2063 – Ministère Russe des Affaires étrangères entre le 3 et 8 Août 2017

Communications du Ministère Russe des Affaires Étrangères entre le 3 et 8 Août 2017

1- Allocution et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’issue de la Réunion ministérielle Russie-ANASE et de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Sommet de l’Asie orientale et du Forum régional de l’ANASE sur la sécurité, Manille, 8 août 2017

2 – Commentaire et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’issue de ses entretiens bilatéraux en marge des activités de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), Manille, 6 août 2017

3 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les nouvelles sanctions de l’UE 04/08/2017

4 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la participation du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la Réunion ministérielle Russie-ANASE, à la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’EAS et à la 24e session de l’ARF 04/08/2017

5 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la position du Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe Nils Muižnieks par rapport à la plainte « Ecodefence et autres contre Russie » 04/08/2017

6- Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant le blocage par certains pays du communiqué de presse du Conseil de sécurité des Nations unies pour condamner les attaques contre la représentation diplomatique à Damas 04/08/2017

7 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les déclarations du vice-Président américain à Podgorica. – 03/08/2017

RUSSIA-FEATURE
A picture taken on April 5, 2012, shows an aerial view of central Moscow, with the headquarters of Russia’s Foreign Ministry, one of the so-called Stalin high rises, in the foreground. AFP PHOTO / ALEXANDER NEMENOV

 

8 août 201710:58

1 – Allocution et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’issue de la Réunion ministérielle Russie-ANASE et de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Sommet de l’Asie orientale et du Forum régional de l’ANASE sur la sécurité, Manille, 8 août 2017

 

Manille a accueilli pendant deux jours les activités de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE)**.

L’ANASE réunit près de vingt partenaires. Une série de discussions a eu lieu entre l’ANASE et chaque partenaire en particulier, notamment au format Russie-ANASE, ainsi que des rencontres entre les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Sommet de l’Asie orientale (EAS) (qui inclut les pays de l’ANASE et ses partenaires principaux) et le Forum régional de l’ANASE (ARF) traditionnellement consacré à la sécurité.

Pendant la réunion Russie-ANASE au niveau des ministres des Affaires étrangères, nous avons évidemment félicité nos collègues à l’occasion du 50e anniversaire de l’Organisation. Nous avons évoqué la mise en œuvre des accords conclus au sommet de Sotchi en mai 2016. Nous avons approuvé la « feuille de route » pour mettre en œuvre les recommandations présentées à l’étude de nos présidents par le groupe d’éminentes personnalités dans le contexte de ce sommet. Nous avons approuvé les déclarations séparées nous mobilisant pour une coopération plus active dans la lutte contre le terrorisme, et validé le programme d’action pour lutter contre le trafic de stupéfiants.

Nous avons réaffirmé notre disposition à augmenter le nombre de bourses accordées à nos collègues des pays de l’ANASE afin de former des cadres pour les forces de l’ordre dans nos établissements supérieurs du Ministère russe de l’Intérieur et du FSB.

Nous sommes convenus de promouvoir notre coopération économique. Il y a beaucoup de réserves. Nous avons mis au point plus de vingt projets actuellement en cours d’élaboration qui seront examinés plus en détail pendant la rencontre des ministres de l’Économie de la Russie et de l’ANASE en septembre 2017. En septembre également, en marge du Forum économique oriental, se tiendra le dialogue des milieux d’affaires de la Russie et de l’ANASE. On prévoit également d’importants événements culturels et sociaux consacrés, comme je l’ai déjà dit, au 50e anniversaire de l’ANASE: l’orchestre conjoint Russie-ANASE et les forums de jeunesse et universitaire.

Notre rencontre a également abouti à la formation d’un groupe d’experts du milieu académique pour se pencher sur notre future coopération. En ce qui concerne les rencontres ministérielles des pays membres de l’EAS et de l’ARF, au centre de l’attention se trouvaient les questions de perfectionnement de la coopération sur les problèmes de sécurité, de coopération et dans l’ensemble d’architecture interétatique en Asie-Pacifique.

Pendant le Sommet de l’Asie orientale, qui se tiendra cet automne ici même, à Manille, il a été décidé de soumettre le projet de document que la Russie a préparé avec l’Indonésie. Il est consacré à la lutte contre l’idéologie du terrorisme. Tout le monde a reconnu que c’était un thème primordial sur lequel il fallait se pencher de près. Nous promouvons la même initiative à New York dans le cadre de l’Onu.

Nous sommes également convenus d’ajouter à l’agenda de l’EAS le problème de la lutte contre les maladies infectieuses. C’est une initiative de la Russie, et la première réunion consacrée à ce problème se tiendra dans notre pays en octobre 2017.

En parlant du forum régional sur la sécurité, je voudrais noter l’intérêt pour notre initiative de faire l’inventaire de toutes les structures qui fonctionnent en Asie-Pacifique, y compris celles que j’ai évoquées (c’est-à-dire l’ANASE + les partenaires de dialogues, l’EAS, le Forum régional sur la sécurité de l’ANASE).

Il existe également une structure appelée ASEANAPOL. C’est un ministère de l’Intérieur, une Interpol régionale avec laquelle nos représentants travaillent activement. Il y a le mécanisme des réunions des ministres de la Défense des États membres de l’ANASE avec des partenaires de dialogue, auquel participe également le Ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

Nous avons proposé de réfléchir à l’établissement de relations de réseau entre toutes ces structures pour mieux coordonner leur activité et, dans ce contexte, développer également les contacts avec les organisations qui ont été créées en dehors des structures centrées sur l’ANASE, notamment l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Dans ce contexte nous avons rappelé l’accord convenu par le Président russe Vladimir Poutine avec ses homologues au sommet de l’ANASE à Sotchi en mai 2016 sur la formation d’un Grand partenariat eurasiatique pour établir des liens diversifiés réguliers entre les pays membres de l’Union économique eurasiatique (UEE), de l’OCS et de l’ANASE.

Je trouve qu’un très bon travail a été fait, mais il faudra encore prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre ce qui a été convenu. Tout le monde y est disposé. Nous y contribuerons activement.

Question: La Corée du Nord a-t-elle amorcé un changement de position après l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies?

Sergueï Lavrov: J’ai entendu que le Ministère nord-coréen des Affaires étrangères avait fait une dure déclaration pour rejeter cette résolution qu’il juge injuste. Les représentants nord-coréens ont toujours réagi ainsi à toutes les autres résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Nous jugerons en fonctions des démarches concrètes.

Nous sommes convaincus qu’il n’existe pas d’alternative à la reprise du processus de paix, notamment des négociations à Six. La Russie et la Chine ont soumis des propositions appropriées. Nous les promouvrons à New York et sur d’autres plateformes. Bien sûr, nous poursuivrons le dialogue avec nos voisins nord-coréens. Nous espérons qu’avec une approche raisonnable de tous les acteurs, y compris évidemment les USA, la République de Corée et le Japon, nous pourrons trouver une solution qui convienne à tous.

**https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_des_nations_de_l%27Asie_du_Sud-Est


SOURCE/ http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2833873


6 août 201715:56

2 – Commentaire et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’issue de ses entretiens bilatéraux en marge des activités de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), Manille, 6 août 2017

 

 

Les premiers entretiens bilatéraux ont eu lieu en marge des activités de l’ANASE. Il y a eu des contacts avec les ministres des Affaires étrangères de la Turquie, Mevlüt Cavusoglu, et de la Chine, Wang Yi, ainsi qu’avec le Secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

Avec mon homologue turc Mevlüt Cavusoglu, nous avons évoqué la mise en œuvre des accords conclus dans le cadre du processus d’Astana, ainsi que les préparatifs de la prochaine réunion des représentants de la Russie, de la Turquie et de l’Iran, qui se tiendra à Téhéran les 8 et 9 août. On y poursuivra la discussion sur le renforcement du régime des zones de désescalade en Syrie. Comme vous le savez, trois de ces zones sont déjà mises en place: au sud du pays, dans la Ghouta orientale et au nord de Homs. Actuellement, on travaille à l’établissement de la quatrième zone, la plus grande et la plus complexe, dans la province d’Idleb.

Avec mon homologue chinois Wang Yi, nous avons abordé la mise en œuvre des accords conclus pendant la visite du Président chinois Xi Jinping en Russie le 4 juillet. Le travail avance rapidement. Nos représentants au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères supervisent le mécanisme dans le cadre duquel sont mises en œuvre toutes les décisions de nos dirigeants.

Nous avons également abordé la préparation du sommet du groupe des Brics, qui aura lieu début décembre en Chine, ainsi que notre coopération à l’OCS.

Bien sûr, une attention particulière a été accordée à la situation sur la péninsule coréenne, y compris dans le contexte de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée cette nuit. Hormis les nouvelles mesures assez sérieuses pour faire pression sur le gouvernement Pyongyang afin de faire appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies concernant les programmes nucléaires et balistiques en Corée du Nord, elle mentionne également l’attachement profond du Conseil de sécurité à la reprise des négociations à Six pour trouver une solution politique à ce problème.

La Russie et la Chine, vous le savez, ont une position commune. Elle est fixée par la déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de nos pays du 4 juillet et implique le progrès dans le processus de paix par le biais de l’initiative chinoise sur le double gel de tous lancements de missiles et essais nucléaires en Corée du Nord et le gel des exercices militaires d’envergure des USA et de la République de Corée.

Hormis cette approche chinoise, notre déclaration conjointe mentionne la proposition russe d’élaborer une feuille de route pour le rétablissement progressif de la confiance et la création des conditions pour la reprise des négociations à Six. Nous avons convenu de promouvoir cette approche lors d’activités concrètes, notamment à l’Onu.

Nous avons longuement parlé avec le Secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

Il voulait surtout connaître (c’est par là qu’il a commencé) les détails des décisions que nous avons dû prendre pour réagir à la loi sur les sanctions antirusses adoptée par le Congrès américain.

Nous avons fourni ces explications en nous appuyant sur l’interview du Président russe Vladimir Poutine à la chaîne Rossiya. Tout y est détaillé: il explique les raisons des décisions que nous avons prises après une longue attente, après avoir espéré que les USA ne choisiraient pas la voie de la confrontation.

Mais, malheureusement, la disposition russophobe des membres du Congrès l’a empêché.

Nous avons évoqué notre coopération dans d’autres domaines. Nous avons rappelé l’entente convenue pendant la réunion du Président russe Vladimir Poutine et du Président américain Donald Trump à Hambourg, y compris la nécessité d’établir une coopération dans le domaine de la cybersécurité, de la lutte contre la cybercriminalité et de la prévention des cybercrimes.

Nous avons abordé les questions relatives à nos contacts sur divers problèmes internationaux.

  • La Corée du Nord et le problème nucléaire de la péninsule coréenne étaient au centre de nos discussions.
  • Nous partons du fait que des contacts entre le Département d’État américain et le Ministère russe des Affaires étrangères sur ce problème seraient très utiles, et nous sommes ouverts à ce qu’ils soient établis.
  • Nous espérons que ce sera réciproque.

Nous avons évoqué la situation en Afghanistan, dans le Golfe, le processus de paix en Syrie. Il y a également des contacts entre nos représentants, y compris faisant suite à l’entente entre la Russie, les USA et la Jordanie pour mettre en place une zone de désescalade dans le sud de la Syrie.

Nous espérons que sur d’autres aspects du processus de paix syrien également – aussi bien militaires que politiques – nos contacts avec les USA se poursuivront. D’ailleurs, ils n’ont jamais été interrompus.

Nous avons parlé du processus de paix au Proche-Orient et de la crise ukrainienne.

Nous avons rappelé que le Président et le Secrétaire d’État américains nous avaient promis que le représentant spécial des USA pour les négociations sur l’Ukraine Kurt Volker nous rendrait visite prochainement.

Rex Tillerson a confirmé qu’un tel contact était prévu avec notre représentant Vladislav Sourkov et aurait bientôt lieu.

Ce sera intéressant car Kurt Volker a déjà visité plusieurs capitales dont Kiev, Paris, Berlin et Londres. Il nous sera intéressant de connaître la vision du représentant spécial américain sur la situation.

Nous avons abordé les questions relatives à la stabilité stratégique.

D’ici février 2018 doivent être atteints tous les niveaux et doivent être appliquées toutes les restrictions conformément au Traité de réduction des armes nucléaires (START). Un mécanisme bilatéral approprié doit assurer l’accomplissement des engagements par les deux parties.

Nous avons parlé de la nécessité d’établir un dialogue professionnel, dépolitisé et pragmatique sur le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI). J’ai le sentiment que nous avons été compris par le Secrétaire d’État américain Rex Tillerson. Des directives seront données à nos experts.

Vous savez qu’il existe le mécanisme Sergueï Riabkov-Thomas Shannon (respectivement vice-Ministre russe des Affaires étrangères et sous-Secrétaire d’État américain), qui s’est réuni à plusieurs reprises.

Il a été jugé utile de conserver ce format et de poursuivre dans son cadre la discussion sur toutes les questions, y compris les sujets complexes de notre agenda bilatéral qui, malheureusement, ne deviennent pas moins nombreux. Cependant, nous avons senti la disposition de nos collègues américains à poursuivre le dialogue. Je pense que tout simplement qu’il n’y a pas d’alternative.

Question: N’êtes-vous pas indigné de voir que tous les combattants refusant le cessez-le-feu partent vers Idleb?

Sergueï Lavrov: Comme je l’ai dit, il ne sera pas facile de convenir des paramètres de la zone de désescalade à Idleb.

C’est probablement la zone la plus complexe des quatre convenues en mai dernier à Astana par la Russie, la Turquie et l’Iran.

Nous partons également du fait que ce « trio », ainsi que d’autres, y compris peut-être les USA, ont dans l’ensemble de l’influence sur tous les combattants et sur les groupes armés, à l’exception des terroristes qui ne feront jamais l’objet d’aucun accord.

Si la Russie, la Turquie, l’Iran et la coalition américaine usaient de manière synchronisée de leur influence sur les acteurs concrets qui s’opposent sur le terrain armes à la main, alors les propositions de compromis, qui contribueront au cessez-le-feu et créeront les conditions pour le processus de paix, seront trouvées.


SOURCE/http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832775


2017.07.10 1029196678
4 août 201719:52

3 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les nouvelles sanctions de l’UE

Bruxelles a décidé d’inclure plusieurs responsables et sociétés russes à la liste de sanctions de l’UE en réponse à la prétendue « livraison illégitime » de turbines de gaz du consortium Siemens en Crimée:

c’est profondément regrettable. Nous considérons que cette démarche prise à l’initiative de Berlin est inamicale et infondée.

On a l’impression que nos homologues allemands ont adopté cette pratique d’interprétation élargie des restrictions par les sanctions qui est en contradiction directe aussi bien avec le droit international qu’avec les principes des relations internationales dans l’ensemble.

La responsabilité de cette décision – notamment les éventuels frais économiques pour Siemens ainsi que d’autres compagnies allemandes et européennes travaillant en Russie – repose entièrement sur l’UE et sur le gouvernement allemand.

Nous considérons que les prétextes invoqués pour l’adoption de ces nouvelles mesures restrictives envers notre pays sont complètement infondés et nous nous réservons le droit de prendre des contre-mesures.

Nous regrettons cette politisation de la question qui, en réalité, n’est rien de plus qu’un litige commercial entre des entités économiques. Nous rejetons aussi fermement les tentatives de présenter la situation comme un exemple de prétendue « mauvaise foi des compagnies russes ».

En dépit de la situation actuelle, nous réaffirmons notre disposition à préserver et à développer notre coopération avec l’Allemagne et avec l’UE. Nous restons attachés à tous les engagements pris par le passé. Nous souhaitons surmonter, par des efforts conjoints, les conséquences négatives de cette utilisation des sanctions.


SOURCE/ http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832601


2017.07.10 -2016-12-26-ministc3a8re-russe-des-affaires-etrangc3a8res-585e984bc461884d5c8b46ef
4 août 201713:58

4 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la participation du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la Réunion ministérielle Russie-ANASE, à la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l’EAS et à la 24e session de l’ARF

 

Du 6 au 8 août, à Manille (Philippines), le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera aux activités annuelles dans le cadre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) – à la réunion ministérielle Russie-ANASE, à la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Sommet de l’Asie orientake (EAS) et à la session du Forum régional de l’ANASE pour la sécurité (ARF).

Au centre de l’attention de la partie russe – le renforcement de nos positions en Asie-Pacifique, la promotion des approches russes de la mise en place d’une architecture régionale équitable de sécurité et du Grand partenariat eurasiatique.

Pendant les pourparlers avec les chefs de diplomatie des États membres de l’ANASE sera évoqué le déroulement de la mise en œuvre des décisions du Sommet de Sotchi Russie-ANASE des 19-20 mai 2016 sur l’établissement d’un partenariat stratégique.

Il est prévu que les ministres adoptent une « feuille de route » de mise en œuvre des recommandations approuvées par les dirigeants à Sotchi du Groupe d’éminentes personnalités de Russie-ANASE pour renforcer la coopération dans le domaine politique, commercial, économique et socioculturel.

Le problème de la lutte contre le terrorisme et contre le crime transnational occupe une place centrale dans le dialogue Russie-ANASE. Les approches communes de ce problème seront reflétées dans une déclaration conjointe spéciale. On étudie la possibilité d’élargir notre coopération pour renforcer le potentiel de cadres des forces de l’ordre des dix pays. Un canal séparé de coopération pour la lutte contre la drogue a été créé.

Il est prévu d’accorder une attention particulière aux mesures concrètes pour élargir la coopération commerciale, économique et d’investissement, pour renforcer l’interconnexion régionale. On passera en revue le déroulement de la mise en œuvre des plans de travail de Russie-ANASE dans le secteur de l’énergie, de la science et des technologies, ainsi que de l’agriculture, y compris l’activité appropriée des projets. Cela a pour objectif de mettre l’accent sur l’importance du passage au niveau régulier des contacts entre les milieux d’affaires en utilisant la plateforme du Forum économique oriental à Vladivostok.

Nous sommes disposés à élargir les liens culturels et sociaux avec l’Association. Nous participerons activement aux activités à l’occasion du 50e anniversaire de l’ANASE. Y compris – le forum universitaire à Vladivostok, le sommet de jeunesse, le concert d’un orchestre symphonique mixte aux Philippines, ainsi que le festival de musique traditionnelle.

L’un des principaux objectifs consiste à renforcer les contacts entre l’Union économique eurasiatique (UEE), l’ANASE et l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dans l’esprit de la diplomatie de réseau afin de réaliser l’initiative de formation du Grand partenariat eurasiatique soutenue à l’unanimité par les dirigeants à Sotchi.

Dans ce contexte il est prévu d’examiner les démarches pour la formalisation des relations entre l’UEE et l’ANASE, ainsi que pour la mise en œuvre pratique du Mémorandum d’entente entre les secrétariats de l’ANASE et de l’OCS depuis 2005. Il est à noter l’importance primordiale de la participation aux activités à Manille du Secrétaire général de l’OCS Rachid Alimov.

Le 50e anniversaire de l’ANASE apporte une sonorité particulière aux activités en prévision.

Depuis sa fondation en 1967 l’Association s’est transformée en centre de processus d’intégration régionaux, en une des organisations multilatérales les plus autoritaires qui est, depuis plus de vingt ans, un partenaire fiable de la Russie pour assurer la stabilité en Asie-Pacifique. L’ouverture d’une représentation russe permanente auprès de l’ANASE à Jakarta prévue pour août 2017 témoigne de l’importance des relations avec les dix pays membres.

Pendant la réunion dans le cadre de l’EAS la priorité portera sur les questions de contenu substantiel du 12e Sommet de l’Asie orientale qui se déroulera aux Philippines le 14 novembre.

La Russie considère le Sommet de l’Asie orientale comme un mécanisme clé de mise en place en Asie-Pacifique d’un système ouvert et global des relations interétatiques basé sur la primauté du droit international, la confiance réciproque, les principes d’égalité et d’indivisibilité de la sécurité, de règlement pacifique des litiges, de non-ingérence dans les affaires intérieures, de non-usage ou menace d’utiliser la force.
Nous sommes certains que le forum est capable de jouer un rôle majeur dans la synergie des initiatives nationales actuelles dans le domaine de la sécurité et l’élaboration des « règles du jeu » communes pour tous les pays de la région.

A cet égard, nous trouvons important de poursuivre la promotion sur la plateforme de l’EAS  du dialogue multilatéral sur la mise en place d’une architecture régionale de la sécurité.

Six cycles de consultations spéciales ont eu lieu:

  • à Bandar Seri Begawan (novembre 2013),
  • à Moscou (avril 2014),
  • à Jakarta (octobre2014),
  • à Phnom Penh (juillet 2015),
  • à Pékin (juin 2016)
  • à Bangkok (mai 2017).

Nous sommes disposés à poursuivre à titre permanent le travail sur cette question dans un format plus avancé sur la plateforme des représentants permanents des pays membres de l’EAS auprès de l’ANASE à Jakarta avec la participation des responsables des services compétents des ministères des Affaires étrangères.

Au vu de la menace croissante du terrorisme international, nous trouvons opportun l’accent antiterroriste dans le travail de l’EAS. Nous avons proposé avec l’Indonésie de soumettre à l’approbation du sommet aux Philippines une déclaration sur la lutte contre la propagation de l’idéologie terroriste. Nous espérons que ce document sera largement soutenu par les partenaires du forum.

Nous pensons qu’il est important de développer au sein de l’EAS la coopération pratique.

Pendant la réunion ministérielle sera évoqué le déroulement de la coopération dans les domaines comme les finances, l’énergie, la santé, l’interconnexion régionale, l’éducation et la réaction d’urgence.

De plus, pendant le sommet de l’an dernier à Vientiane le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a proposé de créer dans le cadre du forum un mécanisme spécialisé pour lutter contre les maladies infectieuses. Les partenaires ont positivement réagi à notre idée. En octobre 2017 nous avons l’intention d’organiser en Russie la réunion de hauts responsables de l’EAS dans le secteur de la santé pour évoquer les menaces dans la région liées aux épidémies, les mesures pour lutter plus efficacement contre elles, ainsi que les perspectives d’institutionnalisation de la coopération dans ce domaine.

Le Forum régional de l’ANASE pour la sécurité (ARF), qui réunit les dix membres de l’ANASE, leurs partenaires de dialogue et d’autres pays, est l’un des piliers de l’architecture de sécurité et de coopération en formation en Asie-Pacifique et joue un rôle important dans la coopération pratique sur les problèmes de maintien de la paix et de la stabilité.

Dans le cadre du forum l’attention principale est accordée à l’élaboration des mesures de confiance et de diplomatie préventive, à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, au désarmement et à la non-prolifération de l’arme de destruction massive, à la sécurité maritime et à la réaction d’urgence. La Russie participe activement au travail de l’ARF dans tous ces domaines et y apporte une contribution significative.

Une attention particulière sera accordée pendant la session de l’ARF à la lutte contre les nouvelles menaces. Il est prévu d’adopter une déclaration sur la lutte contre les stupéfiants et sur la lutte contre la pêche illégale, non enregistrée et non réglementée.

Pendant les activités les participants échangeront leurs points de vue sur les problèmes régionaux et internationaux d’actualité, y compris la situation dans la péninsule coréenne, la situation en Syrie et le processus de paix au Proche-Orient.


SOURCE/http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832394


2017.07.10 0_182f21_f600f90a_XXL
4 août 201713:33

5 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la position du Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe Nils Muižnieks par rapport à la plainte « Ecodefence et autres contre Russie »

La Russie a été confuse par le récent commentaire publié par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe concernant sa décision d’intervenir en tant que tierce partie dans l’examen de la plainte « Ecodefence et autres contre Russie » déposée à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), où il admet des attaques contre la législation russe sur la régulation de l’activité des ONG.

En particuliers, Nils Muižnieks décrit la législation russe comme « allant à l’encontre des droits de l’homme » et « incompatible avec les normes internationales et européennes des droits de l’homme« , la considère comme une « atteinte aux droits à la liberté d’association et à la liberté d’expression », qui conduit soi-disant à l‘ »ostracisme, au harcèlement, voire aux agressions physiques » des organisations mentionnées et de leur personnel.

Nous considérons de telles affirmations et le ton du commentaire choisi par le Commissaire comme un geste hostile vis-à-vis de notre pays, dont la législation répond parfaitement aux normes du droit international. La mention de prétendus « harcèlements et agressions » est absolument infondée.

Nous appelons Nils Muižnieks à utiliser dans ses commentaires publics des informations vérifiées, à éviter les fausses accusations et la politisation des questions relatives à l’activité du CEDH et donc purement juridiques.


SOURCE/http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832384


2017.07.10 9RIAN_02430231.HR
4 août 201713:12

6- Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant le blocage par certains pays du communiqué de presse du Conseil de sécurité des Nations unies pour condamner les attaques contre la représentation diplomatique à Damas

 

Mercredi 2 août, pour la troisième fois depuis un mois le site de l’Ambassade de Russie à Damas a été bombardé depuis les positions des terroristes des groupes Hayat Tahrir al-Cham (ancien Front al-Nosra) et Faylaq al-Rahman.

La communauté internationale est unanime dans sa qualification de Nosra en tant qu’organisation terroriste. Les résolutions de l’OSCE appellent à lutter contre cette structure, décrètent les sanctions contre elle et exigent de criminaliser au niveau national toute forme de coopération avec elle.

A première vue, il va de soi que les attentats de Nosra doivent être condamnés fermement et inconditionnellement par tous et que les appréciations des attaques contre les représentations diplomatiques doivent être sans équivoque.

 Dans le même temps, pour la troisième fois depuis un mois les représentants diplomatiques des USA, du Royaume-Uni, de la France et de l’Ukraine au Conseil de sécurité des Nations unies, en variant tour à tour le ton des objections, se cachant derrière le prétexte de prétendue absence d’informations nécessaires, bloquaient la proposition de la Fédération de Russie d’adopter un bref projet standard de communiqué de presse du Conseil de sécurité des Nations unies pour condamner les attaques terroristes contre la représentation diplomatique russe dans la capitale syrienne.

Que la réticence de faire preuve de solidarité diplomatique avec nous reste sur la conscience de ces délégations. Le plus révoltant est le fait que l’incapacité du Conseil de sécurité de condamner les agissements des terroristes les encourage à de nouvelles provocations et attentats, leur permet de sentir l’impunité. On ne voudrait pas que ces barbares aient la conviction que quelqu’un au  Conseil de sécurité est de concert avec eux.


SOURCE/ http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832364


2017.07.10 1023514034
3 août 201720:38

7 – Communiqué du Département de l’information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les déclarations du vice-Président américain à Podgorica

 

Mercredi 2 août, à Podgorica, le vice-Président américain Mike Pence a exprimé une nouvelle série de déclarations antirusses et a intimidé les dirigeants des pays de l’ouest des Balkans par la mythique « menace russe », allant jusqu’à à accuser notre pays de tentatives de modification forcée des frontières dans la région.

Force est de constater avec regret que Washington s’enfonce de plus en plus dans les clichés primitifs idéologisés datant de la Guerre froide qui sont complètement détachés de la réalité.

L’imposition aux pays des Balkans d’un choix franchement destructif « soit avec l’Occident, soit avec la Russie » conduit inévitablement à une hausse de tension sur le continent européen, déstabilise la situation dans la région et dans certains États.

Dans le même temps, on avance activement la thèse d’une prétendue absence d’alternative à l’adhésion de toute l’Europe du Sud-Est à l’Otan, on fait passer de force des projets basés sur la concurrence déloyale et en contradiction avec la logique économique.

Nous voudrions rappeler que ce sont les USA et leurs alliés qui en 1999 ont grossièrement enfreint le droit international en employant illégitimement la force afin de séparer le Kosovo de la Serbie.

Ce qui a eu pour résultat d’engendrer un nouveau foyer de conflit en Europe.

Sous une forte pression de Washington, Podgorica a adhéré le 5 juin 2017 à l’Otan contrairement à l’avis de la majorité de la population de ce pays.

Les USA et l’UE sans se gêner ont ignoré la volonté des électeurs macédoniens empêchant le parti vainqueur des élections du 11décembre 2016 de constituer un gouvernement. Alors qui s’ingère dans les affaires intérieures et utilise la force dans les Balkans – Moscou ou Washington?

Nous appelons les collègues américains à cesser la diabolisation de la Russie et de sa politique étrangère qui s’appuie immuablement sur le respect des partenaires et la disposition pour un travail constructif conjoint, sur la prise en compte réciproque des intérêts.


SOURCE/ http://www.mid.ru/fr/foreign_policy/news/-/asset_publisher/cKNonkJE02Bw/content/id/2832129

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s