/95/69/20190322/ob_368c91_chine-region-ouighoure.jpg

Zhao Lijian : J’ai noté les reportages concernés qui montrent également que parmi les dépenses totales de 100 700 livres sterling, la plus grande partie, soit 43 000 livres sterling, a été versée à un « témoin anonyme » portant le nom de famille Wang. Cet homme, qui se pose en « ancien policier qui a été envoyé au Xinjiang pour enquêter sur les activités séparatistes en 2018 » a diffusé un grand nombre de fausses informations liées au Xinjiang.

Cependant, c’est la même personne qui a changé son identité dans le reportage de CNN sous le nom de famille Jiang. Même la chaîne CNN elle-même a admis qu’elle « ne pouvait pas vérifier unilatéralement sa déclaration ». Hier, lors de la 57e conférence de presse sur les questions liées au Xinjiang organisée par la région autonome ouïgoure du Xinjiang, un porte-parole du gouvernement populaire de la région autonome a déclaré en toute franchise que les propos de cette personne qui vient d’être mentionnée ne pouvaient être plus faux.

La partie chinoise a souligné à plusieurs reprises que le soi-disant « Tribunal ouïgour » était financé par le Congrès mondial des Ouïgours, une organisation violente, terroriste et séparatiste, et servait d’outil utilisé par un petit groupe d’éléments anti-chinois pour tromper le public. Il n’a aucune qualification juridique ni aucune crédibilité. Si le reportage que vous avez mentionné est vrai, cela prouvera une fois de plus que le soi-disant « Tribunal ouïgour » est purement et simplement une « machine à fabriquer des mensonges ». Ce groupe d’éléments antichinois n’a pas hésité à dépenser de l’argent pour recruter des menteurs et acheter des mensonges, ce qui indique qu’ils épuisent tous les moyens pour perturber le Xinjiang et salir la Chine.

Les mensonges, même répétés mille fois, restent des mensonges. Ayant déployé tous leurs efforts et épuisé toutes les tactiques, ces clowns n’ont vu que cette farce attirer peu de public et les mensonges recevoir peu de réponses. Cela prouve suffisamment que la communauté internationale ne croit plus aux fausses informations qu’ils diffusent, et qu’elle a même commencé à les détester. Le développement du Xinjiang de la Chine ne fera que s’améliorer, et les appels au sein de la communauté internationale à une perception objective et juste de la politique chinoise de gouvernance au Xinjiang deviendront encore plus nombreux.

33

Agence de presse Xinhua : Récemment, un certain politicien de Taiwan a « soumis des articles » à plusieurs reprises à des médias étrangers, dans lesquels il a déformé délibérément la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies, affirmant que cette résolution « n’a pas déterminé le droit de représentation de Taiwan, et n’a même pas mentionné Taiwan ». Ce politicien a même prétendu à tort qu’il est inapproprié de citer cette résolution pour empêcher Taiwan de rejoindre les Nations Unies et que « la participation de Taiwan aux Nations Unies est une attente commune de tout son peuple ». Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

https://resize-lejdd.lanmedia.fr/f/webp/r/620,310,forcex,center-middle/img/var/europe1/storage/images/lejdd/international/asie/quelle-est-lorigine-des-tensions-entre-taiwan-et-la-chine-4000141/56181064-1-fre-FR/Quelle-est-l-origine-des-tensions-entre-Taiwan-et-la-Chine.jpg

Zhao Lijian : Les remarques faites par ce politicien de Taiwan sont totalement injustifiées. Sur les questions liées à Taiwan dans l’Assemblée générale des Nations Unies, la Chine a exposé maintes fois sa position. Je tiens à souligner les points suivants :

Premièrement, il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et Taiwan fait partie inaliénable du territoire chinois, et le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant la Chine dans son intégralité. Il s’agit là d’un fait fondamental reconnu par la communauté internationale. Notre position d’adhésion au principe d’une seule Chine restera inchangée, notre opposition à « deux Chine », à « une Chine, un Taiwan » et à l’« indépendance de Taiwan » ne saura tolérer aucune remise en question, et notre détermination à défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays est inébranlable.

Deuxièmement, les Nations Unies sont une organisation internationale inter-gouvernementale composée d’États souverains. La résolution 2758 adoptée par l’Assemblée générale en 1971 a résolu définitivement la question du droit de représentation de la Chine à l’ONU en termes politique, juridique et procédural. Le système, les agences et le Secrétariat des Nations Unies doivent se conformer au principe d’une seule Chine et à la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies dans toutes les affaires impliquant Taiwan. Taiwan, en tant que province de la Chine, n’a pas de qualification pour adhérer à l’ONU. La pratique au fil des années démontre pleinement que l’ONU et le grand nombre de ses États membres reconnaissent tous qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, que Taiwan est une partie inaliénable du territoire chinois, et qu’ils respectent pleinement l’exercice par la Chine de sa souveraineté sur Taiwan.

Troisièmement, la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies représente un fait juridique reconnu par la communauté internationale. Elle est écrite noir sur blanc et ne permet aucun déni et aucune déformation par les autorités taiwanaises et quiconque. La voie vers l’« indépendance de Taiwan », sous quelque forme que ce soit, est vouée à l’échec. La médiatisation de cette question par certains individus de Taiwan sur la scène internationale constitue un déni flagrant et une grave provocation contre le principe d’une seule Chine, ainsi qu’une violation flagrante de la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies. Nous nous opposons résolument à cette remarque typique prônant l’« indépendance de Taiwan » et elle n’obtiendra aucun soutien sur le plan international.

Nous sommes convaincus que la juste cause du gouvernement et du peuple chinois consistant à défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays, à s’opposer à la sécession ainsi qu’à parvenir à la réunification du pays continuera certainement de bénéficier de la compréhension et du soutien de l’ONU et de ses nombreux États membres.

34

Bloomberg : Un récent sondage montre que plus de 75 % des Canadiens estiment que le gouvernement devra interdire à Huawei de participer à la construction de réseaux 5G au Canada. Ce pourcentage est supérieur à celui de 53 % en 2019. Le Premier Ministre canadien Justin Trudeau n’a pas encore exclu la possibilité d’inclure Huawei dans la construction 5G au Canada, mais selon des estimations, une décision serait prise bientôt. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ces égards ?

PHOTO Le Premier Ministre canadien Justin Trudeau

Zhao Lijian : Je tiens à souligner que la coopération économique et commerciale entre la Chine et le Canada est par nature mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant. La sophistication et la sécurité des produits 5G de Huawei ont été reconnues par la plupart des opérateurs dans le monde entier. La partie canadienne doit adopter une attitude objective et impartiale, faire indépendamment des choix selon ses propres intérêts et offrir aux entreprises chinoises un environnement d’affaires équitable, juste, ouvert et non discriminatoire.

35

China News Service : Selon des reportages, la Secrétaire exécutive du Secrétariat de la CDB a déclaré que la Chine, un fervent défenseur et contributeur pour la conservation de la biodiversité mondiale, pouvait servir d’exemple pour dautres pays en matière de promotion de la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature. Nous avons également noté que pendant les vacances de la dernière Fête nationale, de nombreux internautes ont mis en ligne des photos des paysages naturels magnifiques de la Chine qu’ils avaient prises. Que pensez-vous des efforts et de la contribution de la Chine en matière de protection de l’environnement écologique et de conservation de la biodiversité ?

La Tanzanienne Elizabeth Maruma Mrema – Secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique © PNUE

CDB = Convention sur la diversité biologique


Zhao Lijian : La Chine, l’une des premières parties à signer et à ratifier la CDB, s’emploie activement à mettre en œuvre la convention. Elle a formulé et mis en œuvre la Stratégie et Plan d’action chinois pour la conservation de la biodiversité (2011-2030) ainsi qu’une série de politiques et de mesures en la matière, a innové ses modèles de gouvernance, a déployé des efforts intégrés pour promouvoir la protection et la restauration écologiques, et a strictement respecté la ligne rouge qu’elle avait identifiée, frayant ainsi une voie pour la conservation de la biodiversité avec des caractéristiques chinoises.

Après des années d’efforts inlassables, des régions autrefois couvertes de sable jaune sont maintenant devenues des montagnes verdoyantes et des rivières limpides, et le taux de couverture forestière de la Chine et le volume de stock forestier en Chine ont tous les deux augmenté pendant 30 années consécutives. 90 % des types de végétation et des écosystèmes terrestres, 65 % des communautés des plantes supérieures et 85 % des espèces sauvages faisant l’objet d’une protection clé ont été efficacement protégés.

La quantité de collecte et de préservation des ressources génétiques biologiques de la Chine est parmi les plus élevées au monde, et les espèces d’animaux rares tels que le panda géant et l’ibis nippon voient leur nombre augmenter constamment. En outre, la population est véritablement davantage sensibilisée à la protection de l’environnement et à la conservation biologique. Lorsque des éléphants sauvages ont parcouru, non sans détournement, plus de 1 000 kilomètres dans le Yunnan cette année, ils ont bénéficié des soins et de la protection des gouvernements et des populations locaux tout au long du trajet, ce qui a été salué par les peuples du monde entier. Ce sont tous des résultats encourageants obtenus par la Chine dans le domaine de la conservation de la biodiversité.

La biodiversité est un sujet important pour la gouvernance environnementale mondiale. Tout en faisant progresser continuellement ses propres travaux de conservation de la biodiversité, la Chine a activement participé à la gouvernance de la biodiversité mondiale et a encouragé la coopération internationale en la matière.

Elle a proposé la création de la Coalition internationale du développement vert dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », mené des échanges et une coopération avec plus de 100 pays sur la protection de l’environnement, et mis en chantier un grand nombre de projets de coopération en matière de biodiversité. Dans le même temps, la Chine apporte activement des financements et des contributions à la conservation de la biodiversité mondiale. Je viens de vous présenter la participation par liaison vidéo du Président Xi Jinping au sommet des dirigeants de la COP15 ainsi que le discours qu’il y a prononcé. Le discours important du Président Xi Jinping a fixé les objectifs et le cap pour la gouvernance de la biodiversité mondiale à l’avenir.

Actuellement, la première phase de la COP15 se déroule à Kunming. La Chine travaillera avec d’autres pays pour contribuer à porter la gouvernance de la biodiversité mondiale à un nouveau niveau. Pour l’avenir, la Chine sera toujours un défenseur, un bâtisseur et un contributeur pour le foyer commun, harmonieux et beau pour toutes les formes de vie.

Elle travaillera avec le reste de la communauté internationale pour aider à construire un nouveau système de gouvernance de la biodiversité mondiale qui soit plus juste et plus raisonnable où tous participent selon leur capacité, de sorte à réaliser la vision d’une coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, et à construire ensemble un monde propre et beau.

36

China Daily : Les élections législatives anticipées de l’Irak ont eu lieu l’autre jour et les résultats préliminaires ont été publiés le 11 octobre. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : La Chine se félicite du bon déroulement des nouvelles élections législatives anticipées en Irak, et espère que toutes les parties irakiennes profiteront de ces élections pour renforcer davantage la solidarité et favoriser de nouveaux progrès dans le processus politique national, afin d’instaurer rapidement une paix et une stabilité durables, ainsi que la prospérité et le développement dans le pays.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1914518.shtml

https://cdn.shopify.com/s/files/1/0076/6987/4778/files/image-dragon-chinois-rouge-dragon-naga.jpg?v=1601311458