3532 – 5 Conférences de presse du 21 au 25 octobre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying … 43 Questions/Réponses


  1. Q : Première question, l’ambassadeur des États-Unis en Chine a déclaré aujourd’hui que Washington avait mis en œuvre des « mesures de réciprocité » à l’égard de la Chine, et il espère que le gouvernement chinois assouplira les restrictions imposées aux diplomates américains pour leurs rencontres avec les responsables locaux en Chine. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? La Chine assouplira-t-elle les restrictions ? Deuxième question, pouvez-vous confirmer ou commenter la déclaration faite aujourd’hui par le Japon selon laquelle un citoyen japonais soupçonné d’espionnage est détenu par la Chine ?
  2. Q : Nous avons noté que les manifestations en Catalogne en Espagne et à Londres au Royaume-Uni ressemblent de plus en plus à celles de Hong Kong, en particulier quand il s’agit d’infractions violentes comme les incendies criminels, le blocage d’aéroports et le saccage de magasins. Les manifestants violents des deux pays ont prétendu, sans dissimuler leur intention, avoir copié l’« expérience de Hong Kong » et vouloir faire de ces lieux « un autre Hong Kong ». Cependant, les politiciens et les médias occidentaux ont très peu parlé de cela et certains d’entre eux restent même muets à ce sujet, disant que ce qui se passe à Hong Kong illustre la « démocratie et la liberté » tandis que ce qui se passe en Occident relève « de la violence et des émeutes ». Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  3. Q : Le 17 octobre, David Stilwell, Secrétaire d’État adjoint des États-Unis, a déclaré dans son discours sur la politique chinoise des États-Unis prononcé au Wilson Center que la Chine et les États-Unis se trouvaient dans une concurrence stratégique, que les États-Unis devaient changer la manière d’entretenir des relations avec la Chine, et tenir compte de la modération idéologique qui s’est accrue. Il a également critiqué sans fondement le système social chinois. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  4. Q : Le Vice-Président Wang Qishan assistera demain à la cérémonie d’intronisation du nouvel Empereur japonais. Qu’attend la Chine de cette visite ?
  5. Q : Première question, l’Iran a déclaré qu’un envoyé spécial chinois se rendrait demain à Téhéran. Avez-vous des informations à ce sujet ? Deuxième question, le Président Xi Jinping a-t-il décidé de participer à la réunion des dirigeants des entités économiques de l’APEC au Chili ?
  6. Q : S’agissant de la détention du Japonais en Chine, la partie chinoise a-t-elle apporté des éclaircissements à la partie japonaise au sujet de la cause de la détention ? Certains Japonais disent que cet incident fera l’effet d’une douche froide sur la dynamique d’amélioration des relations entre la Chine et le Japon. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  7. Q : Selon des médias, le Président indonésien élu Joko Widodo a officiellement prêté serment le 20 octobre. L’envoyé spécial du Président Xi Jinping et Vice-Président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’investiture. Pourriez-vous partager plus d’informations à ce sujet ? Quelles sont les attentes de la Chine en matière de coopération avec le nouveau gouvernement indonésien ?
  8. Q : Selon les médias, le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré le 21 octobre que le bras long du gouvernement chinois touche les entreprises américaines, volant leur propriété intellectuelle et leur imposant le transfert de technologies. Par conséquent, il est très difficile pour de nombreuses entreprises américaines de réaliser des bénéfices en Chine. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?
  9. Q : Le Sous-secrétaire adjoint américain à la Défense, Chad Sbragia, a déclaré lors du Forum Xiangshan à Beijing le 21 octobre que les Etats-Unis ne cherchaient pas à « se découpler » de la Chine ni ne demandaient à aucun pays de choisir son camp. Ce que les Etats-Unis recherchent, c’est un rééquilibrage et un redressement des relations sino-américaines. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  10. Q : La Chine recherche des représailles contre les Etats-Unis pour non-respect de la décision de l’OMC. Pensez-vous que cela affectera les négociations commerciales en cours entre la Chine et les Etats-Unis?
  11. Q : Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré hier que sa société avait remarqué que la Russie, l’Iran et la Chine avaient tenté de s’immiscer dans les élections présidentielles américaines qui se tiendront l’année prochaine. Quel est votre commentaire à ce propos ?
  12. Q : Hier, selon CNN et d’autres médias américains, un spécialiste australien a découvert que Ron Vara, expert connu comme intransigeant envers la Chine et cité pour critiquer la Chine dans des ouvrages du directeur du Conseil national du commerce de la Maison-Blanche, Peter Navarro, était en fait une figure fabriquée. M. Navarro a reconnu que cet « expert » n’était pas réel, affirmant que « quelqu’un a enfin découvert une blague qui se cache depuis des années ». Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  13. Q : La Chine a-t-elle félicité Justin Trudeau pour le résultat des élections canadiennes ?
  14. Q : Le vice-président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur japonais aujourd’hui. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  15. Q : Une question sur la Turquie : le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré hier que le Président Trump était tout à fait prêt à ordonner une opération militaire américaine contre la Turquie, si nécessaire. Dans le contexte de la crise au Moyen-Orient, d’après vous, comment cela affectera-t-il la situation ?
  16. Q : Quelles sont les attentes de la Chine par rapport au nouvel empereur du Japon ?
  17. Q : Selon les médias, lors de la première séance plénière après la cérémonie d’ouverture du 70e Congrès astronomique international (CAI) tenu à Washington le 21, plus de 1 000 spectateurs sur place ont posé la question suivante en votant par l’intermédiaire de leurs smartphones : « Une importante agence spatiale me manque à ce congrès. Où est passée l’Administration spatiale nationale de Chine (ASNC) ? ». La question posée à travers le système de vote selon la méthode du panel par smartphone est restée à la Une. On dit que l’absence de la délégation chinoise est due à une obstruction dans la délivrance des visas pour les États-Unis. Pouvez-vous confirmer cela et présenter plus d’informations ?
  18. Q : Le porte-parole des talibans a déclaré hier soir que la Chine avait invité une délégation à participer au dialogue interne entre les différentes factions afghanes. Pouvez-vous nous donner des détails à ce sujet ?
  19. Q : Un dirigeant américain a déclaré le 21 octobre, lors d’une réunion du gouvernement, que la Chine voulait conclure un accord économique et commercial et que son taux de croissance économique, peut-être négatif, est le plus bas depuis les 57 dernières années, ce qui est favorable pour parvenir à un accord. Quelle est l’opinion de la Chine sur ces remarques ?
  20. Q : Selon des reportages, le dirigeant suprême de la RPDC, Kim Jong-un, a ordonné, lors de sa visite au mont Kumgang, le retrait des installations de la République de Corée sur le mont. Certains analystes estiment que cela affectera les relations entre la République de Corée et la RPDC. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  21. Q : Selon certaines informations, le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré lors de la réunion annuelle du club des présidents de Heritage Foundation, le 22 octobre, que « la Chine est tout au plus un concurrent stratégique qui utilise la contrainte et la corruption comme ses instruments de gouvernance ». Quelle est la réponse de la partie chinoise à cet égard ?
  22. Q : Le Président russe Poutine a signé le 22 octobre un accord avec le Président turc Erdogan sur la situation dans le nord de la Syrie. Selon cet accord, l’armée russe et les troupes syriennes à la frontière aideront la milice kurde et ses équipements à se retirer des zones frontalières entre la Turquie et la Syrie dans six jours. Après cela, les forces russes et turques commenceront des patrouilles conjointes jusqu’à 10 km de la frontière syro-turque à l’ouest et à l’est de la zone de l’opération turque. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  23. Q : Le Conseiller d’État Wang Yi vient de terminer sa visite en Suisse. Pouvez-vous nous donner des détails sur sa visite ? Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  24. Q : Concernant le cas du suspect de meurtre Chan Tong-kai, le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a demandé à Taiwan de l’emmener à Taiwan pour qu’il y soit jugé. Cependant, Hong Kong a rejeté la proposition de Taiwan d’envoyer une délégation pour le ramener à Taiwan. Avez-vous des explications sur les raisons pour lesquelles Hong Kong a pris cette décision ?
  25. Q : Vous venez de parler des discussions internes entre le gouvernement afghan et les talibans. Pourriez-vous nous parler du calendrier prévu et nous dire quand ces discussions auront lieu en Chine ?
  26. Q : Le 22 octobre, la Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Pelosi, a tweeté une photo prise lors de sa rencontre avec Jimmy Lai et Martin Lee aux États-Unis et a déclaré que « son soutien et son admiration vont à ceux qui sont descendus dans la rue semaine après semaine pour combattre de manière non violente pour la démocratie et la primauté du droit à Hong Kong ». Quelle est la réaction de la partie chinoise à cet égard ?
  27. Q : Selon des rapports professionnels, la RPDC est en train de négocier avec la Chine pour lui accorder des droits d’extraction de terres rares en échange d’investissements chinois dans la construction de centrales solaires pour produire de l’électricité en RPDC. Est-ce vrai ? Comment ce plan fonctionnera-t-il compte tenu des sanctions onusiennes interdisant à la RPDC d’exploiter ses terres rares ?
  28. Q : Le Centre américain d’études stratégiques et internationales (CSIS) a récemment publié un rapport intitulé « La coopération scientifique à l’ère de la concurrence stratégique », soulignant que les restrictions imposées par les États-Unis à la coopération scientifique sino-américaine pour des raisons de « sécurité nationale » s’inscrivaient dans la poursuite de la mentalité de la guerre froide. L’administration américaine doit renforcer la coopération avec le secteur privé et les instituts de recherche universitaires pour trouver un équilibre entre les recherches ouvertes et la sécurité nationale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  29. Q : Selon le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale publié par cette dernière, la Chine se classe, en matière d’environnement des affaires, à la 31e place mondiale cette année, après avoir occupé la 46e place l’année dernière et la 78e l’année précédente. Elle figure parmi les dix premières économies qui enregistrent la plus importante amélioration dans leur environnement des affaires depuis deux années consécutives. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  30. Q : Ma question porte sur la Mer de Chine méridionale. Le Vietnam a affirmé que jeudi, un pétrolier chinois et ses escortes avaient quitté les eaux de la Mer de Chine méridionale, en faisant savoir que cela a violé sa souveraineté. Comment la Chine y réagit-elle ? Pouvez-vous confirmer si le navire a quitté lesdites eaux ?
  31. Q : Le Président brésilien entame une visite d’État en Chine aujourd’hui. Il a promis, à l’occasion de son élection, de rétablir la politique étrangère du Brésil. Comment la Chine envisage-t-elle les relations actuelles entre les deux pays ? Quelle sera l’influence de l’élection du Président Bolsonaro sur les relations sino-brésiliennes ?
  32. Q : Des manifestations et des émeutes ont eu lieu ces derniers jours au Chili. La Chine en est-elle inquiète ? A-t-elle pris des mesures spéciales pour assurer la sécurité de la délégation chinoise dans le pays ?
  33. Q : Hier, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a demandé au Vice-Président Wang Qishan d’accorder une assistance dans l’affaire du professeur japonais détenu en Chine. Pouvez-vous nous donner plus d’informations concrètes à ce sujet ?
  34. Q : Un rapport publié récemment par le think tank australien Lowy Institute indique que la Chine n’a pas appliqué la politique du « piège de la dette » dans la région insulaire du Pacifique. En réalité, les subventions et prêts chinois concernent des routes, des ponts et des bâtiments modernes qui correspondaient à des besoins urgents pour l’amélioration des conditions de vie des populations des pays insulaires. Ce ne sont pas des « éléphants blancs » ni des « voies sans issue », comme accusent certains. Le rapport indique également que les prêts chinois répondaient mieux aux besoins locaux. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  35. Q : Une question sur les 39 corps retrouvés dans le camion aux alentours de Londres. Pourriez-vous confirmer si ces 39 corps étaient ou non des ressortissants chinois ? Si vous pouvez confirmer qu’il s’agissait de ressortissants chinois, savez-vous d’où ils venaient en Chine ? Etaient-ils originaires de la province du Fujian ? Le gouvernement chinois soupçonne-t-il qu’ils tentaient effectivement d’entrer illégalement au Royaume-Uni ?
  36. Q : Vous avez annoncé les prochaines visites du Premier ministre Li Keqiang. Quel regard la Chine porte-t-elle sur le développement de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et la 18e réunion du Conseil des chefs de gouvernement de l’OCS ? En outre, comment la Chine envisage-t-elle la coopération actuelle en Asie de l’Est et quelles sont vos attentes pour les réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est ?
  37. Q : Un fonctionnaire des îles Salomon a déclaré aujourd’hui que la tentative du chinois Sam Group de louer l’île Tulagi était illégale et que l’entreprise chinoise devait y mettre un terme immédiatement. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  38. Q : En ce qui concerne la tragédie survenue au Royaume-Uni, je comprends que les détails sont limités pour le moment, mais vous pouvez peut-être fournir des éléments de contexte. Comme vous l’avez expliqué, la République populaire de Chine a connu de nombreux succès, avancées et progrès au cours des 70 dernières années. La partie chinoise a tenu des célébrations plus tôt ce mois-ci à l’occasion de la Fête nationale. Mais des Chinois ont quitté la Chine d’une manière si risquée ! Quelle motivation les aurait incités à faire cela ? Comment le monde extérieur doit-il appréhender cela ?
  39. Q : Le journal Global Times a déclaré que la responsabilité de ces 39 décès tragiques incombait à la Grande-Bretagne et à d’autres pays européens. Est-ce aussi l’opinion du gouvernement chinois ?
  40. Q : On célèbre aujourd’hui la Journée de la solidarité anti-sanctions instaurée par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Les pays africains demandent à l’Occident de lever les sanctions contre le Zimbabwe. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  41. Q : La crise de la NBA en Chine semble se poursuivre, mais les fans chinois semblent rester fidèles à la NBA. Qu’est-ce que le gouvernement chinois aimerait qu’il se passe dans ce cas ?
  42. Q : Y a-t-il une date précise pour la réunion avec les représentants de l’Afghanistan à Beijing la semaine prochaine ?
  43. Q : Le Ministre japonais du Commerce, Isshu Sugawara, a démissionné aujourd’hui. Il était un négociateur du Japon dans les négociations sur le RCEP. Pensez-vous que sa démission aura des effets négatifs sur le RCEP ?

10384329-dragon-d-or-sur-fond-blanc

Conférence de presse du 21 octobre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying – Q 1 à 7

CHINE 1 21 octobre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying W020191024607675306135

1/43 Q : Première question, l’ambassadeur des États-Unis en Chine a déclaré aujourd’hui que Washington avait mis en œuvre des « mesures de réciprocité » à l’égard de la Chine, et il espère que le gouvernement chinois assouplira les restrictions imposées aux diplomates américains pour leurs rencontres avec les responsables locaux en Chine. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? La Chine assouplira-t-elle les restrictions ?
Deuxième question, pouvez-vous confirmer ou commenter la déclaration faite aujourd’hui par le Japon selon laquelle un citoyen japonais soupçonné d’espionnage est détenu par la Chine ?

CHINE AMBASSADEUR ciu_tankai AUX USAl’ambassadeur de Chine aux États-Unis Cui Tiankai

R : Concernant votre première question, mon collègue a exposé, il y a quelques jours, la position de la Chine sur les restrictions imposées par les États-Unis aux activités normales des diplomates chinois aux États-Unis. Selon vous, l’ambassadeur américain a dit que des restrictions lui étaient imposées. Je ne sais pas dans quelle enceinte il a dit cela, ce qu’il a dit exactement et quelles restrictions concrètes lui ont été imposées en Chine.
Je me rappelle que l’ambassadeur de Chine aux États-Unis Cui Tiankai a déclaré, il y a quelques jours à peine, que l’ancien ambassadeur américain en Chine s’était rendu dans toutes les provinces chinoises en trois ans, alors que l’ambassadeur Cui Tiankai n’a même pas parcouru un seul État américain pendant son mandat de six ans et demi.
La partie chinoise apporte toujours soutien et facilités nécessaires aux activités officielles normales des diplomates américains en Chine. Je ne sais pas si l’ambassadeur américain pourra apporter des éclaircissements sur ses remarques concernant le moment et le type de restrictions dont il a fait l’objet.
Sur cette question, nous espérons que la partie américaine pourra faire face à la réalité et faciliter les échanges interpersonnels et les activités officielles normales entre les deux pays, au lieu de créer des obstacles ou, pire encore, de rejeter la responsabilité sur autrui.
Quant à votre deuxième question, je vous invite à vous renseigner auprès du département compétent, car je ne connais pas les détails. Mais je tiens à souligner que la partie chinoise traite toujours les affaires relatives aux citoyens étrangers suspects de violer la législation chinoise en vertu de la loi.
Concernant le cas que vous évoquez, nous accorderons, conformément à l’Accord consulaire sino-japonais, l’assistance nécessaire pour que la partie japonaise puisse s’acquitter de ses fonctions consulaires.
2/43 Q : Nous avons noté que les manifestations en Catalogne en Espagne et à Londres au Royaume-Uni ressemblent de plus en plus à celles de Hong Kong, en particulier quand il s’agit d’infractions violentes comme les incendies criminels, le blocage d’aéroports et le saccage de magasins.
Les manifestants violents des deux pays ont prétendu, sans dissimuler leur intention, avoir copié l’« expérience de Hong Kong » et vouloir faire de ces lieux « un autre Hong Kong ».
Cependant, les politiciens et les médias occidentaux ont très peu parlé de cela et certains d’entre eux restent même muets à ce sujet, disant que ce qui se passe à Hong Kong illustre la « démocratie et la liberté » tandis que ce qui se passe en Occident relève « de la violence et des émeutes ». Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

manifggg

R : Nous avons noté l’évolution des événements en Catalogne en Espagne et à Londres au Royaume-Uni, ainsi que l’attitude des pays occidentaux à cet égard. Les reportages et commentaires des médias attirent l’attention du public chinois. Nous pensons que tout ce qui se passe en Catalogne et à Londres fait partie des affaires intérieures, respectivement, de l’Espagne et du Royaume-Uni, qui devraient être judicieusement traitées conformément aux lois des pays en question.
Cependant, comme vous venez de le dire et comme le public chinois l’a remarqué, certains politiciens et médias occidentaux ont apparemment adopté des attitudes différentes à l’égard d’infractions violentes illégales commises à différents endroits, même si elles ont eu lieu sous la même forme.

Cela met en évidence deux questions au moins.

Premièrement, la démocratie et les droits de l’homme ne constituent qu’un prétexte prétentieux de l’ingérence occidentale dans les affaires de Hong Kong.
Deuxièmement, il ne peut y avoir qu’un seul critère et une seule attitude à l’égard des infractions violentes. En fin de compte, le double critère et l’indulgence ne pourront que nuire à autrui et faire du mal à soi-même.
À en juger par l’évolution des événements de ces derniers jours et les assertions de certains politiciens occidentaux, de plus en plus de personnes se rendent compte que les « droits de l’homme », la « démocratie » et le « panorama splendide » prêchés par ces politiciens occidentaux ne sont qu’un mirage illusoire dans le désert ou le chant des sirènes dans la mer. Ceux qui ne peuvent pas distinguer la vérité du mensonge et faire preuve d’une grande fermeté finiront par se perdre et en payer le prix.
3/43 Q : Le 17 octobre, David Stilwell, Secrétaire d’État adjoint des États-Unis, a déclaré dans son discours sur la politique chinoise des États-Unis prononcé au Wilson Center que la Chine et les États-Unis se trouvaient dans une concurrence stratégique, que les États-Unis devaient changer la manière d’entretenir des relations avec la Chine, et tenir compte de la modération idéologique qui s’est accrue. Il a également critiqué sans fondement le système social chinois. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
tilwell, nouveau secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique, parle à la presse à son arrivée à l'aéroport international d'Incheon le 16 juillet 2019PYH2019071627340001300_P4  David Stilwell, nouveau secrétaire d’Etat adjoint américain aux affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, parle à la presse à son arrivée à l’aéroport international d’Incheon le 16 juillet 2019. 
R : J’ai noté les reportages concernés. Le discours de M. Stilwell a révélé le grave préjudice causé par certains Américains à la Chine, ainsi que leur mentalité profondément enracinée d’hégémonie et de deux poids deux mesures.
Dans son discours, il a critiqué sans aucune raison valable le système social chinois, ayant en travers de la gorge la recherche par la Chine du renouveau de la nation.

En fait, les Chinois sont les mieux placés pour dire si leur système est bon ou non. Et les faits ont répondu à cette question. Nous venons de célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.

La communauté internationale a hautement apprécié les énormes progrès réalisés par la Chine au cours des sept dernières décennies et sa contribution importante à la paix et au développement dans le monde.
À cette occasion, les dirigeants de 178 pays et 36 responsables d’organisations internationales et régionales ont adressé leurs félicitations à la Chine par différents moyens.
L’histoire et la pratique ont montré que la voie du socialisme à la chinoise est une voie tout à fait juste, conforme aux conditions nationales chinoises et aux besoins du peuple chinois, et qu’elle est donc approuvée et soutenue par le peuple chinois.

Les sondages menés par plusieurs organismes étrangers montrent que la Chine jouit du taux de soutien interne le plus élevé en ce qui concerne son système social et sa voie de développement parmi tous les pays interrogés.

  • Puisque c’est une voie juste et réussie, pourquoi devrions-nous changer de cap ?
  • Puisque cette voie bénéficie du soutien de la population, pourquoi devrions-nous y renoncer ?

La Chine et les États-Unis sont différents quant à leurs histoires, leurs cultures, leurs systèmes sociaux, leurs voies de développement et leurs conditions nationales. Aucune des deux parties n’est capable de changer l’autre.

La tentative américaine de transformer les autres selon sa propre intention est erronée et ne se réalisera pas. La Chine ne se laissera pas manipuler par autrui.

Nous poursuivrons inébranlablement la voie et la direction que nous avons choisies. La Chine n’a jamais eu l’intention de changer les États-Unis. De même, les États-Unis ne devraient pas rêver de changer la Chine non plus. Ils devraient apprendre à respecter le droit légitime de la Chine et des autres pays en développement, avec un état d’esprit inclusif et impartial. Si un pays rêve toujours de changer, voire de transformer les autres pays, ses espoirs finiront par se briser.

Ce n’est qu’en apprenant la coexistence pacifique et la coopération gagnant-gagnant que l’on pourra admirer ensemble un beau ciel étoilé.

Je tiens à souligner de nouveau qu’il y a eu effectivement concurrence et désaccord entre la Chine et les États-Unis, mais il importe de ne pas laisser notre pensée contrôler par des préjugés et de l’appréhension, encore moins laisser nos relations orienter par le conflit et la confrontation.
Au contraire, nous devons rechercher l’entente par-delà les divergences, mener des consultations sur un pied d’égalité et gérer les différends.

Nous espérons que les États-Unis abandonneront leur mentalité obsolète de la guerre froide, reviendront à la raison, envisageront et géreront judicieusement les relations avec la Chine et s’efforceront d’agir davantage pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération entre les deux pays, et non le contraire.

4/43 Q : Le Vice-Président Wang Qishan assistera demain à la cérémonie d’intronisation du nouvel Empereur japonais. Qu’attend la Chine de cette visite ?

CHINE Le Vice-Président Wang Qishan 6075a38a-a50d-11e8-851a-8c4276191601_1280x720_114709 Le Vice-Président Wang Qishan

R : En tant qu’envoyé spécial du Président Xi Jinping, le Vice-Président Wang Qishan s’est rendu au Japon pour assister à la cérémonie d’intronisation de l’Empereur Naruhito.
La Chine et le Japon sont des voisins importants liés par la mer. Le Président Xi Jinping a rencontré le Premier Ministre Shinzo Abe lors du sommet du G20 à Osaka en juin dernier, et a dégagé un consensus important sur la construction d’une relation bilatérale qui répond à la demande de la nouvelle ère. La Chine entend travailler de concert avec le Japon pour, à travers la visite du Vice-Président Wang Qishan, maintenir la dynamique des échanges de haut niveau, intensifier les échanges et la coopération pragmatiques dans différents domaines et faire progresser les relations bilatérales sur la bonne voie.
5/43 Q : Première question, l’Iran a déclaré qu’un envoyé spécial chinois se rendrait demain à Téhéran. Avez-vous des informations à ce sujet ? Deuxième question, le Président Xi Jinping a-t-il décidé de participer à la réunion des dirigeants des entités économiques de l’APEC au Chili ?
R : Sur votre première question, je n’ai rien de précis à vous présenter pour le moment. Je peux vous dire que la Chine et les pays du Golfe maintiennent des contacts amicaux et étroits.

Chili-renonce-à-lorganisation-des-sommets-de-lAPEC-et-de-la-COP25-M annulation de l’organisation du Sommet de l’APEC,

En ce qui concerne votre deuxième question, la Chine attache une grande importance à la 27e réunion des dirigeants des entités économiques de l’APEC qui se tiendra au Chili.
NEWS L’annonce de l’annulation de l’organisation du Sommet de l’APEC, qui devait se tenir mi-novembre à Santiago, n’affecte en rien les engagements du Chili envers cet important forum et son action pour faire face aux effets du réchauffement climatique, ont affirmé, mercredi à Santiago, les ministre des Relations extérieures, Teodoro Ribera, et de l’Environnement, Carolina Shmidt. »Compte tenu des circonstances difficiles qu’a connues notre pays, le président a décidé d’annuler le Sommet de l’APEC de 2019 afin de concentrer les efforts du gouvernement en vue du rétablissement complet de l’ordre public, de la sécurité des citoyens et de la paix sociale et promouvoir le nouvel agenda social », a indiqué M. Ribera lors d’un point de presse au Palais de La Moneda en présence de Mme Shmidt.EXTRAIT DE http://mapecology.ma/actualites/lannulation-sommet-de-lapec-de-cop25-naffecte-rien-engagements-chili-action-changement-climatique-ministres/
L’APEC est un mécanisme important de coopération économique dans la région Asie-Pacifique. La Chine est prête à travailler de concert avec les autres parties pour faire aboutir la réunion à des résultats fructueux et pour faire progresser la coopération de l’APEC de manière plus approfondie et plus pragmatique. La Chine soutient l’organisation avec succès par le Chili de la réunion de l’APEC de cette année. Quant à la présence de la Chine, nous ferons une annonce officielle en temps opportun.
6/43 Q : S’agissant de la détention du Japonais en Chine, la partie chinoise a-t-elle apporté des éclaircissements à la partie japonaise au sujet de la cause de la détention ? Certains Japonais disent que cet incident fera l’effet d’une douche froide sur la dynamique d’amélioration des relations entre la Chine et le Japon. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

https://static.wixstatic.com/media/9e78c5_49bfd3d5483d429eba22b7ba35086656~mv2.png/v1/fill/w_410,h_231,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/9e78c5_49bfd3d5483d429eba22b7ba35086656~mv2.webp

R : Comme je l’ai dit tout à l’heure, il faut se renseigner auprès du département compétent pour avoir des précisions sur ce cas. Mais je peux vous assurer que la Chine est un État de droit. Le département compétent ne détient jamais de citoyens étrangers sans raison. Comme je viens de le dire, la partie chinoise traite la violation de la législation chinoise par les citoyens étrangers conformément à la loi.
Concernant ce cas concret, nous accorderons l’assistance nécessaire à la partie japonaise dans l’exercice de ses fonctions consulaires, conformément aux dispositions pertinentes de l’Accord consulaire sino-japonais. Nous espérons que le Japon rappellera à ses citoyens de respecter les lois et règlements chinois et de ne pas se livrer à des activités illégales et criminelles en Chine.
Certains disent que cette affaire affectera l’amélioration des relations bilatérales. Eh bien, je pense qu’une telle interprétation ou spéculation est sûrement une exagération. Il est inutile de lier un cas isolé aux relations entre les deux pays, car ce sont deux choses différentes. Comme je l’ai dit, le Vice-Président Wang Qishan assistera demain à la cérémonie d’intronisation de l’Empereur Naruhito. Nous sommes prêts à travailler avec le Japon pour promouvoir le développement des relations bilatérales sur la bonne voie.
7/43 Q : Selon des médias, le Président indonésien élu Joko Widodo a officiellement prêté serment le 20 octobre. L’envoyé spécial du Président Xi Jinping et Vice-Président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’investiture. Pourriez-vous partager plus d’informations à ce sujet ? Quelles sont les attentes de la Chine en matière de coopération avec le nouveau gouvernement indonésien ?

INDONESIE Joko-Widodo-un-musulman-modere-elu-pour-un-second-mandat-en-Indonesie  Président Joko Widodo 

R : À l’invitation du gouvernement indonésien, du 18 au 21 octobre, l’envoyé spécial du Président Xi Jinping et Vice-Président Wang Qishan a participé, à Jakarta, à la cérémonie d’investiture du Président Joko Widodo pour son second mandat et a effectué une visite d’amitié dans le pays. Le Vice-Président Wang Qishan a rencontré respectivement le Président Joko Widodo et le Vice-Président Ma’ruf Amin.
Le Vice-Président Wang a transmis les chaleureuses félicitations, les salutations cordiales et les meilleurs vœux du Président Xi Jinping au Président Joko Widodo pour sa réélection, déclarant que la Chine et l’Indonésie sont de bons voisins, de bons amis et de bons partenaires.

carte_indonesie_region

La Chine et l’Indonésie étant de grands pays en développement en Asie et dans le monde, l’importance de leurs relations dépasse le cadre bilatéral.

La Chine apprécie l’engagement du Président Joko Widodo de promouvoir le partenariat stratégique global Chine-Indonésie, et participe activement, avec un grand soutien, à la connexion de l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et de la stratégie indonésienne de développement. Grâce à l’attention et au soutien des deux Chefs d’État, le projet de TGV Jakarta-Bandung a progressé dans d’heureuses conditions, ce qui en fait un exemple de coopération en matière d’infrastructures entre les deux pays.
  • La Chine et l’Indonésie sont deux représentants de la civilisation orientale, et possèdent un patrimoine historique et culturel aux couleurs très distinctes.
  • Elles sont également des économies émergentes et des membres importants du G20.
  • En tant que telles, les deux parties sont bien placées sur les plans géographique, historique et culturel pour renforcer les relations de coopération et ressentent également un besoin réaliste d’apprentissage mutuel et de coopération gagnant-gagnant.
  • Nous avons la certitude que, sous la direction du Président Joko Widodo, l’Indonésie réalisera de plus grands progrès dans les cinq années à venir.
  • Nous sommes également prêts à travailler de concert avec l’Indonésie pour hisser les relations bilatérales et la coopération pragmatique dans différents secteurs à un nouveau palier.

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1710417.shtml


10384329-dragon-d-or-sur-fond-blanc

 

Conférence de presse du 22 octobre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying – Q 8 à 16

 

8/43 Q : Selon les médias, le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré le 21 octobre que le bras long du gouvernement chinois touche les entreprises américaines, volant leur propriété intellectuelle et leur imposant le transfert de technologies. Par conséquent, il est très difficile pour de nombreuses entreprises américaines de réaliser des bénéfices en Chine. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

usa la « juridiction au bras long » 5D588FD0-8C23-4F94-9124-09204BB2487A_w650_r1_s

R : Comme tout le monde le sait, la « juridiction au bras long » est un outil de sanctions unilatérales et une pratique d’intimidation utilisés par les Etats-Unis pour réprimer délibérément des entités et des individus étrangers en vertu de leur droit national.

L’abus de la « juridiction au bras long » doit être considéré comme une « propriété intellectuelle » des États-Unis. La Chine s’y oppose fermement, n’y voit pas l’intérêt et ne la « volera » jamais.

En ce qui concerne les prétendues difficultés rencontrées par les entreprises américaines pour réaliser des bénéfices en Chine, vous vous souvenez peut-être de l’enquête de 2019 sur l’environnement des affaires en Chine publiée il y a peu par le Conseil commercial Etats-Unis-Chine.

Selon l’enquête,

  • 97% des entreprises américaines interrogées ont réalisé des bénéfices sur le marché chinois,
  • 74% des membres d’AmCham China envisagent d’accroître leurs investissements en Chine
  • et plus de 95% des entreprises interrogées affirment ne jamais avoir dû transférer des technologies à la partie chinoise.

Je me demande comment M. Pompeo est parvenu à la conclusion dont vous avez parlé.

9/43 Q : Le Sous-secrétaire adjoint américain à la Défense, Chad Sbragia, a déclaré lors du Forum Xiangshan à Beijing le 21 octobre que les Etats-Unis ne cherchaient pas à « se découpler » de la Chine ni ne demandaient à aucun pays de choisir son camp. Ce que les Etats-Unis recherchent, c’est un rééquilibrage et un redressement des relations sino-américaines. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

USA Sous-secrétaire adjoint américain à la Défense, Chad Sbragia c5c0fc50-f4c4-11e9-87ad-fce8e65242a6_image_hires_002521 Le Sous-secrétaire adjoint américain à la Défense, Chad Sbragia

R : Comme la partie chinoise l’a souligné à maintes reprises, étant donné la taille de nos économies et le degré d’interdépendance, le « découplage » ou la « fermeture de la porte » n’est ni raisonnable ni réaliste pour la Chine et les Etats-Unis. Se découpler de l’économie chinoise reviendrait à rompre avec les opportunités et l’avenir, et nous pensons que les Etats-Unis en sont parfaitement conscients.
L’ouverture et l’intégration sont la bonne voie à suivre. La Chine s’ouvre davantage à tous les pays, y compris les Etats-Unis. Dans le même temps, nous espérons que les Etats-Unis garderont leurs portes grandes ouvertes à la Chine et réduiront les restrictions déraisonnables. Ceci répondra aux intérêts des deux pays et aux attentes du monde.
10/43 Q : La Chine recherche des représailles contre les Etats-Unis pour non-respect de la décision de l’OMC. Pensez-vous que cela affectera les négociations commerciales en cours entre la Chine et les Etats-Unis?

R : Veuillez vous informer auprès des départements compétents sur votre question.

11/43 Q : Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré hier que sa société avait remarqué que la Russie, l’Iran et la Chine avaient tenté de s’immiscer dans les élections présidentielles américaines qui se tiendront l’année prochaine. Quel est votre commentaire à ce propos ?

USA Mark Zuckerberg, 1568872522681.None Mark Zuckerberg,

R : Ce n’est pas la première fois que quelqu’un accuse la Chine de s’immiscer dans les élections présidentielles américaines. Une telle accusation est absurde et ridicule.
La Chine poursuit le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays. Nous n’avons aucun intérêt à nous immiscer dans les affaires intérieures d’autres pays, y compris les élections présidentielles aux Etats-Unis. Ceux qui accusent la Chine d’une telle ingérence doivent présenter des preuves.

12/43 Q : Hier, selon CNN et d’autres médias américains, un spécialiste australien a découvert que Ron Vara, expert connu comme intransigeant envers la Chine et cité pour critiquer la Chine dans des ouvrages du directeur du Conseil national du commerce de la Maison-Blanche, Peter Navarro, était en fait une figure fabriquée. M. Navarro a reconnu que cet « expert » n’était pas réel, affirmant que « quelqu’un a enfin découvert une blague qui se cache depuis des années ». Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

USA Peter Navarro, RTX6PNWU_k0ykbm  Peter Navarro

R : Je pense que vous, mes amis chinois et étrangers de la presse, avez peut-être lu les reportages des médias.
Franchement, cette nouvelle a suscité de fortes réactions et une stupéfaction générale au sein de la communauté internationale. A un certain niveau, cela montre que, par intention cachée personnelle ou politique, certaines personnes aux Etats-Unis peuvent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour contenir et discréditer la Chine sans scrupule.
Il est absurde et extrêmement dangereux de mentir, de propager des mensonges, et même d’élaborer des politiques fondées sur des mensonges. De tels actes menacent et sapent les relations et l’ordre internationaux normaux, et finiront par nuire aux intérêts des Etats-Unis sur le long terme.
Malheureusement, cependant, nous avons entendu certaines personnes aux Etats-Unis le reconnaître : « Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. C’est la gloire de l’expérience américaine. » Nous avons constaté que les Etats-Unis avaient forgé des mensonges pour provoquer des guerres en Irak et en Syrie. Et maintenant, ils continuent d’inventer des mensonges sur des questions concernant le Xinjiang, Hong Kong, Huawei et ses technologies 5G, l’initiative « la Ceinture et la Route » et la prétendue « ingérence de la Chine dans les élections présidentielles américaines » mentionnée par le journaliste russe plus tôt.
Il est nécessaire que l’on établisse des limites dans son comportement. Nous espérons que certaines personnes aux Etats-Unis reviendront à la raison le plus tôt possible. Nous espérons également que la communauté internationale, y compris vous, mes amis journalistes, en tirera la leçon et examinera attentivement les idées et les allégations que certaines personnes aux Etats-Unis disséminent si désespérément dans leur propagande.
13/43 Q : La Chine a-t-elle félicité Justin Trudeau pour le résultat des élections canadiennes ?

trudeau   Justin Trudeau

R : Nous avons pris note du résultat des élections au Canada et nous ne le commentons pas, car c’est une affaire intérieure du Canada.
14/43 Q : Le vice-président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur japonais aujourd’hui. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
JAPON EMPEREUR MARUHITO 2019 2 19568037-19568016-g-jpg_6601343  À l’époque où le monde perd ses marques, il est émouvant de voir que l’archipel maintient ces cérémonies sans variation ou à peine depuis l’ère de Nara (710-784), puisque le rituel a juste été recodifié durant l’ère Meiji (1868-1912), au XIXe siècle, qui l’a débarrassé de ses éléments bouddhistes – https://www.lepoint.fr/monde/couronnement-de-naruhito-un-phenix-trois-banzai-et-douze-couches-de-kimonos-22-10-2019-2342781_24.php — L’empereur Naruhito du Japon 
R : Le Vice-président Wang a participé à la cérémonie d’intronisation de l’empereur Naruhito en tant qu’envoyé spécial du Président Xi, et a effectué une visite amicale au Japon. Durant sa visite, il rencontrera également les dirigeants japonais et les personnalités de divers milieux. A travers sa visite, nous espérons que nos deux pays maintiendront la dynamique des échanges de haut niveau, promouvront les échanges et la coopération pragmatique dans divers domaines et feront progresser les relations sino-japonaises sur la bonne voie.
15/43 Q : Une question sur la Turquie : le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré hier que le Président Trump était tout à fait prêt à ordonner une opération militaire américaine contre la Turquie, si nécessaire. Dans le contexte de la crise au Moyen-Orient, d’après vous, comment cela affectera-t-il la situation ?
 R : Tout le monde suit de près la situation actuelle au Moyen-Orient. Nous avons appelé la Turquie à plusieurs reprises à mettre fin à son opération militaire. Nous espérons que toutes les parties formeront une synergie pour lutter contre le terrorisme, faire avancer le processus de règlement politique de la question syrienne et préserver conjointement la paix et la tranquillité dans la région.
16/43 Q : Quelles sont les attentes de la Chine par rapport au nouvel empereur du Japon ?
 R : Nous espérons que les relations sino-japonaises se porteront de mieux en mieux.

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1710721.shtml


10384329-dragon-d-or-sur-fond-blanc

Conférence de presse du 23 octobre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying – Q 17 à 25

 

17/43 Q : Selon les médias, lors de la première séance plénière après la cérémonie d’ouverture du 70e Congrès astronomique international (CAI) tenu à Washington le 21, plus de 1 000 spectateurs sur place ont posé la question suivante en votant par l’intermédiaire de leurs smartphones :
« Une importante agence spatiale me manque à ce congrès. Où est passée l’Administration spatiale nationale de Chine (ASNC) ? ».
La question posée à travers le système de vote selon la méthode du panel par smartphone est restée à la Une. On dit que l’absence de la délégation chinoise est due à une obstruction dans la délivrance des visas pour les États-Unis. Pouvez-vous confirmer cela et présenter plus d’informations ?

5a1edfdb4eeeeb100fe76b8645d735b8

R : J’ai lu les informations concernées dans les médias et je me suis tout de suite renseignée auprès de l’ASNC. Il est vrai que l’absence de la délégation chinoise au CAI s’explique par le fait que les États-Unis n’ont pas délivré les visas à temps.
Comme vous le savez tous, le CAI, événement majeur dans le secteur spatial, est organisé conjointement par la Fédération internationale d’astronautique (IAF), l’Académie internationale d’astronautique (IAA) et l’Institut international de droit spatial. Considéré comme les Jeux olympiques du secteur spatial, le CAI attire chaque année des milliers de représentants de gouvernements, d’entrepreneurs et de scientifiques du monde entier. Partisan de la coopération spatiale multilatérale, et acteur majeur du CAI, la Chine envoie chaque année une délégation participer au CAI.

visas_permits_1

La Chine a remis en juillet aux États-Unis une liste préliminaire des délégués participant au CAI, trois mois avant l’événement. Le 12 octobre, la délégation de l’ASNC s’est rendue à l’ambassade américaine en Chine pour les entretiens relatifs aux visas. Cependant, le chef de la délégation chinoise n’a pas reçu de visa américain avant l’ouverture du CAI. C’est pourquoi la délégation chinoise n’a pas pu assister à la cérémonie d’ouverture, au forum des directeurs des agences et à d’autres événements importants. Cela explique la scène que vous avez évoquée et qui intéressait particulièrement les médias, autrement dit une « séance du CAI sans la participation de la Chine ».

C’est pourquoi le millier de spectateurs sur place, déconcertés, ont demandé à travers le système de vote selon la méthode du panel depuis leurs smartphones : « Une importante agence spatiale me manque à ce congrès. Où est passée l’Administration spatiale nationale de Chine (ASNC) ? », et la question a été affichée à la Une sur le grand écran installé dans le lieu où se tient le CAI, ce qui a attiré une grande attention de la communauté internationale.

Autant que je sache, parmi ceux qui n’ont pas obtenu de visas pour les États-Unis figurent le vice-président de l’IAF, le directeur général adjoint de la China Aerospace Science & Technology Corporation (CASC), ainsi que des membres du comité électoral de l’IAF et le secrétaire général de la Société d’astronautique de Chine.

Le déroutant discours de Mike Pence à l’ouverture de l’IAC 2019

Un phénomène très intéressant est que le Vice-Président américain Mike Pence a prononcé un discours à la cérémonie d’ouverture du CAI de cette année. Au lieu d’annoncer quelque chose de nouveau concernant la politique spatiale américaine ou la coopération internationale, il a déclaré la nécessité de promouvoir la coopération spatiale internationale dirigée par les États-Unis et de coopérer avec les pays « poursuivant un objectif commun, s’engageant dans la même voie et épris de liberté ».

Ce discours hautement politique a suscité une répugnance unanime des participants venant de plusieurs pays, estimant que cela va à l’encontre de l’objectif de l’IAF, qui se prononce pour la coopération internationale.

En réalité, la question des visas pour les États-Unis que connaît l’ASNC n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Comme nous l’avons indiqué ces derniers temps, les États-Unis ont pris de multiples mesures à l’encontre de chercheurs, d’étudiants, d’entrepreneurs et de scientifiques chinois, comme le refus de leur délivrer des visas, le traitement retardé de leurs demandes de visas, l’annulation de leurs visas de longue durée aux États-Unis, ainsi que l’interpellation et le harcèlement dont font l’objet des universitaires, des étudiants, des hommes d’affaires, ce qui a entravé les échanges socioculturels et interpersonnels normaux entre la Chine et les États-Unis et porté atteinte à la sécurité et aux droits et intérêts légitimes des personnels chinois.
Par ailleurs, vous avez peut-être aussi remarqué des informations selon lesquelles les États-Unis ont refusé de délivrer des visas aux délégués russes et iraniens pour la 74e Assemblée générale de l’ONU, ce qui constitue une violation de l’Accord de Siège de 1947 entre l’ONU et les États-Unis.

Les États-Unis, en faisant de la question des visas une « arme », au mépris maintes fois des responsabilités et obligations internationales, ont entravé les échanges et la coopération internationaux normaux et porté atteinte aux droits et intérêts légitimes des différentes parties concernées de la communauté internationale.

Nous exhortons les États-Unis à faire un examen de conscience avec tout le sérieux qui s’impose et à corriger effectivement ce qu’ils ont commis.
18/43 Q : Le porte-parole des talibans a déclaré hier soir que la Chine avait invité une délégation à participer au dialogue interne entre les différentes factions afghanes. Pouvez-vous nous donner des détails à ce sujet ?

Carte_de_l'Afghanistan_FR

R : La Chine soutient fermement le processus de paix et de réconciliation largement inclusif, « conduit par les Afghans et pour les Afghans ». Nous soutenons le dialogue entre les différentes factions en Afghanistan, y compris le gouvernement afghan et les talibans afghans.
Nous sommes prêts à apporter commodités et assistance au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan sur la base du respect de la volonté de toutes les parties afghanes concernées. Nous publierons en temps opportun les informations que vous avez demandées, si nous les obtenons.
19/43 Q : Un dirigeant américain a déclaré le 21 octobre, lors d’une réunion du gouvernement, que la Chine voulait conclure un accord économique et commercial et que son taux de croissance économique, peut-être négatif, est le plus bas depuis les 57 dernières années, ce qui est favorable pour parvenir à un accord. Quelle est l’opinion de la Chine sur ces remarques ?

image_56

Le PIB chinois a crû de 6 % sur un an au troisième trimestre de 2019, “soit la plus faible hausse depuis la première publication de cette statistique, en mars 1992”, note le South China Morning Post. Ce chiffre, diffusé ce vendredi 18 octobre par le Bureau national des statistiques, est inférieur à celui du trimestre précédent (6,2 %), ainsi qu’aux prévisions d’un groupe d’économistes interrogé par Bloomberg (6,1 %), précise le quotidien anglophone de Hong Kong – https://www.courrierinternational.com/article/le-chiffre-du-jour-la-croissance-de-la-chine-est-au-plus-bas-depuis-vingt-sept-ans
R : La Commission nationale du développement et de la réforme de la Chine vient de tenir une conférence de presse sur le fonctionnement macro-économique de notre pays.
Cette année, notre économie a continué à progresser de façon régulière sur la base d’une croissance stable.
  • Pendant les trois premiers trimestres, le PIB a progressé de 6,2% sur un an, un niveau sans égal dans les principales économies du monde.
  • Face à une augmentation évidente des risques et des difficultés internes et externes, la Chine a obtenu ces performances au prix de grands efforts.
  • Le taux de croissance économique, bien que légèrement ralenti, est conforme à l’orientation du développement de l’économie chinoise, qui passe de l’étape de la croissance à grande vitesse à celle du développement de haute qualité.
Le doute de certaines personnes sur les données économiques chinoises est sans fondement et ne tient pas debout.

Je tiens à souligner que la Chine reste l’un des principaux moteurs et un important contributeur à la croissance économique mondiale. Selon les statistiques du FMI, la Chine a contribué à hauteur de 34% à la croissance du PIB mondial de 2009 à 2018.

Aujourd’hui, avec l’approfondissement de la mondialisation, l’économie mondiale et l’économie chinoise sont profondément intégrées et liées pour le meilleur et pour le pire. La communauté internationale a déjà fait un jugement objectif sur l’économie chinoise et sa contribution à l’économie mondiale, ce qui ne peut être changé par quelques propos de quelques individus.

En fait, ternir les autres n’aidera pas à résoudre ses propres problèmes domestiques, ni à résoudre les divergences par consultation. Confrontés à une instabilité accrue, aux incertitudes et aux pressions à la baisse de l’économie mondiale, tous les pays devraient s’en tenir à une coopération mutuellement avantageuse et déployer des efforts réels en faveur d’une croissance forte, durable, équilibrée et inclusive de l’économie mondiale, au lieu de faire le contraire.

20/43 Q : Selon des reportages, le dirigeant suprême de la RPDC, Kim Jong-un, a ordonné, lors de sa visite au mont Kumgang, le retrait des installations de la République de Corée sur le mont. Certains analystes estiment que cela affectera les relations entre la République de Corée et la RPDC. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

COREE NORD Kim Jong-un 10-17-kim-jong-un Kim Jong-un

R : La RPDC et la République de Corée sont de la même nation, et les relations Nord-Sud sont un facteur important qui influe sur la situation dans la péninsule coréenne et sur la paix et la stabilité régionales.
En tant que voisin proche, la Chine encourage toujours la RPDC et la République de Corée à améliorer leurs relations mutuelles et à promouvoir la réconciliation et la coopération par le dialogue et la consultation, ce qui est dans l’intérêt commun des populations de la RPDC et de la République de Corée et des populations de la région.
21/43 Q : Selon certaines informations, le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré lors de la réunion annuelle du club des présidents de Heritage Foundation, le 22 octobre, que « la Chine est tout au plus un concurrent stratégique qui utilise la contrainte et la corruption comme ses instruments de gouvernance ». Quelle est la réponse de la partie chinoise à cet égard ?

USA « coercition » istockphoto-1012669478-1024x1024

« coercition »USA

 

R : Dans les relations interpersonnelles, on appelle souvent « personnes mesquines » les menteurs invétérés et ceux qui disent partout du mal d’autrui, et on choisit souvent de les mépriser et de les ignorer. Cependant, dans les relations internationales, nous devons clarifier les faits et afficher notre position face à la calomnie malveillante contre d’autres pays.
Premièrement, en tant que grand pays responsable, la Chine se comporte avec dignité, honnêteté et transparence.
  • Nous n’avons jamais la manie de la guerre,
  • nous ne nous prenons jamais comme le maître du monde,
  • nous ne manquons jamais à nos engagements,
  • nous n’intimidons jamais les autres
  • nous ne nous plaignons jamais contre du ciel et de l’homme.

Le mot « coercition » n’a rien à voir avec la Chine. Au contraire, tout le monde pense que cette étiquette convient tout à fait aux États-Unis. Sur cette question, les États-Unis n’ont pas besoin d’une modestie affectée.

Deuxièmement, ces dernières années, le Parti communiste chinois a adhéré à une gestion stricte tout en intensifiant sa lutte contre la corruption, et a obtenu des résultats remarquables.

Il a gagné l’adhésion et le soutien des masses populaires, et le respect et les éloges de la communauté internationale.

En revanche, selon NBC et le journal britannique The Guardian, ainsi que d’autres médias européens et américains, le public américain est généralement convaincu du phénomène du « bulletin de vote contre de l’argent » aux États-Unis, où des membres du Congrès sont captés par des entreprises, des riches et des groupes d’intérêts particuliers.

Selon les reportages, le coût moyen pour remporter un siège au Sénat américain est de 19,4 millions de dollars, tandis que celui pour remporter un siège à la Chambre des représentants est de 1,5 million de dollars. Pour nous, en Chine, c’est inimaginable.

Un mensonge, même répété mille fois, ne deviendra jamais la vérité.

Un pays qui a des problèmes domestiques doit se concentrer sur l’amélioration de soi-même et ne pas rejeter la responsabilité sur les autres. Vouloir faire taire les autres avec une rhétorique vide ne fera que saper sa propre crédibilité et l’intéressé finira par devenir la risée.
22/43 Q : Le Président russe Poutine a signé le 22 octobre un accord avec le Président turc Erdogan sur la situation dans le nord de la Syrie. Selon cet accord, l’armée russe et les troupes syriennes à la frontière aideront la milice kurde et ses équipements à se retirer des zones frontalières entre la Turquie et la Syrie dans six jours. Après cela, les forces russes et turques commenceront des patrouilles conjointes jusqu’à 10 km de la frontière syro-turque à l’ouest et à l’est de la zone de l’opération turque. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?

TURQUIE RUSSIE erdogan-putin

R : La Chine espère que cet accord entre la Russie et la Turquie contribuera à la détente de la situation dans la région. Nous espérons que toutes les parties concernées travailleront ensemble, respecteront et protégeront de manière sérieuse la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Syrie, pour créer les conditions favorables au développement du processus de règlement politique de la question syrienne et lutter contre le terrorisme en faisant preuve de solidarité.

23/43 Q : Le Conseiller d’État Wang Yi vient de terminer sa visite en Suisse. Pouvez-vous nous donner des détails sur sa visite ? Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
le Président de la Confédération suisse Ueli Maurer et le Conseiller d’État Wang Yi
R : En effet, le Conseiller d’État Wang Yi vient de terminer sa visite en Suisse. Lors de cette visite, le Conseiller d’État Wang Yi a rencontré le Président de la Confédération suisse Ueli Maurer et a coprésidé, avec le Conseiller fédéral suisse et Ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis, le deuxième cycle de dialogue stratégique sino-suisse au rang des Ministres des Affaires étrangères.

ITALIE Ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis AUF_1046x570_1533616984293  Ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis

Les deux parties ont procédé à une communication approfondie et sont parvenues à un important consensus. Elles ont décidé de travailler de concert pour que le partenariat stratégique innovant sino-suisse remporte de nouveaux progrès.

La partie suisse a fait des remarques positives sur les relations sino-suisses en affirmant que ces relations se développent dans d’heureuses conditions et se trouvent toujours à la pointe des relations sino-européennes.

La partie suisse soutient pleinement l’initiative « la Ceinture et la Route » avancée par le Président Xi Jinping, estimant que cette initiative servira de trait d’union pour une coopération de meilleure qualité entre la Chine et l’Europe, et offrira des perspectives considérables à la Suisse et à l’Europe.
La Suisse entend travailler de concert avec la Chine pour consolider davantage la confiance politique mutuelle avec la Chine et approfondir la coopération dans les domaines du commerce, de l’investissement, de la finance, de la protection environnementale et de l’innovation.
La Suisse souhaite la bienvenue aux entreprises chinoises qui investissent en Suisse. La Suisse estime que la Chine est un pilier et une énergie positive pour la paix et la prospérité dans le monde. Elle entend renforcer la communication avec la Chine dans les affaires internationales et régionales et mettre en pratique ensemble le multilatéralisme et le libre-échange.

Les deux parties ont également échangé leurs points de vue sur les droits de l’homme et d’autres questions. Le Conseiller d’État Wang Yi a indiqué l’importance du dialogue mené sur un pied d’égalité et dans l’esprit du respect mutuel pour assurer un développement sain et durable du dialogue.

Interrogé par la partie suisse sur la situation à Hong Kong et au Xinjiang en Chine, le Conseiller d’État Wang Yi a souligné que les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang sont des affaires intérieures de la Chine qui ne tolèrent aucune ingérence étrangère. Il a présenté la vérité sur les questions relatives à Hong Kong et au Xinjiang et la position de principe de la Chine sur ces questions.
Le Président Maurer et le Ministre des Affaires étrangères Cassis ont exprimé leur admiration sincère pour les grandes réalisations de la Chine au cours des 70 dernières années et leur volonté de mener un dialogue et une coopération dans le domaine des droits de l’homme et dans d’autres domaines, dans l’esprit de l’égalité et du respect mutuel.
24/43 Q : Concernant le cas du suspect de meurtre Chan Tong-kai, le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a demandé à Taiwan de l’emmener à Taiwan pour qu’il y soit jugé. Cependant, Hong Kong a rejeté la proposition de Taiwan d’envoyer une délégation pour le ramener à Taiwan. Avez-vous des explications sur les raisons pour lesquelles Hong Kong a pris cette décision ?
 R : Votre question n’est pas une question diplomatique. Le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong s’en occupe correctement.
25/43 Q : Vous venez de parler des discussions internes entre le gouvernement afghan et les talibans. Pourriez-vous nous parler du calendrier prévu et nous dire quand ces discussions auront lieu en Chine ?
 R : J’ai parlé tout à l’heure de la position de principe de la Chine. Nous soutenons le processus de paix et de réconciliation largement inclusif « conduit par les Afghans et pour les Afghans » et nous sommes prêts à accorder les commodités et l’assistance nécessaires à ce dialogue et à la promotion du processus de paix et de réconciliation. Je n’ai rien de nouveau à vous dire pour le moment. Quand nous aurons des informations, nous les publierons à temps.

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1711117.shtml


10384329-dragon-d-or-sur-fond-blanc

Conférence de presse du 24 octobre 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying – Q 26 à 34

26/43 Q : Le 22 octobre, la Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Pelosi, a tweeté une photo prise lors de sa rencontre avec Jimmy Lai et Martin Lee aux États-Unis et a déclaré que « son soutien et son admiration vont à ceux qui sont descendus dans la rue semaine après semaine pour combattre de manière non violente pour la démocratie et la primauté du droit à Hong Kong ». Quelle est la réaction de la partie chinoise à cet égard ?

USA PELOSI Jimmy Lai et Martin Lee 20136962-0-image-a-100_1571933124360Jimmy Lai, Martin Lee and Janet Pang to the U.S. Capitol.

R : Je ne sais pas si vous avez remarqué qu’il y a quelques jours, un Américain habitant Hong Kong a adressé une lettre ouverte à des sénateurs américains, disant que le monde occidental n’a pas vu la vérité sur Hong Kong. Selon cette lettre, certains parlementaires américains n’ont pas hésité à affirmer qu’ils n’ont vu aucune violence. C’est du mensonge. Ceux qui ont menti doivent avoir honte.

Maintenant, la plupart des habitants de Hong Kong vivent dans la panique, non pas à cause de ce que la Chine a fait, mais à cause des actes répréhensibles de manifestants soutenus par des parlementaires américains. Et maintenant, le mensonge continue.

Ce sont les vues d’un Américain ordinaire. Malheureusement, des responsables politiques comme Mme Pelosi, en confondant le noir et le blanc et en inversant le vrai et le faux, font passer les infractions pénales violentes commises à Hong Kong pour une lutte non violente et regonflent le moral des manifestants violents qui perturbent Hong Kong et s’opposent à la Chine.
Leur hypocrisie et leur perfidie sont vraiment méprisables et stupéfiantes. Les criminels violents de Hong Kong n’ont rien à craindre à l’ombre d’individus comme Pelosi, qui les protègent, les tolèrent et se mettent à faire de l’agitation partout.

Je pense que vous avez tous vu que ce qui se passe à Hong Kong est de la violence de rue et des infractions à la loi.

Les malfaiteurs ont
  • saccagé des magasins,
  • détruit des installations publiques,
  • lynché des Hongkongais innocents
  • agressé ouvertement des policiers, voire menacé la vie de ces derniers en versant de l’acide sur leur corps ou en leur coupant la gorge.
Ils ont utilisé des moyens extrêmement cruels. Ce sont des faits évidents. Je ne sais pas combien de sang les policiers de Hong Kong doivent perdre et combien les habitants de Hong Kong doivent verser de larmes et subir de pertes pour éveiller la conscience de Mme Pelosi et d’autres individus. Je tiens à dire ceci à Mme Pelosi : gardez pour vous-même le « panorama splendide » que vous voulez admirer, car nous ne le voulons pas et nous n’avons pas envie de le partager.

Je voudrais avertir sévèrement Mme Pelosi et les autres individus que même si vous êtes aveuglés par les préjugés, même si votre for intérieur est rempli de mal, sachez que Hong Kong appartient à la Chine, que toute tentative d’intervenir dans les affaires de Hong Kong est vouée à l’échec et que toute tentative de soutenir la séparation de Hong Kong est de la paranoïa.

De telles astuces auraient peut-être fonctionné ailleurs, mais elles ne fonctionneront pas à Hong Kong, sur le territoire chinois. Finalement, vous vous apercevrez que ce n’est qu’un beau rêve et que vous ne récolterez que le fruit amer de vos actes erronés.
27/43 Q : Selon des rapports professionnels, la RPDC est en train de négocier avec la Chine pour lui accorder des droits d’extraction de terres rares en échange d’investissements chinois dans la construction de centrales solaires pour produire de l’électricité en RPDC. Est-ce vrai ? Comment ce plan fonctionnera-t-il compte tenu des sanctions onusiennes interdisant à la RPDC d’exploiter ses terres rares ?
 R : Je ne suis pas au courant de ce que vous dites, voilà tout ce que j’ai à dire pour répondre à vos deux questions.
28 Q : Le Centre américain d’études stratégiques et internationales (CSIS) a récemment publié un rapport intitulé « La coopération scientifique à l’ère de la concurrence stratégique », soulignant que les restrictions imposées par les États-Unis à la coopération scientifique sino-américaine pour des raisons de « sécurité nationale » s’inscrivaient dans la poursuite de la mentalité de la guerre froide. L’administration américaine doit renforcer la coopération avec le secteur privé et les instituts de recherche universitaires pour trouver un équilibre entre les recherches ouvertes et la sécurité nationale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

smartgecko_ère_numérique-1

R : Nous avons également noté le rapport dont vous parlez. En fait, ce n’est pas la première fois que des scientifiques américains expriment leurs préoccupations concernant les restrictions imposées par l’administration américaine à la coopération scientifique et technologique avec la Chine.
Récemment, 60 institutions scientifiques américaines ont publié une lettre ouverte appelant le gouvernement américain à cesser d’opprimer les chercheurs étrangers et d’entraver la coopération scientifique internationale.
Selon les statistiques de la National Science Foundation des États-Unis, la Chine et les États-Unis sont les plus grands coauteurs internationaux l’un avec l’autre, et leur interdépendance est bien plus grande que celle existant entre les autres pays.

Cela démontre une vérité toute simple : une coopération renforcée dans le domaine de la recherche scientifique entre la Chine et les États-Unis est conforme à l’opinion publique, à l’aspiration de la population et à l’intérêt commun des deux parties.

Dans le monde actuel du 21e siècle, la coopération internationale est indispensable au développement scientifique et technologique, et les échanges socioculturels sont une tendance irrésistible de notre époque.
Nous avons remarqué depuis quelque temps que des individus et des organismes américains, animés de la mentalité du jeu à somme nulle et d’intentions perfides, tentent d’endiguer le développement chinois en limitant les échanges et la coopération scientifique et technologique, ce qui est totalement absurde.

« Qui écoute les deux côtés aura l’esprit éclairé et qui n’écoute qu’un seul côté restera dans l’obscurité », dit un proverbe chinois.

Nous espérons que l’administration américaine et les décideurs politiques américains écouteront attentivement les voix rationnelles de la communauté internationale et de l’intérieur du pays, cesseront de restreindre les échanges scientifiques et la coopération avec la Chine, et agiront dans le même sens que la Chine pour promouvoir ensemble les progrès scientifiques de l’humanité.

29/43 Q : Selon le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale publié par cette dernière, la Chine se classe, en matière d’environnement des affaires, à la 31e place mondiale cette année, après avoir occupé la 46e place l’année dernière et la 78e l’année précédente. Elle figure parmi les dix premières économies qui enregistrent la plus importante amélioration dans leur environnement des affaires depuis deux années consécutives. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?

rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale 30803388-29259282

R : La Chine salue le rapport Doing Business Global 2020 de la Banque mondiale, qui a de nouveau élevé la position de la Chine dans le classement mondial de l’environnement des affaires.
Cela montre que la Chine a adopté une attitude sérieuse sur l’approfondissement de la réforme, l’élargissement de l’ouverture et l’optimisation constante de l’environnement des affaires, et a obtenu des résultats et des progrès remarquables, reconnus par la communauté internationale.
Ce résultat est un vote de confiance sur la réforme et l’ouverture de la Chine ainsi que sur ses perspectives économiques. Dans le contexte actuel, marqué par un ralentissement de l’économie mondiale et une incertitude accrue, cela aura sans aucun doute une signification positive sur le renforcement de la confiance dans les marchés.

La Chine est partisan et promoteur d’une économie mondiale ouverte et veille toujours à laisser la porte ouverte au développement. L’optimisation de l’environnement des affaires est une tâche incessante.

La Chine continuera d’adopter et d’appliquer consciencieusement une série de nouvelles mesures visant à promouvoir l’ouverture sur l’extérieur à un plus haut niveau, y compris la mise en œuvre de la Réglementation sur l’optimisation de l’environnement des affaires à partir du 1er janvier 2020, afin de perfectionner encore le climat des affaires commercialisé, régulé et internationalisé. Nous souhaitons la bienvenue à un plus grand nombre d’entreprises étrangères venant se développer en Chine et partageant les opportunités de développement chinois.
30/43 Q : Ma question porte sur la Mer de Chine méridionale. Le Vietnam a affirmé que jeudi, un pétrolier chinois et ses escortes avaient quitté les eaux de la Mer de Chine méridionale, en faisant savoir que cela a violé sa souveraineté. Comment la Chine y réagit-elle ? Pouvez-vous confirmer si le navire a quitté lesdites eaux ?

CHINE VIETNAM le « Haiyang Dizhi 8 » 1d267b14-a461-11e9-9a3c-98259c87fba2_image_hires_184944.jpg

R : Je pense que vous parlez du navire d’inspection chinois « Haiyang Dizhi 8 », n’est-ce pas ? (Le journaliste a acquiescé d’un signe de tête.)
Conformément aux dispositions prises par la partie chinoise, le « Haiyang Dizhi 8 » a commencé ses opérations de recherche scientifique dans les eaux juridictionnelles chinoises en Mer de Chine méridionale début juillet. Les opérations sont maintenant terminées.
31/43 Q : Le Président brésilien entame une visite d’État en Chine aujourd’hui. Il a promis, à l’occasion de son élection, de rétablir la politique étrangère du Brésil. Comment la Chine envisage-t-elle les relations actuelles entre les deux pays ? Quelle sera l’influence de l’élection du Président Bolsonaro sur les relations sino-brésiliennes ?

BRESIL CHINE Xi Jinping, le Président Bolsonaro resized_9da76-2019-10-25t100814z_194458331_rc14510952c0_rtrmadp_3_china-brazilPrésident Bolsonaro en Chine – Président Xi Jinping

R : Nous avons annoncé l’autre jour la visite du Président Bolsonaro en Chine. À l’invitation du Président Xi Jinping, le Président Bolsonaro effectuera une visite d’État en Chine du 24 au 26 octobre. Ce sera sa première visite d’État en Chine depuis son entrée en fonction.
La Chine et le Brésil sont deux grands pays en développement, des marchés émergents importants et des partenaires stratégiques globaux.

Depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques il y a 45 ans, la Chine et le Brésil ont maintenu un développement sain et stable de leurs relations bilatérales, avec une coopération fructueuse dans différents domaines.

En fait, les relations entre les deux pays sont devenues un exemple de solidarité, de coopération et de développement partagé entre les principaux pays en développement.
Depuis son entrée en fonction, le Président Bolsonaro accorde une grande importance au développement des relations avec la Chine. Il a indiqué que le nouveau gouvernement brésilien, très attaché au statut de grand pays de la Chine, était prêt à devenir un ami sincère de la Chine, que la coopération sino-brésilienne ne devrait pas se limiter au seul domaine économique et commercial et que le Brésil entendait mener une coopération tous azimuts avec la Chine.
Il espère que les échanges de haut niveau permettront de promouvoir davantage la coopération gagnant-gagnant entre les deux pays et de créer de nouvelles perspectives aux relations bilatérales. Il faut dire que les relations sino-brésiliennes bénéficient de grands potentiels et de perspectives prometteuses.

La Chine envisage ses relations avec le Brésil dans une perspective stratégique à long terme. Elle entend travailler de concert avec le Brésil, en saisissant l’occasion offerte par la visite du Président Bolsonaro en Chine et le 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays pour continuer à resserrer les échanges de haut niveau et favoriser la coopération mutuellement avantageuse dans différents domaines afin de faire progresser le partenariat stratégique global entre les deux pays sans discontinuer.

La 11e rencontre des dirigeants des pays BRICS aura lieu les 13 et 14 novembre à Brasilia, le Brésil étant le pays assumant la présidence du sommet des pays BRICS cette année. La Chine attache une grande importance à la coopération entre les pays BRICS et entend faire tout son possible pour soutenir le Brésil dans l’organisation avec succès du sommet des pays BRICS.
32/43 Q : Des manifestations et des émeutes ont eu lieu ces derniers jours au Chili. La Chine en est-elle inquiète ? A-t-elle pris des mesures spéciales pour assurer la sécurité de la délégation chinoise dans le pays ?

b3f96ba867769e16f4486cb60309d4f1

 

 

 

 

 

R : En tant que pays important d’Amérique latine et de la région Asie-Pacifique, le Chili a organisé avec succès de nombreuses conférences internationales de grande envergure. La Chine soutient le Chili dans l’organisation de la réunion des dirigeants des entités économiques de l’APEC en novembre prochain. Nous suivons de près la situation au Chili et avons la certitude que le gouvernement chilien pourra faire face de manière appropriée aux questions concernées et assurer la tenue de la réunion dans d’heureuses conditions et en toute sécurité.
33 Q : Hier, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a demandé au Vice-Président Wang Qishan d’accorder une assistance dans l’affaire du professeur japonais détenu en Chine. Pouvez-vous nous donner plus d’informations concrètes à ce sujet ?

Vice-Président Wang Qishan & le Premier Ministre Shinzo Abe.

R : Je peux partager avec vous quelques informations sur la rencontre du Vice-Président Wang Qishan avec le Premier Ministre Shinzo Abe. En tant qu’envoyé spécial du Président Xi Jinping, le Vice-Président Wang Qishan a effectué une visite d’amitié au Japon et a rencontré le Premier Ministre Shinzo Abe hier.
Le Vice-Président Wang a déclaré qu’en juin dernier, le Président Xi Jinping et le Premier Ministre Shinzo Abe sont parvenus à une série de consensus importants sur la promotion d’une relation sino-japonaise répondant à la demande de la nouvelle ère, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de développement aux relations bilatérales.
Les deux parties doivent respecter les principes énoncés dans les quatre documents politiques sino-japonais et traiter judicieusement les questions historiques et la question liée à Taiwan, pour que les relations bilatérales puissent progresser sur la bonne voie de la paix, de l’amitié et de la coopération.
Le Premier Ministre Shinzo Abe a déclaré qu’avec un approfondissement continu de leur coopération économique et commerciale, les deux pays assumaient de lourdes responsabilités en matière de paix et de prospérité en Asie et dans le monde. Le Japon et la Chine sont entrés dans une nouvelle ère.

La rencontre des dirigeants des deux pays à Osaka a permis de faire revenir les relations bilatérales à la normale et augure un potentiel immense de coopération à l’avenir.

La partie japonaise attend avec enthousiasme la visite d’État du Président Xi au Japon au printemps de l’année prochaine. Le Japon est disposé à traiter de manière appropriée la question liée à Taiwan et d’autres questions sensibles, et entend travailler avec la Chine pour établir une relation sino-japonaise orientée vers l’avenir et pleine de vitalité.
En ce qui concerne le cas individuel que vous avez mentionné, j’ai fait une présentation dans une conférence de presse il y a quelques jours. La partie japonaise le sait très bien. La Chine traite conformément à la loi les cas d’infraction à la loi chinoise par des citoyens étrangers en Chine. En vertu de l’Accord consulaire entre la Chine et le Japon, la partie chinoise a offert l’assistance nécessaire à la partie japonaise pour qu’elle puisse s’acquitter de ses obligations consulaires.
34/43 Q : Un rapport publié récemment par le think tank australien Lowy Institute indique que la Chine n’a pas appliqué la politique du « piège de la dette » dans la région insulaire du Pacifique. En réalité, les subventions et prêts chinois concernent des routes, des ponts et des bâtiments modernes qui correspondaient à des besoins urgents pour l’amélioration des conditions de vie des populations des pays insulaires. Ce ne sont pas des « éléphants blancs » ni des « voies sans issue », comme accusent certains. Le rapport indique également que les prêts chinois répondaient mieux aux besoins locaux. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
le think tank australien Lowy Institute maxresdefault  ALLER SUR LE SITE https://www.lowyinstitute.org/about/programs-and-projects/lowy-institute-media-award
R : Nous avons également pris note de ce rapport. Je trouve que bon nombre de ses points de vue sont conformes à la réalité. La Chine mène la coopération avec les pays insulaires du Pacifique sur la base des principes d’égalité, de bénéfice mutuel, d’ouverture et de durabilité. De la sélection du projet à la coopération en matière d’investissement et de financement, toutes les décisions sont prises d’un commun accord.

La Chine accorde des prêts dans des domaines dans lesquels les pays bénéficiaires ont un besoin urgent de développement et où ils sont confrontés à un déficit de capitaux, en tenant compte de la volonté des gouvernements des pays bénéficiaires.

Il y a quelques jours à peine, le 3e Forum de développement économique et de coopération Chine-pays insulaires du Pacifique s’est tenu dans la capitale du Samoa.

Les dirigeants de plusieurs pays insulaires du Pacifique ayant participé au Forum ont hautement apprécié l’aide de la Chine dans leur développement économique.

SAMOA wsnewz

SAMOA PREMIER MINISTRE Tuilaepa Sailele Malielegaoi Ame-5-Tuilaepa  Tuilaepa Sailele Malielegaoi, Premier Ministre du Samoa

Le Premier Ministre du Samoa a déclaré qu’un partenariat stratégique global entre les pays insulaires du Pacifique et la Chine, basé sur le respect mutuel et le développement partagé, ainsi qu’une coopération dans le cadre de l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » fourniraient des plates-formes de développement multisectoriel aux deux parties.

carte-vanuatu

S.E. M.Charlot Salwai Tabimasmas   M. CHARLOT SALWAI TABIMASMAS, Premier Ministre de Vanuatu

Le Premier Ministre de Vanuatu a fait savoir que son pays renforcerait la coopération avec la Chine et resserrerait les liens d’amitié et le partenariat de coopération de longue date pour œuvrer au mieux-être des deux peuples.
Ces faits prouvent que la coopération entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique a apporté des avantages substantiels aux peuples de ces pays et a été saluée par les gouvernements et les peuples de ces pays. La Chine entend, sur la base du respect mutuel et de l’égalité, poursuivre la coopération mutuellement bénéfique avec les pays insulaires du Pacifique et aider ces pays à réaliser leur développement économique et l’amélioration des conditions de vie de leurs populations.

SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1711118.shtml

10384329-dragon-d-or-sur-fond-blanc


Conférence de presse du 25 octobre 2019 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying – Q 35 à 43

Sur invitation du Premier ministre ouzbek Abdulla Aripov et du Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha, le Premier ministre Li Keqiang participera à la 18e réunion du Conseil des chefs de gouvernement de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) …

ouzbekistan

OUBEKISTAN 2810-Ouzbekistan TACHKENT VILLR  Tachkent

…à Tachkent et effectuera une visite officielle en Ouzbékistan, participera à la 22e réunion des dirigeants Chine-ASEAN (10+1), à la 22e réunion des dirigeants ASEAN-Chine-Japon-République de Corée (10+3) et au 14e Sommet de l’Asie de l’Est à Bangkok, et effectuera une visite officielle en Thaïlande.

USA MIKE PENCE 2019 34466b56e9f2f7115a88c3ccd6cdfa5339d95401  Vice-Président américain Mike Pence

Dans son discours du 24 octobre, le Vice-Président américain Mike Pence a délibérément déformé le système social, les droits de l’Homme et la situation religieuse de la Chine, et a critiqué à tort la politique intérieure et extérieure de la Chine.

Ces remarques, tout comme celles de son discours d’octobre dernier, sont pleines de préjugés politiques et de mensonges et ne révèlent que son arrogance et son hypocrisie. La Chine exprime une vive indignation et une ferme opposition à cela.

Depuis la fondation de la République populaire de Chine, il y a 70 ans, le peuple chinois, sous la direction du PCC, a trouvé une voie de développement adaptée aux réalités nationales du pays et a accompli de grandes réalisations.

  • La Chine a réalisé des bonds historiques, passant d’une nation qui s’est mise debout à une nation riche, puis à une nation puissante.
  • Plus de 800 millions de Chinois ont été sortis de la pauvreté.
  • La Chine compte maintenant la plus grande population de personnes à revenu moyen du monde.
  • Le taux de croissance économique de la Chine occupe la première place parmi les principales économies mondiales et a contribué à hauteur de plus de 30% à la croissance économique mondiale pendant de nombreuses années consécutives.
  • La Chine est maintenant la deuxième plus grande économie du monde, le plus grand pays industriel et le plus grand pays en termes de commerce de biens.
  • L’histoire et les faits prouvent pleinement que la voie choisie par la Chine est une voie tout à fait juste qui bénéficie du soutien et de l’approbation du peuple chinois.
  • Nous avons toute confiance dans cette voie et nous poursuivrons résolument la voie du socialisme à la chinoise pour remporter de plus grandes victoires.
  • Aucune force ne pourrait empêcher le peuple et la nation chinois de progresser.

Le critère le plus important pour juger la situation des droits de l’Homme en Chine est de savoir si le peuple chinois en est satisfait. Alors que le pays est en constant progrès, le peuple chinois éprouve un sentiment de bonheur et de satisfaction de plus en plus fort. Notre gouvernement attache une grande importance à la protection et à la promotion des droits de l’Homme.

Au cours des quarante dernières années de réforme et d’ouverture, la cause des droits de l’Homme en Chine a connu d’énormes progrès universellement reconnus. Le peuple chinois jouit maintenant de droits et libertés sans précédent. C’est un fait que personne ne peut nier à l’exception de ceux qui sont obsédés par les préjugés. Près de 200 millions de Chinois pratiquent diverses religions, dont plus de 20 millions de musulmans. Les Chinois de tous les groupes ethniques jouissent pleinement de la liberté religieuse conformément à la loi.

Le gouvernement chinois sauvegarde résolument sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Les affaires de Taïwan, de Hong Kong et du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine, et aucune ingérence d’une quelconque force extérieure n’est tolérée. En ce qui concerne ces questions, une poignée de politiciens américains, au premier rang desquels M. Pence, inversent le noir et le blanc, font des commentaires indiscrets et diffusent des rumeurs calomnieuses pour s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine dans le but de perturber la stabilité et le développement de la Chine.
Cependant, tout comme les nuages noirs ne peuvent pas cacher le soleil, les mensonges ne peuvent pas dissimuler la vérité. Le peuple chinois ne cède pas à la malédiction. Nous ne nous laissons pas non plus intimider par aucune force sinistre. Toute tentative visant à saper l’unité nationale, la solidarité interethnique et la stabilité sociale de la Chine ou à salir la réputation de la Chine n’aboutira jamais et sera inévitablement rejetée par l’histoire.
  • La Chine poursuit la réforme et l’ouverture et œuvre à la protection des droits de propriété intellectuelle.
  • Notre politique visant à créer un environnement favorable aux investissements étrangers ne changera pas.
  • Notre politique visant à protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises étrangères ne changera pas.
  • Toutes les entreprises étrangères respectant les lois et règlements chinois jouissent d’une totale autonomie d’exploitation.
  • Il n’existe pas de soi-disant « contrainte » des entreprises.

La politique étrangère de la Chine est droite et magnanime. La Chine poursuit une politique étrangère indépendante et pacifique et une voie de développement pacifique, et œuvre à la promotion de la construction d’un nouveau type de relations internationales et d’une communauté de destin pour l’humanité.

  • La Chine ne se développe jamais aux dépens des autres et son développement ne constituera jamais une menace pour aucun pays.
  • La Chine ne prétend jamais à l’hégémonie ni ne pratique une politique d’expansion.
  • C’est pourquoi nous avons tant d’amis dans le monde entier.
  • Certaines personnes qui tentaient d’imposer telle ou telle étiquette à la Chine ou de semer la discorde entre la Chine et d’autres pays ne réussiront jamais.
  • De telles tentatives n’apporteront que de la honte à ces personnes.

Tout en accusant arbitrairement d’autres pays et en leur faisant la leçon, M. Pence et ses semblables ont fermé les yeux sur de graves problèmes intérieurs aux États-Unis et ont tenté de dissimuler leurs propres fautes politiques en discréditant d’autres pays afin de détourner l’attention du public américain.

  • Du programme PRISM aux fusillades graves et fréquentes,
  • de la discrimination raciale omniprésente au fossé patent entre riches et pauvres,
  • des sanctions arbitraires et de l’usage de la force contre d’autres pays
  • au retrait injustifié d’accords et de traités internationaux,

il y a tellement d’exemples prouvant que les Etats-Unis manquent notoirement de principes moraux et de crédibilité.

Nous conseillons à certaines personnes aux États-Unis de s’examiner de près dans un miroir, de prendre pleinement conscience de leurs propres problèmes et de s’occuper de leurs propres affaires.

Elles doivent cesser de dire des bêtises et cesser le plus tôt possible de jouer des tours qui nuisent autant aux autres qu’aux États-Unis.

La position de la Chine sur les relations sino-américaines est cohérente et claire. Notre relation bilatérale n’est pas un jeu à somme nulle. La coopération profite à chacun de nos deux pays, et l’affrontement nuit à l’une comme à l’autre partie.
Pour la Chine et les États-Unis, la bonne approche consiste à se respecter mutuellement et à rechercher les points communs par-delà les divergences. La relation sino-américaine est actuellement à un stade critique.
Nous exhortons les États-Unis à tenir compte des intérêts fondamentaux de nos deux pays et de nos deux peuples, à respecter la vérité, à corriger les erreurs et à cesser de faire des remarques irresponsables et de nuire aux relations bilatérales, à la confiance mutuelle et à la coopération.
Ils doivent suivre le consensus atteint par les chefs d’État des deux pays, agir selon le principe de la coordination, de la coopération et de la stabilité, gérer les divergences sur la base du respect mutuel, élargir la coopération mutuellement bénéfique et œuvrer à la promotion du développement constant des relations sino-américaines.

35/43 Q : Une question sur les 39 corps retrouvés dans le camion aux alentours de Londres. Pourriez-vous confirmer si ces 39 corps étaient ou non des ressortissants chinois ? Si vous pouvez confirmer qu’il s’agissait de ressortissants chinois, savez-vous d’où ils venaient en Chine ? Etaient-ils originaires de la province du Fujian ? Le gouvernement chinois soupçonne-t-il qu’ils tentaient effectivement d’entrer illégalement au Royaume-Uni ?

image

R : Je sais que beaucoup suivent cela comme vous. Nous avons noté les reportages dans les médias avec le cœur lourd, car il s’agit bien d’une tragédie affligeante.
J’aimerais partager avec vous les informations que j’ai apprises. Après avoir vu des reportages des médias britanniques sur « 39 personnes retrouvées mortes dans l’Essex » dans la matinée du 23 octobre, l’Ambassade de Chine au Royaume-Uni a immédiatement contacté la partie britannique pour vérifier l’identité des personnes décédées. La police britannique a promis d’informer la partie chinoise dès qu’elle disposerait d’informations.
Le 24 octobre, à 10 h 40, heure locale, 17 h 40, heure de Beijing, l’Ambassade de Chine a reçu un appel de la police lui disant que les victimes seraient des ressortissants chinois. L’Ambassade a immédiatement envoyé des responsables pour s’informer de la situation sur place et a demandé à la partie britannique de confirmer l’identité de toutes les victimes le plus rapidement possible et de tenir la partie chinoise au courant.
L’Ambassade de Chine en Belgique a également demandé à la police belge et aux services concernés de mener une enquête approfondie.
Un fonctionnaire consulaire chinois de notre ambassade au Royaume-Uni est arrivé dans l’Essex et a pris contact avec la police locale l’après-midi du 24 octobre, heure locale. La police britannique a déclaré qu’elle vérifiait toujours l’identité des victimes et qu’elle ne pouvait pas confirmer à ce moment-là si elles étaient de nationalité chinoise.
Le gouvernement chinois attache une grande importance à cette affaire. Nos départements concernés travaillent en étroite collaboration. Nous espérons que la partie britannique confirmera l’identité des victimes dès que possible, tirera l’affaire au clair, traduira les responsables en justice et gérera correctement les conséquences. C’est tout ce que je peux vous communiquer pour le moment.
La police britannique travaille contre la montre pour vérifier l’identité des victimes, mais pour l’instant, elle n’est pas en mesure de confirmer leur nationalité. Peu importe d’où ils viennent, il s’agit d’une grande tragédie qui attire l’attention internationale sur le problème des migrants clandestins. La communauté internationale doit renforcer davantage la coopération en la matière et renforcer l’échange de renseignements afin de répondre à des problèmes similaires dès que possible et de prévenir la répétition de telles tragédies.
36 Q : Vous avez annoncé les prochaines visites du Premier ministre Li Keqiang. Quel regard la Chine porte-t-elle sur le développement de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et la 18e réunion du Conseil des chefs de gouvernement de l’OCS ? En outre, comment la Chine envisage-t-elle la coopération actuelle en Asie de l’Est et quelles sont vos attentes pour les réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est ?

1 4rx7SahC9X43vizB5CMEIA

R : Depuis la création de l’OCS il y a 18 ans, ses membres suivent l’esprit de Shanghai et renforcent leur coopération dans des domaines tels que la politique, la sécurité, l’économie, la culture et les échanges humains.

L’OCS a joué un rôle irremplaçable dans la promotion de la sécurité, de la stabilité, du développement et de la prospérité de la région. Elle a également donné l’exemple d’un nouveau type de relations internationales caractérisé par le respect mutuel, l’équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant.

Actuellement, le niveau de coopération de l’OCS augmente constamment.

Lors du Sommet de Bichkek qui s’est tenu avec succès en juin dernier, les dirigeants des membres de l’OCS sont parvenus à un consensus important sur la continuation de l’esprit de Shanghai et l’approfondissement de la coopération mutuellement bénéfique dans divers domaines dans les nouvelles circonstances, ce qui a indiqué l’orientation du développement de notre organisation dans les prochaines étapes.
La prochaine réunion du Conseil des chefs de gouvernement de l’OCS à Tachkent est l’événement le plus important du second semestre de cette année dans le cadre de l’OCS.

803077-le-premier-ministre-chinois-li-keqiang-lors-du-sommet-franco-chinois-a-toulouse-le-2-juillet-2015-620x330 le Premier ministre Li Keqiang

Au cours de cette réunion, le Premier ministre Li aura un échange de vues avec d’autres dirigeants sur la promotion du développement de l’OCS et l’élargissement de la coopération dans divers domaines.

Ils travailleront pour dégager plus de consensus, élaborer plus de mesures pragmatiques, renforcer l’articulation de la construction de « la Ceinture et la Route » avec les initiatives de coopération régionales et les stratégies de développement nationales, favoriser la coopération dans les domaines économique, commercial, des investissements, des capacités de production, de l’interconnexion, des échanges culturels et humains, et d’autres domaines, faire progresser en profondeur la coopération pragmatique de l’OCS et donner un élan accru au développement de tous les pays.
En ce qui concerne la coopération en Asie de l’Est, comme vous le savez peut-être, l’Asie de l’Est bénéficie actuellement d’une coopération en plein essor. Toutes les parties renforcent activement l’interconnexion et promeuvent l’intégration économique régionale.
  • Le protocole sur la mise à niveau de la zone de libre-échange Chine-ASEAN est totalement entré en vigueur.
  • Des progrès positifs sont en vue dans les négociations sur le Partenariat économique régional global (RCEP).
  • Les pays de la région partagent une aspiration plus forte à la paix, à la stabilité et au développement commun.
Dans le même temps, la coopération en Asie de l’Est est confrontée à de nouveaux défis posés par la multiplication des facteurs instables et incertains dans la situation internationale, ainsi que la pression croissante à la baisse de l’économie mondiale.
La Chine attend que cette série de réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est permette un échange de vues approfondi sur les questions d’intérêt commun, un consensus renforcé et de nouveaux progrès dans la coopération en Asie de l’Est.
  • Premièrement, nous espérons que toutes les parties s’en tiendront au multilatéralisme et au libre-échange, s’efforceront de conclure rapidement les négociations sur le RCEP et de réaliser une intégration économique régionale de haut niveau, ce qui constituera la contribution de l’Asie de l’Est à une économie mondiale ouverte.
  • Deuxièmement, nous espérons que ces réunions permettront d’approfondir la coopération pragmatique et de promouvoir le développement régional durable en mettant l’accent sur l’interconnexion, l’innovation scientifique et les échanges culturels et humains.
  • Troisièmement, nous devons résoudre correctement les problèmes brûlants par le dialogue et les consultations et préserver ensemble la paix et la stabilité dans la région.
  • Quatrièmement, nous continuerons de nous concentrer sur l’Asie de l’Est, d’être ouverts, inclusifs et attachés au rôle central de l’ASEAN, de maintenir et mieux utiliser les cadres existants de coopération régionale afin qu’ils deviennent un pilier et jouent un rôle plus important dans la paix, la stabilité, le développement et la prospérité de la région.
37/43 Q : Un fonctionnaire des îles Salomon a déclaré aujourd’hui que la tentative du chinois Sam Group de louer l’île Tulagi était illégale et que l’entreprise chinoise devait y mettre un terme immédiatement. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
 R : Je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous avez mentionnée. Le gouvernement chinois a toujours pour position d’encourager les entreprises chinoises à développer leur coopération internationale conformément aux principes du marché et aux règles internationales, ainsi qu’aux lois et règlements locaux.

38/43 Q : En ce qui concerne la tragédie survenue au Royaume-Uni, je comprends que les détails sont limités pour le moment, mais vous pouvez peut-être fournir des éléments de contexte. Comme vous l’avez expliqué, la République populaire de Chine a connu de nombreux succès, avancées et progrès au cours des 70 dernières années. La partie chinoise a tenu des célébrations plus tôt ce mois-ci à l’occasion de la Fête nationale. Mais des Chinois ont quitté la Chine d’une manière si risquée ! Quelle motivation les aurait incités à faire cela ? Comment le monde extérieur doit-il appréhender cela ?

index

R : Vous travaillez pour CNN, non ? Votre question est inopportune. Vous n’avez pas gagné de crédit en faveur de CNN.
Premièrement, comme je l’ai dit plus tôt au journaliste de Reuters, nous sommes en contact étroit avec la police britannique. Pour le moment, la police britannique vérifie encore l’identité des victimes et n’est pas en mesure de confirmer s’il s’agissait de ressortissants chinois.
Dans les circonstances actuelles, je pense que tout le monde est attristé par les 39 âmes perdues et se demande ce qui leur est arrivé. Nous espérons que tous les pays renforceront leur coopération dans la lutte contre le trafic des êtres humains et l’immigration clandestine, n’est-ce pas ? La tâche urgente consiste à tirer l’affaire au clair et à trouver des moyens de résoudre des problèmes similaires.
Dans votre question, vous avez présumé que ces victimes étaient des Chinois et avaient associé cette affaire à notre célébration du 70e anniversaire de la fondation de la RPC. Votre base de raisonnement est problématique. Cela reflète quelque chose dans votre esprit ou plutôt dans l’esprit de certains médias américains que vous représentez. Quel genre de réponse espériez-vous obtenir ?
Comme je l’ai dit plus tôt, au cours des 70 dernières années depuis la fondation de la RPC, le peuple chinois a éprouvé un sentiment de bonheur, de satisfaction, de sécurité et d’accomplissement sans précédent. Les 1,4 milliard de Chinois sont fiers des grandes réalisations et des progrès prodigieux de notre pays. Si vous regardez autour de vous, vous saurez que la Chine n’est pas un pays qui connaît de graves problèmes de migration clandestine. En fait, je sais qu’un nombre croissant d’amis étrangers veulent étudier, voyager, travailler et même vivre en permanence en Chine. Je crois que ce simple fait en dit long.
C’est pourquoi je pense que votre question est en effet inopportune.
39/43 Q : Le journal Global Times a déclaré que la responsabilité de ces 39 décès tragiques incombait à la Grande-Bretagne et à d’autres pays européens. Est-ce aussi l’opinion du gouvernement chinois ?

images

R : Comme vous l’avez mentionné vous-même, telle est l’opinion du Global Times. A-t-il dit que c’était l’opinion du gouvernement chinois ? Non.
Comme je l’ai dit plus tôt, la partie chinoise est en contact étroit avec la police britannique, qui vérifie encore l’identité des victimes.
Comme vous le savez peut-être, ces dernières années, nous avons vu de graves tragédies impliquant des migrants clandestins en Europe et ailleurs, y compris des décès à l’étranger, qui devraient susciter de vives préoccupations. Tous les pays doivent renforcer la communication et la coordination afin de minimiser les tragédies similaires et empêcher qu’elles ne se reproduisent.
40/43 Q : On célèbre aujourd’hui la Journée de la solidarité anti-sanctions instaurée par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Les pays africains demandent à l’Occident de lever les sanctions contre le Zimbabwe. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

afrique-australe-prsentation-da-dubresson-62-638

R : En août dernier, le 39e sommet de la SADC a exhorté les parties concernées à lever les sanctions contre le Zimbabwe dès que possible et a instauré le 25 octobre 2019 la Journée de la solidarité anti-sanctions. La Chine soutient cela.

La Chine estime que les sanctions unilatérales imposées depuis longtemps au Zimbabwe par certains pays et organisations ne sont pas fondées sur le droit international et manquent de légitimité et de justice.

https://www.eda.admin.ch/content/dam/deza/Images/Karten/africa_southern_deza_en_web.jpg/_jcr_content/renditions/cq5dam.thumbnail.588.368.png

Au lieu de résoudre les problèmes, les sanctions et les pressions n’ont fait que plonger l’économie du Zimbabwe dans la récession et rendre difficile la vie de la population. En fait, le Zimbabwe et de nombreux pays africains ont exprimé, à de multiples occasions, y compris à l’ONU, leur demande de lever les sanctions contre du Zimbabwe.
La partie chinoise estime que la demande des pays africains est raisonnable et juste. Nous appelons les pays et les organisations concernés à lever les sanctions contre le Zimbabwe dès que possible. La Chine est prête à travailler avec les pays africains et la communauté internationale pour aider le Zimbabwe à sauvegarder son indépendance et sa souveraineté et à réaliser la stabilité et le développement.
41/43 Q : La crise de la NBA en Chine semble se poursuivre, mais les fans chinois semblent rester fidèles à la NBA. Qu’est-ce que le gouvernement chinois aimerait qu’il se passe dans ce cas ?
 R : Le peuple chinois jouit d’une totale liberté dans les sports et les activités commerciales.
42 Q : Y a-t-il une date précise pour la réunion avec les représentants de l’Afghanistan à Beijing la semaine prochaine ?
 R : Je n’ai rien à vous communiquer pour le moment.
43 Q : Le Ministre japonais du Commerce, Isshu Sugawara, a démissionné aujourd’hui. Il était un négociateur du Japon dans les négociations sur le RCEP. Pensez-vous que sa démission aura des effets négatifs sur le RCEP ?

Le ministre japonais du Commerce, Isshu Sugawara, s'adresse aux médias au Parlement de Tokyo le 25 octobre 2019.  Isshu Sugawara

R : Je ne suis pas en mesure de répondre à cette question. Vous devriez la poser au gouvernement japonais.
Premièrement, comme la démission du ministre est une affaire intérieure du Japon, je ne ferai aucun commentaire à ce sujet.
En ce qui concerne le RCEP, comme vous le savez tous, toutes les parties, y compris les membres du RCEP, espèrent que les négociations aboutiront, afin de favoriser l’intégration économique régionale. En particulier, dans le contexte actuel caractérisé par la multiplication des facteurs incertains et instables dans l’économie mondiale, ce serait une bonne nouvelle pour restaurer la confiance et promouvoir la croissance économique mondiale. Si la partie japonaise est disposée à surmonter ses problèmes intérieurs et à continuer d’œuvrer pour la conclusion d’un accord du RCEP dans les meilleurs délais, je pense que toutes les parties se féliciteront de ses efforts.


SOURCE/ https://www.fmprc.gov.cn/fra/xwfw/fyrth/lxjzzdh/t1711828.shtml


  1. Q : Première question, l’ambassadeur des États-Unis en Chine a déclaré aujourd’hui que Washington avait mis en œuvre des « mesures de réciprocité » à l’égard de la Chine, et il espère que le gouvernement chinois assouplira les restrictions imposées aux diplomates américains pour leurs rencontres avec les responsables locaux en Chine. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? La Chine assouplira-t-elle les restrictions ? Deuxième question, pouvez-vous confirmer ou commenter la déclaration faite aujourd’hui par le Japon selon laquelle un citoyen japonais soupçonné d’espionnage est détenu par la Chine ?
  2. Q : Nous avons noté que les manifestations en Catalogne en Espagne et à Londres au Royaume-Uni ressemblent de plus en plus à celles de Hong Kong, en particulier quand il s’agit d’infractions violentes comme les incendies criminels, le blocage d’aéroports et le saccage de magasins. Les manifestants violents des deux pays ont prétendu, sans dissimuler leur intention, avoir copié l’« expérience de Hong Kong » et vouloir faire de ces lieux « un autre Hong Kong ». Cependant, les politiciens et les médias occidentaux ont très peu parlé de cela et certains d’entre eux restent même muets à ce sujet, disant que ce qui se passe à Hong Kong illustre la « démocratie et la liberté » tandis que ce qui se passe en Occident relève « de la violence et des émeutes ». Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  3. Q : Le 17 octobre, David Stilwell, Secrétaire d’État adjoint des États-Unis, a déclaré dans son discours sur la politique chinoise des États-Unis prononcé au Wilson Center que la Chine et les États-Unis se trouvaient dans une concurrence stratégique, que les États-Unis devaient changer la manière d’entretenir des relations avec la Chine, et tenir compte de la modération idéologique qui s’est accrue. Il a également critiqué sans fondement le système social chinois. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  4. Q : Le Vice-Président Wang Qishan assistera demain à la cérémonie d’intronisation du nouvel Empereur japonais. Qu’attend la Chine de cette visite ?
  5. Q : Première question, l’Iran a déclaré qu’un envoyé spécial chinois se rendrait demain à Téhéran. Avez-vous des informations à ce sujet ? Deuxième question, le Président Xi Jinping a-t-il décidé de participer à la réunion des dirigeants des entités économiques de l’APEC au Chili ?
  6. Q : S’agissant de la détention du Japonais en Chine, la partie chinoise a-t-elle apporté des éclaircissements à la partie japonaise au sujet de la cause de la détention ? Certains Japonais disent que cet incident fera l’effet d’une douche froide sur la dynamique d’amélioration des relations entre la Chine et le Japon. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?
  7. Q : Selon des médias, le Président indonésien élu Joko Widodo a officiellement prêté serment le 20 octobre. L’envoyé spécial du Président Xi Jinping et Vice-Président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’investiture. Pourriez-vous partager plus d’informations à ce sujet ? Quelles sont les attentes de la Chine en matière de coopération avec le nouveau gouvernement indonésien ?
  8. Q : Selon les médias, le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré le 21 octobre que le bras long du gouvernement chinois touche les entreprises américaines, volant leur propriété intellectuelle et leur imposant le transfert de technologies. Par conséquent, il est très difficile pour de nombreuses entreprises américaines de réaliser des bénéfices en Chine. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?
  9. Q : Le Sous-secrétaire adjoint américain à la Défense, Chad Sbragia, a déclaré lors du Forum Xiangshan à Beijing le 21 octobre que les Etats-Unis ne cherchaient pas à « se découpler » de la Chine ni ne demandaient à aucun pays de choisir son camp. Ce que les Etats-Unis recherchent, c’est un rééquilibrage et un redressement des relations sino-américaines. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  10. Q : La Chine recherche des représailles contre les Etats-Unis pour non-respect de la décision de l’OMC. Pensez-vous que cela affectera les négociations commerciales en cours entre la Chine et les Etats-Unis?
  11. Q : Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré hier que sa société avait remarqué que la Russie, l’Iran et la Chine avaient tenté de s’immiscer dans les élections présidentielles américaines qui se tiendront l’année prochaine. Quel est votre commentaire à ce propos ?
  12. Q : Hier, selon CNN et d’autres médias américains, un spécialiste australien a découvert que Ron Vara, expert connu comme intransigeant envers la Chine et cité pour critiquer la Chine dans des ouvrages du directeur du Conseil national du commerce de la Maison-Blanche, Peter Navarro, était en fait une figure fabriquée. M. Navarro a reconnu que cet « expert » n’était pas réel, affirmant que « quelqu’un a enfin découvert une blague qui se cache depuis des années ». Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  13. Q : La Chine a-t-elle félicité Justin Trudeau pour le résultat des élections canadiennes ?
  14. Q : Le vice-président Wang Qishan a assisté à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur japonais aujourd’hui. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  15. Q : Une question sur la Turquie : le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré hier que le Président Trump était tout à fait prêt à ordonner une opération militaire américaine contre la Turquie, si nécessaire. Dans le contexte de la crise au Moyen-Orient, d’après vous, comment cela affectera-t-il la situation ?
  16. Q : Quelles sont les attentes de la Chine par rapport au nouvel empereur du Japon ?
  17. Q : Selon les médias, lors de la première séance plénière après la cérémonie d’ouverture du 70e Congrès astronomique international (CAI) tenu à Washington le 21, plus de 1 000 spectateurs sur place ont posé la question suivante en votant par l’intermédiaire de leurs smartphones : « Une importante agence spatiale me manque à ce congrès. Où est passée l’Administration spatiale nationale de Chine (ASNC) ? ». La question posée à travers le système de vote selon la méthode du panel par smartphone est restée à la Une. On dit que l’absence de la délégation chinoise est due à une obstruction dans la délivrance des visas pour les États-Unis. Pouvez-vous confirmer cela et présenter plus d’informations ?
  18. Q : Le porte-parole des talibans a déclaré hier soir que la Chine avait invité une délégation à participer au dialogue interne entre les différentes factions afghanes. Pouvez-vous nous donner des détails à ce sujet ?
  19. Q : Un dirigeant américain a déclaré le 21 octobre, lors d’une réunion du gouvernement, que la Chine voulait conclure un accord économique et commercial et que son taux de croissance économique, peut-être négatif, est le plus bas depuis les 57 dernières années, ce qui est favorable pour parvenir à un accord. Quelle est l’opinion de la Chine sur ces remarques ?
  20. Q : Selon des reportages, le dirigeant suprême de la RPDC, Kim Jong-un, a ordonné, lors de sa visite au mont Kumgang, le retrait des installations de la République de Corée sur le mont. Certains analystes estiment que cela affectera les relations entre la République de Corée et la RPDC. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  21. Q : Selon certaines informations, le Secrétaire d’État américain Pompeo a déclaré lors de la réunion annuelle du club des présidents de Heritage Foundation, le 22 octobre, que « la Chine est tout au plus un concurrent stratégique qui utilise la contrainte et la corruption comme ses instruments de gouvernance ». Quelle est la réponse de la partie chinoise à cet égard ?
  22. Q : Le Président russe Poutine a signé le 22 octobre un accord avec le Président turc Erdogan sur la situation dans le nord de la Syrie. Selon cet accord, l’armée russe et les troupes syriennes à la frontière aideront la milice kurde et ses équipements à se retirer des zones frontalières entre la Turquie et la Syrie dans six jours. Après cela, les forces russes et turques commenceront des patrouilles conjointes jusqu’à 10 km de la frontière syro-turque à l’ouest et à l’est de la zone de l’opération turque. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  23. Q : Le Conseiller d’État Wang Yi vient de terminer sa visite en Suisse. Pouvez-vous nous donner des détails sur sa visite ? Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  24. Q : Concernant le cas du suspect de meurtre Chan Tong-kai, le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong a demandé à Taiwan de l’emmener à Taiwan pour qu’il y soit jugé. Cependant, Hong Kong a rejeté la proposition de Taiwan d’envoyer une délégation pour le ramener à Taiwan. Avez-vous des explications sur les raisons pour lesquelles Hong Kong a pris cette décision ?
  25. Q : Vous venez de parler des discussions internes entre le gouvernement afghan et les talibans. Pourriez-vous nous parler du calendrier prévu et nous dire quand ces discussions auront lieu en Chine ?
  26. Q : Le 22 octobre, la Présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Pelosi, a tweeté une photo prise lors de sa rencontre avec Jimmy Lai et Martin Lee aux États-Unis et a déclaré que « son soutien et son admiration vont à ceux qui sont descendus dans la rue semaine après semaine pour combattre de manière non violente pour la démocratie et la primauté du droit à Hong Kong ». Quelle est la réaction de la partie chinoise à cet égard ?
  27. Q : Selon des rapports professionnels, la RPDC est en train de négocier avec la Chine pour lui accorder des droits d’extraction de terres rares en échange d’investissements chinois dans la construction de centrales solaires pour produire de l’électricité en RPDC. Est-ce vrai ? Comment ce plan fonctionnera-t-il compte tenu des sanctions onusiennes interdisant à la RPDC d’exploiter ses terres rares ?
  28. Q : Le Centre américain d’études stratégiques et internationales (CSIS) a récemment publié un rapport intitulé « La coopération scientifique à l’ère de la concurrence stratégique », soulignant que les restrictions imposées par les États-Unis à la coopération scientifique sino-américaine pour des raisons de « sécurité nationale » s’inscrivaient dans la poursuite de la mentalité de la guerre froide. L’administration américaine doit renforcer la coopération avec le secteur privé et les instituts de recherche universitaires pour trouver un équilibre entre les recherches ouvertes et la sécurité nationale. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  29. Q : Selon le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale publié par cette dernière, la Chine se classe, en matière d’environnement des affaires, à la 31e place mondiale cette année, après avoir occupé la 46e place l’année dernière et la 78e l’année précédente. Elle figure parmi les dix premières économies qui enregistrent la plus importante amélioration dans leur environnement des affaires depuis deux années consécutives. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?
  30. Q : Ma question porte sur la Mer de Chine méridionale. Le Vietnam a affirmé que jeudi, un pétrolier chinois et ses escortes avaient quitté les eaux de la Mer de Chine méridionale, en faisant savoir que cela a violé sa souveraineté. Comment la Chine y réagit-elle ? Pouvez-vous confirmer si le navire a quitté lesdites eaux ?
  31. Q : Le Président brésilien entame une visite d’État en Chine aujourd’hui. Il a promis, à l’occasion de son élection, de rétablir la politique étrangère du Brésil. Comment la Chine envisage-t-elle les relations actuelles entre les deux pays ? Quelle sera l’influence de l’élection du Président Bolsonaro sur les relations sino-brésiliennes ?
  32. Q : Des manifestations et des émeutes ont eu lieu ces derniers jours au Chili. La Chine en est-elle inquiète ? A-t-elle pris des mesures spéciales pour assurer la sécurité de la délégation chinoise dans le pays ?
  33. Q : Hier, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a demandé au Vice-Président Wang Qishan d’accorder une assistance dans l’affaire du professeur japonais détenu en Chine. Pouvez-vous nous donner plus d’informations concrètes à ce sujet ?
  34. Q : Un rapport publié récemment par le think tank australien Lowy Institute indique que la Chine n’a pas appliqué la politique du « piège de la dette » dans la région insulaire du Pacifique. En réalité, les subventions et prêts chinois concernent des routes, des ponts et des bâtiments modernes qui correspondaient à des besoins urgents pour l’amélioration des conditions de vie des populations des pays insulaires. Ce ne sont pas des « éléphants blancs » ni des « voies sans issue », comme accusent certains. Le rapport indique également que les prêts chinois répondaient mieux aux besoins locaux. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?
  35. Q : Une question sur les 39 corps retrouvés dans le camion aux alentours de Londres. Pourriez-vous confirmer si ces 39 corps étaient ou non des ressortissants chinois ? Si vous pouvez confirmer qu’il s’agissait de ressortissants chinois, savez-vous d’où ils venaient en Chine ? Etaient-ils originaires de la province du Fujian ? Le gouvernement chinois soupçonne-t-il qu’ils tentaient effectivement d’entrer illégalement au Royaume-Uni ?
  36. Q : Vous avez annoncé les prochaines visites du Premier ministre Li Keqiang. Quel regard la Chine porte-t-elle sur le développement de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et la 18e réunion du Conseil des chefs de gouvernement de l’OCS ? En outre, comment la Chine envisage-t-elle la coopération actuelle en Asie de l’Est et quelles sont vos attentes pour les réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est ?
  37. Q : Un fonctionnaire des îles Salomon a déclaré aujourd’hui que la tentative du chinois Sam Group de louer l’île Tulagi était illégale et que l’entreprise chinoise devait y mettre un terme immédiatement. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?
  38. Q : En ce qui concerne la tragédie survenue au Royaume-Uni, je comprends que les détails sont limités pour le moment, mais vous pouvez peut-être fournir des éléments de contexte. Comme vous l’avez expliqué, la République populaire de Chine a connu de nombreux succès, avancées et progrès au cours des 70 dernières années. La partie chinoise a tenu des célébrations plus tôt ce mois-ci à l’occasion de la Fête nationale. Mais des Chinois ont quitté la Chine d’une manière si risquée ! Quelle motivation les aurait incités à faire cela ? Comment le monde extérieur doit-il appréhender cela ?
  39. Q : Le journal Global Times a déclaré que la responsabilité de ces 39 décès tragiques incombait à la Grande-Bretagne et à d’autres pays européens. Est-ce aussi l’opinion du gouvernement chinois ?
  40. Q : On célèbre aujourd’hui la Journée de la solidarité anti-sanctions instaurée par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). Les pays africains demandent à l’Occident de lever les sanctions contre le Zimbabwe. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?
  41. Q : La crise de la NBA en Chine semble se poursuivre, mais les fans chinois semblent rester fidèles à la NBA. Qu’est-ce que le gouvernement chinois aimerait qu’il se passe dans ce cas ?
  42. Q : Y a-t-il une date précise pour la réunion avec les représentants de l’Afghanistan à Beijing la semaine prochaine ?
  43. Q : Le Ministre japonais du Commerce, Isshu Sugawara, a démissionné aujourd’hui. Il était un négociateur du Japon dans les négociations sur le RCEP. Pensez-vous que sa démission aura des effets négatifs sur le RCEP ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s