4290 – Kremlin – Rencontre avec Tatyana Golikova et Anna Popova – 23 avril 2021

Kremlin – Rencontre avec Tatyana Golikova et Anna Popova – 23 avril 2021

 

Vladimir Poutine a eu une réunion, par vidéoconférence, avec la vice-première ministre Tatyana Golikova et la chef du Service fédéral de surveillance de la protection et du bien-être des consommateurs [Rospotrebnadzor] Anna Popova pour discuter de la situation actuelle du coronavirus en Russie.

23 avril 2021 – 13h00 – Le Kremlin, Moscou

 

Président de la Russie Vladimir Poutine: Bonjour chers collègues,Mme Golikova, Mme Popova.
Il y a quelques jours, vous avez regardé le discours annuel à l’Assemblée fédérale. Il était largement préampté par le coronavirus et les efforts déployés contre lui, ou plutôt par les moyens à surmonter ses conséquences négatives sur le plan social et économique.
Nous avons convenus de continuer à suivre de près nos efforts dans ce domaine, qui revêt aujourd’hui une importance cruciale. Par conséquent, je voudrais que vous fassiez rapport sur les développements actuels dans la lutte contre le coronavirus.

Madame Golikova, je vous en prie.
Vice-Premier ministre Tatyana Golikova: Bonjour, Monsieur le Président.
Le gouvernement de la Fédération de Russie, le Conseil de coordination présidé par le Premier ministre et le Centre d’intervention d’urgence, ainsi que les agences régionales, surveillent quotidiennement l’évolution du coronavirus en Russie et au-delà afin de réglementer son entrée dans le pays pour empêcher tout pic d’incidence de la maladie.

La situation diffère d’une région à l’autre.

Une baisse a été signalée dans 16 régions, 62 régions sont en phase de stabilisation et le nombre de cas de coronavirus augmente dans sept régions.

Au cours du dernier mois, le nombre quotidien moyen de tests était de 204 pour 100 000 personnes. Cependant, je tiens à souligner que des changements dans le nombre moyen de tests ont été signalés dans plusieurs régions au cours de la semaine dernière.

Je voudrais profiter de notre réunion d’aujourd’hui pour m’adresser aux régions afin qu’elles se conforment à la norme requise – au moins 200 pour 100 000 habitants, qui a été approuvée il y a longtemps et que nous avons observée. Il est essentiel de se conformer à cette réglementation pour identifier les nouveaux cas à temps et apporter à ces patients l’assistance nécessaire.

Quant au nombre de lits d’hôpitaux de réserve à travers le pays, c’est tout à fait suffisant. À l’heure actuelle, nous avons plus de 109 000 lits d’hôpitaux, soit à peine le tiers du nombre de lits que nous avions pendant les périodes de pointe. Pas moins de 23 000 lits sont connectés à des ventilateurs et 83 000 à une alimentation en oxygène. Je voudrais ajouter que 28% du nombre déjà réduit de lits d’hôpitaux restent vacants maintenant.

Je voudrais dire quelques mots sur le processus de vaccination, qui bat son plein partout au pays. Sur l’ensemble de la période, 27,9 millions d’ensembles de doses ont été produits, dont 15 millions d’ensembles déjà remis dans les établissements de santé. Un vaccin qui fait actuellement l’objet d’un contrôle de qualité représente le montant restant, car, comme vous le savez, la loi fixe une barre extrêmement élevée en matière de qualité.

Près de 5 500 centres de vaccination fonctionnent à travers le pays. Plus de 11,1 millions de personnes ont reçu leur première dose à ce jour et 6,8 millions de personnes ont reçu les deux doses.

Je tiens à noter que nous avons à plusieurs reprises attiré l’attention des autorités régionales sur le fait que les citoyens âgés de plus de 60 ans et les citoyens souffrant de maladies chroniques ou soumis à des contrôles médicaux réguliers en raison de leur état de santé doivent avoir accès au vaccin en « Priorité. »

Ce groupe représente 47% du nombre total de personnes qui se sont fait vacciner. Cependant, dans certaines régions, ce pourcentage est plus faible. Par conséquent, je voudrais m’adresser à nouveau à nos collègues et souligner qu’ils doivent accorder une attention maximale à cette catégorie de personnes à vacciner, car ils sont plus vulnérables et à risque de cas graves.

Je voudrais également souligner que plusieurs des sept régions qui continuent d’augmenter leur déploiement de vaccination ont des taux de vaccination plutôt faibles. Par exemple, la région de Smolensk se classe 53e parmi les régions russes. J’aimerais que nos collègues notent que cette région dispose de suffisamment de vaccins et qu’ils doivent accélérer ce processus en conséquence.

Bien que les statistiques que je viens de citer montrent que la situation est plus ou moins stable, comme je l’ai dit, nous la suivons au quotidien. Avril et Mai sont considérés comme des mois instables en termes d’infections respiratoires saisonnières, de parainfluenza et d’autres flambées. L’année dernière, comme vous vous en souvenez peut-être, nous avons connu une morbidité saisonnière ainsi qu’une augmentation des cas de coronavirus.

Je voudrais dire que nous avons conseillé aux régions russes de procéder très soigneusement en ce qui concerne la levée des restrictions et de maintenir ces restrictions en fonction de la situation épidémiologique locale et du taux d’incidence local. De toute évidence, ils devraient également encourager les gens à se faire vacciner. Monsieur le Président, vous avez accordé une grande attention à cette question dans votre discours à l’Assemblée fédérale et aux citoyens russes il y a deux jours.

Une fois encore, je voudrais profiter de cette occasion pour encourager nos concitoyens à se faire vacciner. Le vaccin est sûr et efficace et il contribuera à obtenir l’immunité collective en Russie.

Merci, Monsieur le Président.

Vladimir Poutine: Merci. Madame Popova, je vous en prie, vous avez la parole.
MOSCOW, RUSSIA – APRIL 1, 2020: The Head of the Russian Federal Service for Surveillance on Consumer Rights Protection and Human Wellbeing (Rospotrebnadzor), Russia’s Chief State Sanitary Physician Anna Popova during a press briefing on the COVID-19 coronavirus situation. Alexander Astafyev/POOL/TASS

 

Chef du Service fédéral de surveillance de la protection et du bien-être des consommateurs Anna Popova: Monsieur le Président,

Nous suivons de près la situation du coronavirus en Fédération de Russie et dans d’autres pays, en fait dans le monde entier.

Je tiens à souligner une fois de plus que la situation du COVID-19 (le nouveau coronavirus) est actuellement stable en Russie. Comme Mme Golikova l’a mentionné, au cours des dernières semaines, nous avons signalé une diminution du nombre de nouveaux cas.

Le taux d’incidence des coronavirus a diminué de 13% par semaine en mars, mais le chiffre est resté inférieur à 1% au cours des trois dernières semaines. Il n’y a pratiquement pas eu de changement et nous sommes au point mort dans certaines régions. La nouvelle tendance indique que la situation peut devenir plus compliquée.

Nous avons intensifié les efforts de nos épidémiologistes dans les foyers. À l’heure actuelle, les médecins surveillent 930 000 personnes qui ont eu des contacts avec des personnes positives au COVID qui sont sous surveillance médicale. C’est un grand nombre. Il y a quatre contacts pour une personne infectée; c’est la moyenne de la souche de référence qui existe depuis plus d’un an.

Comme l’a souligné Mme Golikova, nous suivons de près la situation des infections respiratoires aiguës. Il n’y a pas eu de dynamique, ni positive ni négative, au cours des trois dernières semaines. C’est une caractéristique de la saison, en fait.

Le suivi du paysage des virus respiratoires que nous menons depuis août dernier montre que le rhinovirus domine, tandis que la parainfluenza représente un grand nombre de cas, aux côtés d’un nombre comparable d’infections saisonnières à coronavirus qui ne sont pas COVID-19 mais sont du même famille. La part de ces cas est également assez considérable.

Nos scientifiques surveillent de très près les informations internationales concernant les nouvelles versions mutées du nouveau coronavirus. Ils représentent un risque élevé, comme nous le savons tous. Par conséquent, trois de nos agences de recherche analysent les informations qu’elles reçoivent de toutes les sources possibles.

Je voudrais noter que la semaine dernière, cinq autres pays ont enregistré la version britannique, qui, de l’avis de nos collègues étrangers, est plus contagieuse. Au total, 137 pays déclarent désormais que la souche britannique circule sur leur territoire et 85 états affirment avoir enregistré la souche sud-africaine. Ces cinq États ont été ajoutés au cours des sept derniers jours. Et la souche brésilienne est enregistrée dans 52 pays.

Conformément à vos instructions, la Fédération de Russie mène une enquête de surveillance génétique moléculaire approfondie concernant la propagation réelle des nouvelles souches.

Aujourd’hui, nous avons étudié en profondeur plus de 12 000 échantillons de matériel clinique. Nous travaillons avec des matériaux des 85 régions, et nous avons défini des critères pour une étude approfondie de ces matériaux sur une base obligatoire.

Chaque semaine, nous détectons de plus en plus d’isolats. Au cours des sept derniers jours, nous avons enregistré 255 versions de la souche britannique et 25 de la souche sud-africaine. Nous avons localisé ces souches dans 51 régions. En fait, ils sont assez répandus.

Je note que la plupart de ces versions sont arrivées de l’étranger, c’est-à-dire lorsque les gens reviennent d’autres pays. Dans tous les cas, nous avons mis en œuvre l’ensemble des mesures essentielles, mais nous travaillons beaucoup plus activement avec les contacts de ces patients. Je peux dire que ces personnes n’ont pas amené de cas graves ici, mais nous observons 23 contacts pour une personne infectée, afin d’éviter que la maladie ne se propage.
Nous avons décidé de suspendre le trafic aérien avec la République de Turquie et la Tanzanie afin d’empêcher une nouvelle «importation» de ces souches et leur possible propagation en Fédération de Russie. Conformément à ce que vous avez dit dans votre discours à l’Assemblée fédérale, nous avons renforcé le contrôle sanitaire et de quarantaine à la frontière. Ce contrôle est devenu beaucoup plus substantiel. Nous avons augmenté le nombre de tests pour tous ceux qui reviennent de l’étranger et nous avons établi un contrôle strict à tous les types de points de contrôle, y compris les points de contrôle aéronautique, maritime, terrestre, automobile et piéton.
Cette gamme de mesures permet d’éviter toute « boule de neige » de pandémie ou la propagation à grande échelle de virus mutés.

Sur la base de l’étendue de nos connaissances sur la situation épidémiologique en Russie, nous pouvons aujourd’hui suggérer qu’il n’y a actuellement pas de tendances particulièrement dangereuses. Bien entendu, cela devrait rester vrai sous réserve du respect total de toutes les exigences actuelles, comme vous l’avez également mentionné. Oui, les gens sont fatigués, mais les masques, l’éloignement social, la désinfection et d’autres exigences doivent être respectés alors même que le temps se réchauffe.

Monsieur le Président, une réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international de l’OMS a eu lieu cette semaine, qui est parvenue à la conclusion que, compte tenu de ce qui se passe dans le monde, le statut d’urgence du COVID-19 est toujours d’actualitéet doit être prolongé pour un autre. trimestre. La position de l’OMS ici est absolument claire. Un représentant de Rospotrebnadzor, qui est un représentant permanent de ce comité, a également pris part à la réunion.

En revenant sur l’expérience de l’année écoulée et en connaissant nos habitudes et traditions liées aux vacances de mai, nous comprenons que lorsque les gens se rendent dans le pays pour passer du temps à l’extérieur, cela entraîne une migration plus intensive. La majorité des Russes qui voyagent à l’extérieur de la ville utilisent les transports en commun, qui sont souvent surpeuplés.C’est bien qu’ils se rendent dans le pays pour respirer de l’air frais. C’est vraiment utile pour freiner l’épidémie. Mais cette année, nous avons un long week-end suivi de quatre jours ouvrables suivis d’un autre long week-end. Les gens vont et viennent. Dans cette situation, compte tenu du fait que les gens vont se déplacer et partager des agents contagieux avec un grand nombre de contacts, il y a certains risques.

Nous avons consulté Mme Golikova, nos collègues, des scientifiques et des professionnels de la santé, des épidémiologistes et des médecins hygiénistes en chef des régions. Nos collègues ont souscrit à notre proposition selon laquelle les longues vacances de mai devraient être ininterrompues. Cela contribuerait à rendre le pronostic épidémiologique plus stable. Nous devrions donner aux gens la possibilité de passer du temps à l’extérieur parce que les gens espèrent vraiment une pause et je pense que tout le monde serait heureux de l’avoir. En ce qui concerne le statut épidémiologique, ce serait une décision très importante pour une stabilisation plus poussée. J’espère vraiment que vous nous soutiendrez. Merci beaucoup.

 

Vladimir Poutine: Madame Popova, j’ai dit à de nombreuses reprises que j’inviterais tous mes collègues aux niveaux fédéral et régional à écouter l’opinion de nos spécialistes, des virologues et de ceux qui comprennent non seulement ces questions professionnellement, mais qui combattent les infections. , en particulier au cours de l’année écoulée, lorsqu’ils ont reçu des informations diverses et détaillées sur le COVID-19. Si vous pensez que cela est nécessaire, nous le ferons et je signerai aujourd’hui un décret pertinent.
J’ai une question pour vous: lesquelles des souches qui ont été, malheureusement, également identifiées en Russie sont les plus dangereuses? Quelle est l’efficacité de nos vaccins contre ces souches?
J’ai entendu divers points de vue sur cette question, bien sûr, mais je voudrais entendre à nouveau votre opinion aujourd’hui, étant donné que des informations plus pratiques sont disponibles chaque jour.
Anna Popova: Merci.
Monsieur le Président, nous avons effectué une analyse détaillée de la souche britannique, que nous avons reçue à la fin de l’année dernière, au Vektor Center et nous connaissons désormais toutes ses propriétés. Nous échangeons également des informations avec nos collègues d’autres institutions de recherche. Nous avons également reçu et analysé en profondeur la souche sud-africaine. La première chose que je voudrais dire, c’est qu’aucune des deux souches n’est particulièrement stable dans l’environnement, ce qui est extrêmement important pour nous. Ils sont sensibles à tous les désinfectants et peuvent survivre sur les surfaces pendant au plus 48 heures, voire moins dans certains cas. En ce sens, ils ne sont pas différents de la souche de référence que nous avons.
On pense que la variante britannique se propage un peu plus vite que la souche ordinaire.

Cependant, nos recherches n’en ont fourni aucune preuve. Mais sur la base de l’expérience et des connaissances de nos collègues dans d’autres pays, nous pouvons supposer qu’il se propage plus facilement, qu’il a cette caractéristique. C’est pourquoi nous augmentons le nombre de personnes de contact lorsque nous rencontrons ces souches.

Des publications étrangères sur la variante sud-africaine montrent que, dans certains cas, elle peut échapper à une réponse immunitaire d’une infection antérieure chez des personnes ayant un faible niveau d’immunité.

De telles recherches ont été menées et nous pouvons le voir. Nos recherches ont montré que des titres élevés peuvent également vous protéger de cette souche. Nos recherches n’ont pas non plus détecté de caractéristiques spécifiques de cette souche en termes d’immunité post-vaccination. Notre conclusion est que les vaccins russes peuvent protéger les gens de toutes les variantes de coronavirus dont nous avons actuellement connaissance.

Nous poursuivons nos recherches. Nous vous ferons certainement un rapport si nous apprenons quelque chose de nouveau, et nous informerons également le public. Jusqu’ici, c’est ce que nous savons.

Vladimir Poutine: Et nos systèmes de test détectent-ils chaque type de souche?

Anna Popova: Oui, Monsieur le Président. Nous avons vérifié cet élément de notre projet de recherche qui montre comment les systèmes de test détectent de nouvelles souches supplémentaires. Tous les systèmes de test russes sont impliqués. Tout d’abord, lorsqu’une nouvelle souche apparaît, nous demandons aux fabricants avec nos collègues d’autres agences, et tout d’abord les fabricants garantissent cela. En même temps, nous menons des recherches systémiques et évaluons le fonctionnement de tous les systèmes de test, et nous pouvons savoir s’ils détectent toutes les nouvelles souches.

Jusqu’à présent, nous n’avons détecté aucun fragment de virus muté qui puisse contourner les systèmes de test ou supprimer les niveaux d’immunité post-vaccination. Hormis les mutations mentionnées ci-dessus, y compris la souche britannique, la souche sud-africaine et la souche brésilienne, il existe de très nombreuses mutations, et leur nombre total est incroyable. Pour être honnête, les chercheurs doivent distinguer les souches significatives et insignifiantes.

Nous pouvons également constater de nombreux changements en Fédération de Russie. Mais telle est la propriété du virus, il vit et il doit changer. Jusqu’à présent, nous ne pouvons voir aucun changement dans la Fédération de Russie qui pourrait influencer ses spécifications épidémiologiques, y compris celles que vous avez mentionnées, telles que la capacité de contourner les tests et l’immunité post-vaccination et de devenir plus contagieuse. Il n’y a pas eu de telles observations à ce jour. Mais nous poursuivons ce travail hautement systémique.

Je voudrais dire une fois de plus que nos tests permettent de détecter des virus circulant dans la Fédération de Russie, ainsi que des échantillons de référence et mutés. Les niveaux d’immunité fournis par les vaccins russes protègent contre toutes les souches maintenant présentes dans la Fédération de Russie que j’ai déjà mentionnées, y compris les souches de référence et mutées qui circulent maintenant dans la Fédération de Russie.

Vladimir Poutine: Bien, merci beaucoup.

Veuillez me tenir informé. Je sais que vous maîtrisez la situation et qu’un travail suffisamment intensif est en cours dans toute la Fédération de Russie. Je vous souhaite à nouveau plein succès. Veuillez transmettre mes meilleurs vœux à tous vos collègues, et j’attends de vous des rapports réguliers au fur et à mesure que la situation évolue.

Merci.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/65432

Arrêté les jours fériés en mai 2021 en Russie – 23 avril 2021

Le président a signé le décret sur les jours non ouvrables dans la Fédération de Russie en mai 2021.

23 avril 2021 – 21h00

http://en.kremlin.ru/events/president/news/65436

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s