4442 – Kremlin – Rencontre avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko du 13.07.2021

istockphoto-857537676-1024x1024 biélorussie parlement
White Government Parliament Building And Lenin Statue on Independence Square in Minsk, Belarus

 

Vladimir Poutine a rencontré le président de la République de Biélorussie Alexandre Loukachenko au palais de Constantine.

13 juillet 2021 – 18h10 – Saint-Pétersbourg

 

AyrVlOHhtOErn7j5cGSIaQehg5hAQNwY 1

Avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Président de la Russie Vladimir Poutine : M. Loukachenko,

Comme nous en avons convenu la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, nous nous réunissons après que nos gouvernements ont élaboré certaines idées, principalement économiques. Des commissions de haut niveau travaillent également sur ces questions.

Je voudrais commencer notre réunion en disant que dans l’ensemble, la République de Biélorussie – je ne parle pas de nos plans pour le développement futur de l’État de l’Union – reste notre partenaire économique majeur et fiable. Il est à noter que l’année dernière, notre commerce mutuel, comme nous l’avons mentionné précédemment, a légèrement diminué à cause du coronavirus, d’environ 17%. Au cours des quatre ou cinq premiers mois de cette année, il a considérablement augmenté, de plus de 37 %. C’est un bon indicateur.

Il convient de noter que la République de Biélorussie assure le service de tous ses prêts, malgré le coronavirus et toutes autres « infections », y compris celles liées à des défis externes. De plus, le gouvernement vient d’annoncer que la dette extérieure de la République du Bélarus a diminué de 2,5 % ou 0,5 milliard de dollars, ce qui signifie que le Bélarus est un partenaire fiable et stable dans ce domaine. Ses réserves d’or et de devises étrangères sont considérablement plus importantes qu’il n’est nécessaire pour servir les transactions de commerce extérieur.

Pour certaines raisons, votre agriculture a légèrement diminué, d’un peu plus d’un pour cent, probablement à cause de la pandémie de COVID, alors que la production industrielle a augmenté de plus de 16 pour cent. C’est un très bon indicateur, compte tenu de notre coopération industrielle fiable. J’espère que nos liens industriels, que nous avons depuis l’ère soviétique et que nous avons développés au cours des dernières années, auront un impact positif sur l’économie de la Russie et de la Biélorussie.

Aujourd’hui, au cours de la réunion, nous pouvons résumer certains résultats de ce qui a été produit par le Gouvernement et examiner quelles autres directions et comment nous devons le prendre. Le gouvernement, comme je l’ai dit, a fait rapport hier et aujourd’hui, je lisais encore des références dans la matinée.

iI1o6MBEHU0AFgynlPRb27AtLFAj3FzV 2

Président de la République de Biélorussie Alexandre Loukachenko : Merci, Monsieur Poutine.

Je vois que vous vous penchez sur l’économie de la Biélorussie et les chiffres que vous avez mentionnés sont tout à fait exacts. Il est gratifiant que notre commerce se développe malgré tous ces, vous avez dû être gêné de le dire, tous ces « virus », comme vous l’avez dit, de l’extérieur en relation avec la Biélorussie et la Russie.

Vous aviez raison après tout, je n’y croyais pas tout à fait, que cela se passera ainsi, que toute sanction signifie des opportunités et que la Russie, depuis qu’elle a été confrontée pour la première fois aux prétendues sanctions (vous ne pouvez pas le formuler différemment), vous ont mené un important programme de substitution des importations, en particulier dans l’agriculture. Maintenant, deux ou trois ans plus tard, c’est une évidence, c’est une évidence.

Comme il est naturel, notre économie a des liens puissants avec l’économie russe. Si vous vous en souvenez et, bien sûr, vous le faites, nous avons conservé de nombreuses relations de coopération avec la Russie et n’avons pas suivi le même chemin que les autres républiques, en particulier la république de notre sud. Nous n’avons pas rompu nos liens. Pour cette raison, nous avons préservé toutes nos industries et même renforcé nos capacités dans certains secteurs, c’est aussi grâce à l’investissement de la Fédération de Russie.

En effet, financièrement, nous avons toujours eu du mal, et vous savez pourquoi. La Russie nous aidait beaucoup à cet égard également. Et nous essayons avec révérence d’exécuter nos obligations de prêt, je veux dire les prêts qui ont été émis, et nous respecterons nos engagements quel qu’en soit le coût.

Après avoir fait face à une autre vague de sanctions, la quatrième ou la cinquième, j’ai perdu le compte maintenant, nous sommes en fait en train de nous diversifier. On voit bien aujourd’hui nos relations avec « l’Occident collectif » : nous avions des échanges insignifiants avec eux, notamment avec l’Union européenne. Ils ont introduit des sanctions contre MAZ et BelAZ, mais le commerce que ces entreprises ont mené avec l’Union européenne s’est élevé, à votre avis, à combien ? À 3,3 millions de dollars dans un cas et 4 millions de dollars dans un autre. Pour cette raison, nous travaillons sur nos marchés, comme nous le faisions depuis des temps immémoriaux, peut-on dire. Grâce au fait que nous n’avons pas coupé ces liens, nous parvenons, en cette période difficile, à faire remonter l’économie.

ZFVWtMAXWQpt0g4lF0Zwv2YHhCEM3sUv 3

Le problème, ce n’est pas seulement, comme vous l’avez très justement souligné, les « virus » de l’extérieur, ces sanctions, le problème c’est que l’économie mondiale a beaucoup décliné. Vous l’avez noté lors de votre ligne directe. Mais nous survivrons à toutes ces attaques de prix. (Bien sûr, tous les pays sont sensibles à cela, même la Chine est témoin de ce qu’elle considère comme une inflation sans précédent.)

À suivre.


http://en.kremlin.ru/events/president/news/66185

Parliament building in Minsk. Belarus
Parliament building on the Independence square in Minsk. Belarus