4656 – Chine – 3 Conférences de presse des 1er, 2 & 3 novembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Conférence de presse du 1er novembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

2021/11/01

1/37

HRTN : Le 16e Sommet des dirigeants du G20 s’est tenu le week-end dernier à Rome. Le Président Xi Jinping y a participé par liaison vidéo et prononcé une allocution importante, dans laquelle il a avancé une série d’initiatives et propositions importantes et fourni des solutions chinoises à des sujets mondiaux tels que la pandémie de COVID-19, l’économie, le développement durable et le changement climatique, recevant une large attention mondiale. Pourriez-vous présenter davantage les initiatives et propositions chinoises ?

https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/W020211102727762564484.jpg

Wang Wenbin : Les 30 et 31 octobre, le Président Xi Jinping a participé par liaison vidéo au 16e Sommet des dirigeants du G20 et y a prononcé une allocution importante.
Il s’agissait de sa dernière participation à un événement multilatéral majeur après le débat général de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le sommet des dirigeants de la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, et la deuxième Conférence mondiale des Nations Unies sur le transport durable.

Cela était également une action diplomatique majeure prise par la Chine pour participer en profondeur à la coopération économique internationale et à l’amélioration de la gouvernance économique mondiale.

Sur ce carrefour critique de l’histoire de l’humanité, le Président Xi Jinping, prenant en considération les grands changements jamais vus depuis un siècle, portant haut levé l’étendard de la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, et tenant en compte les missions et responsabilités du G20, a avancé de manière systémique, la bonne direction à suivre selon laquelle la communauté internationale travaille dans la solidarité pour vaincre la pandémie, les mesures réalisables pour relancer l’économie mondiale et les politiques sur le long terme pour améliorer la gouvernance mondiale, ce qui a permis de dégager un large consensus et d’injecter un fort élan au développement inclusif et durable du monde.
Premièrement, dégager un consensus international pour approfondir la coopération mondiale contre la COVID-19. Le Président Xi Jinping était le premier à proposer de faire du vaccin contre la COVID-19 un bien public mondial. Lors de ce sommet, il a avancé l’Initiative d’action de coopération mondiale en matière de vaccins, qui comprend des mesures importantes dans six domaines :
  1. soutenir la R&D conjointe de vaccins avec les pays en développement,
  2. augmenter le nombre de vaccins fournis aux pays en développement
  3. ,soutenir l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) dans la prise rapide d’une décision sur la levée des droits de propriété intellectuelle (DPI) sur les vaccins,
  4. intensifier la coopération dans le commerce transfrontalier des vaccins et des matières premières et auxiliaires,
  5. favoriser la reconnaissance mutuelle des vaccins conformément à la liste d’utilisation d’urgence (EUL) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS),
  6. et apporter un soutien financier aux pays en développement dans l’accès aux vaccins.
Deuxièmement, combattre tant les symptômes que les causes profondes pour favoriser une reprise stable de l’économie mondiale. Le Président Xi Jinping a indiqué que le G20 devait jouer son rôle de plateforme principale de la coopération économique mondiale pour encourager les économies majeures à renforcer la coordination des politiques macroéconomiques afin d’éviter les retombées négatives sur les pays en développement.
Nous devons faire valoir le rôle d’entraînement crucial de la construction des infrastructures pour la croissance économique et faire fructifier encore davantage la coopération de qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route ».
Le Président Xi a annoncé lors du sommet que la Chine appelait à organiser un forum international sur la résilience et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, et il a invité les membres du G20 et les organisations internationales concernées à y participer ensemble pour former une grande synergie à préserver la sécurité et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales.
Troisièmement, poursuivre le développement commun et promouvoir la construction d’une communauté d’avenir partagé pour le développement mondial. Le Président Xi Jinping a davantage exposé le concept essentiel centré sur le peuple de l’Initiative pour le Développement Mondial après qu’il l’avait avancée en septembre dernier.
Le Président Xi a souligné qu’il fallait considérer l’amélioration du bien-être du peuple et la réalisation de l’épanouissement général de l’homme comme point de départ et objectif ultime et améliorer l’équité, l’efficacité et l’inclusion du développement mondial, afin qu’aucun pays ne soit laissé derrière.
Il a appelé à accorder une place prioritaire à la coopération pour le développement dans le cadre de la coordination des politiques macroéconomiques mondiales et de l’agenda du G20, et à renforcer activement la synergie entre l’Initiative pour le Développement Mondial et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies (Programme 2030) pour parvenir à un développement mondial plus fort, plus vert et plus sain.
Quatrièmement, améliorer la gouvernance numérique pour favoriser un développement sain de l’économie numérique mondiale. Le Président Xi Jinping a souligné que la création délibérée de « petits clans », et même la division idéologique ne feraient que créer la barrière et ériger des obstacles, ce qui n’aurait rien de bon pour l’innovation scientifique et technologique.
Le G20 doit assumer ensemble les responsabilités mondiales dans l’ère numérique, accélérer la construction des infrastructures numériques de type nouveau, promouvoir une intégration en profondeur entre les technologies numériques et l’économie réelle, et aider les pays en développement à combler le « fossé numérique ».
Le Président Xi a annoncé que la Chine avait décidé de déposer sa demande d’adhésion à l’Accord de partenariat sur l’économie numérique. Cela démontre l’attitude constructive de la Chine dans la participation active à la coopération mondiale sur l’économie numérique et à l’élaboration des règles concernées, et sa détermination ferme à s’engager à élargir son ouverture et à s’aligner sur les normes et critères internationaux de haut niveau.
Cinquièmement, bien protéger la planète Terre, et bâtir un avenir partagé pour l’homme et la nature. Le Président Xi Jinping a souligné que le G20 devait rester attaché au principe des responsabilités communes mais différenciées et encourager la mise en œuvre globale de l’Accord de Paris sur le changement climatique. 
Les pays développés sont appelés à donner un exemple de la réduction des émissions,
à prendre pleinement en compte les difficultés et préoccupations particulières des pays en développement,
à mettre en œuvre leurs engagements de financement climatique,
et à fournir du soutien aux pays en développement dans des domaines tels que les technologies et le renforcement des capacités.

Ces propositions importantes indiquent la clé du succès de la 26e session de la Conférence des Parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et donnent une forte impulsion aux efforts conjoints de la communauté internationale pour lutter contre le changement climatique.

Le Président Xi a également donné une réponse approfondie à la question de notre époque sur la façon de procéder à une planification d’ensemble de la protection environnementale et du développement économique en tenant compte à la fois de la réponse aux changements climatiques et de la garantie du bien-être social.
Il a appelé le G20 à renforcer la coopération à cet égard. La Chine a fourni son sagesse aux divers pays dans l’exploration et la réalisation d’une modernisation marquée par la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, recevant un large soutien et une appréciation de la communauté internationale.
Les mesures importantes avancées par le Président Xi, dont un ensemble de politiques « 1+N » pour parvenir au pic des émissions et à la neutralité carbone, démontrent le sens des responsabilités de la Chine en tant que grand pays qui honore ses engagements par des actions concrètes. Elles ont injecté une forte énergie positive à la réponse mondiale au changement climatique.
Les initiatives importantes avancées par le Président Xi Jinping ont été saluées chaleureusement par de nombreux pays ainsi que l’ONU et d’autres organisations internationales et ont trouvé un écho parmi eux. Toutes les parties sont d’avis que ces initiatives aideront à conjuguer les efforts mondiaux, promouvront le développement mondial vers une nouvelle étape équilibrée, coordonnée et inclusive, et accéléreront la mise en œuvre du Programme 2030. La Chine est prête à continuer de participer en profondeur à la coopération du G20, à poursuivre l’ouverture, l’inclusion, la coopération gagnant-gagnant et le véritable multilatéralisme par des actions concrètes, à déployer des efforts inlassables et à apporter une nouvelle contribution à la promotion de la solidarité mondiale dans la lutte contre la COVID-19 ainsi que de la reprise et du développement de l’économie mondiale, à l’amélioration de la gouvernance économique mondiale et à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

2

Bloomberg : Le dirigeant chinois participera-t-il à la COP26 ? Si c’est le cas, quel en sera le format ?
Wang Wenbin : Concernant la participation de la partie chinoise à la COP26, nous publierons des informations en temps voulu, veuillez continuer d’y faire attention.

3

MASTV : Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré récemment le Secrétaire d’État américain Antony Blinken à Rome. Quels sont les commentaires de la Chine sur cette rencontre ? Quelles sont vos attentes pour la prochaine étape des relations sino-américaines ?https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/W020211102722011971240.jpg
Le 31 octobre 2021, heure locale, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le Secrétaire d’État américain Antony Blinken à Rome.

Wang Wenbin : Sur la question que vous avez mentionnée, la Chine a déjà publié un communiqué de presse, vous pouvez le consulter. Je tiens à souligner quelques points :

Lors de sa rencontre avec le Secrétaire d’État américain Antony Blinken, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a indiqué que ces dernières années, les relations sino-américaines avaient été impactées sur tous les plans par la politique erronée menée par les États-Unis à l’égard de la Chine. Cela va à l’encontre des intérêts des peuples des deux pays, des attentes de la communauté internationale et des tendances de développement de l’époque. La Chine a clairement exprimé son opposition à cet égard.
L’expérience importante accumulée depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays il y a plus de 40 ans est que la Chine et les États-Unis ont tout à gagner à coopérer et tout à perdre à se battre.
Selon le consensus important atteint par les Chefs d’État chinois et américain dans leurs deux entretiens téléphoniques, les deux parties doivent relancer le dialogue et éviter la confrontation. Nous espérons que les États-Unis mettront effectivement en œuvre le consensus atteint par les deux Chefs d’État et travailleront avec la Chine pour renforcer le dialogue et les échanges, approfondir la coopération mutuellement bénéfique et gérer adéquatement les divergences afin de faire les préparatifs politiques et de créer les conditions requises pour la prochaine étape d’échanges.

4

Agence de presse Xinhua : Nous avons remarqué que les gouvernements et les Comités olympiques de nombreux pays avaient récemment exprimé leurs attentes et leur soutien aux Jeux Olympiques d’hiver de Beijing. Les Ambassades de certains pays en Chine ont également organisé des événements sur le thème des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://s.france24.com/media/display/281a87ce-f274-11ea-b7ed-005056a98db9/w:1280/p:16x9/a7ae9d610ef81833121d2063a1cfdc5ca5e24d60.jpg

Wang Wenbin : Les préparatifs des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022 ont reçu une grande attention et un large soutien de la part de la communauté internationale. Dans la Déclaration de Rome, les dirigeants du G20 ont également exprimé leurs attentes à l’égard des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing, estimant que l’événement permettra aux athlètes du monde entier de concourir et sera un symbole de la résilience de l’humanité.
Ces derniers temps, la partie chinoise et les peuples de tous les pays ont assisté à des moments historiques tels que l’arrivée de la flamme olympique d’hiver à Beijing, le compte à rebours de 100 jours avant les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing et le dévoilement des médailles et des uniformes des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver. Les épreuves tests des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver 2022 sont en cours dans les trois zones de compétition à Beijing, à Yanqing et à Zhangjiakou. Récemment, le projet de rénovation du Stade national, également connu sous le nom de « Nid d’oiseau », qui accueillera les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing, a été officiellement achevé, ce qui marque l’achèvement complet de la construction des sites et des infrastructures d’accompagnement pour les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing.
Alors que nous embrassons le « moment de Beijing », les passions et les rêves des peuples du monde entier pour les Jeux Olympiques ont été ravivés. La Chine est prête à offrir au monde une édition des Jeux Olympiques sobre, sûre et merveilleuse. Préparons des acclamations et des applaudissements pour les athlètes des Jeux Olympiques d’hiver de tous les pays. Ensemble pour un avenir partagé !

5

CCTV : Selon des reportages, le 30 octobre, le Président américain Joe Biden, la Chancelière allemande Angela Merkel, le Président français Emmanuel Macron et le Premier Ministre britannique Boris Johnson se sont rencontrés et ont publié une déclaration commune, affirmant que toutes les parties sont convaincues qu’il est possible de rapidement parvenir à, et mettre en œuvre, un accord sur le retour au respect du Plan d’action global commun (PAGC-JCPOA) sur le nucléaire iranien. Ils ont appelé l’Iran à conclure dès que possible les négociations sur la reprise de ses obligations. Toutes les parties ont promis de continuer de travailler en étroite collaboration avec la Russie, la Chine et l’Union européenne (UE) à cet égard. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://images.laprovence.com/media/afp/2021-10/2021-10-31/ef33652f4d0da95a6a5665d76b7bc615f768824d.jpg?twic=v1/focus=921x516/cover=760x427

(de g à d) Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Joe Biden à Rome, le 30 octobre 2021

Wang Wenbin : La mise en œuvre complète et effective du PAGC-JCPOA est le seul moyen correct de résoudre la question du nucléaire iranien, et la Chine soutient fermement les efforts visant à remettre rapidement le PAGC-JCPOA sur la bonne voie.
En tant qu’auteur de la crise nucléaire iranienne actuelle, les États-Unis doivent corriger complètement leur politique erronée de « pression extrême » sur l’Iran, et l’Iran doit renouer avec tous ses engagements sur cette base. Toutes les autres parties doivent jouer un rôle constructif à cet égard.
D’importants progrès ont été accomplis au cours des six cycles de négociations précédents pour relancer le PAGC-JCPOA tenus au premier semestre de cette année. Toutes les parties doivent reprendre les négociations à une date rapprochée, rechercher des solutions flexibles et pragmatiques aux questions en suspens et s’efforcer de réaliser de nouvelles percées. La Chine continuera à maintenir un contact étroit avec toutes les parties concernées et à participer de manière constructive aux négociations. Dans le même temps, nous sauvegarderons fermement nos droits et intérêts légitimes et légaux.

6

Kyodo News : Les élections à la Chambre des représentants du Japon ont eu lieu hier, et la coalition au pouvoir a remporté la majorité absolue. Quelles sont les attentes de la Chine pour les relations futures entre les deux pays ? Par ailleurs, avec plus de deux tiers des députés plaidant pour la révision de la Constitution, le Japon pourrait entamer le processus de révision. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ? 

https://img2.yna.co.kr/photo/yna/YH/2021/10/15/PYH2021101520740088400_P4.jpg

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida parle à la presse à Tokyo, le vendredi 15 octobre 2021

Wang Wenbin : Concernant la question liée aux élections générales du Japon que vous avez mentionnée, la Chine n’a aucun commentaire à faire à ce sujet relevant des affaires intérieures du Japon.
En ce qui concerne les relations sino-japonaises, à l’heure actuelle, les relations sino-japonaises voient devant elles à la fois des opportunités et des défis. Nous espérons que la partie japonaise tirera sérieusement des expériences et des leçons des relations bilatérales, respectera scrupuleusement les dispositions établies dans les quatre documents politiques entre la Chine et le Japon, pratiquera effectivement le consensus politique selon lequel la Chine et le Japon sont l’un pour l’autre un partenaire et non une menace, préservera et promouvra un développement sain et stable des relations sino-japonaises par des actions concrètes.
Quant à la question spécifique que vous avez mentionnée, nous avons exposé à plusieurs reprises la position de la Chine. Nous espérons que le Japon restera engagé sur la voie du développement pacifique.

7

The Paper : En réponse à l’« Initiative Chine » lancée par le Département américain de la Justice en 2018, des scientifiques américains d’origine chinoise ont récemment publié un rapport d’étude détaillé pour y riposter. Le rapport montre que parmi plus de 1 900 scientifiques éminents d’origine chinoise et non chinoise travaillant aux États-Unis, plus de 90 % affirment que les chercheurs d’origine chinoise ont apporté une contribution importante aux recherches et à l’enseignement, tandis que près de la moitié des scientifiques d’origine chinoise déclarent avoir fait l’objet d’une discrimination raciale de la part de l’administration américaine, et près de 40 % des scientifiques d’origine chinoise ont des difficultés à accéder à des financements d’études concernés en raison de leur race. Quels sont les commentaires de la Chine à ces égards ?

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2021/04/58e5054d-462d-4d61-9e17-f91b92e58b3b/838_063_1309958794_1.webp

Manifestation contre le racisme du 30 mars 2021 à New York City suite à une série de crimes haineux ciblés contre des personnes d’origine asiatique. Photo : Michael M. Santiago. Crédits : AFP

Wang Wenbin : J’ai noté le rapport concerné. La discrimination et la persécution à l’encontre des Chinois aux États-Unis n’ont rien de nouveau, mais constituent une tache persistante et indélébile dans la société américaine.
Depuis le milieu du 19e siècle, les Chinois, génération après génération, ont traversé les océans pour atteindre les côtes américaines. Dans un environnement pénible, loin de chez eux, ils ont travaillé avec diligence et opiniâtreté, apportant une contribution importante au développement socio-économique des États-Unis.
Cependant, ce qu’ils ont reçu en retour n’était pas les droits de l’homme ou l’égalité, mais la discrimination et l’injustice continues, comme en témoignent l’oppression et la persécution des ouvriers chinois qui construisaient le premier chemin de fer transcontinental, le massacre des Chinois à Los Angeles en 1871 et l’adoption par le Congrès américain de la Loi d’exclusion des Chinois en 1882 qui a permis la légalisation de la discrimination raciale.
Particulièrement, il est à noter que la discrimination à l’encontre des Chinois aux États-Unis n’a pas été corrigée avec le développement socio-économique, mais qu’elle est plutôt devenue une tumeur persistante qui empoisonne la société américaine. Tout cela va étroitement de pair avec la diffusion arbitraire de fausses informations liées à la Chine par des forces anti-chinoises aux États-Unis ainsi que leur dénigrement et leurs attaques contre la Chine.
Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, une poignée de politiciens américains tentent de rejeter les responsabilités de leur inefficacité dans la lutte contre la COVID-19 sur autrui en diffusant des propos de stigmatisation de la Chine, ce qui a conduit à une hausse spectaculaire des crimes de haine à l’encontre des communautés asiatiques, dont les Chinois, dans la société américaine.
La soi-disant « Initiative Chine » fixe d’abord des objectifs avant de mener des enquêtes et de recueillir des épreuves, tel est un cas typique de diffamation et de répression à l’encontre de la Chine par les forces antichinoises aux États-Unis à travers l’abus du concept de sécurité nationale.
Les médias ont révélé qu’à la fin du mois de mars dernier, aucun des « cas typiques » publiés sur le site Web de l’« Initiative Chine » du Département américain de la Justice ne concernait les droits de propriété intellectuelle ou le vol commercial, et les accusations portaient, entre autres, sur la fraude, les fausses déclarations et l’évasion fiscale. Cela nous donne un aperçu de la manipulation politique là-dedans.
Il s’agit là d’un cas typique de la persécution politique et d’une création délibérée de la confrontation et de l’antagonisme, qui ont infligé de graves préjudices à la communauté chinoise aux États-Unis.
Nous exhortons la partie américaine à écouter attentivement les appels en faveur de la justice des personnalités clairvoyantes tant sur son territoire qu’à l’étranger et à prendre des mesures effectives pour résoudre son propre problème de discrimination raciale en vue de sauvegarder et de protéger les droits et intérêts légitimes des minorités ethniques, y compris la communauté chinoise aux États-Unis.

8

Bloomberg : Une question sur les entreprises américaines à Hong Kong. Les dernières données montrent que le nombre d’entreprises américaines qui ont leur siège régional à Hong Kong a baissé par rapport au passé. Selon certains commentaires, cela montre que la mise en œuvre par Hong Kong de la Loi sur la sécurité nationale a affecté l’attractivité de Hong Kong en tant que centre financier mondial. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/6184be958fe56f288c4be364/1280x720-webp/070249378490-web-tete.webp

Wang Wenbin : Je ne sais pas si vous avez remarqué un rapport d’enquête publié récemment par la Chambre de commerce américaine à Hong Kong. Il montre qu’en janvier 2021, la proportion des entreprises qui sont optimistes quant au climat d’affaires à Hong Kong était beaucoup plus importante par rapport au mois d’août 2020. Depuis la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, les investisseurs étrangers à Hong Kong, y compris ceux des États-Unis, ont bénéficié d’un environnement commercial plus sûr, plus stable et plus prévisible. Les rapports concernés publiés par le Fonds monétaire international (FMI) ont également réaffirmé pleinement le rôle de centre financier international de Hong Kong.
Le mois dernier, la Cheffe de l’exécutif de la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a déclaré que Hong Kong s’était classé au troisième rang mondial en termes de flux d’investissements directs étrangers (IDE) l’année dernière.
Cette année, le nombre d’entreprises étrangères implantées à Hong Kong et celui de start-up ont tous battu un record. En 2021, le nombre d’entreprises à Hong Kong dont les sociétés mères se trouvent à l’étranger ou dans la partie continentale de la Chine s’est élevé à 9 049, et il y a 3 755 start-up à Hong Kong. Depuis la promulgation et la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, le climat d’affaires y a été mieux préservé et son potentiel de développement a été davantage mis en exergue.
Le gouvernement central chinois continuera comme toujours d’offrir son plein soutien au développement de Hong Kong et à son intégration dans la dynamique de développement général national. Nous inviterons également, comme auparavant, les communautés d’affaires de tous les pays à saisir l’opportunité pour étendre leur présence à Hong Kong et obtenir un plus grand succès. Nous sommes convaincus que tout le monde verra Hong Kong entrer dans un avenir meilleur.

9

AFP : Selon des commentaires, l’ambition et les contributions de la Chine en matière de lutte contre le changement climatique mondial ne sont pas suffisantes. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ? La Chine proposera-t-elle des mesures concrètes pour la réduction des émissions lors de la COP26 ?

https://news.cgtn.com/news/2020-09-22/President-Xi-Jinping-addresses-general-debate-at-75th-UNGA-U04TIpDxVm/img/8d51e134fa3c46fcb98291c766b33314/8d51e134fa3c46fcb98291c766b33314-750.jpeg

Wang Wenbin : Comme je viens de le présenter, le Président Xi Jinping a prononcé une allocution importante lors du Sommet des dirigeants du G20 à Rome, dans lequel il a mis en avant des propositions et initiatives de la Chine pour protéger la Terre, qu’est notre foyer commun, et promouvoir la construction d’un avenir partagé pour l’homme et la nature. Ces propositions importantes du Président Xi Jinping indiquent également la clé du succès de la COP26 et donnent une forte impulsion aux efforts conjoints de la communauté internationale pour lutter contre le changement climatique.
Je voudrais profiter de cette occasion pour faire part des mesures vigoureuses et des contributions réelles de la Chine dans la lutte contre le changement climatique. La Chine, un acteur de la gouvernance climatique, assume toujours de sa propre initiative les responsabilités internationales correspondant à ses conditions nationales, et s’efforce constamment de faire mieux pour accroître ses actions en matière de lutte contre le changement climatique.
Depuis le mois de septembre de l’année dernière, le Président Xi Jinping a annoncé les objectifs et la vision de la Chine en matière de pic des émissions et de neutralité carbone, et a proposé une série d’objectifs ainsi que de politiques et mesures concrètes pour les contributions déterminées au niveau national (CDN), y compris celles concernant les centrales à charbon domestiques, la consommation de charbon et son engagement de ne plus financer de centrales à charbon à l’étranger, démontrant ainsi la ferme détermination de la Chine à lutter contre le changement climatique.
Récemment, la Chine a publié la Recommandation pour l’atteinte du pic des émissions de dioxyde de carbone et la réalisation de la neutralité carbone en vue d’une application intégrale et exacte de la nouvelle vision de développement et le Plan d’action pour l’atteinte du pic des émissions de dioxyde de carbone avant 2030,
et le livre blanc intitulé Répondre aux changements climatiques : les politiques et actions de la Chine, et a officiellement soumis au Secrétariat de la CCNUCC deux documents intitulés Réalisations, nouveaux objectifs et nouvelles mesures de la Chine pour les contributions déterminées au niveau national et Stratégie de développement à long terme à faible émission de gaz à effet de serre de la Chine d’ici le milieu du siècle.

Ce sont toutes des mesures concrètes prises par la Chine pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, reflétant le sens des responsabilités de la Chine et sa dernière contribution à la réponse mondiale au changement climatique.

En réponse à votre question de savoir si les contributions de la Chine dans ce dossier sont grandes, j’ai quelques chiffres qui puissent vous donner une idée.
Il faudra 71 ans à l’UE, 43 ans aux États-Unis et 37 ans au Japon, qui sont tous des pays développés, pour parvenir à la neutralité carbone à partir du pic de leurs émissions de carbone,

tandis que la Chine s’est fixé un délai de 30 ans seulement.

Le temps pris par l’UE, les États-Unis et le Japon est respectivement 2,4 fois, 1,4 fois et 1,2 fois supérieur à celui dont la Chine aura besoin.

En tant que plus grand pays en développement du monde, la Chine réalisera la plus forte réduction de l’intensité des émissions de carbone dans le monde et atteindra la neutralité carbone du pic de ses émissions dans le délai le plus court dans l’histoire du monde.

Cela exigera des efforts ardus de la part de la Chine, démontrant pleinement le sens des responsabilités de la Chine sur cette question en tant que grand pays.
Je tiens également à souligner que des recherches scientifiques montrent que le réchauffement climatique mondial résulte des émissions cumulées de gaz à effet de serre.
Les pays développés, qui n’ont cessé d’émettre le gaz à effet de serre dans l’atmosphère au cours du processus d’industrialisation de plus de 200 ans, portent une responsabilité historique irrécusable dans le changement climatique mondial.
Par exemple, les émissions cumulées de carbone par habitant des États-Unis sont 8 fois élevées à celles de la Chine. Dans l’histoire, les États-Unis ont refusé de ratifier le Protocole de Kyoto et se sont retirés de l’Accord de Paris, nuisant gravement à la confiance et à l’efficacité de la coopération mondiale contre le changement climatique.

À l’heure actuelle, le changement climatique pose des défis sérieux à la survie et au développement de l’humanité, ce qui nécessite les efforts conjoints de tous les pays pour y faire face.

Les États-Unis et les autres pays développés doivent respecter sérieusement le principe des responsabilités communes mais différenciées, faire face à leurs responsabilités historiques, faire preuve d’une plus grande ambition et d’une plus grande action, prendre l’initiative d’assumer les principales obligations en matière de réduction drastique des émissions, et aider en même temps, avec des actions concrètes, les pays en développement à accroître leur capacité à répondre au changement climatique en termes de financement, de technologie et de renforcement de capacités.

10

China Daily : Selon des reportages, le 28 octobre, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales sur l’exercice des droits de l’homme a observé à Harare, capitale du Zimbabwe, que les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays occidentaux avaient imposé des sanctions unilatérales au Zimbabwe, provoquant des conséquences dévastatrices sur l’économie du Zimbabwe et violant divers droits de l’homme du peuple zimbabwéen, y compris les droits à la vie, à l’alimentation, à la santé, au développement et à l’éducation ainsi que les droits économiques et culturels. Selon elle, les pays concernés doivent lever rapidement les sanctions contre le Zimbabwe. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? 

https://www.larousse.fr/encyclopedie/data/cartes/1306161-Zimbabwe.HD.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bc/LocationZimbabwe.svg/1200px-LocationZimbabwe.svg.png

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages concernés. Ces dernières années, les pays africains n’ont cessé d’appeler les États-Unis ainsi que d’autres pays et organisations occidentaux à lever rapidement les sanctions unilatérales contre le Zimbabwe. La semaine dernière, j’ai également présenté la position de la Chine à cet égard. La Chine soutient sans réserve l’appel juste de la partie africaine.

https://www.africaintelligence.fr/utils/imageresize?x=800&web=1&file64=V29ya2Zsb3dcQUlGXzE1MzQ3LkpQRw==

Alena Douhan, rapporteuse spéciale du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur l’impact négatif des sanctions unilatérales coercitives et le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa

L’observation de la Rapporteuse spéciale des Nations Unies montre une fois de plus que les sanctions unilatérales ont porté une grave atteinte à la capacité du Zimbabwe à développer l’économie et à améliorer le bien-être du peuple et ont exercé un mauvais impact sur la vie quotidienne des populations locales et la protection de leurs divers droits. Elles provoquent chaque jour davantage une opposition générale de la communauté internationale.

Les États-Unis et d’autres pays occidentaux parlent tout le temps et partout des droits de l’homme, mais leurs actes sont totalement à l’opposé de leurs assertions.

La Chine s’oppose résolument à toutes sortes de sanctions unilatérales et soutient fermement le peuple zimbabwéen dans son opposition aux ingérences extérieures et dans sa poursuite d’une voie de développement autonome.
Une fois de plus, nous appelons solennellement quelques organisations et pays, dont les États-Unis, à lever les sanctions illégales contre le Zimbabwe le plus tôt possible et à aider effectivement son peuple à lutter contre l’épidémie de COVID-19 et à rétablir le développement économique.

11

Bloomberg : Le week-end dernier, l’UE et les États-Unis sont parvenus à un accord sur les droits de douane sur l’acier et l’aluminium. Cela pourrait leur permettre de concentrer l’attention sur la Chine, car l’UE et les États-Unis ont toujours accusé la Chine d’avoir vendu des produits à un prix bas sur le marché. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Wang Wenbin : Pour cette question spécifique que vous avez posée, veuillez vous renseigner auprès des autorités compétentes.
Quant à l’accusation infondée contre la Chine faite par les États-Unis et l’UE, je voudrais souligner que l’OMC a récemment procédé à un examen de politiques économiques et commerciales de la Chine. Au cours de cet examen, la plupart des pays ont pleinement apprécié l’acte de la Chine consistant à honorer sérieusement ses engagements pris lors de son adhésion à l’OMC et à respecter les règles économiques et commerciales multilatérales.

L’accusation portée par les États-Unis et l’UE contre la Chine n’a aucun fondement.

12

Associated Press du Pakistan : Le porte-parole du Ministère pakistanais des Affaires étrangères a récemment félicité la Chine pour le 50e anniversaire de son rétablissement dans son siège légitime aux Nations Unies et a déclaré que la Chine était désormais une voix forte représentant les pays en développement aux Nations Unies. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://img.lemde.fr/2018/03/01/0/0/3500/2405/664/0/75/0/600e196_PEK300_CHINA-POLITICS-_0301_11.JPG

Une sculpture de Mao Zedong dans un magasin près de la place Tiananmen, à Pékin, le 1er mars 2018.

Wang Wenbin : Nous apprécions hautement la déclaration faite par la partie pakistanaise. Le Président Mao Zedong a dit que c’étaient les pays en développement qui ont porté la République populaire de Chine aux Nations Unies. Ce mot « porter » reflète avec vivacité l’amitié profonde entre les autres pays en développement et la Chine.
Au cours des 50 années écoulées depuis le rétablissement de la Chine dans son siège légitime à l’ONU, à la lumière de l’esprit dit « porter », nous avons également soutenu sans relâche les autres pays en développement dans la sauvegarde de leur souveraineté, de leur sécurité et de leurs intérêts en matière de développement, et choisi de nous tenir inébranlablement en faveur de la justice pour les pays en développement.
Au cours des 50 dernières années, la Chine et un grand nombre de pays en développement d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine se sont fermement soutenus mutuellement dans leur lutte pour l’indépendance et la libération nationales, ont vigoureusement étendu la coopération pour promouvoir leur développement économique et social et améliorer le bien-être de leurs populations, et ont avancé ensemble à pas assurés dans la réforme et l’amélioration du système de gouvernance mondiale et dans le renforcement de la représentation et du droit à la parole des pays en développement.
Au cours des 50 dernières années écoulées, 65 nouveaux pays ont rejoint les Nations Unies, dont la grande majorité sont des pays en développement.
Nous sommes progressivement passés
du statut de spectateur à celui d’acteur au centre de la scène internationale,
d’un rôle de traînard passif à celui de leader actif,
et nous avons donné une forte impulsion au processus historique de démocratisation des relations internationales et de multipolarisation du monde ainsi qu’à la mondialisation économique.
Le Président Xi Jinping a souligné que peu importe le chemin parcouru, nous n’oublierons jamais d’où nous venons. La Chine sera toujours un ami fiable et un partenaire sincère des pays en développement. La Chine s’est tenue, se tient et se tiendra toujours aux côtés des pays en développement. Le vote de la Chine au sein des Nations Unies appartient toujours aux pays en développement et à ceux qui défendent la justice dans le monde.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1918586.shtml

https://t2.uc.ltmcdn.com/fr/images/8/4/1/img_quelle_est_la_longueur_de_la_muraille_de_chine_7148_orig.jpg

Conférence de presse du 2 novembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

2021/11/02

13

Agence de presse Xinhua : Les 1er et 2 novembre,le Sommet des dirigeants mondiaux de la 26e session de la Conférence des Parties (COP26) à laConvention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tient à Glasgow, au Royaume-Uni. Le Président Xi Jinping a adressé une allocution écrite au sommet pour expliquer les propositions de la Chine sur la gouvernance climatique et présenter les réalisations et la contribution de la Chine à cet égard. Pourriez-vous présenter davantage les informations concernées ?

Wang Wenbin : La COP26 se tient à Glasgow, au Royaume-Uni, du 31 octobre au 12 novembre. Le Royaume-Uni a organisé le Sommet des dirigeants mondiaux les 1er et 2 novembre, auquel le Président Xi Jinping aadressé une allocution écrite.
Dans son allocution, le Président Xi Jinping a fourni la solution chinoise aux questions majeures de notre époque sur la façon de répondre au changement climatique et de relancer l’économie mondiale, et a avancé une proposition en trois points sur la préservation du consensus multilatéral, la concentration sur les actions concrètes et l’accélération de la transition verte.
LePrésident Xi a souligné que la Chine, portant la vision d’un avenir partagé pour l’homme et la nature, continuait d’accorder la priorité à l’écologie et poursuivait une voie de développement vert et bas carbone. L’ensemble de politiques « 1+N » a clairement défini un calendrier, une feuille de route et des plans d’exécution pour que la Chine parvienne au pic des émissions et à la neutralité carbone.
L’allocution écrite du Président Xi Jinping a démontré le sens des responsabilités de la Chine en tant que grand pays qui répond activement au changement climatique et dirige la gouvernance climatique mondiale, recevant un fort éloge au sein de la communauté internationale. Comme l’a souligné le Président Xi, « La gouvernance efficace s’appuie sur l’action concrète. »La Chine est prête à travailler avec la communauté internationale pour relever le défi du changement climatique, protéger la planète Terre, notre foyer commun, et promouvoir la construction d’un avenir partagé pour l’homme et la nature.

14

Reuters : Pourquoi le dirigeant chinois n’a adressé qu’une allocution écrite auSommet des dirigeants mondiaux de la COP26, au lieu d’y participer par liaison vidéo ?
Wang Wenbin : Pour autant que je sache, l’organisateur du sommet n’a pas fourni la possibilité de participer par liaison vidéo. Je tiens à souligner que l’allocution écrite du Président Xi Jinping à la COP26 démontre la position ferme de la Chine pour promouvoir activement la coopération internationale sur le changement climatique et protéger la planète Terre, notre foyer commun, ainsi que son sens des responsabilités en tant que grand pays. Les propositions et mesures de la Chine ont été hautement appréciées et reconnues par la communauté internationale. 

15

MASTV : Selon des reportages, depuis le début de cette année,Antiy Labs, société chinoise contre les cybervirus, a capturé un grand nombre d’activités de phishing et de cyberattaques contre la Chine et les pays du sous-continent de l’Asie du Sud. Des cyberattaquants venant de l’Inde ont tenté de s’en prendre à des unités de la défense et de l’armée de la Chine ainsi que des entreprises d’État chinoises. Le rapport d’analyse concerné sera bientôt rendu public. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?
Wang Wenbin : Pour les détails, je vous conseille de vous renseigner auprès des autorités compétentes en matière de cybersécurité. Je tiens à souligner qu’en tant que position de principe, la Chine s’oppose à toutes formes de cyberattaques.

16

Agence de presse Yonhap : J’ai deux questions. Premièrement, selon des reportages, la Chine et la Russie ont récemment distribué conjointement un projet de résolution lié à la République populaire démocratique de Corée (RPDC) au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il présenter les informations concernées ?
Deuxièmement, la semaine dernière, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a rencontré l’Ambassadeur de RPDC en Chine. Hier, le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la Péninsule coréenne a eu un entretien par liaison vidéo avec le Représentant spécial de la République de Corée pour la paix et les affaires de sécurité dans la Péninsule coréenne. Pourriez-vous présenter les efforts déployés récemment par la Chine pour encourager la RPDC à revenir au dialogue et aux négociations ? Quelles sont les attentes de la Chine à cet égard ?

https://imgsrv2.voi.id/h32xwaTjWKbi3RCm68d357eYmOaFZObrnAyk9ees_rU/auto/1200/675/sm/1/bG9jYWw6Ly8vcHVibGlzaGVycy8xMDAwNzkvMjAyMTExMDIxMTU1LW1haW4uY3JvcHBlZF8xNjM1ODI4OTQzLmpwZw.jpg

Illustration de la Corée du Nord. (Source : KCNA)

Wang Wenbin : En ce qui concerne la première question, vendredi dernier, la Chine et la Russie ont distribué conjointement un projet de résolution lié à la RPDC au Conseil de Sécurité des Nations Unies. À l’heure actuelle, la situation dans la péninsule est compliquée et sensible, et le processus de règlement politique est au point mort. 
La principale considération de la décision de la Chine et de la Russie de présenter en ce moment ce projet de résolution réside dans les domaines suivants.
Premièrement, c’est pour consolider la bonne direction du règlement politique de la question de la péninsule, créer une atmosphère propice et contribuer à la relance du dialogue entre les parties concernées dans les meilleurs délais.
Deuxièmement, étant donné que la RPDC a pris de nombreuses mesures de dénucléarisation ces dernières années, ses préoccupations légitimes et raisonnables méritent une attention et une réponse.
Troisièmement, il faut tenir en compte l’impact négatif causé par des sanctions internationales, la pandémie de COVID-19 et d’autres facteurs sur l’économie et le bien-être social de la RPDC, et le Conseil de Sécurité doit faciliter le soutien et l’aide extérieurs à la RPDC.
Quatrièmement, le Conseil de Sécurité devra activer lesdispositions réversibles desrésolutions relatives à la RPDC à un moment approprié et réajuster certaines sanctions concernant l’économie et le bien-être du peuple, ce qui est conforme à l’esprit des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité.
Cinquièmement, améliorer les relations entre la République de Corée et la RPDC et promouvoir la réconciliation et la coopération constituent la tendance dominante, et la communauté internationale et les parties concernées doivent les soutenir et y créer des conditions nécessaires.
Nous espérons que les parties concernées considéreront le projet de résolution avancé par la Chine et la Russie avec une attitude positive et constructive et feront des efforts conjoints pour faire avancer le règlement politique de la question de la péninsule.
Sur la deuxième question, la Chine a toujours joué un rôle constructif dans la promotion du processus de pourparlers de paix dans la péninsule et a engagé des interactions actives et des échanges approfondis avec les parties concernées.
Nous défendons fermement la paix et la stabilité dans la péninsule, restons engagés à favoriser la paix et à promouvoir les pourparlers et soutenons tous les efforts en faveur de l’apaisement de la situation et de la promotion du dialogue.
La Chine a proposé l’« approche à double voie » etle principe d’actions échelonnées et synchronisées, auquel toutes les parties ont attaché une grande importance et ont exprimé leur reconnaissance.
La Chine et la Russie ont également proposé conjointement un projet de résolution au Conseil de Sécurité sur le règlement politique de la question de la péninsule, appelant à la reprise du dialogue à une date rapprochée. Tel est une initiative très constructive dans les circonstances actuelles.
La Chine estime qu’actuellement, le nœud de la question de la péninsule est que les mesures de dénucléarisation prises par la RPDC n’ont pas reçu l’attention qu’elles méritent et que ses préoccupations légitimes n’ont pas reçu de réponse appropriée. Les États-Unis doivent regarder en face le nœud du problème, présenter des plans de dialogue attrayants et prendre des actions concrètes au lieu de se contenter de crier des slogans. La Chine est prête à renforcer les échanges avec toutes les parties sur les affaires de la péninsule et à continuer de s’engager activement à faire avancer le règlement politique de la question de la péninsule.

17

Shenzhen TV : Selon des reportages, le 1er novembre, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les États-Unis, lorsque la situation était mouvementée en Afghanistan, avaient tenté de persuader le Pakistan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et d’autres pays d’autoriser les forces américaines à stationner sur leur territoire, mais ils avaient tous refusé. Lors d’une réunion entre les Chefs d’État russe et américain en juin dernier, la partie russe a clairement indiqué aux États-Unis qu’elle s’opposait fermement aux tentatives américaines de déployer des bases militaires dans les pays d’Asie centrale. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Wang Wenbin : La Chine a noté les reportages concernés. Les pays que vous avez mentionnés sont tous des États membres de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Le maintien de la paix et de la stabilité régionales constitue l’objectif commun de tous les États membres de l’OCS, et les pays concernés maintiennent une coopération étroite.
La guerre des deux décennies en Afghanistan menée par les États-Unis a causé de graves dommages à la paix et à la stabilité en Afghanistan et dans la région, déclenchant une énorme catastrophe humanitaire.
Les États-Unis doivent en tirer une leçon, rectifier leur politique belliqueuse, respecter effectivement la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale des pays de la région, agir davantage pour promouvoir la paix et la stabilité régionales et éviter de répéter les mêmes erreurs du passé.

18

Quotidien du Peuple :Selon des reportages,lors du Sommet des dirigeants mondiaux en marge de la COP26, plus de 100 pays, dont la Chine, rejoindront la Déclaration des dirigeants de Glasgow sur les forêts et l’utilisation des terres. Pourriez-vous nous en dire plus sur la situation concernée ?
Wang Wenbin : Les forêts sont les poumons de la Terre et le plus grand réservoir de carbone des écosystèmes terrestres. L’adhésion de la Chine à laDéclaration des dirigeants de Glasgowsur les forêts et l’utilisation des terres démontre sa résolution et sa contribution à la protection de l’environnement écologique et à la réponse active au changement climatique.
Fidèle au concept d’un avenir partagé pour l’homme et la nature, la Chine a pris des mesures de protection concrètes en matière de forêts et d’utilisation des terres et a obtenu des résultats remarquables.

Dans le contexte du déclin continu des ressources forestières mondiales, le taux de couverture forestière de la Chine est passé de 12 % dans les années 1980 à 23,04 % aujourd’hui, et le volume de son stock forestier a augmenté de 8,5 milliards de mètres cubes, faisant de la Chine le pays avec la plus forte augmentation des ressources forestières qui a donné au monde entier un quart de la nouvelle zone verte.

La Chine a continué de mener des travaux de lutte contre la désertification, a réussi à freiner la tendance à l’expansion de la désertification, a réalisé la transition historique du « sable forçant l’homme à reculer » aux « arbres forçant le sable à reculer » et a réalisé l’objectif des Nations Unies d’atteindre un taux de croissance zéro de dégradation des terres d’ici 2030 avant la date prévue. La Chine a donné au monde entier un cinquième de la superficie mondiale nette des terres restaurées.
La Terre est le foyer commun de l’humanité. Les efforts de la Chine pour protéger les forêts et les terres ont non seulement rendu la Chine plus verte, mais également fait du monde un endroit merveilleux.

Face aux défis mondiaux tels que le changement climatique et la perte de la biodiversité, la Chine est prête à travailler avec toutes les parties pour répondre aux crises et résoudre les problèmes par des actions concrètes afin de construire un monde magnifique où l’homme et la nature coexistent en harmonie.

19

CCTV : La Chine a officiellement demandé à adhérer à l’Accord de partenariat sur l’économie numérique (DEPA) le 1er novembre. Pourriez-vous nous présenter la considération de la Chine et la signification de cette décision ?

https://www.entreprendre.fr/wp-content/uploads/economie-numerique-chine-1068x576.jpg

Wang Wenbin : Le Président Xi Jinping a annoncé, lors du Sommet des dirigeants du G20 à Rome, que la Chine avait décidé de demander à adhérer au DEPA. Hier, la Chine a officiellement soumis l’application à la Nouvelle-Zélande, dépositaire du DEPA.
La demande d’adhésion au DEPA témoigne de l’attitude constructive de la Chine, qui participe activement à la coopération internationale en matière d’économie numérique et à l’élaboration de règles pertinentes, et reflète la ferme détermination de la Chine à élargir son ouverture et à s’aligner sur les règles et normes internationales de haut niveau.
La Chine est un partisan actif de la coopération économique régionale, un défenseur ferme des règles économiques et commerciales multilatérales et un promoteur fort d’une économie mondiale ouverte. Elle s’est toujours fermement engagée à approfondir les réformes et à élargir l’ouverture, a activement participé à l’amélioration des règles économiques et commerciales internationales et s’est efforcée de promouvoir l’intégration économique régionale ainsi que la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements.
La Chine a été l’un des premiers pays à achever l’approbation de l’Accord de partenariat économique régional global(RCEP), et a officiellement demandé à adhérer à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), en vue de renforcer encore son engagement en faveur de l’ouverture.
Lors de la série de réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est qui vient de s’achever, la Chine a appelé à l’approfondissement de l’intégration économique et à la promotion d’une entrée en vigueur et d’une mise en œuvre rapides du RCEP, dans le but d’apporter des avantages le plus tôt possible aux populations de tous les pays dans la région. Cela a reçu une réponse positive des pays de la région.

Dans quelques jours, la 4e Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) ouvrira officiellement ses portes à Shanghai.

Cette année, un total de 58 pays et trois organisations internationales participeront à l’exposition des pays, et près de 3 000 exposants de 127 pays et régions seront présents à l’exposition des entreprises.
Les nombres de pays et d’entreprises participants sont tous supérieurs à ceux de l’exposition précédente. La Chine continuera de prendre des mesures concrètes pour soutenir le système commercial multilatéral, promouvoir la construction d’une économie mondiale ouverte et apporter continuellement une nouvelle contribution à la reprise économique mondiale et au développement commun de tous les pays.

20

Bloomberg : Le Club des correspondants étrangers en Chine (FCCC) a publié hier une déclaration exprimant ses « préoccupations » quant à l’environnement de la couverture médiatique des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing pour les journalistes étrangers en Chine, et a « appelé » le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing 2022 et le Comité international olympique (CIO) à l’améliorer dès que possible. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

https://i.eurosport.com/2021/10/26/3243680-66390868-2560-1440.jpg

Wang Wenbin : Tout d’abord, je tiens à souligner que la Chine n’a jamais reconnu l’organisation que vous avez mentionnée. Cette organisation ne représentera en aucun cas la vraie voix des plus de 400 journalistes étrangers en Chine.
Quant à la déclaration que vous avez mentionnée, elle est également incompatible avec les faits.
La préparation des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing suit le concept d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques ouvert. Dès le début des préparatifs, nous avons toujours accueilli les médias du monde entier pour des reportages et des couvertures.
Compte tenu de l’impact de la pandémie, afin d’assurer la santé et la sécurité de tous les participants aux épreuves tests dans le cadre de l’« Expérience Beijing » au second semestre 2021, et de réduire le coût des opérations des médias en diminuant le nombre de personnes devant être mises en quarantaine après les épreuves tests, le Comité d’organisation des épreuves tests a pris des dispositions minutieuses et l’organisateur a surmonté de grandes difficultés pour diviser l’espace en deux sections, l’une sous gestion de la boucle extérieure et l’autre sous gestion de la boucle intérieure, et placer la zone de reportage des médias sous gestion de la boucle extérieure. En raison de l’espace limité dans les sites, chaque épreuve test n’a pu inviter qu’une partie des médias pour les reportages.
Le principe à suivre lors de l’invitation des médias est que seules les agences de presse internationales reconnues par le CIO, l’agence photographique officielle du CIO et certains médias des pays qui ont accueilli des Jeux Olympiques ces dernières années ou le feront dans les années à venir sont autorisés à accéder aux sites. Ils peuvent représenter la majorité des médias et répondre à leurs besoins. Dans le même temps, le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing 2022 continue de fournir des bulletins d’information et d’envoyer des informations à tous les médias étrangers au fur et à mesure de l’avancement des épreuves tests. Il n’existe pas de soi-disant « divulgation inadéquate d’informations ».
Bien entendu, nous comprenons l’attention que les médias accordent aux préparatifs des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing, et accueillons favorablement leur participation accrue à la couverture concernée. Pour répondre aux besoins des médias, le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing 2022 coordonne activement la planification et l’organisation d’une série de reportages dans les trois zones de compétition sans affecter les épreuves tests en cours, pendant laquelle la plupart des médias invités seront des médias étrangers résidant à Beijing et n’ayant pas participé aux épreuves tests. En tenant compte des besoins réels des médias dans leurs reportages, le Comité d’organisation a surmonté les difficultés en coordonnant une fois de plus les sites pour élargir l’espace d’opération des médias, et a déjà élargi la liste des médias invités en fonction des conditions sur le terrain.

21

Phoenix TV : Première question, le Conseiller à la Sécurité nationale du Président des États-Unis Jake Sullivan a qualifié la Chine d’un cas particulier en matière d’action climatique et a dit que les États-Unis continueraient de faire pression sur la Chine à cet égard. Quelle est la réponse de la Chine ?
Deuxième question, selon des reportages, les trains de marchandises entre la Chine et l’Afghanistan ont repris leurs activités et la Chine a fourni une aide humanitaire d’urgence à l’Afghanistan. Le gouvernement intérimaire des Talibans afghans a également annoncé hier qu’il avait exporté des pignons de pin vers la Chine. Pourriez-vous le confirmer et nous présenter davantage d’informations concernées ?

https://s.lorientlejour.com/storage/attachments/1266/08a7569_5044257-01-06_538259.jpg/r/800/08a7569_5044257-01-06_538259.jpg

Jake Sullivan


Wang Wenbin : Concernant la première question que vous avez mentionnée, le Président Xi Jinping a souligné lors du 16e Sommet des dirigeants du G20 que la Chine assumait toujours de sa propre initiative les responsabilités internationales correspondant à ses conditions nationales. Elle a promu activement la transition verte de son économie et n’a cessé d’intensifier de sa propre initiative ses actions pour répondre au changement climatique.

Et elle honorera ses engagements et s’efforcera d’atteindre le pic de ses émissions de carbone avant 2030 et la neutralité carbone avant 2060.

La Chine tient toujours ses engagements. Elle a déployé des efforts ardus à cet égard et a enregistré des progrès remarquables. En 2020, l’intensité carbone de la Chine a diminué de 48,4 % par rapport à 2005, ce qui signifie que la Chine a dépassé son engagement envers la communauté internationale, celui d’atteindre d’ici 2020 une réduction de 40 % à 45 % de l’intensité carbone par rapport au niveau de 2005.
Les émissions de dioxyde de carbone réduites totalisent d’environ 5,8 milliards de tonnes. La Chine s’efforce de promouvoir la transition vers une énergie verte et à faible émission. En 2020, l’électricité produite par des énergies non fossiles en Chine représentait plus d’un tiers de la consommation d’électricité de la société dans son ensemble ;
les capacités installées de production d’électricité photovoltaïque et éolienne ont été multipliées respectivement par plus de 3 000 et plus de 200 par rapport à 2005.
La Chine est devenue le plus grand marché du monde en termes de capacité photovoltaïque nouvellement installée pendant huit années consécutives et se classe au premier rang du monde dans la fabrication d’équipements de production d’énergie éolienne et photovoltaïque, tant en termes de technologie que d’envergure de production.
Récemment, la Chine a organisé et lancé un grand nombre de projets éoliens et photovoltaïques à grande échelle avec une capacité installée totalisant de près de 30 millions de kilowatts, marquant le début de la première phase de projets d’une capacité installée d’environ 100 millions de kilowatts.
Comme je l’ai dit hier, les pays développés se fixeront généralement un délai de 40 à 70 ans pour passer du pic des émissions de carbone à la neutralité carbone, tandis que la Chine, en tant que plus grand pays en développement du monde, ne se fixe qu’un délai de 30 ans.
L’objectif de neutralité carbone avancé par la Chine est en parfaite conformité avec l’objectif fixé dans l’Accord de Paris, qui consiste à « maintenir l’augmentation de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et à poursuivre les efforts pour limiter encore davantage l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius ». Cela démontre aussi pleinement l’ambition climatique et le leadership mondial de la Chine à la mesure de son stade de développement et de ses conditions nationales.

Je tiens également à souligner que le changement climatique est le défi commun de toute l’humanité, qui met en jeu l’avenir et le destin de l’humanité et nécessite des efforts conjoints de la communauté internationale.

Les pays développés ont émis de grandes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère au cours des plus de 200 dernières années et portent ainsi des responsabilités historiques irrécusables dans le changement climatique.
En particulier, les États-Unis, en tant que principal émetteur dans l’histoire, ont fait volte-face et régressé dans leur politique climatique, et leurs émissions n’ont commencé à diminuer qu’après avoir atteint le pic ces dernières années.
Nous nous attendons à ce que l’administration américaine propose dès que possible des politiques et mesures concrètes en faveur de la réduction des émissions. Les pays développés doivent poursuivre effectivement le principe des responsabilités communes mais différenciées, prendre l’initiative de remplir les obligations en matière de réduction à grande échelle des émissions et aider effectivement les pays en développement à améliorer leurs capacités à répondre aux défis climatiques en termes de financement, de technologie et de renforcement des capacités. Ils ne doivent pas demander à la Chine de réduire le charbon d’une part et de sanctionner les entreprises photovoltaïques chinoises d’autre part.

https://unama.unmissions.org/sites/default/files/styles/full_width_image/public/field/image/afghanistans_railroad_plans_on_track_june2013.jpg?itok=WxlN5Tpt

La ligne ferroviaire reliant Mazar-e-Sharif à Hairatan à la frontière ouzbek-afghane. (Photo : Sayed Barez)

Sur la deuxième question liée à l’Afghanistan que vous avez mentionnée, les trains de marchandises entre la Chine et l’Afghanistan n’ont jamais été suspendus et le commerce de produits agricoles reprend.
De petits pignons de pin apporteront un délice exotique au peuple chinois et rapporteront également des devises à l’Afghanistan chaque année, soulageant ainsi les difficultés de subsistance d’un grand nombre d’agriculteurs locaux. Le « couloir aérien des pignons de pin » est un microcosme et une illustration vivante de l’amitié entre les peuples chinois et afghan, qui remonte loin dans l’histoire, ainsi que du développement régulier de la coopération économique et commerciale entre les deux pays.
À l’heure actuelle, l’Afghanistan est toujours confronté à une grave crise humanitaire et à des difficultés économiques.
La Chine a annoncé qu’elle fournirait une aide humanitaire d’urgence d’une valeur de 200 millions de yuans à l’Afghanistan et le premier lot de fournitures d’aide humanitaire d’urgence a été acheminé à Kaboul. La Chine continuera d’écouter les appels et la demande du peuple afghan, de lui apporter son soutien et son aide au mieux de ses capacités et de jouer un rôle constructif dans le rétablissement de la stabilité et la réalisation du développement en Afghanistan.

22

AFP : Selon des reportages, trois employés chinois enlevés au Mali ont été sauvés. Pourriez-vous le confirmer et présenter des détails ?

https://cdnuploads.aa.com.tr/uploads/Contents/2021/11/02/thumbs_b_c_bfe88cd96f1310ed9d8d95185de4ff67.jpg?v=010046

Wang Wenbin : Le gouvernement chinois attache une grande importance à l’enlèvement de trois employés d’une entreprise chinoise au Mali.
Depuis le début de l’enlèvement, le Ministère des Affaires étrangères et l’Ambassade de Chine au Mali ont suivi de près l’évolution du cas, ont continué à déployer des efforts pour exhorter la partie malienne à tout mettre en œuvre pour le sauvetage en toute sécurité, et ont guidé l’entreprise concernée pour qu’elle y réponde adéquatement. Grâce aux efforts concertés de toutes les parties, les trois personnes enlevées ont été sauvées en toute sécurité le 1er novembre et sont maintenant en bonne santé. Nous sommes reconnaissants au Mali et aux gouvernements des pays concernés pour leurs efforts et leur soutien dans le sauvetage en toute sécurité des ressortissants chinois.
Le Ministère des Affaires étrangères et l’Ambassade de Chine au Mali continueront à rassurer ces personnes sauvées et à en prendre soin, tout en renforçant davantage l’alerte aux risques et la protection consulaire pour les ressortissants et les entreprises chinois au Mali, et en préservant effectivement leur sécurité et leurs droits et intérêts légitimes.

23

Global Times : Selon des reportages, dans une interview accordée à un média australien en marge du Sommet du G20 à Rome, le Président français Emmanuel Macron a déclaré que le Premier Ministre australien Scott Morrison avait menti à la partie française au sujet du contrat de sous-marins nucléaires. Il a ajouté que la partie française verrait ce que Scott Morrison ferait à propos de la possibilité de lui redonner sa confiance. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Wang Wenbin : La Chine a présenté à plusieurs reprises sa position de principe sur la question de la coopération entre l’Australie et les pays concernés en matière de sous-marins nucléaires. L’Australie doit non seulement répondre honnêtement aux questions de son propre partenaire, mais aussi faire face honnêtement aux préoccupations de la communauté internationale. En même temps, elle doit assumer véritablement ses obligations internationales en matière de non-prolifération nucléaire et cesser tout comportement irresponsable susceptible de créer une confrontation de blocs et des risques de prolifération.

24

RCI : Les Meilleures pratiques touristiques 2021 de l’Alliance mondiale du tourisme en faveur de la revitalisation rurale ont été récemment publiées à Beijing. Quels sont vos commentaires à cet égard ?

https://i.ytimg.com/vi/2_YUlVfdjRs/maxresdefault.jpg

Wang Wenbin : Il y a quelques jours, l’Alliance mondiale du tourisme a publié les Meilleures pratiques touristiques de l’année 2021 en faveur de la revitalisation rurale.
Ces pratiques ont pleinement démontré les réalisations exceptionnelles du tourisme chinois dans la promotion du redressement des régions rurales et ont formulé une série de propositions sur la revitalisation rurale sur la base de l’analyse approfondie, du bilan et de la recherche.
La publication de ces pratiques est l’un des événements commémorant le 50eanniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies.
Il s’agit également d’une mesure importante de la Chine pour mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies dans le domaine touristique et renforcer les échanges et l’apprentissage mutuel avec le reste du monde dans ce secteur.

Le PCC et le gouvernement chinois sont toujours attachés au travail lié aux régions rurales.

Nous avons mis en place une série de politiques et de mesures pour accélérer continuellement la construction d’infrastructures et l’amélioration de services publics dans les régions rurales, et avons clairement exigé de faire du règlement des « problèmes liés à l’agriculture, aux régions rurales et aux agriculteurs » la priorité absolue dans le travail du Parti, de considérer la promotion de la revitalisation rurale sur tous les plans comme une tâche majeure de la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise, de conjuguer les efforts de l’ensemble du Parti et de la société pour accélérer la modernisation de l’agriculture et des régions rurales afin que les agriculteurs puissent vivre une vie meilleure.
Avec 50 exemples typiques de 31 provinces, régions et municipalités de la Chine, ce document constitue une incarnation vivante des réalisations de développement de la voie de la revitalisation rurale socialiste aux caractéristiques chinoises, mais aussi une contribution unique apportée par la Chine à la réduction de la pauvreté et au développement du monde.
Parmi les meilleures pratiques publiées, il existe de nombreux exemples réussis de développement et de redressement grâce à la construction de la civilisation écologique. On peut trouver des histoires encourageantes qui montrent comment les villages ont atteint la prospérité en mettant en œuvre de la stratégie du « Développement du village par l’écologie » et en développant un tourisme écologique original, comment ils ont transformé des terrains industriels gravement pollués en sites pittoresques grâce à la modernisation écologique, et comment ils ont mis pleinement en valeur les ressources de qualité du patrimoine naturel mondial pour trouver des moyens permettant à la protection du patrimoine, au tourisme rural et au développement durable du bien-être social de s’intégrer et se renforcer mutuellement. Ces exemples représentent les acquis positifs de la Chine dans la poursuite de la voie centrée sur l’écologie ainsi que le développement vert et bas carbone, et dans la construction d’une belle Chine marquée par la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature.

Si l’humanité ne portait pas d’atteinte à la nature, la nature ne nous porterait pas non plus d’atteinte. 

La revitalisation rurale ne peut être réalisée que lorsque la vision d’un ciel bleu, d’une terre verdoyante et de l’eau limpide s’enracine profondément au cœur de tous. De même, le développement de la Chine et du monde ne pourra être réalisé si nous ne protégeons pas notre foyer commun qu’est la Terre.
À l’avenir, nous mettrons en œuvre sans relâche et inébranlablement le nouveau concept de développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé, poursuivrons nos efforts pour mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et travaillerons de concert avec tous les autres pays pour construire un monde où les humains vivent en harmonie avec la nature et une communauté d’avenir partagé pour l’humanité marquée par la pauvreté zéro, la faim zéro et le développement commun. Nous invitons sincèrement tout le monde à visiter les villages magnifiques de la Chine.

25

South China Morning Post : La Marine américaine a publié un rapport d’enquête sur la collision du sous-marin nucléaire américain USS Connecticut le mois dernier. Le rapport indique que le sous-marin avait été gravement endommagé en heurtant un « mont sous-marin inconnu » et n’était pas en collision avec d’autres navires. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Les États-Unis mentent sur l'histoire d'une collision de sous-marins  nucléaires

Wang Wenbin : Nous avons exprimé à plusieurs reprises notre grave préoccupation face à cet accident et avons demandé aux États-Unis d’adopter une attitude responsable, de fournir des explications détaillées et de donner une réponse satisfaisante à la communauté internationale et aux pays de la région.
Ce que nous avons vu, c’est qu’une semaine après l’accident, les États-Unis ont seulement publié une déclaration ambiguë disant que le sous-marin nucléaire avait heurté un objet inconnu. Près d’un mois après l’accident, les États-Unis ont déclaré que le sous-marin avait heurté un mont sous-marin inconnu et ont délibérément brouillé l’emplacement de l’accident avec le terme « eaux internationales de la région Indo-Pacifique ». Ils n’ont toujours pas donné des explications claires sur les questions suscitant de grandes inquiétudes et de grands doutes de l’extérieur, telles que les intentions de navigation du sous-marin nucléaire, le lieu précis de l’accident, la question de savoir si l’accident s’est produit dans la zone économique exclusive ou dans les eaux territoriales d’un autre pays, et la question de savoir si l’accident a provoqué une fuite nucléaire ou endommagé l’environnement marin. Cela a pleinement exposé le manque de transparence et de responsabilité de la partie américaine.
Nous exhortons une fois de plus les États-Unis à donner une description détaillée de l’accident et à répondre pleinement aux préoccupations et aux inquiétudes des pays de la région. La clé est de cesser d’envoyer des navires de guerre et des avions militaires pour faire des provocations, susciter des troubles et étaler la force, et d’arrêter les actes qui portent atteinte à la souveraineté et à la sécurité des autres pays. Sinon, des accidents similaires ne feront que se produire davantage, et non moins.

26

Bloomberg : Selon des reportages, une entreprise d’engrais au Sri Lanka a obtenu une ordonnance du tribunal local pour bloquer le paiement à une entreprise chinoise, parce que celle-ci aurait vendu des engrais contaminés à cette entreprise sri-lankaise. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il confirmer cette information ?
Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous avez mentionnée. Je peux vous dire que la Chine a toujours attaché une grande importance à la qualité des marchandises exportées. En ce qui concerne la coopération commerciale des engrais entre la Chine et le Sri Lanka, les engrais concernés avaient passé avec succès les tests d’organismes tiers désignés par la partie sri-lankaise avant d’être expédiés. À l’heure actuelle, la Chine et le Sri Lanka travaillent sur la question par le biais de la communication et de la coordination.

27

China Daily : Nous avons noté que la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies avait récemment tenu une session plénière pour examiner le rapport du Conseil des droits de l’homme. Lors de la réunion, la partie chinoise a clairement exprimé son opposition à la politisation des droits de l’homme. Pourriez-vous nous donner plus de détails, y compris sur le rôle joué par la Chine ?

https://global.unitednations.entermediadb.net/assets/mediadb/services/module/asset/downloads/preset/Libraries/Production+Library/16-09-2021_UN-7909565_GA75-closing.jpg/image1440x560cropped.jpg

Wang Wenbin : Comme vous l’avez dit, la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a récemment tenu une session plénière pour examiner le rapport du Conseil des droits de l’homme, et la Troisième Commission de l’Assemblée générale a eu un dialogue interactif avec la Présidente du Conseil des droits de l’homme. Lors de cette réunion, la Chine s’est jointe à de nombreux pays pour s’opposer conjointement à la politisation de la question des droits de l’homme, et à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays en profitant de la question des droits de l’homme.
Le représentant chinois a souligné que les droits de l’homme n’étaient pas la propriété exclusive de quelques pays occidentaux, mais des droits dont jouissent les populations de tous les pays.
Le Conseil des droits de l’homme est une plateforme pour mener des dialogues constructifs et des coopérations sur les questions de droits de l’homme, et non une occasion pour créer délibérément des conflits et déclencher des confrontations politiques.
À l’heure actuelle, le travail du Conseil des droits de l’homme est confronté à de multiples défis tels que l’intensification de la politisation des questions relatives aux droits de l’homme, l’investissement insuffisant dans les droits économiques, sociaux et culturels et le droit au développement, l’abus de résolutions et de mécanismes nationaux relatifs aux droits de l’homme, et la violation des principes d’objectivité et de neutralité par certains mécanismes spéciaux de droits de l’homme.
La Chine est fermement opposée à la politisation des droits de l’homme et à la pratique du « deux poids deux mesures » sur cette question, ainsi qu’à l’instrumentalisation des droits de l’homme pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’autre pays.
Le Venezuela a prononcé une déclaration commune au nom des membres du « Groupe des Amis pour la Défense dela Charte des Nations Unies », dont la Chine. La Russie, le Pakistan, l’Égypte, Cuba, la Syrie, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Algérie et d’autres pays ont également pris la parole, appelant au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États membres, à l’arrêt immédiat de la politisation des droits de l’homme et de la pratique du « deux poids deux mesures », et à l’opposition à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.
Ils ont exprimé leurs profondes préoccupations face à la prolifération des mécanismes des droits de l’homme spécifiques, aux échecs croissants à parvenir à un consensus sur les résolutions du Conseil des droits de l’homme, et au fait que les experts des mécanismes spéciaux s’écartent des principes d’objectivité et d’impartialité.
Ils ont appelé le Conseil des droits de l’homme à accorder plus d’attention à des sujets tels que les mesures coercitives unilatérales, le racisme et le terrorisme, et ont exhorté les experts des mécanismes spéciaux à adhérer à leur code de conduite.

Les déclarations susmentionnées ont permis de faire entendre une voix de la justice qui répond aux attentes communes de la communauté internationale.

La Chine est prête à continuer à œuvrer en collaboration avec les autres pays pour préconiser le respect scrupuleux des buts et principes de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales, pour résister conjointement à la tendance indésirable à la politisation des droits de l’homme et pour déployer des efforts inlassables en vue d’atteindre l’objectif noble que tous les peuples puissent jouir pleinement des droits de l’homme.

28

Beijing Youth Daily: Selon un sondage publié parNational Public Radio des États-Unis, 81% des Américains pensent que la démocratie américaine est confrontée à de graves menaces. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://article19.ma/accueil/wp-content/uploads/2020/10/image28.jpg

Wang Wenbin : J’ai pris note des reportages concernés. Je n’ai pas d’intention de commenter le point de vue du peuple américain sur la démocratie de son propre pays. Je tiens à souligner que la démocratie est un droit appartenant aux peuples de tous les pays, non la propriété exclusive de quelques pays.
La question de savoir si un pays est démocratique ou non doit être jugée par son propre peuple, et non par des personnes extérieures. Il existe de divers moyens de parvenir à la démocratie. La démocratie américaine a ses propres problèmes, lesquels doivent être résolus par le peuple américain. Les autres pays ne peuvent pas les résoudre.
De même, la voie et le modèle démocratiques de chaque pays doivent s’adapter à ses conditions nationales et aux réalités de son développement, et doivent être explorés et développés par son peuple. Il va à l’encontre même du concept de démocratie d’utiliser une norme et un modèle pour évaluer si un pays est démocratique ou non. Imposer son propre modèle de démocratie aux autres par la force, la coercition ou la pression est complètement le contraire de la démocratie. Il s’agit là de l’hégémonisme déguisé en démocratie. Cela ne fera qu’aggraver la division et la confrontation et conduire au conflit et au chaos. Ces actes pseudo-démocratiques et de fausse démocratie seront sûrement combattus et rejetés par la communauté internationale.

 

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1918696.shtml

https://www.voyageway.com/wp-content/uploads/2012/08/muraille-de-chine.jpg
Conférence de presse du 3 novembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangèresWang Wenbin

2021/11/03

29

CCTV : Le Président de la 26e session de la Conférence des Parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques(CCNUCC) Alok Sharma a publié le Plan de mise en œuvre du financement pour le climat, réitérant l’objectif de financement climatique, selon lequel, les pays développés doivent fournir chaque année 100 milliards de dollars américains aux pays en développement. Mais cet objectif n’a jamais été atteint au cours de la dernière décennie. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://mobile-img.lpcdn.ca/lpca/924x/r3996/784f7446-b440-11eb-a88b-02fe89184577.jpg

Alok Sharma Président de la COP26

Wang Wenbin : Les pays développés sont les principaux responsables du changement climatique mondial et des émissions de carbone historiques. Fournir des fonds aux pays en développement pour les aider à mieux répondre au changement climatique est à la fois une responsabilité morale à laquelle les pays développés ne peuvent se soustraire et une obligation internationale qu’ils doivent remplir en vertu de la CCNUCC et de son Accord de Paris. Le 16e Sommet des dirigeants du G20, qui s’est tenu la semaine dernière, a adopté la Déclaration de Rome des dirigeants du G20.
La déclaration rappelle et réitère l’engagement pris par les pays développés de mobiliser conjointement 100 milliards de dollars américains par an d’ici 2020 et jusqu’en 2025, pour répondre aux besoins des pays en développement, tout en soulignant l’importance d’atteindre pleinement cet objectif dès que possible.
Le financement est la clé pour résoudre la question du changement climatique, et le respect par les pays développés de leur engagement de financement est une préoccupation majeure des pays en développement.
Lors des conférences de Copenhague et de Cancun, les pays développés se sont engagés à mobiliser conjointement 100 milliards de dollars américains par an d’ici 2020. L’Accord de Parisexige que les pays développés continuent à prendre l’initiative de mobiliser le financement climatique en faveur des pays en développement.

Cependant, depuis plus d’une décennie, les pays développés n’ont jamais vraiment honoré cet engagement.

Selon un récent rapport d’un think tank de renom international, le financement climatique fourni chaque année par les pays développés n’a pas « atteint l’objectif fixé ». Il existe également des problèmes tels que la surdéclaration avec des chiffres gonflés et des « compléments de poids ». Certains pays tentent même d’inclure les investissements verts dans le secteur privé et les projets d’infrastructure traditionnels sans aucun lien avec le changement climatique dans le « financement climatique » officiel, et le financement effectif qu’ils ont réellement fourni est bien inférieur aux chiffres officiels. En particulier, les États-Unis n’ont versé que moins de 20 % de leur part due, tandis que l’Australie et le Canada ont payé moins de la moitié.
La Chine attache une grande importance à la réponse au changement climatique. En tant que plus grand pays en développement, la Chine, tout en surmontant ses propres difficultés économiques et sociales, poursuit fermement la voie de développement vert et à faible émission de carbone, met en œuvre la stratégie nationale de réponse active au changement climatique, intensifie sans cesse ses actions pour répondre au changement climatique, renforce les objectifs de contributions déterminées au niveau national, accélère la mise en place d’un ensemble de politiques « 1+N » pour parvenir au pic des émissions de carbone et à la neutralité carbone, déploie des efforts coordonnés pour réduire la pollution et les émissions de carbone et explore activement de nouveaux modèles de développement bas carbone.

https://www.francetvinfo.fr/pictures/eTuSJqVNizGIFt8xk5hiNLZ82m4/0x72:1023x649/944x531/filters:format(webp)/2021/08/08/php1oP60j.jpg

Le président britannique de la COP26, Alok Sharma, lors du Sommet sur le climat, à Londres, le 22 avril 2021. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Elle apporte ainsi une contribution tangible à la gouvernance climatique mondiale et à la réponse au changement climatique. En parallèle, la Chine a alloué environ 1,1 milliard de yuans à la coopération Sud-Sud en matière de lutte contre le changement climatique, fait don de produits et d’équipements en matière d’économies d’énergie et d’énergies nouvelles à près de 40 pays, aidé les pays concernés à lancer des satellites météorologiques et formé près de 1 500 fonctionnaires et techniciens travaillant dans le secteur de la lutte contre le changement climatique dans 120 pays en développement. Dans le cadre de la coopération Sud-Sud sur le changement climatique, elle a fourni une aide et un soutien dans la limite de ses capacités aux autres pays en développement.
Face au changement climatique, un défi commun de l’humanité tout entière, et aux difficultés inédites dans la gouvernance mondiale du climat, la communauté internationale doit faire preuve de courage, se hisser à la hauteur de ses responsabilités et agir de concert pour tracer une voie permettant une coexistence en harmonie entre l’homme et la nature.
La COP26 est en cours, les pays développés doivent faire preuve de sincérité dans la lutte contre le changement climatique et intensifier leurs efforts pour honorer leur engagement du financement climatique de 100 milliards de dollars américains par an aux pays en développement afin d’apporter leur part de contribution à la réponse au changement climatique et à la gouvernance climatique mondiale.

30

MASTV : Lors de la COP26, le Président américain Joe Biden a présenté ses excuses pour le retrait de la précédente administration américaine de l’Accord de Paris et a déclaré que le retrait de l’accord avait placé les États-Unis dans une position désavantageuse. Il a également appelé toutes les parties à prendre des mesures énergiques pour faire face au changement climatique mondial, ajoutant que les autres grandes économies devront également honorer leurs engagements respectifs.Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?
Wang Wenbin : En tant que premier émetteur cumulé de gaz à effet de serre, les États-Unis doivent regarder en face leurs responsabilités historiques, maintenir la cohérence de leur politique, afficher de plus grandes ambitions et actions, remplir en premier les obligations de réduction à grande échelle des émissions et aider efficacement les pays en développement à améliorer leurs capacités à relever les défis climatiques en termes de financement, de technologie et de renforcement des capacités. Le slogan ne peut se substituer aux actions. Nous espérons que les États-Unis publieront dès que possible un plan concret de mise en œuvre et une feuille de route détaillée pour réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, et assureront qu’il n’y aura plus de régression et de volte-face dans la politique climatique américaine à l’avenir.

31

AFP :Lors de sa participation à la COP26, le Président américain Joe Bidena dit que la Chine « s’en va »dansla lutte contre le changement climatique et qu’il s’agissait d’un « gros problème ». Quelle est la réponse de la Chine là-dessus ?

https://images.bfmtv.com/5fmsBlOWutRC08z8osFPwbIgsXU=/0x39:768x471/768x0/images/Le-president-americain-Joe-Biden-lors-d-un-meeting-a-Arlington-en-Virginie-le-26-octobre-2021-1155157.jpg

Wang Wenbin : La lutte contre le changement climatique nécessite des actions concrètes, pas des mots creux. Les actions de la Chine pour lutter contre le changement climatique sont réelles. En Chine, la superficie nouvellement reboisée est environ 12 000 hectares en moyenne par jour, alors que les capacités photovoltaïques nouvellement installées sont 90 000 kilowatts en moyenne par jour. Actuellement, la Chine lance une série de projets éoliens et photovoltaïques à grande échelle avec une capacité installée totalisant de près de 30 millions de kilowatts.
La gouvernance efficace s’appuie sur l’action concrète et les actions sont plus éloquentes que les mots. La Chine et les États-Unis ont déployé des efforts conjoints pour la conclusion de l’Accord de Paris, mais le retrait des États-Unis a perturbé la gouvernance mondiale du climat et la mise en œuvre pleine et efficace de l’accord.
La partie chinoise, ensemble avec la communauté internationale, a salué le retour des États-Unis avec une attitude constructive. Nous espérons que la partie américaine assumera effectivement les responsabilités qui lui incombent, proposera dès que possible et mettra sérieusement en œuvre des politiques et des mesures concrètes de réduction des émissions, honorera ses engagements de financement et cessera de changer de politique sans cesse.

32

NHK : Selon des reportages, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont achevé le processus d’approbation de l’Accord de partenariat économique régional global (RCEP). À l’heure actuelle, le minimum requis a été atteint et l’accord prendra effet le 1er janvier 2022. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

https://imagelecourrier.vnanet.vn/uploaded/2020/11/15/18532646954d45ecab18958d70198.jpg

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages concernés. Lors des récentes réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est, la Chine s’est jointe aux parties concernées pour appeler l’entrée en vigueur rapide du RCEP. Dans les circonstances actuelles, la Chine est disposée à travailler avec toutes les parties pour promouvoir l’entrée en vigueur et la mise en œuvre rapides du RCEP, afin de libérer les dividendes dès que possible et de promouvoir l’intégration économique régionale ainsi que la prospérité et la stabilité à long terme.

33

China News Service : Le Président de la Chambre de commerce de l’Union européenne (UE) en Chine Joerg Wuttke a dit hier que les chiffres d’affaires et les bénéfices des entreprises membres de la Chambre de commerce de l’UE en Chine avaient tous atteint des chiffres record en 2020. Selon lui, les entreprises de l’UE sont prêtes à contribuer davantage au développement de haute qualité de l’économie chinoise.Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/5fdc48fb3e4546131303a346/1280x720-webp/061150396280-web-tete.webp

Wang Wenbin : Nous avons remarqué les reportages concernés. Face à la propagation de l’épidémie de COVID-19 et à la récession économique mondiale, la Chine a coordonné la promotion de la prévention et du contrôle de l’épidémie et du développement économique et social, a continué d’élaborer un nouveau système d’économie ouverte de plus haut niveau et s’est efforcée de créer un environnement d’affaires respectueux des règles du marché, de l’État de droit et des normes internationales pour fournir une garantie solide aux entreprises de tous les pays dans leurs investissements et développement d’affaires en Chine.
Les chiffres d’affaires et les bénéfices des entreprises membres de la Chambre de commerce de l’UE en Chine ont atteint des chiffres record l’année dernière, ce qui démontre la vitalité économique de la Chine et les résultats positifs des efforts de la Chine pour élargir son ouverture et optimiser son environnement d’affaires. Selon des rapports publiés par les chambres de commerce des États-Unis, de l’UE et du Japon, entre autres, près de deux tiers des entreprises américaines, 59 % des entreprises européennes et 36,6 % des entreprises japonaises prévoient d’accroître leurs investissements en Chine.

https://www.deutschland.de/sites/default/files/styles/crop_page/public/media/image/Regio_12012021_China_Aufmacher_66065782.jpg?itok=p3-6aIpy

Jörg Wuttke président de la Chambre européenne du commerce en Chine

Je tiens également à souligner que la Chine et l’UE sont deux grandes forces indépendantes dans le monde et des partenaires stratégiques globaux.
La coopération Chine-UE a des avantages complémentaires et est mutuellement bénéfique, apportant des avantages tangibles aux deux peuples.
L’année dernière, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’UE. Au cours des trois premiers trimestres de cette année, le volume du commerce Chine-UE a atteint 599,3 milliards de dollars américains, soit une augmentation de 30,4 % en glissement annuel.
La Chine attache une grande importance au développement des relations sino-européennes et continuera d’offrir un meilleur environnement d’affaires aux entreprises des pays étrangers en Chine, dont les pays de l’UE. La Chine entend également travailler avec l’UE pour promouvoir la connectivité, rechercher une plus grande synergie des stratégies, stimuler la reprise de l’économie mondiale et apporter une contribution sino-européenne à relever les défis mondiaux.

34

AFP : La Chine ne s’est pas jointe à l’engagement mondial pour la réduction des émissions de méthane lancé par certains pays lors de la COP26. Quelles sont les considérations de la Chine ?
Wang Wenbin : La Chine a toujours attaché une grande importance au contrôle des gaz à effet de serre autres que le dioxyde de carbone.
Le 14e Plan quinquennal pour le développement économique et social de la Chine indique explicitement que nous allons accroître les efforts pour contrôler le méthane, les hydrocarbures fluorés, les hydrocarbures perfluorés et les autres gaz à effet de serre, et les départements concernés élaborent et mettent en œuvre des politiques et des mesures concernées dans des domaines tels que l’industrie, l’agriculture et le traitement des déchets.
La Chine est également disposée à collaborer avec diverses parties pour promouvoir la coopération mondiale en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre autres que le dioxyde de carbone.
Cela dit, lors de la fixation des objectifs ambitieux, il est également nécessaire de tenir compte du fait qu’en général, les pays en développement disposent de peu de données de base et manquent de technologies de surveillance et de mesures efficaces dans le contrôle des gaz à effet de serre autres que le dioxyde de carbone.

35

Beijing Daily : Nous avons remarqué que le site Web du Comité international olympique (CIO) avait récemment cité le contenu en faveur des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing dans laDéclaration de Rome des dirigeants du G20. Le Président du CIO Thomas Bach a déclaré : « Le CIO salue chaleureusement et remercie la reconnaissance et le soutien du Sommet des dirigeants du G20 aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Beijing 2022 ». Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

https://i.eurosport.com/2021/10/26/3243680-66390868-2560-1440.jpg

Wang Wenbin : Les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing sont un grand événement pour les athlètes de tous les pays et un symbole de la solidarité et de l’amitié de l’humanité. Ces derniers temps, le CIO et de nombreux pays ont tous exprimé leurs meilleurs vœux et leur soutien aux Jeux Olympiques d’hiver de Beijing.
Le CIO, les fédérations internationales de chaque sport et les athlètes des différents pays ont hautement apprécié l’organisation et les sites de compétition des épreuves tests internationales dans le cadre des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing. Des hommes politiques et des responsables des comités olympiques de nombreux pays tels que l’Autriche, la France, Chypre, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suisse, la Russie et le Bélarus ont déclaré qu’ils soutenaient les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing et qu’ils y assisteraient activement. La réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays insulaires du Pacifique a publié une déclaration conjointe pour exprimer son soutien aux Jeux Olympiques d’hiver de Beijing.
La Chine continuera de porter la vision de jeux verts, inclusifs, ouverts et intègres, et travaillera avec le CIO et les autres pays pour démontrer l’esprit olympique d’être « ensemble », organiser un grand rendez-vous olympique impressionnant avec de bons souvenirs, et apporter une nouvelle contribution à la pratique des sports d’hiver à une plus grande échelle et à la cause olympique internationale.

36

Prasar Bharati : Des chambres de commerce américaines et australiennes ont affirmé que Beijing et quelques autres villes chinoises délivraient actuellement des lettres d’invitation aux membres de la famille des travailleurs étrangers remplissant les conditions requises pour qu’ils puissent se rendre en Chine avec leur famille. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il confirmer cela ? Et la politique concernée profitera-t-il à l’Inde ?
Wang Wenbin : Depuis le début de la COVID-19, la Chine facilite toujours l’obtention de visas pour les étrangers qui se rendent en Chine pour exercer des activités économique, commerciale, scientifique et technologique nécessaires ainsi que pour des raisons humanitaires d’urgence. La Chine réajustera, en temps voulu et sur la base d’une prévention efficace des cas importés, les mesures concernées en fonction de l’évolution de la situation de la COVID-19 afin de promouvoir activement un nouvel ordre pour une mobilité humaine saine, sûre et ordonnée.

37

China Review News : Nous avons remarqué plusieurs récents incidents de rapatriement d’étudiants et de chercheurs chinois en visite aux États-Unis. Avez-vous des commentaires à ce sujet ?

https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_765/public/assets/images/035_1251341294494941196.jpg?itok=EeTiVLO-

Au moins 500 étudiants chinois se sont vu refuser leur demande de visa par les États-Unis

Wang Wenbin : Ces derniers temps, des étudiants et chercheurs chinois en visite aux États-Unis ont été fréquemment harcelés et réprimés de manière injustifiée par la partie américaine. Il y a quelques jours, un chercheur chinois titulaire d’un visa valide délivré par l’administration américaine a été rapatrié après avoir été interrogé sans raison par la partie américaine à son entrée aux États-Unis. Selon des statistiques disponibles, depuis le mois d’août dernier, près de 30 étudiants et chercheurs chinois aux États-Unis ont subi un traitement injuste du même genre, et beaucoup d’autres ont été harcelés et interrogés de manière brutale par la partie américaine.
On a demandé à beaucoup d’entre eux si eux-mêmes ou leurs parents étaient membres du Parti communiste chinois, et si le gouvernement chinois leur avait confié une tâche quelconque avant leur départ. Certains motifs de rapatriement sont inconcevables. Par exemple, des photos d’entraînement militaire de l’université trouvées dans les téléphones portables personnels suffisaient à justifier des soupçons d’antécédents militaires. Ces interrogatoires et ces fouilles ont largement dépassé la portée de « l’application normale de la loi » que la partie américaine prétend.
Tout en prétendant accueillir favorablement les étudiants chinois, la partie américaine a « hérité » du défaut venimeux de l’administration précédente. Certains services et agents chargés de l’application de la loi de la partie américaine continuent d’abuser arbitrairement le concept de « sécurité nationale » pour harceler de manière injustifiée les étudiants et les chercheurs chinois et tentent de produire un effet intimidant sur les Chinois poursuivant des études aux États-Unis. De telles pratiques s’écartent de la nature mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant des échanges humains et culturels entre la Chine et les États-Unis. Elles blessent gravement les sentiments des deux peuples, sapent la confiance mutuelle et la coopération bilatérale, n’ont rien de bon pour le développement régulier et sain des relations sino-américaines, et vont également à l’encontre de la déclaration du dirigeant américain selon laquelle les États-Unis n’ont aucune intention de déclencher une « nouvelle guerre froide » avec la Chine.
Nous exhortons les États-Unis à mettre fin à ces pratiques qui nuisent autant aux autres qu’à eux-mêmes, à créer une atmosphère propice et à fournir les conditions nécessaires aux échanges humains et culturels ainsi qu’à la coopération éducative entre la Chine et les États-Unis. La Chine sauvegardera résolument les droits et intérêts légitimes et légaux des Chinois poursuivant des études aux États-Unis.

https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1918777.shtml


https://t2.uc.ltmcdn.com/fr/images/8/4/1/img_quelle_est_la_longueur_de_la_muraille_de_chine_7148_orig.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s