2976 – Vidéo. A. Deysine … Les Etats-Unis de Trump … perte de leadership et hausse de l’insécurité ?

Par Anne DEYSINE, le 23 août 2018 – DIPLOWEB.COM

sans a priori>  34 minutes de conférence & 23 minutes de questions : écouter vers 40′ la question « cru » d’un étudiant en Histoire … Pas mal ! la réponse est claire également – à 47′ les droits de l’Homme > 2 visions – à 50’… le libre échange et la financiarisation … 51′ le succès de Trump toujours important ? Rôle des médias et de la silicone valley à 55′ la dette américaine plus du trillions de dollar…
A écouter c’est intéressant même si on est pas d’accord sur tout


Américaniste et diplômée de l’IEP de Paris. Professeure des universités, Université Paris Ouest Nanterre. Spécialiste des questions politiques et juridiques en France et aux États-Unis. Résumé : Thomas Marrier d’Unienville pour Diploweb.com


Comment D. Trump respecte-t-il l’État de droit et les engagements internationaux des États-Unis ? Anne Deysine répond sans langue de bois à l’occasion d’une conférence prononcée dans le cadre du 10e Festival géopolitique.

 

Cette vidéo peut facilement être diffusée en classe ou en amphi pour illustrer un cours ou un débat.

Résumé par Thomas Marrier d’Unienville pour Diploweb.com

Le livre « Fire and Fury » de Michael Wolff interroge voire met en doute la capacité du 45e président des États-Unis Donald J. Trump[1] (2017 – ) à gouverner. Durant cette conférence, Anne Deysine propose de s’interroger sur la perte de leadership moral et de softpower des États-Unis.

Le « rule of law  » représente une valeur fondamentale. Cette primauté du droit implique la souveraineté du peuple, la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse et l’indépendance de l’appareil judiciaire. Donald J. Trump[2] tend à mettre en péril ces piliers de la démocratie américaine. A titre d’exemple, ses attaques à l’encontre des médias vont dans le sens contraire du principe de la liberté de la presse. Ce phénomène de lynchage a pour conséquence majeure de banaliser les atteintes portées au Premier Amendement qui garantit la liberté de la presse. En d’autres termes, le chef d’État et du gouvernement des États-Unis, agissant de la sorte, corrode les normes officielles et implicites.

Si R. Nixon, président républicain (1969-1974) lui aussi, avait fait campagne pour le « law and order », le président Trump suit un courant divergent. Lui critique quotidiennement l’appareil judiciaire. Il met donc en doute la légitimité du « law enforcement ». Cela se manifeste, entre autres, par des attaques envers le ministère de la Justice [1], du Département de la Défense, mais aussi les agences de renseignement qui avaient révélé une potentielle ingérence russe au cours de la dernière campagne présidentielle américaine (2016). Le président américain innove en attaquant directement les individus.

Vidéo. A. Deysine Les Etats-Unis de Trump : perte de leadership et hausse de l'insécurité ?
Anne Deysine
Américaniste et diplômée de l’IEP de Paris. Professeure des universités, Université Paris Ouest Nanterre.

Un premier constat surgit. Donald J. Trump menace l’État de droit, fondation des institutions américaines.

De par la décision prise du président Donald J. Trump, les États-Unis sont sortis des accords de Paris. Grâce au système fédéral, les États fédérés peuvent individuellement mettre en place des normes environnementales strictes. Ce faisant, ces derniers peuvent travailler en parallèle des États signataires de l’accord sur le climat. Par ailleurs, la politique d’immigration en cours d’application fait couler de l’encre et bon nombre de citoyens américains s’insurgent. Malgré ces remous, le manque de soutien du pouvoir fédéral (moral comme financier) aux Etats fédérés entrave cette opposition.

Un second constat émerge. Ces menaces suscitent des résistances. Celles-ci sont nombreuses, elles viennent de la société civile, des juridictions cependant, elles ne semblent pas suffisantes.

Anne Deysine évoque une dérégulation massive mise en place par l’administration Trump et le Congrès. Par exemple, Trump semble mentir sur bon nombre de sujet afin de brouiller les pistes.

Enfin, ces « comportements internes » ont des répercussions sur le plan international. Les attaques récurrentes envers les différents médias et autre contre-pouvoirs menacent ainsi la crédibilité et la légitimité des États-Unis [3] sur la scène internationale. Cette phobie des contre-pouvoirs s’alliait, jadis, aisément aux puissances autocratiques.

En somme, la perte de leadership des États-Unis découle d’actions menées à l’international sans respect des comportements diplomatiques « habituels » récents. Son affection pour des dirigeants tels que Vladimir Poutine (Russie)[4], Recep Tayyip Erdogan (Turquie)[5] ou encore Rodrigo Duterte (Philippines) constitue une première épine. Le retrait du Trans-Pacific Partnership de janvier 2017, le retrait des Accords de Paris en juin 2017 ou encore le retrait de l’UNESCO en octobre 2017 caractérisent les États-Unis de Trump. Des États-Unis agissant pour leurs intérêts, sans consultation d’autrui, et étant conscients de leur poids significatif dans les relations internationales, se moquent des considérations des autres. Cette politique internationale a pour principal effet de rétrograder les Etats-Unis.

Le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015[6], vient s’ajouter et amplifier ce recul.

Copyright pour le résumé Août 2018-Marrier d’Unienville/Diploweb.com


SOURCE/ https://www.diploweb.com/Video-A-Deysine-Les-Etats-Unis-de-Trump-perte-de-leadership-et-hausse-de-l-insecurite.html