2157 – Le Groupe de Visegrád s’ouvre à l’Est

le 03/09/2017

Hongrie, Budapest – L’élargissement de la liste des pays du Partenariat oriental de l’Union européenne revêt une importance stratégique pour le groupe Visegrád, a déclaré jeudi le ministre hongrois des Affaires étrangères.

Lors d’une conférence de presse après une réunion des dirigeants du V4, de la Commission européenne et représentants de l’Estonie (présidant actuellement le Conseil de l’UE) et des pays du Partenariat oriental à Budapest, Péter Szijjártó a exhorté l’adoption d’une résolution visant la mise en place d’une stratégie de construction d’alliance « la plus ambitieuse et la plus audacieuse possible » au prochain sommet UE-Partenariat oriental (PO) à Bruxelles.

Le V4 s’efforcera également de faire en sorte que le budget alloué à ce partenariat ne soit pas réduit dans le prochain cycle de financement de l’UE, a déclaré Szijjártó.

Le ministre a déclaré que les pays du PO pourraient aider à endiguer le phénomène de migration de masse vers l’Europe et favoriser le bloc européen à atteindre plus efficacement les marchés de l’Extrême-Orient. Ces pays peuvent également aider à prévenir la propagation d’idéologies extrémistes qui alimentent le terrorisme, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les réalisations du Partenariat oriental, le ministre Szijjártó a souligné la mise en place du régime sans visa accordé à la Géorgie et à l’Ukraine et l’accord d’association Ukraine-UE devant entrer en vigueur le vendredi 1er septembre.

En ce qui concerne la sécurité énergétique, M. Szijjártó a déclaré que le lien entre le gazoduc-sud (principalement fournit par l’Azerbaïdjan) et l’Europe centrale aurait été impossible sans les membres du PO.

Le ministre polonais des Affaires étrangères Witold Waszczykowsky a exprimé l’espoir de voir les États membres de l’UE soutenir l’approfondissement des liens avec les pays du Partenariat oriental lors du sommet de novembre à Bruxelles.

Pavlo Klimkin, ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, a qualifié la proposition d’approfondir les relations entre le PO et l’UE de « signe de solidarité européenne ». Il a également déclaré que l’entrée en vigueur de l’accord d’association serait « un moment important » car « nous sommes en route vers un avenir européen en dépit de l’agression russe ». C’est le seul chemin qui peut conduire à l’adhésion à l’Union européenne pour l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, a-t-il dit.

Le secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères slovaque Lukáš Parízek a déclaré que le sommet de novembre se devait de fixer aux deux parties une vision commune pour le futur. L’UE doit préciser les réformes qu’elle attend des pays du Partenariat oriental, a-t-il ajouté, ajoutant que six pays partenaires avaient déjà rassuré le bloc européen de leur intention d’introduire les réformes nécessaires.

Le ministre azerbaïdjanais des affaires étrangères Elmar Mammadyarov a déclaré que son pays travaillait avec l’UE dans cinq domaines spécifiques, ajoutant que les discussions sur un accord de partenariat stratégique étaient en cours. Il a déclaré que la coopération UE-Azeri se concentrerait principalement sur le commerce, l’éducation et l’avancement de la démocratie, ajoutant que le gazoduc-sud, qui pourrait fournir 20 pour cent des réserves de gaz de l’UE, jouerait également un rôle important.

Le secrétaire d’Etat tchèque au ministère des Affaires étrangères, Petr Gajdusek, a déclaré qu’il fallait chercher à renforcer la coopération «pratique» entre l’UE et le PO, ajoutant que le partenariat devrait proposer un plan « beaucoup plus large » pour aller de l’avant en conclusion du sommet de novembre.

Le ministre géorgien des Affaires étrangères Mikheil Janelidze a noté que son pays était un partenaire de l’UE depuis près de quatre ans. Le partenariat permet à la Géorgie de placer ses produits sur le marché unique et ses citoyens ont une entrée sans visa dans l’UE. L’objectif final, cependant, est l’appartenance à l’UE à part entière, a-t-il ajouté.

Szijjártó et Waszczykowski contre le « double standard » de l’UE

La Hongrie rejette l’utilisation par l’Union européenne du « double standard » contre tout État membre, a déclaré Péter Szijjártó, ministre des Affaires étrangères.

« Nous rejetons l’Union Européenne en appliquant le double standard à l’égard de n’importe quel pays, et malheureusement, nous pouvons voir la forte utilisation par la Commission européenne du double standard dans le cas de la Pologne. Ceci est inacceptable, » a déclaré Szijjártó en réponse à une question sur les relations UE-Pologne après les entretiens entre les responsables des pays de l’UE et du Partenariat oriental.

Il serait préférable que les institutions de l’UE « se concentrent sur leurs emplois réels plutôt que sur le choix … et le châtiment de certains États membres sans raison, » a déclaré le ministre.

La question de la sécurité de l’UE « n’a jamais été aussi mauvaise qu’aujourd’hui, » a déclaré Szijjártó, ajoutant que la Hongrie ne soutiendrait aucune mesure de l’UE qui nuirait à la Pologne. M. Szijjártó a ensuite ajouté qu’alors que l’UE connaissait une « fatigue de son processus d’expansion », le V4 s’engageait à renforcer l’intégration de l’UE et à accélérer ce processus vis-à-vis des Balkans occidentaux.

Il a déclaré qu’il espérait que le nombre d’États membres de l’UE augmenterait dans un proche avenir, ajoutant que « nous rejetons la déclaration du président de la Commission européenne selon laquelle il n’y aura plus d’expansion du bloc au cours des cinq prochaines années ».

Interrogé sur une visite récente en Europe centrale par le président français Emmanuel Macron[1] – qui a rencontré les Premiers ministres tchèque et slovaque, mais pas ceux de Hongrie et de Pologne – Szijjártó a déclaré que des tentatives avaient été faites dans le passé pour perturber le V4 mais sans succès. Il a déclaré que la coopération du V4 continuerait d’être l’alliance la plus efficace et la plus soudée au sein de l’UE. Il a également noté que les Premiers ministres du V4 avaient déjà rencontré le président français en juin[2].

En ce qui concerne Frans Timmermans, de la Commission européenne, le ministre polonais des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, a déclaré qu’il a dépassé ses pouvoirs en tant que fonctionnaire de l’Union européenne et a commis une « action politique » contre la Pologne.

M. Waszczykowski a déclaré que Timmermans avait été invité en Pologne, mais qu’au lieu de dialoguer avec les ministres des Affaires étrangères et de la justice du pays, il « a participé à des manifestations politiques ».

« Par conséquent, je pense qu’il a décidé d’aller au-delà de ses prérogatives en tant que fonctionnaire international, bureaucrate international travaillant pour une institution européenne, et a entrepris un débat politique, une action politique contre la Pologne, » a déclaré Waszczykowski aux journalistes.

Articles sources : The Hungary Journal

 

liens[]

  1. https://sansapriori.net/2017/08/31/2140-macron-en-europe-centrale-vu-deurope-centrale/
  2. https://visegradpost.com/fr/2017/06/26/macron-contre-visegrad/

https://visegradpost.com/fr/2017/09/03/le-groupe-de-visegrad-souvre-a-lest/

2017.09.04 horizons-visegrad-pix-12-02-2016-01

Une réflexion au sujet de « 2157 – Le Groupe de Visegrád s’ouvre à l’Est »

Les commentaires sont fermés.