3799 – Conférences de presse du 13,14 et 15 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

1/Conférence de presse du 13 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2/Conférence de presse du 14 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

3/Conférence de presse du 15 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

ZZ0019b91ed62e15d5449407

1/Conférence de presse du 13 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Conférence de presse du 13 mai 2020 PH 1 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517834726740062

1

China Daily : Nous avons remarqué que le groupe d’experts médicaux chinois de lutte contre le COVID-19 envoyé en Éthiopie et à Djibouti est retourné en Chine le 12 mai après avoir accompli sa mission.

  • Pouvez-vous nous donner plus de détails sur son travail dans les deux pays ?

CHINE DJIBOUTI 1a0e2049a5a1264c4c583bf1cade24d2

La Chine a dépêché ce jeudi à Djibouti une équipe médicale composée de 12 médecins experts dont la mission consiste à prêter main-forte à leurs homologues djiboutiens dans la prise en charge thérapeutique des cas de Covid-19.CF/http://www.adi.dj/site/Plus/142523

Zhao Lijian : Le groupe d’experts médicaux en Éthiopie et à Djibouti est l’un des premiers groupes d’experts anti-épidémiques envoyés par le gouvernement chinois en Afrique.

Les experts sont arrivés en Éthiopie le 16 avril, puis se sont rendus à Djibouti le 30 avril. Pendant un mois environ, ils ont partagé leurs expériences et leur savoir-faire anti-épidémiques avec des responsables de la représentation de l’OMS en Union africaine, le CDC africain, et des institutions médicales et des responsables de la santé des deux pays.

Les experts ont visité des hôpitaux, des centres de quarantaine et des centres de test désignés, mené des discussions avec des personnels soignants et fait des propositions ciblées pour le contrôle et le traitement du COVID-19. Le dévouement et le professionnalisme des experts chinois ont été hautement salués par la partie africaine. Le 10 mai, le Premier Ministre djiboutien Abdoulkader Kamil Mohamed a décerné des Médailles de la Journée de l’Indépendance de la République de Djibouti aux 12 membres du groupe d’experts chinois pour leur contribution au pays.

Après la survenue de la pandémie de COVID-19, la Chine a envoyé cinq groupes d’experts médicaux en Afrique et a organisé près de 30 visioconférences avec des pays africains.

Une quarantaine de missions médicalestravaillant déjà en Afrique se sont mises à l’action pour réaliser environ 400 séances de formation afin de partager les expériences anti-épidémiques et dispenser une formation à plus de 20 000 personnels soignants locaux. Ces chiffres montrent clairement un resserrement de la communauté de destin sino-africaine. La Chine continuera à rester ferme aux côtés de ses frères africains et à soutenir leurs efforts pour lutter contre le COVID-19 et remporter la victoire finale contre l’épidémie.

2

CRI : Selon des informations, la Chine et les pays des Caraïbes ayant des relations diplomatiques avec elle ont tenu hier une visioconférence spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19. Que pense la Chine des résultats de cette réunion ? Alors que la pandémie sévit dans le monde, comment la Chine prévoit-elle d’offrir plus de soutien et d’assistance aux pays des Caraïbes aux systèmes de santé publique relativement fragiles ?


280px-Caribbean-3

Les Caraïbes (également nommées la Caraïbe, l’espace caraïbe, ou encore l’espace des Caraïbes) sont une région du globe correspondant au bassin versant de la mer des Caraïbes. On peut les qualifier parfois de « Méditerranée du Nouveau Monde »1. Stricto sensu, les Caraïbes sont une union de territoires du continent américain. Par abus de langage, les Caraïbes sont souvent confondues avec les Antilles.
Dans le langage courant, les Caraïbes sont souvent confondues avec les Antilles comprenant les Grandes Antilles et les Petites Antilles, mais l’espace culturel et économique caribéen s’étend au-delà du seul arc antillais. Y sont incluses les îles Lucayes (Bahamas et les îles Turques-et-Caïques), ainsi que la façade caraïbe du continent américain qui s’étend de l’Amérique centrale au plateau des Guyanes en passant par les plaines côtières de la Colombie et du Venezuela. Plus rarement y sont associées les Bermudes, la Floride, parfois même la Louisiane.
Une autre définition plus vaste englobe le golfe du Mexique, les sections de l’océan Atlantique qui comprennent les Bahamas et les eaux territoriales de la Guyane, du Suriname et du Guyana. Cette définition est donnée par la Convention pour la Protection et le Développement de l’Environnement marin de la région de la Grande Caraïbe, dite Convention de Carthagène, seul traité environnemental régional obligatoire, adoptée à Carthagène (Colombie) le et entrée en vigueur le . Cette convention compte actuellement 21 États contractants sur les 28 compris dans la région, et ses protocoles constituent un engagement légal pour ces pays, en vue de protéger, développer et gérer les eaux communes, de façon individuelle ou conjointe.
La Caraïbe se concrétise au sein d’instances internationales telles que l’Association des États de la Caraïbe et la Communauté caribéenne. CF/https://fr.wikipedia.org/wiki/Cara%C3%AFbes

Zhao Lijian : Hier, la Chine et les pays des Caraïbes ayant des relations diplomatiques avec elle ont tenu une visioconférence spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19.

Zheng Zeguang et  Kenneth Darroux

Des représentants de la Chine et de neuf pays des Caraïbes ont assisté à la réunion co-présidée par le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Zheng Zeguang et le Ministre des Affaires étrangères Kenneth Darroux de la Dominique. Ils ont eu un échange approfondi sur la situation épidémique et la réponse au COVID-19 dans leurs pays, la situation épidémique dans le monde et la coopération internationale contre le COVID-19, la coopération sino-caraïbe dans la lutte contre la pandémie, ainsi que la coordination et la coopération sino-caraïbes dans les affaires internationales, et sont parvenus à un large consensus.

Il s’agit d’une réunion importante entre la Chine et les pays caraïbes à un moment crucial de la lutte mondiale contre le COVID-19.

Toutes les parties sont convenues de renforcer la coopération en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie et de défendre conjointement la sécurité sanitaire publique mondiale.

Elles ont déclaré leur opposition à la politisation, à la stigmatisation et à l’étiquetage de l’épidémie, et leur soutien ferme au rôle de premier plan de l’OMS dans la coopération internationale anti-épidémique.

Les pays caraïbes ont réitéré leur attachement au principe d’une seule Chine et à l’assistance mutuelle avec la Chine sur les questions relatives aux intérêts fondamentaux réciproques et aux préoccupations majeures réciproques. La Chine en exprime sa haute appréciation.

La Chine et les pays des Caraïbes se soutiennent et s’entraident dans la lutte contre le COVID-19, inscrivant une page nouvelle dans l’histoire de l’amitié sino-caraïbe. Cette visioconférence a donné l’orientation à suivre dans la coopération future entre les deux parties dans la lutte contre la pandémie.

La Chine continuera de soutenir fermement les efforts de la partie caraïbe contre le COVID-19, de partager ses expériences et ses solutions de traitement du COVID-19, d’offrir des matériels et de l’assistance technique aux pays caraïbes et facilitera leur approvisionnement de matériels médicaux en Chine. Dans le même temps, nous élargirons activement la coopération pragmatique avec les pays caraïbes dans les domaines du commerce et de l’investissement, et renforcerons la communication et la coordination dans les organisations internationales et régionales pour hisser les relations bilatérales à un niveau plus élevé.

L’épidémie finira par passer, mais l’amitié entre la Chine et les pays caraïbes est durable. L’amitié et la coopération entre les deux parties, après l’épreuve de cette pandémie, seront consolidées et approfondies.

3

AFP : Concernant le projet du gouvernement français de vendre des armes à Taiwan, le Ministère chinois des Affaires étrangères s’y oppose fermement et a demandé à la partie française de retirer son plan. Mais la société française a réfuté les critiques de la Chine.

  • Comment réagissez-vous à cela ?

flf-taiwan-20200512

En avril, le ministère taïwanais de la Défense a confirmé une information révélée par la presse selon laquelle il envisageait de moderniser les système lance-leurres AMGL-1C Dagaie Mk2 installés à bord de ses six frégates légères furtives [FLF] de la classe La Fayette, acquises au début des années 1990, dans des conditions qui défrayèrent la chronique avec l’affaire dite des « frégates de Taïwan » CF/http://www.opex360.com/2020/05/12/la-chine-exhorte-la-france-a-annuler-un-contrat-visant-a-moderniser-les-fregates-de-taiwan/

Zhao Lijian : Nous adoptons une position constante et claire à ce sujet : nous nous opposons fermement à la vente d’armes à la région de Taiwan par d’autres pays ou aux échanges militaires et sécuritaires avec elle. Nous avons exprimé notre sérieuse préoccupation à la partie française.

Une fois encore, nous exhortons la partie française à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine et à retirer son plan de vente d’armes à Taiwan, pour éviter de nuire davantage aux relations sino-françaises.

4

ABC Australia : Le Ministre australien du Commerce, Simon Birmingham, a déclaré qu’il cherchait à s’entretenir avec son homologue chinois du commerce pour discuter de l’interdiction par la Chine de l’importation depuis l’Australie de viande de bœuf et d’une éventuelle taxation de l’orge australienne.

  • La Chine serait-elle disposée à entamer le dialogue au niveau politique avec l’Australie sur ces deux questions ?

Special Sitting Of Parliament Resumes  Ministre australien du Commerce Simon Birmingham

Zhao Lijian : Ces derniers jours, j’ai exprimé la position de la Chine sur l’importation par la Chine de viande de bœuf australienne et les tarifs sur l’orge australienne.

Comme nous l’avons dit, la position de la Chine quant à ses relations avec l’Australie est constante et claire. Des relations saines et stables entre la Chine et l’Australie sont dans l’intérêt commun des deux pays, mais elles nécessitent les efforts des deux parties. Nous espérons que l’Australie travaillera dans le même sens que nous pour, sur la base du principe du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels, faire davantage pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération bilatérale, et servir le partenariat stratégique global sino-australien.

Sur le sujet spécifique que vous avez mentionné, je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents.

5

The Paper : Selon des reportages, le Conseil national de recherches du Canada a déclaré, le 12 mai, que la partie canadienne travaillait avec CanSino Biologics Inc. en Chine pour préparer la voie aux futurs tests de vaccins au Canada. La société prévoit de déposer des demandes d’essais cliniques auprès du Ministère canadien de la Santé.

  • Comment la Chine envisage-t-elle la coopération en matière de santé entre les deux pays, y compris sur le développement de vaccins ?
  • Et quel est le commentaire de la Chine au sujet de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre le COVID-19 depuis son apparition ?
 Yu Xuefeng, co-fondateur, président et chef de la direction de CanSino Biologics Inc., présente lors de la cérémonie de l’inscription de l’entreprise de biotechnologie chinoise CanSino Biologic

Zhao Lijian : Depuis la survenue du COVID-19, la Chine et le Canada se sont prêté soutien et assistance dans le cadre d’une coopération active contre l’épidémie. Les 32 tonnes de matériels médicaux donnés par le gouvernement chinois sont arrivées au Canada ces jours-ci. La Chine a accordé des facilités et de l’assistance à l’achat de matériels médicaux par le Canada en Chine.

Le virus ne connaît pas de frontières et lance un défi à l’humanité tout entière. La recherche et le développement de vaccins sont d’une importance vitale pour la prévention et le contrôle de la pandémie, et constituent la clé pour vaincre le virus.

La Chine poursuit activement une coopération internationale dans la recherche et le développement de médicaments et de vaccins avec bon nombre de pays, y compris le Canada. Nous sommes prêts à travailler de concert avec le Canada et les autres pays du monde pour accélérer le développement et la production de produits médicaux contre le COVID-19, et contribuer à la sécurité sanitaire mondiale et à la lutte conjointe contre la pandémie.

6

Bloomberg : Benjamin Strick, chercheur à Londres, a dit que du 25 avril au 3 mai, il a identifié plus de 1 000 comptes sur Twitter qui étaient liés à la « propagande de fausses informations » par la Chine. Selon lui, les comptes ont été utilisés pour attaquer et critiquer le gouvernement chinois, ainsi que pour attaquer et critiquer les responsables du gouvernement chinois et diffuser des assertions de complot.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

london-uk-panorama-big-ben-westminster-palace-river-thames-sunset-beautiful-57359278

Zhao Lijian : Récemment, certaines personnes ont affirmé que la Chine avait diffusé de fausses informations via la plate-forme Twitter, et la société Twitter a répondu, niant les allégations concernées.

La Chine s’oppose toujours à la fabrication et à la diffusion de fausses informations. Les reportages prétendant que la Chine diffuse de fausses informations via la plate-forme Twitter sont infondés.

Conférence de presse du 13 mai 2020 PH 2 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517834726751616

7

AFP : Des sénateurs républicains américains ont proposé mardi un nouveau projet de loi qui donnera aux autorités exécutives américaines le pouvoir d’imposer des sanctions à la Chine si elle ne donne pas de présentation intégrale et complète de l’épidémie du COVID-19 et ne ferme pas tous les « marchés de produits frais ».

  • La Chine a-t-elle un commentaire à faire quant à cette action des sénateurs républicains américains ?

1724819_1512200909_1604646-1478604485-1604620-1478602234-capitol-hill_565x268p Sénat Américain

Zhao Lijian : Certains sénateurs américains ont proposé ce projet de loi au mépris des faits et tentent, en lançant des enquêtes avec présomption de culpabilité, de rejeter les responsabilités sur la Chine pour l’inefficacité de la réponse à l’épidémie. Cela est très immoral. Nous nous y opposons fermement.

Dès le début de l’épidémie, la Chine a agi dans un esprit ouvert, transparent et responsable. Nous avons maintenu une communication et une coopération étroites avec l’OMS et soutenu ses efforts contre le COVID-19 par des actions concrètes. Tout ce que la Chine a fait est au vu et au su de la communauté internationale. Nous soutenons également un examen rétrospectif et un tour d’horizon, en temps opportun, de la situation épidémique des différents pays pour promouvoir la coopération internationale en matière de santé et la gouvernance mondiale sur la santé publique mondiale afin de mieux réagir à des défis similaires à l’avenir.

La Chine a adopté une législation interdisant complètement la chasse, le commerce, le transport et la consommation illégaux d’animaux sauvages. En Chine, il n’y a pas de soi-disant « marchés de produits frais et de la faune sauvage », comme le prétend l’Occident. Ce que vous pouvez trouver, ce sont des marchés de produits agricoles et des marchés de volaille vivante et de fruits de mer. De tels marchés existent non seulement en Chine, mais sont également très courants dans de nombreux autres pays. Aucune loi internationale ne restreint ce genre de marchés.

Le site web de Politico avait précédemment rendu public un mémorandum de 57 pages envoyé aux agences électorales par le Comité sénatorial national républicain, qui encourage « à attaquer activement la Chine » pour répondre à la crise de l’épidémie.

Il a souligné les trois approches d’attaque, notamment la « propagation du COVID-19 due à la dissimulation de la vérité par la Chine ». L’essentiel du mémorandum consiste à attaquer la Chine chaque fois que l’épidémie est mentionnée. Le scénario américain du rejet des responsabilités a été gravement raté, et cela n’a plus de sens de le poursuivre.

Nous recommandons à certains individus aux États-Unis de ne pas aller trop loin ni de trop s’accrocher à ce scénario. Nous recommandons aux politiciens américains concernés de concentrer leur attention et leur énergie sur la lutte contre l’épidémie et la protection de la population américaine, de bien régler les affaires américaines et de jouer un rôle constructif à la coopération mondiale contre le COVID-19, au lieu de se creuser la tête pour détourner l’attention et rejeter les responsabilités.

8

Bloomberg : Le président du Club de Paris a déclaré dans une interview que la Chine avait accepté d’adhérer avec d’autres pays, en tant que membre du Club de Paris, à une initiative mondiale d’allègement de la dette visant à suspendre le remboursement de la dette des pays pauvres pour les aider à faire face à l’épidémie.

  • Pouvez-vous confirmer si la Chine suspendra le remboursement de la dette par les pays concernés ?
Map_of_Paris_Club  En vert, les vingt-deux pays membres permanents du club de Paris : l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, le Canada, la Corée du Sud, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la Fédération de Russie, la Finlande, la France, l’Irlande, Israël, l’Italie, le Japon, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.
…Ce forum a été créé progressivement à partir de 1956, date de la première négociation entre l’Argentine et ses créanciers publics à Paris. Il traite les dettes publiques, c’est-à-dire celles des gouvernements et celles du secteur privé garanties par le secteur public. Un processus identique a lieu pour les dettes publiques détenues par des créanciers privés, au sein du club de Londres, qui s’est structuré au cours des années 2020 sur le modèle du club de Paris : c’est un groupe informel de banques commerciales qui se réunissent pour renégocier les créances qu’elles détiennent sur des débiteurs souverains. cf/https://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_Paris

Zhao Lijian : La Chine n’est pas membre du Club de Paris. Depuis 2013, la Chine a commencé à participer régulièrement aux activités du Club à titre de non-membre. Nous maintenons une communication continue avec les membres du Club de Paris.

Affectée par l’épidémie, l’économie mondiale est confrontée à une pression à la baisse accrue, les facteurs d’instabilité et d’incertitude ont augmenté, et de nombreux pays en développement font face à des défis de développement économique et des risques d’endettement accrus.

La Chine, fidèle à la vision de la construction d’une communauté de destin pour l’humanité et à la bonne conception de la justice et des intérêts, a aidé les autres pays en développement, dans la mesure de ses capacités, dans leurs efforts pour la réduction de la pauvreté et le développement.

Récemment, la Chine a participé à l’« initiative du G20 sur la suspension des paiements de la dette des pays les plus pauvres », et a été d’accord pour que les pays concernés suspendent le paiement du principal et des intérêts du 1er mai 2020 à la fin de l’année. La Chine renforcera la communication et la coopération avec toutes les parties pour mettre en œuvre les mesures de suivi de cette initiative. Nous appelons aux institutions financières multilatérales et aux créanciers privés concernés à prendre les mesures appropriées pour alléger les charges de la dette des pays en développement qui rencontrent des difficultés.

Nous entendons continuer à travailler de concert avec toutes les parties pour minimiser les retombées de cette pandémie sur l’économie mondiale et les économies de tous les pays, et réaliser le développement partagé.

9

CNN : Selon certaines informations, des débris de la fusée chinoise Longue Marche 5B lancée la semaine dernière sont tombés dans au moins deux villages de Côte d’Ivoire, en Afrique.

  • Pouvez-vous le confirmer et donner plus d’informations à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n’ai aucune information à ce sujet et je vous conseille de vous adresser aux départements compétents.

10

Reuters : Le gouvernement américain fait pression sur le conseil d’administration d’un fonds d’épargne-retraite fédéral pour qu’il n’investisse pas dans certaines entreprises chinoises qui, selon lui, violent les droits de l’homme et menacent la sécurité nationale américaine.

  • Quel est votre commentaire à ce sujet ?

systeme-retraite-etats-unis-infos-expatries-une-1600x500  fonds d’épargne-retraite fédéral Américaine

Zhao Lijian : Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, dans l’ère de la mondialisation, les intérêts de tous les pays sont étroitement liés et interdépendants.

La coopération économique sino-américaine est au fond mutuellement avantageuse. Ces dernières années, le marché des capitaux chinois a attiré des investisseurs du monde entier, y compris des États-Unis. Cela témoigne de la confiance des investisseurs internationaux dans la tendance à l’amélioration du développement économique de la Chine, et de leur reconnaissance de la réforme et de l’ouverture du marché chinois des capitaux.

Il n’est pas conforme aux lois économiques de créer arbitrairement des obstacles ou même de politiser les investissements américains normaux sur le marché chinois sous le prétexte de la sûreté nationale. Cela ne fera que leur faire rater des opportunités et porter atteinte aux intérêts des investisseurs américains.

11

Reuters : Une commission relevant du Congrès américain a déclaré que l’exclusion de Taiwan par l’OMS avait entraîné la perte de plus de vies humaines dans la pandémie.

  • Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je pense que vous faites référence à la commission de l’examen économique et de la sécurité américano-chinoise au Congrès américain. Ses rapports, pleins de préjugés, dénaturent toujours les faits.

La position de la Chine sur la participation de Taiwan aux activités concernées de l’OMS est claire et constante, à savoir que la question doit être traitée conformément au principe d’une seule Chine. Dans le respect du principe d’une seule Chine, le gouvernement central chinois a pris les dispositions appropriées pour la participation de Taiwan aux affaires sanitaires mondiales, ce qui assure que la région de Taiwan pourra réagir rapidement et efficacement aux urgences de santé publique qui surviendront dans l’île ou dans le monde.

La région de Taiwan n’est jamais exclue du système mondial anti-épidémique de l’OMS.

Depuis l’apparition du COVID-19, les autorités du Parti démocrate progressiste à Taiwan ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire des manœuvres politiques et faire du tapage autour de la participation de Taiwan à l’OMS et à l’Assemblée mondiale de la Santé.

Leur véritable intention est de solliciter du soutien étranger et de rechercher l’« indépendance de Taiwan » sous le prétexte de la pandémie. Nous nous y opposons fermement. Leur tentative n’aboutira jamais.

La Chine exhorte la partie concernée américaine à respecter le principe d’une seule Chine et à cesser de soutenir les manœuvres politiques des autorités taiwanaises pour obtenir l’« indépendance » sous le couvert de la réponse à l’épidémie, afin d’éviter de perturber la solidarité et la coopération mondiales contre la pandémie.

Conférence de presse du 13 mai 2020 PH 3 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517834726769664


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1779998.shtml


grande-muraille-chine-powerstock

2/Conférence de presse du 14 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Conférence de presse du 14 mai 2020 PH 4 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517841507279893

12

CCTV : Nous avons appris que des pays, dont le Swaziland et le Nicaragua, ont présenté à l’OMS une proposition pour « inviter Taiwan à assister à l’Assemblée mondiale de la Santé de cette année en tant qu’observateur ». Quelques pays font tout pour pousser les discussions sur cette proposition à l’Assemblée mondiale de la Santé.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

WHO

Zhao Lijian : La 73e Assemblée mondiale de la Santé se tiendra les 18 et 19 mai. En raison de l’épidémie de COVID-19, elle aura lieu sous forme de visioconférence. Selon le consensus du Conseil exécutif de l’OMS, l’ordre du jour de cette année sera considérablement réduit pour couvrir uniquement les points essentiels tels que l’épidémie de COVID-19 et l’élection du Conseil exécutif. Cela reflète le souhait sincère et partagé des États membres de se concentrer, à l’occasion de cette session de l’Assemblée mondiale de la Santé, sur la coopération internationale contre le COVID-19.

La Chine s’oppose fermement à la soi-disant proposition du Swaziland et d’un petit nombre de pays pour inviter la région de Taiwan à assister à cette Assemblée mondiale de la Santé à titre d’observateur.

La participation de la région de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé doit être gérée conformément au principe d’une seule Chine.

Il s’agit également d’un principe fondamental consacré par la résolution 2758 de l’Assemblée générale de l’ONU et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Dans le respect du principe d’une seule Chine, le gouvernement central chinois a pris les dispositions appropriées pour la participation de Taiwan aux affaires sanitaires mondiales, ce qui assure que la région de Taiwan pourrait réagir rapidement et efficacement aux urgences de santé publique qui surviendraient dans l’île ou dans le monde. Par conséquent, la région de Taiwan n’est en aucun cas une soi-disant « lacune » dans les efforts internationaux contre l’épidémie.

L’Assemblée mondiale de la Santé a rejeté pendant plusieurs années consécutives la proposition relative à Taiwan, avancée par une poignée de pays, ce qui montre pleinement le consensus de la communauté internationale pour adhérer au principe d’une seule Chine.

Je tiens à réitérer que ces quelques pays insistent pour discuter de la proposition relative à la région de Taiwan dans le but de perturber gravement l’Assemblée mondiale de la Santé et de saboter la coopération internationale anti-pandémique. La communauté internationale, y compris la Chine, s’oppose fermement à cela.

13

AFP : Des morceaux de la fusée chinoise Longue Marche 5B sont tombés en Afrique ces derniers jours. La Chine en est-elle au courant ? Pouvez-vous le confirmer et donner plus de détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n’ai aucune information à ce sujet et je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents.

14

Beijing Media Network : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo et d’autres responsables américains ont de nouveau déclaré que le refus par la Chine de partager les informations nécessaires pour protéger la sécurité des Américains avait conduit à la propagation de la pandémie. Ils ont également appelé la Chine à être transparente.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

pompeoMike Pompeo

Zhao Lijian : Un mensonge répété mille fois est toujours un mensonge. Je pense que nous devons laisser parler les faits.Quant aux accusations incessantes de certains politiciens américains selon lesquelles la Chine n’a pas partagé les informations en temps utile et n’a pas été transparente, et que le retard a conduit à la propagation de la pandémie, nous avons élaboré à plusieurs reprises le calendrier de ce que la Chine avait fait pour répondre à l’épidémie, et les faits sont clairs comme le jour.

https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/16x9/covid-19-robert-redfield-directeur-centres-americains-de-prevention-et-de-lutte-contre-les-maladies.jpg

L’avenir du Dr Robert Redfield au sein des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis serait incertain, selon CNN.Photo : Associated Press / Alex Brandon

 

Comme je l’ai lu dans les médias, le directeur du CDC américain Robert Redfield a déclaré, lors d’une audience au Sénat le 12 mai, que la Chine avait informé, le 31 décembre 2019, la représentation de l’OMS en Chine des cas de pneumonie de cause inconnue à Wuhan.

Deux jours plus tard, soit le 2 janvier 2020, le CDC américain a contacté la partie chinoise et a eu des discussions au niveau scientifique. Il y a eu une très bonne communication entre les deux parties.

https://m1.quebecormedia.com/emp/emp/1f9e0990-9612-11ea-9834-8b30ae6437a7_ORIGINAL.jpg?impolicy=crop-resize&x=0&y=0&w=993&h=800&width=500

Le Dr Rick Bright, ancien directeur de la Biomedical Advanced Research and Development Authority relevant du Département américain de la Santé et des Services sociaux, a rendu public le 13 mai un témoignage qu’il produira au Congrès, dans lequel il a déclaré qu’en janvier, il avait averti les États-Unis de s’apprêter à réagir au nouveau coronavirus, mais que la direction du Département de la Santé, sans daigner y jeter un regard, n’avait pas voulu prendre des mesures urgentes.

Il existe de nombreux reportages et discussions aux États-Unis sur la façon dont les États-Unis gèrent cette crise. La population américaine en a fait l’expérience directe. De nombreuses voix contestent et s’inquiètent de savoir si l’administration américaine a réagi à l’épidémie rapidement et efficacement. Nous espérons que les États-Unis répondront aux préoccupations de leur population dans un esprit ouvert, transparent et responsable et en temps utile, et prendront des mesures efficaces pour protéger la vie et la santé de leur population, au lieu de jeter les responsabilités aveuglément.

15

RIA Novosti : Selon le « Global Times », la Chine envisage des mesures punitives à l’encontre de législateurs américains, au niveau étatique, et d’individus ayant concocté des projets de loi anti-chinois sous le prétexte du COVID-19.

  • Pouvez-vous confirmer cela ?

d1f2dcba-85fe-11e6-8fff-f52227c06034_1280x720

Zhao Lijian : Aux États-Unis, certains individus n’ont pas réagi efficacement à l’épidémie et n’ont pas su faire confiance au peuple américain. Mais au lieu de réfléchir à la manière d’améliorer leur travail, ils se sont livrés à des manipulations politiques en cherchant par tous les moyens à lancer des poursuites contre la Chine et à rejeter les responsabilités sur elle.

Récemment, les médias américains ont dévoilé le mémorandum républicain sur l‘« attaque active contre la Chine » en réponse à l’épidémie et ont révélé au monde les artifices de ces individus.

Nous exhortons la partie américaine à cesser de noircir la Chine, de favoriser l’adoption des projets de loi anti-chinois et à mettre fin à leurs poursuites abusives contre la Chine. Elle devrait concentrer son énergie sur la lutte contre le COVID-19 et la sauvegarde des vies de la population américaine. La partie américaine devra arrêter son jeu de blâme, car il est très ennuyeux et absurde.

Je n’ai pas d’autres commentaires au sujet de la question de savoir s’il y aura des sanctions contre les entités et les individus américains.

16

Shenzhen TV : Le 13 mai, un porte-parole du Département d’État américain a déclaré dans un communiqué de presse envoyé par courrier électronique que le Directeur général de l’OMS Tedros avait le droit d’inviter Taiwan en tant qu’observateur et qu’ils l’appelaient à le faire. De 2009 à 2016, la région de Taiwan a été invitée par l’ex-Directrice générale de l’OMS Margaret Chan à assister à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant qu’observateur. Mais après que le DPP a remporté les élections en 2016, l’Assemblée mondiale de la Santé a unilatéralement mis fin à l’invitation de Taiwan. La participation de Taiwan est conforme aux résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU et de l’Assemblée mondiale de la Santé.

  • Comment la Chine réagit-elle à cet égard ?
  • Certains disent que la Chine politise la question de la santé en excluant Taiwan de l’Assemblée mondiale de la Santé simplement parce que le DPP est devenu le parti au pouvoir après avoir remporté les élections. Quelle est la réaction de la Chine à cette affirmation ?

bruce-aylward-taiwan

La lutte de Taïwan pour sa reconnaissance internationale face à la Chine passe désormais par le coronavirus, relate Le Monde. Le petit État insulaire, indépendant de facto depuis un demi-siècle, reproche à l’OMS de ne pas avoir pris en compte ses avertissements sur les risques de transmission interhumaine de Covid-19. Une lettre avait été envoyée à cet effet le 31 décembre 2019 à l’OMS, alors que la Chine continentale s’appliquait encore à minimiser l’ampleur de la crise sanitaire. Le directeur général de l’organisation, Tedros Ghebreyesus, se défend quant à lui de toute légèreté..Pourquoi c’est intéressant. Dans sa lutte, Taïwan peut compter sur le soutien des États-Unis, décidés à disputer le leadership chinois et prompts à dénoncer la véracité des chiffres officiels chinois, après avoir plus que tardé à réagir à la crise. Quant à l’OMS, elle peine à convaincre de son indépendance, au regard des hommages appuyés apportés à la Chine pour sa gestion de la crise et le renversement de sa courbe épidémique. L’organisation se trouve en fait prise dans des enjeux géopolitiques qui la dépassent, alors même qu’elle dépend du soutien financier des Etats-membres pour ses (maigres) finances.Mais c’est un épisode médiatique devenu viral qui a mis le feu aux poudres: interrogé le 28 mars à la TV hongkongaise sur le statut de Taïwan à l’OMS, l’épidémiologiste Bruce Aylward, qui a dirigé la mission de l’organisation en Chine, a préféré faire mine de ne pas entendre la question, et garder le silence pendant plusieurs secondes avant une interruption de la ligne.cf/https://www.heidi.news/sante/coronavirus-le-torchon-brule-entre-taiwan-soutenue-par-les-etats-unis-et-l-oms

 

Zhao Lijian : Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde et la région de Taiwan est une partie intégrante du territoire chinois. En tant qu’institution spécialisée des Nations Unies, l’OMS devrait traiter les questions liées à Taiwan en stricte conformité avec le principe d’une seule Chine affirmé dans la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Aucune base juridique ne peut être trouvée dans la Constitution de l’OMS ou dans le Règlement intérieur de l’Assemblée mondiale de la Santé pour justifier la participation de la région d’un État souverain à l’Assemblée mondiale de la Santé à titre d’observateur.

De 2009 à 2016, à travers des consultations entre les deux rives du détroit et sur la base de l’attachement des deux côtés au « consensus de 1992 » incarnant le principe d’une seule Chine, le gouvernement central chinois a pris des dispositions spéciales pour que la région de Taiwan participe à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant qu’observateur. Le directeur général de l’OMS a invité la région de Taiwan à participer à l’Assemblée mondiale de la Santé en tant qu’observateur et à la condition préalable de non-objection de tous les États membres de l’OMS, mais cela ne constituait pas un précédent.

Depuis son arrivée au pouvoir, le DPP de Taiwan, qui adhère obstinément à la position séparatiste pour l’« indépendance de Taiwan », a refusé de reconnaître que les deux côtés du détroit appartiennent à la même Chine.

En conséquence, la base politique permettant à la région chinoise de Taiwan de participer à l’Assemblée mondiale de la Santé n’existe plus. Cette base a été unilatéralement rejetée par les autorités du DPP. La situation de l’incapacité de Taiwan à participer à l’Assemblée mondiale de la Santé a été causée par les autorités du DPP, et les autorités du DPP en sont bien conscientes. Dans l’éventualité où la Chine et la plupart des pays s’opposent fermement à la participation de la région de Taiwan, il est tout naturel que le Directeur général n’ait pas pu lui lancer d’invitation.

Selon le consensus dégagé par le Conseil exécutif de l’OMS, l’ordre du jour sera considérablement réduit cette année pour ne couvrir que des points essentiels comme la pandémie de COVID-19 et l’élection du Conseil exécutif.

Cela reflète le souhait partagé des États membres de se concentrer sur la coopération internationale contre le COVID-19 lors de cette assemblée. Je voudrais réitérer que le principe d’une seule Chine est l’aspiration de la communauté internationale et la tendance générale de notre époque. L’Assemblée mondiale de la Santé a depuis longtemps pris une décision finale sur les questions liées à Taiwan. Les quelques pays qui insistent pour discuter de la proposition relative à la région de Taiwan ne cherchent qu’à perturber gravement cette Assemblée mondiale de la Santé et à saboter la coopération mondiale contre la pandémie. La communauté internationale, y compris la Chine, s’y oppose fermement.

Conférence de presse du 14 mai 2020 PH 5 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517841507293356

17

Agence de presse Xinhua : Les procureurs généraux républicains de 14 États, dont le procureur général de Floride Ashley Moody, ont adressé une lettre cosignée au Président Donald Trump le 13 mai, réclamant un partenariat entre le gouvernement fédéral et les différents États pour tenir la Chine responsable des dommages causés par la propagation du COVID-19, et envisager l’éventualité de prendre des mesures juridiques, économiques, diplomatiques et sécuritaires contre la Chine.

  • Quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai précisé la position de la Chine en répondant à la question de RIA Novosti. Nous exhortons la partie américaine à cesser de calomnier la Chine, à cesser d’examiner et de faire avancer des projets de loi anti-chinois, et à mettre fin aux poursuites abusives contre la Chine. Ils devraient concentrer leur énergie dans la lutte contre l’épidémie et la sauvegarde de la vie et de la santé de la population américaine. Il est grand temps qu’ils arrêtent de jouer à un jeu de réprimande aussi ridicule et ennuyeux.

18

Agence de presse Yonhap : Hier, les Chefs d’État chinois et sud-coréen ont eu un entretien téléphonique et discuté de la visite du Président Xi Jinping en République de Corée, d’autres points de l’ordre du jour et des projets pour faire avancer les relations bilatérales.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

indexXi Jinping et le Président Moon Jae-in Le Président Xi Jinping et le Président Moon Jae-in

Zhao Lijian : Le Président Xi Jinping et le Président Moon Jae-in, dans leur entretien téléphonique qui a eu lieu hier soir, ont eu un échange de vues approfondi sur des questions telles que la coopération anti-épidémique entre les deux pays et les relations bilatérales, parvenant à un consensus important.

Tous deux ont hautement apprécié les résultats de la lutte contre le COVID-19 dans leurs pays respectifs et ont convenu que la coopération bilatérale anti-épidémique efficace avait non seulement servi l’intérêt général de la lutte anti-épidémique dans les deux pays, mais a également accumulé des expériences utiles et donné un bon exemple pour lutter contre l’épidémie dans le monde.

Concernant les relations bilatérales, le Président Xi Jinping a déclaré qu’il attachait une grande importance au développement des relations sino-sud-coréennes et entendait intensifier la communication stratégique avec le Président Moon Jae-in pour porter les relations bilatérales à un niveau supérieur. Le Président Moon Jae-in a renouvelé son invitation pour que le Président Xi Jinping effectue une visite en République de Corée, et a dit qu’il attendait cette visite avec impatience. Il a également exprimé son souhait de renforcer la coopération et les échanges avec la Chine pour faire avancer sans discontinuer les relations bilatérales.

En ce qui concerne les questions spécifiques que vous avez posées, les échanges de haut niveau jouent un rôle important dans l’orientation du développement des relations sino-sud-coréennes. Les deux parties ont toujours maintenu une communication à ce sujet. S’il y a quelque chose de nouveau, nous vous tiendrons au courant.

19

Beijing Youth Daily : Le 12 mai, plusieurs attaques terroristes contre des civils ont été perpétrées à Kaboul, capitale afghane, et dans la province de Nangarhar, faisant des dizaines de victimes. L’État islamique a revendiqué la responsabilité d’une partie des attaques, tandis que les talibans ont nié toute implication.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

attaques terroristes contre des civils ont été perpétrées à Kaboul, capitale afghane, index

Zhao Lijian : Nous avons pris note des reportages concernés. Nous condamnons les attaques terroristes visant des civils, nous exprimons nos profondes condoléances aux victimes, et notre sincère sympathie aux blessés et aux familles endeuillées.

La Chine continuera de soutenir le gouvernement et le peuple afghans dans leur lutte contre le terrorisme pour préserver la stabilité nationale et la sécurité de la population et créer des conditions favorables au processus de paix et de réconciliation dans le pays.

20

AFP : Le dirigeant américain a qualifié hier le COVID-19 d’« épidémie venue de Chine », et a déclaré que même la conclusion de 100 accords commerciaux avec la Chine ne pourrait pas compenser les pertes causées par l’épidémie à l’économie américaine.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

imagesLe dirigeant américain

Zhao Lijian : La pandémie ne connaît ni frontières ni races, elle lance un défi commun à toute l’humanité et constitue un cas de force majeure.

Si les politiciens américains placent vraiment la vie de la population américaine au premier plan, ils devraient immédiatement cesser de salir les autres pays et de rejeter les responsabilités sur eux. La bonne voie à suivre pour eux réside dans la prévention et le contrôle de l’épidémie dans leur pays, et la promotion de la coopération mondiale.

21

China News Service : Après la réunion spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19 entre la Chine et les pays des Caraïbes que vous avez présentée hier, la Chine et les pays insulaires du Pacifique ont également tenu une réunion spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19 le 13 mai.

  • Pouvez-vous nous parler des résultats de la réunion et du plan de coopération entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique ?

covid-19-conception-epidemie-coronavirus-cellule-virus-fond-carte-du-monde-rouge-3d-2019-ncov-illustration-epidemique-du-sras-dangereux-pour-banniere-depliant-promotionnel_1314-2647

Zhao Lijian : La Chine et les pays insulaires du Pacifique ont tenu hier une réunion spéciale des Vice-Ministres des Affaires étrangères sur le COVID-19 sous forme de visioconférence. Coprésidée par le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Zheng Zeguang et le Ministre des Affaires étrangères Patrick Pruaitch de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la visioconférence a réuni les représentants de la Chine et de 10 pays insulaires du Pacifique qui ont des relations diplomatiques avec la Chine. Ils ont échangé des vues de manière approfondie sur la situation épidémique et les mesures anti-épidémiques dans leurs pays, les efforts de prévention et de contrôle dans le monde, la coopération bilatérale entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique et la coordination relative à la lutte contre l’épidémie dans les affaires multilatérales, pour parvenir à un large consensus. Un communiqué de presse conjoint a été publié à l’issue de la réunion.

chine pacific 137612402_15424138517731n

PORT MORESBY, 16 novembre (Xinhua) — Le président chinois Xi Jinping et les dirigeants et responsables de huit pays des îles du Pacifique se sont rencontrés vendredi dans la capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) et sont convenus de hisser leurs relations au niveau de partenariat stratégique global basé sur le respect mutuel et le développement commun.
Le président Xi a prononcé le discours liminaire de la réunion collective qui a rassemblé le Premier ministre de la PNG, Peter O’Neill, le président des États fédérés de Micronésie, Peter Christian, le Premier ministre des Samoa, Tuilaepa Malielegaoi, le Premier ministre de Vanuatu, Charlot Salwai, le Premier ministre des îles Cook, Henry Puna, le Premier ministre des Tonga, Samuela Akilisi Pohiva, le Premier ministre de Niue, Toke Talagi, ainsi que le représentant du gouvernement fidjien, Ratu Inoke Kubuabola, ministre de la Défense du pays.
Le président chinois a formulé des suggestions sur le développement des relations de la Chine avec les pays des îles du Pacifique dans la nouvelle conjoncture, soulignant que les deux parties devraient saisir cette occasion et travailler ensemble pour un avenir meilleur.cf/http://french.xinhuanet.com/2018-11/17/c_137612402.htm

La Chine et les pays insulaires du Pacifique sont liés par une amitié de longue date. L’année dernière, les Îles Salomon ont établi des relations diplomatiques avec la Chine et Kiribati a repris ses relations diplomatiques avec la Chine, rejoignant la grande famille de coopération d’amitié entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique. Dans la lutte contre la pandémie, les pays insulaires du Pacifique ont à la fois des avantages uniques et des fragilités. Ils ont attaché une grande importance à la réponse anti-épidémique et pris des mesures actives en fonction de leurs conditions nationales. Au moment le plus difficile de la lutte contre le COVID-19 pour la Chine, les pays insulaires du Pacifique nous ont exprimé leur sympathie et leur soutien sous différentes formes. La Chine, pour répondre au bienfait par un bienfait, a partagé avec les différents pays ses expériences en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie, ainsi que de diagnostic et de traitement, et leur a fourni activement une assistance matérielle, ce qui illustre pleinement la profonde amitié entre le peuple chinois et les peuples des pays insulaires du Pacifique qui s’entraident et qui partagent heurs et malheurs.

Carte_de_la_Communauté_du_Pacifique_(ZEE_bleu_sombre)

 

États indépendants Pays ou territoires non indépendants, à statut spécial ou largement autonomes

Lors de la réunion spéciale, toutes les parties ont communiqué les informations sur la situation épidémique, ont échangé leurs expériences dans la lutte contre le COVID-19, et ont discuté des moyens d’approfondir leur coopération. Elles sont convenues que les virus ne connaissent ni frontières ni races, et qu’ils sont l’ennemi commun de l’humanité. Elles ont souligné l’importance, en adoptant une attitude scientifique, de s’opposer à la politisation, à la stigmatisation et à l’étiquetage de la situation épidémique, et d’aider les Nations Unies et l’OMS à jouer un rôle de premier plan dans la coopération internationale contre le COVID-19. Les différentes parties sont convenues de renforcer la communication et la coordination dans les affaires mondiales et régionales, de soutenir fermement le multilatéralisme et de sauvegarder ensemble les intérêts des pays en développement. Elles ont réitéré leur engagement à se prêter soutien sur les questions concernant leurs intérêts fondamentaux et leurs préoccupations majeures. Elles s’efforceront d’approfondir les échanges et la coopération dans différents domaines et œuvreront à l’obtention de plus de résultats dans les partenariats stratégiques globaux fondés sur le respect mutuel et le développement partagé. Les pays insulaires du Pacifique ont réaffirmé leur attachement au principe d’une seule Chine.

Fidèle à la conception d’une communauté de destin pour l’humanité, la Chine continuera de renforcer la coopération anti-épidémique avec les pays insulaires du Pacifique, et partagera ses expériences et ses solutions de traitement pour aider les pays insulaires dans la mesure de ses capacités. La Chine est également prête à travailler avec les pays insulaires du Pacifique, en portant le regard sur l’époque post-épidémique, pour élargir activement la coopération pragmatique dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », promouvoir la stabilisation et la reprise rapide des économies pour le mieux-être des populations.

22

CRI : La vidéoconférence des Ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) s’est tenue hier. Quel est le commentaire de la Chine au sujet des résultats de cette réunion et de son importance pour la réponse mondiale au COVID-19 ?

Wang Yi assiste à une vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères de l'OCS W020200517831568785455  Wang Yi assiste à une vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères de l’OCS 13 mai 2020

Zhao Lijian : Hier, les États membres de l’OCS ont tenu une visioconférence des Ministres des Affaires étrangères, qui a publié une déclaration sur la lutte contre le COVID-19.

 

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a assisté à cette visioconférence et a présenté une proposition en quatre points, déclarant qu’étant donné la propagation du COVID-19 dans le monde, les pays de l’OCS sont soumis à des épreuves sérieuses, que toutes les parties devraient contribuer à la « force de l’OCS » en portant haut levé le « drapeau de l’OCS ». Il a appelé tous les États membres à promouvoir la solidarité et la coordination dans la lutte contre la pandémie, à travailler ensemble pour gagner la bataille mondiale contre l’épidémie, promouvoir la coopération en matière de sécurité pour maintenir la paix et la stabilité régionales, promouvoir la coopération mutuellement avantageuse pour réaliser le développement partagé, promouvoir le multilatéralisme pour défendre et améliorer le système international.

Toutes les parties sont convenues que la communauté internationale devrait défendre le multilatéralisme, faire jouer pleinement le rôle de direction et de coordination du système onusien et travailler ensemble pour lutter contre la pandémie.

Les États membres de l’OCS devraient faire rayonner l’« esprit de Shanghai », faire preuve de solidarité, soutenir le rôle important de l’OMS et mener une coopération efficace avec elle pour faire face ensemble à la pandémie. Toutes les parties devraient renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, faciliter la circulation ordonnée et sans entraves des personnes et des marchandises, faire face conjointement à l’impact de la pandémie sur la croissance économique régionale et s’opposer à l’unilatéralisme, aux pratiques d’intimidation et à la stigmatisation au nom de la pandémie.

L’OCS est une organisation internationale de caractère régional d’influence importante. Dans le cadre de la lutte mondiale contre le COVID-19, il est particulièrement important que les Ministres des Affaires étrangères des États membres de l’OCS tiennent cette réunion. Elle témoigne de la belle tradition de solidarité et de la ferme volonté de surmonter les difficultés avec les autres pays du monde. La Chine travaillera avec les autres États membres de l’OCS pour, en restant fidèles à la conception de la communauté de destin pour l’humanité, approfondir la solidarité et la coordination, et contribuer à la « force de l’OCS » pour que la région et le monde remportent la victoire contre le COVID-19 dans les meilleurs délais.

Conférence de presse du 14 mai 2020 PH 6 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517841507309329

23

CNR : Les Ministres de la Santé de Chine et de 17 pays d’Europe centrale et orientale (PECO) ont tenu hier une visioconférence spéciale sur le COVID-19.

  • Pouvez-vous nous indiquer les points phares de la conférence ?

En outre, la Chine s’est déclarée prête à faire de la coopération en matière de santé un nouveau pôle de croissance et un pilier de la coopération Chine-PECO.

  • Pouvez-vous présenter plus de détails à ce sujet ?

Ministres de la Santé de la Chine et de 17 pays d'Europe centrale2

Zhao Lijian : Les Ministres de la Santé de la Chine et de 17 pays d’Europe centrale et orientale ont tenu une visioconférence spéciale sur le COVID-19 hier après-midi. Il s’agit d’un autre événement important pour les deux parties consistant à partager leurs expériences anti-épidémiques après la visioconférence des experts médicaux tenue avec succès en mars.

Les différentes parties présentes à la réunion ont présenté le développement de la situation épidémique et la lutte contre l’épidémie dans leurs pays respectifs, salué la solidarité, la coopération et l’entraide dont toutes les parties ont fait preuve dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, et ont avancé des propositions de coopération pour l’avenir.

La Chine s’est déclarée prête à consolider le consensus avec les pays d’Europe centrale et orientale, à soutenir le rôle de l’OMS, à mener activement la coopération internationale dans le domaine de la prévention et du contrôle synergiques, à continuer d’élargir la coopération sanitaire entre les institutions en s’appuyant sur le réseau existant de coopération sanitaire, et à s’efforcer de faire de la coopération en matière de santé un nouveau pôle de croissance et un pilier important de la coopération Chine-PECO pour construire la communauté de santé pour l’humanité.

Bon nombre de pays ont insisté sur leur souhait d’améliorer les échanges et la coopération dans la lutte contre l’épidémie à travers la coopération Chine-PECO et d’autres plateformes, et de contribuer à des solutions mondiales par la promotion du multilatéralisme. Ils espèrent également continuer à partager leur savoir-faire pour prévenir des rebonds du COVID-19 et reprendre le développement socio-économique.

24

AFP : Le FBI a publié hier un rapport accusant des pirates chinois d’avoir tenté de voler des informations de recherche sur le traitement et les vaccins contre le COVID-19.

  • Est-ce vrai que des pirates chinois ont tenté de voler des informations américaines ?

274346_vignette_capture-d-e-cran-2014-06-03-a-16.14.43

Zhao Lijian : J’ai exposé la position chinoise sur cette question il y a quelques jours. La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition à de telles actions calomnieuses de la part des États-Unis.

À en juger par leurs antécédents, les États-Unis ont mené les activités de cyberespionnage les plus importantes à l’échelle mondiale. La Chine a déjà réalisé d’importants résultats stratégiques dans la lutte contre le COVID-19 et occupe l’une des premières places mondiales dans la recherche sur le traitement et les vaccins contre le COVID-19. Par conséquent, c’est la Chine qui a le plus de raisons de s’inquiéter des cyberespionnages.

Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, la Chine est un ferme défenseur de la cybersécurité et l’une des plus grandes victimes des cyberattaques. Depuis toujours, nous nous opposons fermement aux cyberattaques sous toutes leurs formes et les combattons conformément à la loi. Dans le contexte marqué par la propagation du COVID-19 dans le monde entier, toute cyberattaque qui sabote les efforts mondiaux contre la pandémie devrait être condamnée sans équivoque par tous.

Je tiens à souligner que les rumeurs et les noircissements ne peuvent pas éliminer le virus, et les calomnies et les accusations ne peuvent pas vaincre l’épidémie. Nous exhortons les États-Unis à concentrer toute leur énergie pour sauver des vies et à jouer un rôle constructif dans le renforcement de la coopération sino-américaine contre l’épidémie, et le maintien de la sécurité sanitaire publique mondiale. Ils doivent s’abstenir de détourner l’attention et de rejeter les responsabilités sur d’autre pays.

25

China Daily : Le Conseiller américain à la sécurité nationale Robert O’Brien, a déclaré le 12 mai qu’il y avait eu cinq fléaux en provenance de Chine pendant les 20 dernières années, y compris le SRAS, la grippe aviaire, la grippe porcine et le COVID-19, et qu’il ne faudrait plus laisser la Chine propager d’autres virus et épidémies.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Le Conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O'Brien, 8630836

Zhao Lijian : Dans leurs tentatives de salir les autres, des politiciens américains affirment souvent à des sottises. M. O’Brien devrait éclaircir les faits avant de parler. Selon des médias, la grippe porcine de 2009 est reconnue comme ayant commencé aux États-Unis, et le sida est également apparu d’abord aux États-Unis.

Nous sommes toujours d’avis que les maladies infectieuses ne connaissent ni frontières ni races, et sont des défis communs à toute l’humanité. Face à l’épidémie actuelle, les politiciens américains ne devraient pas jeter aveuglément les responsabilités sur autrui, car ceci ne résoudra pas le problème américain. Ils devraient se concentrer sur leurs propres actions de prévention et de contrôle et promouvoir la coopération internationale. C’est là le bon moyen qui leur permettra de sortir de cette crise.

26

Reuters : La marine américaine a annoncé aujourd’hui qu’un destroyer a navigué dans le détroit de Taiwan. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine a surveillé de près, et du début à la fin, la navigation du bâtiment de guerre américain dans le détroit de Taiwan. Nous espérons que la partie américaine traitera de manière appropriée la question concernée et jouera un rôle constructif dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales, au lieu de faire le contraire.

Conférence de presse du 14 mai 2020 PH 7 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200517841507312140


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1780000.shtml

ZZ0019b91ed62e15d5449407

3/Conférence de presse du 15 mai 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

Conférence de presse du 15 mai 2020 PH 8 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200520363617744434

27

CCTV : Hier, des experts de la province du Hubei ont eu des échanges avec des experts de la santé palestiniens par liaison vidéo.

  • Pourriez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

CHINA-PALESTINIAN-DIPLOMACY Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président chinois, à Pékin, le 18 juillet 2017. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / Mark Schiefelbein)


Zhao Lijian : Le 14 mai, des experts médicaux et en contrôle des maladies de la Commission provinciale de la Santé du Hubei, de la Commission municipale de la Santé de Wuhan, de l’Hôpital Jinyintan de Wuhan et d’autres institutions médicales ont eu des discussions approfondies par liaison vidéo avec leurs homologues palestiniens sur le diagnostic et le traitement du COVID-19, la prévention et le contrôle de l’épidémie, la reprise du travail et de la production et autres sujets.

La visioconférence a donné de bons résultats. Il s’agit de la troisième séance d’échanges entre experts par liaison vidéo organisée par la Chine pour la Palestine depuis la survenue du COVID-19. La partie palestinienne a remercié la Chine et a estimé que cette visioconférence aidera la Palestine à lutter contre le virus et à améliorer sa préparation.

Je tiens à souligner que la Chine était toujours un bon ami et partenaire de la Palestine.Cette visioconférence démontre notre amitié traditionnelle. C’est aussi une action concrète de la Chine pour bâtir une communauté de destin pour l’humanité et lutter conjointement contre le virus avec les pays de la région. Après la survenue du COVID-19, les dirigeants chinois et palestiniens ont échangé des messages de sympathie. La Chine a fourni des masques, des combinaisons de protection, des réactifs de test et d’autres matériels à la Palestine, et a partagé son expérience de lutte contre l’épidémie avec des experts palestiniens par liaison vidéo.

Alors que le COVID-19 continue de se propager, la communauté internationale devrait attacher de l’importance à la vie et à la santé du peuple palestinien, répondre aux préoccupations en matière de lutte contre l’épidémie des réfugiés en Palestine et en dehors de la Palestine, ainsi que de leurs pays d’accueil, et apporter une assistance concrète à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui fournit depuis longtemps une aide et un soutien humanitaires à la Palestine.

En tant que grand pays responsable, la Chine continuera de soutenir autant que possible la Palestine et les pays de la région pour vaincre le virus le plus tôt possible.

28

AFP : Le Président américain Trump a déclaré hier qu’il pourrait rompre les relations avec la Chine.

  • La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

trump_7

Zhao Lijian : Maintenir la stabilité et le développement des relations sino-américaines sert les intérêts fondamentaux des peuples des deux pays et favorise la paix et la stabilité mondiales. A l’heure actuelle, la Chine et les Etats-Unis devraient renforcer leur coopération pour vaincre l’épidémie le plus tôt possible et se concentrer sur le traitement des patients et la reprise du développement économique et de la production. Ceci, bien sûr, appelle les Etats-Unis et la Chine à aller dans le même sens.

29

China News Service : Selon des sources, les autorités du Parti démocrate progressiste sollicitent un soutien pour la participation de Taïwan à la 73e Assemblée mondiale de la Santé, affirmant qu’il y aura une « lacune » dans les efforts mondiaux contre l’épidémie si Taïwan ne peut y participer. Une poignée de pays, y compris les Etats-Unis, demandent à l’OMS d’inviter la région de Taïwan à y assister en tant qu’observateur et poussent pour que l’Assemblée mondiale de la Santé discute de cette proposition.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

DPP-Taiwan.svg

Le Parti démocrate progressiste (PDP) ou Minjindang (民進黨 ou « Parti du peuple qui avance », DPP, en anglais, Democratic Progressive Party), est un parti politique taïwanais actuellement au pouvoir à Taïwan, ainsi qu’entre l’année 2000 et 2008.
 Fondé le , le PDP est le premier parti d’opposition autorisé à Taïwan après la fin de la loi martiale en 1987. Jusque-là, le pays était dirigé sans partage par le Kuomintang.
Le parti remporte l’élection présidentielle pour la première fois en 2000 avec Chen Shui-bian. Ce dernier reste à la tête du pays jusqu’en 2008. À cette date, de multiples accusations de corruption endommagent la réputation du parti et du président, au bénéfice du Kuomintang qui remporte l’élection présidentielle. Mais en 2016 le parti revient aux affaires à la suite de la victoire de Tsai Ing-wen. En 2020, Tsai Ing-wen est réélue présidente.

Zhao Lijian : Dernièrement, j’ai commenté à maintes reprises la soi-disant participation de la région de Taïwan à l’Assemblée mondiale de la Santé. Depuis l’apparition du COVID-19, les autorités du Parti démocrate progressiste de Taïwan sont occupées à faire des manipulations politiques et à faire du tapage autour de la soi-disant « participation de Taïwan à l’Assemblée mondiale de la Santé » à des occasions internationales. Leur véritable intention est de rechercher l’« indépendance » sous le prétexte de la pandémie avec l’aide de certains pays occidentaux. Nous nous opposons fermement à cela. Leurs tentatives ne sauraient jamais aboutir.

La participation de la région de Taïwan, qui fait partie de la Chine, doit être gérée conformément au principe d’une seule Chine. C’est également un principe fondamental entériné par la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations unies et la résolution 25.1 de l’Assemblée mondiale de la Santé. Depuis que le Parti démocrate progressiste est arrivé au pouvoir en 2016, il adhère obstinément à la position séparatiste de l’« indépendance de Taïwan » et refuse de reconnaître que les deux rives du détroit de Taïwan appartiennent à une seule et même Chine. En conséquence, le fondement politique de la participation de la région de Taïwan à l’Assemblée mondiale de la Santé a cessé d’exister. Les autorités du Parti démocrate progressiste sont la seule partie responsable du fait que la région de Taïwan n’ait pas pu participer à l’Assemblée mondiale de la Santé. Les autorités du Parti démocrate progressiste le comprennent bien.

Le gouvernement central chinois attache toujours une grande importance à la santé et au bien-être des compatriotes de Taïwan. En janvier dernier, le gouvernement central a accueilli des experts de Taïwan se rendant à Wuhan pour observer les efforts de lutte contre l’épidémie sur le terrain. Au 15 mai, le gouvernement central a communiqué 152 fois les informations sur le COVID-19 à la région de Taïwan. Depuis 2019, sur la base du principe d’une seule Chine, 24 experts de la région de Taïwan ont participé en 16 groupes aux activités techniques de l’OMS. La région de Taïwan a un accès sans entrave aux informations sur l’épidémie, il n’existe donc pas de soi-disant « lacune » dans les efforts mondiaux contre l’épidémie.

Selon le consensus atteint par le Conseil exécutif de l’OMS, l’ordre du jour de cette année ne couvrira que des points essentiels tels que la pandémie de COVID-19 et l’élection du Conseil exécutif. Cela reflète le souhait partagé des Etats membres de se concentrer sur la coopération internationale dans la lutte contre le COVID-19 lors de cette Assemblée mondiale de la Santé. L’Assemblée mondiale de la Santé a pendant de nombreuses années consécutives rejeté les propositions d’une poignée de pays concernant la région de Taïwan, démontrant pleinement que le principe d’une seule Chine correspond à l’aspiration commune de la communauté internationale et à la tendance générale, et ne peut être contesté. Les quelques pays qui s’obstinent à discuter de la proposition concernant la région de Taïwan ne visent qu’à politiser la question de la santé afin de rechercher des gains politiques égoïstes même sans hésiter à détourner l’Assemblée mondiale de la Santé et à saper la coopération mondiale contre la pandémie. Leur tentative perturbera inévitablement le déroulement des séances de l’Assemblée mondiale de la Santé, sapera la coopération internationale et suscitera certainement l’opposition ferme de la grande majorité de la communauté internationale.

Conférence de presse du 15 mai 2020 PH 9 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200520363617758459

30

Associated Press of Pakistan : Hier, le Sénat du Pakistan a adopté à l’unanimité une résolution saluant les mesures décisives et opportunes prises par la Chine pour lutter contre le nouveau coronavirus sous la direction du Président Xi Jinping et remerciant la Chine pour son précieux soutien au Pakistan. Il a également souligné que le virus était un ennemi de toute l’humanité et ne devait pas être politisé ou utilisé pour stigmatiser la Chine.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

le Sénat du Pakistan 33277_736 le Sénat du Pakistan

Zhao Lijian : Je suis heureux de répondre à cette question d’un ami pakistanais.

La Chine apprécie l’adoption de la résolution par le Sénat du Pakistan. Depuis le début de l’épidémie, la Chine et le Pakistan se sont soutenus et ont travaillé en étroite collaboration pour la combattre. Nous n’oublierons jamais qu’au moment crucial de la lutte de la Chine contre le virus, le Pakistan a mobilisé toutes ses ressources pour procurer des fournitures médicales à la Chine. Le gouvernement chinois a également envoyé des équipes médicales, fourni de nombreux lots d’aides à titre gratuit et mobilisé activement les divers milieux sociaux pour faire don d’argent et de matériel afin de soutenir le Pakistan. Cela prouve que la Chine et le Pakistan sont de vrais amis et de bons frères partageant heurs et malheurs.

Le virus ne connaît pas de frontières ni de races. Calomnier et stigmatiser d’autres pays revient à saper et à perturber la coopération internationale contre le virus. Les faits sont clairs et la justice prévaut toujours. Nous apprécions hautement la position objective et juste du Pakistan sur cette question. Nous aimerions, à la lumière du concept de communauté de destin pour l’humanité, continuer de renforcer la coopération dans la lutte contre l’épidémie avec la communauté internationale, y compris le Pakistan, et de travailler ensemble pour remporter la victoire finale dans la lutte mondiale contre le COVID-19.

31

CCTV : Certains médias occidentaux, comme ceux des Etats-Unis et du Royaume-Uni, ont récemment publié des articles selon lesquels « la Russie falsifie son taux de mortalité liée au COVID-19 ». La Russie a réfuté ces allégations à plusieurs reprises.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Cornovirusv2

Zhao Lijian : Nous avons remarqué que certains médias occidentaux faisaient du tapage autour de la question du taux de mortalité liée au COVID-19 en Russie. La partie russe a clairement fait part de son opposition à cela.

La Chine soutient fermement les efforts de la Russie contre le COVID-19 et estime que, sous la forte direction du Président Poutine, le peuple russe remportera la victoire finale contre la pandémie.

La Chine estime que la solidarité, la coordination et le soutien mutuel sont l’arme la plus puissante contre le virus. La communauté internationale est à un moment crucial de la lutte contre la pandémie, ce qui nous donne plus de raisons de nous unir pour surmonter les difficultés présentes, au lieu de sauter aux conclusions et de pointer les autres du doigt.

Conférence de presse du 15 mai 2020 PH 10 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200520363617761362

32

Tass : La porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré jeudi que Moscou considérait la question de « l’adhésion de la Chine au nouveau traité START » comme complètement fabriquée, car elle entraînerait la Chine dans des mécanismes bilatéraux russo-américains. « Pendant ce temps, l’adhésion des plus proches alliés des Etats-Unis à ces négociations, le Royaume-Uni et la France en particulier, reste notre priorité », a-t-elle déclaré. Selon la porte-parole, la Russie a officiellement proposé aux Etats-Unis de prolonger le nouveau START pour cinq ans sans aucune condition préalable afin de gagner du temps pour une évaluation conjointe des défis et menaces actuels dans ce domaine.

  • Comment commentez-vous cette déclaration ?

2566963894

Zhao Lijian : La prolongation du nouveau traité START, le seul accord bilatéral important existant entre les Etats-Unis et la Russie sur le désarmement nucléaire, a retenu l’attention de la communauté internationale. Cette question touche non seulement aux relations de sécurité stratégique russo-américaines, mais aussi à la stabilité stratégique mondiale.

La Chine n’a pas l’intention de prendre part à une négociation trilatérale sur la maîtrise des armements. Les Etats-Unis et la Russie, avec les plus grands arsenaux nucléaires du monde, devraient assumer sérieusement leur responsabilité spéciale et prioritaire en matière de désarmement nucléaire, prolonger le nouveau traité START, réduire considérablement leurs arsenaux nucléaires et créer les conditions permettant à d’autres Etats dotés d’armes nucléaires de se joindre aux négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire.

33

Agence de presse Xinhua : Alors que le COVID-19 continue de se propager à l’échelle mondiale, de nombreux programmes d’échange entre les peuples ont été interrompus ou se déroulent en ligne. Dans de telles circonstances, lors de la 44e Journée internationale des musées, qui tombe le 18 mai, plusieurs musées et médias chinois prévoient de relayer des événements en direct. La plateforme de diffusion en ligne de l’application Xinhua News retransmettra en direct tous ces événements. C’est une façon très créative de promouvoir les échanges culturels entre la Chine et le reste du monde.

  • Qu’en pensez-vous ?

palace-museum-beijing-online-visit-panoramic-2

Zhao Lijian : J’ai également noté que, comme les gens ont tendance à éviter les réunions en face à face et à passer à Internet pour de plus en plus de leurs activités quotidiennes en raison du COVID-19, les modes de vie en ligne ont prospéré. Comme vous l’avez dit, pour la Journée internationale des musées 2020, les musées et les médias chinois sont sortis des sentiers battus et ont décidé de relayer des événements en ligne. De cette façon, les visiteurs de musées du monde entier pourront apprécier chez eux la culture chinoise, découvrir les dernières tendances des musées chinois, et faire l’expérience virtuelle de tous les aspects de la société chinoise. Nous souhaitons le succès à cet événement.

34

Beijing Youth Daily : Les missions diplomatiques américaines dans les pays de l’ASEAN ont reproduit un article intitulé « Les nations de l’Asie du Sud-Est défient la Chine au sujet des revendications maritimes », selon lequel les pays d’Asie du Sud-Est font face aux revendications des droits et intérêts de la Chine en mer de Chine méridionale. Je me demande comment vous commentez cela.

https://img.lemde.fr/2018/09/07/0/69/2362/1575/630/0/60/0/eb536e4_oXofPv5wiFmWU2ORcPJXhZrP.jpg Le porte-avions chinois « Liaoning », entouré d’autres navires militaires, en mer de Chine orientale, en avril 2018. – / AFP

Zhao Lijian : Nous avons également pris note de cet article. Ce n’est qu’un patchwork de pièces déformées avec une logique défectueuse. Je ne veux pas perdre trop de temps à le réfuter.

En reproduisant un tel article sur leurs plateformes officielles, certains pays ont révélé leur mauvaise intention de faire des manœuvres politiques au sujet de la mer de Chine méridionale. Nous exhortons la partie concernée à cesser de semer la discorde entre les pays de la région et à éviter de saper la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale ou à perturber les efforts internationaux contre la pandémie.

35

The Papier : Selon le Globe and Mail du Canada, l’Ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton, a déclaré lors d’une session du Conseil international du Canada qu’il appuyait un « examen rigoureux » au sujet de l’Organisation mondiale de la Santé et de la propagation du nouveau coronavirus, une fois le pire de la pandémie terminé. Les diplomates chinois ont adopté une approche intransigeante dans le monde entier, endommageant le soft power de la Chine.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

l'Ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton 25240700-18b7-11e8-81ca-7fb0ca94ebd0_JDX-2x1_WEB  l’Ambassadeur du Canada en Chine Dominic Barton

Zhao Lijian : J’ai pris note du reportage concerné. Nous l’avons vérifié et en avons conclu qu’il n’était pas factuel. Nous notons que, depuis le début de l’épidémie, la partie canadienne s’est à plusieurs reprises déclarée prête à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre le virus sur la base de la science et des preuves.

En ce qui concerne l’évaluation de la réponse au COVID-19, la partie chinoise a clairement exprimé sa position à plusieurs reprises. Je ne la répéterai pas. Quant à la politique extérieure de la Chine, ce n’est pas notre tradition d’être arrogants et provocants et nous n’emprunterons jamais la voie où toute grande puissance devrait pratiquer l’hégémonie. Nous restons toujours attachés à la politique étrangère indépendante et pacifique et promouvons les échanges sur un pied d’égalité, l’entente et l’amitié avec le reste du monde, ce qui est hautement apprécié par la communauté internationale. Nous espérons que les médias concernés rejetteront leurs préjugés et feront des reportages objectifs sur la Chine et les relations entre la Chine et le Canada, et cesseront de faire de faux reportages.

36

Reuters : Taïwan Semiconductor Manufacturing Company va investir 12 milliards de dollars aux Etats-Unis pour construire une nouvelle usine. Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré qu’il s’agissait d’une décision importante à un moment où la Chine tentait de dominer les technologies de pointe et de contrôler les industries critiques.

  • La Chine pense-t-elle que cet investissement est un autre élément de la stratégie américaine visant à « découpler » les économies chinoise et américaine ?

Taïwan Semiconductor Manufacturing Company corporate_headquarters  Taïwan Semiconductor Manufacturing Company

Zhao Lijian : En règle générale, nous ne commentons pas la production ou le plan commercial d’une quelconque entreprise.

Nous avons dit à maintes reprises que la coopération entre la Chine et les Etats-Unis dans divers domaines tels que le commerce et l’investissement est par nature mutuellement bénéfique. La coopération profite à chacune de nos deux parties, la confrontation nuit à l’une comme à l’autre. Le découplage ou la rupture des relations ne mèneront nulle part. Nous exhortons les Etats-Unis à abandonner la mentalité de la guerre froide et la conception périmée du jeu à somme nulle, à appréhender correctement les échanges et la coopération avec la Chine dans les domaines de la science et de la technologie, de l’économie et du commerce, et à travailler pour renforcer la confiance mutuelle et la coopération sino-américaines.

37

Beijing Daily : Selon le Daily Beast, le Washington Post et certains autres médias américains, des sources du CDC américain ont révélé que la Maison Blanche, considérant que le nombre actuel de décès aux Etats-Unis était trop élevé, a pressé le CDC de changer la façon dont il comptait les décès dus au coronavirus, de sorte que le nombre de morts signalés soit moins élevé.

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note de ces reportages. Je pense que ce sont les Etats-Unis qui devraient répondre à cette question.

38

PTI : Ma question concerne le projet de barrage Diamer-Bhasha au Pakistan. Le porte-parole du Ministère indien des Affaires extérieures a déclaré hier : « L’ensemble du territoire des Territoires de l’Union du Jammu-et-Cachemire et du Ladakh a été, est et sera partie intégrante et inaliénable de l’Inde » ; « Nous avons constamment fait part de nos protestations et de nos préoccupations auprès du Pakistan et de la Chine sur tous ces projets dans les territoires indiens sous occupation illégale du Pakistan. »

  • Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

projet de barrage Diamer-Bhasha au Pakistan. w1920q85_csm_diamer_basha_eng_bild_5a4a8b24f7  projet de barrage Diamer-Bhasha au Pakistan.

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question du Cachemire est cohérente. La coopération économique entre la Chine et le Pakistan vise à stimuler la croissance économique locale et à améliorer le bien-être des populations locales, et est donc dans l’intérêt de tous.

Conférence de presse du 15 mai 2020 PH 11 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian W020200520363617771833


SOURCE/https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1780829.shtml

RESUME-1-11

Une réflexion au sujet de « 3799 – Conférences de presse du 13,14 et 15 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s