4541 – Vladivostok – 3 Réunions avec les représentants du District Fédéral d’Extrême-Orient, avec les modérateurs du Forum Économique de l’Est et la Session du FFE des 2, 3 Septembre 2021

  1. Réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient – 2 septembre 2021 – 14H35

  2. Rencontre avec les modérateurs des principales sessions du Forum économique de l’Est. – 3 septembre 2021 – 08h25

  3. Session plénière du Forum économique de l’Est – 3 septembre 2021 – 12H35 –

Forum-economique-de-l’est.vladivostok-2021-


 

Réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient – 2 septembre 2021 – 14H35

Vladimir Poutine a présidé une réunion par vidéoconférence sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.
2 septembre 2021 – 14:35 – Île Russky, Territoire de Primorye
Participaient à la réunion

  • le premier vice-Premier ministre Andrei Belousov,
  • le vice-Premier ministre et envoyé plénipotentiaire présidentiel dans le district fédéral d’Extrême-Orient Yury Trutnev,
  • la vice-présidente de la Douma Irina Yarovaya,
  • les assistants présidentiels Igor Levitin et Maxim Oreshkin,
  • ministre du Travail et de la Protection sociale. Anton Kotyakov,
  • ministre de l’Éducation Sergueï Kravtsov,
  • ministre de la Culture Olga Lyubimova,
  • ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov,
  • ministre des Sports Oleg Matytsin,
  • ministre de la Santé Mikhail Murashko,
  • ministre de l’Agriculture Dmitry Patrushev,
  • ministre du Développement économique Maxim Reshetnikov,
  • ministre de Transport Vitaly Savelyev,
  • ministre des Finances Anton Siluanov,
  • ministre des Sciences et de l’Enseignement supérieur Valery Falkov,
  • ministre de la Construction, du Logement et des Services publics Irek Faizullin,
  • ministre du Développement de l’Extrême-Orient russe et de l’Arctique Alexei Chekunkov,
  • ministre de l’Énergie Nikolai Shulginov,
  • un certain nombre des chefs des entités constitutives de la Russie,
  • ainsi que en tant que chef de l’Agence fédérale du tourisme Zarina Doguzova
  • et PDG du Fonds d’investissement direct russe Kirill Dmitriev.

* * *

PHOTOS

Lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient

.

Réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Le gouverneur de la région de Sakhaline Valery Limarenko (à gauche) et le ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Le ministre des Sciences et de l’Enseignement supérieur Valery Falkov lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

La vice-présidente de la Douma d’État Irina Yarovaya (au centre) lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Gouverneur de la région autonome juive Rostislav Goldstein lors de la réunion sur le développement socio-économique du district fédéral d’Extrême-Orient.

Le gouverneur de la région de Magadan, Sergueï Nosov, lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

Lors de la réunion sur le développement socio-économique du District fédéral d’Extrême-Orient.

………………………………………………………..

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour.
Notre ordre du jour appelle à une discussion sur les questions de développement socio-économique. Nous les examinerons de manière globale avec les gouverneurs et les représentants du gouvernement et des agences fédérales.
Nous sommes maintenant à Vladivostok, où s’ouvre aujourd’hui le Forum économique de l’Est. Il rassemble des chefs d’entreprises, des chefs d’entreprise qui ont déjà ou ont l’intention de créer leur entreprise en Extrême-Orient. Nous prendrons certainement en considération les propositions faites par la communauté des affaires lors de la planification d’autres actions et étapes pour développer l’Extrême-Orient russe.
L’année dernière, j’ai signé le Décret exécutif sur les mesures de développement socio-économique pour l’Extrême-Orient. Il a servi de base au programme de développement national de la région qui s’étend jusqu’en 2035. Son objectif principal est d’attirer les gens ici et d’accélérer l’amélioration du niveau de vie en Extrême-Orient.
J’attire l’attention du Gouvernement, des chefs de régions et des communes sur le fait que toutes les initiatives inscrites dans le programme doivent être réalisées dans leur intégralité, ce qui signifie qu’elles doivent être soutenues par les ressources financières et administratives nécessaires.
Il y a une chose que je voudrais souligner lors de cette réunion.
L’histoire de l’exploration et du développement de l’Extrême-Orient, et les grands projets phares qui ont été réalisés ici, tels que le chemin de fer transsibérien ou le chemin de fer Baïkal-Amour, et maintenant la construction du centre de lancement spatial de Vostochny, et toutes les grandes infrastructures installations à Vladivostok pour la réunion des dirigeants de l’APEC, a montré l’importance d’aller constamment de l’avant.
M. Trutnev, nos collègues et moi venons d’examiner un rapport sur les projets pour les prochaines années.

Nous devons faire preuve d’audace lorsque nous fixons des objectifs et visons à accomplir les tâches les plus ardues en fonction d’un horizon de planification à long terme et de besoins stratégiques plutôt qu’immédiats.

Je vais vous donner plusieurs exemples. Franchement, à un moment donné, nous avons retardé l’expansion de la capacité ferroviaire. De toute évidence, il y avait de nombreuses raisons à cela et, dans l’ensemble, elles semblaient objectives et reposaient sur des calculs fondés sur le marché. Malheureusement, ou, peut-être, heureusement pour nos mineurs de charbon, ces calculs et erreurs de calcul étaient faux. Les choses se sont passées différemment, mais nous n’avons pas préparé les infrastructures et nous ne pouvons donc pas profiter pleinement de la situation favorable du marché mondial du charbon. Nous ne pouvons pas accroître nos exportations comme nous aurions pu le faire autrement. C’est sans aucun doute une opportunité perdue pour les entreprises, les budgets régionaux et pour le pays tout entier. Ce sont des ressources perdues qui auraient pu être utilisées pour soutenir notre peuple et développer des territoires.
Oui, je comprends, je me souviens de ces considérations, et il y avait des risques impliqués. Mais les choses se sont passées différemment, et nous avons reçu moins ou recevrons moins que ce que nous aurions pu recevoir. Cela montre que nous devrions faire un effort supplémentaire lors de la construction d’infrastructures sociales.
Les personnes qui vivent ici, ou envisagent de venir ici, ont besoin non seulement d’emplois, mais aussi de conditions de vie confortables et elles en ont besoin maintenant ou très prochainement plutôt que dans un avenir lointain.

Nous avons besoin de villes et de villages confortables, de soins de santé et d’éducation de haute qualité, de transports, de services de communication et de télécommunications de dernière génération.

Si nous nous appuyons uniquement sur les normes sèches plutôt que sur la vision étatique de l’importance stratégique de l’Extrême-Orient russe, nous n’atteindrons pas le type de développement social et socio-économique rapide que nous recherchons. Je souhaite que le gouvernement et le ministère du Développement de l’Extrême-Orient russe agissent sur la base de ces considérations. Nous devons investir aujourd’hui pour obtenir des résultats tangibles demain.

Avant de passer aux rapports, j’aimerais aborder deux sujets spécifiques.

Je vais commencer par le transport aérien. Nous avons un programme de billets subventionnés pour les vols de l’Extrême-Orient russe vers la Russie européenne. Cette année, il couvre tous les résidents des régions d’Extrême-Orient en plus des groupes ayant droit aux prestations, comme les jeunes, les retraités et les familles nombreuses.
Cependant, dans certaines régions, les gens n’ont pas pu acheter de billets à prix réduit cette année pour deux raisons :
soit les  billets étaient complets, alors qu’il reste encore beaucoup de temps avant la fin de l’année, soit une région n’a pas reçu des subventions du tout.
Je viens d’en discuter avec le ministre des Transports et je veux que nos collègues, principalement des ministères fédéraux, entendent ce que j’ai à dire : ce genre de situation est, bien sûr, inacceptable. La question des billets d’avion subventionnés doit être maintenue sous contrôle constant, et il ne s’agit pas de quelque chose qui manque quelque part à un moment donné.
J’ai parlé avec le ministre des Transports : chaque année, il y a une lutte pour l’obtention de ces subventions au sein du gouvernement. Écoutez, nous sommes citoyens de la Fédération de Russie et nous vivons tous dans le même pays. Certes, nous devons assurer la connectivité des territoires et la libre circulation entre ses régions. Il est donc nécessaire de créer un système de subvention automatisé. Je souhaite que le ministère des Finances et le ministère des Transports, ainsi que d’autres agences réfléchissent à cela et trouvent une solution. Il n’y a rien de compliqué ici. Il doit y avoir un système qui attribuera automatiquement des fonds de soutien aux régions respectives pour couvrir les mesures dont je parle.
Il s’agit d’une question extrêmement importante et sensible. Des tarifs aériens réduits devraient être offerts aux résidents de toutes les régions d’Extrême-Orient tout au long de l’année civile. Bien entendu, le nombre de vols, notamment en période de trafic intense, doit être augmenté si l’on veut y parvenir.

En outre, il est nécessaire d’accroître la connectivité des transports entre les régions d’Extrême-Orient, ainsi que d’étendre le réseau de routes intrarégionales et de moderniser la flotte d’avions qui desservent ces vols. Nous en avons parlé plus d’une fois, plusieurs fois, en fait.

Ce travail se déroule et nous ne devons ménager aucun effort pour l’intensifier. Plus important encore, les gens doivent voir les résultats.

La United Far Eastern Airline a été créée sur la base de l’opérateur Avrora ; en juillet, il a transporté ses premiers passagers. D’ici la fin de l’année, la compagnie ajoutera 20 liaisons inter-régionales supplémentaires à son programme de vols et d’ici 2025, le nombre total de liaisons couvertes par Avrora dépassera les 530.

Veuillez noter que les routes aériennes doivent inclure des destinations dont les gens ont besoin. Il est important de noter que les billets d’avion doivent être abordables. C’est le seul moyen d’augmenter le trafic de passagers. Le pouvoir d’achat de ceux qui utiliseront ce service doit correspondre au prix du billet d’avion.
La société prévoit d’augmenter sa flotte d’avions et d’acheter 45 nouveaux avions de fabrication russe. Veuillez nous informer aujourd’hui de la manière dont ce travail sera organisé.
Un autre point important est que de nombreuses communautés de l’Extrême-Orient russe sont situées dans des zones reculées difficiles d’accès. Le transport aérien est souvent le seul moyen pour les personnes qui y vivent de se rendre sur le «continent».
Dans le même temps, les petits aéroports, même ceux qui n’ont que quelques vols par semaine, doivent se conformer aux mêmes ou presque aux mêmes réglementations que les grands hubs aériens. Cela inclut les exigences de sûreté et de sécurité des infrastructures, la disponibilité d’équipes d’intervention rapide, etc.
Je voudrais demander au gouvernement de se pencher sur cette question et, si possible, de supprimer toutes les exigences excessives et lourdes, mais seulement celles-ci et rien d’autre. Il est entendu que personne ne doit se faire d’idées idiotes à ce sujet, et cela ne doit pas se faire au détriment de la sécurité. Après une inspection minutieuse, et si vous plongez dans les lignes directrices et les règles, il y a probablement certaines choses qui sont clairement excessives et lourdes pour les petits aéroports.
Enfin, il faut poursuivre les efforts pour développer un réseau de petits aéroports et aérodromes en Extrême-Orient. En fait, les petits avions et les services médicaux aériens ont joué un rôle majeur pendant la pandémie de coronavirus, lorsque les personnes devaient être rapidement transportées vers les hôpitaux des principaux centres médicaux régionaux.

Tout comme leurs collègues de toute la Russie, les médecins de l’Extrême-Orient russe ont travaillé de manière altruiste et avec un grand dévouement. Je les en remercie encore une fois.

Cependant, le secteur de la santé de l’Extrême-Orient russe est encore confronté à de nombreux défis : les spécialistes sont rares et les soins primaires doivent être considérablement améliorés.

Cette année, nous avons lancé des programmes de refonte des soins primaires à travers le pays. Aujourd’hui, j’aimerais savoir comment ces programmes avancent dans les régions d’Extrême-Orient.
Comme je l’ai déjà mentionné au début, l’Extrême-Orient est une région particulière, et nous devons en tenir compte. Il serait erroné et inacceptable de s’appuyer ici sur des solutions universelles. Nous n’obtiendrons jamais de résultats tangibles ou n’apporterons de changements significatifs si nous nous appuyons sur des approches standard.
Il existe de nombreux petits villages et villes d’Extrême-Orient à des centaines de kilomètres les uns des autres, et le modèle actuel de financement des soins de santé est souvent laxiste. Les gens ne peuvent pas toujours avoir accès à des soins médicaux de qualité, et l’équipement des cliniques externes et des postes de premiers soins laisse parfois beaucoup à désirer.

Je tiens à souligner qu’une personne confrontée à un problème, y compris une maladie, ne se soucie pas des normes ou des documents bureaucratiques, même s’ils sont correctement formulés et bien rédigés. Cette personne a besoin d’un centre médical ou même d’un petit poste de secours où elle peut recevoir une aide réelle et qui dispose de médecins et de matériel.

Je le répète encore une fois : à cet égard, nous devons élaborer une approche particulière qui tienne compte des spécificités des zones à faible densité de population. Je voudrais demander au gouvernement de soumettre ses propositions à cet égard.
J’ai déjà discuté avec M. Trutnev de certains aspects de ce problème, hier et aujourd’hui. Je ne vais pas m’avancer maintenant. Évidemment, cette question nécessite plus de travail, mais nous devons nous abstenir d’une approche formaliste pour résoudre les problèmes de garanties sociales et de développement social en Extrême-Orient. Il y a certaines propositions, et permettez-moi de répéter qu’elles doivent être bien pensées.
Hier, nous en avons parlé avec le Premier ministre Mikhaïl Mishustin, et j’ai demandé au gouvernement d’accorder une attention particulière à cette question. J’espère que ce sera fait au plus vite. Cela s’applique non seulement à la médecine, mais aussi à l’éducation et à d’autres domaines.

Et encore un point. Comme vous le savez, nous lançons un programme de rééducation médicale pour ceux qui ont eu le coronavirus. Ils doivent avoir accès à des examens médicaux pour un rétablissement complet.

Pour le moment, l’Extrême-Orient manque objectivement de capacités et d’infrastructures pour la réhabilitation de tous les habitants de la région – du moins ceux qui en ont besoin.

Cependant, comme je l’ai dit, les gens ont besoin d’aide et de soutien aujourd’hui. Par conséquent, je voudrais vous demander d’envisager des solutions spéciales pour les résidents de l’Extrême-Orient dans le programme de réadaptation médicale et pour développer l’infrastructure appropriée.

Passons aux questions que je viens d’évoquer. Si vous pensez que j’ai oublié quelque chose, veuillez soulever ces problèmes vous-même.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66577

 

Rencontre avec les modérateurs des principales sessions du Forum économique de l’Est. – 3 septembre 2021 – 08h25

Vladimir Poutine a rencontré, par visioconférence, les modérateurs des principales sessions du FEE en marge du Forum économique de l’Est.
3 septembre 2021 – 08:25 – Territoire de Primorye, île Russky

La réunion a été suivie par
  • les vice-premiers ministres Viktoria Abramchenko, Alexander Novak et Dmitry Chernyshenko,
  • vice-premier ministre et envoyé plénipotentiaire présidentiel dans le district fédéral d’Extrême-Orient Yury Trutnev,
  • assistant présidentiel Maxim Oreshkin,
  • ministre des ressources naturelles et de l’environnement Alexander Kozlov,
  • ministre de la Développement de l’Extrême-Orient Alexei Chekunkov,
  • ministre des Finances Anton Siluanov,
  • gouverneur du territoire du Kamtchatka Vladimir Solodov,
  • gouverneur de la région de Sakhaline Valery Limarenko,
  • président du conseil d’administration du groupe Evraz Alexander Abramov,
  • chef du laboratoire de physique des hautes énergies de l’Institut de physique de Moscou et technologie et membre correspondant de l’Académie des sciences de Russie Tagir Aushev,
  • président du conseil d’administration de Vasta Discovery Sergei Bachin,
  • président du conseil d’administration du groupe ESN Grigory Berezkin,
  • directeur général de Polyus Pavel Grachev,
  • directeur général de la société de gestion Fish Corporation Alexander Krutikov,
  • Ch aviateur du conseil d’administration du groupe de sociétés Rusagro Vadim Moshkovich,
  • PDG de DOM.RF Vitaly Mutko
  • et président du conseil d’administration de AEON Corporation Roman Trotsenko.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, chers collègues,
Le 6e Forum économique de l’Est s’est ouvert hier, et je pense qu’il a fermement pris sa place digne dans le calendrier international des événements de ce genre. C’est une plate-forme intéressante et utile pour nos partenaires qui se joignent à nous lors de cet événement à Vladivostok et nous – les entreprises russes et les responsables de différents niveaux de gouvernement. Il s’agit d’un événement significatif, car il nous permet d’analyser ce qui a été fait dans la région, dans cette vaste région extrême-orientale de la Russie, au cours de la période sous revue et d’esquisser – conjointement – ce qui est important – de nouvelles actions pour développer la région. .
C’est vital pour les populations locales et les autorités, qui peuvent démontrer de quoi elles sont capables, ainsi que pour les entreprises afin qu’elles démarrent ou poursuivent des projets intéressants et prometteurs qui, je l’espère, les satisfont et contribuent à la mise en œuvre, dans le meilleur sens du terme, leurs ambitions et sont également lucratives, ce qui est important.
Je sais que vous avez commencé à travailler hier et, franchement, j’ai décidé de profiter de cette réunion pour obtenir de vous le plus d’informations possible sur le travail d’hier. J’aimerais que vous me mettiez au courant des sujets les plus importants et les plus intéressants que vous avez abordés.
Bien entendu, pour ma part, je ferai de mon mieux pour satisfaire votre intérêt pour les sujets dont vous avez discuté hier et dont vous souhaiteriez également parler lors de cette réunion. Pour être tout à fait honnête, j’ai besoin de votre soutien maintenant pour me tenir au courant des questions que vous jugez les plus importantes, les plus intéressantes et les plus prometteuses pour vos futures activités pendant le forum en général.
Mettons-nous au travail.

Lors d’une rencontre avec les modérateurs des principales sessions de l’Eastern Economic Forum (par visioconférence).

Avec le vice-Premier ministre et envoyé plénipotentiaire présidentiel dans le district fédéral d’Extrême-Orient Yury Trutnev lors d’une réunion avec les modérateurs des principales sessions du Forum économique de l’Est (par visioconférence).

Lors d’une rencontre avec les modérateurs des principales sessions de l’Eastern Economic Forum (par visioconférence). Photo : Donat Sorokin, hôte de l’agence photo TASS

Lors d’une rencontre avec les modérateurs des principales sessions de l’Eastern Economic Forum (par visioconférence).

Lors d’une rencontre avec les modérateurs des principales sessions de l’Eastern Economic Forum (par visioconférence). Photo : Donat Sorokin, hôte de l’agence photo TASS

Participants et modérateurs des principales sessions de l’Eastern Economic Forum (par visioconférence). Photo : Donat Sorokin, hôte de l’agence photo TASS

Le président du conseil d’administration du groupe de sociétés Rusagro Vadim Moshkovich (à droite) et le président du conseil d’administration d’AEON Corporation Roman Trotsenko lors d’une réunion avec les modérateurs des principales sessions du Forum économique de l’Est (par vidéoconférence). Photo : Donat Sorokin, hôte de l’agence photo TASS

Avec le vice-Premier ministre et envoyé plénipotentiaire présidentiel dans le district fédéral d’Extrême-Orient Yury Trutnev lors d’une réunion avec les modérateurs des principales sessions du Forum économique de l’Est (par visioconférence).

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66583

 

Session plénière du Forum économique de l’Est – 3 septembre 2021 – 12H35 –

Le président a assisté à la session plénière du Forum économique de l’Est 2021. Son thème est Les opportunités pour l’Extrême-Orient dans un monde en transformation.
3 septembre 2021 – 12H35 – Île Russky, (en face de la ville de Vladivostok.) Territoire de Primorye


Kazakhstan’s new president Kassym-Jomart Tokayev (Photo by Alexander Zemlianichenko / POOL / AFP)

 


Le président de la République du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev
et le président de la Mongolie Ukhnaagiin Khurelsukh ont rejoint la session par vidéoconférence.
Le président de la République populaire de Chine Xi Jinping,
le Premier ministre de la République de l’Inde Narendra Modi
et le Premier ministre du Royaume de Thaïlande Prayut Chan-o-cha ont envoyé leurs salutations vidéo au forum.
* * *
Modérateur de la séance plénière Sergei Brilyov : Bonjour, M. Tokayev. Bonjour, Monsieur Khurelsukh. Bonjour les amis. Bonjour à vous, M. Poutine.
Nous avons les discours officiels à venir, mais avant cela, permettez-moi de prendre deux minutes de votre temps. Il y a quelques instants, avant de monter sur scène, j’observais attentivement et je me suis assuré que vous n’êtes pas Angela Merkel, Monsieur Poutine. Au moins, vous n’avez pas de téléphone portable sur vous, il ne sonnera donc pas pendant la séance.
Président de la Russie Vladimir Poutine : Je pense que c’était assez clair comme ça, mais quand même, merci.
Sergueï Brilyov : Contrairement à vous, j’ai mon téléphone avec moi. Au fait, Monsieur le Président, avez-vous un téléphone portable ?
Vladimir Poutine : Non.
Sergueï Brilyov : Même pas du bon vieux temps de Saint-Pétersbourg ? Quelque chose comme 8-921… Non ?
Vladimir Poutine : Non.
Sergei Brilyov : Eh bien, j’ai mon téléphone avec moi, et une notification est apparue sur son écran pour me rappeler que c’est ici, à Primorye, que j’ai enregistré ma première interview avec vous il y a huit ans, comme si j’avais besoin de me le rappeler de ce fait. Cela ne s’est pas produit en public ou lors de Direct Line, mais dans la taïga d’Ussuri lors d’un voyage pour voir les tigres. Je dois vous dire que c’est grâce à vous que j’en suis venu à m’intéresser tant à l’Extrême-Orient.
Depuis lors, je suis allé dans tellement d’endroits ici : Khasan, Iturup, Zvezda juste de l’autre côté du détroit d’ici, l’usine d’avions de Komsomolsk-on-Amur, Lenskiye Stolby. Le problème d’être journaliste, c’est que peu importe où vous allez filmer un reportage, vous n’arrêtez pas d’entendre : « Poutine est venu ici, alors suivons ses traces.
Vous allez bientôt vous adresser aux invités d’honneur, vos collègues, mais s’il vous plaît laissez-nous prendre une minute et parler des résidents de l’Extrême-Orient. Monsieur le Président, qu’est-ce qui vous fait revenir si souvent ici, vers ces gens-là ?

Vladimir Poutine : Les habitants de l’Extrême-Orient, tant la génération précédente que la génération actuelle, sont des pionniers. Pouvez-vous imaginer le travail qu’il fallait faire pour explorer ces territoires, l’ampleur de celui-ci ? Quelles qualités personnelles et managériales a-t-il fallu pour atteindre les résultats que nous observons aujourd’hui ?
Soit dit en passant, les générations actuelles sont aussi dans une large mesure des explorateurs car beaucoup de choses qui se font ici le sont pour la première fois. Cet esprit d’exploration, l’esprit de ceux qui vont de l’avant, qui aspirent et obtiennent des résultats, c’est la qualité distinctive des riverains, je crois.

Mais le développement de la région extrême-orientale est d’une importance capitale pour la Russie, pour le pays. Ce sont des perspectives de développement non pas pour des décennies mais pour des siècles à venir. Si nous ajoutons l’Arctique à ces territoires, il sera encore plus clair pourquoi nous avons accordé tant d’attention à cette région au cours des dernières années.

L’Arctique comprend 18% de notre territoire; il possède les réserves mondiales de ressources, nécessaires non seulement à notre pays mais au monde entier. En ce sens, nous avons une énorme responsabilité de gérer ces richesses avec sagesse et durabilité.

C’est pourquoi la Russie accorde tant d’attention au développement des territoires d’Extrême-Orient.

Sergueï Brilyov : Mettons-nous donc d’accord sur le format. Nous allons maintenant passer aux discours officiels et aux vidéos enregistrées. Passons à la partie officielle, pour ainsi dire.
Je tiens à nouveau à saluer le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev et le président de la Mongolie Ukhnaagiin Khurelsukh. Mais je vais d’abord donner la parole au président de la Russie, le pays hôte, Vladimir Poutine.
Monsieur le Président, s’il vous plaît.

Vladimir Poutine : Merci.
Monsieur Tokayev, nous venons d’avoir le plaisir de nous parler lors du lancement d’un assez gros projet commun entre les organismes gouvernementaux du Kazakhstan et la Sberbank, ou Sber Group. Je voudrais encore une fois vous remercier, Monsieur le Président, d’avoir fait un choix en faveur du partenaire russe.
Alors, M. Tokayev, M. Ukhnaagiin Khurelsukh, mesdames et messieurs, amis.

Je souhaite la bienvenue à tous les participants et invités du Forum économique de l’Est.

Une fois de plus, après une pause provoquée par la pandémie, Vladivostok accueille des chefs d’entreprise, des hommes d’affaires et des experts de dizaines de pays.
Je suis très heureux que les présidents du Kazakhstan et de la Mongolie aient accepté notre invitation. Ils participent à la séance plénière par visioconférence, comme on peut le constater. Les dirigeants de la Chine, de l’Inde et de la Thaïlande ont envoyé leurs salutations au forum.

Une représentation aussi large et un intérêt pour le développement de l’Extrême-Orient russe montrent que l’économie se redresse et revient à son mode de fonctionnement normal. La Russie est ouverte à un partenariat mutuellement avantageux avec tous les pays de la région Asie-Pacifique.

Je voudrais noter que le TAEG, qui représente un tiers du PIB mondial, est depuis longtemps un moteur de l’économie mondiale ; C’est un fait bien connu. Les taux de croissance des pays de la région dépassent invariablement la moyenne mondiale.

La Russie – et je tiens à le souligner même si c’est une évidence – la Russie est un élément inaliénable de l’APR, et nous allons établir dans nos régions d’Extrême-Orient un pôle puissant d’attraction des capitaux et de la nouvelle économie, créer un espace d’opportunités pour citoyens à mettre en œuvre les idées et les projets commerciaux les plus audacieux. Permettez-moi de souligner que même dans les conditions difficiles de la pandémie et de son impact économique, nous n’avons pas renoncé à la mise en œuvre des plans de développement à long terme pour l’Extrême-Orient. Au contraire, nous avons essayé de les accélérer.
Je voudrais vous parler du résultat de ces efforts. En tout cas, c’est par cela que je vais commencer, et aussi je parlerai aussi des nouvelles décisions qui ont déjà été adoptées ou sont sur le point de l’être pour renforcer l’économie et la sphère sociale dans la région.

À suivre.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66586