1216 – Les missile russes Iskander sont de retour à Kaliningrad, un cauchemar pour le bouclier anti missiles balistiques américain

Les missiles balistiques russes Iskander sont de retour à Kaliningrad

image: http://www.opex360.com/wp-content/uploads/iskander-20161009.jpg

iskander-20161009

La Lituanie a indiqué, le 8 octobre, que les forces russes prévoient de déployer dans l’enclave de Kaliningrad, coincée entre ce pays balte et la Pologne [deux membres de l’Union européenne et de l’Otan, ndlr], des missiles balistiques Iskander (code Otan : SS-26 Stone), d’une portée pouvant atteindre les 500 km.

 

« La Russie mène actuellement des exercices militaires à Kaliningrad et leur scénario prévoit le déploiement de systèmes de missiles Iskander et la possibilité de les utiliser »,

a en effet déclaré, rapporte l’AFP, Linas Linkevicius, le ministre lituanien des Affaires étrangères.

« Ces missiles, qui peuvent emporter des têtes nucléaires, sont en mesure d’atteindre Berlin depuis l’enclave russe frontalière de la Pologne et la Lituanie »,

a ajouté le chef de la diplomatie lituanienne. Ces Iskander – dont le type n’a toutefois pas été précisé – serait aussi susceptibles de menacer l’île suédoise de Götland, dont la position géographique lui donne une importance stratégique.

Pour M. Linkevicius, ce déploiement de missiles Iskander vise à obtenir des concessions des Occidentaux sur la Syrie et l’Ukraine. Plus tard, son ministère a publié un communiqué dans lequel il a souligné que « de telles actions représentent une possible violation du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaires. »

L’arrivée des Iskander a été confirmée par le ministère russe de la Défense, lequel a fait valoir, dans un communiqué, que ce déploiement fait partie « des entraînements des forces russes qui perfectionnent leur niveau tout au long de l’année dans différentes parties de Russie » et que « la région de Kaliningrad n’est pas une exception. »

« Des contingents des Forces de missile ont été envoyés à plusieurs reprises vers la région de Kaliningrad et continueront d’y être envoyés dans le cadre d’un plan d’entraînement des forces armées russes », a expliqué le général Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense. Des Iskander avaient été effectivement déployés dans cette enclave en 2014 et 2015. Et cela ne fit que renforcer l’inquiétude des pays baltes et de la Pologne sur les intentions de leur grand voisin au point de demander – et d’obtenir – un renforcement du flanc oriental de l’Otan.

Pour Judy Dempsey, une chercheuse associée non-résidente à Carnegie Europe interrogée par l’AFP, les « tensions autour d’Iskander, qui ont lieu depuis sept ans, sont un moyen éprouvé de faire pression sur l’Occident. Les derniers événements à Kaliningrad ont pour l’objectif d’intimider les pays baltes et la Pologne. » Et d’ajouter : « Ils font monter la tension dans la région pour faire diminuer la confiance, ce qui a un impact négatif sur la sécurité dans la région. »

source/http://www.opex360.com/2016/10/09/les-missiles-balistiques-russes-iskander-sont-de-retour-kaliningrad/#IDMZr8rfUFbjWEqj.99


 Le missile russe Iskander, un cauchemar pour le bouclier anti missiles balistiques américain

 

Le missile russe Iskander, un cauchemar pour le bouclier anti missiles balistiques américain

De plus en plus, l’OTAN a positionné de nouvelles armes offensives aux frontières de la Russie, obligeant Moscou à répondre en déployant des armes défensives.

Le système de missiles russes sol-sol Iskander (Code OTAN SS-26 Stone), est produit par l’usine de missiles de Votkinsk (1000 km à l’est de Moscou).

Il a été spécialement conçu pour percer le bouclier anti missiles balistiques américain.

Le missile Iskander, d’une portée de 500 km, possède un seul étage Soyouz NPO, et fonctionne avec des combustibles solides. La 152ème brigade de missiles tactiques de Chernyakhovsk, dans l’enclave de Kaliningrad, est dotée de missiles Iskander disposés à 200 km de la base de Redzikowo qui aura pour rôle de neutraliser le bouclier antimissile américain en Pologne.

 

kaliningrad iskander 

En réponse au bouclier antimissile américain mis en place en Roumanie, probablement qu’une batterie Iskander sera installée en Crimée, avec un régiment de bombardiers à long rayon d’action Tu-22M3. Le temps de préparation de lancement pour  une batterie de missiles Iskander est de 4 minutes, la tactique utilisée détermine le nombre de lancements simultanés de deux paires de missiles, avec un écart probable de 2-6 m. Les missiles Iskander peuvent avoir des ogives conventionnelles (thermobariques, bombes dans des boîtes ou des anti-bunkers) ou des ogives nucléaires. De la Crimée à la côte roumaine de la Mer Noire il y a 378 km et la portée du missile Iskander est de 500 km.

 

rakety 

La trajectoire d’un missile Iskander n’est pas balistique, sinon, avec un poids de 3,8 à 4,2 t, il aurait eu une portée de 1500 km. Le vol de croisière du missile Iskander est réalisé à une vitesse de 7600 à 9300 km / h, en dessous de l’altitude de 60 000 m, une grande partie du trajet étant effectué au-dessus des couches denses de l’atmosphère, c’est à dire 40 000 m. Ce profil est basé sur le fait que les missiles AA de longue portée comme les MIM-104 Patriot PAC-3, qui ont également des capacités anti-balistiques, ont un plafond maximum de 30 000 à 35000 m. Ce plafond a été ainsi établi car la plupart des avions de combat ne dépassent jamais 20 000 m. Or, la Roumanie n’a pas de missiles Patriot et les missiles anti-balistiques SM-3 block 1b  qui équipent le bouclier à Deveselu ne peuvent rien intercepter en dessous d’une altitude de 80 000 m, altitude à partir de laquelle commencent à fonctionner les capteurs à bord.

 

1459396980683 

Dans la phase finale du vol, lorsqu’il entre dans les possibilités d’interception du système Patriot, le missile Iskander effectue des manœuvres d’évitement et lance 10 fausses cibles sous forme de réflecteurs métalliques polyédriques. La défense AA dispose d’un temps très court, et ne peut pas distinguer une ogive Iskander des fausses cibles. Pour abattre un missile Iskander, il faudrait lancer 11 missiles Patriot, et pour abattre un Iskander, il faudrait 22 Patriot. Donc, son profil de vol et son équipement de brouillage, confèrent à Iskander une grande capacité de survie, il est donc presque impossible à intercepter.

Valentin Vasilescu

Traduction: Avic

source/http://reseauinternational.net/le-missile-russe-iskander-un-cauchemar-pour-le-bouclier-anti-missiles-balistiques-americain/#M4jZfBqxOROG5HmA.99

%d blogueurs aiment cette page :