3566 – Conférences de presse du 19, 20, 21, 22 et 25 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

Conférence de presse du 19 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 1.USA, Mike Pompeo et Hong Kong
  2. 2.USA, Mike Pompeo et Israël/Cisjordanie souveraineté colonisation
  3. 3.Le Secrétaire américain à la Défense Mark Esper et ASEAN … Chine
  4. 4.Hong Kong … Loi Fondamendale … le port de masques interdit
  5. 5.Huaweï USA « licence » 90 jours

Conférence de presse du 20 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 6.Hong Kong USA Droit de l’Homme
  2. 7.Hong Kong USA riposte chinoise
  3. 8.Chine USA Droit de l’Homme + Simon Cheng/Torture ?
  4. 9.Simon Cheng et SA torture
  5. 10.Ingérences coopération Chine Russie ?
  6. 11.Voir la 10
  7. 12.Comme la 7
  8. 13.FBI /Chine sur le droit de la « propriété  intellectuelle » de la « recherche »
  9. 14.Réunion Afghane retardée ?

Conférence de presse du 21 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 15.Conseiller d’État Wang Yi à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G20 et sa visite officielle au Japon.

  2. 16….États-Unis a adopté hier le « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». … Réactions de la Chine … Contre-mesures ?
  3. 17.Chine Royaume Uni et l’affaire de Simon Cheng
  4. 18.Suite du 17
  5. 19.Chine Japon … Echanges Socio-Culturels et détente
  6. 20.USA/Chine Hong Kong « Droit de l’Homme » la Chine condamne + Promotion de la Province du Qinghai à découvrir

Conférence de presse du 22 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 21.11e Forum d’investissement « Russia Calling » + Déclaration de V.Poutine

  2. 22.La République de Corée et le Japon mettront fin à l’Accord sur la sécurité générale des informations militaires
  3. 23.USA un citoyen chinois accusé de vol de secrets commerciaux
  4. 24.rapport Open Doors 2019 publié par l’US Institute of International Éducation, restriction au niveau des étudiants chinois
  5. 25.le chinois State Grid Corp détient 40 % du capital de la National Grid Corporation des Philippines
  6. 26.la police malaisienne aurait arrêté 680 citoyens chinois soupçonnés de fraude en matière de télécommunications
  7. 27.Le « ministre des Affaires étrangères » (de Taiwan) a également déclaré que la Chine exportait la corruption et l’autoritarisme vers ces pays.
  8. 28.sur la guerre commerciale avec les États-Unis
  9. 29.la Chine a invité le Représentant américain du Commerce, Robert Lighthizer, et le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, à Beijing
  10. 30.la marine américaine ont mené des opérations de « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale
  11. 31.Duncan Lewis, a déclaré que la Chine voulait prendre le contrôle du système politique australien

Conférence de presse du 25 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

  1. 32.le Forum sur la sécurité du Moyen-Orient les 27 et 28 novembre à Beijing.

  2. 33.Hong Kong & déclaration de Trump
  3. 34.Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a annoncé qu’il participerait aux consultations sur le contrôle des armements le 27 novembre à Beijing.
  4. 35.Huawei Technologies Company et ZTE Corp. en tant que sociétés constituant une menace pour la sécurité nationale des USA
  5. 36.la déclaration du Chinois Wang Liqiang devant les médias australiens
  6. 37.sanctions contre une organisation non gouvernementale (ONG) américaine appelée Asia Catalyst, pour ses projets menés en Chine.
  7. 38.les documents internes concernant le Xinjiang publiés par les médias internationaux dimanche avaient été fabriqués de toutes pièces
  8. 39.Carrie Lam doit-elle continuer à rester à son poste de chef de l’exécutif de la Région administrative spéciale de Hong Kong ?
  9. 40.le corridor économique Chine-Pakistan a lourdement endetté le Pakistan et le modèle américain de coopération économique est meilleur que celui de la Chine.dixit A.Wells.
  10. 41.élections locales de Hong Kong sont plus favorables au camp « pro-démocratie ».
  11. 42.complot chinois visant à implanter un espion chinois au Parlement du Commonwealth d’Australie.

Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

Conférence de presse du 19 novembre 2019 tenue le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 1 DU 19-11-2019 --- W020191119600392769299

Q 1 : Le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré le 18 novembre lors d’une conférence de presse que les États-Unis étaient gravement préoccupés par l’aggravation des troubles politiques et de la violence à Hong Kong.
Le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong assume la responsabilité première et la violence d’une quelconque partie est inacceptable. La Chine doit honorer ses promesses de libertés envers la population de Hong Kong, telles qu’elles sont inscrites dans la Déclaration commune sino-britannique.
Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

USA Mike Pompeo le 18 novembre 2019 pompeo_0Mike Pompeo le 18 novembre 2019

R : Le sabotage et les crimes commis par des criminels violents à Hong Kong se sont intensifiés ces derniers jours, ce qui met en danger la vie et les biens des Hongkongais, bafoue l’État de droit et l’ordre social, sape la stabilité et la prospérité de la ville et défie le seuil de tolérance du principe « un pays, deux systèmes ». Tout cela a plongé Hong Kong dans une situation extrêmement dangereuse.
Mettre fin à la violence et au chaos et rétablir l’ordre constituent la tâche la plus urgente de Hong Kong à l’heure actuelle. Le gouvernement central soutient fermement le gouvernement de la RAS de Hong Kong dirigé par le chef de l’exécutif pour gouverner conformément à la loi, la police de Hong Kong dans l’application stricte de la loi et l’organe judiciaire de Hong Kong dans ses efforts visant à traduire les criminels en justice conformément à la loi.
Les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n’a le droit de s’y immiscer. Les remarques récentes des États-Unis sur Hong Kong, bien qu’impartiales en apparence, révèlent en réalité leurs intentions cachées de tenter de se mêler des affaires de Hong Kong ainsi que leur pratique du « deux poids, deux mesures » pour les crimes violents. Entretenir la confusion entre les mesures prises par la police de Hong Kong pour mettre fin à la violence et au chaos et les crimes violents des forces radicales est une profanation de l’État de droit et des droits de l’Homme.

En ce qui concerne les soi-disant promesses de la Chine dans la Déclaration commune sino-britannique, je voudrais indiquer clairement ceci :

avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, les droits et obligations concernant la partie britannique énoncés dans la Déclaration commune sino-britannique ont tous été respectés.

Les États-Unis ne disposent d’aucun fondement juridique et ne sont pas non plus en mesure d’invoquer la Déclaration commune sino-britannique pour s’immiscer dans les affaires de Hong Kong.

Nous exhortons les États-Unis à respecter réellement la souveraineté de la Chine, à cesser de faire des remarques irresponsables, à cesser de tolérer et d’encourager les crimes violents de manière déguisée, à cesser de se mêler des affaires de Hong Kong et de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine.

Je tiens à souligner que le gouvernement chinois est déterminé à protéger la souveraineté, la sécurité nationale et les intérêts de développement du pays, à mettre en œuvre la politique « un pays, deux systèmes » et à s’opposer à toute ingérence d’une quelconque force étrangère dans les affaires de Hong Kon

CHINE 2 DU 19-11-2019 --- W020191119600392770661

Q 2 : Le 18 novembre, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que l’établissement de colonies de peuplement israéliennes n’était pas contraire au droit international et que le fait de prétendre que l’établissement de colonies de peuplement violait le droit international ne faisait pas avancer la cause de la paix.
Les États-Unis ne préjugent pas du statut ultime de la Cisjordanie ni ne sapent la perspective de la « solution à deux États ». Ce n’est pas un feu vert pour la construction de nouvelles colonies. Israël a salué et apprécié ces propos de la partie américaine, alors que la présidence palestinienne et l’Union européenne les ont rejetés dans leurs déclarations.
Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

West_Bank_Access_Restrictions.pdf.jpgCarte des colonies israéliennes en Cisjordanie Crédits : Gillian HANDYSIDEAFP

R : La question des colonies de peuplement est l’un des sujets majeurs dans les négociations entre la Palestine et Israël concernant le statut ultime.
Selon la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies, il est contraire au droit international d’établir des colonies de peuplement dans les territoires occupés de la Palestine, y compris Jérusalem-Est.
Au vu de la situation sérieuse entre la Palestine et Israël, la Chine appelle les États-Unis à assumer leurs responsabilités, à faire des efforts constructifs, à éviter d’aggraver la confrontation et à s’abstenir de compliquer davantage la question de la Palestine.
Q 3 : Le Secrétaire américain à la Défense Mark Esper a déclaré lors d’une réunion avec ses homologues de l’ASEAN que les activités de la Chine en mer de Chine méridionale constituaient une menace pour les autres pays et que l’ASEAN ne pouvait permettre à la Chine de manipuler le Code de conduite en mer de Chine méridionale.
L’armée américaine a mené cette année les plus fréquentes opérations de « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale au cours des 25 dernières années, ce qui revêt une importance particulière dans le contexte des activités de militarisation menées par la Chine dans la région.
Quel est le commentaire de la Chine sur ces remarques ?
 R : Depuis longtemps, les États-Unis tentent de perturber la situation en mer de Chine méridionale et de saper la paix et la stabilité dans la région en fomentant des troubles et en semant la discorde. Les pays de la région en sont bien conscients.
Grâce aux efforts conjugués de la Chine et des pays de l’ASEAN, la situation en mer de Chine méridionale est généralement stable et s’inscrit dans une tendance d’amélioration, et la liberté de navigation ne pose aucun problème.

chine 22e Sommet Chine-ASEAN 066567a7ae8a98c990b190e128dcbfa5

Lors du 22e Sommet Chine-ASEAN qui s’est tenu récemment, toutes les parties ont été satisfaites et inspirées par les progrès réalisés dans les négociations du Code de conduite en mer de Chine méridionale.
La Chine est prête à travailler avec les pays de l’ASEAN pour surmonter les perturbations et faire progresser les consultations selon le calendrier fixé sur la base d’une concertation d’égal à égal.
La Chine et les pays de l’ASEAN ont la confiance, la sagesse et la capacité de faire de la mer de Chine méridionale un océan de paix, d’amitié et de coopération, et de maintenir durables la paix et la stabilité dans la région.

Toutefois, comme le dit le proverbe chinois, « l’arbre préfère le calme mais le vent ne cesse de souffler ». Sous le prétexte de la « liberté de navigation », les États-Unis ont fréquemment envoyé des navires et des avions militaires dans cette région pour effectuer des actes de provocation dans les eaux territoriales d’autres pays ou des exercices militaires conjoints visant à démontrer leur force.

L’intrusion délibérée des États-Unis est à l’origine des tensions dans la situation en mer de Chine méridionale et leur tentative de semer la discorde constitue une menace pour la paix et la stabilité régionales.
Nous exhortons les États-Unis à saisir l’élan positif et la tendance à l’amélioration dans la situation régionale, à respecter et à soutenir les efforts des pays de la région pour préserver la stabilité régionale, à mettre fin aux pratiques peu constructives, irresponsables et impopulaires et à cesser de perturber et de saper la paix, la stabilité et la coopération mutuellement bénéfique en mer de Chine méridionale.

CHINE 3 DU 19-11-2019 --- W020191119600392776782

Q 4 : Hier, un tribunal de Hong Kong a prononcé une décision selon laquelle l’interdiction des masques n’était pas compatible avec la Loi fondamentale.
Étant donné la déclaration de l’APN de ce matin, la Chine a-t-elle l’intention de publier une interprétation de la Loi fondamentale ?
Et si oui, cela va-t-il entrer en conflit avec le principe « un pays, deux systèmes » ?

Chine Hong Kong 5dd35ea02500005410d2d768

ASSOCIATED PRESSLa décision de la justice hongkongaise sur l’interdiction du masque irrite Pékin (de manifestants avec un masque de Guy Fawkes le 7 novembre 2019)
R : Je crois que vous comprenez qu’il ne s’agit pas d’une affaire diplomatique.
Les porte-parole de la Commission des Affaires législatives du Comité permanent de l’APN et du Bureau des Affaires de Hong Kong et de Macao du Conseil des Affaires D’état ont publié des déclarations sur cette décision. Ils ont clairement indiqué la position du gouvernement central à ce sujet.
Q 5 : Les États-Unis ont offert lundi une nouvelle période de licence de 90 jours à Huawei, lui permettant de continuer à travailler avec ses homologues américains.
Le gouvernement chinois fait-il quelque chose pour créer des conditions favorables à Huawei ?
S’agit-il d’un sujet de discussion majeur dans les consultations économiques et commerciales sino-américaines, voire d’une condition préalable à la signature d’un accord de phase I ?

chine Les États-Unis ont offert lundi une nouvelle période de licence de 90 jours à Huawei hw02

R : En ce qui concerne la prolongation de la période de licence, Huawei a déjà donné une réponse. Nous avons également énoncé notre position à plusieurs reprises auparavant. Nous exhortons les États-Unis à cesser d’abuser du concept de sécurité nationale et des mesures de contrôle des exportations, de pratiquer la discrimination contre des entreprises ciblées d’autres pays, et de politiser les questions économiques et commerciales.

Vous avez également demandé si le gouvernement chinois avait fait quelque chose pour créer des conditions favorables à Huawei ou à d’autres sociétés chinoises. Je peux vous dire clairement que nous ne demandons aux gouvernements étrangers aucune faveur pour les entreprises chinoises, mais un traitement d’égal à égal pour elles, y compris Huawei.

En ce qui concerne les consultations économiques et commerciales sino-américaines, il n’y a pas si longtemps, les chefs des deux équipes ont eu une conversation téléphonique. D’après ce que je sais, les deux parties restent toujours en contact étroit

CHINE 4 DU 19-11-2019 --- W020191119600392789855

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1717945.shtml


Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

Conférence de presse du 20 novembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 5 DU 20-11-2019 --- W020191125366837448996

Q 6 : Depuis plus de cinq mois, les violences illégales à grande échelle qui se sont poursuivies ont plongé Hong Kong dans une situation extrêmement dangereuse. Le 19 novembre, heure locale, le Sénat américain a adopté le « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong », malgré l’opposition de la Chine.
Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

usa le Sénat américainsénat américain

R : Le 19 novembre, le Sénat américain a examiné et adopté le « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ».

Ce projet de loi, en faisant fi des faits, en mêlant le vrai et le faux, en allant à l’encontre de la vérité et en usant des deux poids deux mesures, intervient sans vergogne dans les affaires de Hong Kong, interfère dans les affaires intérieures de la Chine et viole gravement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine exprime sa vive condamnation et sa ferme opposition à cet égard.
Depuis plus de cinq mois, des actes radicaux, violents et criminels perpétrés à Hong Kong ont gravement menacé la sécurité des personnes et de leurs biens, foulé aux pieds la primauté du droit et l’ordre social, porté gravement atteinte à la prospérité et à la stabilité à Hong Kong et défié le principe fondamental d’« un pays, deux systèmes ».

La question à laquelle Hong Kong est confrontée n’est pas une question de droits de l’homme ou de démocratie, mais plutôt celle de l’urgence de mettre fin à la violence et au chaos, de faire respecter la loi et de rétablir l’ordre le plus rapidement possible.

Le gouvernement central continuera à soutenir sans réserve le gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong dans la gestion de Hong Kong en vertu de la loi,

  • il soutient sans réserve la police de Hong Kong dans l’application scrupuleuse de la loi,
  • et il soutient sans réserve l’organe judiciaire de Hong Kong dans la punition des criminels violents conformément à la loi,
  • la protection de la sécurité des personnes et des biens des habitants de Hong Kong, pour préserver la prospérité et la stabilité à Hong Kong.

Depuis le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, la pratique d‘« un pays, deux systèmes » a été couronnée de succès universellement reconnus. Les habitants de Hong Kong jouissent maintenant de droits démocratiques jamais connus dans l’histoire et exercent leurs libertés en vertu de la loi.

Le Congrès américain, qui a adopté le projet de loi concerné, au mépris de la réalité et du bonheur de la population de Hong Kong et pour des fins politiques inavouables, a embelli les actes criminels sous prétexte de la recherche des droits de l’homme et de la démocratie, alors que des criminels violents se sont livrés à la violence, au saccage et à la destruction par incendie, ont brutalisé et attaqué des civils innocents, occupé par la force des campus universitaires et encerclé des étudiants, et agressé des policiers de manière préméditée.
Il agit ainsi pour enhardir les forces radicales et les éléments violents qui s’opposent à la Chine et qui tentent de perturber Hong Kong et de nuire à la prospérité et à la stabilité de Hong Kong, dans l’objectif de réaliser sa sinistre tentative d’entraver le développement de la Chine sous le couvert de la question liée à Hong Kong.

De tels agissements pervers américains compromettront non seulement les intérêts de la Chine, mais également les importants intérêts des États-Unis à Hong Kong. En fait, toutes les tentatives américaines pour intervenir dans les affaires intérieures de la Chine et empêcher le développement de la Chine seront vaines.

Je tiens à souligner encore une fois que Hong Kong fait partie de la Chine et que les affaires de Hong Kong sont des affaires purement intérieures de la Chine.

Nous avertissons sévèrement les États-Unis qu’ils doivent percevoir la situation, mettre fin à leurs actes avant qu’il ne soit trop tard et prendre immédiatement des mesures pour empêcher que le projet ne devienne une loi. Les États-Unis doivent cesser immédiatement de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, y compris celles de Hong Kong, pour ne pas attirer le feu sur eux-mêmes et récolter le fruit amer de leurs actes insensés.

La Chine prendra des contre-mesures énergiques pour préserver sa souveraineté nationale, ses intérêts de sécurité et de développement si les États-Unis persistent dans cette voie.

Q 7 : Vous venez de dire que si les États-Unis adoptent finalement ce « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong », la Chine lancera des contre-mesures énergiques.
Pourriez-vous nous dire quelles seront ces contre-mesures ?

USA-Chine

R : Comme je viens de le dire, nous condamnons vivement l’adoption du « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong » par le Sénat américain, et nous nous y opposons fermement. Nous avons effectué une démarche solennelle auprès de la partie américaine.
Cet acte perfide des États-Unis portera atteinte non seulement aux intérêts chinois, mais également aux importants intérêts américains à Hong Kong. Nous avertissons les États-Unis qu’il faut percevoir la situation, s’arrêter pile devant un péril et prendre immédiatement des mesures pour empêcher que le projet ne devienne une loi. Les États-Unis doivent cesser immédiatement de s’ingérer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.
La Chine prendra des contre-mesures énergiques si les États-Unis continuent d’agir arbitrairement. Personne ne doit sous-estimer la détermination de la Chine à défendre sa souveraineté nationale, ses intérêts de sécurité et de développement, à appliquer le principe d’« un pays, deux systèmes » et à préserver la prospérité et la stabilité de Hong Kong.

CHINE 6 DU 20-11-2019 --- W020191125366837455576

Q 8 : Premièrement, un responsable du Ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué le chargé d’affaires américain pour parler de l’adoption par le Sénat américain du « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ».
Pouvez-vous nous dire combien de fois la partie chinoise a convoqué des responsables américains au sujet des questions relatives à Hong Kong depuis l’an dernier ?
Deuxièmement, la police de Shenzhen a arrêté en août dernier Simon Cheng, ancien employé du consulat général britannique à Hong Kong, pour avoir sollicité des prostituées. Cheng a déclaré aux médias qu’il avait été torturé par la partie chinoise et qu’il avait été interrogé sur les manifestations de Hong Kong et le rôle présumé du Royaume-Uni dans celles-ci.
Est-ce vrai ?
Le Ministre britannique des Affaires étrangères Raab a déclaré aujourd’hui avoir convoqué l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni et s’est dit bouleversé par la torture que Simon Cheng a subie pendant sa détention. Il a exprimé son indignation devant les « agissements barbares » de la partie chinoise violant ses obligations internationales au regard du droit international, et a demandé au gouvernement chinois d’ouvrir des enquêtes et d’exercer une poursuite en responsabilité.
Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

CHINE le Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu 3c8596b6-2cd9-4ef1-8275-0d7c9ad7a5d5_JDX-2x1_WEB  le Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu

R : En ce qui concerne votre première question, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu a convoqué ce matin le chargé d’affaires par intérim de l’ambassade des États-Unis en Chine pour effectuer une démarche solennelle et une vive protestation au sujet de l’adoption par le Sénat américain du « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». La Chine a publié un communiqué de presse à ce sujet.
Nous avons indiqué à plusieurs reprises notre position solennelle à la partie américaine en ce qui concerne ses propos et ses actes erronés sur Hong Kong. La partie américaine est parfaitement au courant de nos préoccupations. Nous espérons que les États-Unis prendront en compte avec tout le sérieux qui s’impose nos représentations et notre position solennelle, cesseront leurs remarques et actes irresponsables et arrêteront de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.

chine a arrêté en août dernier Simon Cheng, b7f6c5ca-5b6b-4fe2-a523-bed7d9411db9 Simon Cheng,

S’agissant de votre deuxième question, le cas spécifique que vous avez mentionné n’est pas une question diplomatique. Je vous conseille de vous renseigner auprès du département chargé de traiter le dossier.
Autant que je sache, la police de l’arrondissement de Luohu à Shenzhen a communiqué, en août dernier, des informations sur le cas d’infraction à la loi de Simon Cheng.

Ce dernier a été placé en détention administrative par la police de Shenzhen pendant 15 jours pour infraction à la Loi sur le maintien de l’ordre public. Pendant sa détention, la police a assuré tous les droits et intérêts légitimes de Simon Cheng, qui a avoué sa culpabilité.

Je n’ai pas encore lu la dernière déclaration du Ministre britannique des Affaires étrangères que vous avez mentionnée, et j’ai besoin de faire des vérifications. Mais tout comme je viens de le dire, la police de l’arrondissement de Luohu à Shenzhen a communiqué, en août dernier, des informations sur l’affaire et a précisé en termes explicites que la police a assuré tous les droits et intérêts légitimes de Simon Cheng pendant sa détention et que Cheng avait tout avoué.
Concernant la convocation par la partie britannique de l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, je ne dispose pas d’informations pour l’instant. Mais je pense que les représentations et les préoccupations exprimées par le Royaume-Uni à l’ambassadeur de Chine ne seront pas acceptées. Au contraire, l’ambassadeur de Chine effectuera des représentations auprès du Royaume-Uni afin d’exprimer notre vive indignation et notre ferme opposition au sujet des propos et actions erronés relatifs à Hong Kong depuis ces derniers temps

CHINE 7 DU 20-11-2019 ---W020191125366837461121

Q 9 : Encore une question sur Simon Cheng. Vous venez de dire que vous n’avez pas encore lu la déclaration du Ministre britannique des Affaires étrangères et que ce n’était pas une affaire diplomatique. Mais la partie britannique a convoqué l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, ce qui est devenu une question diplomatique.
Quel est votre commentaire à ce sujet ?
La partie britannique a affirmé que Simon Cheng était crédible dans son affirmation selon laquelle il avait été torturé.
Que pensez-vous de cette déclaration ?

GRANDE BRETAGNE Dominic Raab, 000_19N98G-e1538473957780-640x400 Dominic Raab, Ministre Britannique des Affaires Etrangères

R : Comme je l’ai dit, je ne dispose pas d’informations sur la convocation de l’ambassadeur de Chine par le Ministre britannique des Affaires étrangères et sur leur rencontre. Mais je pense que l’ambassadeur de Chine n’acceptera absolument pas les prétendues préoccupations ou représentations exprimées par le Royaume-Uni.
Au contraire, l’ambassadeur de Chine effectuera une démarche auprès du Royaume-Uni afin d’exprimer notre vive indignation et notre ferme opposition au sujet de toute une série de propos et d’actes erronés sur les questions relatives à Hong Kong.

Nous exhortons le Royaume-Uni à faire preuve de prudence et à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, car cela ne fera que nuire aux propres intérêts de la partie britannique.

Q 10 : Le 19 novembre, Andrei Klimov, Président de la Commission pour la défense de la souveraineté nationale et la prévention de l’ingérence étrangère au Conseil de la Fédération de Russie, a déclaré que les représentants de l’Assemblée populaire nationale (APN) de Chine et les membres de la Douma russe discuteraient de la prévention des tentatives d’ingérence étrangère dans les affaires des États souverains.
Pouvez-vous confirmer si c’est vrai et présenter plus d’informations à ce sujet ?
Quels messages la Chine et la Russie veulent-elles envoyer, compte tenu de la coopération accélérée entre les deux pays en matière de lutte contre l’ingérence étrangère ?
russie Le sénateur Andreï Klimov dirige la commission pour la défense de la souveraineté de la Russie au Conseil de la Fédération, la chambre haute du parlement russe. [Vasily MAXIMOV - AFP] 9284089.image Le sénateur Andreï Klimov dirige la commission pour la défense de la souveraineté de la Russie au Conseil de la Fédération, la chambre haute du parlement russe. [Vasily MAXIMOV – AFP] 

R : Je vous conseille de vous adresser à l’APN de Chine au sujet des échanges entre les organes législatifs chinois et russe.

Je tiens à souligner que la Chine et la Russie partagent les mêmes intérêts et les mêmes aspirations en ce qui concerne la défense de la souveraineté et de la sécurité nationales, le maintien de la stabilité et de l’ordre social et la lutte contre l’ingérence étrangère. Les deux pays ont la confiance et la capacité de résister résolument à toute intervention extérieure et de maintenir la stabilité et la prospérité intérieures.

Dans le même temps, certains pays poursuivent l’unilatéralisme, pratiquent sans scrupule l’intimidation et s’ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures d’autres pays, ajoutant de nombreux facteurs d’instabilité et d’incertitudes à la situation internationale.

En tant que membres permanents du Conseil de Sécurité et grands pays émergents, la Chine et la Russie ont également la responsabilité et l’obligation d’incarner le pouvoir des grands pays et d’accomplir la mission historique de sauvegarder la paix et la stabilité mondiales et de garantir l’équité et la justice internationales.

À l’avenir, suivant le consensus important dégagé par les deux Chefs d’État,

  • nous approfondirons fermement le partenariat de coordination stratégique global entre la Chine et la Russie dans la nouvelle ère,
  • intensifierons les échanges et l’inspiration mutuelle,
  • renforcerons le soutien mutuel et la coopération dans la lutte contre l’ingérence étrangère pour bien préserver les intérêts communs des deux pays,

ainsi que la paix et la tranquillité de la région et du monde.

CHINE 8 DU 20-11-2019 ---W020191125366837470622

Q 11: Je sais bien ce que les porte-parole de votre Ministère disent habituellement en réponse aux questions relatives aux consultations économiques et commerciales sino-américaines. Néanmoins, le Ministère chinois du Commerce a déclaré que les coordinateurs des deux parties pour ces consultations avaient eu un entretien téléphonique ce week-end et que les deux parties avaient eu des discussions constructives sur leurs préoccupations respectives.
Pouvez-vous nous donner des détails sur leurs préoccupations actuelles et sur le nouveau calendrier de leurs consultations ?
R : Puisque vous connaissez bien ma réponse, je vous donnerai alors une réponse familière : je vous conseille de vous adresser au département compétent sur les questions spécifiques des consultations économiques et commerciales sino-américaines.
Question supplémentaire : N’avez-vous pas une nouvelle réponse aujourd’hui ?
R : Il vaut mieux que je vous donne une réponse que vous connaissez bien.
Question supplémentaire 12 : L’adoption par le Sénat américain du projet de loi concernant Hong Kong aura-t-elle un impact sur les négociations commerciales sino-américaines ?
 R : Comme je l’ai dit, nous condamnons vivement l’adoption par le Sénat américain du « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong » et nous nous y opposons fermement. Nous exhortons les États-Unis à prendre immédiatement des mesures pour empêcher que le projet ne devienne une loi et à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.
En ce qui concerne la question de l’économie et du commerce entre la Chine et les États-Unis, je peux vous dire que les deux pays restent en communication étroite. Nous espérons que les États-Unis travailleront dans le même sens que la Chine pour trouver un règlement approprié sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels.
C’est peut-être une réponse que vous connaissez bien, n’est-ce pas ? (Le journaliste rit.)
Q 13 : Le FBI a déclaré mardi que les États-Unis auraient dû prendre des mesures beaucoup plus tôt pour empêcher la Chine de transmettre dans le pays des données de laboratoires américains et des droits de propriété intellectuelle, par le recrutement de chercheurs américains.
Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
Note Sans a priori … c’est pareil avec l’UE, la France en a pâti avec Alstom et autres entreprises truandées par les USA 
R : Le renforcement des échanges scientifiques et technologiques et de la coopération entre la Chine et les États-Unis est dans l’intérêt commun des deux parties et contribue au progrès technico-scientifique pour le bonheur de l’humanité.
Nous exhortons les États-Unis à se débarrasser de la mentalité obsolète de la guerre froide et de l’idée du jeu à somme nulle pour envisager correctement et maintenir la coopération scientifique et technologique, ainsi que les échanges socio-culturels entre les deux pays.

Nous devrions faire plus pour renforcer la confiance et la coopération mutuelles, travailler la main dans la main et casser les murs, au lieu de laisser faire et de dresser des barrières.

En outre, les accusations selon lesquelles la Chine aurait volé des droits de propriété intellectuelle sont totalement infondées, ce que nous avons déjà réfuté dans de multiples enceintes. Je ne répéterai pas cela ici.
Q 14: Selon certaines informations, la réunion interne afghane qui devait commencer demain à Beijing a été retardée.
Pouvez-vous en préciser la raison et donner des informations sur la nouvelle date de la réunion ?
Qui sera présent et quels seront les sujets à traiter ?

afghanistan Marines-americains-entrainenthomologues-afghans-terrain-desert-Photo-prise-28-2017_1_729_485

R : La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation large et inclusif « conduit par les Afghans et pour les Afghans ». Elle soutient la tenue d’un dialogue constructif entre les différentes factions du pays, y compris le gouvernement et les talibans.
Nous sommes prêts à fournir une plate-forme, sur la base du respect de la volonté de toutes les parties, pour ce dialogue et ces échanges entre les différentes parties afghanes, et à contribuer au processus de paix et de réconciliation dans le pays.
Nous sommes en communication avec toutes les parties afghanes pour la tenue de la réunion interne afghane en Chine.

CHINE 9 DU 20-11-2019 --- W020191125366837482563

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1718516.shtml


Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

Conférence de presse du 21 novembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 10 DU 21-11-2019 --- W020191125368020663514

 

À l’invitation du Ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, à la tête de la délégation chinoise, participera à la réunion des chefs de la diplomatie du G20 à Nagoya, au Japon, effectuera une visite officielle au Japon, et coprésidera avec le Ministre japonais des Affaires étrangères M. Motegi la première réunion du mécanisme de consultations de haut niveau sur les échanges socio-culturels entre la Chine et le Japon, du 22 au 26 novembre.

CHINE JAPON Le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s'est entretenu lundi à Tokyo avec le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi,la W020191128383971364022 Le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s’est entretenu lundi à Tokyo avec le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi, les deux parties ayant convenu de renforcer la coopération et la communication afin de construire des relations bilatérales répondant aux exigences de la nouvelle ère.
Q 15 : Vous venez d’annoncer la participation du Conseiller d’État Wang Yi à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G20 et sa visite officielle au Japon.
Pouvez-vous nous donner plus de détails sur sa visite et les attentes de la Chine de cette visite ?

G20 JAPON OSAKA OPN-G20-SESSION-1561805585841_16ba2ddfdb2_large

R : Le G20 est le principal forum sur la coopération économique internationale.

De nos jours, l’unilatéralisme et le protectionnisme montent à l’assaut de l’ordre international, et les risques et les facteurs d’incertitudes auxquels l’économie mondiale est confrontée augmentent manifestement.

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi présentera de manière approfondie, en marge de sa présence à la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G20, les vues et les propositions de la Chine sur l’économie, le commerce, la finance et le développement du monde lors des discussions sur la promotion du libre-échange et de la gouvernance mondiale, le développement durable et l’Afrique.

Nous espérons que cette réunion permettra aux différentes parties de renforcer la défense du multilatéralisme, de bien appréhender l’orientation de la coopération du G20 pour relever les défis planétaires. En marge de la réunion, le Conseiller d’État Wang Yi tiendra également des rencontres bilatérales avec ses homologues étrangers afin de promouvoir le développement des relations bilatérales.
Au cours de sa visite au Japon, le Conseiller d’État Wang Yi rencontrera les dirigeants japonais et des représentants de divers secteurs, s’entretiendra avec le Ministre des Affaires étrangères Motegi,
  • inaugurera avec lui le mécanisme de consultations de haut niveau sur les échanges socio-culturels entre la Chine et le Japon et présidera la première réunion de ce mécanisme.
La visite du Conseiller d’État Wang Yi constituera une action importante dans le renforcement des échanges et de la communication de haut niveau entre la Chine et le Japon.
Nous espérons que les deux pays, à travers cette visite, renforceront la communication, rechercheront des terrains d’entente, géreront les divergences, élargiront la coopération, maintiendront et renforceront ensemble l’élan favorable du développement des relations bilatérales.
Q 16 : La Chambre des Représentants des États-Unis a adopté hier le « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ».
Comment la Chine y réagira ?
Hier, vous avez dit que la Chine prendrait des contre-mesures énergiques.
Pouvez-vous donner des détails sur ces contre-mesures 
Et auront-elles des conséquences graves sur les négociations commerciales sino-américaines en cours ?
congrès_americain_états_unis_usa_courrier_arabe-696x348 Le Sénat américain a adopté ce mardi à l’unanimité un texte qui soutient les « droits de l’homme et ma démocratie » à Hong Kong. Le texte a provoqué la colère des autorités chinoises qui ont convoqué un haut diplomate américain.
R : Nous condamnons vivement l’adoption du projet de loi relatif à Hong Kong par le Congrès américain et nous nous y opposons fermement. La Chine a fait des démarches solennelles auprès des États-Unis.
Les agissements pervers de la partie américaine nuiront non seulement aux intérêts de la Chine, mais également aux importants intérêts des États-Unis à Hong Kong.
Nous avertissons sévèrement les États-Unis qu’il faut appréhender la situation et revenir de leur égarement avant qu’il ne soit trop tard, empêcher que le projet ne devienne une loi, cesser immédiatement de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.
La Chine prendra des contre-mesures énergiques SI les États-Unis continuent d’agir arbitrairement.

Personne ne doit sous-estimer la détermination de la Chine à défendre sa souveraineté nationale, ses intérêts de sécurité et de développement, à mettre en œuvre le principe d’« un pays, deux systèmes » et à préserver la prospérité et la stabilité de Hong Kong.

En ce qui concerne la question économique et commerciale entre la Chine et les États-Unis, la position de la Chine reste très claire. Nous espérons que les États-Unis déploieront des efforts dans le même sens que la Chine pour trouver un règlement approprié sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels. Cela sera bénéfique pour l’économie des deux pays et du monde.
Q 17 : Première question,
pouvez-vous nous présenter la rencontre entre l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni Liu Xiaoming et le Ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab ?
Deuxième question,
pouvez-vous préciser si la partie chinoise a déjà effectué une démarche auprès du Royaume-Uni, car hier, vous avez dit que la Chine ferait une représentation auprès de la partie britannique au sujet des remarques sur le cas de Simon Cheng ?

CHINE ANGLETERRE L'ambassadeur Liu Xiaoming_109887204_p07w0dbx-696x392L’ambassadeur Liu Xiaoming

R : Je ne sais pas si vous avez remarqué que l’ambassade de Chine au Royaume-Uni a publié une information sur la rencontre de l’ambassadeur Liu Xiaoming avec le Ministre britannique des Affaires étrangères Raab.

Je tiens à réitérer que la police chinoise a assuré tous ses droits et intérêts légitimes à Simon Cheng lorsqu’il était en détention et qu’il a avoué toutes ses infractions.

Hier, un journaliste m’a posé une question sur la convocation de l’ambassadeur Liu Xiaoming par le Ministre britannique des Affaires étrangères M. Raab. J’ai répondu que je ne disposais pas encore d’informations à ce sujet, mais que je pensais que l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni n’accepterait jamais les prétendues préoccupations exprimées par la partie britannique. L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni ferait par contre des représentations auprès de la partie britannique et exprimerait notre mécontentement et nos préoccupations face à la série de propos et actes erronés de la part de la partie britannique sur la question liée à Hong Kong.

Si vous lisez attentivement l’information publiée par l’ambassade de Chine, vous constaterez que ce que j’ai dit était juste. L’ambassadeur Liu Xiaoming a fait sur place des représentations auprès de la partie britannique, soulignant que Simon Cheng est un citoyen chinois de Hong Kong et que l’affaire qui le concerne est entièrement une affaire intérieure de la Chine.

La police chinoise a traité l’affaire conformément à la loi. Les soi-disant représentations du Royaume-Uni sont tout à fait injustifiables. L’ambassadeur Liu a également exprimé son vif mécontentement et sa ferme opposition quant aux propos et actes erronés du Royaume-Uni concernant Hong Kong.
Question supplémentaire 18 : Mais ce qui a été dit par Simon Cheng est tout à fait différent de ce qui a été déclaré par la police de Shenzhen et le Ministère chinois des Affaires étrangères.
Quelle est votre réaction face aux affirmations de Cheng ?
 R : Comme je l’ai dit hier, en août dernier, la police de l’arrondissement de Luohu à Shenzhen a communiqué l’affaire de Simon Cheng.

Ce dernier a été placé en détention administrative pendant 15 jours par la police de Luohu à Shenzhen pour violation de l’article 66 de la Loi sur le maintien de l’ordre public. Simon Cheng a reconnu sa culpabilité. La police a traité l’affaire dans le strict respect de la loi et a garanti tous les droits et intérêts légitimes de Cheng.

Je tiens à attirer votre attention sur le fait que Simon Cheng a avoué toutes ses infractions

CHINE 11 DU 21-11-2019 ---W020191125368020701768

Q 19 : À propos des échanges socio-culturels entre la Chine et le Japon, vous avez annoncé que le Conseiller d’État Wang Yi présiderait la première réunion du mécanisme de consultations de haut niveau sur les échanges socio-culturels entre la Chine et le Japon. Je sais que cette année est également l’année de promotion des échanges entre les jeunes Chinois et Japonais. Ma question est la suivante :
comment évaluez-vous ces échanges dans les relations sino-japonaises ?

https _s3-ap-northeast-1.amazonaws.com_psh-ex-ftnikkei-3937bb4_images_9_1_6_8_16198619-1-eng-GB_20181015N Abe XiShinzo Abe & Xi Jinping 

R : Les échanges socio-culturels ont joué un rôle unique et important dans le développement et l’amélioration des relations entre la Chine et le Japon. Le Festival de la Chine 2019 s’est clôturé récemment avec succès à Tokyo ; bon nombre de Japonais y étaient venus faire une expérience de la culture chinoise avec enthousiasme. Cela témoigne que des liens étroits ont été forgés entre les deux peuples.
Vous vous rappelez peut-être aussi le festival d’amitié entre les jeunes Chinois et Japonais de 1984, au cours duquel 3 000 jeunes Japonais se sont rendus en Chine, écrivant une page haute en couleurs dans l’histoire des relations bilatérales. Cette année étant dédiée à la promotion des échanges entre les jeunes Chinois et Japonais, les deux parties ont convenu conjointement d’organiser des visites croisées pour 30 000 jeunes pendant les cinq prochaines années.
En tant que voisins proches séparés par un seul bras de mer, la Chine et le Japon ont toujours mené des échanges socio-culturels larges et approfondis.
En 2018, 12 millions de visites ont été effectuées entre les deux pays et plus de 1 400 vols directs desservaient les deux pays chaque semaine. Plus de 250 jumelages ont été conclus entre des villes chinoises et japonaises. Nous pouvons dire que les différents milieux des deux pays sont animés de la même volonté de renforcer les échanges socio-culturels.
chine japon Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a rencontré le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le 25 novembre 2019 à Tokyo.W020191128379497998731 Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a rencontré le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le 25 novembre 2019 à Tokyo.
Comme je l’ai annoncé, l’inauguration conjointe avec la partie japonaise du mécanisme de consultations de haut niveau sur les échanges socio-culturels Chine-Japon et la tenue de la première réunion du mécanisme sont l’un des points importants au programme de la visite du Conseiller d’État Wang Yi au Japon.

Les deux parties procéderont à des échanges de vues approfondis sur la coopération dans les domaines de la culture, de l’éducation, du sport, du tourisme, des médias, du cinéma et de la télévision, des collectivités locales, des femmes et des jeunes. Elles planifieront ensemble des programmes d’échanges pour l’année 2020 dans la perspective d’un nouveau modèle d’échanges socio-culturels, caractérisé par la diversification et l’interaction.

La Chine entend travailler de concert avec le Japon pour bien valoriser le rôle important du mécanisme de consultations de haut niveau sur les échanges socio-culturels entre la Chine et le Japon, resserrer davantage les liens entre les deux pays dans le domaine socio-culturel et promouvoir la connaissance, la compréhension et l’amitié entre les deux peuples, de sorte que les relations sino-japonaises soient plus solides, plus résilientes et plus réconfortantes.
Q 20 : La Chambre des Représentants des États-Unis a adopté le « projet de loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong ». Le projet de loi sera soumis au Président Donald Trump pour signature.
La partie chinoise a-t-elle communiqué directement avec la Maison Blanche pour empêcher que le projet ne devienne une loi après signature ?
 R : Comme je l’ai dit dans ma réponse précédente, nous condamnons vivement l’adoption du projet de loi concernant Hong Kong par le Sénat et la Chambre des Représentants des États-Unis, nous nous y opposons fermement. La Chine a fait des démarches solennelles auprès des États-Unis.

Nous exhortons les États-Unis à bien appréhender la situation, à s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard et à s’abstenir de faire de ce projet une loi.

Ajout Sans a priori

Le Lac Qinghai est non seulement le plus grand lac de Chine mais aussi un lac extraordinairement salé, à une altitude de 2 205 mètres. Paradis des ornithologues et des cyclistes, cette immensité bleutée est d’une toute beauté. Autour du lac, des villages sont là pour rappeler la mixité culturelle si spécifique à la région du Qinghai.

Autrefois, c’était plus d’une centaine de cours d’eau qui venaient se jeter dans le lac. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une vingtaine. Mais cela n’empêche pas le lac d’être le plus grand de toute la Chine.

chine lac Quighai 0eafcdb9-c373-4bdd-9a38-2fde599c99c4

Avec une circonférence de 360 km, le lac Qinghai s’étend sur plus de 4 500 km² peu importe la saison. Suivant l’endroit où l’on se situe, aucune terre n’est en vue, on a donc l’impression d’être perdu au milieu de l’océan.

D‘être salé, et ce, deux fois plus qu’une mer ! Cela n’empêche pas pourtant de nombreuses espèces de poissons d’y vivre paisiblement.

Le 26 novembre à 16h30, le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la province du Qinghai tiendront, dans le bâtiment Sud du Ministère, une séance de présentation sur le Qinghai, autour du thème « La Chine à l’ère nouvelle : le Qinghai part de la source des trois fleuves vers le monde ».

  • Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera à la séance de présentation et prononcera un discours.
  • Le Secrétaire du Comité du PCC pour le Qinghai, Wang Jianjun, et le gouverneur du Qinghai, Liu Ning, prononceront respectivement des discours pour présenter la province.
  • Des représentants de diplomates étrangers en Chine seront invités à prendre la parole lors de cet événement et à échanger avec les invités.

Ces dernières années, la province du Qinghai a intensifié les projets de protection et de construction écologiques de la source des trois fleuves.

chine Tbet et Qinghai Carte_tibet_sources_grands_fleuves_petit

 

 

Des progrès considérables ont été accomplis pour faire avancer le développement et la vie de haute qualité en accordant la priorité à la protection écologique. La séance de présentation montrera les réalisations importantes du développement économique et social du Qinghai depuis la fondation de la République populaire de Chine il y a 70 ans, la contribution du Qinghai à la promotion de la solidarité et des progrès des différentes ethnies, et les principaux résultats obtenus dans la promotion de la coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature.

chine Qinghai site_1540_0001-750-0-20170608112148

L’activité a pour objectif de montrer à la communauté internationale la beauté de l’écologie, la beauté du développement, la beauté de l’harmonie et la beauté du bonheur dans le Qinghai, à travers des histoires sur le développement vert et la construction d’un beau foyer. Elle offrira une plate-forme aux différentes parties pour faire connaître le Qinghai, sentir le Qinghai et élargir la coopération. Vous êtes les bienvenus pour couvrir cet événement.
chine Photos aériennes prises le 24 novembre 2018 montrant le paysage d'hiver du Parc forestier de Xiaqunsi dans le district de Ping'an de la province du Qinghai (nord-ouest de la Chine)FOREIGN201811270828000372825349521 Photos aériennes prises le 24 novembre 2018 montrant le paysage d’hiver du Parc forestier de Xiaqunsi dans le district de Ping’an de la province du Qinghai (nord-ouest de la Chine)
En raison de la tenue de la séance de présentation, notre conférence de presse sera suspendue le mardi 26 novembre et reprendra le mercredi 27 novembre. Pendant la pause, vous pouvez toujours contacter le bureau du porte-parole du Ministère par courrier électronique, fax ou WeChat.

CHINE 12 DU 21-11-2019 ---W020191125368020713073

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1718517.shtml


Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

Conférence de presse du 22 novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 13 DU 22-11-2019 ---W020191127362907629370

Q 21: Lors du 11e Forum d’investissement « Russia Calling », le Président russe Poutine a déclaré que les États-Unis avaient totalement tort de tenter de contenir la Chine et la Russie.
Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
RUSSIE 20161016-Vladimir-Poutine-au-forum-dinvestissement-Russia-Calling-Image-Kremlim.ru_Le président russe Vladimir Poutine s’exprime lors du forum d’investissement Russia Calling! à Moscou, le 16 octobre 2016 (image Kremlim.ru)
R : Nous apprécions hautement la déclaration du Président Poutine. Depuis un certain temps, certains pays poursuivent l’unilatéralisme, s’ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures d’autres pays et imposent des sanctions sans aucun scrupule.

Ces comportements ont gravement compromis l’ordre international et le système des relations internationales existants. Une telle pratique consistant à faire tourner à rebours la roue de l’histoire est en effet totalement erronée et impopulaire.

En tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et principales économies émergentes, la Chine et la Russie partagent les mêmes intérêts et aspirations dans la sauvegarde de la souveraineté et de la sécurité nationale, la défense des normes fondamentales régissant les relations internationales et dans l’opposition à l’unilatéralisme, aux pratiques d’intimidation et à l’ingérence étrangère.
Dans le contexte actuel, les deux pays ont le devoir de faire preuve de sens des responsabilités en tant que grands pays et d’endosser la mission historique de défendre la paix, la stabilité, l’équité et la justice dans le monde.

Guidées par l’important consensus de nos présidents, la Chine et la Russie continueront à accroître la confiance mutuelle stratégique, à renforcer la communication stratégique, à approfondir la coopération tous azimuts, à renforcer le soutien mutuel, à approfondir leur partenariat de coordination stratégique global pour une nouvelle ère et à défendre conjointement le multilatéralisme et la mondialisation, afin de jouer un rôle plus important dans la promotion de la stabilité et de la prospérité de la région et du monde.

Q 22 : La République de Corée et le Japon mettront fin à l’Accord sur la sécurité générale des informations militaires à partir de demain minuit.
Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
û, "Áö¼Ò¹Ì¾Æ(GSOMIA) Á¾·á °áÁ¤" Kim You-geun, vice-directeur du bureau de la sécurité nationale, annonce le 22 août la décision du gouvernement de mettre fin à l’Accord de sécurité générale d’informations militaires (GSOMIA) avec le Japon à Cheong Wa Dae. ⓒ Cheong Wa Dae
R : Nous avons pris note des reportages concernés. Nous pensons toujours que mener ou mettre fin à une coopération en matière de sécurité militaire est le droit indépendant d’un pays souverain. Dans le même temps, les accords bilatéraux entre les parties concernées doivent favoriser la paix et la stabilité régionales ainsi que le processus de paix dans la péninsule coréenne, et ne pas nuire aux intérêts d’une tierce partie.
Q 23 : Le Département américain de la Justice a annoncé qu’un homme nommé Haitao Xiang, ancien employé de Monsanto, avait été accusé de vol de secrets commerciaux. Haitao Xiang était également membre du Programme des « Mille talents » chinois.
La Chine a-t-elle une réponse à cela ?

monsentos 5dd2f44618fa8.preview

R : Je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous avez mentionnée. Mais je pense que dans le cas d’un citoyen qui enfreint la loi aux États-Unis, qu’il soit chinois ou américain, si les États-Unis agissent de manière juste conformément à la loi, nous n’avons aucune objection.
Cependant, nous nous opposons fermement à ce que les Etats-Unis utilisent ce cas isolé pour accuser à tort la Chine de vol de propriété intellectuelle organisé et planifié. Comme nous l’avons dit à maintes reprises, une telle allégation est faite avec des arrière-pensées.

Je tiens à souligner que, premièrement, la Chine n’a pas réalisé son développement technologique par le vol ou le pillage. Bien au contraire, il a été réalisé avec notre talent et notre travail acharné. Deuxièmement, le renforcement des échanges et de la coopération scientifiques et technologiques entre la Chine et les États-Unis sert les intérêts communs des deux parties, contribue à la promotion des progrès scientifiques et technologiques et profite à toute l’humanité.

CHINE 14 DU 22-11-2019 ---W020191127362907637212
Q 24 : Selon le rapport Open Doors 2019 publié par l’US Institute of International Éducation, de 2018 à 2019, la Chine restait la plus grande source d’étudiants internationaux aux États-Unis, mais le taux de croissance était le plus faible depuis les 10 dernières années en raison des restrictions de visas et d’autres problèmes.
Comment voyez-vous un tel changement ?

Screen-Shot-2019-11-22-at-10.55.44-PM

R : J’ai noté ce rapport, selon lequel, de 2018 à 2019, le taux de croissance non seulement des étudiants chinois, mais aussi des étudiants internationaux, a considérablement diminué aux États-Unis. Cela nous montre à quel point les politiques américaines récentes ont affecté l’image et la réputation des États-Unis, entravé leurs échanges avec d’autres pays et sapé leurs propres intérêts. Pas étonnant que de nombreuses personnalités du milieu éducatif américain aient exprimé leurs préoccupations à cet égard.
Comme nous l’avons déjà dit, l’échange d’étudiants reste un élément important des échanges culturels et humains entre la Chine et les États-Unis. Hier, l’Ambassade de Chine aux États-Unis et le Bureau des Affaires éducatives et culturelles du Département d’État des États-Unis ont organisé conjointement un événement commémoratif à l’occasion du 40e anniversaire des échanges d’étudiants entre la Chine et les États-Unis.
L’ancien Président américain Carter a adressé un message de félicitations à l’occasion de cet événement, dans lequel il indique en particulier que l’échange d’étudiants est un sujet important dans les négociations sur la normalisation des relations bilatérales entre la Chine et les États-Unis.
Au cours des quatre dernières décennies, les échanges éducatifs sino-américains se sont développés rapidement. En l’espace de 40 ans, plus de 330 000 étudiants américains ont étudié en Chine. La Chine est l’une des destinations les plus populaires de l’enseignement supérieur pour les étudiants américains.

Pendant dix années consécutives, la Chine a été la plus grande source d’étudiants internationaux aux États-Unis. Rien qu’entre 2018 et 2019, 370 000 étudiants chinois ont étudié aux États-Unis, représentant le tiers du nombre total d’étudiants étrangers dans le pays. Depuis longtemps, l’échange d’étudiants a énergiquement promu la communication et la compréhension mutuelle entre nos deux peuples ainsi que le développement de chacun de nos deux pays.

Aujourd’hui, il est d’autant plus important de créer des conditions propices à l’échange d’étudiants et de faire progresser constamment les échanges culturels et humains dans un esprit ouvert et inclusif.

usa en Chine l'Ambassadeur Branstad 1574747529_ en Chine l’Ambassadeur Branstad  

Le Président Trump, l’Ambassadeur Branstad et d’autres hauts fonctionnaires américains ont déclaré à plusieurs reprises que les étudiants chinois étaient les bienvenus aux États-Unis. Nous espérons que les États-Unis pourront prendre des mesures concrètes pour répondre aux aspirations de nos deux peuples. Dans le rapport de l’année prochaine, nous espérons voir des changements prometteurs.

Q 25 : Selon un rapport interne destiné aux sénateurs philippins, le chinois State Grid Corp détient 40 % du capital de la National Grid Corporation des Philippines, ce qui constitue une menace pour la sécurité nationale des Philippines. Lors d’une audience sur le budget énergétique tenue ce mois-ci, certains sénateurs philippins ont exprimé leurs préoccupations à cet égard.
Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

State Grid Corporation of China

R : Je ne suis pas au courant de la situation que vous avez mentionnée, je vérifierai cela plus tard.
Ce que je peux vous dire, c’est que, sous la direction politique de nos dirigeants, les relations sino-philippines se sont réchauffées, se sont consolidées et se sont améliorées, avec des progrès constants dans les échanges et la coopération dans divers domaines. Nous sommes prêts à travailler avec les Philippines pour approfondir notre coopération dans divers domaines, en particulier dans le cadre de « la Ceinture et la Route », afin d’apporter plus d’avantages à nos deux peuples.
Q 26 : Selon des reportages, la police malaisienne aurait arrêté 680 citoyens chinois soupçonnés de fraude en matière de télécommunications.
Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
R : L’Ambassade de Chine en Malaisie a été informée par la partie malaisienne. La Chine soutient la Malaisie dans la lutte contre la criminalité conformément à la loi et espère qu’elle traitera l’affaire de manière juste.
Je voudrais souligner encore une fois que les citoyens chinois d’outre-mer doivent se conformer aux lois et règlements locaux et ne doivent se livrer à aucune activité illégale.

CHINE 15 DU 22-11-2019 ---W020191127362907640690

Q 27: Le « ministre des Affaires étrangères » de Taïwan a déclaré aujourd’hui que la Chine avait promis des aides et des investissements à plusieurs anciens alliés de Taïwan, mais que cet argent n’arrivait pas à sa place. Le « ministre des Affaires étrangères » a également déclaré que la Chine exportait la corruption et l’autoritarisme vers ces pays.
Quelle est la réponse à cela ?

depositphotos_133023060-stock-photo-map-of-taiwan-with-pin

R : Je dois d’abord corriger une erreur dans votre question. Nous ne reconnaissons pas le soi-disant « ministre des Affaires étrangères » de Taïwan. J’espère que vous utiliserez les bons termes la prochaine fois. (Le journaliste a fait un signe affirmatif de la tête.)
En ce qui concerne votre question, je peux vous dire que le principe d’une seule Chine est le consensus universel de la communauté internationale et que le maintien de ce principe est une norme généralement reconnue dans les relations internationales. Nous sommes prêts à développer des relations d’amitié et de coopération avec le reste du monde sur la base du principe d’une seule Chine.
Je tiens à dire que nous entretenons une coopération amicale avec de nombreux pays sur la base d’avantages mutuels. Une telle coopération est dans l’intérêt non seulement de la Chine, mais également de ces pays eux-mêmes. Cette coopération a apporté des avantages tangibles aux populations locales et continuera d’être bien accueillie par celles-ci. Elle ne peut pas être discréditée par des attaques ou des calomnies.
Q 28 : Selon un reportage de l’agence Reuters, le dirigeant chinois a fait des commentaires sur la guerre commerciale avec les États-Unis hier soir lors d’un dîner au Grand Palais du Peuple.
Avez-vous lu cela ?
statista-guerre-commerciale-trump-chine-ue
R : Je n’ai pas encore vu le reportage. Le correspondant de Reuters a-t-il vu cela ? (Le correspondant de Reuters…)
Journaliste : Selon le reportage, le dirigeant chinois a déclaré ceci : « Nous travaillerons avec la partie américaine à la conclusion d’un accord de phase I sur la base du respect mutuel et de l’égalité. Si nécessaire, nous riposterons. Mais nous travaillons activement pour éviter la guerre commerciale. Nous n’avons pas initié cette guerre commerciale et ce n’est pas quelque chose que nous voulons. »
R : Si vous souhaitez vérifier la véracité de ce reportage, vous devez vous adresser au correspondant de Reuters. (Le correspondant de Reuters a ri.)
En ce qui concerne la position de la Chine sur les questions économiques et commerciales sino-américaines, je peux vous dire clairement que la Chine et les États-Unis restent toujours en communication étroite. Nous espérons que les États-Unis travailleront avec la Chine pour trouver une solution sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels. Cela sert les intérêts des deux parties et du reste du monde.
Q 29 : Je veux poser cette question puisque le Wall Street Journal ne le fera pas. Selon le reportage publié hier par le Wall Street Journal, la Chine a invité le Représentant américain du Commerce, Robert Lighthizer, et le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, à Beijing pour un nouveau cycle de consultations économiques et commerciales avant la fête de Thanksgiving.
Pourriez-vous confirmer cela et avez-vous des commentaires ?

 R : Le Porte-parole du Ministère chinois du Commerce a répondu aux questions liées aux consultations économiques et commerciales sino-américaines hier lors d’un point de presse.

Vous devriez savoir qu’ici, je n’ai qu’une réponse de principe quant aux consultations économiques et commerciales. En ce qui concerne les questions concrètes, y compris l’organisation des consultations, je vous renvoie au Ministère du Commerce pour plus d’informations.

Q 30 : Les navires de la marine américaine ont mené des opérations de « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale pendant deux jours consécutifs les 21 et 22 novembre.
Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

usa 1597254-marine-americaine-conduit-regulierement-operations

photo Reuters Marine USA

 

R : Le 20 novembre, le navire de combat littoral américain Gabrielle Giffords est entré illégalement dans les eaux adjacentes des îles Nansha en Chine sans l’autorisation du gouvernement chinois. Le matin du 21 novembre, le destroyer américain Wayne E. Meyer est entré sans autorisation dans les mers territoriales chinoises au large des îles Xisha. Le Commandement du Théâtre Sud de la Chine a légalement suivi, vérifié et identifié ces navires et les a avertis.
Le comportement des États-Unis a gravement porté atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine en matière de sécurité, ainsi qu’à la paix et à la stabilité en mer de Chine méridionale. Nous nous y opposons fermement. La Chine a fait des représentations sévères et de fortes protestations auprès de la partie américaine.
La Chine respecte et garantit la liberté de navigation et de survol de tous les pays en mer de Chine méridionale conformément au droit international. Cela dit, nous nous opposons fermement à ce qu’un quelconque pays sape la souveraineté et la sécurité de la Chine sous le prétexte de la liberté de navigation.

Actuellement, la situation en mer de Chine méridionale est généralement stable et toutes les parties concernées se concentrent sur le dialogue et la coopération. Nous exhortons les États-Unis à mettre immédiatement un terme à ces provocations afin d’éviter toute atteinte à la paix et à la tranquillité régionales. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationales ainsi que la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale.

Q 31 : L’ancien Chef des services de renseignement australiens, Duncan Lewis, a déclaré que la Chine voulait prendre le contrôle du système politique australien par une campagne d’espionnage systémique. Je me demande si ces remarques ont une certaine crédibilité, car il y a eu des allégations répétées selon lesquelles la Chine tenterait d’influencer des personnalités politiques en Australie.

 R : Nous avons répondu à de nombreuses reprises à des remarques similaires. Je ne veux pas me répéter encore et encore.

Je veux simplement rappeler à certaines personnes en Australie d’avoir un peu plus confiance en leur système politique.

CHINE 16 DU 22-11-2019 ---W020191127362907652103

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1719352.shtml


Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

Conférence de presse du 25 novembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang

CHINE 17 DU 25-11-2019 ---W020191128381133812881
Q 32 : L’Institut d’études internationales de Chine tiendra le Forum sur la sécurité du Moyen-Orient les 27 et 28 novembre à Beijing.
Pouvez-vous nous en dire plus ?
Pouvez-vous nous dire également comment la Chine envisage la situation actuelle au Moyen-Orient et pourquoi choisir ce moment pour tenir ce forum ?
Le campus de Hongkou de SISU up_15623973361964471_0 Le campus de Hongkou de SISU avoisine le Jardin public Lu Xun et occupe une surface d’environ 16,6 hectares.
R : Le Moyen-Orient est loin d’être tranquille. Avec les tensions continues dans le Golfe, l’évolution rapide des problèmes brûlants, les perturbations politiques dans de nombreux pays et le chaos dans cette région donnent prise à la résurgence du terrorisme et produisent de graves retombées négatives.
La Chine attache une grande importance à la paix et à la sécurité au Moyen-Orient. En juillet 2018, le Président Xi Jinping a proposé, dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture de la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe, d’intensifier le dialogue et les consultations sur la sécurité entre la Chine et les États arabes.

Chine Affaires étrangères Wang Yi ECH22690056_1

Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a annoncé, à la même occasion, la décision chinoise de créer le Forum sur la sécurité au Moyen-Orient.

La présente édition du forum que nous organisons cette fois vise à mettre en œuvre l’esprit du discours important du Président Xi Jinping. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi aura une rencontre collective avec des invités spéciaux. Le Ministre assistant des Affaires étrangères Chen Xiaodong prononcera un discours lors de la cérémonie d’ouverture et les invités spéciaux prononceront également des allocutions.

Près de 200 personnes participeront au forum, dont des responsables et spécialistes des domaines diplomatique et sécuritaire des pays concernés du Moyen-Orient et d’autres régions, des représentants du Ministère chinois des Affaires étrangères, du Ministère chinois de la Défense nationale, d’anciens chefs des missions diplomatiques chinoises et des spécialistes de think tanks.

Ils débattront de l’équité et de la justice dans la région, du multilatéralisme, du développement de la sécurité, du dialogue entre les civilisations et d’autres sujets.

Nous espérons que ce forum fournira une opportunité et une plate-forme pour l’exploration de nouvelles idées et de nouvelles pratiques dans les domaines de la sécurité et de la gouvernance au Moyen-Orient.

Q 33 : Première question, le Président américain Donald Trump a déclaré vendredi dans une interview accordée à Fox News qu’il avait personnellement empêché la Chine d’envoyer des forces militaires à Hong Kong, en prévenant que cela aurait un impact négatif sur l’accord commercial.
Est-ce vrai ?
Deuxième question,
comment la Chine envisage-t-elle la victoire des candidats « démocrates » aux élections locales de Hong Kong ?
 R : En réponse à votre première question, je tiens à souligner à nouveau que les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine qui ne tolèrent aucune ingérence de gouvernements, d’organisations et d’individus étrangers.
La Chine est fermement déterminée à préserver la souveraineté nationale, ses intérêts de sécurité et de développement ; elle est fermement déterminée à appliquer le principe d’« un pays, deux systèmes », et elle est fermement déterminée à s’opposer à toute ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong.

En ce qui concerne la question de l’économie et du commerce sino-américains, notre position reste constante et claire. Nous espérons que les États-Unis déploieront des efforts dans le même sens que la Chine pour trouver une solution acceptable pour les deux parties, sur la base du respect mutuel et de l’égalité, car cela est dans l’intérêt de la Chine, des États-Unis et du monde entier.

En réponse à votre deuxième question, arrêter la violence et rétablir l’ordre constitue ce qu’il y a de plus urgent à Hong Kong. Hong Kong fait partie de la Chine, ses affaires sont des affaires purement intérieures de la Chine.

Le gouvernement chinois est résolument déterminé à préserver la souveraineté nationale, les intérêts de sécurité et de développement du pays, il est résolument déterminé à appliquer le principe d’« un pays, deux systèmes » et il est résolument déterminé à s’opposer à toute ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong.

Q 34 : Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a annoncé qu’il participerait aux consultations sur le contrôle des armements le 27 novembre à Beijing.
Pouvez-vous le confirmer ?
Quels diplomates chinois seront présents et de quoi les deux parties discuteront-elles ?
Qu’attend la Chine de ces consultations ?

RUSSIE Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov thumbs_b_c_6b7c21951d28f42e2ce9a522ff60dd65 Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov

R : Autant que je sache, la Chine et la Russie tiendront des consultations bilatérales sur la stabilité stratégique le 27 novembre, au cours desquelles elles échangeront leurs vues sur les grandes questions d’intérêt commun concernant le contrôle des armements. Nous publierons des informations en temps opportun

CHINE 18 DU 25-11-2019 ---W020191128381133815071

Q 35 : Selon des reportages, le 22 novembre, la Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis a désigné, pour commencer, Huawei Technologies Company et ZTE Corp. en tant que sociétés constituant une menace pour leur sécurité nationale et interdit aux entreprises de télécommunications américaines d’utiliser le Fonds de service universel (USF) pour acheter des services et des équipements de ces deux entreprises.
Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons noté les reportages concernés et la réponse de la société chinoise.

Les États-Unis sont habitués à opprimer des pays spécifiques et des entreprises spécifiques en abusant de leur pouvoir d’État et en ayant recours à des accusations infondées. Une telle manœuvre a porté un coup dur à Alstom, et tente maintenant de faire pression sur des sociétés chinoises. Ce type d’intimidation économique est une négation flagrante du principe de l’économie de marché que les États-Unis prétendent défendre. S’il n’est pas nécessaire de suivre ce principe, d’autres pays pourraient faire de même avec les entreprises américaines.

Interdire aux opérateurs américains d’acheter des équipements de Huawei et de ZTE ne contribuera pas à l’amélioration de la cyber-sécurité américaine. Au contraire, cela affaiblira les cyber-services dans les zones rurales et sous-développées des États-Unis. Les départements américains concernés en sont parfaitement conscients.

Cela soulève les questions suivantes :

  • quels sont les objectifs de ces politiques censées « protéger les intérêts américains » ?

  • Que recherchent vraiment ces officiels américains lorsqu’ils formulent ces politiques visant à opprimer les entreprises étrangères au détriment des intérêts des entreprises et des citoyens américains ?

Nous exhortons une nouvelle fois les États-Unis à cesser de généraliser le concept de sécurité nationale, à arrêter les accusations portées délibérément à l’encontre de la Chine, à mettre fin à l’oppression déraisonnable des entreprises spécifiques chinoises, et à créer un environnement juste, équitable et non discriminatoire pour les activités normales des entreprises chinoises aux États-Unis.

Enfin, je tiens à rappeler à certains individus aux États-Unis qu’ils finiront par se retrouver dans une impasse s’ils ferment toutes les portes au nom de la « sécurité ».

Q 36 : Quelle est votre réponse à la déclaration du Chinois Wang Liqiang devant les médias australiens ?
chine Wang Liqiang, un ancien espion chinois, a fait défection en Australie et a proposé de donner des informations sur son travail d'espionnage. (Photo de Wang Liqiang)edited221-1-600x400-1 Wang Liqiang, un ancien espion chinois, a fait défection en Australie et a proposé de donner des informations sur son travail d’espionnage. (Photo de Wang Liqiang)
R : Comme vous le savez peut-être, le commissariat de Jing’an du Bureau de la sécurité publique de la municipalité de Shanghai a publié une déclaration le 23 novembre. Wang Liqiang est un fugitif et fait l’objet d’une enquête ouverte par l’organe de la sécurité publique pour soupçon de fraude. Le passeport de la République populaire de Chine et la carte d’identité de résident permanent de Hong Kong qu’il détient sont de faux papiers. L’organe de la sécurité publique poursuit son enquête sur cette affaire.
Nous avons également constaté qu’après que les autorités chinoises compétentes ont publié des informations faisant autorité, signalé des erreurs et apporté des éclaircissements, certains médias et individus australiens continuent, en faisant la sourde oreille, à s’accrocher à leur position erronée, et à prendre pour vrai ce qui est raconté par un suspect sans crédibilité.
Ils se sont empressés de faire du tapage autour de la prétendue « menace chinoise » et se sont acharnés à faire tout ce qui est possible pour calomnier et discréditer la Chine.
La farce maladroite qu’ils ont montée est vraiment surprenante et inimaginable. Nous recommandons aux médias et individus australiens concernés de respecter les faits et la vérité clairs comme le jour, de respecter les règles de conduite professionnelle minimales, de rejeter les préjugés idéologiques, de cesser d’observer les choses sous une optique tendancieuse et de cesser de faire des choses irresponsables et ridicules

CHINE 19 DU 25-11-2019 ---W020191128381133821442

Q 37 : Nous avons appris que le Bureau de la sécurité publique de Beijing avait mené des enquêtes et établi des sanctions contre une organisation non gouvernementale (ONG) américaine appelée Asia Catalyst, pour ses projets menés en Chine.
Pouvez-vous confirmer cela ?

asia-catalyst-x-1

R : Vous semblez être bien informé à ce sujet. Selon les autorités de sécurité publique, Asia Catalyst, sans se soumettre à des formalités d’enregistrement et d’inscription, a engagé, en mars 2018, des activités sur le territoire chinois, enfreignant ainsi la Loi sur la gestion des activités des organisations non gouvernementales étrangères sur le territoire chinois.

Avec des faits clairs et des preuves solides, les organes de la sécurité publique de la municipalité de Beijing ont ouvertement sanctionné cette organisation et les personnes impliquées en vertu de la Loi sur la gestion des activités d’organisations non gouvernementales étrangères sur le territoire chinois, de la Loi sur les sanctions administratives et des Règlements sur les procédures de traitement des affaires administratives par les organes de sécurité publique.

Je tiens à souligner que nous souhaitons toujours la bienvenue aux ONG étrangères pour mener des échanges et une coopération d’amitié en Chine. Nous sommes disposés à faciliter leurs activités tant qu’elles respectent les lois et règlements chinois. Dans le même temps, nous espérons que les ONG étrangères ne feront rien d’illégal en Chine. Les organisations qui violent les lois et les règlements et qui portent atteinte à la sécurité nationale de la Chine doivent être traitées conformément à la loi.

Q 38 : L’ambassade de Chine à Londres a déclaré que les documents internes concernant le Xinjiang publiés par les médias internationaux dimanche avaient été fabriqués de toutes pièces et constituaient de fausses informations.
Le Ministère chinois des Affaires étrangères a-t-il des explications ou des commentaires à faire sur les raisons pour lesquelles 17 médias différents ont publié les mêmes « fausses informations » sur des documents internes ?
https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/16x9/liu-xiaoming-ambassadeur-chine-londres.jpg Pékin a le pouvoir de « réprimer rapidement toute agitation », a déclaré Liu Xiaoming ambassadeur de Chine à Londres.Photo : Reuters / Simon Dawson
R : J’ai répondu, la semaine dernière, à des questions concernant de soi-disant « documents internes » dont le New York Times a parlé à profusion. Je tiens à réitérer que les affaires du Xinjiang sont des affaires purement intérieures de la Chine, que la tentative de certains médias cherchant à dénigrer les efforts de la Chine dans la lutte antiterroriste et la déradicalisation au Xinjiang est vouée à l’échec. Le maintien de la stabilité, de la solidarité ethnique et de l’harmonie sociale au Xinjiang constitue la meilleure réponse à ces médias répandant des rumeurs.
Q 39 : Compte tenu des résultats des élections locales à Hong Kong, Carrie Lam doit-elle continuer à rester à son poste de chef de l’exécutif de la Région administrative spéciale de Hong Kong ?

Carrie Lam index Carrie Lam

R : Vous devez savoir que notre position est très claire. Le gouvernement central soutient sans réserve le chef de l’exécutif Carrie Lam, qui dirige le gouvernement de la Région administrative spéciale dans l’administration de Hong Kong, il soutient sans réserve la police de Hong Kong dans l’application de la loi et le rétablissement de l’ordre public, et il soutient sans réserve les organes judiciaires de Hong Kong dans la punition des criminels violents.

CHINE 20 DU 25-11-2019 ---W020191128381133830635

Q 40 : Alice Wells, la secrétaire américaine adjointe par intérim pour l’Asie du Sud et l’Asie centrale, dans un discours prononcé au Woodrow Wilson International Centre for Scholars, a affirmé que le corridor économique Chine-Pakistan a lourdement endetté le Pakistan et que le modèle américain de coopération économique est meilleur que celui de la Chine.
Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
USA alice-wells-m Alice Wells, sous-secrétaire d’État adjointe chargée de l’Asie du Sud et du centre. Khalil Mazraawi, AFP
R : Vous devez avoir noté que l’ambassadeur de Chine au Pakistan a réagi rapidement. Des personnalités de différents milieux pakistanais, dont le Ministre des Affaires étrangères, le Ministre de la Planification et du Développement, le Président de l’Assemblée nationale et le Président de la Commission sénatoriale des affaires étrangères, ont également aussitôt réfuté les propos américains.

Les remarques de Mme Wells ne sont pas neuves. Elles s’inscrivent quasiment mot pour mot dans le droit fil des calomnies à l’encontre de la Chine, du corridor économique Chine-Pakistan et de l’initiative « la Ceinture et la Route », à l’instar de ceux répétés par certains Américains.

China-Pakistan-Economic-Corridor-CPEC

La Chine et le Pakistan ont clarifié et réfuté ces propos à maintes reprises. Cependant, certains Américains utilisent toujours le même scénario et jouent le même répertoire. Ils ne s’arrêtent pas, même si leur exhibition est devenue un désastre complet, et ils restent toujours sur la scène même s’ils se font huer par le public.

Puisque la partie américaine est si obstinée, je ferai de même aujourd’hui, je vais répéter les points essentiels que j’ai énoncés maintes et maintes fois.
Premièrement, la Chine s’en tient toujours, dans l’édification du corridor économique Chine-Pakistan, au principe dit de « concertation, synergie et partage ».
Nous mettons toujours les intérêts du peuple pakistanais en priorité. Des progrès importants ont été réalisés depuis les cinq dernières années, de premiers fruits ont été obtenus dans 22 projets au moins, ce qui a considérablement amélioré les infrastructures de transport et l’approvisionnement en électricité au Pakistan, créé des dizaines de milliers d’emplois pour les Pakistanais et contribué à 1 ou 2% de la croissance économique du Pakistan.

Cela montre que le corridor économique Chine-Pakistan joue un rôle de plus en plus important dans le renforcement du développement socio-économique du Pakistan et l’amélioration des conditions de vie de la population pakistanaise. À la question de savoir si l’édification du corridor économique Chine-Pakistan va bien ou non, et si la coopération sino-pakistanaise est bonne ou non, les faits et les chiffres donnent la réponse.

Deuxièmement, les États-Unis, au mépris des faits, ne cessent de faire un grand tapage autour du prétendu problème de la dette, dans le véritable objectif de perturber l’édification du corridor économique Chine-Pakistan et de semer la discorde dans les relations sino-pakistanaises.
Leur intention est extrêmement sinistre. En fait, la moitié de la dette extérieure du Pakistan provient d’institutions financières multilatérales.
Plus de 80% des projets du corridor économique Chine-Pakistan sont financés par des investissements directs ou des subventions en provenance de Chine, et moins de 20% par des prêts chinois.
Selon les statistiques publiées par la partie pakistanaise, la dette contractée auprès du corridor économique Chine-Pakistan s’élève à 4,9 milliards de dollars, soit moins d’un dixième de la dette totale du Pakistan. Je pense que certaines personnes aux États-Unis peuvent ne pas être mauvaises en arithmétiques, mais elles sont nourries de mauvaises intentions.

CHINE PAKISTAN 20150606_ASM987

Troisièmement, si les États-Unis souhaitent coopérer avec le Pakistan et contribuer à son développement accéléré, ils doivent honorer leurs engagements par des actions concrètes, au lieu d’être forts en gueule et perturbateurs. C’est une mentalité malsaine et indigne d’empêcher les autres de faire ce que l’on ne peut pas faire ou de diffamer les efforts des autres que l’on ne peut pas déployer.

Enfin, quoi que les États-Unis disent ou fassent pour perturber et saboter la coopération sino-pakistanaise, nous travaillerons fermement avec le Pakistan pour faire progresser l’édification du corridor économique Chine-Pakistan et le partenariat de coopération stratégique sino-pakistanais à toute épreuve, afin d’apporter plus d’avantages au peuple pakistanais, à la région et aux autres pays du monde.

Q 41 : Les résultats actuels des élections locales de Hong Kong sont plus favorables au camp « pro-démocratie ».
Ce résultat signifie-t-il que le gouvernement central chinois devrait ou va reconsidérer la manière dont il va gérer la situation à Hong Kong ?
 R : Comme je l’ai dit plus tôt, la tâche la plus urgente à Hong Kong consiste à mettre fin à la violence et à rétablir l’ordre. Hong Kong fait partie de la Chine, ses affaires sont des affaires purement intérieures de la Chine. Le gouvernement chinois est fermement déterminé à préserver la souveraineté nationale, les intérêts de sécurité et de développement, il est fermement déterminé à appliquer le principe d’« un pays, deux systèmes », et il est fermement déterminé à s’opposer à toute ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong.
Q 42 : Les services de renseignements australiens ont déclaré qu’ils enquêtaient sur un complot chinois visant à implanter un espion chinois au Parlement du Commonwealth d’Australie.
Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?
 R : La Chine poursuit toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. Nous développons des relations de coopération d’amitié avec l’Australie et d’autres pays sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages mutuels. Nous n’avons jamais et nous ne sommes jamais intéressés à nous immiscer dans les affaires intérieures d’autres pays.
Depuis un certain temps, des politiciens, institutions et médias australiens ont été extrêmement tendus sur les questions liées à la Chine. Ils semblent avoir atteint un état d’hystérie et de nervosité extrême. Des histoires comme l’« espionnage chinois » ou l’« infiltration de la Chine en Australie », avec des intrigues aussi bizarres et des détails accrocheurs, ne sont que des mensonges.
Nous espérons que ces politiciens, institutions et médias australiens pourront considérer la Chine et les relations entre la Chine et l’Australie avec une attitude saine, ce qui contribuera à un développement sain et stable des relations bilatérales, ainsi qu’à leur propre santé physique et mentale.
Q 43 : Un article publié dans le Global Times a déclaré que la Chine et les États-Unis étaient très proches de l’accord de première phase.
Pouvez-vous confirmer cela ?
 R : En ce qui concerne la question économique et commerciale entre la Chine et les États-Unis, je peux vous dire que les deux parties entretiennent des relations étroites. Nous espérons que les deux parties trouveront une solution mutuellement acceptable sur la base de l’égalité et du respect mutuel, cela est dans l’intérêt de la Chine, des États-Unis et des autres pays.
Je vous conseille de vous renseigner auprès du Ministère chinois du Commerce pour les détails et l’avancement des consultations.

CHINE 21 DU 25-11-2019 ---W020191128381133837596

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1719787.shtml


Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.
Chinese golden dragon statue isolate on white background. Clipping path.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s