4538 – Russie/Vladivostok – V.Poutine, 1er Septembre « Journée du Savoir » avec les écoliers au Centre national pour l’enfance d’Okean… Et signature des Entreprises du Numérique pour l’Alliance pour la protection de l’enfance dans l’environnement numérique…Et Daghestan

  1. Vladimir Poutine est arrivé à Vladivostok – 1er septembre 2021 – 9H40

  2. Rencontre avec des écoliers – 1er septembre 2021 – 11H40

  3. Les entreprises fondatrices de l’Alliance pour la protection de l’enfance dans l’environnement numérique signent des engagements volontaires – 1er septembre 2021- 13H10

  4. Ouverture d’établissements d’enseignement au Daghestan – 1er septembre 2021 – 13H50

https://digidz.com/wp-content/uploads/2017/06/2-vlad-vlad-990x634.jpg

Vladimir Poutine est arrivé à Vladivostok – 1er septembre 2021 – 9H40

Le président est arrivé à Vladivostok en voyage de travail pour participer au 6e Forum économique de l’Est consacré cette année aux opportunités pour l’Extrême-Orient dans un monde en transformation.
1er septembre 2021 – 09h40

PH1 Arrivée à Vladivostok. Avec le gouverneur du territoire de Primorye Oleg Kozhemyako (à droite) et le vice-premier ministre et envoyé plénipotentiaire présidentiel dans le district fédéral d’Extrême-Orient Yury Trutnev.


Le 1er septembre, Vladimir Poutine visitera le Centre national pour les enfants d’Okean [Océan], où il rencontrera des élèves qui ont remporté des olympiades et des concours dans les domaines de la culture, des arts, des sciences et des sports. La réunion est programmée pour coïncider avec la Journée du savoir de la Russie.
Le Président assistera également, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique ainsi qu’à une cérémonie d’ouverture des établissements d’enseignement social en République du Daghestan.
Le même jour, Vladimir Poutine aura une réunion avec le gouverneur du territoire de Primorye Oleg Kozhemyako.
Les principaux événements du 6e Forum économique de l’Est se tiendront du 2 au 3 septembre.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66552

https://lh3.googleusercontent.com/proxy/qZ4kLuNuav4EOYGkqnpPZDq5AOi5X0uFyTQW3LNZ5wHfdoYe3qEmbXnLXbycKfx4-BSuGCPezRbnQnWBWGrkc0jzstBL3xpZlQCYI-9IE6T6UxtiBkYyqoc

Rencontre avec des écoliers – 1er septembre 2021 – 11H40

Lors de la Journée du savoir, Vladimir Poutine a eu une réunion au Centre national pour l’enfance d’Okean avec des élèves d’écoles, de gymnases et de lycées, les lauréats des olympiades et des concours dans les domaines de la culture, de l’art, de la science et du sport.
1er septembre 2021 – 11h40 – Vladivostok

12 PHOTOS 1

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, chers amis.
Avant de discuter de quoi que ce soit le 1er septembre, je voudrais, bien entendu, vous féliciter, vous tous, écoliers, étudiants, professeurs et enseignants pour cette merveilleuse fête et pour la nouvelle année académique. Noël et le Nouvel An font partie des fêtes nationales préférées. Mais le 1er septembre marque aussi le début de la nouvelle année universitaire.
Tout d’abord, je voudrais, bien sûr, féliciter les petits élèves de première année qui iront à l’école pour la première fois, ainsi que leurs parents, mères, grands-mères et éducateurs. En réalité, nous le faisons toujours, et c’est la bonne chose à faire car les lycéens sont déjà dans une sorte de mode prédéfini, ils rencontrent leurs amis et leurs pairs, c’est une continuation du processus académique auquel ils s’habituent à partir de la deuxième ou la troisième année. Cependant, les élèves de première année ouvrent une nouvelle page de la vie, ils font face à un nouveau destin, commencent à acquérir des connaissances et à choisir leur place dans la vie et leurs carrières ultérieures.
C’est une période très importante dans la vie des petits enfants. Comme le disent les bureaucrates dans de tels cas, je voudrais profiter de cette occasion et demander à tous les autres élèves des écoles russes d’accueillir chaleureusement les petits enfants dans les écoles et de les soutenir tout le long, dans le sens direct du mot et au sens figuré. C’est la première chose que je voulais dire.
Deuxièmement, vous savez que nous avons rétabli l’ère soviétique, puis russe, la société Znaniye [de la connaissance] qui vise à aider les gens et les jeunes à trouver leur place dans la vie et à choisir une direction intéressante qui les fascinera, afin qu’ il veuille y consacrer le reste de sa vie.

Bien sûr, il existe de nombreuses soi-disant sources d’information dans le monde moderne, y compris Internet et Runet. Vous l’appelez, ils l’ont eu. Et il semble que les utilisateurs puissent y apprendre à peu près tout, y compris des informations sur les étoiles, le centre de la terre, les punaises, les clous et les diamants. Mais il y a un problème lié à la qualité de cette information. Il y a beaucoup d’informations « bidon » qui sont souvent présentées comme une vérité ultime. Mais il ne faut pas se fier à ces informations qui sont fournies par des personnes se faisant passer souvent pour des spécialistes.
La société Znaniye et son travail impliquent de vrais professionnels spécialisés dans chaque domaine étroit de la connaissance, et on peut leur faire confiance et ensuite fonder sa propre perception d’un phénomène spécifique et ainsi de fonder son développement futur sur leurs informations et de décider si cela vous intéresse. En final, si c’est quelque chose auquel vous seriez prêt à y consacrer toute votre vie.
Alors aujourd’hui, nous avons une classe appropriée, n’est-ce pas ? Eh bien, si c’était vraiment un vrai cours, j’aurais choisi un sujet à discuter avec vous. Comme vous le savez (vous le savez probablement), j’ai un diplôme en droit. J’ai étudié le droit à l’université pendant cinq ans. Nous avons eu d’excellents professeurs là-bas, nous pouvons être vraiment fiers des personnes qui nous ont enseigné. Donc, dans une certaine mesure, je peux me considérer comme un spécialiste, puisque j’ai un diplôme de l’université. Maintenant, il y a aussi l’économie – quelque chose que j’utilise presque tous les jours, et j’ai aussi un diplôme, pour une thèse sur la reproduction des réserves minérales. Un domaine extrêmement important pour notre économie, et là aussi, je me sens expert et spécialiste. Ensuite, il y a un autre domaine – comme on dit, réveillez-moi au milieu de la nuit et je vous dirai tout ce qui concerne la politique intérieure et étrangère. J’aurais pu choisir ce sujet si j’avais voulu.
Mais j’ai choisi l’histoire comme sujet d’aujourd’hui. Je ne me considère pas vraiment comme un spécialiste ou un expert, donc ce ne sera pas une vraie leçon – juste une conversation sur le thème proposé. Un échange.
Alors pourquoi pensez-vous que j’ai choisi ce domaine spécifique ? Tout d’abord, c’est assez fascinant. Deuxièmement, il est très important et couvre toute une gamme de sujets. En fait, l’histoire est le pivot, le fondement de toutes les connaissances humanistes, y compris la littérature, la musique, la philosophie, les sciences naturelles, etc. Apprendre tout cela est extrêmement important parce que nous sommes intéressés à savoir comment les choses étaient faites auparavant ; c’est encore plus important parce que cela nous aide à comprendre le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et l’avenir vers lequel nous nous dirigeons.
Écoutez, je viens de dire que l’histoire s’étend – ou affecte, ou doit le faire d’une manière ou d’une autre – à tous les domaines d’études. Lesquels d’entre eux, sont, selon vous les plus pertinents, les plus significatifs, lesquels d’entre eux dominent le discours public ? De quoi parle-t-on ou entendons nous le plus souvent parlé dans les médias ?

Faisons ce qui suit. Je sais que ma question sur ce que vous voulez faire à l’avenir vous a été transmise. On s’appuiera là-dessus pour regarder différents domaines d’activités et domaines d’études, puis on procédera selon le plan que j’ai en tête.
Qu’est-ce que je voulais vous transmettre dans cette conférence ? Vous voyez, chaque conférence, chaque leçon ou conversation, comme celle que nous avons aujourd’hui, a besoin d’un objectif spécifique. Pourquoi fait-on ça? Pourquoi est-ce que je consacre mon temps à cela et que je prends ton temps pour écouter cette conversation ? Quel est le but? C’est assez simple. Si j’avais été un expert spécialisé dans un sujet étroit, je vous aurais ennuyé en racontant quelque chose sur l’histoire que vous ne connaissez pas ou dont vous n’êtes peut-être même pas au courant. Mais je ne suis pas enseignant, et mon objectif est beaucoup plus simple. Je veux vous intéresser à l’histoire et vous inciter à l’étudier. Mais pourquoi devons-nous emprunter cette voie ? Parlons-en, mais seulement après avoir vu vos réponses à la question sur ce que vous voulez devenir.
Avons-nous cette information? Peut-on le voir à l’écran ?
Comme vous pouvez le voir, plus les lettres sont grosses, plus les gens ont dit qu’ils aimeraient être cela, par exemple, un enseignant, un diplomate, un interprète ou un journaliste. Les professions sont diverses : fonctionnaire, architecte, philologue, psychologue, dentiste, voire commis, athlète, entraîneur, expert en biotechnologie, ingénieur, urbaniste et expert en environnement. Cela signifie qu’il existe une grande variété d’intérêts parmi vous, et nous pouvons même voir à quel point vous êtes avancé.
J’ai déjà mentionné l’environnement. Nous retournerons aussi au métier d’enseignant, puisque nous sommes maintenant dans un centre éducatif.
En fait, nous entendons parler de l’environnement tous les jours, de la façon dont nous devons protéger la nature, la chérir, etc. Bien sûr, nous entendons toujours parler du changement climatique. Sa vitesse a surpris et même impressionné certains spécialistes. L’année 2020 a été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, à égalité avec 2016, alors que dans certaines parties de la Russie, le climat se réchauffe deux fois plus vite que dans d’autres régions de la planète. Cela crée à la fois des opportunités et des défis pour nous.
Pourquoi je dis ça ? Étudier l’histoire est une façon d’apprendre ce qui se passe sur notre planète, et je vais partager avec vous ce que j’ai entendu des spécialistes. Ils forent la terre pour extraire les soi-disant carottes, vont profondément sous terre, et plus ils forent, plus les formations qu’ils atteignent sont anciennes. Après cela, ils étudient les formations extraites en utilisant les dernières méthodes de recherche afin de comprendre ce qui se passait avec le climat il y a 100, 200, 300, 1 000 ans ou plusieurs milliers d’années. Après cela, ils créent un graphique en onde sinusoïdale démontrant comment le climat a évolué sur notre planète jusqu’à ce jour, puis projettent cette onde sinusoïdale dans le futur, nous fournissant une prévision de ce à quoi on peut s’attendre au cours des 1 000 prochaines années.

Dans les temps anciens, il y a eu de nombreuses catastrophes dévastatrices qui ont détruit presque tous les êtres vivants sur cette planète, pas seulement les dinosaures dont nous parlons constamment. Il y a des dizaines et des centaines de millions d’années, des événements ont eu lieu, qui ont conduit à l’extinction presque complète de toutes les créatures vivantes, les reptiles et la vie océanique, ainsi que ceux de la terre. Vingt, 30, 50 ou même jusqu’à 70 % de tous les êtres vivants sont morts. Quelle était la raison? Il y avait différentes hypothèses et différentes raisons : de possibles éruptions accompagnant la naissance de nouvelles superstars près de la Terre, de puissantes éruptions volcaniques qui ont créé des conditions climatiques similaires à un hiver nucléaire, la chute de météorites de 10 kilomètres de large qui ont produit le même effet, etc. au. Tout cela est de l’histoire, l’histoire de notre planète.
Pour comprendre dans quelle mesure les émissions anthropiques d’aujourd’hui influencent un changement réel, nous devons prendre en compte tous ces facteurs plutôt que seulement les choses qui se passent sur cette planète. Il est nécessaire d’observer ce qui se passe là-bas dans l’espace galactique, dans l’espace proche de la Terre et dans les entrailles de la Terre.
Vous savez, j’étais dans l’extrême nord russe et j’ai vu du pergélisol, une grotte de glace de glace bleue solide. Et l’on peut compter, la grotte a quelques plaques tranchées, quelle tranche remonte à quel siècle. Tout à coup, quelque part au fond, nous avons repéré une trace noire stable et claire, une trace d’un événement qui a eu lieu il y a environ mille ans (c’est un chiffre approximatif, je ne me souviens pas exactement, mais c’était plusieurs siècles depuis). Et il a de nouveau été suivi par de la glace bleue. D’où vient cette trace ? Il n’y avait pas d’émissions, pas de véhicules à moteur. Plus probablement qu’autrement, il s’agissait d’une éruption volcanique. Pour comprendre ce qui se passe en ce moment et ce qui peut arriver à l’avenir, nous devons certainement tout savoir à ce sujet. C’est l’histoire. Sans doute, cela fait partie d’une certaine science, mais c’est aussi de l’histoire.

Ou, si nous nous éloignons de cette section de l’histoire, nous pouvons passer à d’autres. L’histoire, après tout, n’est pas seulement un ensemble de chiffres, de noms et d’événements. Comme je l’ai dit, c’est le fondement de la connaissance en sciences humaines, car, à partir de ce que je viens de mentionner, nous pouvons regarder ce qui se passe aujourd’hui et comment nous devrions nous comporter à l’avenir.
Dans notre pays, l’État russe s’est désintégré à deux reprises au cours du XXe siècle. L’empire russe a cessé d’exister après la révolution de 1917. La Russie a perdu d’immenses territoires à l’ouest et au nord, mais s’est progressivement rétablie. Mais plus tard, il a été suivi par l’effondrement de l’Union soviétique. Pourquoi? Nous devrions analyser de près tout cela et trouver ce qui a déclenché ces événements dramatiques. S’ils n’avaient pas eu lieu, nous aurions un pays différent maintenant. Certains spécialistes pensent que nous aurions dû avoir une population avoisinant les 500 millions d’habitants. Pensez-y. Aujourd’hui, nous en avons 146 millions. Si ces tragédies n’avaient pas eu lieu, il y aurait eu 500 millions de personnes. Sentez-vous la différence?
Cela constitue la puissance combinée de l’État, qui grandit constamment en progression géométrique, créant une base de plus en plus puissante pour le développement, l’existence et le bien-être. Il faudrait voir ce qui était à la base de ces événements tragiques afin de ne laisser, en aucun cas, quoi que ce soit de la sorte se produire à l’avenir. Nous devons savoir nous renforcer et construire des relations avec nos voisins.
Ou voici un autre sujet très populaire : Vous avez probablement vu, sur internet ou à la télévision, ce qui se passe en Afghanistan, qui est loin de vous mais pas très loin de la Russie. Que s’est-il passé là-bas ? Les forces américaines y ont été déployées pendant 20 (20 !) ans et ont tenté de civiliser les résidents locaux pendant cette période. Il est possible de dire cela sans offenser personne. En effet, ils ont essayé d’imposer leurs propres normes et standards de vie au sens le plus large du terme. Cela concernait aussi l’organisation politique de la société. Quels sont les résultats ? Ce n’était rien d’autre que des tragédies, des victimes et des pertes pour les États-Unis, et a fortiori pour les personnes vivant en Afghanistan. Cela équivaut à zéro, voire à moins de zéro.

Pourquoi est-ce arrivé? La vraie réponse est très simple : si quelqu’un fait quelque chose à l’égard de quelqu’un d’autre, il doit être guidé par l’histoire, la culture et la philosophie de ces personnes et de leur vie, au sens le plus large, et ils doivent respecter leurs traditions. Il faut comprendre qu’il est impossible d’imposer quoi que ce soit de l’extérieur. La situation devrait devenir mûre pour cela. Oui, cela peut et doit être fait de manière civilisée, méticuleusement et lentement, en soutenant les tendances positives. Il faut être patient. Il est pratiquement impossible d’obtenir des résultats positifs sans tenir compte de tous ces facteurs. Bien sûr, nous devrions en tenir compte pour nous-mêmes, en premier lieu.
Le journalisme est répertorié sur votre tableau blanc comme un travail. Bien sûr, c’est une chose très importante, et chaque personne a le droit d’exprimer sa propre opinion et d’exprimer son point de vue. Cependant, le rôle principal des médias est de fournir à leur public des informations objectives en utilisant certaines ressources d’information et de permettre aux gens de décider de manière indépendante ce qui est bon ou mauvais et dans quelle direction ils doivent aller.
Dans ce contexte, compte tenu du fait que le 1er septembre est un jour spécial, les enseignants et les éducateurs énumérés au centre de ce tableau blanc jouent un rôle extrêmement important, et une écrasante majorité choisit précisément cette carrière.
Aujourd’hui, nous discutons très activement de ce que devrait être l’éducation et si les gens devraient étudier en ligne ou hors ligne, c’est-à-dire en contact direct. Bien sûr, les méthodes modernes de transmission des connaissances doivent, sans aucun doute, être utilisées. Mais certaines circonstances suggèrent que la capacité à travailler en équipe est un critère d’évaluation de sa performance. Ce n’est pas mon opinion, mais l’opinion de l’écrasante majorité des experts. Comment apprendrez-vous à travailler avec les autres membres d’une équipe si vous étudiez en ligne tout le temps ? C’est impossible. Par conséquent, ce critère très important de la réussite humaine serait perdu.

Vous avez le métier d’enseignant sur votre tableau blanc. Et il y a aussi des éducateurs. Et ceci est extrêmement important car il est crucial non seulement de partager les connaissances ; peut-être qu’il n’y a rien de plus vital que cela. Ce qui est encore plus important, c’est comment le faire. Je ne vous dirai rien de nouveau : un scalpel peut être à la fois un instrument qui sauve des vies et une arme du crime, et il n’apportera que du chagrin. La même chose s’applique à la connaissance. Il y a des bombes nucléaires et des centrales nucléaires. Il y a une grande différence, n’est-ce pas ? Et le rôle de l’éducateur est de faire en sorte que la personne qui acquiert toutes ces connaissances et compétences les utilise non seulement pour son propre bénéfice, mais aussi pour le bénéfice des autres, de la société et de l’humanité tout entière.
Et ce n’est pas par hasard que dans le centre ici, vous avez des personnes qui travaillent comme éducateurs et aussi tuteurs. Et en répondant à vos questions et aux questions qui se posent et se posent fréquemment, nous essaierons bien entendu de combiner apprentissage direct et méthodes modernes de présentation. C’est-à-dire des méthodes modernes de présentation du matériel. Et nous le ferons partout où cela sera possible.
L’histoire est très importante et pas seulement celle de notre pays, qui est sans doute extrêmement importante, mais aussi l’histoire de sa « petite patrie » ainsi que l’histoire familiale. C’est la clé parce qu’elle lie spirituellement chaque personne à la terre où elle vit. La personne commence à se considérer comme faisant partie d’un grand pays. En étudiant un arbre généalogique, vous n’oublierez pas que certains de vos ancêtres ont participé à des événements majeurs. Et, soit dit en passant, ils étaient assez jeunes, en règle générale.
Actuellement, nous célébrons le 800e anniversaire d’Alexandre Nevsky, homme d’État, chef militaire et saint ; l’Église orthodoxe russe l’a consacré saint. Et nous célébrons cette année le 800e anniversaire de la naissance d’Alexander Nevsky. Quel âge avait-il lorsqu’il participa à sa première bataille, comme on dit dans nos films avec des chiens-chevaliers, avec des croisés, qu’il remporta victorieusement ? Il a dirigé l’armée russe à seulement 19 ans. Il n’avait que 19 ans ! Et son frère, qui se battait à ses côtés, n’avait que 16 ans, si je me souviens bien. Pouvez-vous imaginer cela? Et nos commandants de la Seconde Guerre mondiale et de la Grande Guerre patriotique ? Des hommes encore très jeunes, dont beaucoup n’atteignent pas 40 ans, dirigent des régiments, des divisions puis des armées. Qu’en est-il des constructeurs du Transsibérien et du Chemin de fer Baïkal-Amour ? Et ceux qui ont développé l’Extrême-Orient ? En règle générale, il s’agissait en grande partie de très jeunes. Ils étaient absorbés par leur travail. Et, bien sûr, il est très important et utile de savoir à ce sujet, afin de comprendre ce qui s’est exactement passé, et qui a réussi et comment le succès a été obtenu. Il faut le comprendre et le connaître pour réussir.
Vous venez principalement de l’Extrême-Orient russe, n’est-ce pas ? Non? Mais encore, nous sommes maintenant dans l’Extrême-Orient de la Russie. Quelqu’un ici sait-il qui a découvert et exploré ce vaste territoire ? Que sais-tu à propos d’eux? Pouvez-vous nous dire quelque chose à ce sujet?
S’il vous plaît, utilisez le microphone.

Nikanor Tolstykh : Bonjour, Monsieur le Président.
Je m’appelle Nikanor Tolstykh, je viens de la ville de Vorkouta en République des Komis, de l’Arctique.
J’aime l’histoire, mais je ne connais pas assez l’histoire de l’Extrême-Orient russe pour en parler longuement. Au moins, je sais qu’il s’agissait de braves gens qui avançaient en territoire inconnu, puisque seule la partie européenne de notre pays se développait… Mais qu’y avait-il au-delà ? C’était un vide. Pour cette raison, nous devons mentionner Yerofey Khabarov, qui est devenu le fondateur de Khabarovsk.
Vladimir Poutine : C’était au 17ème siècle.
Nikanor Tolstykh : Oui. Nous devons également mentionner le capitaine Nevelsky, qui a été envoyé dans l’inconnu. Dans son journal, il a même écrit qu’il ‘… naviguait vers l’inconnu’.
Vladimir Poutine : Exactement. Et qu’en est-il de Béring qui fut le premier à traverser le détroit séparant Chukotka de l’Alaska ? Et la liste continue encore et encore. Il y avait aussi Muravyov-Amursky, gouverneur général de la Sibérie et de l’Extrême-Orient. Les gens fascinants ne manquent pas. Permettez-moi de répéter qu’eux et leurs camarades étaient assez jeunes.
Mais permettez-moi de revenir sur l’histoire de la famille, l’histoire de la région d’origine ou de la patrie en général. Tout cela est bien sûr étroitement lié. Se sentir partie prenante de cette histoire est essentiel.
Nous avons rassemblé des informations sur environ 34 millions de personnes qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre patriotique. Cela inclut tous ceux qui ont été mobilisés, ont combattu sur le front ou ont travaillé sur le front intérieur. L’histoire est très intéressante. Presque n’importe quelle famille peut trouver ses parents et ancêtres dans cette base de données et ressentir un lien avec les victoires qui ont façonné l’avenir pour nous.
Après tout, pourquoi le mouvement Immortal Regiment est-il si populaire ? Cela va du subconscient. C’est d’abord une manière de rendre hommage et de perpétuer la mémoire de ceux qui se sont battus pour nous sans se ménager. Il s’agit également d’un sentiment d’appartenance à un niveau subconscient et génétique. Si mon grand-père ou mon arrière-grand-père a agi de cette façon et a réussi, cela signifie que j’ai aussi ce qu’il faut pour montrer le meilleur de moi-même dans un moment critique et que je peux montrer mes meilleures capacités, servir ma famille, mes proches, et Ma patrie. Il s’agit d’une initiative extrêmement importante et très intéressante qui est également instructive et pertinente aujourd’hui, ainsi que pour l’avenir.

L’histoire du développement de ces territoires est tout aussi intéressante. Cela a été fait par des Russes, des Ukrainiens et des Biélorusses. Tous ces peuples, qui se considéraient et, pour la plupart, continuent de se considérer comme un seul peuple, ont développé ces vastes étendues de terre.
Quand j’ai dit que l’histoire nous aide à comprendre le présent (je peux le partager avec vous), moi, n’étant pas un historien de formation, j’ai quand même dû me tourner à deux reprises vers des événements historiques afin d’analyser les événements qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, afin de voir comment les événements s’étaient déroulés pendant la Seconde Guerre mondiale, La Grande Guerre patriotique, la guerre du peuple soviétique contre l’Allemagne nazie, est particulièrement importante pour nous. Je dois dire que la victoire sur le nazisme est probablement l’un des événements les plus marquants et les plus significatifs du 20e siècle, c’est certainement le cas. Sans cette victoire et, Dieu nous en préserve, si les nazis avaient gagné la guerre, le monde aurait été un endroit complètement différent maintenant, et l’avenir du peuple russe et des autres ethnies qui habitent la Russie aurait été complètement différent. Il n’y aurait eu aucun avenir pour eux, car les documents du Reich (ce n’est pas quelque chose que j’invente) montrent clairement qu’une partie de la population slave de Russie, ceux qui pouvaient travailler, était censée servir de main-d’œuvre, ceux qui étaient inaptes au travail étaient jugés inutiles et devaient être déplacés au-delà de l’Oural ou dans le nord de la Russie, les régions inhabitées (c’est-à-dire qu’ils devaient y aller pour y mourir, pour être clair), et certains d’entre eux devaient être tués dans les chambres à gaz.
L’avenir des Russes et des autres ethnies russes aurait été différent de celui des nations d’Europe occidentale asservies par l’Allemagne nazie. Ils pensaient que ces nations leur étaient plus ou moins génétiquement proches et espéraient qu’elles pourraient vivre côte à côte avec elles. Avec nos peuples – non, pas avec le peuple russe – le peuple russe était voué à la liquidation et à la destruction. Nous ne devons jamais oublier cela et ne devons jamais permettre à toutes sortes de râleurs de dire des choses comme : « Pourquoi avons-nous dû nous battre pour Leningrad ? Il aurait pu être rendu et nous aurions alors perdu moins de vies. » Oui, peut-être qu’il y aurait eu moins de morts, mais alors il n’y aurait pas eu de vous, aucun de ceux qui parlent de ces choses aujourd’hui de cette manière.
Ou, j’ai été obligé de me tourner vers une autre partie qui remonte à des siècles, peut-être que vous en avez pris note, peut-être pas. J’ai écrit un article sur l’unité des Russes et des Ukrainiens.
Ce n’est pas par hasard que j’ai mentionné que les Ukrainiens, les Russes et les Biélorusses développaient ces territoires. Il y a beaucoup de gens qui étaient originaires du territoire qui s’appelle aujourd’hui l’Ukraine. Avec le reste du peuple, ils sont allés de l’avant et ont développé ces vastes territoires, non pas pour leur propre bénéfice, mais pour l’avenir du pays, un pays commun, notre avenir commun. Et nous devrions tous le savoir et montrer du respect pour les personnes qui ont accompli cela.
Encore une fois, la jeunesse a toujours fait partie de tournants intéressants, de projets critiques ou charnières, et il en est de même aujourd’hui. Maintenant, nous travaillons davantage dans ce que l’on appelle le domaine d’exploitation oriental. C’est une nouvelle vie, une renaissance des chemins de fer Baïkal-Amour et Transsibérien. Qui les a construits ? Comme je l’ai dit, les jeunes les ont construits. Ou prenez le pont de Crimée. Il a également été construit par de nombreux très jeunes.
Il existe de nombreux domaines scientifiques intéressants, par exemple l’industrie de la défense. Lorsque j’ai rencontré une petite équipe de concepteurs pour nos derniers systèmes, j’ai été honnêtement surpris ; Je leur ai demandé : « D’où venez-vous ? Ils étaient très jeunes. Des groupes entiers de diplômés universitaires sont venus dans un institut de recherche et ont développé l’un des systèmes de missiles les plus innovants au monde pour protéger nos intérêts nationaux. Il n’a toujours pas d’équivalent. Ils étaient très jeunes. A quoi cela conduit ? Mon point est que sachant tout cela, vous ne devriez pas mettre de limites à vos rêves ou à la réalisation des objectifs que vous vous êtes fixés, et vous y arriverez certainement.
Quant à l’Extrême-Orient, si nous revenons à la découverte de votre région d’origine et d’autres régions, il y a beaucoup d’endroits à voir ; Je pense que ceux d’Extrême-Orient les connaissent. Quant à ceux qui sont ici pour la première fois, ils devraient voir le Musée de l’Extrême-Orient. En tant que poupée gigogne, elle contient un élément supplémentaire : la forteresse de Vladivostok avec le fort n°1 à l’intérieur. Je n’entrerai pas dans les détails maintenant mais nous pouvons sûrement l’inclure dans notre programme. Je voudrais demander à vos professeurs et cadres de vous montrer tout cela ainsi qu’aux autres jeunes qui viennent au Centre Okean. Puisque vous êtes venu à Vladivostok, vous devez clairement comprendre où vous êtes et ce que Vladivostok signifie pour notre pays, pour la Russie.
Je voudrais vous souhaiter du succès et vous féliciter le 1er septembre et d’être en Extrême-Orient, à Vladivostok, un endroit merveilleux et cool en Russie. J’aimerais espérer que vous réaliserez vos rêves, et pas seulement cette année, mais dans votre vie dans son ensemble.
Merci beaucoup.
Si vous avez des questions, continuons à discuter de ce sujet.
Nikanor Tolstykh : Nous avions tous des rêves quand nous étions enfants. Lesquels de vos rêves sont devenus réalité et de quoi parlaient-ils ?
Vladimir Poutine : Concernant mes rêves et les réaliser, je peux me considérer comme un homme heureux car à différentes périodes de la vie une personne mesure ses rêves avec son niveau de développement et sa vision du monde extérieur. Ainsi, des objectifs apparaissent – ​​immédiats, plus éloignés et stratégiques. Quoi qu’il en soit, comme la plupart des enfants, je voulais être matelot, pilote et agent de renseignement. Je voulais faire ces choses, et j’ai réalisé mon plan. C’est ainsi que la vie s’est avérée. Parfois, je me demande même : comment cela s’est-il passé ? C’est un problème compliqué. Vous ne pouvez pas simplement entrer et dire sans ambages : « Je veux être un agent du renseignement » et devenir membre des services de renseignement. Ce n’est pas courant, mais c’est comme ça que ça s’est passé dans mon cas.
Cependant, ce n’est pas le point principal. Ce qui compte le plus, c’est l’éducation, l’éducation familiale et l’environnement. Tout avait pour but de consacrer sa vie au service de la Patrie (je m’excuse d’avoir utilisé ce style haut placé dans ce cas). Après tout, j’étais dans des agences de sécurité et j’ai vu comment les agents de sécurité travaillaient – ​​ils donnent leur vie si nécessaire. Tout avait pour but de servir la Patrie et c’est exactement ce que je fais maintenant. En ce sens, je pense avoir réussi à traduire mes rêves en réalité.
Alyona Velbik : Comme nous le savons tous, il y a aussi eu des amis et des ennemis dans l’histoire de la Russie. Voici ma question : selon vous, quels sont les attributs d’un véritable ami ?
Vladimir Poutine : C’est une question philosophique.
Quant aux relations interétatiques, c’est encore une tout autre affaire que les relations humaines. L’amitié interétatique est très pragmatique et toujours liée aux intérêts nationaux. Même les relations personnelles entre les dirigeants comptent mais ne peuvent pas être décisives. Tout dirigeant, qu’il soit d’un grand ou d’un petit pays, doit considérer les intérêts des personnes qui lui ont confié ce poste comme la priorité absolue. Tout dirigeant doit d’abord procéder des intérêts de son peuple.
Quant aux relations humaines, c’est une autre affaire. Vous savez, je pense que nous pouvons parler de véritable amitié lorsque nous ne respectons pas seulement une autre personne mais reconnaissons qu’elle est meilleure que nous d’une certaine manière, plus intelligente, plus expérimentée ou courageuse que nous ne le sommes, meilleure dans autre chose mais toujours meilleure que nous ne sommes en quelque sorte. C’est le premier point. Le deuxième point majeur est que nous sommes prêts non seulement à soutenir nos amis, mais à faire tout notre possible pour rendre leur vie meilleure, pour les laisser se développer et aller de l’avant. Dans certaines circonstances, nous serions même prêts à nous sacrifier pour ceux que nous considérons comme nos amis et qui nous considèrent comme leurs amis.
Puisque nous parlons d’histoire, il y a une chose qui m’est venue à l’esprit pendant que je parlais tout à l’heure. J’ai pensé à mon histoire familiale. Mon père a combattu pendant la Grande Guerre patriotique, sur le front de Léningrad entre autres, sur la tête de pont Nevsky. Il s’agit d’un petit terrain sur l’une des rives de la Neva. Je pense qu’il couvre une zone d’environ deux kilomètres de profondeur et quatre kilomètres de largeur, ou quelque chose du genre. Tout autour de ce petit bout de terre se trouvaient des troupes nazies, tandis que nos forces principales étaient de l’autre côté de la rivière. Ce fut un véritable bain de sang. Les Allemands étaient stationnés sur un terrain légèrement plus élevé, ce qui leur permettait de balayer facilement cette zone avec leur puissance de feu. Nos soldats se sont accrochés à ce terrain pour s’en servir comme tremplin pour lever le siège de Leningrad.
Survivre à cela n’a pas été une tâche facile. Mon père a été blessé. Pour rester en vie, il devait se rendre à l’hôpital, mais c’était de l’autre côté de la Neva, et quiconque osait la traverser risquait sa vie. Pour être honnête, personne ne voulait vraiment le faire, car même la nuit, une tentative de ramper de l’autre côté de la rivière gelée, c’était en hiver, était un coup dur, car vous pouviez être facilement repéré par un projecteur et devenir une cible facile. Mais il s’est avéré que l’ami de mon père, qui vivait dans le même immeuble et dans le même appartement partagé, se trouvait à proximité. Et il a pris mon père et l’a traîné de l’autre côté de la rivière, au péril de sa vie. Et il est arrivé de l’autre côté de la Neva, a emmené mon père à l’hôpital, l’a serré dans ses bras et lui a dit : ‘Adieu, tu vivras et je retourne mourir.’ C’est ce que sont l’amitié et le sens du devoir envers une personne spécifique, un ami et une patrie. Et il est revenu à la tête de pont Nevsky.
Depuis que j’ai commencé cette histoire, laissez-moi la terminer. En 1962, mon père est rentré à la maison en pleurant. Il a rencontré cet ami dans un magasin par hasard. Il s’est avéré qu’il était vivant.
Cela veut dire que ces impulsions puissantes, peut-être pas toujours, mais souvent, non seulement sauvent des vies, mais élèvent également les gens et les aident à gagner.
Kirill Meshcheryakov : Pour conclure cette réunion, je voudrais poser la question suivante : que souhaiteriez-vous à votre moi de 16 ans ?
Vladimir Poutine : Je me souviens à peine de cette époque… Eh bien, je peux peut-être vous le dire. J’ai déjà dit que tout le monde cherche et choisit sa propre voie, et je n’ai pas fait exception. Quand j’avais 16 ou 17 ans, j’ai commencé à y penser et à faire toutes sortes de projets. Avoir un objectif est ce qui compte le plus.
Aujourd’hui, au début de cette réunion, qu’ai-je dit sur ce qui compte le plus pour une conférence, une conversation ou une leçon ? C’est votre but. Inutile de dire que la même chose s’applique à l’établissement d’objectifs de vie. Ce qui est essentiel. Tant qu’il y a un objectif clair, il y a une chance de l’atteindre, et les gens commencent à chercher des moyens d’y arriver et de faire ce qu’il faut pour l’atteindre.
Pour cette raison, se trouver et se fixer un objectif est ce qui compte le plus. La deuxième chose est de ne pas avoir peur et de croire en soi. C’est le chemin du succès.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66554


https://www.coe.int/documents/9577501/12528453/Cover+photo-IT+handbook+for+policy+makers/58179eeb-a82b-e1d1-1868-cf8395f59fe3?t=1607091443000

Les entreprises fondatrices de l’Alliance pour la protection de l’enfance dans l’environnement numérique signent des engagements volontaires – 1er septembre 2021- 13H10

Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique.
1er septembre 2021 – 13h10 – Île Russky, Territoire de Primorye

PH 1 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique.


La mission de l’Alliance est de créer un environnement numérique sûr et favorable qui donnerait aux enfants des opportunités de développement personnel créatif et professionnel, de socialisation et de communication sûre dans le monde virtuel.
Les membres de l’Alliance, propriétaires des plus grandes plateformes technologiques, sites Web d’hébergement de vidéos et moteurs de recherche de Russie, ont pris des engagements renforcés pour identifier et restreindre indépendamment l’accès aux informations et contenus illégaux susceptibles de nuire à la santé ou au développement des enfants, ainsi qu’à échanger les meilleurs pratiques et les derniers développements dans ce domaine.
  • Svetlana Balanova, directrice générale d’AO National Media Group,
  • Boris Dobrodeyev, directeur général du groupe Mail.Ru,
  • Alexander Zharov, PDG de Gazprom-Media Holding,
  • Eugene Kaspersky, PDG de Kaspersky Laboratory,
  • Vyacheslav Nikolayev, président de Rostelecom,
  • Mikhail Oseyevsky, Megafon,
ont participé à la cérémonie.
  • Le PDG Khachatur Pombukhchan,
  • le PDG de Vympel-Communications Alexander Torbakhov,
  • le directeur général de Yandex Tigran Khudoverdyan
  • et le vice-président de Yandex chargé des relations avec les entreprises et président de l’Alliance pour la protection des enfants dans l’environnement numérique Anton Shingaryov.
Ont également pris part à la vidéoconférence
  • le chef de cabinet adjoint du bureau exécutif présidentiel Sergei Kiriyenko,
  • la commissaire présidentielle aux droits de l’enfant Anna Kuznetsova
  • et la directrice de la Fondation Talent et Réussite Yelena Shmelyova.
* * *

PH 2 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti


Vladimir Poutine : Salutations, amis et collègues.
Je vous salue en ce jour et je suis heureux de savoir qu’aujourd’hui, à l’occasion de la Journée du savoir, vous vous êtes réunis et construisez l’Alliance pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Je remercie toutes les entreprises participantes pour cette démarche responsable.
Les technologies numériques sont largement et fermement entrées dans nos vies et en sont devenues une partie naturelle et intégrale pour les enfants. On a cette impression – vous le savez mieux que moi – que nos jeunes naissent désormais avec les compétences nécessaires pour gérer les appareils électroniques. Ils apprennent à les gérer si rapidement et en toute confiance et ont accès à Internet dès leur plus jeune âge, alors qu’ils ne sont qu’à l’âge préscolaire. Tout cela a certainement un impact sur la façon dont ils découvrent le monde, leurs études à l’école et la communication entre pairs. Mais nous négligeons souvent ce qu’ils font pour s’amuser et comment ils passent leur temps libre. Ainsi, le contenu de l’espace virtuel et numérique est le plus important pour le bien-être et la sécurité de nos enfants. Ils doivent être protégés de manière fiable dans cette zone.
De toute évidence, les efforts, les lois et les règlements de l’État ne sont pas toujours adéquats, et des discussions à ce sujet sont en cours tout le temps. Il est primordial que la société et les entreprises prennent une position active et comprennent leur rôle et leur responsabilité. Il est important que l’espace en ligne soit rempli d’une substance éducative positive. Évidemment, cela doit être utile et excitant. Nous devons agir ensemble, et pour parvenir à des solutions créatives, nous devons attirer des centres d’éducation et des plateformes éducatives de premier plan, des communautés parents-enseignants et des équipes de jeunes créatifs, et également prendre en compte l’expérience des commissaires aux droits de l’enfant et les ressources des associations de jeunes et de bénévoles. .

PH 3 Participants à la cérémonie de signature des engagements volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti


J’espère vraiment que vous réussirez à établir un dialogue constructif avec les plateformes numériques mondiales et à coopérer pour protéger les enfants dans l’environnement numérique. De nombreux pays ont déjà acquis cette expérience, y compris des pays européens. Bien entendu, il est essentiel que nous fixions nous-mêmes des normes dans ce domaine.
La Russie, comme vous le savez bien, a une position forte dans les technologies numériques. Ceci est démontré par les réalisations, vos réalisation
s, les réalisations de nos centrales électriques sur les marchés mondiaux. Et une formation de premier plan du personnel est une condition pour se développer et progresser. Nous devons continuer à créer des conditions favorables à ces technologies de rupture dans notre pays. Et le fait qu’aujourd’hui vous accordez la priorité aux intérêts des enfants, formulez et promouvez des principes moraux et éthiques dans le segment russe d’Internet, témoigne de la maturité de nos entreprises promettant des développements nationaux dans le commerce numérique. Et je vous souhaite de réussir de tout mon cœur. Je crois que c’est extrêmement important, ce que vous faites maintenant et ce que vous créez en tant qu’organisation qui protégera nos enfants et créera les conditions de leur développement. Ce n’est pas un objectif commercial, c’est un objectif national.

PH4 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique.


Merci beaucoup. Passons aux choses sérieuses et à notre discussion.
Vladimir Poutine : Pour conclure notre réunion, je voudrais souligner ce qui suit. Vous voyez, je viens de rappeler une interview avec un chanteur pop très célèbre, une pop star de classe mondiale. Ses performances sont souvent controversées quant à leur perception par les jeunes, a fortiori par les enfants. Et elle semblait avoir beaucoup d’enfants. À la question « Que pensent vos enfants de ce que vous faites sur scène ? » elle a donné une réponse inattendue. Elle a dit: « ‘Je ne le leur montre pas, ils ne le voient pas.’ » C’est-à-dire qu’elle protège ses enfants de ce contenu, alors que tous les autres ne semblent pas avoir d’importance.
Mais dans votre entreprise, dans l’entreprise dans laquelle vous êtes engagé, il est impossible de protéger vos propres enfants, petits-enfants, les enfants de vos proches, amis et parents de ce qui se passe sur Internet. Par conséquent, la seule conclusion correcte et la seule action correcte de notre part et de votre part est d’unir les efforts pour protéger nos enfants contre les contenus dysfonctionnels, nocifs et pervers qui ont un effet destructeur sur eux. Et vice versa, créer un tel contenu et construire le travail de tout ce système, le système de cette entreprise, votre entreprise, de telle manière qu’elle contribue au développement de l’enfant, aide au développement du pays. Merci beaucoup pour cela.
PH5 Le vice-président de Yandex chargé des relations avec les entreprises et président de l’Alliance pour la protection des enfants dans l’environnement numérique Anton Shingaryov lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti
Je tiens à vous souhaiter plein succès, tant dans votre entreprise actuelle que dans votre travail, votre vie et votre entreprise. Vous réussirez certainement. De son côté, l’État mettra tout en œuvre pour vous soutenir.
Je vous souhaite le meilleur.

PH5 Le vice-président de Yandex chargé des relations avec les entreprises et président de l’Alliance pour la protection des enfants dans l’environnement numérique Anton Shingaryov lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

https://i2.wp.com/static.kremlin.ru/media/events/photos/big/P2xJzEHMWLa4nOVlPeD25NJFA4O8mll9.JPG

PH 6 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH7 Le directeur général du groupe Mail.Ru Boris Dobrodeyev lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH8 La directrice générale du National Media Group, Svetlana Balanova, lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH9 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH10 Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à une cérémonie de signature des Engagements Volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique.

PH11 Le chef de cabinet adjoint du bureau exécutif présidentiel, Sergei Kiriyenko, à droite, et le directeur général Rossiya Segodnya, Dmitry Kiselev, lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH12 Le PDG du Laboratoire Kaspersky, Eugene Kaspersky, lors de la cérémonie de signature des engagements volontaires par les sociétés fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

PH13 Participants à la cérémonie de signature des engagements volontaires par les entreprises fondatrices de l’Alliance russe pour la protection des enfants dans l’environnement numérique. Photo : RIA Novosti

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66557


Ouverture d’établissements d’enseignement au Daghestan – 1er septembre 2021 – 13H50

Lors d’un voyage de travail dans le territoire de Primorye, Vladimir Poutine a assisté, par visioconférence, à la cérémonie d’ouverture des établissements d’enseignement social de la République du Daghestan.

1er septembre 2021 – 13h50 – Île Russky, Territoire de Primorye

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour.

Mes salutations à tous, cette fois d’Extrême-Orient.
Aujourd’hui est un grand jour, mes salutations à vous tous à l’occasion de la Journée du savoir. Comme d’habitude, le 1er septembre, de nombreux événements festifs et joyeux ont lieu autour de la Russie en lien avec la rentrée scolaire.

L’un de ces événements est l’achèvement de 37 nouvelles installations sociales au Daghestan ; 36 d’entre eux ont été construits par des constructeurs militaires.

Tout d’abord, je tiens à remercier les dirigeants du ministère de la Défense et tous ceux qui se sont impliqués, pour leur travail dévoué, pour la construction d’écoles, de jardins d’enfants et de crèches dont la région a tant besoin.
Je sais que vous avez dû faire face à certains défis, compte tenu de l’environnement sismique de la région, et construire dans des zones difficiles d’accès et montagneuses. Mais les ingénieurs, les concepteurs et les constructeurs ont respecté les délais tout en s’assurant que le travail est de haute qualité ; ils ont utilisé de nouvelles solutions technologiques et, bien sûr, ont respecté toutes les exigences environnementales nécessaires.
Je tiens à souligner que les nouvelles écoles, jardins d’enfants et crèches disposent d’équipements et de technologies de pointe, de locaux confortables et pratiques, de terrains de jeux et d’installations sportives pour l’étude et les loisirs.
Je sais que le ministère de la Défense est en train de construire 37 autres projets dans mon bien-aimé Daghestan ; 27 ouvriront d’ici la fin de l’année.

Les nouvelles écoles et installations préscolaires donneront une forte impulsion au développement social au Daghestan et créeront un environnement plus confortable pour l’orientation et l’éducation des enfants.

Je voudrais souligner que la nouvelle infrastructure sociale moderne est en cours de développement au Daghestan et dans d’autres régions de notre immense et vaste pays dans le cadre d’un projet national. D’ici fin 2023, au moins 256 000 places de crèche devraient être ajoutées en Russie. Au cours des quatre dernières années, le gouvernement fédéral a alloué plus de 150 milliards de roubles à cette fin.
Je le répète : nous allons continuer à développer les infrastructures sociales et éducatives dans toutes les régions et permettre progressivement aux parents d’envoyer leurs enfants dans une crèche ou un jardin d’enfants, sans files d’attente, peu importe où ils habitent, et d’avoir suffisamment de places dans les écoles pour que les enfants n’aient pas à faire des séances l’après-midi ou même le soir.

Je suis convaincu que le complexe de construction militaire du ministère de la Défense continuera de contribuer à ces travaux nécessaires.

Permettez-moi de vous rappeler que l’année dernière, pendant la période la plus difficile de la pandémie de coronavirus, les constructeurs militaires ont rapidement aidé la Russie et ont rapidement construit 30 centres médicaux polyvalents de haute qualité.

Depuis leur ouverture, les 20 centres médicaux du ministère de la Défense ont traité à eux seuls plus de 26 000 patients, et pas seulement du personnel de service – ils représentaient un peu plus de la moitié de ceux qui ont reçu un traitement et une réadaptation dans ces centres. Je le répète : un peu plus de la moitié étaient des militaires et le reste des civils qui avaient besoin d’aide. Cela confirme directement les paroles selon lesquelles le peuple et l’armée ne font qu’un. C’est vraiment ainsi.
Les constructeurs militaires contribuent de manière significative à la création et à la rénovation des établissements d’enseignement militaire. Au cours des sept dernières années, de nouvelles installations ont ouvert, par tradition, à la rentrée universitaire. Par exemple, l’année dernière, le 1er septembre, trois écoles ont ouvert simultanément :
  • les écoles militaires du Caucase du Nord et de Tver Suvorov,
  • ainsi qu’une branche de l’école navale Nakhimov à Kaliningrad.
  • Et cette année, de nouveaux bâtiments pédagogiques ont été construits au corps des cadets d’Omsk, l’un des plus anciens de Russie.
Bien entendu, ce travail doit se poursuivre et se poursuivra.
En conclusion, je voudrais encore une fois vous féliciter à l’occasion de la Journée du savoir, et vous souhaiter du succès et tout le meilleur.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/66558