3820 — Igor Matovič : « Construisons la Slovaquie ensemble ! » 4 juin 2020

57ec7a94fb397e90e92a226f11a10000   Article signé par la Rédaction. – – VisegradPost

SLOVAQUIE le premier ministre slovaque Igor Matovič 2020.04.24-igor-matovic-fb

Slovaquie – À la veille du centenaire du traité de Trianon, le premier ministre slovaque Igor Matovič a réuni une centaine de personnalités représentant la minorité hongroise de Slovaquie au château de Bratislava pour aborder ensemble le présent et l’avenir. Voici une partie de son discours :

«… Merci d’avoir accepté mon invitation […]

Bien que la raison de notre rencontre d’aujourd’hui soit l’histoire et le souvenir des événements après la Première Guerre mondiale, mon objectif principal est de façonner des questions communes sur le présent et l’avenir, de trouver des visions communes et de trouver les réponses qui nous concernent dans le contexte le plus large.

Hongrois, Slovaques et autres nationalités de Slovaquie. L’objectif de la réunion d’aujourd’hui n’est pas de décortiquer les contextes historiques et de scruter qui a fait quoi à qui quand ils ont fait du mal. Nous savons très bien que le XXe siècle a fait souffrir toute l’Europe, y compris les Slovaques et les Hongrois. 

D’un point de vue humain, je comprends parfaitement que beaucoup de gens ressentent encore de la tristesse et du chagrin à propos de la décision de Trianon. 

En même temps, je pense que vous savez également que Trianon est le résultat de processus historiques au cours desquels l’élite hongroise a commis de nombreuses erreurs et pris plusieurs mesures inopportunes.

Dans le même temps, il faut également comprendre que ce qui a signifié la perte et l’injustice pour l’un a apporté la chance et l’opportunité aux autres. Je pense que la Hongrie historique était aussi la nôtre. Les Slovaques, ainsi que les Hongrois et d’autres nationalités, ont combattu ensemble contre la conquête turque. Les rois hongrois ont décidé non seulement de la vie et du sort des Hongrois, mais aussi des Slovaques et de tous ceux qui vivaient sur le territoire de la Hongrie historique.

Sous la bannière de ces dirigeants, les Slovaques et les Hongrois ont combattu ensemble pendant des siècles. Les villes de la Slovaquie d’aujourd’hui ont reçu des privilèges des rois hongrois, à l’abri des propriétaires, et ont pu se développer dans le cadre d’une sorte de démocratie locale. 

d1    Slovaquie au château de Bratislava 

Osons donc dire que l’histoire hongroise est notre histoire commune.

Que les rois hongrois étaient nos rois communs. Et les descendants de Mátyás Korvin appartenaient également aux familles nobles françaises, allemandes et autrichiennes de l’époque.

Mais laissons l’histoire aux historiens, concentrons-nous sur les défis de notre époque, de notre vie quotidienne et de l’avenir de nos enfants.

Les élections de février ont montré que les gens, quelle que soit leur nationalité, souhaitent un changement fondamental dans la société. Ils veulent un pays juste et sans corruption où tout le monde est égal quel que soit son statut social et sa richesse ou le nombre de ses connaissances influentes. […]

De nombreux Hongrois ont également voté pour notre programme anti-corruption, car l’égalité devant la loi est un droit humain fondamental. Je vous demande [de] nous aider, moi et mon gouvernement à nettoyer le pays de la mafia et des sauvages.

Dans le même temps, il faut dire la vérité que certaines régions du sud de la Slovaquie sont depuis longtemps contraintes d’endurer certains groupes mafieux. Nettoyons également ensemble le sud de la Slovaquie et construisons ensemble. Je voudrais vous demander de continuer à vous soucier du sud de la Slovaquie, des Slovaques, des Roms et des autres qui y vivent, bien sûr. Il est toujours valable, et de bon sens  de se rendre compte que c’est le garde-manger de la Slovaquie de Csallóköz à Bodrogköz.

Je vous demande de prendre soin de l’environnement, car naviguer sur le Petit Danube, marcher à Gömör, visiter le château de Kékkő ou le système de forteresse de Komárom, visiter le Horn Wine Festival est une expérience spéciale pour tout le monde.  

Nous, Slovaques, grâce à votre présence en Slovaquie, avons une occasion unique de découvrir votre culture, vos traditions, votre gastronomie et, dans un sens, une vision du monde différente d’une autre nation sans traverser la frontière.

Notre prochain grand défi commun est l’enseignement de la langue slovaque dans les écoles de langue hongroise. La qualité de l’éducation dans ces établissements est largement entre vos mains. Il existe un système d’enseignement à part entière de la langue maternelle du jardin d’enfants à l’université de Komárom. Mes rencontres personnelles dans le sud de la Slovaquie montrent un peu que nous avons de sérieux problèmes avec l’enseignement de la langue slovaque dans les écoles hongroises. En tant que Premier ministre, je ne souhaite pas que les jeunes quittent la Slovaquie en raison d’une connaissance insuffisante de la langue officielle. Je peux honnêtement dire que je ne veux pas que la Slovaquie perde ainsi ses jeunes citoyens.  

En coopération avec le ministère de l’Éducation, avec l’Association hongroise des enseignants de Slovaquie, nous trouverons une solution à ce problème très important.  

Je peux imaginer que l’identité, le statut de la minorité est également un problème dans la vie quotidienne. Mais vous, les Hongrois de Slovaquie, pouvez également apprendre la langue slovaque […] ce qui peut être un avantage. [Nos enfants] peuvent apprendre à connaître les cultures de trois pays à la fois : de Hongrie, de Slovaquie, et aussi avec la langue slovaque de République tchèque. Il s’ensuit que le marché du travail nous est ouvert avec des compétences linguistiques, la possibilité d’entreprendre dans trois pays tout de suite.

Profitez-en, s’il vous plaît, utilisez-les, s’il vous plaît. L’art et la culture hongroise sont extrêmement riches. Soyons fiers ensemble que des gens aussi formidables que Kálmán Mikszáth, Imre Madách, Sándor Márai, Lajos Grendel et d’autres aient vécu dans la Slovaquie d’aujourd’hui.  

C’est un grand plaisir pour moi que des compositeurs de renommée mondiale aient également vécu et composé ici, comme Ferenc Lehár et Zoltán Kodály.  

Je souhaite que leurs organisations, en particulier les Csemadok ou les théâtres ethniques de Komárom et Košice, continuent de nourrir notre passé commun. Je souhaite également que des messes en hongrois puissent être dites dans le plus grand nombre d’églises possible. Car la parole de Dieu apporte toujours la paix, la paix, l’amour et la tolérance. J’aimerais également avoir une infrastructure bien développée dans le sud de la Slovaquie et dans d’autres régions du pays, afin que nous puissions avoir de bonnes conditions entrepreneuriales, afin de créer autant d’emplois que possible, simplement pour que les Slovaques aient une bonne vie. […]

Construisons la Slovaquie ensemble. Construisons la coopération au sein du V4, construisons notre Europe commune. [Réalisons] ce que le programme gouvernemental contient pour les nationalités. Et si vous sentez que vous n’obtenez pas suffisamment d’attention quand il y a des problèmes inexprimés lors d’événements ou de griefs historiques, alors asseyons-nous, prenons-les en charge et cherchons une solution possible et une compréhension mutuelle.

Mesdames et Messieurs, à l’occasion du 100e anniversaire de la signature du Traité de Trianon, je tends la main pour prendre des mesures conjointes pour résoudre nos problèmes communs.

Permettez-moi de terminer par quelques réflexions impromptues également. Il est vraiment très important pour moi que nous vivions tous bien en Slovaquie. Indépendamment de tout, mais maintenant surtout, quelle langue notre mère nous a appris à parler. En effet, je souhaite sincèrement que les mères du sud de la Slovaquie puissent enseigner leur langue maternelle à leurs enfants sans aucune crainte.

Dans le même temps, suggérez avec amour à vos enfants qu’ils apprennent également le slovaque, afin qu’ils apprennent que la Slovaquie est aussi leur patrie, qui ne les considère pas comme des citoyens de seconde zone.

[…] demain je me rendrai en République tchèque pour une visite officielle avec plusieurs ministres et apporterai deux cadeaux. L’un des cadeaux pour Miloš Zeman et Andrej Babiš […] sera mon propre sirop de sureau, et l’autre cadeau sera des pommes séchées de Felszőszeli d’un fermier hongrois local. Donc, demain, je vais apporter un petit cadeau slovaquo-hongrois. […]

Merci d’être venus et veuillez considérer la réunion d’aujourd’hui comme une main tendue à vous, les Hongrois de Slovaquie, aux Hongrois vivant en Slovaquie. »

fr-Logo-Visegrad-Post_crop


source/https://visegradpost.com/fr/2020/06/04/igor-matovic-construisons-la-slovaquie-ensemble/