3478 – Chine – Conférences de presses des 16, 17, 18 & 19 septembre 2019 tenue par les porte-paroles du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying & Geng Shuang

Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

Conférence de presse du 18 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang


CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_

 QUESTIONS

  1. Q : Vous venez d’annoncer l’information relative à la participation du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au débat général de la 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU. Pourriez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ? Quelles sont les activités multilatérales et les rencontres bilatérales prévues pour lui ?
  2. Q : Selon des reportages, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé son intention de déclarer la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte après la formation d’un nouveau gouvernement immédiatement après les élections dans le cas où les citoyens israéliens lui accorderaient le mandat. Le Président palestinien Mahmoud Abbas a dit qu’il annulerait tous les accords conclus antérieurement avec Israël si Benjamin Netanyahu y parvenait. L’Arabie saoudite, la Jordanie, les Émirats arabes unis et la Ligue des États arabes ont tous condamné cette initiative et la communauté internationale se dit inquiète de cela. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  3. Q : Des responsables américains disent que l’Iran doit assumer l’attaque contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite. La Chine pense-t-elle qu’une telle possibilité existe ?
  4. Q : Le Secrétaire d’État adjoint américain, Christopher Ashley Ford, a récemment déclaré dans un discours que l’administration américaine élaborait des mesures « pangouvernementales » pour faire face aux défis sécuritaires lancés par la Chine aux États-Unis et à leurs alliés. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  5. Q : Le 12 septembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a déclaré, lors d’une interview accordée au Journal russe Trud, que les Ministères des Affaires étrangères russe et chinois avaient établi depuis longtemps des relations constructives, fondées sur la confiance mutuelle et la camaraderie, leur permettant de mener avec qualité et efficacité les différentes missions confiées par les deux Chefs d’État. Selon lui, les deux pays ont mis en place un cadre de coordination stratégique internationale si étroit et solide qu’aucune tierce partie ne pourrait créer de fossé entre eux, peu importe la peine qu’elle se donnerait. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  6. Q : Joshua Wong, un militant de Hong Kong, a exhorté les États-Unis à inclure une clause relative aux droits de l’homme dans les négociations économiques et commerciales sino-américaines et a sollicité le soutien de Washington au mouvement pour la démocratie de la ville. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  7. Q : Le Département d’État américain a déclaré, le 11 septembre, qu’à la demande du « gouvernement provisoire » du Venezuela, il avait lancé le Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR) avec le « gouvernement provisoire » vénézuélien et 10 autres pays. Des analyses de médias indiquent que cela ouvre la voie à une « intervention militaire ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  8. Q : Depuis un certain temps, plusieurs responsables américains font pression sur Huawei en faisant des démarches dans le monde entier pour solliciter des voix. Le 12 septembre, l’assistant adjoint au Secrétaire du Département d’État américain, M. Strayer, a déclaré que lors de sa visite avec le Président de la Commission fédérale des télécommunications en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et à Bahreïn, ils avaient évoqué de nouveau les risques sécuritaires liés à l’utilisation du réseau 5G de Huawei. Il a dit que les États-Unis devaient exclure Huawei du réseau 5G pour en assurer la sécurité. Le South China Morning Post vient de citer un reportage de Bloomberg concernant une lettre adressée par la US Semiconductor Industry Association au Secrétaire du Département du Commerce, Ross, réclamant l’adoption rapide de mesures pour approuver les ventes à Huawei. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  9. Q : Dimanche, des manifestants de Hong Kong se sont rassemblés devant le consulat général du Royaume-Uni à Hong Kong, appelant la partie britannique à prendre davantage de mesures pour protéger les Hongkongais, en leur offrant par exemple la citoyenneté britannique. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  10. Q : Selon des reportages, le 16 septembre, le caucus des îles Salomon a décidé de rompre les « relations diplomatiques » avec Taïwan et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, avec 27 voix pour, 0 voix contre et six abstentions. Le gouvernement a adopté cette décision lors d’une réunion du cabinet le même jour. Quel est le commentaire de la Chine sur la décision du gouvernement des îles Salomon ? Quand la Chine établira-t-elle officiellement des relations diplomatiques avec les îles Salomon ?
  11. Q : Deux installations pétrolières d’Aramco, en Arabie saoudite, ont subi de graves attaques, ce qui a entraîné la suspension de 50% de la production pétrolière du pays et provoqué des fluctuations importantes sur le marché pétrolier mondial. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  12. Q : Premièrement, avez-vous une date exacte pour la signature officielle entre la Chine et les îles Salomon de l’accord sur l’établissement de leurs relations diplomatiques ? Deuxièmement, les autorités de Taïwan avaient fourni un « soutien financier » aux îles Salomon. Le gouvernement des îles Salomon a mené des discussions avec la Chine au sujet du remplacement de ce soutien financier, afin que l’argent qui venait de Taïwan vienne désormais de la partie continentale de la Chine. Pourriez-vous communiquer plus de détails ?
  13. Q : La Chine importe une grande quantité de pétrole de l’Arabie saoudite. Les récentes attaques contre les installations pétrolières de ce pays vont sûrement affecter l’approvisionnement de la Chine. Comment la Chine va-t-elle répondre à l’approvisionnement insuffisant en découlant ?
  14. Q : Une question sur l’Afghanistan. Des diplomates ont déclaré que la Chine menaçait d’opposer son veto à une résolution sur l’Afghanistan aux Nations unies, car cette résolution n’incluait pas de termes sur l’initiative « la Ceinture et la Route ». Pourriez-vous confirmer cela ?
  15. Q : Tanya Chan, membre du Conseil législatif de Hong Kong, a appelé hier le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à tenir une session d’urgence et à lancer une enquête internationale pour défendre la justice et les droits de l’Homme à Hong Kong. Que pense la Chine de cette idée ?
  16. Q : Selon les médias, le Président du Soudan du Sud, Kiir, et le chef de l’opposition, Machar, se sont rencontrés à Juba récemment. Les deux parties sont parvenues à un consensus important sur la formation d’un nouveau gouvernement de transition d’ici le 12 novembre et sur d’autres questions relatives au processus de paix au Soudan du Sud. La partie chinoise a-t-elle des commentaires à faire à ce propos ?
  17. Q : Lorsque le Conseiller d’Etat Wang Yi participera à l’Assemblée générale des Nations unies la semaine prochaine, discutera-t-il de propositions ou de projets concrets dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » avec d’autres Etats membres de l’ONU ?
  18. Q : Le Ministre des Affaires étrangères des Maldives doit entamer sa visite en Chine aujourd’hui. Pourriez-vous en donner des détails ?
  19. Q : Dans une récente interview, l’ancien député britannique George Galloway a déclaré que certaines organisations étrangères étaient derrière les manifestations à Hong Kong. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce propos ?
  20. Un journaliste a posé la question suivante à l’issue de la conférence de presse : Q : Selon les médias, les îles Salomon ont décidé d’établir des relations diplomatiques avec la Chine. Nous avons constaté que les autorités de Taïwan avaient déclaré que l’assistance en matière de financement et d’infrastructures fournie par la Chine aux pays insulaires du Pacifique n’était pas souvent étayée et pourrait causer un lourd fardeau de la dette pour les pays bénéficiaires. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  21. Q : Selon une déclaration du porte-parole du Département d’État américain du 17 septembre, la partie américaine est déçue par la décision des Îles Salomon de rompre ses « relations diplomatiques » avec Taiwan et par le fait que la partie chinoise continue de réduire l’espace international de Taiwan et de changer le statu quo entre les deux rives du détroit de Taiwan. Suite à la décision des Îles Salomon d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, le Vice-Président américain Mike Pence a refusé de rencontrer le dirigeant salomonais pour un entretien sur le développement et la coopération. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  22. Q : Les États-Unis estiment qu’il est nécessaire pour le Conseil de Sécurité de l’ONU de discuter de l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes. Quel est le point de vue de la Chine à ce sujet ?
  23. Q : Le gouvernement du Venezuela et une partie des opposants ont signé un accord pour tenter de résoudre les problèmes du pays et ont mis en place un « mécanisme de dialogue national ». Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  24. Q : Aux Philippines, lors d’un coup de filet contre la fraude en matière d’investissement, plus de 300 ressortissants chinois ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir participé à des jeux d’argent en ligne. Pouvez-vous donner plus d’informations ou de détails à ce sujet ?
  25. Q : La porte-parole du Ministère vietnamien des Affaires étrangères Le Thi Thu Hang a déclaré, en parlant de la « reprise de l’invasion » par la flotte chinoise avec le navire de sondage « Haiyang Dizhi 8 » de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, ainsi que des mesures prises par le Vietnam, que le Vietnam s’opposait fermement à la « reprise de l’invasion grave » par la flotte chinoise avec le navire de sondage « Haiyang Dizhi 8 » des droits souverains et de la juridiction dans la zone maritime du Vietnam, établis conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). Elle a également fait savoir que « toute action entravant l’exploration pétrolière et gazière du Vietnam dans ses eaux constitue une violation du droit international ». La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?
  26. Q : Selon des responsables américains, le Président Trump, lors de la session de l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine prochaine, mentionnera probablement la situation des droits de l’homme au Xinjiang. Le Vice-Président américain Pence organisera lundi prochain une activité en faveur de la liberté religieuse. La Chine a-t-elle demandé aux États-Unis de ne pas aborder la question du Xinjiang à l’ONU ?
  27. Q : Mardi, des « manifestants pro-démocrates » de Hong Kong ont appelé les parlementaires américains à faire pression sur le gouvernement chinois. Denise Ho, qui figure parmi eux, a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un appel à l’ingérence étrangère pour l’indépendance de Hong Kong, mais d’une volonté d’œuvrer pour les droits de l’homme et la démocratie. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  28. Q : Une question sur les achats par la Chine de soja, de porc et d’autres produits agricoles aux États-Unis. La Chine a-t-elle encore acheté ces produits ces derniers temps ?
  29. Q : Selon des informations, la Présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, et des parlementaires des deux partis, ont tenu une conférence de presse sur la « loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong 2019 ». Joshua Wong et Denise Ho y ont été invités. Pelosi a déclaré que les deux partis de la Chambre des représentants et du Sénat soutenaient la loi en question. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  30. Q : Selon des médias, le Centre national pour la paix et la réconciliation (NRPC) du Myanmar ont eu des pourparlers de paix avec succès avec quatre forces armées ethniques, à savoir l’Armée de l’indépendance Kachin (KIA), l’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar (MNDAA), l’Armée de Libération nationale Ta’ang (TNLA) et l’armée d’Arakan (AA) à Kengtung le 17 septembre, aboutissant à plusieurs consensus et à la signature d’un procès-verbal de la rencontre. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  31. Q : Certains disent que la Russie et la Chine ont présenté respectivement leur projet de résolution sur un cessez-le-feu dans la région d’Idlib en Syrie, préconisant que le cessez-le-feu ne s’applique pas aux opérations militaires contre des forces terroristes. Pouvez-vous confirmer cela ?
  32. Q : Certains parlementaires américains ont récemment présenté la « loi sur le soutien et la politique tibétaine 2019 » à la Chambre des représentants. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  33. Q : Selon des informations, la Maison Blanche cherche à savoir si le Président Trump évoquera des questions liées au Xinjiang dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies le 24. Le Vice-Président américain Pence et le Secrétaire d’État Pompeo évoqueraient également des questions liées au Xinjiang lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Les États-Unis convoqueront une session sur les questions liées au Xinjiang. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  34. Q : L’Arabie saoudite a déclaré avoir communiqué « des preuves irréfutables » selon lesquelles l’Iran était à l’origine des récentes attaques contre des installations pétrolières en Arabie saoudite. La Chine croit-elle ce que l’Arabie Saoudite a déclaré ?
  35. Q : Les Tuvalu, pays ayant des « relations diplomatiques » avec Taiwan, viennent d’élire un nouveau Premier Ministre. La Chine a-t-elle contacté le gouvernement de ce pays et discuté de l’établissement de relations diplomatiques ?

CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_

Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 1 Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190916725400512101

La 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies s’ouvrira au siège des Nations Unies à New York le 17 septembre et le débat général commencera à partir du 24 septembre.
En marge de celui-ci auront lieu des réunions de haut niveau, telles que le Sommet Action Climat 2019 et le Sommet sur les objectifs du développement durable (ODD).

S.E. M.Wang Yi  M. WANG YI, Conseiller d’État et Ministre des affaires étrangères de la Chine

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera au débat général à la tête de la délégation chinoise, au Sommet Action Climat et au Sommet ODD en tant que représentant spécial du Président Xi Jinping, et mènera une série d’activités bilatérales et multilatérales.
Wang Yi présentera de manière intégrale le chemin parcouru par la Chine et les succès remportés par celle-ci pendant 70 ans, depuis la fondation de la République populaire de Chine ; il exposera la politique extérieure de la Chine, la position fondamentale de la Chine sur la situation internationale actuelle et les questions internationale et régionale d’importance majeure, exprimera le ferme soutien de la Chine au multilatéralisme et à l’ONU dans le but de promouvoir les échanges et la coopération entre la Chine et les autres pays du monde ainsi que les organisations internationales.

1

Q : Vous venez d’annoncer l’information relative à la participation du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi au débat général de la 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU. Pourriez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ? Quelles sont les activités multilatérales et les rencontres bilatérales prévues pour lui ?

ONU 74ème SESSION 2019 SEPTEMBRE 24 FOREIGN201909180932000200712626229

La 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies s’est ouverte mardi 24/09/2019  au siège de l’ONU à New York. — Le président de la 74e session de l’Assemblée générale, Tijjani Muhammad-Bande, a déclaré ouverte la session 2019-2020 de l’organe le plus représentatif des Nations Unies.
R : Le débat général de cette session de l’Assemblée générale des Nations Unies offre une occasion importante d’échanger sur des questions majeures relatives à la paix et au développement dans le monde.
En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, le plus grand pays en développement et le deuxième contributeur de l’ONU, la Chine continuera de défendre fermement le multilatéralisme et de soutenir le rôle actif de l’ONU dans les affaires internationales.
ONU Wang Yi SEPTEMBRE 2019 fbf05bca-df3b-11e9-94c8-f27aa1da2f45_image_hires_113137  China’s Foreign Minister Wang Yi addresses the Climate Action Summit at the United Nations General Assembly on Monday. Photo: AP
Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi fera une intervention lors du débat général et assistera au Sommet Action Climat et au Sommet des ODD en tant que représentant spécial du Président Xi Jinping.
Il présidera en outre
  • la rencontre entre les Ministres des Affaires étrangères des membres permanents du Conseil de Sécurité et le Secrétaire général de l’ONU,
  • la réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des États membres africains du Conseil de Sécurité,
  • la réunion des Ministres des Affaires étrangères du Forum sur les civilisations anciennes
  • le dialogue des Ministres des Affaires étrangères entre la Chine et le quatuor de la CELAC.
Par ailleurs, le Conseiller d’État Wang Yi
  • aura un entretien collectif avec les chefs de la diplomatie de la troïka du Conseil de coopération du Golfe (CCG)
  • participera à la réunion publique du Conseil de Sécurité de l’ONU,
  • rencontrera des chefs de la diplomatie des pays du BRICS
  • participera aux activités commémoratives du 70e anniversaire de la signature des Conventions de Genève.
Il aura également des rencontres bilatérales avec
  • le Secrétaire général de l’ONU,
  • le Président de la 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU,
  • les chefs de délégations ou les Ministres des Affaires étrangères de dizaines de pays,
et sera présent à la cérémonie d’ouverture d’une exposition de photos sur les réalisations accomplies depuis la fondation de la République populaire de Chine il y a 70 ans. Nous espérons, à travers les événements susmentionnés, renforcer les échanges, le dialogue et la coopération avec les autres pays et organisations internationales, travailler ensemble pour résoudre les problèmes internationaux et régionaux d’actualité brûlante et les questions planétaires d’intérêt commun, dans l’objectif d’apporter une nouvelle contribution à la paix mondiale et au développement partagé.

2

Q : Selon des reportages, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé son intention de déclarer la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte après la formation d’un nouveau gouvernement immédiatement après les élections dans le cas où les citoyens israéliens lui accorderaient le mandat.
Le Président palestinien Mahmoud Abbas a dit qu’il annulerait tous les accords conclus antérieurement avec Israël si Benjamin Netanyahu y parvenait. L’Arabie saoudite, la Jordanie, les Émirats arabes unis et la Ligue des États arabes ont tous condamné cette initiative et la communauté internationale se dit inquiète de cela.
Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

palestine_carte_01

R : La Chine s’oppose à toute action unilatérale susceptible d’intensifier le conflit entre Israël et la Palestine. Nous appelons Israël à agir avec prudence pour éviter l’escalade de la tension et des bouleversements dans la région et défendre réellement le fondement du processus de paix au Moyen-Orient.

3

Q : Des responsables américains disent que l’Iran doit assumer l’attaque contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite. La Chine pense-t-elle qu’une telle possibilité existe ?

ARABIE SAOUDITE ob_b5a05e_houti

R : Nous avons noté les reportages concernés. Il n’est pas responsable de désigner la partie qui devra en assumer la responsabilité sans une conclusion définitive à la fin des enquêtes. Nous nous opposons à toute pratique qui élargirait et aggraverait les conflits, et nous appelons les parties concernées à s’abstenir de tout acte susceptible de conduire à une escalade de la tension régionale : voici la position de la Chine. Nous espérons que les différentes parties feront preuve de retenue et œuvreront ensemble à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient.

4

Q : Le Secrétaire d’État adjoint américain, Christopher Ashley Ford, a récemment déclaré dans un discours que l’administration américaine élaborait des mesures « pangouvernementales » pour faire face aux défis sécuritaires lancés par la Chine aux États-Unis et à leurs alliés. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

USA Le Secrétaire d'État adjoint américain, Christopher Ashley Ford, 4bpw6ee35d3c8d1bgzt_800C450 Le Secrétaire d’État adjoint américain, Christopher Ashley Ford

R : Nous avons noté les reportages concernés. Le discours que vous avez mentionné, en faisant fi des faits, ternit et déforme arbitrairement les politiques intérieure et étrangère de la Chine et attise l’assertion de la menace chinoise, ce qui montre bien que certaines personnes aux États-Unis persistent dans la mentalité de la guerre froide et dans l’idée du jeu à somme nulle. Cela est très dangereux.
Les faits sont plus éloquents que les mots, et la justice se trouve dans le cœur de chacun. L’histoire a prouvé et continuera de prouver que le développement de la Chine représente des opportunités pour le monde. La Chine est toujours un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement mondial et un défenseur de l’ordre international. Cela ne peut être dénigré par aucun pays ou individu.
Nous exhortons les individus américains en question à renoncer à la mentalité de la guerre froide et à l’idée du jeu à somme nulle, à envisager de manière objective et rationnelle la Chine et les relations sino-américaines, à concentrer davantage d’énergie sur la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et les États-Unis et à apporter davantage de bonheur aux peuples des deux pays et des autres pays du monde.

5

Q : Le 12 septembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a déclaré, lors d’une interview accordée au Journal russe Trud, que les Ministères des Affaires étrangères russe et chinois avaient établi depuis longtemps des relations constructives, fondées sur la confiance mutuelle et la camaraderie, leur permettant de mener avec qualité et efficacité les différentes missions confiées par les deux Chefs d’État. Selon lui, les deux pays ont mis en place un cadre de coordination stratégique internationale si étroit et solide qu’aucune tierce partie ne pourrait créer de fossé entre eux, peu importe la peine qu’elle se donnerait. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

RUSSIE CHINE Wang Yi rencontre le Ministre russe des Affaires étrangères février 2019 W020190301366919331972 Wang Yi rencontre le Ministre russe des Affaires étrangères – 2019/02/28

R : Nous apprécions hautement les remarques positives du Ministre des Affaires étrangères Lavrov sur les relations sino-russes.

Cette année marque le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie.

Les relations sino-russes ont montré une forte vitalité et de vastes perspectives de développement après avoir résisté aux épreuves des aléas de la situation internationale. Passant du partenariat stratégique de coordination orienté vers le 21e siècle au partenariat stratégique global de coordination fondé sur l’égalité, la confiance mutuelle, le soutien réciproque, la prospérité commune et l’amitié éternelle, puis au partenariat stratégique global de coordination dans la nouvelle ère, les relations sino-russes ont maintenu un développement de haut niveau, atteignant sans cesse des sommets plus élevés.
Elles sont devenues le seul et unique exemple d’un nouveau type de relations entre États qui privilégie le dialogue à la confrontation, le partenariat à l’alliance, et qui ne vise aucune tierce partie. Elles sont également devenues une relation entre grands pays caractérisée par une confiance mutuelle au plus haut degré, une coordination au plus haut niveau et la valeur stratégique la plus importante dans le monde.

Ceux qui ne veulent pas voir la Chine et la Russie entretenir de si bonnes relations font tout ce qu’ils peuvent pour semer la discorde.

Mais je pense qu’ils seront déçus. Tout comme le Ministre des Affaires étrangères M. Lavrov l’a déclaré, la Chine et la Russie ont instauré un partenariat de coordination stratégique global très étroit et solide pour la nouvelle ère, et toute tentative de saboter les relations sino-russes est vouée à l’échec.

Vous tous avez peut-être remarqué qu’aujourd’hui, le Premier Ministre Li Keqiang est parti pour la Russie pour effectuer une visite officielle et coprésider avec le Premier Ministre Medvedev la 24e rencontre régulière des Chefs de gouvernement chinois et russe.

CHINE RUSSIE Li Keqiang avec le Premier Ministre Medvedev la 24e rencontre régulière des Chefs de gouvernement chinois et russe. W020190923380681841895 Conférence de presse conjointe avec le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, M. Li a rappelé que les deux pays célébraient cette année le 70e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.
La visite du Premier Ministre Li constituera un autre échange de haut niveau entre les deux pays après la visite d’État réussie du Président Xi Jinping en juin dernier et une rencontre importante à l’occasion du 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.
Comme le Premier Ministre Li l’a déclaré dans une interview écrite accordée à l’agence de presse russe TASS avant sa visite, le 70e anniversaire constitue un jalon important et un nouveau point de départ. Nous sommes convaincus que, grâce aux efforts conjugués des deux parties, le partenariat stratégique global de coordination sino-russe pour une nouvelle ère obtiendra davantage de résultats et contribuera encore plus au développement et au renouveau des deux pays, ainsi qu’à la paix et à la prospérité mondiales.

CHINE 2 Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190916725400520608

6

Q : Joshua Wong, un militant de Hong Kong, a exhorté les États-Unis à inclure une clause relative aux droits de l’homme dans les négociations économiques et commerciales sino-américaines et a sollicité le soutien de Washington au mouvement pour la démocratie de la ville. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

HONG KONG Joshua Wong, un militant de Hong Kong 13016954lpw-13019416-article-jpg_4937846

Joshua Wong, un militant de Hong Kong
R : L’individu que vous avez mentionné est un citoyen chinois, mais il s’est rendu partout pour quémander une ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Chine.
Le porte-parole du Bureau des Affaires de Hong Kong et de Macao relevant du Conseil des Affaires d’État a défini clairement la nature de cet individu.
Il n’est pas qualifié pour faire des remarques sur les questions liées aux relations sino-américaines.
La position de la Chine sur les questions relatives à Hong Kong et aux consultations économiques et commerciales sino-américaines est constante et claire. Je souligne encore une fois que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, qu’aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n’a le droit d’y intervenir.

Ceux qui s’opposent à la Chine, qui tentent de perturber Hong Kong et de se faire gros en s’appuyant sur des puissances étrangères sont voués à l’échec.

7

Q : Le Département d’État américain a déclaré, le 11 septembre, qu’à la demande du « gouvernement provisoire » du Venezuela, il avait lancé le Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR) avec le « gouvernement provisoire » vénézuélien et 10 autres pays. Des analyses de médias indiquent que cela ouvre la voie à une « intervention militaire ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

VENEZUELA L'armée vénézuélienne lors d'une parade militaire.(Archives) 2fcdf9e7-4490-4100-a790-ed53919da708         L’armée vénézuélienne lors d’une parade militaire.(Archives)

R : En ce qui concerne le Venezuela, la Chine s’en tient au maintien de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales, estime que les questions devraient être réglées dans le cadre de la Constitution par les milieux gouvernementaux et non gouvernementaux vénézuéliens, à travers le dialogue politique inclusif et les consultations.

Nous nous opposons à l’ingérence dans les affaires intérieures vénézuéliennes ou à une intervention militaire sous quelque prétexte que ce soit.

Nous appelons vivement les parties concernées à tenir compte de la stabilité et du développement de la région, ainsi que des intérêts fondamentaux du peuple vénézuélien, en jouant un rôle constructif, et à favoriser activement les pourparlers de paix dans le cadre du droit international pour promouvoir une solution politique dans les meilleurs délais.

8

Q : Depuis un certain temps, plusieurs responsables américains font pression sur Huawei en faisant des démarches dans le monde entier pour solliciter des voix. Le 12 septembre, l’assistant adjoint au Secrétaire du Département d’État américain, M. Strayer, a déclaré que lors de sa visite avec le Président de la Commission fédérale des télécommunications en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et à Bahreïn, ils avaient évoqué de nouveau les risques sécuritaires liés à l’utilisation du réseau 5G de Huawei. Il a dit que les États-Unis devaient exclure Huawei du réseau 5G pour en assurer la sécurité. Le South China Morning Post vient de citer un reportage de Bloomberg concernant une lettre adressée par la US Semiconductor Industry Association au Secrétaire du Département du Commerce, Ross, réclamant l’adoption rapide de mesures pour approuver les ventes à Huawei. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

USA Département d'État américain, M. Strayer 0601805457687-web-tete Département d’État américain, M. Strayer

R : Depuis un certain temps, les États-Unis abusent non seulement de leur pouvoir national pour réprimer des entreprises chinoises, mais font également de l’agitation partout dans le monde pour discréditer les entreprises chinoises. Un tel comportement va à l’encontre du principe fondamental du marché et des règles internationales. Ce n’est ni décent ni moral.
Les États-Unis fabriquent et propagent des rumeurs sur la menace que ferait peser Huawei sur la sécurité du réseau 5G, mais ils n’ont jamais fourni la moindre preuve. Tout récemment, le responsable américain à qui CNBC a demandé s’il existait des preuves irréfutables sur Huawei a donné la réponse suivante : « C’est une mauvaise question ! »

ALLEMAGNE Der Tagesspiegel 140210_TS_Titel_620x348

Jusqu’à présent, aucun pays, organisation, entreprise ou individu n’a produit de preuves montrant que Huawei constitue une menace. En mai 2019, Der Tagesspiegel a déclaré qu’après des années d’examen, le gouvernement britannique, l’Office fédéral allemand pour la sécurité de l’information et la Commission européenne n’avaient pas trouvé de porte dérobée chez Huawei, mais que des failles de sécurité ont été détectées dans les équipements de la société américaine Cisco, et que 10 cas de porte dérobée ont été révélés depuis 2013.

En 2014, Apple a reconnu dans une déclaration la possibilité d’accéder aux données personnelles des utilisateurs, telles que les textos, les adresses et les photos, via la porte dérobée de l’iPhone.

En 2018, les portes dérobées de Facebook ont été dévoilées.

Selon les révélations suite à l’incident lié à PRISM, les Américains ne bénéficient de la protection d’aucun secret personnel, qu’il s’agisse des appels téléphoniques, des communications, des documents et des données vocales.

En outre, les appels téléphoniques de dirigeants de 35 pays étrangers, y compris les plus proches alliés des États-Unis, ont été écoutés, parfois pendant 10 ans. Et selon des reportages, ce sont des entreprises américaines telles que Cisco et Apple qui ont aidé à mettre en œuvre les programmes de surveillance.
Ce sont des faits connus de tous. Je pense que toute personne impartiale parviendra à la conclusion que les pays voulant garantir la cybersécurité doivent se prémunir contre Cisco et Apple, mais non contre Huawei. Huawei a fait des clarifications et a pris des engagements sur les questions de sécurité à plusieurs reprises dans différentes enceintes.

La partie américaine peut-elle faire de même ?!

CHINE lwx_5g_290519_40

Je voudrais souligner que le problème de la sécurité de la chaîne d’approvisionnement a toujours existé tout au long du développement et de l’évolution des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce n’est pas un nouveau problème lié à la 5G ou à une entreprise quelconque. Nous nous opposons fermement à la fabrication de toutes pièces de la question de la « sécurité 5G de Huawei », et à la restriction, sous prétexte du concept de « sécurité nationale », du développement et de la coopération normaux au niveau des TIC par les entreprises chinoises.

Nous pensons que les différents pays devraient, à condition d’assurer l’équité, la justice et la non-discrimination, mener des discussions approfondies sur le véritable problème de sécurité de la chaîne d’approvisionnement et avancer des suggestions réalistes pour préserver ensemble la sécurité des produits et des services informatiques.

9

Q : Dimanche, des manifestants de Hong Kong se sont rassemblés devant le consulat général du Royaume-Uni à Hong Kong, appelant la partie britannique à prendre davantage de mesures pour protéger les Hongkongais, en leur offrant par exemple la citoyenneté britannique. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

HONG KONG les-manifestants-de-hong-kong-affrontent-la-police-anti-emeute-nouvelles-740x431

R : Le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a déjà réagi à ce qui s’est passé à Hong Kong ces deux derniers jours. Je tiens à dire que, concernant ceux qui ont demandé la citoyenneté britannique devant le consulat général britannique à Hong Kong, je ne sais pas s’ils peuvent être considérés comme de vrais Chinois. C’est très déshonorant, en tant que Chinois, de quémander de l’intervention étrangère, ce n’est certainement pas quelque chose dont on peut être fier.
Mon collègue a également exposé la position de la Chine sur les questions concernées. Conformément à l’Interprétation par le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale sur certaines questions relatives à l’application de la Loi sur la nationalité de la République populaire de Chine dans la région administrative spéciale de Hong Kong, tout résident de Hong Kong d’origine chinoise né sur le territoire chinois (y compris Hong Kong), ou toute autre personne qui remplit les conditions de nationalité chinoise prescrites par la Loi sur la nationalité de la République populaire de Chine, est citoyen chinois.

Tous les compatriotes chinois résidant à Hong Kong, qu’ils soient titulaires d’un passeport de citoyen des territoires dépendants britanniques ou d’un passeport britannique d’outre-mer, sont des citoyens chinois.

La Loi sur la nationalité de la République populaire de Chine stipule que la RPC ne reconnaît la double nationalité à aucun citoyen chinois.

CHINE 3 Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua ChunyingW020190916725400534788

CHINE 4 Conférence de presse du 16 septembre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190916725400539240


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1699145.shtml

CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_


Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying

CHINE 5 Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190917798652018403

10

Q : Selon des reportages, le 16 septembre, le caucus des îles Salomon a décidé de rompre les « relations diplomatiques » avec Taïwan et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, avec 27 voix pour, 0 voix contre et six abstentions. Le gouvernement a adopté cette décision lors d’une réunion du cabinet le même jour.
Quel est le commentaire de la Chine sur la décision du gouvernement des îles Salomon ? Quand la Chine établira-t-elle officiellement des relations diplomatiques avec les îles Salomon ?

l05-2281

R : La Chine apprécie hautement la décision du gouvernement des îles Salomon de reconnaître le principe d’une seule Chine et de rompre les soi-disant « relations diplomatiques » avec les autorités de Taïwan. Nous soutenons cette décision importante prise par les îles Salomon en tant que pays souverain et indépendant.

Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant toute la Chine. Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. Ce sont des faits fondamentaux et c’est le consensus universel de la communauté internationale. Sur la base du principe d’une seule Chine, la Chine a établi des relations diplomatiques officielles avec 178 pays.

Les îles Salomon ont décidé hier, par 27 voix contre zéro, de reconnaître le principe d’une seule Chine et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, ce qui prouve pleinement, à nouveau, le fait que le principe d’une seule Chine répond à l’aspiration commune des peuples du monde et constitue une tendance irrésistible de notre époque. Nous nous félicitons que le gouvernement des îles Salomon saisisse cette occasion historique pour faire un choix historiquement juste et nous nous réjouissons qu’il rejoigne sans tarder la grande famille de la coopération entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique, sur la base du principe d’une seule Chine. Nous sommes prêts à travailler avec les îles Salomon pour inaugurer la nouvelle ère du développement de nos relations bilatérales.

Quant à savoir quand la Chine établira officiellement des relations diplomatiques avec les îles Salomon, je voudrais citer un proverbe chinois : « Une fois les conditions réunies, l’affaire aboutit d’elle-même ».

11

Q : Deux installations pétrolières d’Aramco, en Arabie saoudite, ont subi de graves attaques, ce qui a entraîné la suspension de 50% de la production pétrolière du pays et provoqué des fluctuations importantes sur le marché pétrolier mondial. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
R : La Chine condamne les attaques contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite. Nous nous opposons à toute attaque contre des civils et des installations civiles. Nous appelons les parties concernées à s’abstenir de toute action susceptible de conduire à une escalade des tensions dans la région.

12

Q : Premièrement, avez-vous une date exacte pour la signature officielle entre la Chine et les îles Salomon de l’accord sur l’établissement de leurs relations diplomatiques ?
Deuxièmement, les autorités de Taïwan avaient fourni un « soutien financier » aux îles Salomon. Le gouvernement des îles Salomon a mené des discussions avec la Chine au sujet du remplacement de ce soutien financier, afin que l’argent qui venait de Taïwan vienne désormais de la partie continentale de la Chine. Pourriez-vous communiquer plus de détails ?

 

Le bâtiment du Parlement national des Îles Salomon & vue aérienne des iles …

R : J’ai l’impression que vous avez pesé chaque mot dans vos questions. (Le journaliste a ri.)
En ce qui concerne votre première question, je comprends que cela représente votre souhait de voir la Chine établir des relations diplomatiques avec les îles Salomon dans les meilleurs délais. Comme je viens de le dire en citant un proverbe chinois, « Une fois les conditions réunies, l’affaire aboutit d’elle-même ».
En ce qui concerne l’aide économique que vous avez mentionnée, nous avons également remarqué ce que certaines personnes à Taïwan ont dit lors d’une conférence de presse tenue l’autre jour. Les propos tenus par certaines personnes à Taïwan révèlent pleinement leur mentalité consistant à mesurer les autres à leur aune. En effet, ceux qui sont si habitués à utiliser l’argent pour « acheter » la diplomatie ne comprendront peut-être pas que certains principes ne peuvent être achetés, la confiance non plus.
Le gouvernement des îles Salomon a décidé de reconnaître le principe d’une seule Chine et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, ce qui prouve pleinement, à nouveau, le fait que le principe d’une seule Chine répond à l’aspiration commune des peuples du monde et constitue une tendance irrésistible de notre époque.
Nous sommes convaincus que l’établissement et le développement des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, deuxième économie du monde avec plus de 1,4 milliard d’habitants et un avenir prometteur, offriront des opportunités de développement sans précédent aux îles Salomon. Nous sommes prêts à travailler avec les îles Salomon pour ouvrir de nouvelles perspectives prometteuses à nos relations bilatérales.

13

Q : La Chine importe une grande quantité de pétrole de l’Arabie saoudite. Les récentes attaques contre les installations pétrolières de ce pays vont sûrement affecter l’approvisionnement de la Chine. Comment la Chine va-t-elle répondre à l’approvisionnement insuffisant en découlant ?
R : Comme je viens de le dire, la Chine condamne les attaques contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite. Nous nous opposons à toute attaque contre des civils et des installations civiles.
Naturellement, nous sommes préoccupés par l’impact des attaques sur la sécurité de l’approvisionnement mondial en pétrole et la stabilité des prix. Quant à connaître les impacts sur la Chine et les mesures qu’elle prendra, ce n’est pas une question diplomatique.

En fait, lors de la conférence de presse tenue hier par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’État, le porte-parole du Bureau national des statistiques a déjà répondu à une question y relative. Vous pouvez vous référer à sa réponse.

14

Q : Une question sur l’Afghanistan. Des diplomates ont déclaré que la Chine menaçait d’opposer son veto à une résolution sur l’Afghanistan aux Nations unies, car cette résolution n’incluait pas de termes sur l’initiative « la Ceinture et la Route ». Pourriez-vous confirmer cela ?

carte-relief-afghanistan CARTE du RELIEF de l’AFGHANISTAN

R : Je ne sais pas quelle est votre source.

Je peux vous dire que la situation en Afghanistan en est actuellement à un stade critique.

La Chine soutient la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) dans la fourniture d’une assistance continue au processus de paix et de reconstruction en Afghanistan et au développement socio-économique du pays.
À l’heure actuelle, les membres du Conseil de sécurité tiennent des consultations sur un projet de résolution sur la prorogation du mandat de la MANUA. Nous espérons que les membres du Conseil de sécurité maintiendront conjointement le consensus important atteint par le passé, respecteront les préoccupations légitimes de chacun, poursuivront leur coopération constructive sur la question de l’Afghanistan et préserveront l’unité du Conseil de sécurité.

15

Q : Tanya Chan, membre du Conseil législatif de Hong Kong, a appelé hier le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à tenir une session d’urgence et à lancer une enquête internationale pour défendre la justice et les droits de l’Homme à Hong Kong. Que pense la Chine de cette idée ?
hong kong 201909asia_china_hongkong_lam  Sur l’écran de télévision d’un magasin à Hong Kong, le 4 septembre 2019, l’on aperçoit la Cheffe de l’exécutif Carrie Lam, lors de son allocution concernant le retrait du projet de loi sur l’extradition de résidents vers la Chine continentale. © 2019 AP Photo/Kin Cheung
R : J’ai pris note du reportage que vous avez mentionné. Cette membre du Conseil législatif a également déclaré que Hong Kong était au bord de la crise humanitaire, non ? (Le journaliste a fait un signe de tête.)
Hong Kong est assurément au bord d’une crise, pas d’une « crise humanitaire » comme elle le prétend, mais d’une crise de l’État de droit. Au cours des deux derniers mois environ, nous avons clairement constaté l’évolution de la situation à Hong Kong. J’ai remarqué que des journalistes de CNN avaient récemment fait des reportages sur l’atteinte portée aux gens ordinaires et aux passants par les éléments radicaux et violents. Ces radicaux violents ont mené des attaques folles et odieuses et ont porté gravement atteinte à l’État de droit et à la sécurité de toute la société.
Je pense qu’en ce moment de crise, les habitants de Hong Kong doivent bravement prendre position contre la violence. La tâche la plus urgente et importante à l’heure actuelle à Hong Kong est de mettre un terme à la violence, au chaos, et à rétablir l’Etat de droit et l’ordre. Ce qui doit vraiment faire l’objet d’une enquête, ce sont ces radicaux violents, leurs actes criminels, et ceux qui tirent les ficelles en coulisses.

CHINE 6 Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190917798652016557

16

Q : Selon les médias, le Président du Soudan du Sud, Kiir, et le chef de l’opposition, Machar, se sont rencontrés à Juba récemment. Les deux parties sont parvenues à un consensus important sur la formation d’un nouveau gouvernement de transition d’ici le 12 novembre et sur d’autres questions relatives au processus de paix au Soudan du Sud. La partie chinoise a-t-elle des commentaires à faire à ce propos ?

SOUDAN SUD rencontre entre le Président du Soudan du Sud, Kiir, et le chef de l'opposition, Machar, 05d0895f-d082-4ac8-8f7e-50f2666f9332_w1023_r1_s

R : La Chine apprécie et se félicite de la rencontre entre le Président du Soudan du Sud, Kiir, et le chef de l’opposition, Machar, qui a abouti à un consensus sur la formation d’un nouveau gouvernement de transition à la date prévue et d’autres questions. Nous espérons que les deux parties saisiront cette occasion, accéléreront la mise en œuvre de l’accord de paix revitalisé et rétabliront rapidement la paix et la stabilité dans le pays. La Chine soutiendra comme toujours le processus de paix au Soudan du Sud et fournira l’aide nécessaire.

17

Q : Lorsque le Conseiller d’Etat Wang Yi participera à l’Assemblée générale des Nations unies la semaine prochaine, discutera-t-il de propositions ou de projets concrets dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » avec d’autres Etats membres de l’ONU ?

CHINE WANG YI 33605094-30926396 le Conseiller d’État Wang Yi

R : Hier, nous avons annoncé que le Conseiller D’État Wang Yi participerait au débat général de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies et à d’importantes réunions multilatérales et bilatérales connexes.
  • Il assistera au Sommet de l’action pour le climat et au Sommet des ODD en tant que représentant spécial du Président Xi Jinping.
  • Il présidera également la rencontre entre les Ministres des Affaires étrangères des membres permanents du Conseil de sécurité et le Secrétaire général des Nations unies,
  • Il présidera la réunion des Ministres des Affaires étrangères entre la Chine et les membres africains du Conseil de sécurité,
  • Il présidera la réunion des Ministres des Affaires étrangères du Forum des civilisations anciennes
  • Il présidera le dialogue des Ministres des Affaires étrangères entre la Chine et le Quatuor de la CELAC.
Par ailleurs, le Conseiller d’État Wang Yi
  • rencontrera collectivement les Ministres des Affaires étrangères de la troïka du Conseil de coopération du Golfe (CCG)
  • participera aux débats publics du Conseil de sécurité des Nations unies,
  • participera à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du BRICS
  • participera aux activités commémoratives du 70e anniversaire de la Convention de Genève.
Il tiendra également des réunions bilatérales avec
  • le Secrétaire général des Nations unies,
  • le Président de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies
  • les chefs de délégation ou Ministres des Affaires étrangères de dizaines de pays,
Et il assistera à la cérémonie d’ouverture d’une exposition de photos sur les réalisations accomplies par la République populaire de Chine depuis sa fondation il y a 70 ans.
Initiative importante pour la coopération internationale, « la Ceinture et la Route » a attiré une large attention et a été inscrite dans des documents de l’ONU.
Si une partie concernée s’intéresse à ce sujet, la Chine est prête à engager des discussions en la matière.

18

Q : Le Ministre des Affaires étrangères des Maldives doit entamer sa visite en Chine aujourd’hui. Pourriez-vous en donner des détails ?

maldives carte.jpg

R : Cette visite du Ministre des Affaires étrangères des Maldives constitue une occasion importante de renforcer la confiance mutuelle et d’élargir la coopération mutuellement bénéfique entre nos deux pays. Nous publierons plus d’informations sur la visite en temps voulu.

19

Q : Dans une récente interview, l’ancien député britannique George Galloway a déclaré que certaines organisations étrangères étaient derrière les manifestations à Hong Kong. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce propos ?

l'ancien député britannique George Galloway Untitled1-640x400          l’ancien député britannique George Galloway

R : Ce que l’ancien député britannique a dit à propos de l’ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong n’est que trop vrai.
Comme nous pouvons le constater dans les reportages des médias, certaines forces étrangères se sont immiscées dans les affaires de Hong Kong par divers moyens, notamment
  • en soutenant publiquement les éléments radicaux et violents,
  • en embellissant les actes criminels graves des radicaux violents
  • et en dénigrant les efforts de la police de Hong Kong visant à maintenir l’État de droit et l’ordre conformément à la loi.
Certains politiciens occidentaux sont même allés jusqu’à rencontrer publiquement les forces séparatistes de Hong Kong et leurs représentants et à les encourager et les appuyer.
En outre, nous pouvons également trouver des reportages dans les médias selon lesquels les États-Unis ont fourni d’importantes sommes d’argent à la prétendue opposition s’engageant dans des activités séparatistes, par le biais de la Fondation nationale pour la démocratie.
Nous avons également remarqué des reportages de BBC Newsnight selon lesquels certains organismes américains avaient organisé une série de séminaires pour offrir des formations sur les activités violentes dans la rue. Ils avaient une organisation solide et une division du travail bien nette.
Les médias en ont fourni des preuves dans leurs reportages. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Notre position est très claire et nous devons la réitérer : les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine et aucune ingérence d’un quelconque gouvernement, d’une force, d’une organisation ou d’un individu étranger n’est tolérée.

Nous conseillons à ces forces étrangères de discerner clairement la situation le plus rapidement possible et de cesser de jouer de sales tours à Hong Kong. Nous espérons que les éléments violents pourront prendre conscience de la situation, revenir à la raison et se rendre compte de la nature extrêmement préjudiciable de leurs actes.

Nous avons rassemblé des reportages disponibles en ligne. Si vous en avez besoin, nous sommes prêts à vous les fournir.

20

Un journaliste a posé la question suivante à l’issue de la conférence de presse :
Q : Selon les médias, les îles Salomon ont décidé d’établir des relations diplomatiques avec la Chine. Nous avons constaté que les autorités de Taïwan avaient déclaré que l’assistance en matière de financement et d’infrastructures fournie par la Chine aux pays insulaires du Pacifique n’était pas souvent étayée et pourrait causer un lourd fardeau de la dette pour les pays bénéficiaires. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Part de la Chine dans les exportations des pays en %

chine dépendance WEB_201911_Chine_carte_export-Desktop

Part de la Chine dans les exportations des pays en % > ►Plus de 25% – ►de 15% à 25% – ►de 10% à 15% – ►de 5%à 10% – ►–moins de 5%

►Le plus élevé > MONGOLIE 79% de ses exportations vers la Chine — le Deuxième c’est HONG KONG qui exporte 54% vers la Chine  — Selon la Banque mondiale – 25/03/2019


R : La Chine apprécie hautement la décision du gouvernement des îles Salomon de reconnaître le principe d’une seule Chine, de rompre les soi-disant « relations diplomatiques » avec les autorités de Taïwan et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine. Nous soutenons cette décision importante prise par les îles Salomon en tant que pays souverain et indépendant. Cela prouve pleinement, à nouveau, le fait que le principe d’une seule Chine répond à l’aspiration commune des peuples du monde et constitue une tendance irrésistible de notre époque.

La Chine et les pays insulaires du Pacifique sont tous des pays en développement.

Persévérant dans la bonne conception de la justice et des intérêts, la Chine développe une coopération avec les pays insulaires du Pacifique.
Nous leur avons également fourni beaucoup d’aides sincères dans la mesure du possible. L’aide chinoise à ces pays fait partie intégrante de la coopération Sud-Sud. Elle a quatre caractéristiques distinctes.
  1. Tout d’abord, l’égalité. Nous respectons pleinement la volonté des pays bénéficiaires, leur apportons une aide selon leurs besoins, ne nous ingérons jamais dans leurs affaires intérieures et n’assortissons notre aide d’aucune condition politique.
  2. Deuxièmement, le pragmatisme. Tous les projets sont établis sur la base de démonstrations scientifiques, prenant pleinement en compte leurs effets réels et la durabilité budgétaire.
  3. Troisièmement, l’ouverture. Notre aide ne vise aucune tierce partie. Nous nous appliquons à agrandir le gâteau de la coopération au lieu de nous engager dans un jeu à somme nulle.
  4. Quatrièmement, la durabilité. Persévérant dans l’idée d’enseigner à une personne à pêcher plutôt que de simplement lui donner un poisson, nous attachons de l’importance à aider les pays bénéficiaires à améliorer leurs capacités autonomes en matière de développement durable.

A la lumière de ces principes, la Chine a aidé les pays insulaires du Pacifique à construire une centaine de projets complets tels que des centres de conférence internationaux, des routes, des bureaux, des écoles et des hôpitaux. Nous avons fourni des bourses à plus de 5 000 étudiants et formé plus de 7 000 professionnels.

Ces mesures ont énergiquement stimulé le développement socio-économique et l’amélioration du bien-être de la population de ces pays, gagnant un accueil et une appréciation unanimes des gouvernements et des peuples locaux.
Au cours de la coopération entre la Chine et les pays insulaires, qu’il s’agisse de la sélection des projets ou de la coopération en matière d’investissement et de financement, les décisions sont prises avec prudence, d’un commun accord, après analyse des risques et études de faisabilité.
La Chine offre des prêts aux pays bénéficiaires en respectant pleinement la volonté de leurs gouvernements. Ces prêts sont investis dans des domaines dont le développement est impératif pour les pays bénéficiaires et qui souffrent d’une pénurie de fonds. Lorsque nos partenaires font face à des difficultés financières, nous recherchons toujours les solutions adéquates par des consultations amicales.

Jusqu’à présent, aucun pays n’a sombré dans une crise de la dette en raison de sa coopération avec la Chine.


Les investissements chinois vers l’étranger en 2016, en milliards de dollars

chine investissement dans le monde en 2016 WEB_201911_Chine_carte_tourisme2016-Desktop

►Plus de 100 milliards de Dollars – ►de 5 à 100 milliards de Dollars – ►de 1 à 5 milliards de Dollars de 0.5 à 1 milliard de Dollarde 0 à 0.5 milliard de Dollar

Le plus élevé HONG KONG avec 781 milliards de Dollars, le second les îles Caïmans avec 104 milliards de Dollars — Source : Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement


Je dois souligner que les propos des autorités de Taïwan sont une calomnie imaginaire. Cela révèle pleinement leur mentalité consistant à mesurer les autres à leur aune. Les pays insulaires du Pacifique sont les mieux placés pour dire si l’aide chinoise est bonne ou mauvaise. Les populations locales ont les yeux perçants.

CHINE 7 Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190917798652025225

CHINE 8 Conférence de presse du 17 septembre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020190917798652034826


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1699533.shtml

CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_


Conférence de presse du 18 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 9 Conférence de presse du 18 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923383763862969

La 16e édition de l’Expo Chine-ASEAN et le Sommet du commerce et de l’investissement Chine-ASEAN se tiendront du 21 au 24 septembre à Nanning, dans le Guangxi. Han Zheng, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois et Vice-Premier Ministre du Conseil des Affaires d’État, et les dirigeants des pays concernés de l’ASEAN sont invités à assister à la cérémonie d’ouverture et à d’autres activités.

21

Q : Selon une déclaration du porte-parole du Département d’État américain du 17 septembre, la partie américaine est déçue par la décision des Îles Salomon de rompre ses « relations diplomatiques » avec Taiwan et par le fait que la partie chinoise continue de réduire l’espace international de Taiwan et de changer le statu quo entre les deux rives du détroit de Taiwan. Suite à la décision des Îles Salomon d’établir des relations diplomatiques avec la Chine, le Vice-Président américain Mike Pence a refusé de rencontrer le dirigeant salomonais pour un entretien sur le développement et la coopération. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

usa le Vice-Président américain Mike Pence 800 le Vice-Président américain Mike Pence

R : Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant toute la Chine, et Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. Ce sont des faits historiques qui représentent un consensus universel de la communauté internationale.

Sur la base du principe d’une seule Chine, la Chine a établi des relations diplomatiques officielles avec 178 pays dans le monde.

La Chine apprécie hautement la décision du gouvernement des Îles Salomon de reconnaître le principe d’une seule Chine, de rompre les soi-disant « relations diplomatiques » avec les autorités de Taiwan et d’établir des relations diplomatiques avec la Chine. Nous soutenons les Îles Salomon dans la prise d’une décision aussi importante en tant que pays souverain et indépendant.

Les États-Unis ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur la base du principe d’une seule Chine dès 1979.

  • En quoi sont-ils qualifiés pour tenir des propos déplacés sur la décision d‘un pays souverain d’établir des relations diplomatiques avec la Chine sur la base du principe d’une seule Chine ?
  • N’est-ce pas une ingérence dans les affaires intérieures des Îles Salomon ?

La communauté internationale a une idée très claire à ce sujet.

En ce qui concerne le refus du Vice-Président Mike Pence de rencontrer le dirigeant des Îles Salomon, vous devriez poser la question à la partie américaine. Si elle se soucie réellement des pays insulaires du Pacifique, elle devrait agir davantage pour les aider à développer leur économie et améliorer les conditions de vie de leurs populations, au lieu d’interférer grossièrement dans les affaires intérieures de ces pays en brandissant le gros bâton des sanctions.

Nous exhortons les États-Unis

  • à respecter les droits souverains des autres pays dans la gestion indépendante de leurs affaires intérieures et extérieures,
  • à respecter le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains,
  • et à gérer avec prudence et de manière appropriée les problèmes liés à Taiwan,
pour éviter de porter gravement atteinte aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité du détroit de Taiwan.

22

Q : Les États-Unis estiment qu’il est nécessaire pour le Conseil de Sécurité de l’ONU de discuter de l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes. Quel est le point de vue de la Chine à ce sujet ?
R : Nous avons exposé à plusieurs reprises notre position sur cette question.
La Chine condamne l’attaque contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite. Nous nous opposons à toute attaque contre les civils et les installations civiles. Nous appelons les parties concernées à s’abstenir de toute action conduisant à une escalade de la tension dans la région. La Chine restera en contact avec les parties concernées en ce qui concerne l’évolution de la situation.

23

Q : Le gouvernement du Venezuela et une partie des opposants ont signé un accord pour tenter de résoudre les problèmes du pays et ont mis en place un « mécanisme de dialogue national ». Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet
R : La Chine a suivi de près la situation au Venezuela et adopte une position constante et claire à cet égard. Nous avons toujours adhéré à la préservation de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales, et au respect du droit du peuple vénézuélien à l’autodétermination. Dans le même temps, nous soutenons tous les efforts visant à un règlement politique par le dialogue.

24

Q : Aux Philippines, lors d’un coup de filet contre la fraude en matière d’investissement, plus de 300 ressortissants chinois ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir participé à des jeux d’argent en ligne. Pouvez-vous donner plus d’informations ou de détails à ce sujet ?
Arrestation de chinois Lors d’un raid de la police dans huit hôtels, 324 Chinois en flagrant délit auraient été interpellés © AP images2.persgroep.net Lors d’un raid de la police dans huit hôtels, 324 Chinois en flagrant délit auraient été interpellés © AP
R : Selon des sources d’information de l’ambassade de Chine aux Philippines, le 16 septembre, quelque 300 ressortissants chinois ont été arrêtés par le Bureau philippin de l’immigration au siège d’une entreprise de jeu d’argent en ligne, soupçonnés pour leur emploi illégal. L’ambassade de Chine aux Philippines reste en contact étroit avec la partie philippine, lui demandant de traiter l’affaire de manière juste et équitable conformément à la loi, et de garantir le traitement humanitaire ainsi que les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois concernés.

Je tiens à souligner que nous demandons toujours aux ressortissants chinois résidant à l’étranger de respecter les lois et réglementations locales, de remplir les formalités pour un permis de séjour légal et un permis de travail et de s’abstenir de participer aux jeux d’argent et aux emplois liés aux jeux d’argent.

CHINE 10 Conférence de presse du 18 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923383763885159

25

Q : La porte-parole du Ministère vietnamien des Affaires étrangères Le Thi Thu Hang a déclaré, en parlant de la « reprise de l’invasion » par la flotte chinoise avec le navire de sondage « Haiyang Dizhi 8 » de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, ainsi que des mesures prises par le Vietnam, que le Vietnam s’opposait fermement à la « reprise de l’invasion grave » par la flotte chinoise avec le navire de sondage « Haiyang Dizhi 8 » des droits souverains et de la juridiction dans la zone maritime du Vietnam, établis conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). Elle a également fait savoir que « toute action entravant l’exploration pétrolière et gazière du Vietnam dans ses eaux constitue une violation du droit international ». La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Chevauchement-de-la-«-langue-de-buffle-»-sur-les-ZEE-des-riverains-de-MCS

Lire l’article > https://www.asie21.com/2019/02/04/quand-les-pays-dasie-du-sud-est-se-preparent-a-livrer-a-pekin-les-clefs-de-la-mer-de-chine-du-sud/
R : La Chine a la souveraineté sur les îles Nansha, et des droits souverains et une juridiction sur les eaux adjacentes de Wan’an Tan dans les îles Nansha. La Chine dispose d’amples fondements historiques et juridiques.
Depuis le mois de mai 2019, le Vietnam mène des opérations unilatérales de forage pétrolier et gazier dans les eaux chinoises de Wan’an Tan, ce qui porte gravement atteinte aux droits et intérêts de la Chine et viole les stipulations des accords bilatéraux sino-vietnamiens, notamment l’Accord sur les principes fondamentaux régissant la résolution de la question maritime entre la Chine et le Vietnam, l’article 5 de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et les dispositions pertinentes de la CNUDM. La partie vietnamienne doit cesser immédiatement les activités d’infraction unilatérales et rétablir l’harmonie et la tranquillité dans les zones maritimes concernées.
Les opérations chinoises dans les eaux sous juridiction chinoise en Mer de Chine méridionale sont légales, justifiables et irréprochables. Nous entendons continuer à travailler avec la partie vietnamienne pour régler judicieusement les questions concernées par des consultations amicales.

26

Q : Selon des responsables américains, le Président Trump, lors de la session de l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine prochaine, mentionnera probablement la situation des droits de l’homme au Xinjiang. Le Vice-Président américain Pence organisera lundi prochain une activité en faveur de la liberté religieuse. La Chine a-t-elle demandé aux États-Unis de ne pas aborder la question du Xinjiang à l’ONU ?

 

onu trump 773x435_cmsv2_bde85545-bfb8-5550-a74b-d378f7f5df74-4179522  Le président américain Donald Trump, à la tribune de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le 24 septembre 2019. Tous droits réservés- REUTERS/Lucas Jackson
R : Pour le moment, je n’ai pas lu cette information, j’ai besoin de faire des vérifications.
Je tiens à dire que le débat général qui aura lieu à la 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU offre une plate-forme importante et une occasion pour la communauté internationale de discuter des problèmes majeurs qui touchent à la paix et au développement dans le monde.
Les différents pays du monde doivent profiter pleinement de cette occasion et de cette enceinte pour discuter des moyens de résoudre les problèmes internationaux et régionaux d’actualité brûlante et de relever les différents défis planétaires, en particulier la défense du multilatéralisme, l’amélioration de la gouvernance mondiale, la lutte contre l’unilatéralisme, le protectionnisme et les pratiques d’intimidation.
Si certains pays veulent profiter de cette occasion pour faire des remarques irresponsables sur les affaires d’autres pays dans le but de s’immiscer dans leurs affaires intérieures, leur tentative, contraire à la volonté populaire, n’aboutira pas.

27

Q : Mardi, des « manifestants pro-démocrates » de Hong Kong ont appelé les parlementaires américains à faire pression sur le gouvernement chinois. Denise Ho, qui figure parmi eux, a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un appel à l’ingérence étrangère pour l’indépendance de Hong Kong, mais d’une volonté d’œuvrer pour les droits de l’homme et la démocratie. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

Denise Ho, qui figure parmi eux, a déclaré qu'il ne s'agissait pas d'un appel à l'ingérence étrangère pour l'indépendance de Hong Kong,lightroom_2019-08-15_13-50-53-Copy Cantopop singer Denise Ho. Photo: Jennifer Creery/HKFP.

R : Nous avons répondu à plusieurs reprises à des questions similaires. Je tiens à réitérer que Hong Kong appartient à la Chine et que ses affaires sont purement des affaires intérieures de la Chine. Nous exhortons les États-Unis et les autres parties concernées à ne pas se mêler des affaires de Hong Kong et des affaires intérieures de la Chine. Dans le même temps, je mets en garde certaines personnes : toute tentative anti-chinoise et perturbant Hong Kong en sollicitant l’aide étrangère est vaine et vouée à l’échec.

28

Q : Une question sur les achats par la Chine de soja, de porc et d’autres produits agricoles aux États-Unis. La Chine a-t-elle encore acheté ces produits ces derniers temps ?

 R : Le porte-parole du Ministère chinois du Commerce Gao Feng a déjà répondu à cette question lors d’une conférence de presse jeudi dernier. Je n’ai rien de nouveau à ajouter.

CHINE 11 Conférence de presse du 18 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923383763881244


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1700282.shtml

CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_


Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 12 Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923389884544116

29

Q : Selon des informations, la Présidente de la Chambre américaine des représentants, Nancy Pelosi, et des parlementaires des deux partis, ont tenu une conférence de presse sur la « loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong 2019 ». Joshua Wong et Denise Ho y ont été invités. Pelosi a déclaré que les deux partis de la Chambre des représentants et du Sénat soutenaient la loi en question. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
_106272924_mediaitem106272923       Nancy Pelosi
R : Ces derniers temps, nous avons déclaré à plusieurs reprises notre position solennelle sur les propos et actes erronés de l’ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong.
Pelosi et d’autres politiciens américains, sans distinguer le vrai du faux, ont tenu impudemment une conférence de presse, menaçant de faire passer la loi sur Hong Kong, et rencontré des séparatistes favorables à l’« indépendance de Hong Kong ».
Ils ont fait des remarques irresponsables sur les affaires de Hong Kong, ce qui est une intervention grossière dans les affaires intérieures de la Chine. Nous en exprimons notre vif mécontentement et nous nous y opposons résolument.

Je tiens à réitérer que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine et qu’aucune ingérence étrangère ne sera permise.

etats-unis.1562034.c1000x300

Nous exhortons énergiquement les États-Unis

  • à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales,

  • à respecter scrupuleusement la souveraineté de la Chine,

  • à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong de quelque manière de ce soit,

  • à cesser de faire avancer la loi liée à Hong Kong,

  • à cesser de soutenir les forces violentes et radicales de Hong Kong et les forces séparatistes pour l’« indépendance de Hong Kong »,

  • et à cesser d’aggraver volontairement les propos et les actes compromettant la stabilité et la prospérité de la région administrative spéciale de Hong Kong.

30

Q : Selon des médias, le Centre national pour la paix et la réconciliation (NRPC) du Myanmar ont eu des pourparlers de paix avec succès avec quatre forces armées ethniques, à savoir l’Armée de l’indépendance Kachin (KIA), l’Armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar (MNDAA), l’Armée de Libération nationale Ta’ang (TNLA) et l’armée d’Arakan (AA) à Kengtung le 17 septembre, aboutissant à plusieurs consensus et à la signature d’un procès-verbal de la rencontre. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

1117-MyanmarEthnie-source-stimson-the-worldfactbook-2011

burma-map-990

cartes d’un article à lire >> https://lesakerfrancophone.fr/guerres-hybrides-7-comment-les-usa-pourraient-semer-le-desordre-au-myanmar-34
R : La Chine soutient fermement le processus de paix au Myanmar.
Nous défendons toujours et favorisons le règlement des divergences par le dialogue et les consultations.
L’avancement des pourparlers de paix entre la NRPC et les quatre forces armées ethniques a une grande importance pour atténuer la tension dans le nord du Myanmar et maintenir la paix et la stabilité à la frontière sino-myanmaraise.
La Chine s’en félicite. Nous espérons que les parties concernées maintiendront la dynamique des pourparlers de paix, consolideront les consensus et renforceront la confiance mutuelle en vue de nouveaux progrès des pourparlers de paix. Nous espérons également qu’elles feront preuve de la plus grande retenue pour maintenir réellement la paix et la stabilité dans le nord du Myanmar et dans la zone frontalière sino-myanmaraise. La Chine continuera de jouer un rôle constructif dans le processus de paix du Myanmar.

CHINE 13 Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923389884559911

31

Q : Certains disent que la Russie et la Chine ont présenté respectivement leur projet de résolution sur un cessez-le-feu dans la région d’Idlib en Syrie, préconisant que le cessez-le-feu ne s’applique pas aux opérations militaires contre des forces terroristes. Pouvez-vous confirmer cela ?
 R : Nous suivons de près la situation dans la région d’Idlib en Syrie et nous sommes préoccupés par la réactivation d’organisations terroristes. Nous nous sommes toujours prononcés pour l’unification des normes dans la lutte contre toutes les organisations terroristes répertoriées par le Conseil de Sécurité. Dans les circonstances actuelles, le Conseil de Sécurité doit appuyer les efforts visant à maintenir la stabilité dans la région et œuvrer à faire progresser le processus politique en Syrie.

Les efforts de lutte contre le terrorisme ne doivent pas s’arrêter. À la lumière de ces considérations, la Chine et la Russie ont présenté leur projet de résolution au Conseil de Sécurité. Nous souhaitons obtenir le soutien des différentes parties.

32

Q : Certains parlementaires américains ont récemment présenté la « loi sur le soutien et la politique tibétaine 2019 » à la Chambre des représentants. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

 

R : La soi-disant « loi sur le soutien et la politique tibétaine 2019 », présentée par certains parlementaires américains à la Chambre des représentants, viole gravement les normes fondamentales régissant les relations internationales, constitue une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine et émet un signal gravement erroné à l’attention des forces séparatistes pour l‘« indépendance du Tibet ». La Chine s’oppose fermement à cela.
Les affaires tibétaines sont purement des affaires intérieures de la Chine, et ne tolèrent aucune ingérence étrangère. Nous exhortons les États-Unis à prendre pleinement conscience de la nature extrêmement sensible des questions relatives au Tibet, à cesser de faire avancer la loi concernée et à cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de questions liées au Tibet.

CHINE 14 Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923389884560266

33

Q : Selon des informations, la Maison Blanche cherche à savoir si le Président Trump évoquera des questions liées au Xinjiang dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies le 24. Le Vice-Président américain Pence et le Secrétaire d’État Pompeo évoqueraient également des questions liées au Xinjiang lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Les États-Unis convoqueront une session sur les questions liées au Xinjiang. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

Xinjiang 2014217985861734_8

R : J’ai répondu hier à des questions à ce sujet. Le débat général de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies qui aura lieu bientôt offrira une plate-forme importante et une opportunité à la communauté internationale pour discuter des questions majeures concernant la paix et le développement dans le monde.

Si un pays profite de cette occasion pour faire des remarques irresponsables sur les affaires intérieures d’autres pays et tente de s’immiscer dans les affaires intérieures d’autres pays, il n’aura aucun appui et n’aboutira à aucun résultat.

En ce qui concerne les questions relatives au Xinjiang, je tiens à réitérer que les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine et qu’aucun pays étranger n’a le droit de s’y ingérer. Des responsables américains ont récemment critiqué à plusieurs reprises la politique de la Chine dans le Xinjiang au mépris des faits et sous le prétexte des droits de l’homme. La Chine s’oppose fermement à cela.

Les questions liées au Xinjiang ne concernent pas l’ethnie, la religion ou les droits de l’homme, mais la lutte contre le séparatisme et le terrorisme violent.

Les efforts de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme dans le Xinjiang ont abouti à des résultats remarquables ; il n’y a pas eu un seul attentat terroriste violent depuis les trois dernières années.
Les mesures concernées ont permis de préserver au mieux les droits des habitants de toutes les ethnies à la vie, à la santé et au développement, et ont apporté une grande contribution à la lutte internationale contre le terrorisme.

Près d’un millier de diplomates étrangers, de responsables d’organisations internationales et de journalistes se sont rendus au Xinjiang, ils ont reconnu et salué les efforts déployés localement pour combattre et prévenir le terrorisme conformément à la loi.

Nous exhortons les États-Unis à respecter la vérité et à cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures des autres sous le prétexte des droits de l’homme.

Si les États-Unis s’intéressaient vraiment aux droits de l’homme, ils devraient consacrer beaucoup plus d’énergie à régler leurs propres problèmes tels que

  • le débordement des armes,
  • la fracture sociale,
  • la discrimination sexiste et la sécurité sociale,
  • accorder une grande importance aux préoccupations exprimées dans le rapport de la Haute-Commissaire aux droits de l’homme,
  • régler les problèmes de la violence,
  • la détention de longue durée
  • l’entrave aux aides humanitaires visant les immigrants et les réfugiés,
  • cesser tout acte entraînant la séparation des enfants réfugiés de leurs familles,

et cesser toute violation des droits de l’homme des populations d’autres pays en ayant recours aux sanctions unilatérales à propos de tout et de rien.

34

Q : L’Arabie saoudite a déclaré avoir communiqué « des preuves irréfutables » selon lesquelles l’Iran était à l’origine des récentes attaques contre des installations pétrolières en Arabie saoudite. La Chine croit-elle ce que l’Arabie Saoudite a déclaré ?
 R : Nous avons noté les reportages concernés. Nous espérons qu’il y aura une enquête complète, objective et impartiale sur l’incident. Dans le même temps, la Chine appelle les parties concernées à s’abstenir de prendre des mesures qui aggraveront la tension régionale et à maintenir conjointement la paix et la stabilité dans la région.

35

Q : Les Tuvalu, pays ayant des « relations diplomatiques » avec Taiwan, viennent d’élire un nouveau Premier Ministre. La Chine a-t-elle contacté le gouvernement de ce pays et discuté de l’établissement de relations diplomatiques ?

Les Tuvalu, pays 16441495

L’archipel fait 26 km², répartis en neuf îles et atolls coralliens. (Photo -Torsten BlackWood AFP) Image-1024-1024-1623302  L’archipel fait 26 km², répartis en neuf îles et atolls coralliens. (Photo : Torsten BlackWood/AFP) 

L’archipel fait 26 km², répartis en neuf îles et atolls coralliens. 3266595636_1_3_E01AlBm0

R : La position de la Chine est constante et claire. Nous sommes prêts à développer des relations de coopération amicale avec tous les pays du monde sur la base de l’unicité de la Chine et des cinq principes de la coexistence pacifique.

CHINE 15 Conférence de presse du 19 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang W020190923389884572315


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1700286.shtml

CHINE 2019 SYMBOLE 61JupIY5V5L._SY355_